Auteur Sujet: Publicité sur internet, cookies et tracking  (Lu 9087 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Rodrigo

  • Prince Zora
  • *
  • Messages: 14147
    • Voir le profil
Publicité sur internet, cookies et tracking
« le: dimanche 26 avril 2015, 13:56:02 »

Ce n'est pas un secret bien gardé, mais la majeure partie des revenus issus du net proviennent en fait de la publicité, et de nombreux sites (l'immense majorité ?) sont ainsi financés.  Ce qui génère des problèmes quand des méchants internautes égoïstes, désireux de ne plus subir la publicité, décident d'utiliser AdBlock. Et de nombreux sites se plaignent alors du manque à gagner, et du fait que le visiteur ne rémunère pas le site.

Utiliser AdBlock revient donc à profiter de services gratuits (Facebook, Google, Jeuxvideo.com, 9gag et autres sites que beaucoup fréquentent), alors que ces services ont un coût (personnel rémunéré, domaine internet, autres). Ça pourrait être vu comme monter dans un tram sans payer de ticket, et en économie c'est ce qu'on appelle le phénomène du "free rider".

Mais ce débat est un peu éculé, et je ne pense pas avoir appris grand chose à quelqu'un avec ces quelques lignes. Le nouveau phénomène dont on parle de plus en plus, c'est celui du "tracking" sur le net, par le biais des fameux "cookies" (beaucoup trop d'anglicismes dans le jargon internet). Concrètement, tous les sites que nous visitons sont marqués par des "trackers", qui permettent de faire un lien entre les différents sites fréquentés, et d'établir un profil de l'utilisateur. Lieu de résidence, goûts culturels, orientation sexuelle, intérêts, orientation politique : avec tous les sites que nous visitons, il n'est pas bien difficile de cibler un utilisateur.

Et donc, on y revient, de lui proposer de la publicité ciblée. Et de lui montrer en priorité "des sites qui pourraient lui plaire". Et d'orienter le contenu visible par l'utilisateur (exemple avec Amazon dont la frontpage est adaptée à chacun). Et aussi, de l'enfermer dans une bulle, supposément adaptée à ce qu'il recherche.

J'y vois plusieurs soucis :

  • Le premier, c'est celui de la liberté de penser. Grand concept s'il en est, mais à partir du moment où nous sommes influencés, sans forcément en avoir conscience, qu'on nous propose des produits "parce que c'est ceux qui nous intéressent", pensons-nous vraiment librement, de notre plein gré ? Problématique qui renvoie à tous les maux du marketing en général, qui fait énormément appel au subconscient, à des techniques de neuro-psychologie et qui nous influence concrètement sans qu'on en ait souvent conscience une seconde.

  • Le deuxième, c'est le fait qu'il n'y a pas vraiment d'alternative à ce modèle. Quand bien même nous payerions pour des articles payants du Monde, ça ne désactive pas pour autant ces cookies, et de toute façon nous ne pourrions (ou ne voudrions, c'est selon) assumer le prix de chaque site que nous visitons. Ce qui pousse à un raffinement toujours plus poussé des techniques de marketing, de profiling de l'individu et ... de violation de la vie privée.

  • Le troisième, c'est que ces données sont alors vendues, à des entreprises, à des gouvernements, au fond on n'en sait pas grand chose. Mais eux pourront alors savoir des choses que nous ne disons pas forcément à des proches (orientation sexuelle/politique par exemple), et ça peut être extrêmement dangereux (discrimination à l'emploi, pays un peu totalitaires qui utilisent ces données contre leur population, etc). On retourne au problème de la vie privée, mais ce qui est vicieux, plus encore qu'avec Facebook ou Twitter, c'est que nous ne choisissons pas ce que nous donnons comme information (c'est relativement inconscient).

    Et en point d'orgue, je vous propose une petite série de documentaires très courts réalisés par Arte, qui ont le mérite d'être interactifs et seront diffusés entre avril et juin. Les deux premiers sont déjà sortis, et si la présentation est assez sommaire, c'est une bonne entrée en matière et ça peut s'annoncer très intéressant :

    https://donottrack-doc.com/fr/episodes/

    Bref, qu'en pensez-vous ? Est-ce qu'au fond, on s'en fiche d'être tracké et mitraillé de publicité, puisqu'on bénéficie d'un service essentiellement gratuit ? Est-ce que justement, ce service est faussement gratuit, puisqu'il fonde sa gratuité sur la manipulation de l'esprit de ses utilisateurs ? Serait-il possible de trouver d'autres alternatives, et de laisser le choix aux gens ?

