Auteur Sujet: Errements Poétiques - [ Poème : Le Plomb ]  (Lu 41226 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Synopz

  • Twili maudit
  • **
  • Messages: 1315
    • SW-3011-1035-4361
    • Voir le profil
Errements Poétiques - [ Maxime : Condition Humaine ]
« Réponse #15 le: mardi 20 juillet 2010, 23:18:53 »
Et un 6ème chapitre riche en tyrannie, un ! et oui ! je n'aime pas les divinités !

Chapitre 6 : Déesses

" La princesse des ombres
Au cœur qui, peut-être, résonne
Pour cet oublié qui s'illusionne
Livré aux caprices des reines sombres

Un cœur qui se blesse
À l'ombre restée muette
D'une âme aux larmes imparfaites
Pour un rêve qui effleure la dame de l'ombre sans cesse..."

La fille aux cheveux verts se leva, elle marchait dans une sorte de couloir aux murs inexistants, sa longue chevelure émeraude flottait librement dans son dos et une légère robe couleur feuille l'habillait. De longs gants en satin blanc recouvraient ses mains et ses yeux semblaient pouvoir transpercer l'âme des mortels. Farore, déesse des vents et du courage. La déesse déboucha dans une salle aux contours flous où se trouvait deux autres jeunes femmes, la fille à l'imposante crinière rouge et au teint mat se leva, la déesse était vêtue à la manière des Gerudos, un pantalon bouffant et un haut recouvrant seulement sa poitrine, tout deux de couleur crème. Des flammes brillait dans son regard de rubis. Elle portait de nombreux anneaux dorés aux poignets et un diadème orné de pierres précieuses la ceignait. La puissance était là en la personne de Din, déesse des brasiers et de la force.
" Ils sont arrivés, annonça Farore.
- Si ils survivent à nos gardiens, nous pourront peut-être ...
Une voix chantante l'interrompit :
- Ils réussiront et ils continueront à nous haïr ..."
Din se retourna vers celle qui venait de l'interrompre, il s'agissait, d'une autre jeune fille aux longs cheveux bouclés couleur turquoise. Une robe saphir simple et resserrée à la taille par un fil d'or la parait et elle tenait une harpe dorée dans ses bras. Dans ses yeux bleus profonds chantaient le coulis des ruisseaux et son visage au teint pâle ne connaissait pas le moindre défaut. Nayru, déesse des eaux et de la sagesse était là. Din ne releva pas l'intervention et continua.
- Les Hyliens nous adulent mais un seul peuple reste rebelle... Mes sœurs, ces élus sont notre dernière chance de mater ces ombres belliqueuses "

* * *

Luna se releva et essuya sa lame tachée de sang sur les vêtements de son adversaire avant de rengainer. Étrange créature que celle qu'elle venait d'affronter... Un visage et un corps d'apparence humaine, des mains terminées par de longues, épaisses et acérées griffes. Le point le plus surprenant de son anatomie était de longues ailes noires d'une envergure d'environ un mètre qui jaillissait entre les omoplates... Le combat n'avait pas été de tout repos et la jeune fille était abîmée par une multitudes de petites entailles ainsi que par une longue et profonde coupure sur la cuisse causée par un coup de griffe bien placé. Elle s'avança vers la porte qui venait d'apparaître en claudiquant, Synopz avait sans doute combattu une créature semblable, l'issue du combat était évidente mais une petite pointe d'inquiétude résonnait tout de même en elle.

La porte s'ouvrit toute seule dès qu'elle atteignit son seuil ; la sheikah passa pour entrer dans une salle obscure, une porte similaire à celle qu'elle venait de franchir s'ouvrit quelques mètres plus loin. Synopz vint la rejoindre et, avant qu'ils n'aient pu prononcer une parole, la lumière inonda la salle et les trois déesses d'or apparurent. La déesse de la force soupira puis leva un regard impérieux vers les deux Sheikahs et se lança dans une longue tirade :

