Auteur Sujet: L'univers Vaati  (Lu 7537 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Vaati the Wind Mage

  • Priant de Nayru
  • Peste Mojo
  • *****
  • Messages: 492
  • Supporter de Fay
    • Code ami 3DS 036 -2037-8136

    • FaucherTitouan
    • SW-2839-9452-5689
    • Voir le profil
L'univers Vaati
« Réponse #15 le: lundi 09 avril 2018, 20:38:51 »
Chapitre 9: Final

Aésir était entré dans le temple il y à peu avec Azmaël. Le corps de sa fiancée flottait au dessus d'eux. Pour la première foi depuis des années, l'espoir brillait dans ses yeux. Le temple était légèrement en ruine. Il était constitué d'un gigantesque dôme, et la salle de pierre était entouré de six statues, chacune représentant un dieu. Au fond, une statue dorée représentait le Dragon. Elle était en or, gigantesque, et faîte en or. Le Dragon ressemblait à un serpent avec des pattes, et une tête semblable à celle d'un lézard. Juste en dessous, se trouvait une statue anthropomorphe, sans visage ou trait distinctif. Azmaël y entra, en disant qu'avant de sauver Lyria, il devait avoir une enveloppe charnelle. Il s'y infiltra donc, avant de dire: "Enfin mon but est accompli... Après cinq cents ans!
-N'oublies pas ta part du marche, lui rappela Aésir. Ma confiance en toi ne durera sûrement pas éternellement!
-Oh, mais je n'ai pas oublié."

A ces mots, Aésir fût projeté dans les air, et vit Lyria disparaître:
"Que.. LÂCHE! TU N'AS JAMAIS ETE EN MESURE DE LA GARDER EN VIE, cria-t-il.
-Bien sûr que je peux ramener un être vivant à la vie, dit Azmaël. Je n'en ai juste pas envie! Lyria est morte, elle ne reviendra jamais, et à présent toi aussi tu vas mourir, et ton existence n'aura pour seul but que de me fournir une enveloppe charnelle avant que je ne retrouve mon véritable corps!"

Pendant qu'il prononçait ses mots, il avait rapproché Aésir, afin de voir tout espoir quitté ses yeux, et de voire les premières larmes couler sur ses joues. Puis il éleva le jeune homme dans les airs, et fabriqua un cocon autour de lui. Aésir fût emprisonné dans ce cocon, et allait y vivre ses derniers instants...

Quelques temps plus tard,Centaku se trouvait devant le temple. Il respira un grand coup, puis fit quelques pas en avant. Tout d'un coup, il entendit une voix derrière lui: "Allons mon garçon, tu auras bien besoin d'aide non?
-Qui est là, dit Centaku.
-On ne reconnaît pas son sauveur? Tu es bien ingrat envers le pauvre Prudens!"

Le mage d'un certain âge l'avait suivi, et comptait l'aider.
"Mon... mon sauveur?
-En effet, dit Luz. J'avais oublié, je suis navrée, mais c'est bien lui qui t'as sauvé après ta défaite contre Aésir et Azmaël. Nous avons, grâce à lui, mis au point une magie pouvant peut être blessé l"âme d'Azmaël.
-Effectivement. C'est pourquoi je te serai sûrement d'un grand secours.
-Bien, dit Centaku. Allons y"

Le duo entra donc dans l'ancien temple. Un immense cocon était accroché au dôme. De derrière en surgit l'âme d'Azmaël.
"Vous ne pouvez plus rien faire, dit-t-il. A présent mon retour est imminent!
-Centaku, chuchota Prudens à l'oreille de l'Elu, distrais le pendant que j'essaierai de l'attaquer, compris?
-Compris!"

Centaku s'avança vers Azmaël, faisant semblant d'essayer de le blesser pendant que Prudens se faufilait derrière lui afin de l'attaquer.
"J'en ai marre de toi, dit le démon."
Aussitôt, une sphère sombre entourée de flammes noires fonça vers Centaku, qu'il évita de justesse. Prudens n'en revenait pas: il était normalement impossible pour une âme de montrer pareil pouvoir. Mais après tout, normalement, il était également impossible normalement de blesser une âme, et pourtant. Prudens venait de blesser Azmaël, à l'aide d'un projectile lumineux. Cette douleur, bien que faible, était incroyable pour Azmaël: c'était le première fois depuis cinq siècles qu'il ressentait la douleur. Il se retourna, effaré vers le magicien qui affichait un sourire satisfait: tout était perdu pour Azmaël. Mais par un coup sournois du destin, c'est exactement à ce moment que le cocon se mit à briller: tout était fini. Azmaël fonça sans demander son reste vers le cocon. Quelques secondes plus tard, en sorti Aésir, légèrement transformé: des petites cornes avaient poussés, et sa peau était devenue immaculée. Néanmoins, était-ce bien Aésir? Non, Aésir était mort. Son âme avait disparu, et c'était à présent Azmaël qui l'habitait. Son regard tyrannique avait remplacé celui lunatique de feu Aésir. Il claqua des doigts, et aussitôt surgit de nulle part un homme, incroyablement grand et musclé, un masque cachant son visage, et une cape déchirée au dos. Il tenait à la main un immense espadon. Juste après son apparition, Azmaël défaillit légèrement. Prudens renseigna Centaku sur la nature de cette chose:
"C'est le Gardien. C'est un homme qui autrefois son âme à Azmaël en échange d'une vie superbe, mais à sa mort il fût transformé en cette chose, et doit à présent servir Azmaël pour l'éternité!
-Exactement, répondit Azmaël. Ceci devrait te retenir vieux mage, pendant que je combattrai Centaku plus loin.
-Vas y Centaku, je me débrouillerai. Vas, et tue le une bonne fois pour toute!"

Centaku rejoignit Azmaël dans la salle qui se trouvait derrière. Tous deux se lancèrent un regard. Aucun bruit ne venait les perturber, s'en était presque terrifiant. La salle était totalement neutre, c'était autrefois là où était entreposé tout le matériel religieux. Puis enfin, le combat commença. Azmaël était très rapide, et ses coups était difficile à parer. Il usait de flammes noires, étrangement semblables à la flamme dorée qui scellait les Enfers. Les coups volaient sans qu'aucun adversaire ne réussissait à toucher l'autre, et le combat commençait à s'éterniser. La sueur perlait sur le front de Centaku, qui commençait à faiblir. Azmaël ne montrait aucun signe de fatigue, ce qui inquiéta grandement Centaku. A peine eût-t-il eu le temps de remarquer ce manque de fatigue qu'il reçut de plein fouet un coup d'épée d'Azmaël, qui entailla légèrement son ventre. Les flammes noires dont étaient imbibée l'épée d'Azmaël semblaient consumer à petit feu le pauvre Centaku. Azmaël s'avança lentement vers sa victime, qui s'approchait à une vitesse incroyable de sa mort certaine. Il approcha son visage du sien, et lui dit en le regardant dans les yeux:
"Mon plus grand plaisir dans cette vie, c'est de voire la lumière disparaître dans les yeux d'un ennemi. Adieu Centaku. Tu as été un adversaire très décevant, je n'ai même pas offert tout le potentiel que m'offrait ce corps!"

Il s'éloigna, éleva son épée dans les airs. Elle allait s'abattre d'une seconde à l'autre sur le cœur de Centaku, qui voyait son existence défiler. Elle s'abattait, vite, trop vite. Centaku allait mourir. Elle allait toucher son cœur, elle touchait presque la peau de Centaku.  Centaku touchait à son heure dernière. Quand tout à coup Prudens, qui avait réussi à battre le Gardien, projeta un de ses projectiles vers Azmaël, qui fût projeté un peu plus loin. Son âme quitta le corps d'Aésir, qui gisait inerte sur le sol, et qui avait retrouvé son apparence normal. Les flammes noires avaient cessé de consumer Centaku. Grâce à sa magie, Prudens commença à détruire Azmaël, qui disparaissait petit à petit de ce monde. Mais un espadon faillit s'abattre sur le magicien: le Gardien n'était pas mort,et rugissait de rage du mal que Prudens avait failli faire à son maître. Cette esquive qui déconcentra Prudens laissa le temps à Azmaël de fuir, très loin. Prudens, afin d'être débarrassé de nouveau de ce monstre inhumain, concentra toutes ses forces afin de le sceller en Enfer. Les deux regardèrent alors au loin, là où Azmaël avait fui.
"A mon avis on n'entendra pas parler de lui avant un certain temps, le temps qu'il récupère de l'énergie. Tu n'as pas trop mal combattu!
-Vous voulez rire, rétorqua le jeune homme. J'ai été pitoyable, je n'ai même pas réussi à lui asséner.. Un seul coup,.. Argh!
-Pour un premier combat contre le Maître des Ténèbres, ce n'est pas si mal! Oh, et ne t'inquiètes pas pour ça! La douleur disparaîtra, je vais t'amener chez Neïra, elle saura te soigner. En tout cas, vu ta performance, je ne m'inquiète pas du tout pour l'avenir de nôtre univers: j'ai confiance en toi!"


Quelques jours plus tard:

Centaku se reposait paisiblement dans le domaine de Neïra, la déesse de la nature. Sa gentillesse n'avait d'égale que sa douceur. Le domaine était un lieu exeptionellement beau, rempli de rivières, d'arbres et d'animaux dociles. Neïra s'avança doucement vers lui:

"Euh...... Centaku, navrée de te déranger pendant ta convalescence. Mais j'ai une nouvelle à t'annoncer!
-Oh, ce n'est rien, vas-y dis moi tout!
-Ne voudrais tu pas un peu de ces petits gâteaux avant? Je les ai faits moi même!
-Allons tu, passes toujours du coq à l'âne! Bon je goûte, mais seulement parce que tu fais toujours des trucs délicieux! Alors, cette nouvelle?
-Eh bien, à l'instant même, à la Source Violette, une jeune fille s'est éveillée."


                          Fin de l'Arc 1.


                                                                                                                                                                                       
Voilà, c'est tout pour cet Arc. Je pense qu'ils feront tous à peu près cette taille, et qu'il y en aura à peu près 6 pour cette fiction. Néanmoins, j'écrirais probablement quelques one shot ou des fan fics beaucoups plus courtes qu'un arc entier entre chacun d'entre eux. Merci pour vos retours, j'espère que je vais continuer de progresser!
« Modifié: mercredi 12 septembre 2018, 16:31:56 par un modérateur »
Merci à @Aleit pour mon avatar!

