Auteur Sujet: Je bouquine !  (Lu 126511 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Kitty

  • Chef Skimos
  • ***
  • Messages: 3071
    • Voir le profil
    • DeviantART
Je bouquine ..
« Réponse #600 le: mercredi 17 août 2011, 23:47:36 »
Citation de: "Le Sav"
Je crois que sa faute de frappe était 2 messages plus haut.  x-D

Deux messages plus haut que son dernier message. Pov' naze.

Edit: Concernant King, je vous conseille (et même vous ordonne) de lire Le Fléau. C'est de loin son roman qui m'a le plus marqué.

Hors ligne Plastik

  • Messager Éolien
  • *
  • Messages: 2279
    • Voir le profil
Je bouquine ..
« Réponse #601 le: jeudi 18 août 2011, 07:06:04 »
Citation de: "Le Sav"


Sinon, pour Stephen King, j'ai déjà lu Misery, que j'ai vraiment adoré, et deux autres dont je ne me souviens plus du nom. Un parlait d'un jardin secret et l'autre parlait de gens coincé dans un moment figé. Je veux lire Shining et It depuis longtemps, mais ils sont jamais disponible à ma bibliothèque municipale (Il y a surement un raison pourquoi  ;) )



Cellulaire est sympa mais vraiment pas le meilleur : c'est sans doute son moins original et linéaire, même si quelques bonnes surprises sont à découvrir. Shining et It sont en livres de poche pour pas chers aussi :-p Et comme le dit Kitty, le fléau est vraiment, mais vraiment génial!

Et les gens figés dans un avion et l'histoire du jardin secret font partie du recueil Minuit II si je ne m'abuse.

Si tu veux faire les King récents, ils sont beaucoup plus humains, les gros monstres c'est (presque) fini, c'est très symbolique, il n'y a qu'à lire L'histoire de Lisey pour s'en convaincre. Perso j'ai beaucoup aimé mais ça ne plait pas à tout le monde!

Là je lis des vieux bouquins "Enquêtes expliquées" sur les pires meurtres américains, je viens de finir celui sur Albert Fish, personnage tellement immonde que ça file presque la nausée, surtout quand on sait que c'est réel. L'écriture non-fictionnelle, bien qu'un peu romancée, ne semble pas faire de chichis ou raconter de mensonge, donc j'espère que la valeur historique est bien réelle!

Hors ligne Nehëmah

  • Piaf postier
  • *
  • Messages: 6064
    • Voir le profil
Je bouquine ..
« Réponse #602 le: vendredi 19 août 2011, 18:36:16 »
Bah, chez King, même les gros monstres ont une valeur symbolique, c'est d'ailleurs ce que j'ai adoré dans Ca, qui est juste un de mes romans préférés :niak: J'ai lu Simetierre et Charlie, et j'ai aimé les trois livres après j'ai pas approfondi plus que ça, mais pour Shining, je sais pas, y a un paradoxe. Qu'un film soit d'une telle qualité et que l'on puisse dire "le film est largement en-dessous du roman", ça me dépasse un peu, car Kubrick n'est pas n'importe qui et son adaptation est probablement plus dans l'interprétation personnelle de l'histoire, il n'empêche que c'est un film monstrueux et culte. Que l'on préfère le livre au film, je pense que c'est juste une histoire de sensibilité littéraire ou cinématographique.

Sinon je poursuis ma lente progression dans Le soldat-chamane. Cinquième tome, la peste frappe à nouveau l'entourage de Jamère. Pour la troisième fois dans le récit, après sa lente et progressive introduction dans le récit, elle laisse comme le goût amer d'une danse ; le rythme structure le récit. Toujours enchanté par les plaines et les forêts de la Gernie.

Hors ligne Jay d'ail

  • Minish citadin
  • *
  • Messages: 2912
  • Bonjour
    • Voir le profil
Je bouquine ..
« Réponse #603 le: vendredi 19 août 2011, 19:32:10 »
Bien d'accord pour Shining, le film est vraiment génial, mais très différent du livre, d'ailleurs King a bien pris la tête à Kubrick sur ce sujet; ce qui est stupide d'ailleurs, l'intérêt dans une adaptation c'est la part d'interprétation.
Mais donc peut être que voir le film juste après avoir lu le livre peut être perturbant vu les choix de Kubrick.

