Auteur Sujet: Je bouquine !  (Lu 132042 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne D_Y

  • Âme sombre
  • Gardien de Farore
  • Sage Goron
  • *****
  • Messages: 9662
    • Voir le profil
Je bouquine !
« Réponse #960 le: mercredi 08 mai 2019, 16:00:57 »
J'ai lu et fini "Les Misérables", gros pavé de 2000 pages, LE livre qui m'avait traumatisé à l'époque au collège et dont j'avais de si mauvais souvenirs que j'ai laissé mon tome moisir sur mon étagère pendant 2 ans tellement j'avais peur de m'y mettre. D'ailleurs à l'époque on devait lire que les parties les plus connues et les plus "narratives" : Fantine, Cosette à Montfermeil, Jean Valjean et la charrette de Fauchelevent... Mais à 13 ans on s'en fout un peu de ça, on préfère regarder le catch à la télé ou Star Wars, et les interminables cours de l'époque m'avaient imprimé les noms "Jean Valjean", "Javert", "Cosette" et "Fantine" dans la partie la plus sombre de mon cerveau, celle des mauvais souvenirs.

Du coup maintenant que je l'ai lu en entier je peux témoigner du peu de pertinence de faire lire à des élèves les passages emblématiques parce que ce sont pas les plus beaux et pas les plus intéressants au développement. Sur 2000 pages la richesse du truc est inouïe et c'est clairement pas accessible au niveau collège, et pas non plus aux allergiques de descriptions. Entre plusieurs passages purement narratifs il y a de longs interludes de description, certaines purement politiques (comme la Monarchie de Juillet de l'état d'esprit de la France à cette période), d'autres militaire (la longue description de la bataille de Waterloo), religieuses (description des couvents), ou bien longues métaphores filées sur la misère (description des égouts de Paris). Et l'autre matière plus narrative est parfois entrecoupée de longs monologues de plusieurs pages qui sont la continuité de ces passages descriptifs.
Du coup il peut se passer un assez long moment où on ne suit plus du tout les personnages principaux, ce sont des figures qui planent sur tout le livre et au final on se rappelle surtout d'eux, mais dans certains (longs) passages ils n'apparaissent pas du tout.

Bref comme je disais faut pas être allergique aux descriptions, et il faut faire abstraction du fait que le monde des Misérables est finalement très petit et que chacun ont des relations assez incongrues (Thénardier sauve Pontmercy à Waterloo, plus tard il recueille Cosette, le fils Pontmercy devient le voisin de Thénardier sans le savoir, il tombe amoureux de Cosette par hasard ; Gavroche qui recueille ses deux frères comme ça au milieu de Paris et sans le savoir) et qui peuvent paraitre difficiles à croire.
Mais finalement c'est pas tant un problème parce que la qualité d'écriture de l'ensemble est du haut niveau, c'est juste incroyable à lire, ça fait 2000 pages mais j'ai tout dévoré d'une traite sans m'ennuyer une seconde, et j'ai beau avoir laissé pourrir le tome 1 pendant longtemps, j'ai acheté le tome 2 dans la foulée. Peut être le meilleur livre que j'ai pu lire dans la langue française, Hugo connaissait son alphabet ça on peut pas lui enlever :hap:
O proud Death ! What feast is toward in thine eternal cell ?

Hors ligne Jielash

  • Apprentie de Kangis
  • Skull Kid
  • *
  • Messages: 5393
  • PZ: You can (not) escape
    • BoiteDeCrayons
    • Voir le profil
    • Blog BD
Je bouquine !
« Réponse #961 le: vendredi 10 mai 2019, 19:16:25 »
Les Misérables, ça fait des années que je me dis qu'il faudrait que je me lance dedans (notamment en période estivale où j'ai tendance à être un peu plus active niveau lecture de romans) et puis finalement, j'ai d'autres choses à lire et je ne m'y met toujours pas. Et ça risque de ne pas être le cas cette année non plus, je sens les Rougon-Macquart qui m'appellent, cela fait trop longtemps que je ne me suis pas penchée sur eux.

Celle que je n'ai pas négligée récemment c'est Colette. D'abord avec L'Ingénue Libertine, dont j'ai bien apprécié la première partie où l'on suit les méandres de l'imagination d'une jeune fille à la fois assez naïve de par son univers de petite bourgeoise isolée mais qui possède un goût pour le macabre et une curiosité pour les délinquants de la capitale. La narration de sa fugue nocturne finale est excellente. Moins apprécié la seconde partie mais surtout à cause de la fin qui m'a semblé avoir un revirement trop facile, qui ne m'a pas vraiment plu.