Hors ligne stefbad

  • Jeune Mogma
  • *
  • Messages: 238
  • Spectra est encore mort ? Il est archi-nul !
    • Voir le profil
    • Stefbad.com
L'univers Vaati
« Réponse #16 le: lundi 09 avril 2018, 22:12:11 »
 C'est un type de fin bien caractéristiques des livres de Fantasy en plusieurs tomes ^^ Mais je pense que tu n'aurais pas dû dire si franchement "Fin de l'Arc 1", ça fait assez innaturel. Tu aurais dû plutôt mettre une phrase d'accroche à la fin, car cette froide annotation ne fait pas un très bon effet, je trouve. Tu aurais dû mettre quelque chose comme :

Citation de: Phrase d'accroche
Centaku fut étonné d'apprendre cette nouvelle, mais finalement le véritable étonnement venait de à quel point elle arrivait tardivement. La revanche contre Azmaël est en route.

 Ou quelque chose dans le genre. En tout cas, je pense que les arcs, c'est plutôt les fans qui font ce travail. Enfin, si tu veux officiellement introduire cette notion, je pense qu'il faudrait le faire un peu moins formellement, car ainsi, ça fait assez étrange. Dernière annotation, lorsque tu as mit "Quelques jours plus tard:", je trouve que tu aurais pu de même l'introduire de manière un peu moins dure. Voici un exemple :

Citation de: Quelques jours plus tard...
Quelques jours passèrent, pendant lesquels Centaku se reposa paisiblement dans le domaine de Neïra, déesse de la nature.

 Sinon, l'histoire avance bien ! Je me demandais pendant que j'étais en train de lire si dans le prochain arc tu comptais introduire le prochain élu, car je t'ai trouvé assez silencieux sur ce point au long de la fic (cf. premier exemple de phrase), mais enfin on en entends parler ! Prends garde par contre à ne pas trop être régulier, car comme tu as dis au tout début, je le rappelle, que les élus peuvent venir de n'importe quel temps (ce qui pose d'ailleurs des problèmes de consistance temporelle, à moins que tu joue avec les univers parallèles, et comment il y a des univers parallèles selon le temps... passons, c'est de la fantasy tout de même ^^), alors il me semble logique qu'ils viennent de façon irrégulière. Aussi, petite remarque stylistique, ne jamais mettre des parties du texte tout en capitales, sauf si c'est une part de la description (et encore...), c'est le grand dam des écrivains ^^

 Sinon, question conseils pour la prochaine partie (attention, des conseils pour l'écriture, sortez les chiens !), je pense qu'il serait très intéressant de prendre le point de vue de quelqu'un d'autre, le nouvel élu par exemple, et donc tes arcs pourraient représenter les différents point de vue. Je pense qu'il serait intéressant de voir comment la jeune fille réagira face à Centaku, déjà vétéran de quelques batailles, et comment les relations se construiront (ce que j'espère n'être pas facile, ce sera plus intéressant ^^), et je pense aussi que ce sera l'occasion de mieux explorer Centaku par rapport à l'extérieur, car personne n'est pareil avec des amis qu'avec des inconnus. C'est humainement impossible. Aussi, je pense qu'il serait intéressant d'ajouter des non élus dans l'équipe, parfois en membres permanents ou en simple guests qui viennent de temps en temps. Je sais, c'est cliché, mais la base de la fantasy ce n'est pas des clichés ? Bref, j'ai hâte de savoir comment tu vas continuer ton histoire, car ça avance bien, la suite promet d'être intéressante comme on entre dans les péripéties ^^

Et d'ailleurs, mais Azmaël est vraiment le frère de Vérantwo ! C'est pas possible ! Ils se ressemble trop, je ne serait pas étonné de voir ce dernier surgir (ce serait d'ailleurs amusant tant que j'y pense ^^)
Squibbo s'est échappé mais je l'ai rattrapé. Je l'ai retrouvé moi seul alors qu'il tentait de s'enfuir par les douves. Avoir une ascendance zora ne donne pas des ailes, des nageoires plutôt !
Stefbad, les Fics de l'Histoire

Hors ligne Vaati the Wind Mage

  • Priant de Nayru
  • Peste Mojo
  • *****
  • Messages: 492
  • Supporter de Fay
    • Code ami 3DS 036 -2037-8136

    • FaucherTitouan
    • SW-2839-9452-5689
    • Voir le profil
L'univers Vaati
« Réponse #17 le: mardi 10 avril 2018, 17:15:22 »
Merci pour ce retour Stefbad. Sinon pour la notion d'Arc, j'aurais peut être dû mettre chapitre mais bon... Sinon, je pensais commencer l'arc après que Centaku et la jeune fille se soient cotoyer depuis deux mois environ, donc je pense que je vais revoir ça. Néanmoins je voulais vraiment faire de Centaku le personnage principal de tous les arcs, donc je ne sais pas si j'ai vraiment envie de changer de point de vue, mais j'essaierai sûrement. Sinon pour Verantwo, c'était tellement pas voulu que lorsque j'ai remarqué je me suis posé quelques questions  :^^':
Merci à @Aleit pour mon avatar!

Hors ligne Linkondo

  • Bokoblin audiovore
  • Tokay bizarre
  • *
  • Messages: 1696
  • J'aime le piment d'Espelette
    • Code ami 3DS 2638-2745-6537

    • Code ami Wii U geek411

    • https://www.philibertnet.com/378876-large_default/49355.jpg
    • Milk_Bars
    • SW-7390-1572-8523
    • Voir le profil
    • Milk Bars
L'univers Vaati
« Réponse #18 le: mercredi 11 avril 2018, 13:50:16 »
Un arc de terminé, déjà ! C'est cool de voir que tu avance à n bon rythme !  ;D
Je n'ai pas commenté tous tes chapitres, mais je lis bien tout. ^^ L'univers se développe petit à petit, c'est intéressant d'en apprendre un peu plus à chaque partie. J'espère que tu vas continuer sur ce point dans les prochains arcs ! Même si je m'en doute bien.
Je trouve que tu vas un peu vite, parfois, quand même. Les actions fusent, ce serait pas mal de s'arrêter quelques fois pour décrire un peu plus la situation ou les pensées de Centaku.

Sinon, effectivement, c'est curieux que le nouvel élu arrive si tôt. Mais bon, je ne suis pas l'écrivain, je ne connais pas toutes les ficelles... :niak: Je verrais bien ce que ça donne...
" - C'est une bonne situation, ça, bokoblin ?
  - Vous savez, moi, je ne crois pas qu'il y ait de bonne ou de mauvaise situation..."


Un peu niais, un peu beau, et un peu challenger et encore un peu beau !

Hors ligne Vaati the Wind Mage

  • Priant de Nayru
  • Peste Mojo
  • *****
  • Messages: 492
  • Supporter de Fay
    • Code ami 3DS 036 -2037-8136

    • FaucherTitouan
    • SW-2839-9452-5689
    • Voir le profil
L'univers Vaati
« Réponse #19 le: dimanche 15 avril 2018, 14:46:49 »
Effectivement j'ai un petit problème pour ce qui est de dosé l'action. Et par contre, je compte pas me lancer dans des univers parallèles pour cette fic là. Bref, je commence un nouvel arc, finalement je compte terminer cette fic là avant de me lancer dans autre chose:

Arc 2: Unification

Chapitre 1: Un duo dévastateur.


"Bon, tu te souviens du plan n'est ce pas?
-Quel plan?
-On le frappe tel les bourrins que nous sommes jusqu'à ce qu'il meurt.
-Spontané, facile à retenir... J'aime, j'aime beaucoup."

Deux personnes encapuchonnées se trouvaient dans la ville déserte de R'lyeh, surnommée depuis peu R'lyeh la morte. En effet, depuis quelques mois, un fléau s'était abattu sur la ville: Love, le dévoreur, s'acharnait sur elle. Cette créature était à la base un gardien censé protéger la ville, mais il y à peu, les habitants avaient oublié son offrande mensuelle. Il avait donc entrepris de détruire la cité. Centaku et sa coéquipière devaient donc l'annihiler.

Cela faisait deux mois que Asoa avait acquit ses pouvoirs. Ses cheveux mi longs et bouclés étaient devenus violets, et qu'elle avait reçu son espadon. Un fort lien s'était créé entre eux deux, et Aso, comme elle se faisait surnommée, était devenue une de ses meilleures amies. Néanmoins, elle ne pensait parfois qu'à s'amuser, et malgré la simplicité du plan, il était important qu'elle reste concentrée, donc il s'inquiétait un peu pour elle.

" Ph'nglui mglw'nafh Love R'lyeh wgah'nagl fhtagn
-Tu as compris quelque chose, dit Aso.
-Pas le moindre mot, répondit Centaku. Mais il sera là d'une seconde à l'autre.
-Avant qu'on meurt je voudrais t'avouer un truc...
-Quoi donc?
-Eh bien... Tes cheveux coupés courts ça ne te va pas du tout!
-Eh bien je ne les couperai plus.
-Tu es au courant qu'on peut vivre éternellement?
-Eh bien j'aurais une jolie crinière."

Tout d'un coup, l'océan devint trouble, et en jaillit un monstre gigantesque, à tête de seiche, à ailes de dragon et à corps humanoïde.

"Sum pius Love.
-On ne pige rien à ce que tu dis, dit Aso en lui coupant un de ses tentacules à l'aide de son espadon qu'elle venait de faire surgir."

Centaku commença à escalader son dos pendant qu'Aso le distrayait.

"Ego iustus voluit ad libum."