    Le débat est ouvert. :niak:

Hors ligne Trictus McNatret

  • Tokay bizarre
  • *
  • Messages: 1606
  • Bonjour, je vais te manger.
    • Voir le profil
Publicité sur internet, cookies et tracking
« Réponse #1 le: dimanche 26 avril 2015, 15:31:37 »
Hum... Je me suis souvent fat la réflexion que vu les propositions de pubs auxquels je suis soumis, les trackers manquent terriblement d'efficacité et j'ai pas encore à m'en inquiéter.

Je t'avoue qu'honnêtement, le mitraillage de publicité, je m'en fous royalement ; j'en bouffe à longueur de journée et entre mon budget serré et mes envies matérielles assez spécifiques, la pub me touche rarement (bon, on exclut les soldes Steam, le premier geste marketing qui m'a rendu cinglé) alors j'ai tendance à penser que, non, c'pas quelque chose dont je m'inquiète. J'y prête rarement intention, et quand c'est le cas, c'est que c'est quelque chose dont je pourrais avoir suffisamment besoin pour que ça m'interpelle. Donc...

Par contre, la collecte et revente des infos m'ennuie davantage... c'est peut-être paranoïaque, mais je m'interroge souvent sur ce à quoi elles pourraient servir, à part à essayer de me faire acheter des caleçons hors de prix.

Hors ligne Vincerp

  • Sorcier Sheikah
  • ****
  • Messages: 7817
  • Ah, le nombre maximal de caractères pour ce texte
    • Voir le profil
Publicité sur internet, cookies et tracking
« Réponse #2 le: dimanche 26 avril 2015, 16:14:51 »
Le premier, c'est celui de la liberté de penser. Grand concept s'il en est, mais à partir du moment où nous sommes influencés, sans forcément en avoir conscience, qu'on nous propose des produits "parce que c'est ceux qui nous intéressent", pensons-nous vraiment librement, de notre plein gré ? Problématique qui renvoie à tous les maux du marketing en général, qui fait énormément appel au subconscient, à des techniques de neuro-psychologie et qui nous influence concrètement sans qu'on en ait souvent conscience une seconde.
Les pubs ciblées nous influencent, oui, c'est leur but.
Mais si on considère qu'être influencé nuit à la liberté de penser, cette dernière n'existe pas... Parce que d'une manière ou d'une autre, tout nous influence.
Quand notre entourage aime quelque chose et nous incite à l'essayer, on n'invoque pas l'atteinte à la liberté de penser, pourquoi là ça se serait différent ?


Citer
Le troisième, c'est que ces données sont alors vendues, à des entreprises, à des gouvernements, au fond on n'en sait pas grand chose. Mais eux pourront alors savoir des choses que nous ne disons pas forcément à des proches (orientation sexuelle/politique par exemple), et ça peut être extrêmement dangereux (discrimination à l'emploi, pays un peu totalitaires qui utilisent ces données contre leur population, etc). On retourne au problème de la vie privée, mais ce qui est vicieux, plus encore qu'avec Facebook ou Twitter, c'est que nous ne choisissons pas ce que nous donnons comme information (c'est relativement inconscient).
Là, deux choses :
 - Pour ce qui est du fait que les données soit revendues : Et alors ? Dans le cas des entreprises, on en revient simplement à des pubs ciblées (et la discrimination à l'emploi est un problème en soit, pas la manière dont ils ont su sur quoi discriminer), et les régimes totalitaires, bah... Pareil que pour la discrimination à l'emploi en fait, le problème c'est qu'il y ai un gouvernement totalitaire appliquant des lois non recommandables, pas qu'ils aient utilisé internet pour condamner les contrevenants.
- Pour ce qui est du fait que la vie privée n'est plus trop privée si elle est en contact avec internet : Bah, oui, c'est... Logique. Puisque si elle est déballée sur un service, elle devient pas définition non privée. Qui enverrait des informations vraiment sensibles par la poste ? (parce que les trucs du genre la maladie trop gênante que votre cousin a, ou le nom de votre deuxième maîtresse, ça, c'est pas à cause de la revente de données que votre entourage le saura, de toute façon).


Citer
Est-ce qu'au fond, on s'en fiche d'être tracké et mitraillé de publicité, puisqu'on bénéficie d'un service essentiellement gratuit ? Est-ce que justement, ce service est faussement gratuit, puisqu'il fonde sa gratuité sur la manipulation de l'esprit de ses utilisateurs ? Serait-il possible de trouver d'autres alternatives, et de laisser le choix aux gens ?
Tu le dis toi-même, c'est un service. Et non, il n'est pas faussement gratuit, il est payant, ça n'a rien d'un secret, c'est juste indirect.
Il ne peut juste pas être gratuit (sauf dans la tête de certains idéalistes), puisque son coût est assez faramineux (tu parlais d'employés et de noms de domaines, mais il ne faut pas aussi oublier toute l'infrastructure et l'énergie, aussi bien pour maintenir des données en ligne que les acheminer).
Et comme tout service, ça s'utilise en connaissance de cause. Si quelqu'un utilise internet pour fomenter un complot contre un gouvernement ou faire circuler des images pédopornographiques, c'est sa faute. Les données privées mais moins "sensibles" ne sont pas de celles qui intéressent ceux y ayant accès.



Citation de: Rictus
Hum... Je me suis souvent fat la réflexion que vu les propositions de pubs auxquels je suis soumis, les trackers manquent terriblement d'efficacité et j'ai pas encore à m'en inquiéter.
Ça ouais, c'est un gros problème, ça commence à me gonfler les pubs qui essayent d'être ciblées mais se plantent lamentablement v.v

Hors ligne Guiiil

  • Commandant Yiga
  • *
  • Messages: 9387
  • Tagazok !
    • Voir le profil
Publicité sur internet, cookies et tracking
« Réponse #3 le: mercredi 29 avril 2015, 20:50:21 »
Si j'utilise adblock, c'est principalement parce qu'avant les pubs n'étaient pas intrusive. Elles occupaient une partie de l'écran, mais guère plus, juste suffisant pour qu'on les capte sans gêner pour autant la lecture. A l'époque, les sites à pub, c'était les sites douteux ! Aujourd'hui, les sites commerciaux arrivent à rivaliser sans trop de difficulté avec ces derniers, et c'est vraiment frustrant de se payer autant de pub alors qu'en général, ce qu'on regarde, ce sont justement des pubs déguisées.

Ou même des pubs directes ! Je veux dire... Sur Jv.com, sans adblock, je suis obligé de regarder une pub avant de pouvoir regarder une pub (un trailer, c'est rien de plus qu'une pub). Même TF1 n'est pas aussi cynique !

(Cliquez pour afficher/cacher)

Hors ligne Trictus McNatret

  • Tokay bizarre
  • *
  • Messages: 1606
  • Bonjour, je vais te manger.
    • Voir le profil
Publicité sur internet, cookies et tracking
« Réponse #4 le: mercredi 29 avril 2015, 20:58:18 »
Ah, tiens, ça me rappelle une anecdote... Je me souviens qu'une fois, je voulais montrer le trailer de Skyrim a quelqu'un, et la pub qui précédait la vidéo c'était... le trailer de Skyrim. C'était très perturbant.

Hors ligne Yuan

  • Messager Éolien
  • *
  • Messages: 2044
  • Great Ape
    • Code ami 3DS 5300-8742-5932

    • FlourFlower_
    • Voir le profil
Publicité sur internet, cookies et tracking
« Réponse #5 le: mercredi 29 avril 2015, 22:49:46 »
Le premier, c'est celui de la liberté de penser. Grand concept s'il en est, mais à partir du moment où nous sommes influencés, sans forcément en avoir conscience, qu'on nous propose des produits "parce que c'est ceux qui nous intéressent", pensons-nous vraiment librement, de notre plein gré ? Problématique qui renvoie à tous les maux du marketing en général, qui fait énormément appel au subconscient, à des techniques de neuro-psychologie et qui nous influence concrètement sans qu'on en ait souvent conscience une seconde.

