Auteur Sujet: L'univers Vaati  (Lu 2893 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Vaati the Wind Mage

  • Priant de Nayru
  • Peste Mojo
  • *****
  • Messages: 332
  • Supporter de Fay
    • Code ami 3DS 036 -2037-8136

    • FaucherTitouan
    • SW-2839-9452-5689
    • Voir le profil
L'univers Vaati
« le: mercredi 07 mars 2018, 00:32:38 »
Bonjour, bonsoir à tous, bienvenu dans cette nouvelle galerie! Depuis que je suis tout petit, j'adore inventer des histoires, et surtout les raconter. Du coup, j'aimerais partager des histoires ici (qui peuvent parfois être écrite sur de longues durées, un peu comme des fanfictions). Je suis désolé d'avance, je ne suis pas écrivain, je ne pense pas posséder de talents particuliers pour l'écriture, j'aime juste créer et raconter des histoires.


Sommaire:

Fictions:
Retour au sommaire


Autres:
Retour au sommaire


Voici donc la première de mes histoires. Cette histoire se déroulera en plusieurs actes, contenant chacun plusieurs chapitres, ce sera d'ailleurs souvent le cas.


Corterra(brouillon)

Prologue


Tout d'abord, il n'y avait rien, le néant absolu. Certains racontent que ce néant était vivant. Et s'il l'était, il fût brusquement tué par l'apparition d'un oeuf, qui a éclos aussitôt. A l'intérieur de cet oeuf, se trouvait le Dragon, l'entité créatrice. A peine était-t-il né qu'il avait déjà son âge adulte, et toute sa puissance. Dès les premiers instants de sa vie, il créa l'univers, et en son centre, une planète: Corterra. Le noyau de cette planète était le coeur de l'univers: s'il venait à être détruit, l'univers entier le serait aussi, et tous les autres mondes parallèles que le Dragon avait créé. Après cela, il créa une multitude de planètes. Puis, pour l'aider à régir toute sa création, il donna la vie aux six dieux: Luz, déesse de la lumière, Noctula, déesse des ténèbres, Elichar, dieu du feu; Aquila, déesse de l'eau; Juris, déesse de la justice, et enfin Neïra, déesse de la nature et de la vie. Une fois les dieux à ses côtés, ils créèrent la vie, et la controlèrerent . Mais cette paix fût vite interrompue par l'arrivée du Mal Absolu: Azmaël, le Mal à l'état pur, surgit de nulle part, accompagné de sept démons d'une puissance incroyable. Une fois ces sept démons scellés en Enfer par les dieux, vint le tour d'Azmaël, mais sa puissance dépassait de loin celle des dieux et du Dragon réunies. Après un long et éprouvant combats, ils ne réussirent pas à le tuer, mais séparèrent son âme de son corps; son corps fût scellé en Enfer, et son âme, impuissante sans son enveloppe charnelle, resta sur terre, dans une prison isolée construite par les dieux, que seul un être fait de chair et de sang pourrait ouvrir. Mais un prévision d'un éventuel retour du Maître des Démons, le Dragon créa six sources contenant un toutes un pouvoir incroyable. Le jour de leur dix septième anniversaire, six élus, peut être d'époques différents, seront choisis par la source, pour recevoir son pouvoir et son arme, pour défendre Corterra de tout danger qui pourraient la menacer. Ces élus recevraient également la jeunesse éternelle...

Arc 1: Le premier éveillé
Chapitre I: La libération

Dans la nuit froide et mortelle du désert, un jeune homme, seul et fragile en comparaison des forces de la nature féroce, marchait avec détermination vers son objectif. C'était en l'an 546 après la Création. Il se faufilait entre les ruines, rien ne saurait l'arrêter, lui qui avait déjà tout perdu. Cette prétendue entité était sa dernière chance. Il ne savait rien d'elle, mais sa puissance pourrait peut être la ramener... Il trouva enfin la Prison. Les raisons de cet emprisonnement ne l'intéressaient pas. Il connaissait les réponses à toutes les énigmes qui parsemaient l'édifice: un ancien les lui avaient dîtes. Trouver la Prison était le plus dur. Enfin, il se retrouva face à face avec l'entité. Elle était faîte d'une sorte de fumée noire, et le haut de son corps était décoré de deux cornes, semblables à des cornes de mouflon. L'entité lui adressa alors la parole: "Qui es tu, et pourquoi vient tu me sauver?

-Oh entité, dit le jeune homme. Je suis un humble voleur venu du désert, du nom d'Aézir, et je viens marchander avec toi.
-....Marchander?
-Oui. Je souhaite que tu ramènes ma douce fiancée à la vie. Je ferai ce que tout ce que tu désires pour atteindre ce but.
-Hmm... Eh bien soit, je t'accordes cette faveur. Mais en échange, tu devras m'accompagner vers un endroit spécial. Un endroit d'une immense importance. Est-ce en accord avec les termes de ton marché?
-Oui, entité.
-Très bien, mais cesses de m'appelles entité. Appelles moi par mon nom: Ordelan. A présent, quittons cet endroit, et mettons nous en route. Le chemin sera long...


Et voilà, n'hésitez pas à me donner vôtre avis, je lirai chaque critique avec attention.
« Modifié: vendredi 14 septembre 2018, 15:22:20 par un modérateur »
Ce n'est pas avec cette ridicule épée que tu vaincras le Prince du Mal!

Hors ligne Gaellink

  • Soldat d'Ikana
  • *
  • Messages: 671
  • Petit Lutin
    • Gaellink_A
    • Voir le profil
Les histoires de Vaati (ou l'inspiration pour le nom)
« Réponse #1 le: mercredi 07 mars 2018, 20:15:12 »
C'est chouette que tu te lances dans une nouvelle galerie ^^
Et si je me permettre, un talent particulier pour l'écriture ça n'existe pas, c'est l'expérience qui fait qu'on te considère comme talentueux. Il faut beaucoup écrire, trouver son style, lire, sortir, et des tas d'autres choses pour enrichir son imaginaire.
Par exemple ton prologue de une genèse du monde de Corterra, lire d'autres récits de ce genre peut donner des idées ^^
La thématique du néant/être originel/se divise pour pour mieux diriger le monde qu'il a crée, puis apparition du mal absolu, puis élus, est un schémas classique, cliché dirons certains, mais c'est très efficace pour faire une base à un univers.

Et pour ce qui est du chapitre 1, on commence direct dans l'action, du coup j'aurai aimé qu'il soit un peu plus long pour mieux connaître les motivations d'Aézir, bien que résumé en une phrase lorsqu'il s'adresse à l'entité Ordelan. Du coup vivement la suite pour savoir ! ^^
-Y'a pas de canon dans Zelda
-Si dans TP
-Oui mais c'est pas pour faire guerre c'est pour envoyer des Link dans le ciel '^'

Hors ligne Vaati the Wind Mage

  • Priant de Nayru
  • Peste Mojo
  • *****
  • Messages: 332
  • Supporter de Fay
    • Code ami 3DS 036 -2037-8136

    • FaucherTitouan
    • SW-2839-9452-5689
    • Voir le profil
Les histoires de Vaati (ou l'inspiration pour le nom)
« Réponse #2 le: mercredi 07 mars 2018, 21:34:01 »
Merci! Bon, j'avoue que je ne me suis pas beaucoup creuser la tête pour la genèse, mais j'ai toujours été fasciné par les histoires et religions commençant comme ça (Zelda un peu, mythologie grecque, etc...). Et c'est vrai que j'aurais peut être dû creuser un peu plus Aézir. Enfin bref, voilà la suite:

Chapitre 2: un jeune homme normal

Centaku était encore à la taverne, entouré de sa bande d'amis. Il ne se considérait pas comme ce qu'on appelle un délinquant ou un cancre: ses résultats le maintenaient dans la moyenne, et qu'y avait-t-il de mal à traîner avec les copains, parfois un peu tard la nuit? Et puis selon lui, le royaume n'avait aucune légitimité à concourir pour rechercher l'excellence: depuis quelques décennies, Sevus gouvernait Arcandia d'une main de fer, vivait une vie guerrière contraire aux idéaux de paix initiés par ses prédécesseurs, contraire aux mœurs du royaume, qui sombrait peu à peu dans la décadence. Le vice semblait s'être immiscé dans le royaume.
Mais à ce moment, Centaku n'en avait vraiment rien à faire. Il passait un sacré bon moment, et c'est tout ce qui comptait. Pourtant, demain serait un jour important: toutes les personnes fêtant leur dix septième anniversaire aujourd'hui devraient se rendre devant la Source, qui choisirait peut être un élu. Plus de cinq siècles étaient passés sans qu'aucun élu ne se soit manifesté, et pas un seul démon n'était venu perturbé la vie des mortels. De toute façon, Centaku pensait que si la Source devait choisir un élu, ce ne serait pas lui: ni un génie, ni un grand combattant. Alors, ce soir là, il rentra chez lui sans y penser, tard encore une fois. Amos, son petit frère, dormait depuis très longtemps déjà. Mais il savait que chaque nuit, sa mère ne fermait pas l'oeil tant qu'il n'était pas là. Cela faisait déjà huit ans que son père était parti avec une autre, et qu'elle élevait ses enfants seule. Et comme chaque soir, il se sentait coupable, et comme chaque soir, il savait que le lendemain, il oublierait ce sentiment, et ressortirait. Alors, il alla innocemment se coucher. Ce qu'il ne savait pas, c'est que ce jour allait changer toute sa vie, et celles de millions voire de milliards de personnes.

Alors le lendemain, il se leva. Sa mère était partie travailler : elle fabriquait des masques, et ils étaient tous très beaux, et ils se vendaient plutôt bien. Les masques, c'était une tradition dans la ville, et le carnaval annuel lui attiraient énormément de clients supplémentaires chaque années. Amos était à l'école. Mais aujourd'hui, Centaku n'y allait pas. Alors, il revêtit la tenue rouge et dorée qu'on lui avait remise en prévision de ce jour, et il se rendit au temple. Le prêtre l'attendait. Il y avait six autres personnes, et Centaku savait qu'aucun d'eux n'allaient être choisis. Visiblement, il était le seul en retard: sa sortie d'hier soir n'y était probablement pas pour rien. Le prêtre le sermonna:"Franchement, mon fils. Cet événement n'est pas à prendre à la légère!
-Je suis... vraiment désolé, dit Centaku. D'un autre côté, on sait tous qu'il y aura pas d'élus, alors à quoi bon.
-Chaque génération est susceptible d'apporter un élu, et même si ce ne sera probablement pas toi, il est nécessaire que tout le monde passe le test. Alors mettez vous en rang, par ordre alphabétique. Vous vous présenterez un à un devant elle, vous agenouillerez quelques secondes. Si il ne se passe rien, vous vous en irez. Et dans le cas contraire eh bien... je serai sacrément chanceux d'avoir vu ça! Allez, c'est au tour d'Arélia Tantuur."

Celle là, Centaku en avait entendu parler. Cela faisait des années qu'elle se préparait, si une personne méritait d'être élue, c'était bien elle. Mais rien. Centaku était le prochain. Il fut appelé. Il s'agenouilla quelques secondes... Mais rien. Il se leva. Il s'y attendait. Mais soudainement, il se sentit... bien. Une sensation agréable parcourait son corps. Le prêtre le fixait étrangement. Il s'approcha de la Source, observa ce qu'il y avait à l'intérieur. Une sorte d'eau qui flottait, virevoltait un peu au hasard. Soudainement, une boule lumineuse en jaillit, et se jeta sur lui, disparut dans son corps. Une grande douleur s'empara de lui. Il voulut hurler, mais la douleur disparut instantanément. Il se leva. Ses cheveux, qui arrivait jusqu'à ses épaules, ainsi que ses yeux étaient devenus rouges. Il tenait une épée assez spéciale dans sa main droite, qui venait d'apparaître. Elle était très fine, et il n'y avait pas de limite entre la garde et la lame. L'épée était rouge, et parsemée de motifs très discrets. Le prêtre le fixait intensément, ainsi que les six autres. Centaku sourit, puis dit:" Alors comme ça c'est moi? C’était inattendu n'est ce pas?"
Ce n'est pas avec cette ridicule épée que tu vaincras le Prince du Mal!

Hors ligne Haine

  • Bébé dragon.
  • Valet d'Hylia
  • Soldat d'Ikana
  • *****
  • Messages: 664
  • Idiote.
    • Uselessenback
    • Voir le profil
    • Mon DeviantArt
Les histoires de Vaati (ou l'inspiration pour le nom)
« Réponse #3 le: jeudi 08 mars 2018, 11:31:41 »
Et si je me permettre, un talent particulier pour l'écriture ça n'existe pas, c'est l'expérience qui fait qu'on te considère comme talentueux. Il faut beaucoup écrire, trouver son style, lire, sortir, et des tas d'autres choses pour enrichir son imaginaire.
Oui, oui, oui et oui ! C'est tellement important de garder ça en tête, c'est comme le dessin, ou un peu tout, il ne faut pas se décourager en pensant ne pas avoir de talent, juste s'entraîner et se plaire. :^^:

Alors concernant ton début de fiction, j'ai quelques trucs à dire.
Déjà je te trouve assez inspiré pour trouver des noms, tu installes les bases de ton univers, depuis le néant, c'est classique, mais j'aime toujours bien lire des mythologies comme ça !

Le prologue et le chapitre 1 sont un peu moins bien que le chapitre 2 je trouve. Il y a pas mal de maladresses au niveau de l'écriture. Ensuite, je trouve ce début un peu court et expéditif, quand je lis "Prologue", je m'attends à un peu plus, mais ce n'est que subjectif.

Ah et enfin, parfois on a un peu l'impression que tu t'interdis de décrire :
"Celle là, Centaku en avait entendu parler. Cela faisait des années qu'elle se préparait, si une personne méritait d'être élue, c'était bien elle. Mais rien."
C'est tout ? :-|, tu commences à nous en parler, on s'attend à en apprendre plus, mais elle est expédiée en une ligne. D:
Ce n'est qu'un détail, mais faut pas hésiter à décrire un petit peu pour qu'on s'imprègne plus de l'ambiance !

Du coup j'aime mieux le chapitre 2, le personnage a l'air assez classique aussi, l'adolescent normal, un peu rebelle, qui voit son destin changer en une journée... Mais je ne pense pas non plus que ce soit une mauvaise chose, ce n'est pas la forme qui importe toujours le plus, mais le fond, le style et l'intérêt du scénario. Je peux donc pas dire grand chose pour l'instant, car j'attends la suite ! J'espère que tu vas continuer, ça m'a l'air prometteur, bon courage. :oui:
Y a peu de fautes aussi, c'est plutôt bien à ce niveau-là, continue !

Non je ne suis pas haineuse, juste Haine, merci.

Hors ligne Vaati the Wind Mage

  • Priant de Nayru
  • Peste Mojo
  • *****
  • Messages: 332
  • Supporter de Fay
    • Code ami 3DS 036 -2037-8136

    • FaucherTitouan
    • SW-2839-9452-5689
    • Voir le profil
Les histoires de Vaati (ou l'inspiration pour le nom)
« Réponse #4 le: jeudi 08 mars 2018, 14:32:53 »
Merci, je vais essayer de m'améliorer! Enfin bref, voilà la suite(je pense également que jais arrêter d'en poster un chapitre par jour):

Chapitre 3: les six dieux et le réveil maudit.

Malgré la remarque légère de Centaku, tout le monde était sous le choc. Le prêtre semblait perdu, et le regard empli de haine ainsi que les larmes qui coulaient sur la joue d'Arélia suffisaient à dire bien plus que des mots: pourquoi lui? Lui même ne comprenait pas. Il lança un regard vers le prêtre, qui enfin se décida à reprendre la situation en main: "Mon fils, tu es l'élu de la Source rouge. En tant que premier éveillé, ta tâche sera de guider les autres, tel un chef bienveillant, quand ils se réveilleront, que ce soit demain ou dans mille ans. A présent, les dieux ne vont pas tarder à descendre afin de t’accueillir, et de te guider si besoin est vers ta première mission. Soit digne de l'Epée que tu tiens, l'une des six armes divines, et que ton courage, ta puissance et ta volonté ne faiblissent jamais!"

A peine avait-il achevé sa phrase qu'une lumière intense se manifesta. Elle engloba toute la cité. La lumière s'intensifia, aveuglant presque l'assemblée. On aurait dit un deuxième soleil brillant dans le ciel. Enfin en descendit une jeune fille. Ses cheveux étaient couleur d'or, ses habits étaient immaculés. Elle portait un collier d'un métal que Centaku ne reconnaissait pas, qui reflétait la lumière. Elle le regarda. Une profonde bienveillance se lisait dans ses yeux. En sa présence, Centaku se sentait protégé. Il savait qui elle était: Luz, déesse de la lumière. Centaku, ainsi que tous les autres, s'agenouillèrent devant cette apparition. Elle fit signe au jeune homme de se lever, lui prit la main, et les deux disparurent.

Centaku se trouvait à présent dans un endroit splendide: une sorte de tribunal. Cinq personnes, toutes très grandes, y siégeaient. Ils savaient qui elles étaient, les divinités. Le tribunal semblait être présidé par un homme, à la couleur de peau mate, et arborant une barbe et de long cheveux rouge: Elichar, dieu du feu. Luz alla prendre place, et enfin la divinité des flammes s'adressa à lui: "Centaku Isei. Tu as été choisi par nous, les dieux, afin de défendre Corterra, et toute la Création du Dragon originel, contre tous les dangers qui la menacerait. Afin de te guider, saches que chacun des six élus sera guidé par un dieu. Dans ton cas, comme tu l'auras sûrement deviné, ce sera Luz. Quoiqu'il en soit, il n'est plus temps de parler. Luz t'expliqueras tout. Mais nous te mettons sur la voie du danger qui menace Corterra, qui s'est réveillé en même temps que toi: un jeun voleur Aézir, a sans le savoir, libéré Azmaël de sa prison. Celui-ci se fait passer pour une simple entité, et manipule probablement Aézir pour arriver jusqu'au temple antique: dans cette endroit, se trouve une statue divine, qu'Azmaël pourrait utiliser pour reprendre un temps une enveloppe charnelle. Si jamais il parvient à retrouver son corps originel, il retrouvera tout son pouvoir. Cela doit à tout prix être évité: sa puissance dépasse de très loin la nôtre, et tu es loin d'être de taille seul. Luz, tu lui expliqueras tout. Navré pour ce discours expéditif, mais tu n'as pas de temps à perdre. Luz, va et guide le!
-Attendez, s'exprima Centaku, j'ai une question! Si vous saviez que quelqu'un pourrait libérer Azmaël, pourquoi avoir créé une statue capable d'héberger son âme?
-Hmm... ta question est pertinente. Tout simplement parce que si durant la bataille, un dieu verrait son corps détruit, il lui faudrait un endroit afin d'héberger son âme, et l'âme d'Azmaël est très proche de celle d'un dieu. Néanmoins, une longue cérémonie serait nécessaire pour qu'il regagne son véritable corps: nous l'avons scellée, cela lui prendrait du temps pour que son âme l'y regagne complètement. A présent va, et sauve Corterra!
-Non, attendez!

