Auteur Sujet: Végarisme, végétalisme et autres végémachins  (Lu 33662 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Yuan

  • Messager Éolien
  • *
  • Messages: 2044
  • Great Ape
    • Code ami 3DS 5300-8742-5932

    • FlourFlower_
    • Voir le profil
Végarisme, végétalisme et autres végémachins
« Réponse #30 le: lundi 06 avril 2015, 21:37:12 »
Pour le miel, je ne parlais évidemment pas d'en consommer de façon ultra régulière, mais au moins de ne pas couper ça de son régime alimentaire. J'ai vu tellement de végans par le passé essayer de me faire gober que « voler le miel des gentilles zabeilles, c'est mal », alors que tout au contraire, sans les apiculteurs et le marché du miel, on risque de très gros problèmes au niveau de l'agriculture (ai-je besoin de rappeler que les abeilles sont le pollinisateur le plus important ?). Les apiculteurs ne blessent pas les abeilles et ne les empêchent pas de survivre, loin de là. Au contraire, ils leur permettent d'avoir des ruches dans certains cas (milieux trop pollués par les pesticides par exemple). S'ils font bien quelque chose pour les abeilles, c'est les sauver, clairement pas les tuer.
En outre, beaucoup d'espèces sont dépendantes du travail d'insectes pollinisateurs telles que les abeilles, à commencer par les végétaux qu'elles pollinisent bien sûr, mais aussi les humains. Les enjeux politiques concernant la présence d'abeilles et d'apiculteurs dans chaque pays sont monstrueux, et je vous conseille vivement de vous renseigner sur le sujet si vous ne l'êtes pas déjà (en plus d'être super intéressant, c'est aussi important).
Si c'est une cause pour laquelle vous accordez vraiment de l'importance, en revanche, je vous encourage à consommer d'autres produits à base de miel : le pain d'épice, l'hydromel...

c'est juste le cycle de la vie et même si l'action de l'Homme a souvent été néfaste pour la nature (surtout à cause d'actes déraisonnés et irréflechis), je pense aussi qu'une grande partie de la population en a pris conscience et qu'au contraire on fournit plus d'efforts que n'importe quel animal pour la preservation de celle ci.

Ça, c'est ce qu'il faut espérer. Mais la réalité n'est pas si rose. Preuve étant que beaucoup de gens ne font pas attention aux labels de consommation, achètent des plats préparés, ne comprennent pas les enjeux politiques au sujet des OGMs, etc. Et encore, en France, on est assez bons à ce niveau-là par rapport à d'autres pays, ne serait-ce qu'en Europe (et ne parlons même pas au niveau mondial).

-Et les animaux de ferme vivaient où avant qu'on les "domestique" ? Dans la nature sans doute, ils ont eu du être libres à une époque, et si tous les animaux de ferme aujourd'hui n'ont jamais goûté à la liberté, c'est peut-être vrai qu'ils n'ont pas de manque avec ce qu'ils n'ont pas connu. Mais ce serait comme dire que la majorité des citoyens de la Corée du Nord ne ressent pas un manque de liberté parce que leur système est tout ce qu'ils connaissent. C'est vrai, mais je pense que les animaux qui sont "nés libres" vont bien plus chercher à s'enfuir, ce qui montre que leur "état naturel" est quand même plutôt de rester libre. Peut-être que si nous naissions dans des cages de 2m sur 1et que nous y passions notre vie entière (un peu comme des poules de batterie), nous ne ressentirions jamais de manque de liberté non plus.

(Tout d'abord, je trouve les parallèles à la politique très déplacés, pour ce point comme pour le suivant de ton message. On ne peut pas comparer les sociétés et modes de pensée animaux à ceux humains. Même de façon primitive, c'est très caduque.)
Comme l'a explicité Kaiwatt, les espèces d'animaux qu'on élève ont été « modifiées » par nous à cause de croisements d'animaux qui avantageaient le plus notre nutrition. Si certains y voient une influence humaine (en y sous-entendant souvent qu'elle est « malicieuse », d'ailleurs), il faut aussi comprendre qu'en un sens, ça a contribué à la diversité animale, puisque ça a permis la distinction entre l'espèce dite sauvage et l'espèce dite domestiquée. Donc pour répondre à ta question, les animaux de ferme auraient effectivement beaucoup de mal à survivre sans notre influence. Ainsi, on ne peut pas dire qu'ils recherchent la liberté (sauf s'ils sont traités dans des conditions déplorables, bien évidemment).