Suivi La Retraite Sentimentale, qui est en fait une conclusion à la série des Claudine, beaucoup aimé l'ambiance et la manière dont il fait suite à Claudine s'en va, qui était un peu à part. Puis j'ai enchainé tranquillement avec Les Vrilles de la Vigne, une collection de textes courts. Je trouve les descriptions, notamment de nature (végétation, paysages, climat, animaux), de Colette très réussies en général. Avec des associations de mots qui évoquent vraiment de belles images et ces deux livres-là en contiennent beaucoup.

Petit détour avec la lecture de Une Femme m'apparut... de Renée Vivien, histoire d'amours lesbiens, peuplée aussi de réflexions variées sur les arts, l'amour, la vie et la mort. C'est plutôt court, assez spécial avec des dialogues qui peuvent s'avérer parfois surprenants et gratinés et puis ça se termine de manière ambigu mais c'est un choix de "fin" que j'ai apprécié, tout comme j'ai trouvé l'ensemble du livre intéressant.

Et là j'ai tout juste terminé La Vagabonde de Colette, inspiré de sa période dans la pantomime. Je n'ai pas des masses accroché à la relation romantique (les rapports genrés très marqués de l'époque font que j'ai un peu de mal avec les romances hétéro des livres de Colette, je crois) mais j'ai bien aimé ce thème du second amour et des doutes qui l'accompagnent en comparaison avec un premier amour douloureux.

Hors ligne D_Y

  • Âme sombre
  • Gardien de Farore
  • Sage Goron
  • *****
  • Messages: 9662
    • Voir le profil
Je bouquine !
« Réponse #962 le: dimanche 19 mai 2019, 18:04:10 »
J'ai continué dans ma lancée des Misérables et j'ai "profité" de l'actualité récente pour lire Notre-Dame de Paris, bien moins long que les Misérables et pas moins passionnant, tant le style et l'écriture sont d'une rare beauté.

Je connaissais seulement l'adaptation de Disney et j'ai été surpris (je ne saurais dire si c'est agréablement ou non) de la tournure de l'histoire, qui ferait chialer Belzébuth lui-même. Littéralement tout est noir et pessimiste : Quasimodo est sourd et méchant, Esmeralda aveuglée par un Phoebus qui n'est qu'un coureur de jupons et la dédaigne, le même Phoebus qui par conséquent s'en retrouve lâche, Frollo tellement pété de la tête que son alter-ego du DA passerait pour un mec mignon... Il y a des enfants enlevés, des ruelles crades, sombres et boueuses, de la populace cruelle, un roi (Louis XI) méchant, vieillard et difforme, du plomb fondu et bouillant qui perce des crânes, des pieds écrasés par des instruments de torture, des innocents pendus, des membres amputés, des dos lacérés, des corps disloqués contre la pierre, des cadavres jetés dans la Seine... Finalement seule Djali la chèvre s'en sort toute propre.

Comme dans le DA deux personnages surnagent dans cette fange : La Esmeralda et Quasimodo, peut être les deux seuls du livre qui ont bon fond mais sont emportés par la marée du monde violent dans lequel ils sont nés, et par conséquent entachés eux-même par les vices.
La Esmeralda est tellement belle qu'elle est le centre d'au moins un quadruple (!) amour, la tragédie venant du fait qu'elle n'en aime qu'un, qui par malheur ne l'aime pas en retour. Or un des quatre amoureux est Frollo, homme dévoué à la science et à l'église, et donc d'autant plus disposé à éviter de tomber amoureux. Cependant il n'a pas le choix, et cet amour non-voulu mais existant le plongera dans une pure folie.
Quasimodo lui est laid, rejeté par le monde, et devenu méchant à cause de ça. De plus le bruit des cloches l'a rendu sourd, ce qui lui jouera de sacrés mauvais tours dont un passage sur le pilori (une des plus belle scène du livre). Son destin est de se briser entre deux rocs : l'amour pour son père adoptif, qui l'a sauvé des griffes du monde, ou celui pour Esmeralda, seule personne à l'avoir jamais pris en pitié. Difficile de ne pas éprouver soi-même de la pitié pour ce personnage, surtout lorsque, après le sauvetage de la Esmeralda et le fameux "Asile !" (qui est un passage plus fort encore dans le livre que dans le Disney), cette dernière, un peu malgré elle, est rebutée par sa laideur, et finalement l'abandonne pour se tourner vers un autre qui la dédaigne. 

