Auteur Sujet: Effondrement  (Lu 21921 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Maedhros

  • Peste Mojo
  • *
  • Messages: 292
    • Voir le profil
Effondrement
« Réponse #15 le: samedi 23 mars 2024, 14:05:32 »
Non, mais, il y a consensus scientifique sur le changement climatique (bonjour le GIEC). Il y a différents scénarios, qui prennent en compte tous les incertitudes de modélisations (modèles, hypothèses,...). Les différents scénarios présentés dans les rapports sont décris en fonction de la réduction des émissions et des réactions des états/entreprises. Il y a du pire, du moins pire, et même le scénario 0 émission des demain existe.
Aujourd'hui, il n'y a pas de scénario unique vendu par les scientifiques. Juste des scénarios plus probables au vu des actions des parties prenantes.

Je suis d'accord, mais je ne parle des scientifiques, mais de certains mouvement écologique.

C'est un peu (beaucoup même) le problème de la mouvance écologique. Dans les années 80 on vous décrivait un enfer sur Terre d'ici 2000, puis en 2000 d'ici 2010, puis en 2010 d'ici 2020, puis depuis 2020 depuis 2050 et bah ça fait exactement le même phénomène qu'avec les gouroux qui enseigne la fin du monde d'ici date (genre 2012) et ce sont retrouvé bien con quand il n'y a rien eut le 21 décembre 2012.

Et qu'on s'entende bien, la crise climatique est extrêmement grave et fait consensus scientifique, mais ses conséquences et sa gravité sa dépend des modèles, de la prise en compte de tel ou tels phénomène de rétroaction positif ou négatif. C'est difficile à dire et si les grands groupes environnementaux prennent un modèle, disons le pire possible, le vende comme LE modèle scientifique qui prédit l'enfer sur Terre et que ça arrive pas...bah c'est pas comme ça que tu va gagner l'opinion public.
 

Il n'y a rien eu en 2012 mais comparer ça à ce qu'on vit... Faut un peu vivre dans une bulle pour ne pas voir qu'on est en train de rattraper les estimations d'il y a 10-15 ans où justement on prévoyait des phénonèmes climatiques extrêmes bien plus tard dans le siècle que les années 2020s. Je me souviens il y a pas si longtemps notre génération se disait qu'elle serait vieille voire morte avant que ce soit la merde. Résultat c'est déjà la merde moins de 15 ans après.

Quel modèle table sur les années 2050 ? On se tape des canicules même hors été maintenant, des températures autrefois réservées au Sahara qui arrivent en Europe, et la biodiversité n'a jamais été aussi menacée. C'est un peu fort de dire que c'est comparable à 2012.

"Les yeux voient et ils veulent voir toujours plus..." comme dirait l'Écclesiaste :hap:

Difficile de nier les phénomènes extrêmes que l'on subit, ça c'est sûr. Et je pense que c'est ça qui va sans doute convaincre le grand public d'adopter certaines mesures. Cependant, bah on a quand même perdu 40 ans de prédiction alarmistes sur prédiction  alarmiste et pas mal de crédibilité au passage. Quand au modèle que je parle qui table sur 2050, je vais sourcer cet article de Radio-Canada.

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1093302/des-etes-a-43-degres-en-2050-selon-latlas-climatique

Hors ligne Guiiil

  • Sage Goron
  • *
  • Messages: 10200
  • Tagazok !
    • Voir le profil
Effondrement
« Réponse #16 le: samedi 23 mars 2024, 14:39:22 »
Heureux celui qui voit sans croire ! disait le descendant de l'Écclesiaste ! :hap:

Pour le coup des partis gérés par des millionnaires, mon point, ce n'est pas que c'est "tous pourris", mais que ce n'est pas une bonne expression. Les partis / mouvements qui ne brassent pas des millions avec des membres bien fortunés n'existent pas ou très peu dans le paysage médiatique.

Pour le Gulf Stream, je suis triste, je pensais vraiment qu'on aurait de la neige comme au Canada si ça arrivait :( (mais je comprends mieux les températures de la Sibérie, de fait).