La raison pour laquelle il ne faut pas voir ça comme une « mauvaise influence humaine sur la nature », c'est tout simplement parce que tant qu'on respecte des normes envers l'environnement, je ne vois pas ce qu'on a à se reprocher. Tuer un animal pour se nourrir n'a rien de criminel, c'est un procédé de la chaîne alimentaire, et le fait que nous ayons une conscience qui permettent la présence de respect moral n'y change rien. Ce n'est pas notre intelligence qui constitue nos capacités digestives, en d'autres termes. De plus, la chaîne alimentaire est un cycle important qui permet de réguler des espèces (hier sur le chan, Kaiwatt avait cité un exemple très intéressant, celui des amérindiens, qui vivaient en quasi-symbiose avec les buffalos, en régulant leur nombre de façon à ce que les deux espèces puissent coexister dans le même environnement ; système qui s'est écroulé avec l'arrivée des occidentaux en Amérique, sans surprise).
Pour donner un exemple à ceux qui ont du mal à visualiser, prenons un exemple tout con, comme des renards et des lapins ; plus il y a de renards, plus ils consomment de lapins, donc plus la population des lapins diminue. Avec une faible population de lapins, celle des renards ne peut plus autant prospérer ; c'est au tour de la population de renards de diminuer. Et ainsi de suite, sur des générations. Ça fonctionne comme ça pour énormément d'espèces. Et j'ai pris l'exemple de deux animaux, mais ç'aurait pu être un animal et un végétal.

-Et si nous sommes les seuls à nous préoccuper du destin des autres espèces (et encore je n'en suis pas sûr, je pense qu'il y a dans l'inconscient de certains animaux une solidarité pour d'autres espèces, notamment celles qui dépendent directement d'autres espèces), c'est justement quelque chose qui est tout à notre honneur. Sinon, je vais encore prendre une métaphore politique, désolé, mais ce serait comme dire que nous ne devrions plus appliquer les droits de l'homme en Europe puisque nous sommes les seuls qui en tenons compte.

(Pour le coup de cette métaphore politique, je vois même pas quel est le parallèle entre les deux, désolé... :niak:)
Ce n'est pas que tu « penses » qu'il y a un inconscient de solidarité entre les espèces. Il y en a un (qui s'appelle la symbiose) et sans lequel toute la biosphère s'écroulerait. Dis-toi que si tu es en vie en ce moment-même, c'est parce qu'il y a une collaboration étroite entre ton organisme et un nombre incroyable de bactéries dans tes nombreux systèmes (l'exemple le plus criant étant le système digestif).
Évidemment que c'est tout à notre honneur de nous préoccuper de l'environnement. Et je le mets en gras parce que je parle bien de l'environnement au sens large du terme (c'est à dire aussi les ressources à notre disposition, comme la terre et l'eau), pas seulement le bien-être des espèces animales. Or, je ne suis pas convaincu que des régimes végétaliens et une interdiction absolue de l'élevage serait bénéfique à l'environnement dans sa globalité. Kaiwatt a cité l'exemple des engrais, et c'en est un parmi un bon nombre.