Bref je vais pas en dire plus mais on sort pas de "Notre-Dame..." Indifférent, bien que comme dans les Misérables, le monde de Hugo soit finalement bien petit, et qu'il s'y passe de douteuses coïncidences. De même on devine rapidement une tournure de l'histoire qui ne sera révélée que bien plus tard dans le livre :
(Cliquez pour afficher/cacher)
Ce qui n'est pas hyper grave puisque la scène qui suit cette révélation prend bien aux tripes, et la scène de...
(Cliquez pour afficher/cacher)
...nous tiens en haleine jusqu'au bout.

Très grand livre mais qui, comme tous les Hugo, est riche en descriptions et mots sortis des limbes de la langue française et qui ne rendent pas toujours bien clair. De même il y a pas mal de notion d'histoire qu'il faut être prêt à digérer.

En bref, du tout bon ! Je conseille et moi je m'en vais m'acheter d'autres livres de ce maître v.v
« Modifié: dimanche 19 mai 2019, 18:08:56 par D_Y »
O proud Death ! What feast is toward in thine eternal cell ?

En ligne Cap

  • Maître des fumbles
  • Gardien de Farore
  • Commandant Yiga
  • *****
  • Messages: 8646
  • Put your fate in your hands. Roll the dice
    • Code ami 3DS 3883-5183-2004

    • Code ami Wii U Capoun

    • Voir le profil
Je bouquine !
« Réponse #963 le: mercredi 22 mai 2019, 18:13:12 »
J'ai fini le premier tome de la saga du Witcher : le dernier voeu. Et je dois dire que j'ai bien apprécié. J'aime beaucoup comment est construit le livre. C'est plus ou moins un recueil de nouvelles, mais une d'entre elle sert de trame, et les autres s’intercalent au milieu. C'est particulier, mais j'ai bien adhéré.
Le style de l'auteur est également particulier, laissant certaines actions volontairement floues, voir omises, tandis que d'autre sont très détaillées. Ce qui laisse, certaines fois, une certaine frustration. Ma curiosité me pousse à vouloir en savoir plus, mais en même temps, l'auteur n'a pas daigné nous en dire plus, on ne peut que supposer. Néanmoins, cela reste agréable à lire, et compliqué d'en sortir :-*

Du côté des histoires racontées, elles sont quasi toutes au moins mentionnées dans le premier jeu. C'est avec plaisir que j'ai pu lire l'histoire de la strige (qui sert d'intro au premier jeu), ainsi que l'histoire du Boucher de Blaviken, surnom donné à Geralt (qui est d'ailleurs fortement inspiré de Blanche-Neige, c'est intéressant de voir ce qui est fait du conte). Et, évidement, la nouvelle qui donne son nom au recueil, celle sur le Djinn et Yennefer. Triss mentionne cette histoire dans le premier jeu, effectivement, ils ont bien détruit la moitié de la ville :hap: (par contre, chô comme j'aime pas Yen).

J'ai également lu la première nouvelle du deuxième tome de la saga : l'Epée de la Providence. Celle sur le dragon doré (j'ai plus le nom en tête sorry). Et c'est incroyable comme j'ai eu une impression de déjà vu. J'ai déjà vu/lu/entendu une histoire semblable, mais impossible de me souvenir où. Je suis sûre de n'avoir jamais lu de nouvelle du Witcher. C'est affreux, et je me pose la question depuis que j'ai l'ai lue. Si quelqu'un a une idée, je suis preneuse :niak:
Merci à Laiken et à Chmop pour l'avatar <3

Fiertés ?
Citation de: Achi
Moi je dis Cap admin.
Cap sensei a toujours raison.

Hors ligne D_Y

  • Âme sombre
  • Gardien de Farore
  • Sage Goron
  • *****
  • Messages: 9662
    • Voir le profil
Je bouquine !
« Réponse #964 le: mercredi 22 mai 2019, 18:48:58 »
Tu peux peut être en dire plus sur cette histoire de dragon pour ceux comme moi qui n'ont pas lu le livre ? v.v
O proud Death ! What feast is toward in thine eternal cell ?