(Cliquez pour afficher/cacher)

Hors ligne D_Y

  • Âme sombre
  • Stratège de Din
  • Sage Goron
  • *****
  • Messages: 10541
    • Voir le profil
Effondrement
« Réponse #17 le: samedi 23 mars 2024, 15:05:17 »
@Maedhros J'ai beaucoup de mal à comprendre où tu veux en venir. Comment ça on a perdu en crédibilité sur 40 ans ? Aujourd'hui justement le changement climatique est devenu une réalité concrète pour la majorité des gens qui voient bien que ça crame plus qu'avant en été. Il y a plus de gens qui lisent Rachel Carson, qui écoutent Tunberg ou Jancovici, qui essayent de se sensibiliser, etc.

Je vois pas sur quoi repose ce constat que le "grand public" se dit "ah il se passe rien en fait, vraiment trop nuls ces scientifiques".

Certes il y en a qui se moquent un peu des écolo bobo mais bon c'est une minorité.

Mais bon on doit pas avoir la même vision du monde.

« Modifié: samedi 23 mars 2024, 15:06:53 par D_Y »
O proud Death ! What feast is toward in thine eternal cell ?

Hors ligne Kurkumai

  • Jeune Mogma
  • *
  • Messages: 239
    • Voir le profil
    • wiki JDR Zelda+L5A
Effondrement
« Réponse #18 le: samedi 23 mars 2024, 15:45:00 »
[Partis politique manœuvrés par des ultra riches]

Pour le coup des partis gérés par des millionnaires, mon point, ce n'est pas que c'est "tous pourris", mais que ce n'est pas une bonne expression. Les partis / mouvements qui ne brassent pas des millions avec des membres bien fortunés n'existent pas ou très peu dans le paysage médiatique.

Merci pour la précision.
J'entendais "ultra riches" par multimilliardaires.
Rien que dans le secteur d'influence médiatique :

(Cliquez pour afficher/cacher)

Hors ligne Maedhros

  • Peste Mojo
  • *
  • Messages: 292
    • Voir le profil
Effondrement
« Réponse #19 le: samedi 23 mars 2024, 16:02:39 »
@Maedhros J'ai beaucoup de mal à comprendre où tu veux en venir. Comment ça on a perdu en crédibilité sur 40 ans ? Aujourd'hui justement le changement climatique est devenu une réalité concrète pour la majorité des gens qui voient bien que ça crame plus qu'avant en été. Il y a plus de gens qui lisent Rachel Carson, qui écoutent Tunberg ou Jancovici, qui essayent de se sensibiliser, etc.


En effet, mais ça fait plus de quarante ans que le mouvement écologique existe et que les changements climatique sont dans le débat public. Cependant, en quarante ans il n'y a pas non plus grand choses qui a changer en terme de politique, on a encore des mesurettes et des politiciens qui peuvent se dire qu'ils se foutent des politiques. Ce n'est que tout récemment que ce discours a changé justement car les changements climatiques nous arrivent dans la face. On a donc perdu quarante ans de non-mesures politiques et il faut attendre que la catastrophe arrive pour finalement réalisé qu'elle existe et qu'il faut faire quelque chose.



Je vois pas sur quoi repose ce constat que le "grand public" se dit "ah il se passe rien en fait, vraiment trop nuls ces scientifiques".

Certes il y en a qui se moquent un peu des écolo bobo mais bon c'est une minorité.


De mon entourage déjà (ce qui n'est certes pas très concluant), mais surtout du fait que le grand public ne demandait pas de mesures aux gouvernements, par les différents moyens qu'il peut s'exprimer. Si je prend le Québec par exemple, on a élu un gouvernement qui se foutait ouvertement du changement climatique, et si je prend même la ville de Québec même, la relativement faible popularité du projet de tramway (36% de la population pour) qui a finalement été abandonné/reporter aux calance grec montre bien que le grand public ne voulait que moyennement entendre parler d'écologie. Ça change évidement, car on a des phénomènes climatique de plus en plus bizarre, mais encore une fois cette opinion commence à changer quand les changements climatiques sont devenu une réalité qui impact la vie quotidienne des gens.   

Et honnêtement, je ne pense que ce ne soit qu'une minorité qui se moquent des écolos bobos, la popularité mondial de certains discours politiques d'extrême-droite qui nie les changements climatique montre bien que cette partie de la population (qui se moque de l'écologie et des changements climatique) est loin d'être négligeable.
 