Le monstre ne cessait de prononcer des parole mystiques au sens probablement important, mais dont Aso et Centaku ne comprenait rien. Finalement, Centaku planta son épée dans le crâne de Love, et alla jusqu'à rentrer au bas ventre dans le crâne du monstre. Love s'écroula dans un dernier soupir, probablement profondément mélancoliques:
"Et faciet stercore!
-Toujours rien compris, dit Aso.
-En tout cas aujourd'hui, une créature autrefois sage et protectrice est morte par la faute de l'oubli des humains,et de leur bêtise.
-Je.. ne suis pas encore mort, dit Love. Et dans ma mort je veux te confier un dernier message:

                                  Quand la mère et le fils seront réunis
                                          L'Apocalypse, enfin viendra
                                                       Le Seigneur des Démons dans son ignominie
                               Et toutes la création, dans le sang et les larmes, s'achèvera."

Enfin Love finit par mourir. Tout d'un coup, un messager du Roi d'Arcandia surgit de derrière une maison.
"Euh... Messire Centaku.... Vous avez l'air occupé, mais le Roi a une mission à vous confier...
-Eh bien, dîtes donc!"
« Modifié: mercredi 12 septembre 2018, 16:36:28 par un modérateur »
Merci à @Aleit pour mon avatar!

Hors ligne Aélia

  • Fangirl et procrastinatrice professionelle
  • Jeune Mogma
  • *
  • Messages: 135
    • Voir le profil
L'univers Vaati
« Réponse #20 le: mardi 17 avril 2018, 13:59:25 »
Hey ! J'ai enfin continué ta fic, dont je n'avais lu que le premier chapitre quand, donc j'ai eu de la lecture !

Ta fic est intéressante mais l'univers mériterait un peu plus d’approfondissement, tout comme les personnages. Je trouve que tu ne les décris pas vraiment, et on les connait à peine alors qu'on vient quand même de terminer un arc. Essaye de plus décrire leurs ressentis, leurs pensées. L'environnement aussi, par exemple les villes, mais si je trouve que de ce côté là, tu te débrouilles déjà très bien avec les descriptions des palais et temples.
Il y a quelques fautes dans ton récit mais rien de grave. Par contre j'ai relevé plusieurs maladresses où l'on ne sait plus trop de qui tu parles, ou même qui parle ( dans tes premiers chapitres, il y avait des moment où, dans les dialogues, tu ne citais pas les personnes qui parlaient, et ça rendait la lecture un peu compliqué pour savoir qui disait quoi. Mais ça s'est améliorer. ). Aussi dans le chapitre 7, où Arélia et un jeune homme se font attaquer, j'ai mis du temps à comprendre de qui tu parlais car tu est passé de Arélia à "elle", mais sans aucune indication. J'ai mis du temps à comprendre que tu ne parlais pas d'Arélia, mais d'une succube. Après, c'est peut-être aussi juste moi qui était un peu fatiguée xD

Mais mis à part ces maladresses, tu a une bonne écriture, l'histoire est intéressante. Je te souhaite bonne chance pour la suite, car ça promet d'être long ;)


Merci à tous !

Hors ligne Vaati the Wind Mage

  • Priant de Nayru
  • Peste Mojo
  • *****
  • Messages: 492
  • Supporter de Fay
    • Code ami 3DS 036 -2037-8136

    • FaucherTitouan
    • SW-2839-9452-5689
    • Voir le profil
L'univers Vaati
« Réponse #21 le: mercredi 18 avril 2018, 21:57:44 »
Merci, il reste encore beaucoup de choses à améliorer, mais à partir de maintenant je vais plus m'attarder sur les pensées des personnages.

Chapitre 2: La requête du Roi Sevus


     Quand la mère et le fils seront réunis
                                          L'Apocalypse, enfin viendra
                                                       Le Seigneur des Démons dans son ignominie
                               Et toutes la création, dans le sang et les larmes, s'achèvera.

Centaku retournait cette phrase dans tous les sens, il n'en trouvait pas le sens. Le Seigneur des Démons était évidemment Azmaël. Mais qui étaient la mère et le fils? Et en quoi le fait de les réunir provoquerait l'Apocalypse? Centaku ne comprenait pas, et cette incompréhension le plongeait dans l'inquiétude. Il dormait dans la chambre dans laquelle il avait toujours dormi, dans la maison dans laquelle il avait toujours habité. Son grand lit, ses mûrs neutres soutenu par les fondations en bois. Sa mère entra dans sa chambre. Son inquiétude devint plus grande encore: le teint de sa mère était pâle, et ses yeux entourés de cernes. Un sourire de façade tentait en vain de cacher une douleur manifeste. Elle tenait à la main un plateau.
"Ma dernière création, dit-t-elle. Je l'ai fais en ton honneur, pour te faire un cadeau d'anniversaire un peu avant l'heure."

Le masque qu'elle tenait était rouge et blanc, et montrait un visage à l'allure héroïque.
"Je suis en train d'en faire un autre pour ton frère, pour montrer son côté créatif.
-Maman, répondit-t-il, il est magnifique... mais pourquoi?
-Oh, et bien, j'ai juste eu envie de vous faire un cadeau.
-Arrêtes ça. Je vois bien que tu ne vas pas bien. Que se passe-t-il.
-Rien, rien... Ne me regardes pas comme ça... arrêtes."

Des larmes commençaient à couler sur ses joues.
"Je suis malade Centaku. On m'accorde un mois, si j'ai de la chance.
-Par tous les dieux... Mais tu le sais depuis quand.
-Depuis deux jours. Je t'en prie, ne dis rien à ton frère. Tant que ça ne sera pas grave, je ne veux pas qu'il le sache.
-Maman.. Tu... Je..."

Et les deux s'enlacèrent, chacun versant des larmes. Centaku ressentait une peine immense. Maman plus forte que l'ombre. Maman plus forte que la peur. Maman plus forte que les monstres. Sa mère allait disparaître, et ne devait jamais revenir. Il avait peur. Et dans ses bras, il se sentait mieux.
"Tu dois toujours aller voire Sevus, dit-t-elle.
-Tu crois vraiment que je vais te laisser là?
-Tu me feras bien plus de tort en abandonnant tes responsabilités pour moi qu'en veillant sur moi.
-Laisse moi rester avec toi!
-Non! Je te demande de partir. Je t'en prie, ne me fais de peine. Vas rejoindre Aso dehors, et garde à jamais ce masque, en mémoire de moi!"

C'est à contre coeur que Centaku rejoignit Aso dehors. Il avait pensé que, peut être, la mission que Sevus allait leur confier leur permettrait à tous deux de s'entraîner. Mais à présent il était anéanti. Malgré tout, il était décidé à ne rien laisser paraître. Puis, avant de partir pour le palais de Capistia, il eût une idée. Confiant, il s'éloigna de Luz en lui faisant signe de l'attendre, puis contacta Neïra par télépathie.

La paisible déesse était en train de vaquer tranquillement à l'entretien de son domaine, peut être juste plus tranquillement encore qu'à l'accoutumée: Love, et les autres créatures que certains humains considéraient comme monstrueux, était comme un fils pour elle. Sa mort l'avait affectée.  Ses long cheveux bruns étaient surmontés d'une tulipe noire, et sa robe ressemblait à un de ses pétales. Son visage délicat et tendre affichait une mine triste.Tout d'un coup, elle fût contactée par Centaku via télépathie:
"Neïra, je ne puis te parler, mais pourrais tu me retrouver devant chez moi?
-Pourquoi? Est-ce urgent?
-Oui crois moi, fais vite!"

Tout de suite après, Neïra était devant le pallier de Centaku. Bien évidemment, le reste du monde ne la voyait pas. Neïra avait ceci en commun avec Luz, qu'elle ne respectait pas à la lettre les protocoles divins: Luz le faisait pour s'amuser, elle par gentillesse. Centaku la guida vers sa mère souffrante, et Neïra se rendit visible à ses yeux:
"Hmm... La maladie est bien ancrée... Mais je pense qu'en l'emmenant dans mon domaine, je pourrai la soigner encore plus efficacement qu'ici.
-Que.. Mais vous êtes, balbutia Matri, la mère de Centaku.
-Ne craignez rien, dit Neïra. Je suis ici pour vous guérir. Endormez vous."

Aussitôt, Neïra endormit Matri à l'aide de phéromones. Matri fût emmener au domaine de Neïra, où elle allait guérir petit à petit. C'est le coeur léger que Centaku revint vers Aso, prétextant un problème léger. Ensemble, ils se rendirent au palais. Là bas, Sevus les attendaient, dans sa grande salle d'audience. Il s'adressa à eux:
"Oh, Centaku. Nôtre dernière rencontre fût quelque peu houleuse, j'en conviens. Mais si vous êtes venus jusqu'ici, c'est, je suppose, que ma requête vous intéresse?
-En effet. Nôtre roi serait donc soudainement devenu un bon roi, répondit-t-il.
-Hmm, toujours la répartie cinglante. Mais en effet j'ai été lâche. Le plan Unification pardonnera cela. En alliant les quatre pays qui nous sont frontaliers, nous formerons une alliance. Ce n'est qu'un début, mais peut être qu'elle s'étendra bien plus loin.
-Ce projet me fais reprendre confiance en vous Sevus. Même si je garde quelques réserve, ajouta-t-il à l'oreille d'Aso. D'ailleurs, Asoa m'accompagnera pendant cette quête afin de m'aider. Cela pose-t-il problème.
-Absolument pas. A présent, partez avec ma délégation, afin de rencontrer en tant qu'ambassadeur le premier royaume: Trückung."

Merci à @Aleit pour mon avatar!

Hors ligne Vaati the Wind Mage

  • Priant de Nayru
  • Peste Mojo
  • *****
  • Messages: 492
  • Supporter de Fay
    • Code ami 3DS 036 -2037-8136

    • FaucherTitouan
    • SW-2839-9452-5689
    • Voir le profil
L'univers Vaati
« Réponse #22 le: jeudi 26 avril 2018, 11:35:32 »
Chapitre 3: Le Dragon


"Centaku, je tiens à vous rappeler vôtre mission avant que vous ne partiez. Vous allez donc visité les quatre dirigeants des quatre territoires qui entourent Arcandia: Premièrement, Bergen, le Roi-Montagne du royaume de Trückung; Dinvina, la douce et magnifique reine du royaume de Juno; Jhena, la cheffe du peuple chasseur arboricole de Lhom. Et enfin, le plus important de tous: Caïus Claude Nero, l'empereur de Réme. Réme est le plus vaste territoire de nôtre continent, et son armée est incroyablement puissante. L'avoir comme allié serait un avantage considérable pour nous. Je vous préviens: je vous autorise à amener vôtre... amie, assistante ou qui su'elle soit, mais si l'un d'entre vous commet le moindre égarement, c'est la mission toute entière, et surtout le royaume seront menacés. Ai-je été bien clair?
-Oui, dit Centaku. Je vous promet qu'aucun égarement ne sera commis, n'est ce pas Asoa? Asoa?"