En ligne Cap

  • Maître des fumbles
  • Gardien de Farore
  • Commandant Yiga
  • *****
  • Messages: 8646
  • Put your fate in your hands. Roll the dice
    • Code ami 3DS 3883-5183-2004

    • Code ami Wii U Capoun

    • Voir le profil
Je bouquine !
« Réponse #965 le: mercredi 22 mai 2019, 20:09:30 »
Bien sûr. :hap:








L'histoire commence avec un attroupement de villageois, en attente devant des ruines. On comprends assez vite qu'ils y ont envoyé le sorceleur y faire une sale besogne. Le pensant mort, ils envisagent de prendre ses affaires et sa jument. C'est alors qu'un étranger s'interpose. Il n'est pas armé, mais voyage avec ses deux armes : deux femmes guerrières sacrément douées. Geralt apparait alors, récupère sa paye, ses affaires, et s'en va discuter avec l'étrange voyageur. Après des discutions à l'auberge, les voilà en route pour une bourgade pour une raison plus ou moins quelconque.
Ils sont rapidement stoppés dans leur périple par un pont : les gardes en poste demandent un laisser-passer pour traverser. Ils tombent par hasard sur le pote barde de Geralt : Jaskier duquel ils apprennent alors qu'un dragon a été aperçu de l'autre côté,  que les villageois ont essayé de le tuer en bourrant un mouton de poison (ce qui n'a pas marché puisque le dragon s'est ensuite barré) et que tous les plus grands chasseurs/traqueurs de dragon du coin se ramènent pour tenter d'abattre la bête ; le seigneur local ayant intérêt à la voir morte.
Ils corrompent les gardes, passent, tombent sur la procession du roi (je ne sais plus comment, et je me demande même si c'est raconté). Cette dernière est composée d'un membre du village qui sert de guide dans les montagnes, un groupe de nains tueurs de dragon professionnels, un preux chevalier venu abattre le mal, un mage qui est pour l'équilibre des forces et tout ça (et qui ne veut pas tuer le dragon, on se demande ce qu'il fait là) et la magicienne Yennefer (qui est en froid avec Geralt).
Toute cette joyeuse troupe est en route pour chasser le dragon, malgré des tensions internes. On a un peu d'action avec un éboulement sur la route, provoquant la chute d'un pont. Bien évidement notre héros se retrouve accroché à bout de bras, sa belle agrippée à lui, et est sauvé par ses camarades de la troupe. Puis ils arrivent sur les plateaux ou se trouve l'impossible : un dragon doré (oui, les dragons ne peuvent pas être doré, ça n'existe pas). Et en plus, il parle. Il leur explique qu'ils ne passeront pas sur la route vers le nord, mais qu'ils sont libres de prendre un autre chemin. Et s'ils souhaitent passer malgré tout, ils devront le vaincre en duel.
S'ensuit un duel avec le preux chevalier, qui se fait promptement envoyé en l'air. Il est en vie, mais bien brisé. Le roi en a assez, il s'en va avec le reste de sa caravane (donc les soldats, et le mage). Après une dispute parmi les membres restant, les nains attachent Yen, Jaskier et Geralt pour aller affronter le dragon. Il les mets rapidement en fuite. Apparaissent alors les villageois, en grand nombre, qui finissent par maitriser la bête. Mais les deux femmes guerrières (dont on n'avait plus mention depuis l'histoire de l'éboulement, tout comme le voyageur) apparaissent alors, mettent en fuite les villageois, libèrent le trio.
C'est alors que le dragon doré se métamorphose en notre fameux voyageur du début. On apprend alors qu'il est là pour récupérer et s'occuper du petit du dragon qui a été empoisonné par les villageois. Après une discussion rapide avec Geralt sur les mutations et tout ça, il s'en va avec ses guerrières.

Voilà voilà pour le résumé :8):
Merci à Laiken et à Chmop pour l'avatar <3

Fiertés ?
Citation de: Achi
Moi je dis Cap admin.
Cap sensei a toujours raison.