Hors ligne Cap

  • Cruelle et plus cool du forum
  • Stratège de Din
  • Sage Goron
  • *****
  • Messages: 11058
  • Je garde mes mofufles poru te combratrte
    • Voir le profil
Effondrement
« Réponse #20 le: dimanche 24 mars 2024, 02:08:17 »
Il y a un fossé entre ce que veulent les gens et ce qui faudrait faire d'un point de vue écologique. Déjà, les politiques nous vendent ces deux choses comme opposées alors qu'en fait, on peut toujours trouver une alternative qui conviendrait aux deux parties. Dans ton exemple, le tram a été refusé par la population pourquoi ? Parce qu'il était écologique ? Parce qu'il va rogner sur les routes déjà (trop) encombrés ? Parce que ça va faire de nombreux travaux qui vont gêner la circulation ? Parce que ça va monter les impôts ? On peut trouver plein de raison qui ne prennent pas en compte l'écologie mais le confort individuel de chacun. Et notre société actuelle prône le confort individuel maximum à chaque instant.
Quand aux politiques. Leurs discours sont ceux que les gens veulent entendre pour se faire re-élire. L'écologie est à la mode que depuis tout récemment, c'est pour ça qu'elle était absente il y a encore quelques années (et encore, en France, le volet écologie du dernier débat entre les deux derniers candidats était plus que pauvre). Et les parties soit disant les plus verts n'ont pas les idées les plus vertueuses pour le climat... :oups:

Encore une fois. Le grand public est très mal placé pour constater (ou non) la crise climatique. Les gens ont une très mauvaise mémoire du climat... Et les aberrations du climat actuel deviennent trop rapidement les normes dans la tête des gens. Alors qu'on en parfois très éloigné :<

Fiertés ?
It seems like we're fighting each other. But we both know that we're fighting against ourselves. - The Edge

Bêtatesteuse en chef des logiciels météo

Hors ligne Maedhros

  • Peste Mojo
  • *
  • Messages: 292
    • Voir le profil
Effondrement
« Réponse #21 le: dimanche 24 mars 2024, 21:41:43 »
Il y a un fossé entre ce que veulent les gens et ce qui faudrait faire d'un point de vue écologique. Déjà, les politiques nous vendent ces deux choses comme opposées alors qu'en fait, on peut toujours trouver une alternative qui conviendrait aux deux parties. Dans ton exemple, le tram a été refusé par la population pourquoi ? Parce qu'il était écologique ? Parce qu'il va rogner sur les routes déjà (trop) encombrés ? Parce que ça va faire de nombreux travaux qui vont gêner la circulation ? Parce que ça va monter les impôts ? On peut trouver plein de raison qui ne prennent pas en compte l'écologie mais le confort individuel de chacun. Et notre société actuelle prône le confort individuel maximum à chaque instant.
Quand aux politiques. Leurs discours sont ceux que les gens veulent entendre pour se faire re-élire. L'écologie est à la mode que depuis tout récemment, c'est pour ça qu'elle était absente il y a encore quelques années (et encore, en France, le volet écologie du dernier débat entre les deux derniers candidats était plus que pauvre). Et les parties soit disant les plus verts n'ont pas les idées les plus vertueuses pour le climat... :oups:

Amplement d'accord avec toi.

Et oui le tram a été refusé pour pas mal de raison (même si fondamentalement je pense que c'est surtout que le projet a été mal gérer dès le commencement. Avec le maire Labeaume qui annonce le projet avec son coût (400 millions) sans avoir fait de tracés, ni d'études...bah de coût (si je me souviens bien), ni plein de trucs...bah disons que ça commence mal un projet quand tu te fixe un coût et promet mont et merveilles sans avoir aucunes idée combien sa coûte.

Citer
Encore une fois. Le grand public est très mal placé pour constater (ou non) la crise climatique. Les gens ont une très mauvaise mémoire du climat... Et les aberrations du climat actuel deviennent trop rapidement les normes dans la tête des gens. Alors qu'on en parfois très éloigné :<

En effet, mais le problème c'est que l'on ne peut pas réellement faire de grands projets environnementaux sans avoir l'appuie de la population. Si ça touche son confort individuel va falloir sa sacré argument pour le convaincre (et moi le premier). Quand à s'attaquer aux grandes industries, sans l'appuie de la population ces industries auront juste à faire des campagnes de publicité sur leur importance économique, faire miroiter la perte de confort individuel venant avec leur fin, que les écologies sont des anti-capitaliste (argument pas aidé par le comportement de certains écolo), etc. Un gouvernement pourrait forcer ces projets, mais aux prochaines élections ils sont défait par un parti qui renverse ces projets. Et les dictatures...n'en n'ont rien à foutre.