Hors ligne Suijirest

  • Skull Kid
  • *
  • Messages: 5698
  • Ci-gît Suijirest
    • Voir le profil
Je bouquine ..
« Réponse #604 le: mardi 23 août 2011, 17:25:23 »
J'ai fini Le Trône de Fer il y a déjà quelques jours... Une bonne semaine. :)

Il me faut la suite. Je pense que cela fera office de conclusion. v.v

Mille mercis à Yorick26 pour la signature !

Hors ligne Nehëmah

  • Piaf postier
  • *
  • Messages: 6064
    • Voir le profil
Je bouquine ..
« Réponse #605 le: jeudi 25 août 2011, 20:47:28 »
J'ai enfin fini Le soldat-chamane. J'ai profité de la maintenance des forums hier pour achever les deux derniers tomes qui me manquaient. Je ne sais pas trop quoi en dire, je ne veux pas être élogieux avant d'avoir bien digéré pris du recul, mais dans l'ensemble, j'ai voyagé, j'ai été ému, j'ai trouvé énormément d'intérêt à cette lecture. Il s'agit d'une fantasy vraiment personnelle, et j'ai adoré à l'univers de Robin Hobb et sa manière de décrire avec grand talent les questionnements de ses personnages et en particulier Jamère / Fils-de-Soldat.

J'ai déjà acheté les deux premiers tomes de L'assassin royal, je pense que je me ferai toute la série et Les aventuriers de la mer avant de passer au Trône de Fer. Je préfère profiter de sagas terminées et bien achevées. D'ailleurs, pour L'assassin royal et les Les aventuriers de la mer, il paraît que le même univers est partagé ; y a pas des liens également avec Le soldat-chamane ? 

Hors ligne Doutchboune

  • Sorcier Sheikah
  • ****
  • Messages: 7313
  • Couronne de Charisme +2
    • Voir le profil
Je bouquine ..
« Réponse #606 le: jeudi 25 août 2011, 20:52:15 »
Pour répondre rapidement à Nehëm, non y a pas de liens entre le monde du soldat chamane et celui de l'assassin/aventuriers. Et sinon, je te conseille ce post pour te rappeler l'ordre de lecture pour les Assassin et Aventuriers ;)

Hors ligne Nehëmah

  • Piaf postier
  • *
  • Messages: 6064
    • Voir le profil
Je bouquine ..
« Réponse #607 le: jeudi 25 août 2011, 20:56:45 »
Ok, dommage pour l'absence de liens entre Le soldat-chamane et ses deux autres séries phares. En tout cas, ouais, une amie lectrice avertie m'avait conseillé de les lire dans cet ordre, ce que je ferai sans hésitation.  >:(

Hors ligne Brume-Ondeblois

  • Tokay bizarre
  • *
  • Messages: 1656
  • Souriez, rien n'est sous contrôle.
    • Voir le profil
Je bouquine ..
« Réponse #608 le: jeudi 25 août 2011, 23:32:00 »
J'ai enfin fini Le soldat-chamane. J'ai profité de la maintenance des forums hier pour achever les deux derniers tomes qui me manquaient. Je ne sais pas trop quoi en dire, je ne veux pas être élogieux avant d'avoir bien digéré pris du recul, mais dans l'ensemble, j'ai voyagé, j'ai été ému, j'ai trouvé énormément d'intérêt à cette lecture. Il s'agit d'une fantasy vraiment personnelle, et j'ai adoré à l'univers de Robin Hobb et sa manière de décrire avec grand talent les questionnements de ses personnages et en particulier Jamère / Fils-de-Soldat.

J'ai déjà acheté les deux premiers tomes de L'assassin royal, je pense que je me ferai toute la série et Les aventuriers de la mer avant de passer au Trône de Fer. Je préfère profiter de sagas terminées et bien achevées. D'ailleurs, pour L'assassin royal et les Les aventuriers de la mer, il paraît que le même univers est partagé ; y a pas des liens également avec Le soldat-chamane ?

Il y a lien entre les aventuriers de la mer et l'assassin royal mais aucun avec le soldat chamane.
Pour etre logique chronologiquement il faut lire :
Les 6 premiers tomes de l’assassin royal
les 8 tomes des aventuriers de la mer
les 7 derniers tomes de l'assassin royal.