Hors ligne Duplucky

  • Prince Zora
  • *
  • Messages: 12544
  • Dragon Gardien d'Hyrule
    • Voir le profil
    • http://soignies.miniville.fr/ind
Je bouquine !
« Réponse #966 le: jeudi 23 mai 2019, 21:50:56 »
Tu verras que la saga du sorceleur fait énormément référence aux contes et légendes qu'on connait. D'ailleurs, tu ne sembles pas avoir percuté mais dans le premier tome, il y a une revisite de la Belle et la Bête.  :8):

A partir de là, il est possible que tu aies déjà lu une histoire similaire à propos du dragon, le coup du preux chevalier affrontant un dragon étant un classique. Pour le dragon se transformant en homme, par contre, ça me semble être une spécificité de la saga, bien qu'il existe des contes où, inversement, des humains sont transformés en dragon. :niak:

En ligne Cap

  • Maître des fumbles
  • Gardien de Farore
  • Commandant Yiga
  • *****
  • Messages: 8646
  • Put your fate in your hands. Roll the dice
    • Code ami 3DS 3883-5183-2004

    • Code ami Wii U Capoun

    • Voir le profil
Je bouquine !
« Réponse #967 le: jeudi 23 mai 2019, 22:24:37 »
HAN OUI. Maintenant que tu le dis. J'avais pas percuté :oups:


Nan mais cette histoire, avec le déroulé tel qu'il est, la troupe de nain et tout me dit vraiment quelque chose. C'est vraiment affreux cette impression de déjà vu :<
Merci à Laiken et à Chmop pour l'avatar <3

Fiertés ?
Citation de: Achi
Moi je dis Cap admin.
Cap sensei a toujours raison.

Hors ligne Taiki

  • Piaf postier
  • *
  • Messages: 6271
    • Voir le profil
Je bouquine !
« Réponse #968 le: vendredi 24 mai 2019, 09:27:18 »
J'avais commencé les livres The Witcher il y a quelques années, ayant pourtant vraiment adoré le jeu The Witcher III je partais sur de bonnes bases pour aimer.
J'ai fini le tome 1 et ça a été une grosse deception :niak: style d'écriture quelconque, plot peu intéressant.. :niak: après c'est sous forme de nouvelles certes. Je dirais pas que c'est mauvais mais j'ai juste pas accroché. Du coup j'ai abandonné.

Sinon ça faisait bien longtemps que j'avais pas lu un livre de Fantasy du coup je me suis mis sur Les Archives du Roshar de Brandon Sanderson (j'aurais bien aimé me lancer dans Les Furtifs de Alain Damasio mais j'ai pas pu mettre la main dessus encore, d'ailleurs @Rodrigo tu en penses quoi j'ai vu que t'as commencé à le lire sur SensCritique). Cette nouvelle saga semble avoir une très bonne réputation parmi les amateurs de Fantasy donc j'ai décidé d'y jeter un oeil.

J'ai donc fini le volume 1 de cette saga : La Voie des Rois.
Globalement c'est de l'epic fantasy se situant dans un monde abandonné par les dieux et anciens héros.
L'histoire prends place pendant l'assassinat d'un roi d'un grand royaume dans un prologue vraiment stylé, ce qui provoque une guerre. On suit principalement le point de vue de trois personnages : un esclave qui a tout perdu, une noble intellectuelle dont la maison est sur le déclin et un seigneur de guerre sur la voie de la redemption, pour faire simple. J'aime beaucoup le world building et le système de magie. C'est plutôt original de ce point de vue j'ai jamais vu la magie traitée de cette façon.

Après le livre est relativement lent et c'est un putain de pavé (j'ai lu la version anglaise, en français ça a été coupé en deux tomes il me semble). C'est un défaut qui peut rebuter mais le livre met en place l'univers aussi donc c'est comprehensible. Le scénario sans être incroyable est bien mené, tout est très cohérent on sent que l'univers est maîtrisé sur le bout des doigts et ça c'est cool. Beaucoup de revelations vers la fin, le climax est vraiment bien foutu dur de lâcher le livre sur la dernière ligne droite.
En tout il y a 10 livres prévus pour cette saga donc ça fait beaucoup ceci dit, pour l'instant 3 livres sont sortis.

Bref pour l'instant je suis mitigé, j'ai apprécié le lire mais il manque quelque chose pour vraiment que je le place au niveau rien que d'un Chronique d'un Tueur de Roi (que je recommande de fou) mais je vais laisser une chance au second volume qui me hype au vu des critiques et de la fin du premier volume.
« Modifié: vendredi 24 mai 2019, 09:31:59 par Taiki »

Hors ligne Zemo

  • Priant de Nayru
  • Messager Éolien
  • *****
  • Messages: 2076
  • A wop bop a loo mop a wop bam boom!
    • SylvainCharroy
    • Voir le profil
Je bouquine !
« Réponse #969 le: mercredi 29 mai 2019, 12:03:50 »
J'ai débuté "Nous sommes Bob, tome 1 : Nous sommes Légion". J'ai dévoré le premier quart du livre.

