Auteur Sujet: Je bouquine !  (Lu 145978 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Yorick26

  • Priant de Nayru
  • Sage Goron
  • *****
  • Messages: 11652
  • Homme à tout faire
    • Code ami 3DS 1951-0832-7742

    • yorick.oudin
    • yorick26100
    • SW-6264-4058-0328
    • Voir le profil
Je bouquine !
« Réponse #1005 le: lundi 04 mai 2020, 09:30:48 »
J'ai fait une critique sur SensCritique sur un livre que personne n'a noté avant moi apparemment. Du coup je la partage.



Le Fléau des Rois : Le Chœur des Dragons (Tome 1)

Tout est une histoire de circonstance. Tout d'abord le confinement était l'occasion idéale pour me remettre à la lecture. Puis, j'avais envie depuis quelques temps de renouer avec ma liseuse. Et enfin, une publication de SensCritique sur Twitter parlait d'un nouveau livre de Fantasy. Je ne cherche pas beaucoup plus loin, je me lance. Il faut dire que le résumé est assez parlant : nous allons avoir droit à de l'esclavage, de la prostitution, de la violence et des intrigues politiques... Que des choses qui me plaisent quand c'est mélangé avec un peu de magie (dans un livre, entendons-nous...).

L'introduction me met à l'aise avec un concept que j'aime beaucoup : le fait qu'il s'agisse d'un récit. Ce premier tome est écrit par un certain Monsieur D'Lorus que l'on rencontrera plus tard dans l'histoire et qui par-ci par-là ponctuer le texte de ses propres commentaires et de ses propres notes permettant soit d'ajouter un peu plus de lore facultatif ou parfois nécessaire à la bonne compréhension des propos, soit d'ajouter une valeur plus personnelle au récit. On se méfie alors de ce qui est raconté car notre auteur peut mentir ou déformer la vérité. Et ce récit est lui-même la synthèse de deux récits : celui de Khirin, le personnage principal, actuellement prisonnier et contraint de raconter son histoire et celui de Serre, sa geôlière, une métamorphe anthropophage sadique, qui possède le talent d'absorber les souvenirs de ses victimes. On a donc encore une fois une nouvelle couche d'interprétation. De chapitre en chapitre, on change de point de vue. De plus, ces deux récits racontent l'histoire de Khirin mais à deux moments différents. Le premier concerne sa vie dans le Cercle inférieur de la ville au milieu du bordel tenue par sa mère adoptive, Ola, et au côté de Surdyeh son père adoptif artiste ; le second s'intéresse à sa vie en tant qu'esclave, acheté sur le marché après des enchères difficiles par trois membres d'une confrérie secrète. On sait déjà comment ces deux récits vont finir. Le premier finira par le fait que Khirin deviendra un esclave, le second par son emprisonnement. Ce n'est donc pas la finalité qui nous intéresse, mais le chemin parcouru qui nous importe. Il y a certes quelques chapitres à la fin qui permettent de conclure ce premier tome, mais cette particularité apporte un plaisir supplémentaire.

Quant à l'histoire elle-même, j'ai eu un peu plus de mal. En fait, malgré les commentaires de D'Lorus pour nous réexpliquer certains morceaux de l'histoire, on doit prendre le train en marche et j'ai trouvé qu'il allait un peu trop vite. Là où j'ai eu le plus de mal, c'était les races et les peuples. Il faut dire aussi que la liseuse se prête un peu moins facilement à l'utilisation du glossaire. De plus, je l'ai découvert qu'à la fin, si bien qu'à chaque fois que j'avais le nom d'un peuple, je passais un petit peu dessus alors que c'était parfois essentiel de comprendre qui étaient les Jorats, les Vanés, les Quuros et qu'elles sont leurs histoires. J'en veux autant à moi qu'au texte. Le nombre de fois où j'ai cherché dans le Wikitionnaire de la liseuse ce que voulait dire "agolé" alors que c'était tout simplement un mot de fiction expliqué à la fin du livre. Je me suis senti bête une fois que j'ai fini le livre et que j'ai vu le glossaire. Il y avait également une carte des lieux, mais peu lisible dans le format liseuse. Et enfin, l'arbre généalogique. Je pense qu'il est effectivement nécessaire de s'y référer parfois pour s'y retrouver devant la complexité de la famille principale de ce livre, les D'Mon. Entre les incestes, les procédés magiques qui viennent mélanger tout ça et les mensonges sur les véritables relations familiales entre deux membres, on s'y perd plus qu'il ne le faudrait. Rien que pour comprendre qui est Khirin, il faut pratiquement les trois quart du livre pour arriver à en tirer une conclusion à peu près certaine... et encore. Alors oui, il y a un arbre généalogique à la fin, mais celui-ci reprendre toutes les informations disséminées dans le livre si bien qu'il divulgâche beaucoup des intrigues. Même si c'était compliqué, j'étais content de ne l'avoir découvert qu'à la fin de ma lecture. Dans l'idéal, il aurait fallu que je me fasse un arbre généalogique par mes propres moyens au fur et à mesure de ma lecture. Là, ça aurait été chouette... mais ce n'est pas quand tu es arrivé au milieu du livre que tu as envie de te lancer dans cette tâche fastidieuse.

Malgré ces difficultés à prendre la lecture d'un univers qui ne vous a pas attendu, j'ai dévoré ce livre (encore une fois le confinement a joué un petit peu). J'ai vraiment hâte de lire la suite des aventures du porteur du Fléau des Rois, du libérateur des démons etc. etc. Il y a évidemment certains personnages que j'aimerai voir Revenir, mais je crains que cela ne soit pas possible. La fin a prévu de laisser un bordel pas possible dans la Cité et il y a beaucoup de choses dans le Passé de Khirin qui reste à explorer. Hâte de lire tout ça et à suivre.
A Little bit of love