Aso discutait avec un jeune garde du royaume, ils riaient tout deux dans un coin.
"Et sinon, tu traînes souvent dans le coin, dit Aso.
-Bah, c'est mon lieu de travail, répondit le jeune homme.
-Ah oui mince, j'avais oublié! Je suis tellement bête quand je m'y mais!"

Et les deux rirent de plus belle. Centaku éleva la voix:
"Aso, cria-t-il.
-Je vous préviens, un comportement de ce genre en présence d'un homme comme l'empereur Claude et elle finira sûrement dans une position défavorable...
-C'est à dire?
-Eh bien, Claude est un jeune homme... impulsif, si je puis dire. Toute sa famille a été décimée par un clan ennemi, et cela a perturbé son mental. On raconte que plusieurs fois, lors de rassemblement avec ses sénateurs, il aurait convié leur femme, les aurait emmené dans une salle voisine et...
-Par tous les dieux...!
-Claude est un monstre, une véritable bombe à retardement! Cette alliance permettra peut être d'éloigné sa folie... Bref, vous partez dans trois heures, revenez ici, ma délégation vous attendra. N'oubliez pas vôtre... amie!"

Aso et le garde étaient en train de s'embrasser sous le regard consterné du roi. Centaku semblait brûler de rage intérieurement. Il traîna Aso jusqu'à la sortie, en la tirant par le bras.
"Au revoir, Bilo! Je reviendrai! Tu resteras à jamais dans mon coeur, dit la jeune fille.
-Jamais je ne t'oublierai, répondit Bilo.
-Centaku lâches moi! Tu ne comprends pas! C'est le grand amour!
-Eh bien le grand amûûûr attendra, dit Centaku. Vous pouvez vous bécoter tant que vous voulez, où vous voulez SAUF devant le roi! Et puis tu le connais depuis à peine cinq minutes!
-C'est le temps idéal qu'il faut pour repérer le grand am...
-Le grand amûûûr, j'avais compris. Bon, quoiqu'il en soit, prépares tes affaires. On pars dans trois heures!
-Tu n'as pas de coeur!"

Centaku laissa Aso aller préparer ses affaires. Lui devait régler le problème de la prophétie, et ça tombait très bien, il avait justement une amie qui serait capable de l'aider à décrypter tout ça.

Cela faisait  quelques jours qu'il n'avait plus parlé avec Luz: en ce moment, les dieux tentaient de convaincre le Dragon de descendre pour la première fois sur la planète la plus importante de sa création: la flamme qu'Azmaël avait tenté d'éteindre était le sceau qui maintenait le peuple démoniaque aux Enfers. Et il avait légèrement faibli. Si la flamme venait à s'éteindre, les démons pourraient quitter les Enfers dans les jours qui allaient suivre. Une fois cette affaire réglée, Luz pourrait à nouveau aider Centaku. Celui-ci contacta donc Luz par télépathie, comme il l'avait fait quelques minutes plus tôt avec Neïra. Cela lui fit plaisir d'entendre à nouveau sa voix, même si une étrange impression le submergea:
"Oh, Centaku? Je suis dans un moment plutôt... inactif. Que puis je faire pour toi?
-Luz! Ca fait plaisir de t'entendre, dit il. En fait, comme tu le sais, il y à peu, nous avons tué Love avec Aso.
-Oui, certains dieux en ont même été un peu agacé... et donc?
-Eh bien, même si il a parlé dans une langue qu'Aso et moi n'avons pas compris, lors de sa mort, il a parlé nôtre langue, et nous a énoncé une prophétie...
- Que t'as-t-il dit exactement, dit Luz avec un air soudainement grave. Je te téléporte dans mon domaine."

Une fois là bas, Centaku contempla la beauté des lieux: il était constitué d'une pierre réfléchissant la lumière, et plusieurs colonnes soutenaient le tout. Centaku lui alors récita la prophétie. L'air joueur de la déesse avait disparu. Elle dit alors:
"Lorsqu'un gardien divin meurt, il voit dans le futur et énonce une prophétie, qui peut tout aussi bien ne pas se réaliser. Il parle également la langue de celui qui écoutera sa prophétie dans ces moments là. Néanmoins celui-ci a prédit l'Apocalypse... Celle-ci arrivera seulement si Corterra est détruite, détruisant avec elle tout ce qui vit dans cet univers et dans les autres...
-Sais tu de qui parle la prophétie exactement, demanda Centaku.
-Le Seigneur des Démons, c'est évidemment Azmaël comme tu as dû le comprendre. L'Apocalypse c'est la destruction de Corterra. Or, le fils et a mère semblent être la clé, mais je n'ai absolument aucune idée de qui il peut s'agir... Bien, il ne nous reste plus qu'à aller Le voire!
-Euh... voire qui?
-Nôtre cher père à nous les dieux: le Dragon, dit Luz avec une lueur espiègle dans le regard."

Les deux furent téléportés dans le temple du Dragon. Dans les temples, se trouvent des orbes, qui permettent aux mortels de rendre visite aux dieux, si ils y sont autorisés. Le Dragon était le seul à demander la même chose aux dieux.

"On va devoir s'infiltrer, dit Luz. Le temple est protégé par Dea, et elle a une fraction du pouvoir du Dragon, donc elle peut utiliser ses flammes dorées. Ce pouvoir exclusif du Dragon est une des forces les plus puissantes qui existe, nous devons faire attention."

Le temple était taillé dans la roche, et son architecture présentait de nombreuses statues. Dea venait de passer devant Luz et Centaku, cachés derrière une de ses statues. Il se faufilèrent donc vers l'orbe. Il se trouvait au coeur du temple, dans une salle faîte d'or. Là, ils touchèrent rapidement l'orbe. Centaku et Luz se retrouvèrent dans un lieu paisible. Une petite rivière coulait dans un coin, la végétation était luxuriante, quelques petits temples étaient disposés ici et là, et des statues des dieux y étaient placées. Une voix, qui semblait appartenir à un être incroyablement puissant se fit entendre:
"Que faîtes vous ici?"
Le Dragon surgit. Il ressemblait à un immense serpent, avec une tête de dragon classique. Son corps était parsemé de pattes griffues. C'était la première fois que Centaku voyait le Créateur.
"Père, dit Luz. Nous sommes venu te consulter sur une...
-Vous êtes venu sans mon autorisation, rétorqua le Dragon. Comment avez vous osé?
-C'est une urgence, dit Centaku. En mourant, un gardien divin a prononcé une prophétie annonçant l'Apocalypse!
-Effectivement, c'est important. Mais vous auriez quand même dû demander mon autorisation. Je ne suis donc pas disposé à vous écouter
 maintenant. Quittez mon domaine sur le champs, où je vous en fais sortir moi même.

- Quand la mère et le fils seront réunis
                                          L'Apocalypse, enfin viendra
                                                       Le Seigneur des Démons dans son ignominie
                               Et toutes la création, dans le sang et les larmes, s'achèvera.
Cela vous dit quelque chose, demanda Centaku.

-Je vous ai ordonner de partir, commenta le Dragon.
-Vous devez nous répondre, rétorqua Centaku. Cela annonce peut être la fin du monde. Savez vous de quoi cette prophétie parle?
-Oui, je sais de quoi elle parle, je sais absolument qui sont les protagonistes de cette prophétie, et j'ai pris mes précautions pour que jamais cela ne se réalise, sans même connaître cette prophétie. Jamais vous ne les connaîtrez. Il y à certains secrets que même les dieux ne peuvent pas connaître, et dont je suis le seul à connaître les issues. Ne t'avises plus jamais de me parler comme cela Elu, où alors tu risques d'avoir une horrible fin!"

Ces mots avaient été prononcés avec une colère inouïe, que Luz ne lui connaissait pas. Il semblait conscient de cette violence.
"J'ai peut être été un peu brusque, mais ce secret doit être protégé. Au fait Luz, tu diras aux autres que je suis descendu, invisible sur Corterra, et que j'ai rallumé la flamme. A présent, quittez les lieux sans tarder!"

Luz et Centaku se retrouvèrent dans le domaine de la déesse. Les deux étaient un peu abasourdi. Néanmoins ils savaient à présent à quoi s'en tenir, et Centaku devait à présent accomplir la mission Unification, tout en ayant la certitude qu'il entendrait à nouveau parler de cette prophétie...
Merci à @Aleit pour mon avatar!

Hors ligne Vaati the Wind Mage

  • Priant de Nayru
  • Peste Mojo
  • *****
  • Messages: 492
  • Supporter de Fay
    • Code ami 3DS 036 -2037-8136

    • FaucherTitouan
    • SW-2839-9452-5689
    • Voir le profil
L'univers Vaati
« Réponse #23 le: mercredi 23 mai 2018, 18:28:56 »
Après une petite absence, voici un nouveau chapitre:

Chapitre trois: Bergen, le Roi-Montagne

Centaku et Aso avaient pour obligation d’accompagner l’escorte royale tout le long du chemin, en cas d’attaques. La petite troupe venait tout juste de quitter Capistia lorsque quatre personnes surgirent de nulle part. Il s’agissait de Najimi, Arélia, le jeune homme qui avait tenté de se battre contre une succube et
“Bilo, hurla Aso!
-Aso, répondit le jeune homme.
-Najimi? Arélia? Et vous deux dont je ne connais pas les noms, que faîtes vous là, demanda Centaku.
-On vient vous donner un coup de main, répondit Najimi.
-Même si je n’ai pas été élue, rien ne m’empêchera d’aider ma patrie. Et puis, je pouvais bien t’aider pour ce que tu as fait pour moi et Orphée. C’est lui, il voulait aussi venir.”

Orphée n’avait rien dit de toute la discussion, et se murait dans le silence. Arélia expliqua la raison de ce silence:
“Orphée est… muet. Mais il est la meilleure personne que je n’ai jamais rencontré. Il m’a beaucoup aidé quand mon père m’a… expulsé.”