Ce que j'ai lu jusque là correspond grosso modo à la quatrième de couverture, donc no spoil.

On est sur de la SF qui débute de nos jours. On suit Bob, un mec qui a plutôt bien réussi sa vie puisque sa société vient d'être rachetée par le Microsoft du coin. Comme il a pas mal d'argent en poche, il décide de souscrire à un service qui va le "cryogéniser" lorsqu'il sera mort et qui le réveillera le jour où la science pourra le faire revivre. On lui dit que d'ici là, ce sera sans doute dans un autre corps vu qu'à priori il va falloir encore attendre pas mal de temps avant que la science ait fait les progrès nécessaire. Quelques jours plus tard, il se fait percuter par une voiture et décède.

Une bonne centaine d'année plus tard, surprise, il se réveille et ne ressent pas son corps : normal, il est désormais un peu l'équivalent d'une IA et découvre assez vite qu'il va devoir piloter une sonde destinée à aller fouiller les confins de l'univers. Il découvre rapidement le contexte géopolitique tendu, aussi bien au niveau international qu'au niveau local (l’Amérique des années 2100 est encore plus tournée vers la religion et vois d'un très mauvais œil que cette créature pas vraiment humaine soit envoyée à l'autre bout du monde). Il découvre aussi qu'il a peu d'équivalent : la très grande majorité des volontaires sont soit morts lors de le processus, ou on soit complètement vrillé en découvrant ce qu'ils sont devenus.

Bon... désolé, je suis nul pour pitcher des livres. Du coup : pourquoi c'est cool ? J'ai trouvé le personnage de Bob et son ton très attachants. Les informations sur le monde des années 2100 sont plutôt distribuées au compte goûte. On se pose les même question que Bob, mais Bob n'a pas accès aux réponses immédiatement. Du coup, le rythme est soutenu sans longue tirades sur la situation géopolitique. Les références geek sont présentes sans être lourdingues. Les réflexions sur ce qui fait l'humain et le "suis-je vraiment moi-même sans mon corps" sont pour le moment à peine effleurée, mais que comme pour la description des années 2100, c'est pour mieux y revenir au compte goûte ensuite. Bref, jusque là, je trouve ça plutôt bien mené, avec notamment quelques scènes fortes où j'étais cramponné au livre.

J'ai un peu peur de que la suite soit un peu trop une succession de "je visite une planète stérile, je créé une nouvelle sonde, je visite une planète stérile, je créé une nouvelle sonde, etc." mais je ne demande qu'à être agréablement surpris =) Hâte de continuer ma lecture !

Il y a deux autres tomes derrière... mais je vais déjà finir celui-ci avant de dire que je me lance dans les suites =)
« Modifié: mercredi 29 mai 2019, 15:05:03 par Zemo »
L'urgent est fait, l'impossible est en cours... pour les miracles, prévoir un délais

En ligne Cap

  • Maître des fumbles
  • Gardien de Farore
  • Commandant Yiga
  • *****
  • Messages: 8646
  • Put your fate in your hands. Roll the dice
    • Code ami 3DS 3883-5183-2004

    • Code ami Wii U Capoun

    • Voir le profil
Je bouquine !
« Réponse #970 le: jeudi 30 mai 2019, 09:24:30 »
Bon, j'ai fini le tome 2 et 3 du Witcher : l'Epée de la Providence et Le Sang des Elfes.

Le recueil de nouvelles, le t2, se concentre beaucoup plus sur Ciri. La deuxième moitié du bouquin, si ce n'est plus, relate comment, alors que Geralt fait tout pour esquiver son destin, ce dernier lui tombe dessus. De ce fait, on a l'impression que c'est un peu "forcé", mais si le livre rappelle sans cesse que, même si on n'y croit pas ou quoi, on n'échappe pas à son destin.