"N'importe quel peuple se serait déjà incliné devant nous, mais pas celui de l'ombre, trop fier, continuant de murmurer des paroles à la Lune et à chuchoter des rimes au vent... Cultivant cette différence, vénérant la liberté, ayant, sans l'accord de leurs créatrices, appris à maîtriser les forces invisibles... Fier, libre et insolent peuple que le vôtre...
- Et nous sommes plus que jamais fiers de notre insolence, nous sommes ce que vous ne serez jamais, nous sommes libres ! railla Synopz d'une voix ironique qui tranchait avec la haine pure qu'on pouvait lire dans ses yeux vermeils.
Farore le fixa d'un regard indéchiffrable pendant quelques secondes et se décida à parler :
- Synopz, Il ne s'agit pas d'une vaine querelle entre les ombres et nous mais de l'avenir d'Hyrule, de la légende, du début et de la fin, de tout...
Synopz fut devancé par Luna, la jeune fille éclata d'un rire forcé et sans joie :
- De tout... Et c'est nous qui sommes insolents ? Si il s'agit de l'avenir d'Hyrule, pourquoi ne tout simplement pas supprimer le roi du désert ? Pourquoi laisser des milliers d'Hyliens se faire tuer dans des batailles meurtrières ?
La déesse du courage n'essaya même pas de s'expliquer et répondit d'une voix aussi froide que la mort :
- Petite insolente, si tu n'étais pas élue des ombres tu serais déjà morte...
Nayru qui était restée impassible, jusque ici, s'avança :
- Princesse des ombres, sans les ténèbres, la lumière ne peut exister. Il s'agit d'un équilibre nécessaire à la survie du monde... Je comprends votre colère, mais, il ne peut en être autrement...
Synopz reprit :
- Si tel est le cas, alors vous pourriez tout simplement éviter toutes ces batailles sanglantes... Sans détruire le mal...
Farore soupira.
- La vie est toujours suivie par la mort et nous avons choisi de ne pas intervenir à ce niveau...
Synopz se contint avec grande peine mais c'était trop pour la princesse des ombres :
-Quoi ?!? Vous pourriez intervenir et...
Din la coupa :
- Vous accomplirez votre mission, que vous le vouliez ou non..."

Une lumière blanche envahit la salle mettant fin à l'échange. Luna et Synopz se sentirent soulevés avant de s'évanouir... Une dernière phrase retentit dans leurs esprits : Vous accomplirez votre mission, que vous le vouliez ou non...

Synopz sentit la caresse du vent sur son visage et ouvrit les yeux, Luna émergeait lentement de l'inconscience à coté de lui. Ils étaient au pied d'un arbre, dans la plaine et l'aube pointait à l'horizon. Les deux Sheikahs se relevèrent en s'aidant de l'arbre, Luna tremblait de colère :
- Elles osent s'appeler déesses...
Une voix ironique de femme retentit :
- Allons, princesse... N'insultez pas nos créatrices...
Synopz pivota lentement, il avait très bien reconnu cette voix, il croisa le regard de Luna, elle était inquiète... Synopz, un sourire faussement joyeux aux lèvres, répondit :
- Vaila ! Quelle bonne surprise...
La jeune sheikah qui se tenait devant lui était habillé d'une tenue de cuir sombre, de courtes bottes aux pieds, des cheveux couleur corbeau et un visage pointu à la peau pâle. Une menace de mort émanait de tout ses gestes. Vaila, une guerrière de l'ombre parmi les plus douées et les plus cruelles... Elle détestait Synopz et Luna et, pour ne rien arranger, ses parents étaient morts, tués par Synopz, quand, âgé de treize ans, celui-ci s'était emparé de l'arme qu'il portait maintenant...
- Tu sais ce que je suis venue chercher, Synopz, évitons des paroles inutiles. Je veux faire couler ton sang...
- Et tu sais aussi bien que moi que je ne suis pas totalement responsable...
- Peut-être... Mais tu l'as fait et tu vas mourir, ici et maintenant...

Les pensées se bousculaient dans l'esprit de Luna, Vaila était venue venger ses parents, Synopz au moment où il avait touché le sabre des ombres avait été animé d'une folie meurtrière. Quinze Sheikahs, dont les parents de Vaila, étaient tombés avant qu'il parvienne à se maîtriser, c'est cet événement qui avait engendré son départ... Bien que la majorité des Sheikahs avait compris son incapacité à repousser cette pulsion cela avait causé de grandes inimitiés. Le temps s'était écoulé et tout le monde avait pardonné sauf cette fille, Vaila, qui exigeait un combat à mort... Synopz ne pouvait refuser...

- Eh bien, soit, viens mourir sous ma lame... Lança le jeune homme.
- Avec plaisir ! "

Les deux combattants dégainèrent devant le soleil levant. Vaila passa à l'attaque, un geste prodigieux de rapidité... Synopz para le coup avec une facilité déconcertante et d'une improbable roulade, se retrouva sur le coté et traça une ligne de feu sur le flanc gauche de la jeune fille. Ils se retrouvèrent de nouveau face à face et le sheikah lut dans les yeux de la sheikah une haine pure alliée à une volonté implacable. Elle effectua un saut et ouvrit une large blessure dans l'avant-bras de Synopz, se retrouvant sans défense une fraction de seconde, Synopz s'engouffra dans la brèche et enfonça sa lame jusqu'à la garde dans la poitrine de la jeune fille, le combat avait duré moins d'une minute. L'étonnement d'abord puis la douleur, il retira sa lame et elle s'effondra.
"Je suis désolé. Murmura Synopz."

"Douleur et hésitation
Assailli de questions
Il se prend à hésiter,
A tromper la vérité...
Elle est sans vie
Parti pour un voyage infini..."
« Modifié: vendredi 26 août 2011, 13:54:12 par Synopz »
" No... don't pity me. I'm not worth it... Or maybe... you think you can save me. Will you love me...? Take care of me...? Heal all my pain...? ...That's what I thought. "



La galerie des Errements Poétiques, c'est ici !  

Hors ligne Aroma

  • Bébé Tikwi
  • *
  • Messages: 48
    • Voir le profil
Errements Poétiques - [ Maxime : Condition Humaine ]
« Réponse #16 le: mercredi 28 juillet 2010, 11:38:49 »
Personnellement, j'aime bien ta fic';
Continue comme ça !
J'ai hâte de lire la suite...
Gloire, longue vie et prospérité à Zelda!
Au nom de Din, de Nayru et de Farore,
Amen et bonsoir !

Hors ligne angenoir37

  • Bébé Tikwi
  • *
  • Messages: 16
    • Voir le profil
Errements Poétiques - [ Maxime : Condition Humaine ]
« Réponse #17 le: mercredi 28 juillet 2010, 17:28:55 »
Franchement cette fic est de toute beauté.

La rédaction est claire,soignée.Tout ce lit avec une facilité vraiment agréable.

De plus les petits poèmes vienne apporter une touche d'originalité qui fait que tout ces textes s'inscrirait parfaitement dans un véritable recueil de légende Hyliennes.

Une dernière chose appréciable c'est que tu as décider d'écrire un texte sur le thème de Zelda mais qui met en scène des personnage totalement inconnu ce qui rend ta fic encore plus attrayante par son contenu.

Bref du super bon travail j'accroche vraiment et j'ai hâte de lire la suite.

Hors ligne Synopz

  • Twili maudit
  • **
  • Messages: 1315
    • SW-3011-1035-4361
    • Voir le profil
Errements Poétiques - [ Maxime : Condition Humaine ]
« Réponse #18 le: mercredi 28 juillet 2010, 17:54:09 »
Merci, merci, ca faisait longtemps que je n'avais pas eu de commentaires !!!

Le septième chapitre progresse tranquillement... Et, un petit retournement de situation pourrait venir, selon mon humeur !  ;) Je vais peut-être essayer d'allonger des chapitres qui restent quand même assez courts...

Angenoir37 => Je me demandais, d'ailleurs, si je n'allais pas essayer de rassembler tout les poèmes dans un recueil sur le site...
" No... don't pity me. I'm not worth it... Or maybe... you think you can save me. Will you love me...? Take care of me...? Heal all my pain...? ...That's what I thought. "



La galerie des Errements Poétiques, c'est ici !  

Hors ligne angenoir37

  • Bébé Tikwi
  • *
  • Messages: 16
    • Voir le profil
Errements Poétiques - [ Maxime : Condition Humaine ]
« Réponse #19 le: mercredi 28 juillet 2010, 19:50:21 »
Citation de: "Synopz"


Angenoir37 => Je me demandais, d'ailleurs, si je n'allais pas essayer de rassembler tout les poèmes dans un recueil sur le site...


Ma foi l'idée est intéressante.Cependant peut être devrais tu d'abord terminer ta fic.De cette manière si tu rajoute d'autres poèmes dans tes chapitres tu pourra ensuite tous les regrouper dans un topic comme une sorte d'appendice.Un peu comme dans "Le Seigneur Des Anneaux".

Qu'en pense tu ?

Hors ligne Synopz

  • Twili maudit
  • **
  • Messages: 1315
    • SW-3011-1035-4361
    • Voir le profil
Errements Poétiques - [ Maxime : Condition Humaine ]
« Réponse #20 le: mercredi 28 juillet 2010, 21:58:28 »
Oui, c'est plutôt une bonne idée !!

En fait, l'existence de ces poèmes, c'est qu'à la base j'ai commencé à écrire seulement de la poésie puis après un an de vers, je me suis dis que j'allais écrire autre chose, à ce moment là j'ai pensé que mélanger les deux avec des petites poésies qui décrirait, les personnages et leurs sentiments...
" No... don't pity me. I'm not worth it... Or maybe... you think you can save me. Will you love me...? Take care of me...? Heal all my pain...? ...That's what I thought. "



La galerie des Errements Poétiques, c'est ici !  

Hors ligne angenoir37

  • Bébé Tikwi
  • *
  • Messages: 16
    • Voir le profil
Errements Poétiques - [ Maxime : Condition Humaine ]
« Réponse #21 le: mercredi 28 juillet 2010, 22:43:18 »
Citation de: "Synopz"
Oui, c'est plutôt une bonne idée !!
à ce moment là j'ai pensé que mélanger les deux avec des petites poésies qui décrirait, les personnages et leurs sentiments...


Et c'est une excelente idée.

La poésie dans un texte apporte selon moi une touche d'originalité dans le récit.Non seulement en marquant une sorte pose dans la lecture et (comme là) un petit àjout sur les personnages et leurs émotions tout en le faisant de manière plus volupteuse et plus personnelle.

Donc je t'encourage à continuer comme çà.

Hors ligne Synopz

  • Twili maudit
  • **
  • Messages: 1315
    • SW-3011-1035-4361
    • Voir le profil
Errements Poétiques - [ Maxime : Condition Humaine ]
« Réponse #22 le: vendredi 30 juillet 2010, 13:30:48 »
il y avait longtemps ! une petite poésie en attendant le septième chapitre :

La reine des courants d'air
Cueille les larmes des étoiles
A l'ombre de sa romance solitaire,
La Lune frémit sous son voile...

Le temps s'écoule et s'efface
Mais elle est toujours là à cueillir.
Ses rêves voguant sur des tempêtes qui s'enlacent
Et, dans des cœurs amants, viennent mourir...

Cette dernière étreinte,
Sous l'aube plaisante,
Ses lèvres toujours peintes
D'une beauté innocente

Quelques larmes de poussières
Glissent dans son âme,
Fendillant le cœur de pierre,
Étouffant ce souvenir qui l'enflamme...
« Modifié: vendredi 26 août 2011, 00:05:20 par Synopz »
" No... don't pity me. I'm not worth it... Or maybe... you think you can save me. Will you love me...? Take care of me...? Heal all my pain...? ...That's what I thought. "



La galerie des Errements Poétiques, c'est ici !  

Hors ligne sakuranbo

  • Jeune Mogma
  • *
  • Messages: 215
    • Voir le profil
Errements Poétiques - [ Maxime : Condition Humaine ]
« Réponse #23 le: jeudi 12 août 2010, 14:03:25 »
J'ai tout lu ça y est! J'aime beaucoup ta fic, en particulier le dernier chapitre ou on en apprend un peu plus sur Synopz! L'intervention des Créatrices est bien menée, j'ai bien aimé ce passage^^
Bon ben on attend le chapitre 7!

Hors ligne Synopz

  • Twili maudit
  • **
  • Messages: 1315
    • SW-3011-1035-4361
    • Voir le profil
Errements Poétiques - [ Maxime : Condition Humaine ]
« Réponse #24 le: jeudi 12 août 2010, 14:45:30 »
Merci, ca me fait plaisir  :) . Bon ben y semblerait que le pressentiment que j'ai d'avoir totalement raté mon chapitre à chaque fois que j'en poste un ne soit pas totalement fondé... Mais mon chapitre 7 rame un peu à cause de ma nouvelle pour le concours Pz, je n'arrive pas à trouver une fin correcte...  ._.  Il ne me reste que 5 jours d'ailleurs...
" No... don't pity me. I'm not worth it... Or maybe... you think you can save me. Will you love me...? Take care of me...? Heal all my pain...? ...That's what I thought. "



La galerie des Errements Poétiques, c'est ici !  

Hors ligne Synopz

  • Twili maudit
  • **
  • Messages: 1315
    • SW-3011-1035-4361
    • Voir le profil
Errements Poétiques - [ Maxime : Condition Humaine ]
« Réponse #25 le: samedi 14 août 2010, 13:17:34 »
Dans toute poésie, il y a une lutte secrète entre l'infini du sentiment et le fini de la langue dans laquelle cet infini se renferme sans se limiter

Jules Barbey d'Aurevilly

C'est beau...  ;)

"Elle jette son voile,
Cœur flottant au vent,
Sur la brûlante saveur des étoiles
Se dessine les esquisses du levant

Fleur en vol poétique
Contre âme, brisants et tonnerre
D'une parole onirique
A la forme parsemée de vers

L'ombre volante
Pour un espoir frustré
Qui cherche une princesse insolente
Pouvant combler un vide blessé

Princesse des ombres et des glaces
Ou fille des toiles
Parmi tant d'autres qui s'effacent
Son nom est chante par les étoiles..."

Et un petit deuxième :

Quelques paroles
Qui s'oublient et s'envolent
L'écho d'une promesse
Dans l'ombre traîtresse...
Des mots qui s'emmènent
Qui se passionnent et se sèment
Pour s'envoler
Et s'oublier...
« Modifié: jeudi 25 août 2011, 22:24:59 par Synopz »
" No... don't pity me. I'm not worth it... Or maybe... you think you can save me. Will you love me...? Take care of me...? Heal all my pain...? ...That's what I thought. "



La galerie des Errements Poétiques, c'est ici !  

Hors ligne Synopz

  • Twili maudit
  • **
  • Messages: 1315
    • SW-3011-1035-4361
    • Voir le profil
Errements Poétiques - [ Maxime : Condition Humaine ]
« Réponse #26 le: vendredi 27 août 2010, 14:19:18 »
Beaucoup de choses au programme aujourd'hui ! deux poésie, et un petit texte ! le tout est, évidemment, accessible depuis la première page !

La dame du miroir,
Je la vois sans savoir,
Si je pourrais, un jour, vraiment la voir
Dessiner sur mon âme les esquisses du soir.

Son visage reste dans l'ombre
Elle étouffe dans son silence,
Perdue dans les décombres,
Sa beauté se fait violence

Je ne sais rien d'elle,
Sinon qu'elle est peut-être piquante et belle
Ou bien suave et cruelle...
Mais je sais que ces maux sont bien réels

J'ai juste besoin de vivre,
Que son parfum m'enivre
Et remplisse le livre
Dans lequel mes paroles se livrent..."




Le vagabond

Je ne suis ni d'ici ni de là-bas, je ne viens de nulle part... Je vis juste ici, j'irai au bout du monde et je reviendrai dans cet autre coin. Après tout, je ne sais rien, je suis juste ici, le cœur au vent, les poches pleines d'avenir et de souvenirs avec, devant moi, toute une vie pour découvrir un monde qui reste à écrire...

Le monde est ma maison : mon cœur est quelque part, mon âme flotte autour et mon corps m'y suit... Je reste dans un endroit, j'y trace quelques lignes dans les étoiles puis je vois, j'entends, je découvre, je ressens, j'apprends, j'écoute et je repars... Pour recommencer. Je ne sais plus rien car je sais que tout reste à voir et savoir... Je suis libre et j'avance mais, au final, je ne suis rien qu'un vagabond...

Je marche toujours plus loin, vos menaces m'indiffèrent, je ne veux pas de votre monde, mon cœur me suffit. J'irai quelque part où vous n'avez plus rien à dire, où règne une beauté agréable et un silence harmonieux... Vous ne vivez plus, vous agissez... Jamais la beauté d'un lieu ne vous retiendra... Trop pressé, trop contraint. Vous ne découvrez plus, vous restez dans cet enchaînement monotone des jours et des nuits sans jamais rêver d'autre chose... Malgré tout, je ne vous hais pas, car je sais qu'un jour la réalité vous frappera... En attendant, je repars, peut-être avec elle, vers une beauté sauvage...


Espoir

"Aujourd'hui, je ne veux plus savoir
Car j'ai, enfin, envie d'y croire
J'ai peut-être admis
Que le temps de l'envol est fini
Et que toutes les ombres grandissent
Pour que leurs destins s'accomplissent..."

J'attends, évidemment, vos commentaires  ;)
« Modifié: jeudi 25 août 2011, 22:31:10 par Synopz »
" No... don't pity me. I'm not worth it... Or maybe... you think you can save me. Will you love me...? Take care of me...? Heal all my pain...? ...That's what I thought. "



La galerie des Errements Poétiques, c'est ici !  

Hors ligne John Craft

  • Sorcier Sheikah
  • ****
  • Messages: 8152
  • Monsieur Condescendance.
    • Voir le profil
    • Feuilles en vie
Errements Poétiques - [ Maxime : Condition Humaine ]
« Réponse #27 le: vendredi 27 août 2010, 14:33:42 »
Pour ce qui est de tes poèmes, je trouve que tu es trop dépendant de la rime. J'ai un peu trop la sensation que tu écris ce qui la précède uniquement pour que ça reste un peu cohérent avec elle... avec cette rime...
C'est Verlaine, dans Art poétique, qui écrivait
"Ô qui dira les torts de la Rime ?
Quel enfant sourd ou quel nègre fou
Nous a forgé ce bijou d'un sou
Qui sonne creux et fou sous la lime ?
"
Et, un peu trop esclave d'elle, tu en perds le reste du vers. Chaque vers ne travaille que pour chaque vers, pas pour le poème tout entier, ce qui donne des phrases qui ne sont pas belles -quand je dis "belles", j'entends dans son sens... "mystique", hein, "merveilleuses", quoi, dans ce sens- si on les ôte. Dans un beau poème, si on prenait chaque phrase, on la trouverait poétique à elle seule; là, c'est seulement au vers que tu mets de la poésie.
Ce qui est dommage : tu as de jolies formules et de bonnes idées.
Pour ta prose, je la trouve trop courte. C'est très joli, mais trop bref, ce qui fait qu'on n'a pas le temps de découvrir un peu plus ton récit. C'qui est dommage aussi vu que tu peux y donner pas mal de choses, on dirait. ^^
Feuilles en vie

"A writer is a person for whom writing is more difficult than it is for other people" Thomas Mann

Hors ligne Synopz

  • Twili maudit
  • **
  • Messages: 1315
    • SW-3011-1035-4361
    • Voir le profil
Errements Poétiques - [ Maxime : Condition Humaine ]
« Réponse #28 le: vendredi 27 août 2010, 15:41:32 »
Alors, si j'ai bien compris ( en fait j'ai pas très bien compris  ;) ) tu me dis que chacun de mes vers ne peut pas exister tout seul... Qu'il n'y a qu'ensemble que ces vers ont quelque chose ? C'est vrai qu'il arrive souvent que j'étale une phrase sur 4 vers... Mais le problème c'est que quand je commence un poème, c'est en général pour faire passer un message et j'ai, toujours en général, beaucoup de mal à faire passer ce message sans l'étaler sur une phrase qui se découpe en 4 vers ( je suis clair ? ) Donc, à ton avis, il faudrait que chaque vers soit une phrase, qui en étant sortie du poème, soit poétique et cohérente ? ( c'est ce que j'ai compris...) Je te réponds dans ce cas, que oui, je suis d'accord avec toi, ça m'arrive souvent ! Je te propose donc de lire les poèmes "Luna" Et "La fille des toiles" (Peut-être que c'est déjà fait ? ) et de me dire si c'est également le cas parce que j'ai l'impression que ça l'est moins ( mais un peu quand même ! ). Bref, je vais travailler ça !

Pour la prose, je vais voir ce que je peux faire ( elle sera rallongée, très probablement, ce soir ! ) Et je voulais te demander si tu avais lu la fiction et - si oui - ce que tu en avais pensé ?
" No... don't pity me. I'm not worth it... Or maybe... you think you can save me. Will you love me...? Take care of me...? Heal all my pain...? ...That's what I thought. "



La galerie des Errements Poétiques, c'est ici !  

Hors ligne John Craft

  • Sorcier Sheikah
  • ****
  • Messages: 8152
  • Monsieur Condescendance.
    • Voir le profil
    • Feuilles en vie
Errements Poétiques - [ Maxime : Condition Humaine ]
« Réponse #29 le: vendredi 27 août 2010, 15:45:17 »
Non non non, ce n'est pas vraiment ce que je voulais dire...
Déjà, touche pas à tes textes >_< que j'les aime ou pas n'a pas d'importance, ils restent tes créations, qu'tu te dois d'chérir, huhu. Mais donc, détruis pas tes efforts pour quelques critiques.
Pour le coup des vers, ce que je voulais dire, c'était que tes phrase étaient trop... "découpées", trop "constituées" de "sous-phrases", si on veut... rendre le tout plus cohérent, plus fluide... désolé, je vois pas bien comment clarifier c'que j't'ai dit plus tôt ^^"
J'vais jeter un coup d'oeil à tes autres pouwèmes ^^
Feuilles en vie

"A writer is a person for whom writing is more difficult than it is for other people" Thomas Mann