Auteur Sujet: Watching Challenge 2019  (Lu 4202 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jielash

  • Apprentie de Kangis
  • Skull Kid
  • *
  • Messages: 5356
  • PZ: You can (not) escape
    • Jielash
    • Voir le profil
    • Blog BD
Watching Challenge 2019
« Réponse #30 le: mardi 06 août 2019, 19:41:12 »
Un film qui se passe dans le désert : Bagdad Café

C'était vraiment sympa, j'ai bien apprécié l'ambiance et l'humour avec les personnages assez décalés, ainsi que l'amitié entre les deux protagonistes.

Un film provocateur : The Rocky Horror Picture Show

Les décors, les chorégraphies et les chansons sont très chouettes. C'est en effet très provocateur, kitsch et drôle ! Je n'avais pas entendu parler du côté SF de l'histoire, c'était fun à découvrir du coup.
Let's do the time-jump again!

Un film avec un·e acteur·ice décédé·e en 2018 : Le Boucher

L'actrice en question est Stéphane Audran, que j'avais déjà vu il y a longtemps dans Le Festin de Babette (j'en garde un souvenir flou mais très bon)
Là elle joue dans un film au ton très différent. Le jeu entre tranquille histoire d'amour dans un petit village et thriller donne un côté juste légèrement anxiogène intéressant, la sauce ne monte pas trop vite quoi. C'est bien classique niveau scénario au fond mais pas désagréable à regarder.

Un film qui met en scène un trip sous substances : Easy Rider

Marrant mais comme le titre est assez similaire à Taxi Driver, je m'étais mise dans la tête qu'il s'agirait aussi d'une œuvre très sombre et violent et comme je savais qu'il y avait des motos, je pensais à une histoire de gangs... Alors qu'en fait c'est un road-trip !

Les paysages sont superbes, les péripéties variées et divertissantes et le trip en question est tourné de manière vraiment marquante et intéressante. La fin... ouch :'(

Un film qui se passe à l'école : Camille Redouble

J'aime bien l'idée de retour mental dans le temps où on garde l'apparence la plus âgée pour montrer le décalage. Ça marchait bien en général dans le film, notamment au niveau comique. Par contre c'était quand même pas mal concentré sur les affaires de cœurs de la protagoniste, ce qui ne m'intéressait pas des masses. Mais il y a de beaux moments, notamment ceux où elle enregistre ses parents pour garder plus de souvenirs d'eux.

Hors ligne Jielash

  • Apprentie de Kangis
  • Skull Kid
  • *
  • Messages: 5356
  • PZ: You can (not) escape
    • Jielash
    • Voir le profil
    • Blog BD
Watching Challenge 2019
« Réponse #31 le: dimanche 18 août 2019, 16:15:37 »
J'enchaîne :^^:



Un film de la liste 100 films pour une cinémathèque idéale des Cahiers du cinéma : Vertigo (Sueurs Froides)

Je connaissais quelques scènes déjà vues à travers diverses vidéos (sur le cinéma ou l'art en général) donc c'était intéressant de replacer ça dans son contexte. L'histoire du "fantôme" est bien intrigante et graphiquement il y a pas mal de plans que j'ai trouvé marquant (même s'il y en a aussi quelques uns de bien kitsch, comme le baiser cliché avec les vagues en fond)

Un film d'arts-martiaux : A Touch Of Zen

Bon, c'était assez long (presque 3h) mais c'était beau. Les décors notamment, les scènes nocturnes. Le début de l'intrigue est plein de mystère avec ces différents personnages dont on ne connait pas les intentions qui arrivent dans cette région totalement isolée. Et les différentes péripéties qui suivent sont tout aussi intéressantes, comme l'assaut du manoir et ce qui en ressort (à la fois drôle et glaçant, au vu du nombre de morts).

Un film avec un acteur comique en contre-emploi : Tchao Pantin

Je n'ai pas accroché. Pas la faute aux acteurs, juste le scénario et ses clichés qui ne me bottaient pas, je ne suis pas rentrée dedans.
Ironiquement, du réalisateur Claude Berry, j'ai beaucoup plus apprécié ses adaptations de Jean de Florette et Manon des Sources, qui avaient là aussi un acteur comique en contre-emploi.