L’assassin royal ressemble assez au soldat dans le sens des nombreuses réflexions même si le milieu et l 'époque sont differents, il n'y a pas a dire si tu as aime les aventures de Jamere tu ne peux qu’apprécier celle de fitz.
Mais la période de vie couverte par l'assassin royal et plus vaste que celle couverte par le soldat chamane, ce qui amène parfois  a des différents courant de pensée, mais loin d être un défaut cela ne fera qu'enrichir ta lecture j'en suis certain.
Bref Robin Hobb est une écrivain de talent, elle entame d'ailleurs avec toujours autant de brio la suite des aventuriers de la mer avec la cite des anciens toujours de la même qualité.
Merci Alice Lee pour la sign
Sing to me of a time long past
A Time when men answered to power alone
Ruled by steel, Steeped in darkness
Sing of an Age called Xytegenia.

Hors ligne mogwai

  • Jeune Mogma
  • *
  • Messages: 124
  • Mogwai l'obscure vous salue!
    • Voir le profil
Je bouquine ..
« Réponse #609 le: jeudi 01 septembre 2011, 10:47:24 »
Je viens de finir le tour du monde d'un sceptique de Aldous Huxley de 1926 (qui est beaucoup plus connu pour un autre livre!)

résumé et critique sommaire:
Sous le couvert d'un récit de voyage, Huxley présente une vision critique mais objective de la société de son époque.
Si vous voulez une critique plus poussée, je vous invite à lire cet article qui exprime tout le bien que je pourrais dire de ce livre:
http://hank77.over-blog.com/article-aldous-huxley-tour-du-monde-d-un-sceptique-47330274.html

Pourquoi lire ce livre:
J'ai beaucoup aimé l'aspect analytique et l'humour "so British". L'aspect géopolitique et historique m'a beaucoup appris.
J'ai aussi aimé comparer sa vision de l'avenir de l'Inde et ce qui s'est passé.
See you elsewhere!

Hors ligne Kitty

  • Chef Skimos
  • ***
  • Messages: 3071
    • Voir le profil
    • DeviantART
Je bouquine ..
« Réponse #610 le: dimanche 02 octobre 2011, 13:12:33 »
Un organigramme très intéressant:
http://www.box.net/shared/static/a6omcl2la0ivlxsn3o8m.jpg

Ca me fait penser qu'il faut vraiment que je commence à m'intéresser à Neil Gaiman.
Quelqu'un aurait des conseils à me donner ?

Hors ligne Prince du Crépuscule

  • Chef Skimos
  • ***
  • Messages: 3280
  • Vous reprendrez bien un peu de pavé ?
    • Voir le profil
La Horde du Contrevent
« Réponse #611 le: samedi 08 octobre 2011, 00:48:26 »


La Horde du Contrevent est un roman français écrit par Alain Damasio et qui, après sa parution en 2004, a remporté le grand prix de l'Imaginaire de 2006.

Il s'agit d'un ouvrage de science-fiction assez unique qui se distingue à la fois par son fond et sa forme, puisqu'il se fonde notamment sur le vent (et ses multiples manifestations) et est numéroté à l'envers, c'est-à-dire de ~700 à 0 pour le format de poche. D'ailleurs, je vous arrête tout de suite : si le roman a bien été estampillé "science-fiction", il ne faut pas du tout s'attendre à un contenu futuriste et robotisé. Non, ici l'accent n'est pas mis sur la technologie mais plutôt sur l'originalité de ce qu'on pourrait appeler un livre-univers.

Car ce livre est vraiment un univers à lui tout seul, et je pèse mes mots. Il est tellement à part, même, qu'on peut se retrouver complètement perdu au début. Il faut dire que l'auteur ne prend pas le lecteur par la main et le plonge manu militari dans son monde balayé par les vents. Mais je vous rassure, il n'y a pas de crainte à avoir. La lecture nécessite un petit temps d'adaptation au début, mais une fois acclimaté, on se laisse aisément emporter ! Le contenu est tellement riche et vibrant qu'il serait dommage de se fier à ces premières impressions, aussi dissuasives soient-elles.