J'avoue que je tombe un peu de ma chaise à chaque fois qu'on me parle du marketing et de la liberté de penser.
Comme Vince l'a fait remarquer, nous sommes absolument tous influencés par notre entourage, au sens large du terme : nos proches, mais aussi ce que nous voyons tous les jours. Ça inclue la publicité. Mais en quoi la recommandation d'un moteur de recherche ayant formé un profil de nos goûts est-elle si différente de ce que des amis nous connaissant nous recommandent ? J'ai découvert à peu près autant de bons artistes de musique par le biais de recommandations YouTube/Last.fm que par des amis (qui, d'ailleurs, étaient eux aussi influencés par les deux sites que je viens de citer, pour la plupart).
Notre liberté de penser est, en tant que telle, déjà minime. Publicité ou pas. Qui plus est, au-delà du marketing, ce qui nous formate le plus reste notre éducation (ou manque d'éducation, dans beaucoup de cas...).

Tout ce qui touche au subconscient et à la neuropsychologie... ça fait tellement parano dit comme ça. Juste parce que j'ai vu une pub ne signifie pas que je suis condamné à en acheter le produit. Et ce n'est le cas de personne. Je pense que personne ici ne me contredira là-dessus.
Qu'une méthode de marketing soit plus efficace qu'une autre, c'est une chose : elle contribue davantage à la vente du produit. Mais le seul moment où ça devient problématique, c'est lorsque la consommation est irresponsable, i.e. qu'on ne se renseigne pas sur la concurrence, sur les enjeux derrière l'entreprise, etc. Et être un consommateur responsable, c'est quelque chose qui s'apprend. (salut les pigeons Apple, je vous regarde)
La société formate-t-elle des consommateurs irresponsables pour faire tourner le système à son avantage ? Ce n'est pas à moi d'élaborer sur cette thèse de sociologie, tant ses enjeux sont complexes. De toute façon, à sa conclusion, on peut trouver que le problème ne vient pas de la méthode de marketing en elle-même, mais seulement de l'éducation du consommateur : lui a-t-on appris à être responsable ? Je trouve ça facile de blâmer le marketing pour tout et n'importe quoi, « c la fote a la méchante sociéT 2 konsomacion ». C'est la faute à la méchante société qui n'apprend pas à y vivre de façon responsable et à remettre en question ses habitudes, surtout.

Le deuxième, c'est le fait qu'il n'y a pas vraiment d'alternative à ce modèle. Quand bien même nous payerions pour des articles payants du Monde, ça ne désactive pas pour autant ces cookies, et de toute façon nous ne pourrions (ou ne voudrions, c'est selon) assumer le prix de chaque site que nous visitons. Ce qui pousse à un raffinement toujours plus poussé des techniques de marketing, de profiling de l'individu et ... de violation de la vie privée.

Sauf que de nombreux sites proposent déjà des alternatives (services payants, entre autre), donc... si, il y en a clairement.
Pourquoi tout blâmer sur les cookies ? C'est à la base quelque chose qui a été mis en place pour le confort de l'utilisateur. De plus, on est toujours averti lorsqu'un site utilise des cookies, je crois même que c'est obligatoire (tout du moins en France), et ça se nettoie en littéralement quelque clics.
Tous les sites qui utilisent un minimum de tracking, notamment avec des créations de compte, ont des chartes exhaustives qui, pour la plupart (tout du moins ceux que je fréquente, je sais pas où vous mettez les pieds), expliquent clairement que les données ne seront pas utilisées à des fins commerciales, voire demandent à l'utilisateur s'il désire pouvoir bénéficier de profiling pour de la publicité ciblée. En bref, je ne vois pas où c'est malhonnête.
Évidemment que certains sites glissent des trackers dans les cookies, je ne suis pas naïf à ce point. Mais c'est à l'utilisateur de ne pas fourrer son gros clic sale sur tous les coins de son écran. On en revient à la responsabilité, blabla. (et encore une fois, les cookies ça se vide)

Le troisième, c'est que ces données sont alors vendues, à des entreprises, à des gouvernements, au fond on n'en sait pas grand chose. Mais eux pourront alors savoir des choses que nous ne disons pas forcément à des proches (orientation sexuelle/politique par exemple), et ça peut être extrêmement dangereux (discrimination à l'emploi, pays un peu totalitaires qui utilisent ces données contre leur population, etc). On retourne au problème de la vie privée, mais ce qui est vicieux, plus encore qu'avec Facebook ou Twitter, c'est que nous ne choisissons pas ce que nous donnons comme information (c'est relativement inconscient).