Et le t3. Le style change complétement. Fini les grosses omissions caractéristiques des nouvelles. Les choses sont décrites, telles qu'elles sont. Fait amusant, on ne "suit" pas toujours Geralt. Certains chapitres ont Ciri ou Jaskier en personnage central. L'histoire se met en place pour la suite, à voir la suite des événements. Taiki, du coup, si tu n'avais pas accroché au style du premier tome, essaie peut être de commencer au t3 ? Il y a quelques références légères à une ou deux aventures des premiers tomes, mais rien qui n'empêche la compréhension (pour le moment, mais je suis sûre que ce sera le cas ensuite).
Merci à Laiken et à Chmop pour l'avatar <3

Fiertés ?
Citation de: Achi
Moi je dis Cap admin.
Cap sensei a toujours raison.

Hors ligne Duplucky

  • Prince Zora
  • *
  • Messages: 12544
  • Dragon Gardien d'Hyrule
    • Voir le profil
    • http://soignies.miniville.fr/ind
Je bouquine !
« Réponse #971 le: vendredi 31 mai 2019, 14:48:53 »
Je confirme que certains éléments des Tome 1 et 2 (surtout le 2, d'ailleurs) sont assez importants pour la bonne compréhension de l'histoire des romans. :oups:

Hors ligne Yorick26

  • Priant de Nayru
  • Sage Goron
  • *****
  • Messages: 11114
  • Homme à tout faire
    • Code ami 3DS 1951-0832-7742

    • yorick.oudin
    • yorick26100
    • SW-6264-4058-0328
    • Voir le profil
Je bouquine !
« Réponse #972 le: mercredi 05 juin 2019, 11:09:06 »
J'ai lu :

American Gods de Neil Gaiman. Après avoir regardé la première saison de la série sortie sur Amazon (après Starz), j'ai eu envie de lire le bouquin afin de savoir la suite. J'ai absolument bien fait car la série et le livre ne se suivent que vaguement. Il y a bien des choses qu'on retrouve dans la série, mais ils interviennent parfois à des moments différents, parfois complètement réinterprété. Il y a des choses qui n'existent que dans la série, des choses qui n'existent que dans le livre ou qu'on n'a pas encore vu. Cette complémentarité m'a permis de lire un bouquin dont je connaissais déjà l'univers et que je savais déjà que ça me plaisait, mais ça m'a permis de me faire avoir complètement sur le plot twist final. J'adore les personnages. Des fois je préfère leur version de la série comme Ombre Moon qui est très taciturne, ainsi que Pastora car j'adore l'actrice. Des fois je préfère la version du livre comme la femme morte vivante qui est un peu plus dans le respect de la vie dans le livre (mais qui est nettement plus développée dans la série). L'écriture est assez simple bien qu'on reproche parfois une traduction de mauvaise qualité.

Pour l'histoire, il s'agit d'une guerre entre les anciens dieux des plus connus aux moins connus et les nouveaux dieux (technologie, l'argent, la route, la ville...). Une guerre de popularité, mais une guerre aussi ouverte avec un grand combat prévu. J'aime bien la conversion que font certains dieux pour s'adapter à leur nouvelle condition.

Anansy Boys du même auteur qui fait office de spinn-off. Il s'agit cette fois de l'histoire d'un comptable à qui ne rien réussit et qui est en fait le fils d'un Dieu farceur. Lorsque son père meurt, il apprend qu'il a également un frère appelé Mygal, qui a hérité de tous les pouvoirs du dieu araignée et à qui tout réussit. De cette réunion de famille, la vie du comptable, appelé Gros Charlie, est complètement bouleversé. Cette fois l'humour est beaucoup plus présent et c'est un vrai régal. On retrouve le style de Neil Gaiman où plusieurs protagonistes se croisent et interviennent à différents moments jusqu'à ce que chacun intervienne de manière décisive à la fin. C'est un truc tout con, mais que j'aime beaucoup. Il peut se lire sans avoir lu American Gods, et je conseille surtout celui-là.

Little bit of Love

Hors ligne D_Y

  • Âme sombre
  • Gardien de Farore
  • Sage Goron
  • *****
  • Messages: 9662
    • Voir le profil
Je bouquine !
« Réponse #973 le: mercredi 05 juin 2019, 12:14:36 »
Yorick tu as lu en VO ? Niveau style d'écriture c'est solide ? Ça fait longtemps que je surveille Neil Gaiman quand je vais dans une librairie, mais j'ai jamais pensé à sauter le pas, pourtant sa réputation le précède. J'ai pas vu la série non plus mais si tu conseilles le livre je pourrais peut être me jeter à l'eau.