Je suis convaincu qu'il faut militer pour une consommation responsable de la nourriture et pour limiter au maximum le gaspillage et la pollution. Et ça, ça n'a rien à voir avec le fait de ne consommer aucun produit d'origine animale ou pas. Ça consiste à faire attention aux labels, à promouvoir le bio, le recyclage, les animaux élevés en plein air, etc.
J'aimerais vraiment souligner le fait qu'il vaut mieux consommer de la viande d'un label bio, avec un élevage certifié en plein air, plutôt que de ne jamais en acheter et se rabattre sur plus de légumes, souvent de moins bonnes qualités, dont on ne vérifie aucun label. (Ne parlons même pas des plats préparés, pitié...)
Si quelqu'un préfère ne pas manger de viande par amour pour les animaux, parce qu'il n'en apprécie pas le goût, ou peu importe ses raisons, grand bien lui en fasse. Je n'ai rien à redire à ces gens-là. Ce que je reproche à certains mouvements de végétarisme/végétalisme/véganisme, c'est d'essayer de faire passer la consommation de viande pour quelque chose de fondamentalement mauvais. Ça ne l'est pas. Ce qui l'est, c'est la consommation irresponsable et massive de nourriture, le gaspillage stupide, et la pollution non-nécessaire.
Personnellement, j'aspire de pouvoir vivre un jour avec un salaire suffisamment correct pour pouvoir réellement consommer correctement tous les produits que j'achète. Pour le moment, je ne suis qu'étudiant, j'ai un budget évidemment limité et un temps également précieux. Je ne peux donc pas encore me permettre de ne consommer que du bio et d'éviter les occasionnels plats préparés ou fast-foods. Pourtant, j'essaye petit à petit de prendre des bonnes résolutions vis à vis de ma nutrition, d'aller plus régulièrement au marché de ma ville, d'éviter de prendre de la viande souvent, etc.

-Enfin, pour les mesures que nous prenons pour la défense de la nature, je ne suis pas sûr que toutes nos actions entreprises compensent ne serait-ce que la moitié de la destruction causée par l'homme depuis des millénaires, entre les espèces disparues par notre faute ou les biotopes dénaturés. Donc oui, on va peut-être contribuer plus au sauvetage des dauphins que l'ensemble des chats de la planète, mais les chats n'ont sans doute pas détruit autant d'espèces que nous.

Oui.
C'est pour ça que je vais répéter une toute dernière fois pour ce post : il faut faire attention à l'environnement avant tout, pas juste à la protection animale au sens strict (qui est à mes yeux bien superficielle quand on essaye d'envisager les dégâts qu'on pourrait créer si on supprimait purement et strictement l'élevage d'animaux).

(Sinon, je garde les vidéos de Plag et de Skoll sous le coude, je les regarderai quand j'aurai le temps (elles sont longues tout de même) et je commenterai peut-être en temps voulu si j'ai quelque chose à dire à leur sujet)

Ah the ticking of the clock
And the ringing of the stocks
Are relics of our lives

Hors ligne D_Y

  • Âme sombre
  • Stratège de Din
  • Sage Goron
  • *****
  • Messages: 9908
    • Voir le profil
Végarisme, végétalisme et autres végémachins
« Réponse #31 le: mardi 07 avril 2015, 00:44:58 »
La pérennité de la plupart des races d'élevage dépend directement de l'intérêt qu'a l'homme à supporter ces espèces.
Les animaux vivant actuellement à la ferme sont des espèces que nous avons croisées et croisées et croisées sur des générations pendant des millénaires afin qu'elles produisent le plus de viande, oeuf et de lait (ou autre) possible, optimisées uniquement pour notre consommation. Ce ne sont pas des espèces viables dans un environnement complètement naturel, elles sont définitivement dépendantes des hommes et des modifications apportées par celui-ci à l'environnement (un pré n'a rien de naturel).

Autre chose, si nous voulons supporter notre agriculture en évitant au maximum d'utiliser des engrais chimiques, nous avons besoin de l'exploitation animale pour la production d'engrais et l'utilisation des cycles naturels à notre bénéfice.
Un système sans élevage ne serait pas viable. Ce qui est important c'est améliorer les conditions d'élevage de nos animaux et surtout réduire le gaspillage.

Eh ben, ça doit pas être facile d'être destiné à mourir pour le bien être d'une autre espèce, surtout quand cette dernière le justifie en faisant joujou avec la génétique (on est en passe de prendre la place de Dieu après tout).

(et l'évolution, la sélection naturelle, l'imprevisibilité du chaos ? Si demain l'Homme disparaît, les vaches sont donc condamnées ?)

Plus sérieusement c'est un peu HS vos trucs de symbiose. Parce qu'entre l'amerindien qui régule la population de buffles (et qui remerciait l'animal tué qui lui permettait de manger...) par nécessité et nous qui ne régulons pas tant que ça a l'échelle industrielle, tuons les animaux à l'arrache et consommons plus que nos besoins, on a beaucoup de leçons à apprendre du respect de certaines civilisations envers la nature et les espèces qui la peuplent.
Donc bon parler d'équilibre nécessaire et très bien dosé il faut pas déconner non plus.
O proud Death ! What feast is toward in thine eternal cell ?

Hors ligne Plagueis

  • Sorcier Sheikah
  • ****
  • Messages: 7321
  • Legendary Taunter
    • Code ami 3DS 1993-7815-1252

    • Voir le profil
Végarisme, végétalisme et autres végémachins
« Réponse #32 le: mardi 07 avril 2015, 00:56:32 »
Personne n'a rien retenu ou quoi ?


Hors ligne Yuan

  • Messager Éolien
  • *
  • Messages: 2044
  • Great Ape
    • Code ami 3DS 5300-8742-5932

    • FlourFlower_
    • Voir le profil
Végarisme, végétalisme et autres végémachins
« Réponse #33 le: mardi 07 avril 2015, 11:10:48 »
@D_Y : Hum.

Si tu penses vraiment que les animaux d'élevage ont pleine conscience de ne vivre que pour servir nos besoins, je ne sais vraiment plus quoi te dire. C'est comme dire qu'ils ont une conscience intelligente au même titre que l'humain. Et si on suit cette "logique" (absurde au possible), ils se seraient déjà révoltés et auraient essayé d'anéantir notre espèce, puisqu'on en fait de l'esclavage. Je plaisante pas, c'est vraiment à ça que mène ta réflexion.
Oui, on a modifié l'évolution génétique de nombreuses espèces (et clairement pas qu'animales) au cours de notre histoire. L'homme existe encore parce qu'il modèle son environnement pour qu'il lui convienne. C'est littéralement la forme d'adaptation la plus optimale qu'on puisse observer (et je parle bien d'adaptation parce que trouver les moyens d'empêcher qu'un virus n'anéantisse une population est bien quelque chose d'adaptatif). Et non, ce n'est pas "contre nature" ou quoi. C'est comme ça que s'articule l'espèce humaine, point.

Ton point entre parenthèses, euh... oui, si l'homme disparaît, alors l'homme disparaît, et c'est tragique ? Je vois absolument pas où tu veux en venir. Évidemment que notre disparition serait problématique pour l'environnement, c'est pas comme si on avait beaucoup influencé son développement au cours de notre existence... mais même dans un cas apocalyptique où on serait confronté à un virus ou une bactérie ne contaminant que nous, des mesures seraient prises, on ne serait pas radiés de la planète du jour au lendemain.
Et puis même, quel rapport avec le veganisme en fait ?

Parler de symbiose est hs parce qu'on ne remercie pas notre steak d'être dans notre assiette... ?
On expliquait bêtement le mécanisme pour insister sur sa présence à l'état naturel. Est-ce qu'à notre stade de civilisation il ne serait pas respecté à cause de surconsommation massive et causerait des problèmes ? Bien sûr que oui, mais à quel moment Kaiwatt ou moi disons le contraire ?
L'équilibre est nécessaire. Actuellement il n'est pas bien dosé. Il faudrait tendre vers de meilleures pratiques vis à vis de l'environnement.
(C'est pas faute d'avoir écrit ça une quinzaine de fois dans mon message.)

Ah the ticking of the clock
And the ringing of the stocks
Are relics of our lives

Hors ligne D_Y

  • Âme sombre
  • Stratège de Din
  • Sage Goron
  • *****
  • Messages: 9908
    • Voir le profil
Végarisme, végétalisme et autres végémachins
« Réponse #34 le: mardi 07 avril 2015, 13:54:56 »
Je ne sais pas vraiment ce qui t'as amené à penser que je sous entendais qu'une vache était aussi intelligente qu'un homme, mais merci quand même de nous éclairer sur ce point...
Pour le niveau de conscience (qui est dissociable de l'intelligence), tu ne sais pas comment une vache voit le monde, pas plus que moi d'ailleurs, mais je me refuse d'avoir cette pensée cartésienne que les animaux ne sont que des machines réglées par le seul instinct dicté par la nature (et encore moins par nous, manquerait plus qu'on puisse contrôler les consciences).
Quand bien même ce serait le cas, avoir le droit de vie ou de mort sur un être vivant selon le niveau de "conscience" (notion inventée par l'homme dans sa vaine quête de supériorité spirituelle, soit dit en passant) me permettrait tout aussi bien de faire cuire ton chat, qui non seulement est lui aussi le fruit de générations d'évolution contrôlée, mais n'a sans doute pas plus de conscience qu'un boeuf, une poule ou un agneau. Mais bon je pense que ça te ferait un peu chier.