Mais à peine eût-t-il prononcé ses mots, qu'il était à présent avec Luz, dans une sort de temple.
"Ceci est un centre d'entraînement, dit la déesse. Il a été créé par les dieux pour t'entraîner, toi et tes futurs camarades! Je suis ta guide, donc parle moi comme à une amie, une confidente. Et surtout parle moi avec respect, sinon mon courroux éternel abattra sur toi et toute ta famille!
-C...compris, balbutia Centaku.
-Ahaha! Non, mais je rigolais hein! Ne t'en fais pas parle moi comme tu veux! De toute façon je peux lire dans tes pensées! Ouh, ce que j'y vois est...surprenant!
-Non attends, je ne te permet pas de...
-C'est pas vrai ça, tu vas tomber dans le panneau à chaque fois? Enfin bref, il est grand temps que je t'explique le fonctionnement de tes nouveaux pouvoirs. Tout d'abord, saches que tu seras aidés dans tes quêtes par les grand prêtres de chaque dieux. Tout comme toi ils sont immortels et ont la jeunesse éternelle!
-Sympa comme bonus.
-N'est ce pas? Enfin bref, chacun d'eux ont une partie du pouvoir de leur dieu. Et surtout, la prêtresse ultime pourra t'être ulile, c'est la prêtresse du Dragon.
-D'ailleurs, il ne voulait pas me dire bonjour lui?
-Le Dragon descend rarement voir les dieux, et presque jamais les mortels. Il ne descend qu'en cas d'extrême urgence. Et si tu n'interviens pas, cela pourrait être le cas...
-Il est si puissant?
-Son âme ne peut rien faire sans un corps, mais avec un corps, n'importe lequel, sa puissance est phénoménale. Encore faut-t-il un réceptacle adéquat... Et si il retrouvait son corps, une véritable apocalypse se déferlerait sur toute la Création. Enfin bref, pour saches que tu peux appeler ton épée où que tu sois! Tiens, essaye!"

Son épée disparut instantanément.
"Mais... tu l'as mise où, se demande Centaku.
-Calme toi, répondit Luz. Concentre ton esprit, et appelle la de toute ton âme!"

Centaku se concentra intensément. Une sorte de paix intérieure l'envahit. Sans y penser, il ouvrit la main. Son épée était là. Il n'arrivait pas à y croire. Devant cette réaction, Luz lui dit:"Ce que tu viens de vivre est le premier pas vers  l'incroyable puissance qui sera tienne. La dernière chose que tu dois maîtriser est l'utilisation de projectile destructeur. Concentre ton âme vers un point de corps, fais abstraction du reste... et tires!"

Centaku s'exécuta. Un projectile rouge fonça vers la voûte céleste. Il se sentait invincible. Luz lui adressa encore la parole:" Le reste, tu l'apprendras en combattant, plus ton expérience en combat sera grande, plus ta puissance le sera aussi. A présent, je dois t'envoyer en repérage: nous ne sommes pas sûr si l'entité qui accompagne Aézir est bien Azmaël. Va à sa rencontre, et détermine, et ses intention, et l'identité de son entité!

Il disparut instantanément. Il était maintenant dans un désert. Il entendit soudainement une voix:"Tu m'entends? C'est encore moi, Luz. Maintenant, tu peux discuter par télépathie avec les dieux, prêtres et bientôt tes compagnons. Enfin bientôt.... bref, devant toi, c'est lui, Aézir! Prends garde, il est armé!
-Eh, toi, lança Centaku en direction d'Aézir!
-Qui est tu, demanda Aézir.
-Je suis un, euh....
-Eh, tu entaches nôtre crédibilité, ET LA TIENNE! N'oublies pas, tu Centaku l'élu, envoyé des dieux!
-Je suis Centaku l'élu, envoyé des dieux!
-M'oui, fin tu peux avoir ta dose d'originalité quand même...
-Et ils ont des doutes sur l'entité qui t'accompagne, serait-t-il possible de la voir?
-Ordelan? Mais alors
-IL TE VEUT DU MAL, dit une voix venue de nulle part.
-Qui est ..."

Ordelan surgit de nulle part. La voix de Luz se fit entendre:" C'est.... c'est lui!
-Ecoute moi, dit Centaku. Cette entité n'est pas bienveillante. C'est Azmaël, le Maître des Démons!
-Que... Aézir semblait perturber.
- Tu souhaites ramené Lyria à la vie? Jamais les dieux ne le feront, je suis le seul capable de la ramener!
-La vie fait parti de la mort, dit Centaku.
-Non! Cette fille était toute ma vie! Jamais je ne renconcerai!
-Tu vois, redis Azmaël. Je suis le seul qui le fera. Alors tue le!

Aézir dégaina deux sabres. Centaku, légèrement perplexe, fit apparaître son épée. Le combat se lança. Aézir frappait avec fureur, mais Centaku parvenait, il ne savait pas pourquoi, à parer tout ses coups. Il finit par lui asséner un coup du plat de la lame sur le ventre. Aézir le fixa, puis il fuya. Centaku venait d'achever son premier combat...


Aézir se retrouva seul avec Azmaël. Il fixait le ciel étoilé. Lyria avait toujours aimé observer les étoiles. Ces longues nuits où il restait allongé sur le sable, collés l'un à l'autre... Il s'adressa à Azmaël:"Pourquoi m'avoir caché ta véritable identité?
-J'avais peur que tu n'acceptes pas le marche, lui répondit Azmaël. Mais tu veux la ramener n'est ce pas? Peu importe qui je suis?
-C'est vrai... Peux tu vraiment la ramener?
-Bien sûr! Mais tu devras m'amener là où je te demande! Si tu ne m'y emmène pas, jamais je ne pourrai la ramener!
-.... C'est d'accord! On se remettra en route demain..
« Modifié: vendredi 09 mars 2018, 15:27:43 par Vaati the Wind Mage »
Ce n'est pas avec cette ridicule épée que tu vaincras le Prince du Mal!

Hors ligne Chompir

  • Grand guerrier Piaf
  • Stratège de Din
  • Chef Skimos
  • *****
  • Messages: 3266
  • Piaf dans l'âme
    • Code ami 3DS 4914-4674-5458

    • Code ami Wii U chompir

    • SW-4357-7164-4611
    • Voir le profil
    • Forums de Puissance Zelda
Les histoires de Vaati (ou l'inspiration pour le nom)
« Réponse #5 le: jeudi 08 mars 2018, 17:20:39 »
    Bon on va faire par point :

    • Le prologue est bien posé, je l'ai pas trouvé trop expéditif, on y apprend assez de chose et l'univers donne envie (quoiqu'un peu complexe)

    • Le chapitre 1 a par contre été trop expéditif, on se doute que l'entité allait être le démon d'après ce qu'on apprenait sur le prologue, mais on ne sait rien du voleur, de comment il a appris pour la prison et pour la trouver, de quoi sa femme est morte, et j'en passe. C'est un peu dommage et on se retrouve perdu. Pour toi ça peut paraître clair mais le lecteur n'est pas dans ton imaginaire pour qu'on puisse se passer de certains détails.

    • Le chapitre 2 doit être le meilleur que j'ai lu. Même si encore une fois le personnage de Centaku est pas assez travaillé et qu'il suit le schéma classique du jeune héro rebelle. Je pense qu'en savoir plus sur sa vie, aurait-été le bienvenue. Ensuite encore une fois certains éléments vont arrivé et on ne va pas forcément les comprendre. Essaye de vraiment développer plus, quitte à en faire trop.

    • Le chapitre 3 quand à lui, je le trouve ""bâclé"" je veux dire par là (rien de méchant) que Centaku se révèle être le héro choisi des Dieux, mais là, la logique en prend un coup, une déesse tombe du ciel et l’emmène dans le tribunal divin, soit. Mais le registre de langage employé par les Dieux ça le fait pas tellement. :oups: Surtout quand Luz parle. Il faut montrer qu'ils soit imposants, qu'ils ont une prestance. Décris les nous, leur voix etc. Pose aussi ton décor, tu laisses le lecteur imaginer le décor qu'il veut, ça peut être un choix mais pose au moins un peu plus d'éléments.
      Enfin le coup de l'entraînement ou Centaku arrive à tout du premier coup alors que le gars il a jamais du utiliser une arme de sa vie, ça le fait pas. Tu aurais du garder la rencontre contre Azmaël pour le chapitre 4 et te concentrer sur l'entraînement. Essaye de tenir compte de ça pour l'éveil des prochains élus.


    Bref j'ai peu être été un peu direct et n'ai pas vraiment relevé beaucoup de point positif mais il y en a pas mal. Je te conseil vraiment prendre en compte chaque remarque et de passer plus de temps sur l'écriture relecture, quitte à changer des choses.
    En tout cas, l'histoire donne envie et j'ai envie de lire la suite. Bravo. :oui:
    « Modifié: jeudi 08 mars 2018, 17:22:38 par Chompir »
    Merci à Haine et Jielash pour le kit. <3

    Hors ligne Vaati the Wind Mage

    • Priant de Nayru
    • Peste Mojo
    • *****
    • Messages: 332
    • Supporter de Fay
      • Code ami 3DS 036 -2037-8136

      • FaucherTitouan
      • SW-2839-9452-5689
      • Voir le profil
    Les histoires de Vaati (ou l'inspiration pour le nom)
    « Réponse #6 le: jeudi 08 mars 2018, 19:04:22 »
    En vérité, Luz est très inspirée de Palutena, et je voulais lui donner un air un peu "bonne copine", mais pour les autres je ne peux que te donner raison.
    Ce n'est pas avec cette ridicule épée que tu vaincras le Prince du Mal!

    Hors ligne Achileus

    • Maître suprême des énigmes
    • Peste Mojo
    • *
    • Messages: 475
    • Pour vous servir, princesse.
      • Code ami 3DS 0447 7957 2118

      • SW 3805 4509 0400
      • Voir le profil
    Les histoires de Vaati (ou l'inspiration pour le nom)
    « Réponse #7 le: jeudi 08 mars 2018, 20:06:19 »
    Géniale cette histoire ! J'adore. Les raisons :
    -Des personnages attachants aux noms bien trouvés
    -une histoire épique et passionnante
    -Un texte écrit magnifiquement, avec des un très bon niveau de français.
    Le seul problème, c'est un rythme narratif un petit peu rapide. Ce n'est pas un concours d'écriture, prends ton temps  ;).
    Et aussi, pour les dialogues, essaie de préciser quel personnage parle. Ça permet d'être moins perdu.

    J'attends la suite avec impatience ! 
    Mille Mercis à aki pour l'avatar ! <3

    Il y a deux sortes de gens : ceux qui croient toujours avoir raison, et ceux qui doutent.

    Hors ligne Vaati the Wind Mage

    • Priant de Nayru
    • Peste Mojo
    • *****
    • Messages: 332
    • Supporter de Fay
      • Code ami 3DS 036 -2037-8136

      • FaucherTitouan
      • SW-2839-9452-5689
      • Voir le profil
    Les histoires de Vaati (ou l'inspiration pour le nom)
    « Réponse #8 le: jeudi 08 mars 2018, 20:55:19 »
    Merci Achileus, ça fait plaisir de savoir que ce que l'on écrit plait!
    Ce n'est pas avec cette ridicule épée que tu vaincras le Prince du Mal!

    Hors ligne Vaati the Wind Mage

    • Priant de Nayru
    • Peste Mojo
    • *****
    • Messages: 332
    • Supporter de Fay
      • Code ami 3DS 036 -2037-8136

      • FaucherTitouan
      • SW-2839-9452-5689
      • Voir le profil
    Les histoires de Vaati (ou l'inspiration pour le nom)
    « Réponse #9 le: lundi 12 mars 2018, 16:50:29 »
    Et voici la suite! Maintenant les chapitres seront plus espacés, généralement ils sortiront le lundi (sauf si une idée de génie me tombe dessus sans prévenir et qu'il faut absolument que je l'écrive maintenant):

    Chapitre 4: un entraînement plus intensif


    Centaku était à nouveau auprès de Luz dans le centre d'entrainement. Il n'avait pas réalisé auparavant à quel point cet endroit était beau: il était constitué de plusieurs îlots flottants reliés entre eux par des ponts. Le tout était très harmonieux. Luz avait l'air un peu contrariée. Centaku le lui fit remarqué: "Ca? Oh, ce n'est rien. Juste que je me suis fais reprendre par les autres dieux. Il est vrai, je l'avoue, que j'aurais dû t'entraîner plus sérieusement avant de te faire rencontrer Azmaël. Il est vrai qu'on ne sait pas de quoi Aésir serait capable. Même si il est impuissant sans son corps, nous ne devons pas le négliger. Ohj'ai tout raté! Tu sais, je ne suis pas comme les autres: j'aime m'amuser rigoler, et parfois utiliser mes pouvoirs sans vraie bonne raison. Mais maintenant je vais vraiment t'entraîner! Ici, c'est un lieu hors du temps, alors ce sera comme si tu n'étais pas parti longtemps pour tes proches! D'abord on va faire un petit test à chaud: un combat, entre nous!
    -Qu... quoi, demanda Centaku.
    -Enfin, ce sera tout comme: je vais nous plonger dans une sorte de simulation où nous pourrons nous battre sans souffrir des coups, et sans mourir: allons-y!
    -Maintenant? Non, atte..."
    Mais il n'eût pas le temps de finir sa phrase. Il "tait à présent dans un espace totalement vide, on ne discernait même pas de sol. Seule Luz lui faisait face, avec une lueur de défit dans l'oeil. Il savait ce qu'il lui restait à faire. Il se mit en garde, Luz en fit de même. Aussitôt, elle disparut. Centaku sentit alors un coup dans son dos, comme Luz 'avait dit, sans douleur. Elle revint face à lui, et il comprit: il était logique que la déesse de la lumière puisse se déplacer à la vitesse de la lumière. Elle se redirigea vers lui, à la même vitesse et lui donna un coup de poing en plein ventre. Elle fit alors apparaître un sceptre, et avec elle projeta Centaku dans les airs. Elle se mit à sa hauteur, et le roua de coups. Enfin, elle le lança au sol, et lui asséna le coup de grâce. Centaku ouvrit les yeux. Il était de nouveau au centre d'entraînement. Luz lui faisait face, un sourire en coin. Visiblement, cette simulation l'avait amusée. Centaku était abasourdi: il n'avait pas pu asséner un seul coup. Luz lui adressa la parole:" Nous continuerons à t'entraîner jusqu'à ce que tu puisses me battre. Je pense que je vais modifier cette dimension qu'est le centre d'entraînement afin que nous n'ayons plus besoin de simulation: ici aussi tu ne ressentiras plus la douleur!
    -Attends, lui répondit Centaku. Cela ba prendre une éternité avant que je ne puisse ne serait-ce que te donner un seul coup!
    -Certainement!
    -Et surtout, j'ai entendu dire qu'Azmaël était plus forts que vous tous réunis...
    -.... C'est vrai. Son âme et son corps unis sont d'une puissance incroyable. Il te faudra plusieurs centaines d'années avant d'avoir une expérience suffisante pour le battre à son plein potentiel. Mais si tout se passe bien, jamais ça ne se passera. Dans l'idéal, il faudrait pouvoir le tuer, mais il faudrait qu'il soit dans une enveloppe charnelle, et encore, ça ne serait pas certain... Quoiqu'il en soit, tu dois être exténué, cette journée ne fût pas de tout repos pour toi! Allez, vas te reposer!"

    Il rejoint son îlot. Une petite rivière y passait, pour y tomber en cascade dans le vide. Sa cabane contenait un lit, et une petite table de chevet. Un symbole dont Centaku ne connaissait pas la signification ornait la devanture de la cabane. Il y entra, et se reposa sur le lit. Demain serait une longue journée.
    « Modifié: lundi 12 mars 2018, 17:52:03 par Vaati the Wind Mage »
    Ce n'est pas avec cette ridicule épée que tu vaincras le Prince du Mal!

    Hors ligne stefbad

    • Jeune Mogma
    • *
    • Messages: 217
    • Spectra est encore mort ? Il est archi-nul !
      • Voir le profil
      • Stefbad.com
    Les histoires de Vaati (ou l'inspiration pour le nom)
    « Réponse #10 le: jeudi 15 mars 2018, 17:13:28 »
    Hello ! Ça fait un moment que je souhaitais faire ma petite critique de ta création, mais j'ai enfin trouvé l'inspiration ^^
     Ton histoire est vraiment très intéressante, je trouve. Même si, personnellement, j'adore les univers complexe, je trouve tout de même plus objectivement que ce que tu fais mérite continuation... et approfondissement. En effet, je trouve que tu survole un peu ton univers et tu cherches à prioriser l'action, ce qui n'est pas un mal attention, sur le reste du Worldbuilding et cela précipite trop à mon goût les actions. Comme je crois qu'on te l'a déjà dis, n'hésite pas à ralentir la cadence, le lecteur ne s'en trouvera pas ennuyé ! Je suis très curieux de connaître plus de choses sur ce monde que tu nous présentes et sur la personnalité des personnages peu profonde et parfois caricaturale je trouve, et il n'y a pas de meilleure façon de le faire que de faire parler tes personnages en combattant, comme le font tous les mangas, ou durant les temps mort ^^
     Ensuite, je trouve que tu n'explique pas bien pourquoi les dieux ne feraient rien dans cette guerre, car on l'a bien compris, pendant que l'Elu et ses amis fairont disparaître le démon du monde, les Dieux feront d'autres choses qui n'ont rien à voi, peut-être regarder le combat. Cela pose donc le problème de pourquoi les dieux n'interviendraient pas ? Peut-être qu'ils auront un rôle à la fin, je ne peux pas savoir, mais si ils n'en auront pas, il faudrait que tu nous le dise, voire même dire pourquoi (et il peut il y avoir une révélation majeure à ce moment-là). Essaye donc de voir selon l'histoire que tu souhaite raconter comment éviter cette incohérence.
     En bref, il faut absolument que tu travaille tes personnage et ton monde au travers de l'écrit afin de leur donner une profondeur et de les rendre ainsi plus intéressant encore. Continue ton écrit, j'ai hâte de voir la suite ^^
    Squibbo s'est échappé mais je l'ai rattrapé. Je l'ai retrouvé moi seul alors qu'il tentait de s'enfuir par les douves. Avoir une ascendance zora ne donne pas des ailes, des nageoires plutôt !
    Stefbad, les Fics de l'Histoire

    Hors ligne Vaati the Wind Mage

    • Priant de Nayru
    • Peste Mojo
    • *****
    • Messages: 332
    • Supporter de Fay
      • Code ami 3DS 036 -2037-8136

      • FaucherTitouan
      • SW-2839-9452-5689
      • Voir le profil
    Les histoires de Vaati (ou l'inspiration pour le nom)
    « Réponse #11 le: lundi 19 mars 2018, 22:16:47 »
    Et voilà un nouveau chapitre, même deux! (bon, 1,5)! J'ai essayé de tenir compte de toutes les critiques, et certaines incohérences seront expliquées plus tard. Bref, le voici:



    Chapitre 5: le Roi Sevus et la rencontre des alliés


    Centaku ne savait pas depuis combien de temps il s’entraînait. Une heure? Un jour? Une semaine? Un an? Dix? Quoiqu'il en soit, aujourd'hui, c'était terminé. Il avait lié un lien très fort avec Luz, pas un lien d'amour, mais un lien de profonde amitié. Ils étaient assis et regardaient le ciel, discutaient de tout et de rien. Les arbres qui les entouraient penchaient leurs feuilles vers le sol, comme les larmes de l'au revoir qui coulent. Ils savaient qu'ils allaient se revoir, souvent même, mais cette relation comparable à celle d'un maître envers son élève, elle, était bien terminée. Cette mélancolie se mêlait à une sorte de bonheur. Luz se remémorait leur première rencontre:
    "Je me souviens que parfois, les dieux avaient certains doutes: un ado rebelle pour protéger Corterra, et l'univers!
    -Oh tu sais, j'étais pas vraiment rebelle, ajouta Centaku. C'était plus une image que je voulais donner, mais franchement, ce n'est pas comme si j'y avais mis beaucoup de soins. Mes proches savent que ce n'est pas vraiment moi! D'ailleurs je suppose que je vais les revoir, n'est ce pas?
    -Oui! Tu es prêt à présent...Mais, je pense que je ne t'ai rien appris, ce que tu apprendras, c'est surtout par l'expérience. Je t'ai appris la théorie, un peu de technique, mais la vraie pratique, le vrai combat à mort, tu n'en connais rien. J'ai un peu peur pour toi, mais... je sais que tu t'en sortiras!
    -Merci! Mais, tu sais, je ne suis pas un meurtrier: jamais je ne tuerai un adversaire."

    Luz le regarda. Dans son regard, une pointe de regret: elle savait cette promesse éphémère, et il faudrait sûrement bien peu de temps avant qu'elle ne s'efface. Au lieu d'en faire la réflexion, elle préfére ajouter:"Tu es prêt à présent, on peut s'en aller. D'autres dieux, d'autres éveillés fouleront ce lieux dans lequel tu t'es entraîné d'arrache pied, et noueront une relation à la fois semblable et totalement différente de la nôtre. A présent, retournes voire les tiens. Je serai toujours avec toi, et te suivrai à chacune de tes étapes!
    -Allez, on y retourne!
    -Je serai avec toi!"

    Centaku se leva, ferma les yeux. Une sorte de cercle de lumière se trouvait derrière lui. Il s'y approcha, regarda Luz, lui fit un signe de la main, et marcha dans le cercle. Pendant qu'il allait ailleurs, il se rappelait son entraînement. Il avait appris à lancer une sorte d'énergie, se battre contre une déesse. Mais le reste, il n'en savait rien. Enfin, il se retrouvait devant le prêtre, et les autres concurrents,et Arélia pleurait toujours dans son coin. Il avait l'impression de n'être parti qu'un heure, et il semblait n'être parti que quelques secondes, tout au plus. Le prêtre le prit par la main, lui parla: "Alors, mon... messire, que s'est-t-il passé?
    -M... messire, lui demanda Centaku.
    -A présent, vous êtes l'Elu, l'envoyé des dieux, nous te devons tous un respect et une gratitude éternelle, que nous transmettrons à nos descendants, et que eux même transmettront à leurs descendants: tu es nôtre héros!"

    C'est sur cette fin de phrase que toute la petite assemblée s'agenouilla devant Centaku. Arélia le fixa, le regard plein de larmes. Elle préféra partir, dans l'indifférence la plus totale, et sous le regard impuissant de Centaku. Enfin le prêtre le guida, et l'informa qu'il devait maintenant rendre visite à une personne de la plus haute importance: sa Majesté, le roi Sevus. Centaku devait donc se rendre au palais de Capistia, la capitale d'Arcandia. Sur son chemin, son regard s'attarda sur les maisons à colombages, les roues sales, les mendiants et parfois même des adultes à peine plus vieux que lui, seuls, dans la saleté et subissant le mépris des passants. Enfin, il se retrouva devant le palais, et les gardes remarquèrent sa couleur de cheveux inhabituelle, et l'épée qu'il portait à la main. Il s'agenouillèrent et le laissèrent passer. Le palais était d'un blanc immaculé, on y entrait par un pont en bois, et une cour débouchait sur trois couloirs: les appartements royaux, ceux du personnel, et vers les salles d'audience, de banquet, ainsi que la chapelle et l'amphithéâtre de la cour. Centaku se rendit donc à la salle d'audience. La salle était emplie de colonnes, et un long tapis rouge bordé d'or menait jusqu'au trône du roi. Les mûrs étaient décorés des portraits des anciens rois, et au dessus de l'immense trône d'or incrusté de rubis du roi, se trouvait le tableau du roi actuel, en l’occurrence Sevus. Sevus, avec sa barbe noire et ses cheveux descendants jusqu'aux épaules, Sevus et son air impérieux et orgueilleux, Sevus et son regard à la fois sévère, mélancolique, et vide de tout respect. Il tenait à la main son sceptre, et portait la couronne. Il apostropha Centaku: 'Dis moi, jeune homme. Ne devrais-tu pas être à..."
    Il remarque son épée. Son expression changea soudainement. Il fixa alors Centaku. Une certaine crainte se lisait dans ses yeux. Il lui parla soudainement avec beaucoup plus de respect: "Quel joie que le premier éveillé soit dans mon royaume! Navré messire de vous avoir pris pour un simple roturier, voire pire, un simple prolétaire! Je vous prie d'excuser cet égard, et de me faire part de tout vôtre respect ainsi que de vôtre affection!
    -Je... je vous... pardonne.
    -Bien! Je suppose qu'à présent, Arcandia peut compter sur un allié de choix, ce beau et magnifique pays a bien besoin d'aide! Tout l'argent du royaume doit bien passer à la conquête militaire, il ne faut pas laisser les ennemis empiéter sur nôtre territoire, et c'est pourquoi...
    -Sauf vôtre respect, vôtre Majesté ne ferait-t-elle pas de d'abord nourrir son peuple au lieu de le laisser crever de faim?"

    Le regard de Sevus changea. Il fixa Centaku d'un oeil mauvais, et lui lança avec mépris:"Je crois qu'il est temps de mettre fin à cette entrevue. J'ai beaucoup à faire, et je suppose qu'il en est de même pour vous!
    -Je souhaite à sa Majesté de passer une agréable journée!
    -A vous aussi!"

    Centaku quitta le palais un sourire en coin. A présent, il alla voire sa mère, et se rendit directement chez lui, sans même y penser. Il poussa la porte, entra chez lui. Il se sentait bien chez lui. Il entendit les pas de sa mère qui se dirigeaient vers lui. Elle se rendit devant lui, et lui dit:"Alors, c'est toi l'E... Oh par tous les dieux!"

    Elle se précipita vers lui, et le serra si fort contre elle qu'elle faillit l'étouffer. Il lui demanda:"Alors Maman, tu es enfin fière de moi?
    -Centaku, lui répondit-t-elle, je n'ai jamais eu besoin de ça pour être fière de toi ou de ton frère! Vous êtes ce que j'ai de plus cher au monde, et je vous aime plus que tout! Oh, Amos sera si content!
    -Oui, j'ai hâte de voire sa réaction!
    -Oh Centaku... Je suis si heureuse! Promets moi que même avec tes responsabilités, tu penseras à aller voire ton petit frère et ta vieille mère!
    -Jamais je ne vous oublierai!"

    Amos rentra quelques heures plus tard. Le petit garçon sauta dans les bras de son frère, et le couvrit de baisers et de câlins: "T'es le meilleur frère du monde! C'est toi qui va sauver le monde et qui nous protégera tout le monde!
    -Ca, je te le promet!"

    Il firent une petite fête: juste les plus proches amis, dont bien sûr son meilleur ami, Najimi: c'était comme un frère pour Centaku, et c'était l"une des personnes qu'il tenait absolument à tenir au courant:"Alors, ça fait quoi d'être l'Elu, lui demanda-t-il.
    -Si tu savais, j'ai passé probablement une infinité de temps à m'entraîner, avec Luz... Et pourtant, je n'ai même pas l'impression d'être parti!
    -En tout cas, je suis hyper content pour toi, et puis c'est pas tout le monde qui peut se vanter d'avoir un ami élu des dieux!"

    Une fois la fête terminée, Centaku se promena un peu au hasard dans la ville, quand il rencontra une mendiante. Son corps était couvert de bleus, de coups de fouet, et des larmes coulaient de ses yeux. C'était Arélia.
    " Arélia? Je... je, balbutia-t-il.
    -Toi, lui répondit-t-elle. Tu viens me narguer, c'est ça? REGARDE OU J'EN SUIS A CAUSE DE TOI! Mon père m'a exclue du clan familial,et il m'a.... il m'a..."

    Elle observa les bleus qui couvraient son corps, puis elle leva les yeux vers Centaku, et lui dit: "Vas t'en. Tu étais le pire choix, et c'est par ta faute que j'en suis là!"

    Troublé, Centaku rentra chez lui. Le soir, dans son lit, il pleura, la culpabilité lui faisant l'effet d'un coup de poignard. Le lendemain, il quitta sa famille, ses amis, et se fit téléporter par Luz dans l'Eglise de la Création, l'église où le Dragon était vénéré, et protégée par la prêtresse ultime, Dea. Ce fût la première choisie, comme les élus et les autres prêtresses et prêtres à dix sept ans. Des cheveux roses parcouraient sa nuque, et elle était habillée de vêtements dorés, tenant dans la main un sceptre orné d'une sphère. Elle lui présenta les autres prêtres, immortels eux aussi. Enfin, elle lui présenta l'homme encapuchonné qui se tenait dans un coin à l'écart:
    "Maintenant que je t'ai présenté tout le monde, voici Prudens: ce magicien expérimenté tee sera d'une aide précieuse!
    -Enfin, cette pose mystérieuse commençait à me donner une crampe!"
    L'homme, la cinquantaine,possédait une barbe grisonnante, tout comme ses cheveux, et était habillé d'habits modeste. Une aura mystérieuse en émanait. Il s'adressa à Centaku: Je suis Prudens, reconnu comme le plus grand magicien de tous les temps, et j'ai tant prouvé ma valeur que les dieux m'ont accordé le statut de sous divinité ainsi que l'immortalité. Mais tous cela est très surfait, et je reste à ton service! Je ferai mon maximum pour t'aider!"

    Une fois les présentations faîtes, Centaku se remit en route: Aésir avait vraisemblablement trouvé le moyen d'empêcher Luz d'amener Centaku jusqu'à lui: c'était donc une traque qui se lançait.



    Attention: le chapitre qui suit est très court car il ne sert qu'à introduire un nouvel ennemi.


    Chapitre 6: Les succubes

    L'homme observait le ciel avec mélancolie. Les années ont faits de lui un homme solide, et seul son ancienne compagne, emportée il y a peu, lui manquait. Pourtant c'était bien elle qui se tenait dans l'embrasure de la porte, et qui allait le rejoindre dans sa couche: ils étaient sur le lit, ne faisant qu'un  avec l'autre. Et soudain il vit son ombre: celle d'une femme totalement différente, pourvue d'ailes et de cornes. Il leva les yeux, et c'était bien cette vision cauchemardesque qu'il vit: une femme magnifique mais démoniaque, et surtout pas la sienne. Il se sentit tout d'un coup comme vide, et l'instant d'après il était mort, et seul un squelette calciné gisait sur le lit. Rassasiée de cette âme, la succube s'envola semer la terreur dans la ville, avec deux de ses consœurs et leur reine toute puissante.
    Oui, prends garde Capistia: les succubes et leur tyrannique reine, maîtresse des Enfers et amante d'Azmaël, un des sept grands démons, Pulchra, arrivent, semant la mort et la désolation sur leur passage, et voulant étendre leur domination sur toi!
    « Modifié: mercredi 12 septembre 2018, 16:27:08 par un modérateur »
    Ce n'est pas avec cette ridicule épée que tu vaincras le Prince du Mal!

    Hors ligne Vaati the Wind Mage

    • Priant de Nayru
    • Peste Mojo
    • *****
    • Messages: 332
    • Supporter de Fay
      • Code ami 3DS 036 -2037-8136

      • FaucherTitouan
      • SW-2839-9452-5689
      • Voir le profil
    L'univers Vaati
    « Réponse #12 le: mercredi 28 mars 2018, 16:10:17 »
    Chapitre 7: La faille.

    Il faisait nuit, et il pleuvait. Une sorte de tristesse se dégageait de l'endroit vers lequel marchait Centaku. Plus il se rapprochait de sa destination, plus la mort semblait présente. Luz l'avait prévenu qu'avant qu'il ne retrouve une enveloppe charnelle, Azmaël voudrait probablement faire resurgir des démons. Le sceau qui maintenait le peuple démoniaque aux Enfers devait à tout prix être maintenu, et Azmaël avait, par un moyen inconnu, réussi à empêcher Luz de se téléporter vers lui ou Aézir: cela ne présageait rien de bon. Centaku se trouvait en face du sceau à présent. Un immense cercle de pierre, portant les signes de tous les dieux. Une flamme dorée brûlait sur un socle placé au Nord du cercle de pierre. Cet endroit était perdu au milieu de nulle part, et un sortilège lui avait été jeté, de sorte que seuls ceux qui avaient connaissance de cet endroit puissent y accéder. Or, Aézir était placé sur le centre du cercle, et était dans une sorte de transe. Il n'y avait aucune trace d'Azmaël. Centaku observait le jeune homme, caché derrière des arbres. Il observa le voleur en tentant de savoir ce qu'il faisait. Les  longs cheveux sombres d'Aézirl volait au vent, quand celui-ci tomba à genoux, avant de se relever, l'air... différent. Luz avertit Centaku: "Fais attention. Quelque chose semble différent chez lui. Pour l'instant, il est impossible qu'il t'es remarqué.
    -Bien sûr que je l'ai remarqué, dit une voix familière.
    - Azmaël, dit Luz, légèrement perplexe. Mais comment...
    -Ma chère petite déesse, tu sais comme moi que rien n'est jamais figé. Tu connais très bien ta petite malédiction n'est ce pas?
    -Tu... c'est impossible pas dans cet état!
    -Tout change, je te l'ai dit! Et la faiblesse de mon âme ne sera bientôt plus!"

    Aézir se retourna. Ses yeux étaient noirs. Il était possédé.
    "Alors mon garçon, c'est toi le Premier? Je me serais attendu à un meilleur accueil après cinq cents ans d'attente!
    -J'ai passé un temps immense à m'entraîner, voulut rétorquer Centaku, et tu ne feras pas le...
    -Tatata. Arrêtes d'être prétentieux, ça te va mal au teint. Avoir un corps après tant et tant d'années, cela me fait un bien fou! Bien sûr, c'est très éphémère, et je ne vais quand même pas gâché toute mon énergie à te combattre, surtout que cela m'a pris un temps fou pour m'associer complètement avec ce corps, ce  n'est pas comme si le temps était suffisant pour accomplir ce pourquoi je suis venu ici et te montrer comme tu es misérable. Donc, si tu permets..."

    Une sphère noire jaillit du bras d'Aézir et se dirigea à une vitesse folle vers Centaku, qui fût projeté quelques mètres plus loin. Le voleur possédé s'éleva dans les airs, et concentra intensémment toute son énergie. La Flamme Dorée commença doucement à s'atténuer. Une faille apparut d'un coup, et en sortit trois silhouettes féminines et ailées. Azmaël se concentra plus encore. Le vent s'arrêta alors de souffler. La faille devint plus grande, et en jaillit une dernière silhouette. Centaku remarqua, lorsqu'elle passa au dessus de lui, qu'elle était habillée d'or, et les autres de cuir.

    Il entendit alors Luz pousser un léger gémissement: "Que t'arrives-t-il, lui demanda-t-il.
    -Deux choses: la première, la dernière silhouette appartient à un être d'une noirceur et d'une puissance incroyables. Et.... et..
    -Et quoi?
    -J'ai entendu... comme des millions de plaintes, une grande tristesse, mais pourtant, c'est impossible, nous n'avons pas pu faire d'erreur en... en...
    -En quoi?
    -En enfermant tous les démons aux Enfers, sans distinguer ceux qui peut être ne le méritaient pas...
    -Qu'est ce que...
    -Ne nous juge pas je t'en prie! Nous l'avons faits pour la sécurité de la Création complète! Tu n'as pas idée..."