Un film d'animation en stop-motion : Krysar, le Joueur de Flûte de Hamelin

Beaucoup aimé l'esthétique générale de ce film tchécoslovaque. Les designs des marionnettes de bois, l'animation des rats, les textures des tissus, fourrures, métaux pour les différents objets et lieux donnaient une très bonne ambiance. Outre une petite introduction, pas de dialogues mais l'histoire est très simple à suivre et cela va bien avec le ton donné par les graphismes.

La version du conte est un peu différente de celle que j'ai vu le plus souvent utilisée (où le joueur de flûte emmène les enfants quand on refuse de le payer), là tous les habitants se font transformer en rats et noyer à leur tour.
J'ai bien aimé cet aspect mais beaucoup moins le rôle du personnage de la "jeune fille pure" dont le design est beaucoup plus humanisé que celui des autres villageois, aux formes taillées à la serpe. Celle-ci sert d'intérêt romantique au joueur de flûte et se fera tuer (et violer, en sous-entendu) par les autres villageois, ce qui le poussera, en plus du fait qu'il n'ai pas été payé, à se venger sur eux.

Un film avec des oiseaux : Birdy

Le personnage de Birdy, obnubilé par les oiseaux est assez fascinant. Son amitié avec son camarade de lycée est classique mais la manière dont c'est présenté, inséré entre leurs interactions post-Vietnam dans l’hôpital psychiatrique marche bien. 
La fin est surprenante ! Il y a un côté assez osé à couper le film comme ça mais j'ai bien aimé.

Hors ligne Jielash

  • Apprentie de Kangis
  • Skull Kid
  • *
  • Messages: 5356
  • PZ: You can (not) escape
    • Jielash
    • Voir le profil
    • Blog BD
Watching Challenge 2019
« Réponse #32 le: mardi 17 septembre 2019, 20:49:05 »
Un film sur la solitude : A Single Man

Dans l'ensemble, j'ai bien aimé le film, son ambiance, son sujet, la manière dont celui-ci était traité et celle dont les scènes étaient filmées.
Il y a juste la toute fin sur laquelle je suis un peu partagée.

Un film de course-poursuite : Mad Max

J'avais vu Fury Road l'année dernière et beaucoup aimé, du coup j'étais un peu curieuse de voir comment était le premier des films de la série, tout en étant consciente que ce ne serait pas du tout la même chose.
Et j'ai bien aimé, l'esthétique comme le scénario sont évidemment très différents mais on ressent quand même la filiation à travers certains aspects. J'ai trouvé les décors particulièrement intéressants, on a cette impression d'une chute vers la décrépitude en cours mais pas forcément non plus celle d'un univers post/apocalyptique, c'est plus dans un entre-deux. Et il y a pas mal de petits détails cocasses dedans.

Un film avec une esthétique néon : The Neon Demon

Esthétiquement, c'est très joliment travaillé mais sur le plan du scénario, meh. C'était assez pénible et comportait un peu tous les clichés auxquels on pouvait s'attendre d'un film alliant l'horreur et le milieu de la mode.

Un film sur le journalisme : Les hommes du président

J'ai passé un bon moment, je suis tout de suite rentrée dedans au point que je n'ai pas vu la fin arriver. Je veux dire, quand on voit les titres des dates et articles futurs être tapés à la machine, j'ai mis un peu de temps à comprendre le film était en train de se conclure ^^", on pourrait dire que c'était un peu abrupt du coup mais je comprends la décision de se concentrer sur cette partie des débuts de l'affaire Watergate avec l'identification des personnes concernées.

Un film avec un tueur à gages : O Matador

J'ai trouvé le début du film assez fascinant, avec ce gosse élevé à l'écart de la civilisation par un tueur à gage et qui va finalement devoir rejoindre celle-ci et se retrouver dans un univers complètement inconnu.
Mais dès qu'on rencontre les français, ça part dans la démesure et j'ai beaucoup moins apprécié. Je ne suis pas forcément dérangée par les représentations d'univers ultra-violent mais là, la manière dont c'était fait rendait le visionnage assez pénible et agaçant. Il y avait quand même quelques bons passages mais j'ai été pas mal déçue de la tournure du film.



Du coup il ne me reste plus que 10 films à voir, avec un peu plus de trois mois avant la fin de l'année ! Je devrais y arriver normalement  :^^: