Auteur Sujet: Errements Poétiques - [Poème : Les Rivières d'ocre ]  (Lu 61394 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

En ligne Chompir

  • Grand guerrier Piaf
  • Stratège de Din
  • Skull Kid
  • *****
  • Messages: 5364
  • Piaf dans l'âme
    • Code ami 3DS 4914-4674-5458

    • Code ami Wii U chompir

    • ChompirPZ
    • SW-4357-7164-4611
    • Voir le profil
    • Forums de Puissance Zelda
Errements Poétiques - [ Poème : Vouloir la vie ]
« Réponse #270 le: lundi 22 avril 2019, 22:53:44 »
C'est quelque chose de normal de passer donner son avis, avant j'essayais de le faire à chaque nouvel écrit des membres mais je commence a avoir moins de temps pour tout lire directement et je fini par oublier de lire. J'avais commencé à lire le début de ton chapitre mais je crois que j'avais du arrêter parce que je prenais un train.

Du coup je viens de tout lire et je dois dire que j'aime beaucoup, tu poses très bien le cadre et nous fait déjà ressentir des sentiments pour Alyse, d'ailleurs je me pose pleins de question sur elle, qui elle est, qui est la personne qu'elle a perdue et qu'elle pleure. Comment s'est elle retrouvé là, comment le royaume ou elle vivait est tombé, en savoir plus sur l'autre royaume qui contrôle cet endroit où se trouvent gens d'Occara (ça me fait penser au film de FMA et l'étoile de Milos, il y a un conflit politique du genre ou un peuple don sa terre à été détruite, on été envoyé dans un gouffre ou l'autre royaume se tient fièrement au dessus set vide leurs ordures dans cet endroit de misère et les canardes s'ils tentent de s'enfuir). Je me demande aussi ce qu'est cette Chanson. Bref, tout est très bien géré vu que je veux en savoir plus sur tout. ;D
Merci à Haine et Jielash pour le kit. <3

Hors ligne Xanto01

  • Admiratrice d'épée
  • Peste Mojo
  • *
  • Messages: 401
  • Tremblez Hyliens, car je suis votre fléau !
    • Voir le profil
Errements Poétiques - [ Poème : Vouloir la vie ]
« Réponse #271 le: samedi 27 avril 2019, 17:42:36 »
Hello Synopz ! Je voulais commenter ton premier chapitre de la Brèche depuis un bon bout de temps mais pendant un temps.

Que dire si ce n'est que ton premier chapitre m'a fortement intrigué ! J'ai beaucoup aimé le contraste entre le souvenir qu'Alyse a de cette personne disparue et sa situation actuelle dans cet immense bourbier qu'est la Brèche. Comme l'a dit Chompir, je trouve que nous fais déjà ressentir des émotions pour Alyse. Et je suis très curieuse d'en apprendre un peu plus sur elle et cette énigmatique Chanson.

Quant à ton poème, je l'ai également trouvé très bien écrit. Notamment les quatrième et cinquième strophes que j'ai trouvé d'une beauté très émouvante.

- Pourquoi Aran aime faire la fête ?
- Parce ce qu’elle Samus beaucoup

Hors ligne Synopz

  • Twili maudit
  • **
  • Messages: 1437
    • SW-3011-1035-4361
    • Voir le profil
Errements Poétiques - [ Poème : Vouloir la vie ]
« Réponse #272 le: jeudi 02 mai 2019, 17:57:37 »
Déshabillons-nous

Déshabillons-nous
Toi et moi des millions
de nippes
que nous traînons partout

Rends-moi ta peau
grain lisse trop couvert
Laisse et le soleil
et ma main et mes mots

Toucher l’œil la hanche
Tous les points
où s'étend la mer
de ta nudité

Déshabillons-nous
que je jette bas
ces bandes lourdes
étendards-terreurs
qui filtrent le ciel

Déshabillons-nous !
Qu'un isthme
nous soit corps
Que le sel
nous soit saveur

Sel de tes lèvres
enfin nues
goûtées à plein
dans ton sourire-vent

Déshabillons-nous
une fois encore
prendre la foudre
de tes lents mouvements

Nous voir nus
Sans masques
d'ombres de blessures
de peurs

Je t'ai connue
au premier jour
Nue comme le désir
je jette maintenant
les parures

Pour te revoir
pour laisser tonner
la foudre
de tes bras

Dévêtus tu dis
Où irons-nous
Nous irons
là où les rayons
sont étoffes

Là où il ne sera plus
besoin de se couvrir
besoin de courir

Là où nos corps
ne seront qu'une mer
agitée de l'aube au soir
de tous les jours

Là où il n'est plus besoin
de fripes d'épaisseurs
Là où ton regard
joint au mien
sera un corps

Découvert.


@Xanto01 et @Chompir merci pour vos commentaires, j'envisage de poursuivre cette histoire, je fais un gros travail sur l'univers dans son ensemble pour faire un truc crédible, je veux quelque chose qui tienne vraiment la route, restez par là, il y aura de la suite !
« Modifié: jeudi 02 mai 2019, 18:03:20 par Synopz »
"Là tu te dégages / Et voles selon."



La galerie des Errements Poétiques, c'est ici !  

En ligne Chompir

  • Grand guerrier Piaf
  • Stratège de Din
  • Skull Kid
  • *****
  • Messages: 5364
  • Piaf dans l'âme
    • Code ami 3DS 4914-4674-5458

    • Code ami Wii U chompir

    • ChompirPZ
    • SW-4357-7164-4611
    • Voir le profil
    • Forums de Puissance Zelda
Errements Poétiques - [ Poème : Déshabillons-nous ]
« Réponse #273 le: jeudi 02 mai 2019, 18:04:34 »
Très beau poème encore une fois. J'aime beaucoup la comparaison entre le corps nu et la mer qui devient tempête, même si je t'avoue que j'ai pas eu toutes les subtilités ! :R La construction du poème en tout cas est très intéressante et la rend très agréable, parlante et vivante. :^^:
Merci à Haine et Jielash pour le kit. <3

Hors ligne Synopz

  • Twili maudit
  • **
  • Messages: 1437
    • SW-3011-1035-4361
    • Voir le profil
Errements Poétiques - [ Poème : Déshabillons-nous ]
« Réponse #274 le: mercredi 08 mai 2019, 19:31:25 »
Je voulais être Arthur Rimbaud

Je voulais être Arthur Rimbaud
Oui c'est drôle
Lui à demi-effacé sur la photo
Je voulais être Rimbaud

Qu'on crie
Ravagé par la poésie
Déjà si plein du monde
Qu'il en a ri

Dans le feu de Juin
Je lançais mes dix-sept ans
Tout un foin
Qu'on dise
Il est comme lui

Bardé de rimes
Toutes contrefaites
Au prisme de l'idéal
Des mauvais esthètes

Jolie farce
Qui m'a pris du temps
Tous les fous à dix-sept ans
Rêvent d'être voyants

Qu'on dise
Hommes aux semelles de vents
Évadé des rimes
Parti souriant à l'abîme 

Je voulais dire le monde
Oui moi aussi !
Les calèches du ciel
Tous les recoins de la vie

M'évanouir
Dans la clameur
Jouir de mon génie-éclair
Demi-figure séduisante
Esprit des mots de l'errance

Mais d'être Arthur Rimbaud
J'ai passé l'âge
Mes dix-sept ans insérieux
Fondus dans les
Ans insipides

Rimbaud a laissé la poésie
Morte là-bas
Dans la terre d'Arabie
Elle manquait tant de mouvement !

Insipides lieux
Renommées sans têtes
Là où les boulevards
Ont des noms de poètes

Peut-être est-ce bien
Rimbaud que je voulais être
Quand il dit
Fi de la poésie
On ne peut vivre qu'en poète

Semant des vers moqueurs
Hargneux et rieurs
Qu'on ne prononce plus
Je me vois le suivre
Hilares sur la vie-vision-poésie
Pour Alexandrie.

« Modifié: mercredi 08 mai 2019, 19:35:07 par Synopz »
"Là tu te dégages / Et voles selon."



La galerie des Errements Poétiques, c'est ici !  