Bien, cet avertissement lancé, intéressons-nous maintenant un peu à l'intrigue. Et là, un premier problème se pose : que dire sans paraître évasif ou idiot ? Car l'histoire se résume en bien peu de mots, en vérité : c'est la 34ème Horde que l'on suit, composée de ses 23 membres, dont la mission est de trouver l'Extrême-Amont en remontant à contre-courant depuis l’Extrême-Aval les flux venteux les plus violents. Le monde ici n'est quasiment pas décrit (ou si peu) mais suggéré, volatil. On le ressent à travers la quête onirique et honorante des 23 "hordiers", qui nous font vivre à tour de rôle leurs opinions, leurs peurs et leurs espoirs. Ils se battent sans cesse contre les bourrasques, le corps et l'esprit forgés par un entraînement subi depuis l'enfance, pour un but qui paraît bien futile au premier abord, mais qui est évidemment d'une portée symbolique extrêmement forte : l'origine du vent.
Ce même vent qui façonne tout, qui tue et qui fait vivre, et qui parcourt la totalité d'un monde sans jamais s'essouffler. Ainsi, le vent détermine presque tout dans ce livre, que ce soit la technologie (des chars à voile aux hélices les plus sophistiquées), les modes de vie ou même certains noms, puisque les hordiers appellent les habitants qui se terrent dans leurs maisons en forme de goutte (pour des raisons d'aérodynamisme) les abrités.

C'est à travers la quête d'une horde, donc, qu'on apprend à connaître les protagonistes principaux. Et croyez-moi, cette horde a tout d'hétéroclite, et ça va vraiment loin, puisque l'auteur n'hésite pas à faire varier son style selon le personnage qui s'exprime. Ainsi, on trouve par exemple Sov, scribe de la Horde et d'un tempérament plutôt calme et réfléchi, Caracole, troubadour fantasque et loufoque à l'extrême ou encore Golgoth, "traceur" et meneur de la Horde, grand forcené au bagout certain.
Ce qu'il y a de génial avec ces personnages, c'est qu'ils sont tous différents, qu'ils ont tous une fonction bien définie au sein de la Horde et qu'ils nous exposent tous leur point de vue au fil des pages au moyen d'un procédé très bien senti. Alain Damasio fait en effet s'exprimer les hordiers à tour de rôle en faisant commencer leur récit par un symbole (comme celui-ci ¿´ ou celui-là Ω par exemple), ce qui lui permet de faire alterner très vite les intervenants. Au début, ça laisse un peu perplexe, d'autant qu'on est obligé de chercher à chaque fois quel symbole appartient à qui, mais au final on s'habitue très vite et en plus le marque-page fourni avec le livre est justement aux couleurs de la Horde, avec les runes et les personnages inscrits dessus.
Mais ce n'est pas tout : comme je l'ai déjà mentionné, l'auteur change sa manière d'écrire selon le personnage qui raconte, et franchement, il excelle à cet exercice. Quand on passe du discours très soigné du scribe à la gouaille de Golgoth, tout en finissant la pirouette sur les envolées incroyables et drolatiques du troubadour, croyez-moi, le contraste est absolument saisissant. Jongler avec tous ces caractères et ces styles, déterminés à la fois par l'environnement, les événements et la fonction des personnages, c'est un véritable coup de maître. Et bien sûr, ça n'en rend la Horde que plus vivante et plus attachante, comme une mosaïque composée de multiples couleurs, en somme.

Bref, je ne vais pas m'étaler plus sur la présentation, je pense que vous avez compris toute l'originalité et la force du livre.


