Auteur Sujet: [Manga] Yuhki Kamatani - Nabari, Éclat(s) d'Âme, Nos C(h)œurs évanescents  (Lu 389 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jielash

  • Héraut de Farore
  • Skull Kid
  • *****
  • Messages: 5464
  • PZ: You can (not) escape
    • BoiteDeCrayons
    • Voir le profil
    • Blog BD

Yuhki Kamatani fait sa première apparition dans les librairies françaises avec Nabari, édité par Kazé manga, qui est aussi sa première série sortie au Japon. Nabari no Ō (de son titre original, le Roi de Nabari) sera publié de 2004 à 2008 dans le magazine shônen G Fantasy pour atteindre 14 volumes.

On a affaire à une histoire de ninjas dans le monde moderne, qui se battent afin de récupérer un pouvoir qui pourrait exaucer tous les vœux, réécrire l'histoire et contrôler le monde de l'ombre. La série aborde des thèmes comme l'évolution de la société, l'héritage, la mémoire, l'immortalité. L'œuvre alterne affrontements et passages plus calmes, où les personnages manigancent, se posent des questions sur leurs buts et la marche à suivre mais aussi tentent parfois simplement de vivre leur vie.

Après cela, c'est à travers l'éditeur Akata qu'un autre de ses séries arrivera en France. Shimanami Tasogare, renommée Éclat(s) d'Âme, qui traite entre autre de la vie de personnes membres de la communauté LGBT+, dont Yuhki Kamatani fait justement partie, puisqu'iel s'identifie comme agenre ou non-binaire (x-gender, au Japon).

Dans cette œuvre en 4 tomes, publiée de 2015 à 2018 via le magazine Hibana, on y suit l'évolution de Tasuku, un lycéen gay qui, suite à des rumeurs sur sa sexualité, va faire la rencontre du mystérieux personnage de "l'hôte", propriétaire d'un salon de discussion. Dans ce salon, Tasuku va faire connaissance avec plusieurs personnes, rejoindre une association réhabilitant les maisons abandonnées de la ville et pouvoir se poser des questions sur qui il est, son rapport avec les autres, ce qu'il veut faire, etc.

Même si on suit principalement Tasuku, on découvre aussi les vies, les problèmes et l'évolution des autres personnages du salon de discussion, parfois à travers ce qu'ils échangent avec lui, parfois en dehors de son point de vue.


Suite à la bonne réception d'Éclat(s) d'Âme, Akata va aussi licencier Shônen Note ou Nos C(h)œurs évanescents, une œuvre en 8 tomes issue du Morning Two, écrite entre Nabari et Shimanami. Celle-ci vient de commencer à sortir cette année en France. L'histoire se centre sur le chœur musical d'un collège, ses différents membres et leur rapport à la musique. Le personnage principal est Yutaka, un jeune garçon soprano qui n'a pas encore mué et possède une voix incroyable et une sensibilité musicale très marquée.

Le style graphique de Kamatani évolue énormément au cours de Nabari, qui a évidemment été une œuvre formatrice. Une certaine poésie et son style particulier, qui se perfectionnera dans ses œuvres suivantes, se dégage déjà de plusieurs planches. Cette évolution se transcende vraiment avec son œuvre suivante où, à travers la musique, le monde se déforme et se transforme, la rêverie prend le pas sur la réalité.

Des procédés similaires sont utilisés dans Éclat(s) d'Âme pour représenter les émotions et l'état d'esprit des personnages, bon ou mauvais. Déformations à l'intérieur des cases, jeux de perspective exagérées, effets d'accumulation, superpositions, métaphores visuelles. Ses compositions sont vraiment efficaces et personnelles, on prend plaisir à s'arrêter sur une page, en observer les détails, et à vraiment rentrer dans la tête des personnages.

Le développement des relations entre eux justement est aussi très sympathique, les dialogues et interactions s'associent bien à la mise en page léchée. On reconnait à travers ses différentes œuvres quelques types de caractères que Kamatani semble apprécier mais ses personnages restent assez différents les uns des autres.


Hors ligne Chompir

  • Grand guerrier Piaf
  • Stratège de Din
  • Piaf postier
  • *****
  • Messages: 6493
  • Piaf dans l'âme
    • Code ami 3DS 4914-4674-5458

    • Code ami Wii U chompir

    • ChompirPZ
    • SW-4357-7164-4611
    • Voir le profil
    • Forums de Puissance Zelda
[Manga] Yuhki Kamatani - Nabari, Éclat(s) d'Âme, Nos C(h)œurs évanescents
« Réponse #1 le: samedi 30 mai 2020, 00:15:42 »
Je connais pas du tout mais la première et la deuxième me donnent particulièrement envie de les découvrir. :o Merci pour le partage, c'est toujours agréable et à chaque fois ça m'a permis de découvrir des oeuvres vraiment géniales.
Merci à Haine et Jielash pour le kit <3

Hors ligne Jielash

  • Héraut de Farore
  • Skull Kid
  • *****
  • Messages: 5464
  • PZ: You can (not) escape
    • BoiteDeCrayons
    • Voir le profil
    • Blog BD
[Manga] Yuhki Kamatani - Nabari, Éclat(s) d'Âme, Nos C(h)œurs évanescents
« Réponse #2 le: lundi 15 juin 2020, 21:59:41 »
De rien Chompir, c'est toujours sympa de partager des trucs. Nabari n'est pas ma préférée de ses œuvres, elles a quelques faiblesses/inégalités mais elle reste intéressante à découvrir je pense. Notamment pour moi, c'était sympa de voir l'évolution de Kamatani.

J'avais oublié d'en parler d'ailleurs, comme je ne l'ai pas vu mais il y a une adaptation anime de Nabari, même si je crois que ça s'arrête au tome 9.



Le tome 2 de Nos c(h)œurs évanescents est sorti sinon et je l'ai trouvé vraiment réussi. Un des thèmes du manga, c'est la puberté, le passage de l'enfance à l'âge adulte (les protagonistes sont des collégiens) et ce tome met justement en avant les relations entre enfants et adultes, de plusieurs manières. Il y a de multiple petites interactions variées mais les points les plus importants sont surtout l'introduction de Aoi au groupe d'opéra de la ville et la relation conflictuelle entre le président de la chorale et le prof chargé du club.

Une bonne partie du tome se charge justement de nous présenter la vie et la mentalité du président, en le confrontant à différents personnages (ce qui permet donc aussi de nous faire voir d'autres facettes de ceux-ci) et c'est fait de très jolie manière. On ressent bien ses angoisses et ses défauts et le rythme du volume marche bien pour nous offrir un développement et un dépassement de ce personnage à la fin, lecture très satisfaisante du coup.

Dans le premier tome, il y avait déjà des images évoquant l'espace, particulièrement lorsque Aoi  chante la chanson "Cosmos" dans le café, et ça se développe ici, de manière poétique mais aussi humoristique entre autre via le président qui s'imagine les personnes avec qui il a du mal à communiquer comme des extra-terrestres. Cela va bien avec le nom de l'œuvre choisi pour leur participation au concours des chorales "Deux milliards d'années-lumière de solitude", on peut encore s'attendre à d'autres belles images spatiales.

Ce n'est cependant pas la seule manière dont Kamatani illustre l'ambiance de l'œuvre, il y a tout plein d'autres fantaisies graphiques bien trouvées qui rythment la lecture et sont un vrai bonbon pour les yeux. Les différents personnages du club de chorale restent sympathiques (et intrigants pour certains, comme Machiya, la vice-présidente) et j'ai hâte de voir lesquels seront mis en valeur par la suite et de quelle manière.