En ligne Chompir

  • Grand guerrier Piaf
  • Stratège de Din
  • Skull Kid
  • *****
  • Messages: 5364
  • Piaf dans l'âme
    • Code ami 3DS 4914-4674-5458

    • Code ami Wii U chompir

    • ChompirPZ
    • SW-4357-7164-4611
    • Voir le profil
    • Forums de Puissance Zelda
Errements Poétiques - [ Poème : Je voulais être Arthur Rimbaud ]
« Réponse #275 le: mardi 14 mai 2019, 09:45:00 »
Je voulais commenter mais encore une fois ça m'étais sorti de la tête  :^^':

Je voulais te dire que ce texte est magnifique et surtout prend tout son sens pour moi, tout simplement parce que je trouve que ta poésie se rapproche beaucoup de ce que j'ai étudié de Rimbaud. Du coup je sais pas si ce poème parle de toi mais en tout cas il est très beau.
Merci à Haine et Jielash pour le kit. <3

Hors ligne Synopz

  • Twili maudit
  • **
  • Messages: 1437
    • SW-3011-1035-4361
    • Voir le profil
Errements Poétiques - [ Poème : Je voulais être Arthur Rimbaud ]
« Réponse #276 le: samedi 01 juin 2019, 17:05:09 »
/!\ : Voici un nouveau poème très particulier, ne vous inquiétez pas pour ma santé mentale, tout va bien  :hap: (enfin, je crois ?), mais ce poème est donc à lire de façon avertie, le côté très bizarre, l'usage de la ponctuation, les sauts de lignes etc... se veulent significatifs et font partie de la construction de la chose. Vivez-le comme une expérience à la fois écrite et visuelle, ne vous arrêtez pas à la bizarrerie de la forme !


Parler avec sa tête quand l’on écrit un poème d’amour
(et constater un dialogue de sourds)

Je voulais garnir de vers ces lignes,
Avant de voir qu’il était futile
De venir à toi enflé de signes :
Toi qui ris bien des rimeurs débiles !

Oui c’est fort triste ! Mauvais artiste ;
Piqué-coulé, comme j’aime dire,
Tout plein de peines très fantaisistes :
Grandes Idées, mille vains désirs…

Parquées-et-jetées
                           Mais qui démangent !
Alors comment ?
                         Sort-on de sa tête ?

Car je te dis bien ! « Oui, elles me mangent ! » ///…. !!
Comment cracher – toutes les arrêtes ?

~ J’assemble des mots
                                Comme des briques ~
Brique de quatre / et brique de cinq
1 2 3 4                    1 2 3 4 5
Si la vie pouvait donner la trique
Comme donne un vers qu’on compte cinq !

Il n’y aurait plus besoin d’Idées
4/5 (Hors-poème : l’important est rythme,
5/4 (donc comptez vos doigts : faites tempo.)
Leur majuscule enfin fracassée \ : /// !!! I

N’est-ce pas bizarre ? Si, je crois bien.
Mon aimée donc, que faire de ma tête ?
Trop intoxiquée
                             ! du poids de /L’UN\ !
Je ne parviens plus, même, à faire la fête ?

Harassé-brisé, il faut sortir
Des stériles cir-con-vo-lu-tions…

---------------------------------→

                                            Voir que la sortie vient d’un désir
                                            Bien décalé vers la vraie Vie-sion


Vraiment, plus jamais, l’on me prendra
A composer poèmes d’Amour
Que, quoi qu’il en soit, tu n’aimes pas,
Bâtis que pour moi : égo-secours…

Sans mots-de-tête, puis-je t’aimer ?
Amour de l’acte et plus de la plume
Qu’ai-je désiré qui n’est papier ?
Que suis-je donc sans idées-enclumes ?

------------------------------------------------

Car les femmes-aimées restent à l’entrée
Des poèmes ; où dansent les ombres.


« Modifié: samedi 01 juin 2019, 17:13:26 par Synopz »
"Là tu te dégages / Et voles selon."



La galerie des Errements Poétiques, c'est ici !  

En ligne Chompir

  • Grand guerrier Piaf
  • Stratège de Din
  • Skull Kid
  • *****
  • Messages: 5364
  • Piaf dans l'âme
    • Code ami 3DS 4914-4674-5458

    • Code ami Wii U chompir

    • ChompirPZ
    • SW-4357-7164-4611
    • Voir le profil
    • Forums de Puissance Zelda
Errements Poétiques - Exp. Parler avec sa tête quand l'on écrit un poème d'amour
« Réponse #277 le: samedi 01 juin 2019, 17:21:12 »
MER IL É SOUL !! O_O Nan plus sérieusement, la construction est assez folle mais très intéressante ça donne un échange avec le lecteur je trouve. La forme joue avec le texte et c'est vraiment cool au niveau du rendu. :^^:
Merci à Haine et Jielash pour le kit. <3

Hors ligne Synopz

  • Twili maudit
  • **
  • Messages: 1437
    • SW-3011-1035-4361
    • Voir le profil
Errements Poétiques - Exp. Parler avec sa tête quand l'on écrit un poème d'amour
« Réponse #278 le: lundi 12 août 2019, 21:49:38 »
Août - II

Est-il normal de voir la vie passer au loin ?

Car il est des éclairs trop rapides et des chutes trop sombres :
Ce n'est plus même le malheur, c'est le tempo...

Toujours des croisements, des départs, des embardées — trajets de vie, sourires, soirs d'étoiles, ivresse, frustration, paroles jamais prononcées, rêves trop construits face à des possibles toujours en flux.

Il n'est, semble-t-il, que ce tempo, et ses aléas, chaque fois répétés et enrichis du poids ou de la légèreté de tous les précédents ?

Tous les jours d'Août de ma vie ! Sur lesquels j'ai déjà posé trop de mots collants et mièvres. Que d'aléas justement, beaucoup d'allers-aplombs !
Suivis de morne reflux.
Dehors les heures qui passent, empilées et concassées, derrière la vitre de ce moi carapaté, le monde déroule et chauffe.

Trop de figures dans les jours d'Août, mais il en faut pourtant. Et après avoir cru savoir, on replonge la tête dans le courant, et tout passe : les troubles et le vide, le besoin de réapprendre la force, toujours balayée.

Août ! Et toujours le jeu, toujours l'envie, toujours le besoin de savoir, aller plus loin, briser l'apparence.

Vis du jeu ou apprends la force :
Il n'est que manque dans le désir de l'ailleurs-vrai.

Août, chausses-trappes, torpeur et vie qui passe,
L'on se croit savant, et nous ne sommes qu'enfants !
Il nous faudrait l'être plus encore pour enfin savoir.

Août ! J'y ai vu trop de femmes
Flamboyantes, proches et lointaines,
Qui ne me renvoient toujours qu'à moi-même...

Il y a de la peur à briser dans les jours d’Été.
"Là tu te dégages / Et voles selon."



La galerie des Errements Poétiques, c'est ici !  

En ligne Chompir

  • Grand guerrier Piaf
  • Stratège de Din
  • Skull Kid
  • *****
  • Messages: 5364
  • Piaf dans l'âme
    • Code ami 3DS 4914-4674-5458

    • Code ami Wii U chompir

    • ChompirPZ
    • SW-4357-7164-4611
    • Voir le profil
    • Forums de Puissance Zelda
Errements Poétiques - [Poème : Août - II ]
« Réponse #279 le: lundi 12 août 2019, 21:56:12 »
Très sympa ce poème, du coup, c'est comme ça que tu vois le mois d'août ? :niak: En tout cas j'aime beaucoup la construction, avec si je comprends bien, l'avant août au début, puis ta description de comment tu ressens le mois d'août qui est peut-être d'abord négative pour finir positive ? J'aime beaucoup la fin d'ailleurs et comment tu casses la construction du poème.

Ça fait plaisir en tout cas d'en lire de nouveau, ça faisait longtemps !
Merci à Haine et Jielash pour le kit. <3

Hors ligne Synopz

  • Twili maudit
  • **
  • Messages: 1437
    • SW-3011-1035-4361
    • Voir le profil
Errements Poétiques - [Poème : Août - II ]
« Réponse #280 le: mardi 15 octobre 2019, 20:50:54 »
Les Rivières d'ocre

C'est un mélange
du sang de la
terre

La façon
dont rend la nuit
folle

Ce sont ces inspirations soudaines
Ces jours de langueur
après la boisson

Où les nuages bas
tuteurent les rayons
crépusculaires de midi
dans Paris

Les odeurs du monde
qui remontent
bric-à-brac pestilentiel
Autant le parfum des femmes
que l'odeur des corps
dans les matins infidèles

L'ocre que rend
le ciel
en bouillons furieux
heurté contre le gris
de Paris

C'est le soupçon
recommencé
qui hante les heures
à décuver

Face au fleuve
du ciel gris
et plein et veiné
d'ocre

C'est le moment
où t'aimer a un sens
que je ne pourrai
te raconter.
« Modifié: mercredi 16 octobre 2019, 17:00:18 par Synopz »
"Là tu te dégages / Et voles selon."