A un niveau plus personnel, je dirai que ce livre a été une véritable expérience. Je l'ai adoré et je l'adule littéralement, n'ayons pas peur des mots. La narration, l’univers, le style, l’intrigue, la dimension allégorique du récit… tout m’a plu. Rarement j'ai été aussi surpris et embarqué dans la trame d'une œuvre. Alain Damasio manie tellement bien les mots que ça en devient ahurissant (il en a attrapé la grosse tête d’ailleurs, si j’en crois les interviews que j’ai lues de lui, mais il peut se le permettre). Ses phrases sont travaillées, fluides, variées, poétiques ; elles font mouche à tous les coups. Et les personnages sont tellement humains qu'on les voit presque évoluer sous nos yeux. Je voue même un culte à Caracole, le troubadour de la bande, qui est si fantastique et dépaysant qu’il a fait vaciller le piédestal que j’ai érigé pour le fou de L'Assassin royal, aka mon personnage préféré tous romans confondus. Non, vraiment, ce livre est incroyable et je lui connais peu de défauts, à part un sentiment de désorientation un peu trop poussé peut-être et certaines situations assez discutables, mais c'est franchement rien par rapport aux multiples qualités que l'ouvrage revêt.
Certains passages notamment sont absolument ahurissants. Je veux pas vous spoiler, donc je ne parlerai qu'en termes vagues, mais il y a un combat sur fond de discussion philosophique dans ce livre (deux scènes parallèles en fait) qui m'a fait dresser les cheveux sur la tête tellement il est dingue. Ça et une joute verbale énormissime entre le troubadour et un personnage extérieur à la Horde qui transpire le génie. Que d'émotions et d'admiration j'ai pu ressentir à ces moments-là !

Et puis la portée symbolique du bouquin est d'une immensité telle qu'il est impossible de passer à côté. Les réflexions sur le vent, le mouvement et l'origine du monde entre autres sont particulièrement intéressantes et riches. La quête d'un idéal fantasmagorique comme celle de l'Extrême-Amont est également sous-tendue par une analogie très évocatrice, je trouve. Après, j'exagère sûrement en affirmant qu'on ressort grandi de cette lecture, mais moi ça m'a marqué à vie.
D'ailleurs, détail que j'ai oublié de mentionner dans la présentation : le vent est à ce point central dans le livre qu'il existe un système de notation pour le représenter. L'auteur l'a totalement inventé, avec les signes de ponctuation qu'on trouve sur nos claviers et des espaces. Bref, c'est génial, je vous fais pas un dessin.

Ce qui m'a énormément plu aussi, c'est que l'auteur a su s'éloigner des sentiers battus de la SF en proposant un monde terriblement original. C'est d'autant plus vrai que je ne suis pas du tout fan de SF, en temps normal. Alain Damasio a foulé du pied les partis pris et les clichés du genre pour bâtir son propre univers, et c'est tant mieux. On peut presque parler de littérature de résistance, en un sens.
Et si certains ont été déçus par la fin (la fameuse page 0 :p), moi je ne l'ai pas été, à part peut-être parce que c'était la fin, justement. Il s'agit d'un véritable aboutissement en fait et il se justifie pleinement. Sachant que le livre devait faire partie d’un dytique à la base (projet malheureusement abandonné :/), l’auteur a su, selon moi, mettre le point final qu’il faut à son chef-d’œuvre.

Mon seul regret, je crois, c'est que ça soit si court les hordiers interagissent finalement très peu avec les habitants et qu'on n'en apprenne pas plus sur leur mode de vie, leur culture etc. Pour qui a lu le livre, ça s'explique aisément, mais ça m'a tout de même manqué au fil des pages.

Bref, pour compléter le tout, j'ajouterai à l'intention des amateurs d’œuvres-univers et d'expériences nouvelles que la version de luxe du livre contient un CD audio spécialement composé pour le livre et son ambiance. Moi je ne l'ai pas, hélas, ayant opté pour la version de poche, mais je ne doute pas qu'il complète bien le livre et qu'il fasse revivre la quête de la 34ème Horde avec brio.

Et enfin, si vous voulez vous faire une idée plus précise de ce livre, je ne peux que vous conseiller le mini-site qui a été créé à l'occasion de la sortie de l'ouvrage. Il est assez rudimentaire et peu ergonomique, mais il a le mérite d'être très éclairant sur l'univers qui compose le livre : http://www.lahordeducontrevent.org/univers/accueil.html

Bon, en fait j'ai encore une chose à dire, mais après promis j'achève mon soliloque. :o
Pour ceux que ça intéresse et/ou qui ont lu le livre, sachez qu'une adaptation cinématographique est actuellement à l’étude. Il s'agira d'un film d'animation orchestré par Jan Kounen (99 francs) avec un budget de 18 millions de $. Le tournage n'a pas encore commencé mais bon, on verra bien. J'ai un peu peur de voir une telle adaptation voir le jour (car qui dit adaptation dit compromis) mais je suis à la fois très excité à l'idée de vivre à nouveau - et autrement - cette expérience fabuleuse qu'a constitué pour moi La Horde du Contrevent. :niais:


Voilà, c'était mon pavé du soir. A bientôt pour de nouvelles aventures. :niak:


Yuan du pays de l'amûr tûjûrs

Hors ligne Kitty

  • Chef Skimos
  • ***
  • Messages: 3071
    • Voir le profil
    • DeviantART
Je bouquine ..
« Réponse #612 le: samedi 08 octobre 2011, 13:25:27 »
PdC: J'ai acheté ce livre il y a quelques mois mais je n'ai pas réussi à franchir le "petit temps d'adaptation" dont tu parles.
J'ai dû lire une vingtaine de pages mais j'ai rapidement abandonné. Faut dire que j'avais pas trop la tête à ça à l'époque (études, boulot,...)
Mais ton magnifique pavé m'a vraiment donné envie de m'y remettre.

Hors ligne Prince du Crépuscule

  • Chef Skimos
  • ***
  • Messages: 3280
  • Vous reprendrez bien un peu de pavé ?
    • Voir le profil
Je bouquine ..
« Réponse #613 le: samedi 08 octobre 2011, 15:39:02 »
Je suis heureux que mon pavé ait eu cet effet sur toi, Kitty. Je me rappelle que tu avais parlé de ce livre comme d'un futur achat il y a quelque temps (ouais, j'ai une mémoire super inutile :niak:), c'est d'ailleurs ce qui m'avais poussé en partie à franchir le pas.

Mais vraiment, je pense qu'il ne faut pas se fier à ses premières impressions pour ce bouquin. Moi aussi ça m'avait laissé perplexe au départ. Mais une fois que la situation commence à s'éclaircir, j'ai trouvé ça extrêmement jouissif. Enfin, je pense que tu l'as déjà deviné, ça. :roll:

En tout cas je suis curieux de savoir si tu réussiras à te plonger dans l'aventure et ce que tu en penseras.


Yuan du pays de l'amûr tûjûrs

Hors ligne Suijirest

  • Skull Kid
  • *
  • Messages: 5698
  • Ci-gît Suijirest
    • Voir le profil
Je bouquine!
« Réponse #614 le: mardi 29 novembre 2011, 14:33:45 »
J'ai mis à profit les heures d'inaction à mon boulot pour ingurgiter L'Évangile selon Satan de Patrice Graham.

Je l'ai choisi parce que c'est plutôt un gros livre.Et j'ai pas regretté mon choix. Une histoire foutrement recherchée, des infos culturelles à foison et un travail de recherche historique considérable. L'auteur a bien dû s'amuser à écrire ce truc.

J'ai que deux reproches à faire, le premier c'est une traduction qui cafouille un peu sur l'usage du subjonctif et quelques ponctuations manquantes, rien de dramatique. Le second c'est que tout se base trop sur l'erreur d'interprétation la plus basique de la chrétienté, même si ce point doit être inhérent à mon appréciation subjective des Saintes Écritures...

À ceux qui ont aimé Anges et Démons de Dan Brown, ainsi qu'à ceux dont les noms de Kingû, de Kâli, d'Adramelech et de Loki n'inspireront pas que des noms de boss de RPG, je conseille vivement cette œuvre qui vous scotchera pendant ses quelques 649 pages.


Le deuxième livre, même si je ne l'ai pas encore tout à fait fini, est Le Donjon Rouge, second tome du Trône de Fer. C'est roxxor comme le premier, même si les passages de guerroyage ont tendance à m'endormir méchamment, phénomène déjà éprouvé avec le troisième tome du Clan des Otori. Et puis, je trouve que Tyrion est un poil moins intéressant, même si sa situation s'y prête pas franchement il faut dire. Par contre le suspense monte vite et facilement, on a du mal à décrocher de cette histoire. Je sens que je vais pas tarder à engloutir l'œuvre complète moi.

Mais je vais p'têt faire comme Doutch la voix de la sagesse et me tourner vers la version anglaise, parce que la française qui lâche régulièrement des grossièretés au milieu de phrases superbement tournées ça commence à me gonfler...

Mille mercis à Yorick26 pour la signature !