Arélia fit un effort incroyable afin de maintenir sa peine à l’intérieur, de la rendre invisible aux autres. Même si elle ne voulait pas le montrer, Centaku était un rival pour elle. Et toute sa vie, elle s’était battu afin de surpasser, et d’écraser par son talent ses rivaux. Centaku n’y échapperait pas. C’est ainsi qu’elle parvint à rendre sa peine invisible. Centaku prit la parole:
“Bon, après tout ce n’est qu’une mission diplomatique, qu’est ce qui pourrait mal tourner? C’est d’accord vous venez, mais tous autant que vous êtes, je vous demande de vous maintenir devant les dirigeants. Surtout vous deux, dit il en s’adressant au couple composé d’Aso et Bilo, en train de s’embrasser langoureusement dans un coin.
-Bah, on a fait quelque chose de mal, demanda Aso.”

Le soir, ils avaient faits la moitié du chemin jusqu’au royaume de Trückung. Un feu de camps fût installé, et Centaku et ses amis se mirent ensemble, légèrement éloignés des ambassadeurs de Sevus, avec qui ils avaient très peu parlé. Tout le monde alla s’endormir, exceptés Aso et Najimi, qui restèrent ensemble à discuter au coin du feu.
“Et c’est quoi ton arme divine, demanda Najimi à son interlocutrice.
-C’est cet espadon, répondit Aso. Je viens d’un petit village, dans le royaume de Rilvt, dans le continent voisin. Je suis issu d’une famille banale à la base, mais on va dire que j’ai un peu tendance à rejeter l’autorité qui m’opprime! Je ne supporte pas d’être opprimée, je fais ce que je veux, je n’ai besoin de personne et…
-Tu sais, à la base, c’est pas que ça m’intéresse pas, mais je t’avais juste demandé quelle était ton âme moi à la base!
-Ah oui, j’ai la langue bien pendue aussi. Donc, depuis que je suis Elue, j’ai également de nouvelles responsabilités, comme sauver le monde, mais pour l’instant ce que j’ai fais de mieux c’est abattre un homme-poulpe-dragon géant.
-Eh bien, c’est déjà ça!
-Alors comme ça, tu es le meilleur ami de Centaku?
-Ouais, depuis qu’on est tout petit on traîne ensemble. On a toujours joué des sales tours aux maîtres, on aime bien déconner.
-Sympa!
-Ouais!”

Le lendemain matin, toute la petite compagnie se mit en route vers Trucküng. Le crépuscule venait de s’achever, et l’obscurité de la nuit avait jeté son voile sur le ciel quand ils arrivèrent à Alahva, la capitale du pays. Ils se dirigèrent vers le palais. La capitale était logée sur une île, reliée à la terre par un immense pont. Sur les maisons, des sculpures en bois représentant le Dragon trônaient. Chez les soigneurs, la statue de Neïra, chez la Pythie une statue de Noctula… Enfin, ils arrivèrent au palais, fait de pierre. Derrière lui se trouvait une montagne immense, qui semblait presque vivante. Bergen les attendait devant celui-ci. C’était un homme à la stature imposante, il avait une barbe épaisse, et ses cheveux  lui tombaient jusqu’au haut du dos. Son manteau était fait de la peau d’un monstre qu’il avait tué, et il portait une légère couronne en or. Son armure était faite de cuir. Une grande sagesse, une vie faite d’épreuve, une immense générosité et un courage à toute épreuve se lisaient dans ses yeux. Il leur souhaita la bienvenue:
“Bienvenue à vous! Alors, avez vous faits bon voyage? J’espère qu’il ne fût pas trop éprouvant!”

Une des ambassadrices, une femme blonde, grande et mince, au regard froid s’avança vers lui:
“Enchanté, Bergen Davhok, tueur de dragonet Roi-Montagne. Je suis Ania Faralova, sénatrice du royaume d’Arcandia, régit par Sevus le Sage et…
-Dîtes moi, vous n’avez pas fait tout ce chemin pour me faire un résumé de l’histoire de vôtre royaume n’est ce pas?
-Non, nous ne sommes pas tous aussi barbants qu’Ania, dit Centaku.
-Et lui qui disait de ne pas faire d’écart surtout devant les dirigeants, chuchota Aso à l’oreille
de son âme soeur.
-Hmmm… je t’aime bien petit, que dirais tu de m’accompagner à l’intérieur. Oh, vous êtes conviées aussi Ania et les autres, bien sûr, déclara le Roi-Montagne.”

Ania jeta un regard assassin à Centaku. Etrangement, une étrange inquiétude à propos de cette femme se manifesta en lui.

Sur le couloir menant à la salle de banquet, Centaku posa une question à Bergen:
“Dîtes moi Bergen? 
-Oh, tu peux me tutoyer. Mais, qu’y à-t-il?
-Pourquoi ce nom, le Roi-Montagne?
-Quand on devient dirigeant de Trückung, on acquiert les pouvoirs de Roi-Montagne. Grâce à ses pouvoirs incroyables, j’ai une exceptionelle force magique,et ma colère peut défouler les pouvoirs de la montagne Elichinira, derrière moi, capable de défouler des pouvoirs incroyables.
-Oh..sympa!
-N’est ce pas? Allez, venez tous. A partir de cette nuit, vous, mes alliés, serez des frères d’arme, et des membres de ma famille!”

Et ainsi l’ambassade entra dans la salle de banquet.
Merci à @Aleit pour mon avatar!

Hors ligne stefbad

  • Jeune Mogma
  • *
  • Messages: 238
  • Spectra est encore mort ? Il est archi-nul !
    • Voir le profil
    • Stefbad.com
L'univers Vaati
« Réponse #24 le: mercredi 23 mai 2018, 21:55:29 »
 Ah, t'es enfin revenu, je commençais à m'inquiéter ^^ Je vais juste commencer sous spoil par des points vocabulaires, car il y a véritablement des expressions que tu utilises qui font parfois tiquer...

(Cliquez pour afficher/cacher)

 Bref. Fais attention à ne pas introduire des personnages sans description ni contextualisation. Tu viens de créer deux nouveaux personnages, et même depuis le début de cet arc tu en a créé un certain nombre, mais les descriptions se font très rares. Dans ce dernier chapitre, l'ambassadrice qui, sauf erreur de ma part, ne servira à rien dans l'histoire après, est mieux décrite que Najimi, Orphée et Bilo (EDIT : Je viens juste de remarqué que Bilo était déjà apparu. My bad). Ces trois d'ailleurs, tu ne donnes absolument aucune informations sur eux, il faudrait pourtant que tu nous dises qui ils sont, on a l'impression comme ça qu'ils arrivent dans l'histoire pour la simple raison que tu voulais les intégrer, par comme s'ils avaient une importance dans le narratif, ils sont présentés comme des personnages qui, comme l'ambassadrice, ne servent à rien sur le long terme. Or, je pense pas que c'est l'impression que tu veux leur donner, il faut donc leur donner une bonne description ainsi que créer plus de dialogues pour eux afin qu'on en découvre plus sur eux, sur leur personnalité. Je sais que c'est toujours dur de faire ça lorsqu'on ajoute plein de personnages à la fois, j'ai une amie qui a fait apparaître plein de nouveaux d'un seul coup, et 58 chapitres après, elle n'a pas terminée ^^ (I'm not kidding, for real !) Je pense donc qu'il faut que tu passes plus de temps à éclaircir ta pensée sur tes personnages, car je peux si je veux en faire n'importe quoi par moi-même, et ça ne bloquera pas avec le narratif...

 Ce manque d'attention prêté à l'immersion est vraiment ce qui se retrouve en général dans tes écrits. Comme je te l'ai déjà dis plusieurs fois, calm down, ne te concentres pas sur l'action, mais laisse de l'importance au reste. Si beaucoup d'action peut être un type d'écriture, j'en convient, il ne faut pas non plus ignorer le reste des composantes d'une histoire, elles sont importantes (je pense aux descriptions notamment mais aussi par exemple à des phases de véritable narration, ce que tu as en narration est, désolé, assez pauvre). Par exemple, la description de Alahva est vraiment très vague et courte (même si ce n'est pas la longueur qui décrit la qualité, je conçois), je pense que tu aurais pu rentrer dans beaucoup plus de détails, avec par exemple, à quoi ressemble le palais, si la ville est sur un lac (concept que j'ai deviné de l'écrit), sur une longue incursion de mer jusqu'aux montagnes (concept que j'ai imaginé, ça pourrait être cool ^^) ou même des îles montagnardes au beau milieu de l'océan (cf. Bretagne ^^), et aussi comment la vie se fait au quotidien, la situation géopolitique de la ville, un peu d'histoire, des infos sur les infrastructures et l'architecture, ... (je ne suis pas entrain de décrire comment je fais mes descriptions de villes ? Non ?) En bref, essaye de mettre de la précision dans tes descriptions, afin que le monde paraisse crédible aux yeux du lecteur.

 Bien sûr, l'histoire reste tout de même bonne, mais je souhaitait m'attarder sur ce qui n'allait pas. Je suis heureux que tu ais pris en compte mon idée de héros non élu, je trouve que ça permet d'ajouter de la variation et de l'irrégularité dans ton récit, ce qui est toujours bienvenu. Les noms sont parfois pas très recherchés (Matri, Love, Luz, Réme, ...), mais ça devient drôle ^^ Bref, continue comme ça j'ai hâte de connaître ce que tu nous réserve ! ^^

(alors... Arcandia est entouré de Trückong, qui a pour capitale Alahva, de Juna, de Lhom et de Réme, et on a Rlvt sur un autre continent... j'y réfléchis...)
Squibbo s'est échappé mais je l'ai rattrapé. Je l'ai retrouvé moi seul alors qu'il tentait de s'enfuir par les douves. Avoir une ascendance zora ne donne pas des ailes, des nageoires plutôt !
Stefbad, les Fics de l'Histoire

Hors ligne Vaati the Wind Mage

  • Priant de Nayru
  • Peste Mojo
  • *****
  • Messages: 492
  • Supporter de Fay
    • Code ami 3DS 036 -2037-8136

    • FaucherTitouan
    • SW-2839-9452-5689
    • Voir le profil
L'univers Vaati
« Réponse #25 le: jeudi 24 mai 2018, 17:58:43 »
Merci pour ton avis, bien sûr tu as totalement raison. Mais je pense que je vais enfin commencer à me poser un peu,et à vraiment travailler la narration, qui quand je relis je trouve vraiment l'écris parfois rater. Néanmoins, j'avais déjà introduit Najimi avant (trop brièvement, donc c'est normal que tu ne t'en sois pas souvenu). Bref, merci.
Merci à @Aleit pour mon avatar!

Hors ligne Vaati the Wind Mage

  • Priant de Nayru
  • Peste Mojo
  • *****
  • Messages: 492
  • Supporter de Fay
    • Code ami 3DS 036 -2037-8136

    • FaucherTitouan
    • SW-2839-9452-5689
    • Voir le profil
L'univers Vaati
« Réponse #26 le: vendredi 08 juin 2018, 23:24:55 »
Et voici le quatrième chapitre:

Chapitre quatre: le banquet


La salle de banquet était immense et de forme ovale. Une bonne vingtaine d’hommes, dont quelques jeunes gens ayant à peu près la vingtaine, et un jeune garçon dont l’âge ne semblait pas dépasser les treize ans. Dans un coin, un homme se maintenait à l’écart, écrivant. Il avait l’air très appliqué dans son ouvrage. Il portait des habits immaculés, qui portaient un emblème ressemblant à un oiseau et sa peau était mate. Les odeurs était agréable, délicieuse, sublimes. Les nombreux plats posés sur la table ne donnaient qu’une envie à Centaku: les dévorer. Annia, Orphée et Arélia semblaient très mal à l’aise, tandis que tous les autres semblaient avoir les mêmes envies que Centaku. Bergen présenta les convives un par un : des dirigeants venus pour la plupart de pays dont Centaku n’avait jamais entendu parler. L’un d’eux était visiblement ici pour marier ses enfants, un roi d’une province nommée Ferjambir avait-t-il compris. Cette homme, dont le nom était composé de beaucoup trop de lettres pour que Centaku ne pu le retenir, était en train de parler avec l’homme qui écrivait auparavant. Celui-ci venait visiblement de refuser quelque chose au souverain, qui repartait la mine déçue. Il était plutôt bien en chair, et ses yeux bleux reflétaient un esprit plutôt simple. Bergen demanda alors au roi de Ferjambir ce qu’il se passait:
“Eh, Darkra, mon ami, vieux frère, je vois à ton expression que quelque chose ne va pas. Que se passe-t-il?
-Eh bien il se trouve que ce très cher Teshar vient de…. refuser la déclaration que mon fils a fait à la reine qui l’a fais venir ici, Dinvinia.
-Dinvinia, s’exclama alors Centaku! Veuillez m’excuser, mais c’est bien la reine du pays de Juno non ?
-Effectivement, répondit le roi aux yeux bleus. Mon très cher fils Amrahan. C’est un grand gaillard, qui a déjà vaincu une armée à mains nues, de plus de dix mille hommes, qui a déjà détruit un bâteau en lui lançant un tron d’arbre à l’aide de la force de ses bras et… Amrahan, rammènes toi quand je parle de tes exploits !”

Le jeune Amrahan se “rammena” donc. Le jeune garçon ne semblait pas être le même que celui dont son père avait fait la description : plutôt mince, des cheveux qui lui arrivaient jusqu’au bas du dos, un regard lunatique. Dans son regard, on voyait une envie de quitter cet endroit au plus vite. Il ressemblait pourtant un peu à son père, les yeux bleus et les cheveux blonds. Dès que son père avait prononcé sa phrase, ses joues avaient virées au rouge et il était venu, très visiblement, à contrecoeur rejoindre la discussion:
“P...Papa, avait-t-il dit. Tu sais très bien que ça me gêne quand tu dis ça…. j’ai rien fais de toutes ces choses moi…
-Mais… mais pourquoi tu as tout dit ? Ils ne s’en seraient jamais douté!
-Tu es sûr de m’avoir bien regardé ?
-Alors comme ça tu as déclaré ton amour à la reine de Juno, dit-t-alors Centaku.
-Ou….Ou….Ou….Ou…
-Oui, il l’a fait, dit alors son père.
-Comment aurais-je pu ignorer sa beauté? Ses cheveux sont des fils tissés par les anges, dans ses yeux verts on peut voir étinceler la beauté d’une forêt divine, sa peau, blanche, si blanche, ne lui confère nullement une apparence démoniaque, mais lui donne l’air d’une statue, une statue représentant quelconque divinité dont la beauté ne pourrait être aussi  éclatante. Et si jamais vous lui faisiez la discussion, vous verriez transparaître son intelligence et son raffinement. C’est une princesse, comme celles des contes, et plus étincelante encore. Néanmoins, bien que je vienne de dire à cet homme qu’elle a envoyé de lui communiquer mon amour ardent pour elle que je ne pus lui avouer quand nous étions ensemble, il m’a répondu, non sans une once d’empathie, que les chances étaient assez minces.”

Il semblerait que lors qu’il parlait de son amour, sa timidité disparaissait.

“Tu aimerais retourner à Juno, demanda Centaku?
-Je donnerais tout ce que j’ai pour y retourner, pour voir encore son visage d’ange, ses yeux émeraudes, sa peau…
-Oui d’accord je comprend. Et bien, il se trouve que moi, les sénateurs et mes amis sont en pleine mission diplomatique, et le prochain royaume que nous visiterons sera justement celui de Juno ! Voudrais tu nous accompagner?”

C’en était trop pour Annia, qui fit soudainement irruption dans la discussion:
“Messire Centaku, si je puis me permettre, nous ne pouvons pas nous permettre d’acceuillir plus de monde dans nôtre escorte et…
-C’est un prince, rétorqua Centaku. Il peut bien nous accompagner!
-Je crois que sa Majesté Sevus aimerait que la mission soit un peu plus, comment dire… privée.
-Vous auriez donc l’inexistance de leur amour sur vôtre conscience ?
-Leur amour m’importe peu, c’est le bien de notre royaume qui prime!
-Et en quoi sa présence ici met en danger notre royaume?
-... Très bien. Laissons le venir, mais il ne restera pas avec nous une fois que nous aurons quitté Juno!
-M...M….merci, dit le jeune prince.”


Annia quitta ses gens indignes et se mit à l’écart, dans les jardins du palais. Un petit écrin de verdure, qui moussait de rayons. Un petit court d’eau circulait lentement, à son rythme entre les arbres, immenses, majestueux, fiers. Annia se mit derrière l’un d’eux, et sortit de sa veste une petite pierre bleue, et parla à l’intérieur:
“Sevus ici Annia…. je vous contacte car nous avons reçut une nouvelle personne, contre ma volonté cela va de soit….. d’accord, si sa présence ne pose pas problème nous allons le garder….  non, personne ne se doute encore de quoique ce soit, que ce soit Bergen ou la bande de Centaku. Parfait, je vous recontacte au moindre changement. Oui, bien sûr je la transporte toujours sur moi, je suis prête à m’en servir en cas d’urgence. Très bien, je vous recontacte lors que nous aurons quitté Trucküng.”

Annia cacha la pierre dans sa veste, regarda autour d’elle, puis alla rejoindre les autres. Centaku discutait avec Teshar, l’homme à la peau mate. Celui-ci tenait toujours à la main son papier.
“Nous avons entendu parler de vous, dit alors l’homme.  Vôtre visite est très attendue par sa Majesté. Bien que je ne sois pas originaire de Juno, ma fidélité envers la reine est éternelle. Dinvinia. Elle m’a envoyé ici afin de cartographier les pays environnants.
-Moi et mes amis sommes juste venus pour faire signer une alliance à certain pays, ce que je trouve être excellente initiative!
-Comme vous dîtes….j’espère vous voir très prochainement en Juno. Ce pays est sublime vous verrez. La beauté de son architecture n’a d’égal que la beauté de sa reine… Quelle force elle a de tenir debout malgré tout ce qui lui arrive!
-Que lui arrive-t-il?
-Eh bien voyez vous, Dinvinia n’est au pouvoir que depuis quelques mois, sa soeur Irina, précédemment au pouvoir a disparu dans des circonstances mystérieuses, et les Abrah, une secte vénérant de manière déviante les dieux nous accable de malheur… Malgré tout, Dinvinia tient bon. C’est un exemple de courage pour nous tous!”

Annia débarqua dans la salle. Elle tenait à la main le traité que le roi Bergen allais signé. Un calme religieux prit place dans la salle, le temps que Bergen signe les papiers.

Merci à @Aleit pour mon avatar!

Hors ligne Vaati the Wind Mage

  • Priant de Nayru
  • Peste Mojo
  • *****
  • Messages: 492
  • Supporter de Fay
    • Code ami 3DS 036 -2037-8136

    • FaucherTitouan
    • SW-2839-9452-5689
    • Voir le profil
L'univers Vaati
« Réponse #27 le: dimanche 08 juillet 2018, 23:27:11 »
Avant quoique ce soit, je voulais remercier deux personnes que j'ai oublié de remercier précédemment: @stefbad , qui m'a donné plusieurs idées et a fait une incroyable carte que vous pourrez retrouver sur sa galerie, et @Fenrin , qui a gentiment corrigé mon texte! Merci à vous deux!

                                                                                                                                                                                           
Voilà probablement le chapitre le plus long que j'ai écrit, je me suis un peu laissé emporté désolé!

Chapitre cinq: les sirènes de Polyphèm


Annia apporta un contrat conséquent à  Bergen. Celui-ci le considéra longuement avant de jeter un regard vers Annia.
“Vous venez d’arriver. Et nous devons être deux dirigeants à signer ce contrat.
-Que… que voulez vous dire, dit Annia.
-Je veux dire que mes habilleurs vous ont confectionnés à tous des tenues appropriées à la situation à venir. Voyez vous, nous pouvons considérer que ces terres sont divisées en deux parties: à leur surface, se trouve Bergen, royaume de fiers guerriers de générations en générations, et dont les choeurs volent jusqu’au cieux. Et sous ses lacs, dans ce lac immense, ses fjords bordants la montagne au milieu desquels se situe cette ville, se trouve Polyphèm, le royaume des splendides sirènes qui nous aide dans nos batailles. Seuls nos plus proches alliés savent ce secret. Êtes vous prêts à être pour moi aussi importants que des membres de ma famille?”

Annia semblait ébranlée par la révélation de Bergen. Elle ne parvenait qu’à balbutier quelques mots. Centaku intervint alors:

“Bergen, j’ai passé avec vous…. avec toi, une soirée incroyable. Alors que ce soit sur un champs de bataille ou dans les temps de paix, tu sera pour moi comme un membre de ma famille!”

Bergen se leva doucement, et enlaça Centaku avec force, et tous deux se mirent à rire. Discrètement, Annia leva les yeux au ciel, et affichait un visage dédaigneux.
“Alors dans ce cas, dit alors Bergen, préparez vous. Nous n’avons pas prévu de tenues pour chacun d’entre vous, mais on vous dénichera quelque chose! Allez, préparez vous!”

Centaku trouva un ensemble blanc entouré de fils d’or. Il se trouvait très… beau à l’intérieur. Il n’avait jamais réussi à se figurer beau. Malgré quelques aventures, et quelques réflexions flatteuses, jamais ces sourcils trop fins, ce menton trop carré et cette mine trop sévère n’avaient réussis à flatter son égo. Pour la première fois, Centaku s’observa dans la glace, regarda son visage sous tous les angles. Ses cheveux rouge s’accordaient étrangement bien avec son costume blanc. Enfin, il quitta ses appartements. La procession du royaume de Trückung les emmena vers un étrange vaisseau: une sorte de navire, sans mâts,qui était entouré d’une étrange bulle. Centaku et compagnons montèrent à l’intérieur. Le bâtiment s’enfonça dans l’eau ténébreuse des fjords. Centaku observa l’environnement avec appréhension. Des sueurs froides lui coulaient le long de la nuque. Les torches du navire commençaient à s’éteindre, une à une. Bergen affichait un sourire espiègle. La dernière torche commença à vaciller. Elle se ravivait, tentait de survivre. Puis s’éteignit d’un coup. L’obscurité totale, pas une lumière, qui se joignait à un silence angoissant. Seuls les souffles légèrement paniqués des passagers se faisaient entendre. Quand une lumière apparut enfin. Elle jaillissait des mains d’une sirène. Plusieurs colliers de perles entouraient sa queue, et la partie inférieure était habillée d’un vêtement blancs bordé, et ses bras d’une impressionnante pâleur étaient couverts de bijoux. De longs cheveux roux couvraient ses épaules. Une autre sirène apparut. Puis deux. Puis une centaine. Enfin une immense cité sous marine apparut. Les maisons étaient faîte d’une étrange pierre verte. Surplombant la cité, une sorte d’amphithéâtre se trouvait dans une bulle d’air. Centaku ne s’était pas rendu compte que le navire était descendu à une telle profondeur, sûrement à cause de l’obscurité. Les maisons les plus modestes étaient composées d’une base circulaire, entourée par une sorte de grands mûr épais, créant de nouvelles pièces et un étage supplémentaire. Ils arrivèrent enfin à l’amphithéâtre. Le hall, gigantesque, offrant aux visiteurs de multiples tableaux sublimes représentant des mythes du peuple des eaux, était suivi d’une salle de bal et enfin, toute l'impressionnante procession s’installa autour de l’amphithéâtre. La reine des sirènes, elle même apparut alors. Centaku trouva sa tenue pour le moins… étonnante. Elle avait une couleur de peau métisse, et une impressionnante chevelure blonde. Une superbe couronne sertie de joyaux lui faisait office de couvre chef. Ses épaules étaient couvertes d’un châle fait de plumes rouges aux extrémités bleues. Elle portait une robe rouge, aux larges épaulettes surplombées d’or? Sa longue robe faisait une longue traîne.
Cette femme était l’une des plus belles que Centaku ait vu, si ce n’était la plus belle. Il était néanmoins étonné par cet étonnant châle, et par le fait que la reine des sirènes possède des jambes. Il entendit alors une voix dans sa tête:
“Ce châle fait référence à la forme primitive des sirènes, des oiseaux à tête de femme. Aquila, qu’il faudra que tu rencontre un jour, les sauva des harpies, peuple dominant des cieux, en leur faisant un corps mi-humain mi-poisson, et leur offrit leur voix sublimes. Et quand les sirènes ne sont pas dans l’eau, elles perdent leur queue, tu devrais le savoir!
-Luz? Mais que…
-On a enfin réglé le problème avec nôtre père, alors je reviens vers toi! Je te réserve même une petite surprise!
-D’accord, parfait!”

La reine alla s’installer dans une loge privées, située au sommet de l’amphithéâtre et surplombée par une statue représentant une jeune sirène observant le visage d’une statue humaine, aux côtés de Bergen et d’Annia. Quand tout d’un coup, une jeune fille se mit à ses côtés. Centaku sentit ses joues se colorer de pourpre. Il l’observa avec attention: elle portait un couvre chef vert et or, de même que sa tenue. Les fils d’or dessinait des courbes splendides sur sa robe. La jeune fille se déplaçait avec une extraordinaire grâce. Son visage fin se joignait à des yeux d’un vert émeraude, et ses lèvres fine ne pouvaient que prononcer les mots les plus doux. Centaku rectifia ses précédentes pensées: c’était elle la plus belle femme qu’il ait jamais vu.

Une fois tous les invités installés, la reine se leva. Depuis le début, la scène était cachée par une sorte de brume. La reine des sirènes prononça alors un discours. Sa voix était forte et douce à la fois:
“Mes chers amis, c’est ici, entourée de l’ambassadrice du royaume d’Arcandia, Annia Faralova, et de Bergen Davhok, roi du fier peuple de Trückung, que j’ouvre cet opéra. Je suis Nymphi, reine des sirènes de Plyphèm. Cet opéra magistral qui s’inscrit déjà parmis nos plus grandes oeuvres fût composé il y a seulement un an par la talentueuse compositrice à mes côtés, Hannah Nesredna. Cet opéra vous racontera le conte très célèbre dans nôtre peuple du périple d’Alyssia, la sirène qui, lors de son périple pour sauver sa famille du démon Muskclements, apprendra à se découvrir elle même. Je vous laisse à cette composition incroyable, à laquelle nous assisterons ensemble!”

L’assemblée applaudit son discours. La jeune Hannah semblait très stressée. La lumière se tût, la brume se dissipa, et l’ouverture se joua. Enfantine et calme au début, elle captait avec talent le quotidien d’une famille aimante, avec en fond des violons aigus, représentant les tourments de la jeune Alyssia. Après une ouverture qui fût par la suite riche en émotion, l’opéra en lui même commença, sur une famille unie. Délaissant sa famille, Alyssia va à l’écart. La musique prend soudain des tons tragiques. La jeune sirène chante ses tourments, ses interrogations, et le sentiment de vide qu’elle ressent. Les voix des sirènes, quelles voix! Même les divinités ne pourraient chanter ces chants comme le chantaient ces sirènes. Leur voix sublimes pouvaient faire rire ou pleurer le plus insensible des hommes. L’opéra se termina, et un bal commença.

Hannah était à l’écart. Elle avait reçu d’innombrables félicitations, mais ne semblait pas aimer la foule. A l’écart lui aussi, Centaku l’observait. De loin, sans oser dire un mot. Puis il se leva. Chaque pas vers elle lui donnait l’impression de chausser des bottes de plomb. Il s’approcha, sourit à la jeune sirène, et lui dit finalement:
“Dîtes, vous semblez plutôt vous ennuyez ici. Ca vous dirait de se mettre un peu à l’écart pour… parler un peu?
-Oh.. je suis navrée je… pour tout vous dire je me sens un peu gênée, je suis incroyablement mal à l’aise et je pense rentrer chez moi, j’ai cette chanson à achever et…”

Elle le regarda dans les yeux. Un déclic sembla lui venir. Elle accepta. Ils se mirent à l’écart, allèrent dans l’amphithéâtre. Ils rièrent aux éclats, parlèrent de tout et de rien. De la mission de Centaku, de l’opéra, de la couleur des poissons. Centaku ressentait une chaleur lui parcourant tout le corps. Hannah avait dévoilé une longue chevelure brune, aux magnifiques courbes, qui descendait en cascade dans son dos. Enfin, ils en vinrent à parler de Nymphi:
“Nymphi est une reine très juste, dit Hannah. Elle nous taxe raisonnablement, nous protège avec la garde royale… Et puis, ça n’a rien à voir, mais elle est d’une beauté renversante.
-Je te trouve honnêtement bien plus belle.”

Les joues d’Hannah virèrent au rouge.

“C’est très gentil de le dire, mais… Nymphi est si belle, avec ses cheveux d’or et sa peau sans défauts… Mais ce que tu dis me… me fait..”
Les deux se rapprochèrent. Et ils s’embrassèrent. En une soirée, Centaku avait rencontré la femme de sa vie. Jamais un si grand bonheur ne l’avait habité. Il ne pensait à rien. Il était juste bien, très bien avec Hannah. Ils se regardèrent dans les yeux. Jamais personne n’avait regardé Centaku comme le faisait Hannah. Et une seule certitude les habitait, jamais quoique ce soit si ce n’était la mort ne les séparerait.
« Modifié: lundi 09 juillet 2018, 00:33:57 par Vaati the Wind Mage »
Merci à @Aleit pour mon avatar!

Hors ligne Vaati the Wind Mage

  • Priant de Nayru
  • Peste Mojo
  • *****
  • Messages: 492
  • Supporter de Fay
    • Code ami 3DS 036 -2037-8136

    • FaucherTitouan
    • SW-2839-9452-5689
    • Voir le profil
L'univers Vaati
« Réponse #28 le: mardi 17 juillet 2018, 21:57:00 »
Chapitre six: Divinia, reine de Juno


Centaku et Hannah revenaient dans le hall, alors que Nymphi, Bergen et Annia venaient de signer le contrat. Centaku passa le reste de la soirée avec Hannah, et tous deux allèrent passer une nuit agréable dans les appartements de Centaku. Tôt le lendemain, les ambassadeurs d’Arcandia se remirent en route. Le roi aussi massif qu’une montagne s’avança vers eux.
“Centaku, que ton périple soit protégé par les dieux. On se reverra bientôt, afin de guerroyer ensemble!
-J’y compte bien, répondit Centaku.”