La galerie des Errements Poétiques, c'est ici !  

En ligne Chompir

  • Grand guerrier Piaf
  • Stratège de Din
  • Skull Kid
  • *****
  • Messages: 5364
  • Piaf dans l'âme
    • Code ami 3DS 4914-4674-5458

    • Code ami Wii U chompir

    • ChompirPZ
    • SW-4357-7164-4611
    • Voir le profil
    • Forums de Puissance Zelda
Errements Poétiques - [Poème : Les Rivières d'ocre ]
« Réponse #281 le: mercredi 16 octobre 2019, 10:25:49 »
Ça fait plaisir de lire un nouveau poème ! J'aime beaucoup la progression du poème, ça parle de Paris en plus et la fin est particulière au niveau du sens. Ce côté ou le lecteur ne peut tout simplement pas comprendre donc le laisse se poser pleins de questions, le frustre un peu, mais pour autant, donne tout son sens au poème et apporte beaucoup.

Sinon belle utilisation du verbe tutorer. J'ai bugé dessus au début à me demander ce que ça voulait dire ici mais c'est assez intéressant de l'utiliser comme ça et ça donne son style. :R
Merci à Haine et Jielash pour le kit. <3

Hors ligne Synopz

  • Twili maudit
  • **
  • Messages: 1437
    • SW-3011-1035-4361
    • Voir le profil
Errements Poétiques - [Poème : Les Rivières d'ocre ]
« Réponse #282 le: mercredi 16 octobre 2019, 17:08:02 »
Merci pour ton commentaire @Chompir !

Je pense que la fin est compréhensible en gros, même si oui, elle est très allusive. Il y a quelques éléments pas forcément évidents mais au niveau du vocabulaire notamment, par exemple les réalités concrètes ou matérielles sont souvent décrites par des adjectifs de sentiments ou anthropomorphisés, ce qui crée un réseau lexical qui donne un peu la clé de la situation que le poème décrit ! J'en reste là haha, donner le sens des poèmes les enferme je crois  :hap:

Sinon, pour tutorer, je viens de réaliser que le verbe que je voulais utiliser c'était plutôt " tuteurer ", tutorer c'est ce qu'on utilise dans le cadre éducatif, mais c'est un peu un anglicisme, le verbe qui correspond au tuteur qu'on met aux plantes, c'est tuteurer, je change donc ça ! L'image cherche à rendre la façon dont les rayons sont visibles tout droits à l'oblique quand le plafond nuageux est bas et qu'il n'y a que quelques trouées, comme c'est souvent le cas à Paris  :oups:
"Là tu te dégages / Et voles selon."



La galerie des Errements Poétiques, c'est ici !  

En ligne Chompir

  • Grand guerrier Piaf
  • Stratège de Din
  • Skull Kid
  • *****
  • Messages: 5364
  • Piaf dans l'âme
    • Code ami 3DS 4914-4674-5458

    • Code ami Wii U chompir

    • ChompirPZ
    • SW-4357-7164-4611
    • Voir le profil
    • Forums de Puissance Zelda
Errements Poétiques - [Poème : Les Rivières d'ocre ]
« Réponse #283 le: mercredi 16 octobre 2019, 19:06:31 »
AH okay, tuteurer fonctionne mieux, même si en vrai je trouvais ça sympa avec tutorer. ;D Sinon perso pour la petite explication, même si je comprends pas spécialement tout à chaque fois dans les poèmes (j'ai jamais été très bon en étude de texte en français et ça remonte un peu) mais pour autant, j'apprécie vraiment les poèmes et ils ont ce côté un peu magique, effectivement, qu'on ne comprends pas tout donc ça émerveille.
Merci à Haine et Jielash pour le kit. <3