    Un cri les coupa dans leur discussion. Le corps d'Aézir semblait se tordre de douleur. Soudainement, il retomba sur le sol, et Azmaël en fût éjecté. Il n'était de nouveau plus qu'une âme. Il parla avec Aézir, qui se dirigea vers Centaku. Centaku se releva, et fit face à ce qui devait être son futur adversaire. Aézir dégaina ses deux sabres, puis se jeta sur Centaku. Tout en paradant ses attaques, Centaku tenta de le raisonner:
    "Je t'en prie arrête! Tu ne vois pas ce que tu fais!
    -Tais toi! TAIS TOI!"

    Il avait mis une telle violence dans ses coups en prononçant ces mots que Centaku fût glissa de quelques mètres.
    "Tu ne sais pas ce que ça fait n'est ce pas, lui dit Aézir. Tu ne sais pas ce que ça fait de perdre sa raison de vivre. Toi tu n'as perdu qu'un père après tout...
    -Comment le sais tu?
    -Azmaël lit en toi comme dans un livre ouvert, quand il m'a possédé, j'ai eu le droit d'accéder à quelques informations sur toi. Toi au moins, tu sais que ton père est toujours en vie.  Lyria.... c'était la seule fille de mon village perdu qui restait seule. Alors un jour, je lui ai parlé. Et dès ces premiers mots,j'ai su qu'elle était mon âme seule. Jamais je n'ai connu plus de bonheur que durant les années que j'ai passé avec elle. Et un jour, elle fût emporté par la maladie. Tu sais ce qu'on dit de la maladie n'est ce pas?
    -Comment ça?
    -C'est... c'est la voie des Dieux qui mène vers la mort. Et c'est pourquoi personne ne l'a soigné. Et un jour je me suis réveillé, et à mes côtés il n'y avait plus qu'un corps. Alors donne moi une seule bonne raison pour laquelle je ne devrais pas profiter de cette occasion, et me venger des Dieux, et des superstitions qu'ils ont instaurés?"

    Des larmes coulaient sur ses joues.  Il se rua vers Centaku avec la rage d'une bête sauvage, et réussi même à lui entailler la joue. Finalement, Centaku finit par lui asséner un coup au bas ventre, qui saignât abondamment. Aézir porta sa main au ventre. Centaku tendit son épée vers lui. Quand tout d'un coup, Azmaël jaillit, et projeta une sorte de sphère entourée de flammes noires vers Centaku, qui s'évanouit.

    Il se réveilla aux côtés de Luz. Elle le regardait de la même manière qu'une mère regarde son enfant pendant qu'elle le soigne. Une lueur de gentillesse brillait dans ses yeux, entachée par une inquiétude manifeste. Elle lui dit alors.

    "Je sais que nous avons faits des erreurs, mais ne nous juge pas trop sévèrement. En ce moment, Capistia est attaquée par les succubes que tu as vu s'échapper, mais avant que tu y ailles, il faut que... il faut que je t'avoue quelque chose..."
    « Modifié: mercredi 12 septembre 2018, 16:28:26 par un modérateur »
    Ce n'est pas avec cette ridicule épée que tu vaincras le Prince du Mal!

    Hors ligne stefbad

    • Jeune Mogma
    • *
    • Messages: 217
    • Spectra est encore mort ? Il est archi-nul !
      • Voir le profil
      • Stefbad.com
    L'univers Vaati
    « Réponse #13 le: mercredi 28 mars 2018, 22:21:02 »
    Il n'y avait aucune trace d'Azmaël. Centaku observait le jeune homme, caché derrière des arbres. Il observa le voleur en tentant de savoir ce qu'il faisait. Les  longs cheveux sombres d'Azmaël volaient au vent,

     Humm.....



     Belle avancée ! Désormais tu prends plus le temps pour raconter l'action, ce qui est une très bonne chose ! Grâce à ça, l'histoire est plus agréable à lire. J'espère que tu continueras sur cette lancée comme c'est ainsi que tu deviendra encore meilleur à l'écrit. L'histoire est désormais mieux explorée, je trouve, mais il reste (éternellement) des choses à rectifier (d'ailleurs, je ne l'avais pas vu, mais magnifique originalité pour le nom de Arélia ^^)

    "Je me souviens que parfois, les dieux avaient certains doutes: un ado rebelle pour protéger Corterra, et l'univers!
    -Oh tu sais, j'étais pas vraiment rebelle, ajouta Centaku. C'était plus une image que je voulais donner, mais franchement, ce n'est pas comme si j'y avais mis beaucoup de soins. Mes proches savent que ce n'est pas vraiment moi!

     Je trouve que tu aurais pu le dire moins franchement. Comme ça, je trouve que ça perd en crédibilité comme le nom du stéréotype est donné dans le texte, ce qui est quelque chose à ne pas faire, c'est, je trouve, dérangeant. Plus sur le stéréotype lui-même, je pense qu'il aurait été intéressant de faire de Centaku un vrai "Ado Rebelle" mais après son entraînement, il a mûri et a perdu ce trait de caractère pour devenir quelqu'un de plus adulte, ce qui, à mon avis, est logique et cela permettra de rendre le personnage plus humain grâce à son évolution.

    Chapitre 6: Les succubes

    L'homme observait le ciel avec mélancolie. Les années ont faits de lui un homme solide, et seul son ancienne compagne, emportée il y a peu, lui manquait. Pourtant c'était bien elle qui se tenait dans l'embrasure de la porte, et qui allait le rejoindre dans sa couche: ils étaient sur le lit, ne faisant qu'un  avec l'autre. Et soudain il vit son ombre: celle d'une femme totalement différente, pourvue d'ailes et de cornes. Il leva les yeux, et c'était bien cette vision cauchemardesque qu'il vit: une femme magnifique mais démoniaque, et surtout pas la sienne. Il se sentit tout d'un coup comme vide, et l'instant d'après il était mort, et seul un squelette calciné gisait sur le lit. Rassasiée de cette âme, la succube s'envola semer la terreur dans la ville, avec deux de ses consœurs et leur reine toute puissante.
    Oui, prends garde Capistia: les succubes et leur tyrannique reine, maîtresse des Enfers et amante d'Azmaël, un des sept grands démons, Pulchra, arrivent, semant la mort et la désolation sur leur passage, et voulant étendre leur domination sur toi!

     Je pense que placer ce micro-chapitre là est une mauvaise idée (encore plus avec le gros "Attention" auparavant), je pense que tu aurais du l’insérer dans le vrai chapitre 6 (by the way, t'as écris "Cbapitre" au lieu de "Chapitre")

    -Azmaël lit en toi comme dans un livre ouvert, quand il m'a possédé, j'ai eu le droit d'accéder à quelques informations sur toi. Toi au moins, tu sais que ton père est toujours en vie.  Lyria.... c'était la seule fille de mon village perdu qui restait seule. Alors un jour, je lui ai parlé. Et dès ces premiers mots,j'ai su qu'elle était mon âme seule. Jamais je n'ai connu plus de bonheur que durant les années que j'ai passé avec elle. Et un jour, elle fût emporté par la maladie. Tu sais ce qu'on dit de la maladie n'est ce pas?
    -Non, je sais ce que tu vas dire, ne le dits pas.
    -C'est... c'est la voie des Dieux qui mène vers la mort. Et c'est pourquoi personne ne l'a soigné. Et un jour je me suis réveillé, et à mes côtés il n'y avait plus qu'un corps. Alors donne moi une seule bonne raison pour laquelle je ne devrais pas profiter de cette occasion, et me venger des Dieux, et des superstitions qu'ils ont instaurés?"

     Je ne comprends pas la justification de Aézir. La maladie est naturelle, et il doit le savoir... Peut-être que la maladie est sacrée dans ce monde, comme le suggère ce qu'il a dit : "Tu sais ce qu'on dit de la maladie n'est-ce pas ? [...] C'est la voie des Dieux qui mène vers la mort", mais je pense que tu aurais dû en parler dans la narration, car c'est en écrivant ça que j'ai compris ce que tu souhaitais dire. Et aussi, s'il dit qu'on n'a pas essayé de la soigner, cela implique qu'il y a des personnes qui se font soigner, et donc ne croient pas à cela. Et, par extension, il doit baigner dans cette croyance depuis tout petit, et donc en théorie accepter que son amour s'en aille. Si alors, il n'accepte pas, il y aurait sûrement eu un nombre incroyable de personnes qui auraient protesté contre ceci, et qui auraient sûrement créé des ouvrages pour lutter contre les maladies mortelles. Et aussi, concernant la probable durée de vie de cette croyance, elle doit être faible. En effet, la maladie a toujours provoqué beaucoup de mort dans la population. Si elle n'est pas traitée, les humains de cette terre n'auraient pu vraisemblablement se sédentariser, comme cela engendre une propagation plus élevée de la maladie, et comme elle attaque sans égards à la classe sociale, la pratique se serait arrêtée car elle est trop dangereuse, même si ce sont les dieux qui l'ont imposée, le nombre de pratiques qui ont disparu dans les religions : notamment le jeûne chrétien, qui n'est plus pratiqué car ça peut être dangereux et en plus ça ne convient pas au système actuel de vie. Les religions ne font que d'évoluer selon le monde dans lequel elle vit, qu'importe les mots que le(s) dieu(x) aurai(en)t dit pour le fondement de leur religion. Il faut prendre ça en compte.



     En bref, beaucoup d'amélioration, mais encore du travail à effectuer. L'histoire avance bien mais attention aux incohérences qui pourraient se présenter en aval de l'histoire quand à certaines traditions. J'espère que la suite sera aussi, voire plus brillante que les chapitres qu'on a là ! J'ai hâte de lire la suite !



     Hmm... Une entité qui prends le contrôle d'un hôte pour s'incarner... Qui dispose de pouvoirs OP... Et qui sait lire dans les pensées des gens... ... ... Manque plus qu'il sache lire dans le passé et alors on pourra dire que Azmaël est le frère de Vérantwo ! Cross-Over confirmed !
    Squibbo s'est échappé mais je l'ai rattrapé. Je l'ai retrouvé moi seul alors qu'il tentait de s'enfuir par les douves. Avoir une ascendance zora ne donne pas des ailes, des nageoires plutôt !
    Stefbad, les Fics de l'Histoire

    Hors ligne Vaati the Wind Mage

    • Priant de Nayru
    • Peste Mojo
    • *****
    • Messages: 332
    • Supporter de Fay
      • Code ami 3DS 036 -2037-8136

      • FaucherTitouan
      • SW-2839-9452-5689
      • Voir le profil
    L'univers Vaati
    « Réponse #14 le: mardi 03 avril 2018, 18:13:20 »
    Merci pour ce retour, je vais essayer de continuer à m'améliorer!

    Chapitre 8: La Reine des succubes


    "Il faut que je t'avoue quelque chose..."

    Centaku la fixa quelques secondes avec étonnement. Puis il manifesta sa colère:
    "Alors là, j'en ai vraiment ras le bol! Depuis le début, on me dit ce que je dois faire, où je dois aller, et maintenant que je dois vraiment intervenir, tu m'en empêche, alors t'es bien gentille, mais je dois y aller maintenant, pour sauver ce que j'aime!
    -... C'est d'accord! Je te guiderai par télépathie! A présent, va vers ta cité, et sauve la!"

    Centaku fût instantanément téléporté à Capistia. La cité était dévastée, et quelques corps traînaient ici et là. Centaku était abasourdi. Elles étaient seulement quatre. Un cri le sorti de sa stupeur: c'était Arélia qui avait crié. Aussitôt il se dirigea vers elle. C'est alors qu'il la vit, et qu'est ce qu'elle était belle. Une peau très pâle, des cheveux blonds platines bouclés. Néanmoins, ses ailes reptiliennes et ses cornes formaient un contraste plutôt malsain avec le reste de sa beauté. Sa tenue était plutôt légère, et était constituée d'une sorte de combinaison de cuir, couvrant sa poitrine, une petite partie de son cou et ses jambes. Des trous en forme de losange parsemaient ses jambes et un large trou permettait de voir son ventre. Elle faisait face à un jeune homme qui tenait une épée à la main. Derrière lui se trouvait Arélia, tétanisée.  Le jeune homme n'avait aucune chance. Centaku fonça vers eux, et s'interposa entre la succube et le jeune homme. Il jeta un regard vers eux, et celui-ci prit la main d'Arélia, et le couple s'enfuit en courant. Il eût le temps de remarquer qu'elle semblait mieux se porter. Il fixa alors la succube dans les yeux. Celle-ci se mit à parler:
    "Oh, mais que vois-je? Tu es Centaku n'est ce pas? Tu penses vraiment pouvoir me battre?
    -Qui est tu, et comment connais tu mon nom?
    -Oh, mais ta réputation te précède! Néanmoins, je ne peux pas te tuer de mes mains: ma Reine désire te tuer de Ses mains, et je ne peux lui désobéir, alors suis moi! Elle est au palais!
    -Si elle est au palais, où est nôtre cher roi?
    -Vôtre roi a fui dès qu'on lui a rapporté l'invasion! Ah, au fait, j'ai oublié de préciser qu'elle a un otage! Un jeune garçon, qui lui rappelait son amant, un enfant qu'elle a changé en adolescent... Amos je crois!
    -Qu'est ce que tu as dit?
    -Oh, une connaissance? Pour le revoir, il faudra que tu la combattes! Et que tu gagnes!"

    Centaku suivit donc la succube. Une rage incroyable le consumait de l'intérieur, et il était certain que dès qu'il verrait cette chère reine, elle n'en aurait plus pour longtemps à vivre. Il entra donc dans le palais. Dans le vestibule, se trouvaient deux autres succubes. Il s'avança vers la salle d'audience sous leurs regards amusés. Il entra. Au fond, attaché au trône par une chaîne attachée à son cou, se trouvait son frère, transformé en adolescent. Ses cheveux étaient beaucoup plus longs et plus épais... et il était totalement nu. Centaku courut vers lui. Un rayon de lumière éclaira Amos, et aussitôt il reçut des vêtements et redevint un enfant. Sa chaîne avait disparu. Centaku l'enlaça:
    "Oh Amos! J'ai eu tellement peur!
    -Grand frère! J'ai peur, je veux partir!
    -Ca, j'en fais mon affaire, dit Luz qui avait redonné son apparence à Amos et lui avait redonné des vêtements.
    -Merci Luz, dit Centaku!"
    Et Amos s'éleva dans les airs, avant de disparaître. Centaku s'interrogea alors: "Mais quel monstre pourrait être capable de faire ça à un gosse?
    -Tu te poses vraiment la question mon petit, dit une voix venant de derrière le trône."

    Surgit alors Pulchra, la reine des succubes. Elle avait de long cheveux rouges, qui tombaient sur ses épaules, cachant un peu sa peau immaculée. Ses lèvres étaient couvertes de rouge à lèvre et ses yeux étaient rouges. Elle semblait avoir la vingtaine. Seuls deux pièces d'armures couvraient, l'une sa poitrine, et l'autre ses hanches. Celles-ci étaient faites en or, et étaient serties de joyaux. Ses ailes semblaient être en soie, et ses cornes ainsi que l'ossature de ses ailes semblaient être en or. Elle lui adressa alors la parole:
    "Pas besoin qu'on te dise encore quelque chose du style "oh, mais voilà le premier élu", je suppose que tu as déjà entendu cette phrase un millier de fois n'est ce pas?
    -Je suppose que tu es la reine des succubes hein?
    -Quel esprit de déduction, je suis stupéfaite! Tu veux une médaille? Quoiqu'il en soit, je me présente: je suis Pulchra, reine des succubes, maîtresse des démons,je suis l'un des sept Grands Démons, et amante de mon cher et doux Azmaël, que tu as sûrement déjà rencontré. D'ailleurs dans quelques années ton frère lui ressemblera un peu! Je suis une femme très ouverte, mais si quelqu'un fait du mal à Azmaël... Alors celui-ci recevra toute ma haine et ma fureur! Apprêtes toi à recevoir la fessée de ta vie!
    -Crois moi quand je te dis que tu regretteras chaque parole!
    -Oh là là, déstress un peu! C'est ta première foi mon petit? Allez, viens vers moi: je vais te montrer comment on fait quand on est une experte!"

    Celle-ci sortit alors un fouet, puis elle se dirigea à toute vitesse vers Centaku. Celui-ci avait beaucoup de mal à se concentrer, sur la combat tant Pulchra avait simplement l'air de s'amuser. On aurait dit qu'elle dansait. Son fouet devenait parfois aussi dûr qu'une épée. Elle-ci n'arrêtait pas de parler:
    "Alors mon enfant, c'est tout ce dont tu es capable? Allons, donne moi tout ce que tu as, tu ne voudrais quand même pas que je reste sur ma faim?
    -Mais tu vas la fermer?!"

    Cette phrase légèrement violente dût accompagnée d'un coup d'épée de la part de Centaku, qui transperça le cœur de la belle. Elle se mit alors à rire. Rire beaucoup même. Beaucoup trop. Elle en avait même les larmes aux yeux.
    "Oh mon pauvre chou, dit elle, je ne suis pas vraiment là! Ceci n'est qu'une projection de tout mon pouvoir, un simple échantillon! Je suis bien trop puissante, sans vouloir être prétentieuse! Ce n'était pas trop mal pour une première rencontre, j'attends la prochaine foi avec impatience. A bientôt pour une prochaine rencontre!"

    Elle commença alors à disparaître petit à petit. Elle disparut alors complètement. Aussitôt, les autres succubes furent de nouveau scellées en Enfer. Luz le rappela alors à elle:
    "Il faut qu'on parle. Je ne t'es pas aidé lors du combat contre Puchra pour une très bonne raison: nous, les dieux, nous sommes maudits.
    -Pardon, demanda Centaku.
    -Oui, lors du premier combat contre Azmaël, il nous a jeté une malédiction: nous les dieux, nous ne pouvons pas nous approcher de lui ou des Sept Grands Démons, sous peine d'une mort quasi immédiate!
    -Oh.
    -Oui, je suis sincèrement navrée. Et en ce qui concerne la superstition du peuple d'Aézir, nous ne sommes pas responsables. Celle-ci est née de manière indépendante de nôtre volonté. Maintenant, nous avons assez perdu de temps: c'est à présent l'heure du combat contre Azmaël."
    « Modifié: mercredi 12 septembre 2018, 16:29:44 par un modérateur »
    Ce n'est pas avec cette ridicule épée que tu vaincras le Prince du Mal!