On met enfin le doigt sur cette soi-disante violation de vie privée. Vince a déjà touché plusieurs points sur ce sujet, donc j'ajoute juste les miens par-dessus.
Pourquoi ne voudrait-on pas que nos proches ou que d'illustres inconnus sachent certaines choses à notre sujet (comme tu les as cité toi-même, l'orientation sexuelle ou politique sont de bons exemples) ? Ce n'est pas par pudeur, mais parce que la réaction peut être disproportionnée ou potentiellement nous mettre en danger. Mais c'est bien la réaction qui est le problème, et pas l'information en elle-même, qui est somme toute innocente. On serait bien plus ouvert sur certains sujets nous concernant si on n'était pas au courant qu'il y a des gens qui se sont fait caillasser pour avoir eu la même appartenance politique ou religieuse, par exemple.
Pour les cas problématiques que tu cites, les problèmes sont littéralement dans les exemples eux-mêmes. En cas de discrimination à l'emploi suite à une information sucée sur un de tes profils internet, le problème est littéralement la discrimination à l'emploi (je ne parle pas des cas où elle est justifiée, par exemple c'est peu choquant de ne pas employer quelqu'un avec un casier judiciaire chargé si on a appris qu'il en a un grâce à internet, a fortiori s'il essayait de s'en cacher (je dis pas qu'il n'y a pas de futur pour les gens avec un casier judiciaire, on se calme, je dis juste que c'est normal de discriminer face à quelqu'un qui n'en a pas, c'est tout le principe du casier judiciaire)). Dans le cas du régime totalitaire, le problème est littéralement le régime totalitaire. Je reprends ce qu'a dit Vince ici, mais en bref, il faut voir à blâmer les bons problèmes.
Si ce genre d'information se retourne contre nous, ce n'est pas la faute de l'information, et elle n'a pas à être « cachée ».
Si jamais une information doit l'être (après tout, les gens font ce qu'ils veulent), c'est à eux de prendre des mesures pour. En revanche, à ce niveau, je suis tout à fait d'accord que ce n'est pas aisé, et je suppose que c'est ça le plus grand problème. Mais on reste libre, et si on désire cacher quelque chose d'internet, c'est parfaitement réalisable, et je suis d'accord sur le fait qu'il faudrait que ça le soit davantage ; mais il faut aussi être responsable, évidemment.



Ou même des pubs directes ! Je veux dire... Sur Jv.com, sans adblock, je suis obligé de regarder une pub avant de pouvoir regarder une pub (un trailer, c'est rien de plus qu'une pub). Même TF1 n'est pas aussi cynique !

Ah, tiens, ça me rappelle une anecdote... Je me souviens qu'une fois, je voulais montrer le trailer de Skyrim a quelqu'un, et la pub qui précédait la vidéo c'était... le trailer de Skyrim. C'était très perturbant.

Sinon, quand un site fait n'importe quoi avec les pubs, on peut aussi... ne pas le fréquenter, parce qu'il abuse et qu'on n'approuve pas ça en tant qu'utilisateur ? Wow, le boycott, ça remonte au moins au 19ème siècle, y'a de quoi prendre quelques rides :niak:
Je trouve ça un peu gonflé d'utiliser adblock sous prétexte qu'on « peut se le permettre » grâce à la magie du virtuel. Un produit aurait été problématique sous sa forme physique, on ne l'aurait pas acheté, point. C'est comme ça qu'on consomme de façon responsable. Mais dès qu'il y a l'opportunité de se débarrasser d'une pub trop ostentatoire, wow, on se jette dessus, osef si ça crée du manque à combler, après tout, « c'est moins pire que le vol », donc c'est bien !
*inspire calmement*
Bref. Je ne suis pas allé sur JV.com depuis perpet' à cause de leurs grosses pubs caca. Je n'y suis jamais allé en fait, à part quand j'étais très jeune, et sinon pour certaines chroniques (pour lesquelles ça ne me gêne pas de regarder de la pub puisque ça rémunère les chroniqueurs que je regarde). Si vous voulez désespérément voir un trailer, JVC est loin d'être la seule option au monde, dieu merci. Autant se tourner vers une autre option plutôt que d'utiliser adblock.