Pour la modification génétique, tout d'abord le scénario de l'humanité disparaissant du jour au lendemain était hypothétique, et n'était pas censé refléter une réelle possibilité. C'était pour illustrer le fait que la survie d'une espèce ne dépend pas nécessairement de nous, mais que l'adaptation et l'évolution sont des mystères qui nous dépassent presque totalement, étant donné qu'ils dépendent d'une multitude de facteurs assez hasardeux. L'architecture de notre cerveau, les connexions nerveuses, et donc par conséquent notre conscience et notre intelligence qui nous permettent de nous poser ce genre de question, n'aurait peut être jamais pu exister sans qu'à une époque donnée, notre évolution nous y dirige. Il n'est pas du tout exclu qu'à un moment donné, la nature ait dit niet et qu'à l'heure actuelle nous n'existions tout simplement pas (ou alors pas de la même manière). On a eu du bol à ce niveau là, mais ça nous donne pas le droit de nous considérer comme maîtres de l'univers. Que les cochons ou les vaches deviennent un jour l'espèce dominante, il y a un pas qu'il ne faut pas franchir, mais tout ça pour dire que nous ne sommes pas les maîtres de la Nature, et que même si l' existence d'une espèce dépend de nous, il n'est vraiment pas dit que leur destin à long terme dépende de notre seule volonté, la dessus nous n'avons pas droit de parole (en ce sens, Jurassic Park n'est pas un exemple si con :^^:).
A la question de savoir ce qui est naturel, et ne l'est pas. Toute espèce a une influence, à son échelle, sur l'écosystème de la Terre (tu en a cité un exemple avec les abeilles). La chasse aux buffles est, au même titre que le lion chassant la gazelle, naturelle et fait partie du cycle de la vie. Façonner des espèces pour le seul besoin d'un grand massacre dans les abattoirs ne l'est pas du tout (par définition en tout cas, la Nature n'ayant pas eu beaucoup de choses à dire dans ce processus).

D'où, à la question sur la symbiose : il ne s'agit pas de remercier notre gigot parce qu'un animal à donné sa vie (tu passe à côté de ce que je voulais dire).
Ton équilibre il existait au temps des amérindiens mais c'est une douce utopie aujourd'hui. La balance n'est pas seulement trop lourde d'un côté, elle l'est tellement que le poids qui s'y oppose est nul, on peut donc dire qu'elle n'existe plus.
Cette idée de symbiose est HS parce que, à mon avis, les végétariens (et autres) sont bien conscients de cet équilibre et combattent, justement, le déséquilibre qui découle de notre société de surconsommation, déséquilibre dont tu est de toute évidence consciente.
En bref, essayer d'injustifier le végétarisme (ou veganisme) en mettant sur le tapis un équilibre qui est justement la base de leur combat (enfin, si j'étais végétarien ce serait le mien en tout cas), c'est à mon sens pointer du doigt le mauvais problème.

Mais bon là tu peux dire que l'humanité devenant de plus en plus nombreuse, rééquilibrer la balance est impossible, que le combat est perdu d'avance, à quoi je dirais que tu n'as pas tort. Mais je pense que cette façon de nous nourrir fait honte à cette intelligence qui nous définit en tant qu'homme. A ce niveau je comprends trés bien le point de vue des végétariens, même si je ne le suis pas moi même (je ne pourrai sans doute jamais me passer de jambon et de saucisson), mais bon, il faut accepter la réalité.

« Modifié: mardi 07 avril 2015, 14:06:16 par D_Y »
O proud Death ! What feast is toward in thine eternal cell ?

Hors ligne Kaiwatt

  • Messager Éolien
  • *
  • Messages: 2361
  • Faudrait vraiment que je bosse.
    • Code ami 3DS 1633-5394-9833

    • Code ami Wii U Kaiwatt

    • Voir le profil
Végarisme, végétalisme et autres végémachins
« Réponse #35 le: mardi 07 avril 2015, 21:25:13 »
Pour la modification génétique, tout d'abord le scénario de l'humanité disparaissant du jour au lendemain était hypothétique, et n'était pas censé refléter une réelle possibilité. C'était pour illustrer le fait que la survie d'une espèce ne dépend pas nécessairement de nous, mais que l'adaptation et l'évolution sont des mystères qui nous dépassent presque totalement, étant donné qu'ils dépendent d'une multitude de facteurs assez hasardeux.

Euh, nope. Les mutations ont lieu à peut près au hasard on va dire, mais la survie des individus obtenus et l'évolution des espèces n'est pas hasardeuse pour le moins du monde. L'espèce la plus apte survit, une espèce non apte est destinée à disparaître.

Et je voudrais bien croire que beaucoup de végétariens ne pensent pas qu'il faut tout arrêter mais réduire et que pour ça une partie de la population doit se mobiliser (une cause louable en somme, ce sont les végétariens "politiques"), sauf que c'est pas le cas (edit pour préciser : dans les cas que j'ai rencontré en tous cas). De très nombreux discours de végétariens et surtout vegans que j'ai entendu se focalisent sur un seul aspect : la moralité. "C'est cruel de manger des animaux." en entendant régulièrement des absurdités à la "l'homme n'est pas omnivore." Et les arguments environnementaux servent en général à enrober le tout (parce que pas mal pensent quand même qu'un légume qui a fait 1000km en avion vaut mieux qu'un poulet bio qui vient de l'élevage d'à côté). Les vegans ne disent pas "il faut réduire la consommation de viande, améliorer les conditions d'élevage, stoper le gaspillage et être plus écoresponsable" ils disent clairement "il faut tout arrêter et bouffer que des plantes", et y a quand même une différence de taille.
« Modifié: mardi 07 avril 2015, 21:32:22 par Kaiwatt »

Hors ligne D_Y

  • Âme sombre
  • Stratège de Din
  • Sage Goron
  • *****
  • Messages: 9908
    • Voir le profil
Végarisme, végétalisme et autres végémachins
« Réponse #36 le: mardi 07 avril 2015, 22:24:21 »
Les mammifères n'étaient pas forcément aptes à prospérer autant il y a des millions d'années, jusqu'à un gros coup de chance qui a fait qu'ils en ont eu la possibilité (les plus aptes parmi ceux ci, sans doute).
Reste à savoir quelles espèces parmi les millions qui existent sont le plus aptes à survivre sur le long terme, et honnêtement je pense que c'est pas tellement prévisible tant les facteurs (dont certains qu'on ne connaît pas forcément) à prendre en compte sont nombreux.

Sinon je suis au courant du discours de certains naïfs, mais je réagissait surtout à cette histoire d'équilibre naturel qu'il me semblait assez maladroit de mettre sur le tapis, étant donné notre mode de consommation.
Je suis bien sûr d'accord que dans l'absolu, manger de la viande ce n'est pas de la cruauté...
O proud Death ! What feast is toward in thine eternal cell ?

Hors ligne Yuan

  • Messager Éolien
  • *
  • Messages: 2044
  • Great Ape
    • Code ami 3DS 5300-8742-5932

    • FlourFlower_
    • Voir le profil
Végarisme, végétalisme et autres végémachins
« Réponse #37 le: mardi 07 avril 2015, 23:00:29 »
Quand bien même ce serait le cas, avoir le droit de vie ou de mort sur un être vivant selon le niveau de "conscience" (notion inventée par l'homme dans sa vaine quête de supériorité spirituelle, soit dit en passant) me permettrait tout aussi bien de faire cuire ton chat, qui non seulement est lui aussi le fruit de générations d'évolution contrôlée, mais n'a sans doute pas plus de conscience qu'un boeuf, une poule ou un agneau. Mais bon je pense que ça te ferait un peu chier.

Oui, ça te permettrait de faire cuir mon chat. Mais tu ne le fais pas parce qu'il n'y a pas grand chose à manger dessus, et qu'on ne voit pas ce qu'il y a de rentable. Pourtant dans certains pays, on mange de la viande de chat ou de chien, je ne t'apprends rien là-dessus.
Cette notion n'a rien à voir puisque l'homme fait clairement une distinction entre l'animal qu'il élève pour manger et l'animal qu'il élève pour vivre à ses côtés (le chien pour ses qualités de compagnon fidèle, le chat à l'origine parce que c'est un chasseur de petits rongeurs source de problèmes, le cheval pour le monter, etc.). Évidemment qu'on ne mange pas les animaux qu'on élève dans le but de les maintenir en vie pour qu'ils nous soient utiles.

La « suprématie » de l'homme n'a rien de spirituel ou d'anthropocentrique, elle vient purement du fait qu'on remodèle notre environnement. Qu'on soit des mammifères ou des reptiles, ça ne change rien. Donc ce n'est pas la question.

A la question de savoir ce qui est naturel, et ne l'est pas. Toute espèce a une influence, à son échelle, sur l'écosystème de la Terre (tu en a cité un exemple avec les abeilles). La chasse aux buffles est, au même titre que le lion chassant la gazelle, naturelle et fait partie du cycle de la vie. Façonner des espèces pour le seul besoin d'un grand massacre dans les abattoirs ne l'est pas du tout (par définition en tout cas, la Nature n'ayant pas eu beaucoup de choses à dire dans ce processus).

J'essayais d'expliquer que si, c'est naturel dans la mesure où c'est notre moyen de survivre. (Je parle de l'élevage dans son concept, pas dans son itération en masse.) Ce n'est pas parce que les croisements d'une espèce sont « contrôlés » par une autre que ce n'est plus naturel.

Je ne pense pas pouvoir dire que nous sommes à un stade de non-retour. Ça va demander beaucoup de mobilisation d'obtenir un bon résultat, et c'est clair que c'est mal parti vu l'insouciance de la majorité de la population, mais je ne pense pas que nous soyons vraiment arrivé à un point où tout ce que nous avons fait est irréparable.
Ce que j'injustifie dans le végétar/lisme et le véganisme en parlant d'équilibre de chaîne alimentaire et du fait que l'homme soit omnivore est tout simplement pour toucher à l'aspect moral. Parce que dans les faits, pour ce qui concerne l'environnement, il n'y a pas photo et Kaiwatt a choisi un bon exemple : mieux vaut consommer un animal élevé en plein air que des légumes issus d'un champ bourré de pesticides dégueulasses. Parce que consommer ces légumes en question, c'est promouvoir la destruction des terres où elles sont élevées, et donc parallèlement les environs, habitat de plusieurs autres espèces animales et végétales.

Est-ce qu'il est possible de nourrir toute la population mondiale sans user de procédés problématiques pour l'environnement ? Évidemment, là on tombe dans l'utopie. Mais il faudrait grandement limiter les productions à risque (polluants, nocifs pour les espèces ou l'environnement où elles sont cultivées/élevées), ça c'est certain, et c'est la cause que je défends en tout cas.
Au fond, promouvoir une production saine de nourriture n'est pas moins utopiste que de vouloir supprimer entièrement la consommation de produits de source animale. C'est juste plus responsable, dans le sens où je fais personnellement aussi attention aux légumes que je consomme, pas juste à la viande que j'évite.

Ah the ticking of the clock
And the ringing of the stocks
Are relics of our lives

Hors ligne Kaiwatt

  • Messager Éolien
  • *
  • Messages: 2361
  • Faudrait vraiment que je bosse.
    • Code ami 3DS 1633-5394-9833

    • Code ami Wii U Kaiwatt

    • Voir le profil
Végarisme, végétalisme et autres végémachins
« Réponse #38 le: dimanche 07 juin 2015, 15:36:54 »
Alors ça a pas forcément à voir avec le végétalisme mais c'est un reportage que je trouve très intéressant et qui montre qu'il y a des changements à faire dans à peu près tout le secteur de la production alimentaire industrielle :



J'aime beaucoup cette histoire de pesticides de stockage 1000x plus présents dans la farine que les pesticides que le blé a reçu tout le long de sa période de croissance. Miam.