Sinon j'ai lu une assez grosse biographie de Napoléon, peut être la meilleure que j'ai pu voir, tellement complète que ça m'a pris un temps non négligeable à lire, ce qui peut rebuter les allergiques de pavés.
C'est parce que les plus grandes batailles sont tellement décrites avec minutie qu'on a des plans, le nom de qui a fait quoi à tel ou tel moment, la description de la stratégie adoptée avec tous les détails possibles. Ça peut être chiant au bout d'un moment si on s'intéresse pas trop au bousin et seulement aux faits croustillants du genre que Napoléon a fait l'amour pour la première fois avec une prostituée ou alors que Joséphine avait les dents noires.
Enfin bref je vais pas vous refaire la biographie vous avez qu'à lire le livre v.v Seulement vous dire que si le sujet vous intéresse, "Napoleon the Great" d'Andrew Roberts est une solide référence.

Le hasard a voulu que je reçoive tout "Guerre et Paix" de Tolstoï dans une bête d'édition, mais avant de m'y attaquer (parce que bon y'a pas que Napoléon dans la vie) j'ai entamé un poème épique de 1516 joliment bien foutu appelé "Orlando Furioso" de L'Arioste.


Orlando c'est notre Roland à nous, le porteur de l'épée Durandal, mort sous Charlemagne à Ronceveaux et qui a fait l'objet de "La chanson de Roland".
Et donc bien évidemment, le poème prend la même toile de fond : la guerre entre Charlemagne et les Sarrasins venus d'Afrique et d'Espagne. Mais pas seulement parce qu'il y a un sacré mélange entre faits historiques et éléments fantaisistes ; il y a des fées, des dragons, des monstres marins, des Hippogriffe (je pense que c'est la principale source d'inspiration de Buck, mais pas sûr), des chevaliers, des nécromanciens.
Et il porte bien son nom d'épique, il y a des passages d'une puissance inouïe, qui a besoin d'aller regarder un film Marvel quand il a un livre comme ça entre les mains ? 8-) Un des grand écrit chevaleresque, assurément, dont chaque chant donne des frissons.

Citer
Le sang découle de sa bouche en telle quantité, que cette mer pourrait s’appeler en ce moment la mer Rouge. Tantôt elle frappe les ondes avec une telle force, que vous les verriez s’ouvrir jusqu’au fond ; tantôt celles-ci montent jusqu’au ciel et cachent la lumière du soleil éclatant, tellement l’orque les fait rejaillir. À la rumeur, qui s’élève tout autour, on entend retentir les forêts, les montagnes et les plages lointaines.

Le vieux Protée, entendant une telle rumeur, sort de sa grotte et s’élève sur la mer. Quand il voit Roland entrer dans l’orque et en sortir, et traîner sur le rivage un poisson si démesuré, il s’enfuit à travers le profond océan, oubliant ses troupeaux épars. Le tumulte s’accroît au point que Neptune, ayant fait atteler ses dauphins à son char, courut ce jour-là jusqu’en Ethiopie.

Ino, toute en pleurs, tenant Mélicerte à son cou ; et les néréides aux cheveux épars ; les glauques tritons et les autres, s’en vont éperdus sans savoir où, les uns ici, les autres là, pour se sauver. Roland, après avoir tiré sur le rivage l’horrible poisson, voit qu’il n’a plus besoin de s’acharner davantage après lui, car, épuisé par les blessures et la résistance qu’il avait opposée, il était mort avant de toucher le sable.

Est-ce qu'il y a plus puissant que des dieux qui fuient ?
O proud Death ! What feast is toward in thine eternal cell ?

Hors ligne Yorick26

  • Priant de Nayru
  • Sage Goron
  • *****
  • Messages: 11114
  • Homme à tout faire
    • Code ami 3DS 1951-0832-7742

    • yorick.oudin
    • yorick26100
    • SW-6264-4058-0328
    • Voir le profil
Je bouquine !
« Réponse #974 le: mercredi 05 juin 2019, 14:00:44 »
Non j'ai lu en VF. Je suis pas assez courageux ou à l'aise avec l'anglais pour que ça en soit que du plaisir.

Je vais m'attaquer à Good Omens, le roman coécrit par Neil Gaiman et Terry Pratchett qui est dans la même lignée sauf qu'on a cette fois une confrontation ange/démon. La série était bien sympa.
« Modifié: mercredi 05 juin 2019, 14:02:36 par Yorick26 »

Little bit of Love