Le sénateurs entraient dans leur calèche, Centaku et ses amis montèrent leurs chevaux. Amrahan, qui aurait donné sa vie pour revoir Divinia, montait un massif cheval à la robe blanche. Et puis elle arriva. Elle avait insisté pour suivre Centaku. Hannah avait attaché ses cheveux en un ravissant chignon, laissant deux mèches le long de son visage. Elle portait des vêtements simples, mais restait malgré tout éclatante. Elle voyagerait sur le même cheval que Centaku. Elle avait prit un petit sac de cuir, d’où dépassaient où figuraient quelques débuts de partitions. Elle observa Centaku, qui lui rendit son regard. Annia. fixa légèrement la jeune sirène avec une mine dépassée, vexée. Najimi apostropha alors l’innocente jeune fille:
“Alors si j’ai bien compris, tu es la nouvelle fiancée de Centaku n’est ce pas?
-Ou...oui c’est cela.
-Prends garde à ne pas lui briser le coeur, je t’en voudrais!
-Mais enfin, pourquoi ferais je une chose pareille?”

Najimi étouffa un rire, avant d’ajouter:
“C’était une blague enfin…
-Oh je.. je suis désolée, parfois j’ai du mal à détecter l’ironie..”

Son visage vira au rouge. Elle se mit derrière Centaku, qui était déjà sur sa monture, et positionna ses bras autour de sa taille. Elle se sentait mieux, beaucoup mieux. Elle ferma les yeux, et posa sa tête sur son épaule. Le paradis n’eût été plus plaisant. Arélia rejoignit Orphée, et échangea quelques mots en langue des signes avec lui. Elle esquissa un sourire. Elle jeta un regard vers Centaku, et embrassa Orphée. Enfin, la procession finit par se mettre en route. Le royaume de Juno n’était pas très éloigné, ils y arriveraient au soir. Durant tout le trajet, Amrahan resta dans ses pensées. Aso, Najimi et Centaku se mirent à parler:

“Vous savez ce qu’on raconte de Juno, dans mon pays, dit Aso. On dit que c’est le pays de la raffinerie, de la haute couture. Que personne ne peut mieux vivre qu’en Heranesis, sa capitale.
-Moi j’ai entendu dire, dit Centaku, que le pays était fréquemment la cible d’attaques des Abrahs, aparemment ce seraient des dépravés ou je ne sais quoi…
-Si vous voulez mon avis, rétorqua Najimi, ce sont des bourges qui n’ont jamais rien connu d’autres que leur luxe, et qui ne tolèrent pas ce qui est différent!
-C’est clair, approuva Centaku.
-Je ne sais pas, dit Aso.
-Alors Centaku, tu en nous parle pas un peu de ta sirène bien aimée?
-En parlant de ça, taisez vous! Elle s’est endormie…”
Effectivement, Hannah dormait à poings fermés, la tête sur les épaules de Centaku, un sourire aux lèvres. Najimi souriait lui aussi, en voyant son ami de toujours regarder une fille comme jamais il ne l’avait fait. Centaku dévisageait sa dulcinée, un regard bienveillant, comme s’ils étaient seuls au monde. Hannah dormit tout le reste du trajet, et Centaku garda le silence, afin de protéger le sommeil de sa bien aimée, pendant toute ce laps de temps. Enfin, ils finirent par pénétrer en Héranésis. Les maisons étaient immaculées, même dans la pénombre du soir, Centaku faillit être ébloui. Elles étaient très haute, et collées les unes aux autres. L’on pouvait circuler de toîts en toits. Elles étaient faîtes d’une pierre blanche exceptionellement lisse, et les toits d’un métal vert émeraude splendide. Comme si la ville voulait approuvée les propos d’Aso, tout respirait effectivement la raffinerie et le bon goût. Enfin, ils arrivèrent au palais. Luz adressa alors quelques mots à Centaku:
“J’ai… j’ai un très mauvais pressentiment à propos de ce royaume. Comme une corruption… Que ça vienne des Abrahs ou pas, reste sur tes gardes!”

Le palais avait le même étrange métal vert sur ses toits. Un pont menait à une cour intérieure, et la salle d’audience qui se trouvait au fond était entourée des sept différentes ailes du palais, dont les mûrs étaient soutenus par de nombreuses colonnes. Tout était fait de cette étrange pierre, et tout était toujours aussi immaculé. Ils arrivèrent à la salle d’audience, où les attendaient Dinvinia. Elle avait une pea très pale. Elle avait un charmant visage, avec un menton fin agrémenté d’un nez minuscule et de grands yeux verts. Elle avait de longs cheveux blonds, presque blancs, dont deux nattes lui descendaient les épaules en cascade. Elle portait une longue robe blanche. Amrahan se mettait à rougir intensément. Dinvinia accueillit ses invités avec un grand sourire:
‘Bienvenue à vous! J’espère que la route ne fut pas trop pénible! Je suis ravie de vous voir arriver ici! Allons, laissez vos affaires, le personnel du palais s’en chargera avec plaisir! Oh, Amrahan…”
Elle regarda avec des yeux écarquillés le jeune prince, afficha un instant un visage perplexe, puis lui offrit un sourire charmeur.

“Venez tous dans la salle de banquet, allez, nous parlerons là bas!”

Les invités entrèrent tous donc dans cette salle, qui se trouvait à l’aile Ouest du palais. Elle était très haute, et des statues de marbre représentant d’anciens membres de la famille royale de Juno la décoraient. Au centre, se trouvait une statue de l’actuelle souverain, en l’occurence souveraine. Une longue table de marbre parcourait la salle, décrivant également un cercle autour de la statue de Dinvinia. L’une des statues était recouverte d’un drap noir.

Dinvinia s’installa en bout de table. Annia s’installa au plus près d’elle, suivie des sénateurs d’Arcandia. Centaku s’installa juste à côté d’Hannah, en face d’Aso. Amrahan s’installa à la droite de la reine du royaume, avec laquelle il échangeait des sourires complices. La discussion commença. L’ambiance était beaucoup plus soutenue et diplomatique qu’à Trückung. Néanmoins, la curiosité de Centaku devint trop grande, et il posa donc une question à la souveraine, bien éloignée de lui:
“Veuillez m’excuser vôtre Majesté, mais pourquoi une des statues est-t-elle recouverte d’un drap noir?
-C’est… un signe de… deuil.”
Les larmes commencèrent à monter aux yeux de Dinvinia.
“Ma soeur a récemment été enlevée par les Abrahs. Ils nous ont envoyé un message confirmant sa mort. Ils l’ont tuée, ces sales assassins! Mais je… je garde mon calme. Ma soeur était une reine très aimée du peuple. Je m’efforcerai d’oeuvrer pour que tout le monde se sente bien, et je ferai tout pour protéger mon peuple!”

D’un revers de la manche, elle essuya les quelques larmes qui avaient coulées. Timidement, Amrahan posa une main sur son épaule, et Annia prit un air compatissant, que Centaku sentait très hypocrite. Néanmoins il comprenait la tristesse de la reine. Le reste du repas se déroula sans accrochage, et la reine reprit très vite sa bonne humeur, que Centaku savait maintenant de façade. Mais comment pouvait-t-il lui en tenir rigueur? Centaku gagna ses appartements, accompagné d’Hannah, qui était pleinement éveillée. Ils discutaient tous les deux, quand Najimi tapota l’épaule de Centaku:
“Centaku, il y a quelque chose que j’aimerais vérifier…
-Qu’y a-t-il?
-J’ai déjà eu un ami Abrah. De ce qu’il m’a raconté, jamais les Abrahs ne pourraient enlever et tuer une jeune fille. Quelque chose. Je sais qu’il y a un camp Abrah non loin d’ici. Veux tu aller avec moi vérifier si les dires de la reine sont vrais?
-Najimi, tu es devenu fou? Si tu sais où se situe un camp Abrah, tu aurais dû le dire à Divinia, ces gens ont tué sa…
-Stop. Je ne lui dirai rien tant que je n’en aurai pas le coeur net.
-Tête de mûle va…
-Mais c’est ce qui fait tout mon charme!
-Parfait, Hannah, reste ici, on reviendra bientôt…
-Non, je t’accompagne Centaku.
-Mais non, ça pourrait être dangereux, reste ici!
-Raison de plus, je veux être sûre que tu ne sois pas en danger.
-...c’est d’accord, allons y.”

Et ainsi, Centaku, Hannah et Najimi quittèrent discrètement le palais de Juno, afin d’aller vérifier les dires de la reine.

Amusant non? Oui, amusant! Amusant que personne n’est encore remarqué l’ombre menaçante qui suivait la procession depuis son départ d’Arcandia...
Merci à @Aleit pour mon avatar!

Hors ligne Vaati the Wind Mage

  • Priant de Nayru
  • Peste Mojo
  • *****
  • Messages: 492
  • Supporter de Fay
    • Code ami 3DS 036 -2037-8136

    • FaucherTitouan
    • SW-2839-9452-5689
    • Voir le profil
L'univers Vaati
« Réponse #29 le: mercredi 15 août 2018, 23:04:49 »
Bon, je pense que je vais faire une pause sur ma galerie. Pourquoi, me demandera tu, jeune bipède que tu es? Tout simplement parce que je ne suis pas satisfait du tout de mes premiers écris. Alors je vais tout réécrire, dans le but de rendre un travail de meilleur qualité, plus soigné, et avec un meilleur travail sur les personnages et surtout sur la narration. Je suis déjà en train de réécrire les personnages et tout l'acte 1 (oui, plus des arcs mais des actes, c'est mieux), en les nuançant, en exploitant mieux ceux qui le mérite (Aézir par exemple. Oui il change légèrement de noms). Certains personnages vont d'ailleurs disparaître, parfois au profit de nouveaux, et certains éléments de l'intrigue vont être changés.

Merci de m'avoir aidé jusque là, et à bientôt!
Merci à @Aleit pour mon avatar!