Outre l'exemple du trailer, dès qu'une publicité devient intrusive, il suffit de ne pas rester sur le site en question ! Personnellement, quand un site a des pubs trop chiantes, je me casse parce que le confort d'utilisateur ne m'incite pas à y rester. Je ne vais pas utiliser des moyens détournés pour continuer à en profiter sans « payer ma part ».

Bref, prout :v Je suis d'accord pour dire qu'il y a des problèmes avec le système actuel de marketing (et plus généralement la société, mais là je n'apprends rien à personne), mais il faudrait apprendre à pointer du doigt les bons problèmes.
Quant aux documentaires sur Arte, ça m'intéresse par contre. Je les mets de côté, je regarderai ça !

Ah the ticking of the clock
And the ringing of the stocks
Are relics of our lives

Hors ligne Kaiwatt

  • Messager Éolien
  • *
  • Messages: 2361
  • Faudrait vraiment que je bosse.
    • Code ami 3DS 1633-5394-9833

    • Code ami Wii U Kaiwatt

    • Voir le profil
Publicité sur internet, cookies et tracking
« Réponse #6 le: jeudi 30 avril 2015, 00:25:49 »
Ou bien alors j'utilise adblock pour pas me faire chier à fermer des pages de pub dès que j'ouvre un lien et si le site me plait et que je veux le financer je désactive pour le site ?

Hors ligne Yuan

  • Messager Éolien
  • *
  • Messages: 2044
  • Great Ape
    • Code ami 3DS 5300-8742-5932

    • FlourFlower_
    • Voir le profil
Publicité sur internet, cookies et tracking
« Réponse #7 le: jeudi 30 avril 2015, 00:51:03 »
Ou bien alors j'utilise adblock pour pas me faire chier à fermer des pages de pub dès que j'ouvre un lien et si le site me plait et que je veux le financer je désactive pour le site ?

J'ai rien à redire à ce genre d'utilisateur. Mais rares sont ceux qui ont l'intelligence de faire ça. Souvent, ça se limite à "j'aime pas les pubs sur YouTube alors hop, adblock".
Sinon, il suffit de ne plus fréquenter des sites usant de pop-ups, et je trouve que c'est pas trop imbuvable honnêtement.

Ah the ticking of the clock
And the ringing of the stocks
Are relics of our lives

Hors ligne Guiiil

  • Commandant Yiga
  • *
  • Messages: 9387
  • Tagazok !
    • Voir le profil
Publicité sur internet, cookies et tracking
« Réponse #8 le: jeudi 30 avril 2015, 09:28:42 »
Je n'ai pas parlé de youtube, si j'ai aimé la vidéo, en général je désactive adblock et je recharge la page.

De toute manière, adblock, c'est pour moi un peu comme le droit de zapper à la télé. Durant les pubs, des fois je zappe, et la télé ne gagne rien, techniquement. Et n'oublions pas qu'adblock ne bloque pas tout :

"Il faut noter qu’AdBlock Plus dispose d’une liste blanche dans laquelle sont répertoriés des annonceurs qui sont exempts du blocage de leur publicité. Pour figurer dans cette liste, il faut remplir un certain nombre de conditions, dont la diffusion modérée des annonces, qui ne sont pas intrusives. Le but est de trouver un juste équilibre afin de permettre aux sites qui sont monétisés par la publicité de survivre. Les petites entreprises peuvent figurer sur la liste sans avoir à payer une redevance. Ce qui n’est pas le cas pour les grandes entreprises."

Et les entreprises/sites y gagnent en limitant les pubs : Regardez Developpez.com, chez eux la pub est en haut à droite, elle se voit, mais ne gène en rien ! J'ai donc désactivé adblock pour ce site !

(Cliquez pour afficher/cacher)

Hors ligne Shern

  • Chef Skimos
  • ***
  • Messages: 3444
  • SHOW ME WHAT YOU GOT
    • Code ami Wii U Shern1

    • Voir le profil
Publicité sur internet, cookies et tracking
« Réponse #9 le: jeudi 30 avril 2015, 18:23:12 »