Auteur Sujet: Watching Challenge 2017 : C'est parti ! (Inscriptions jusqu'au 1er Février)  (Lu 5351 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Ptitecocotte

  • Mikocotte de choc !
  • Stratège de Din
  • Skull Kid
  • *****
  • Messages: 5377
  • Reine des Quiz
    • Code ami 3DS 3222-5893-4889

    • SW-4769-0921-4200
    • Voir le profil
Watching Challenge 2017 : C'est parti ! (Inscriptions jusqu'au 1er Février)
« Réponse #15 le: dimanche 15 janvier 2017, 12:31:53 »
Bonjour,

Je me permets d'inscrire @Majora's wrath parce que je lui ai concocté une petite liste de Dessins Animés, parce qu'il a pas vu La Petite Sirène et d'autres trucs totalement impensables.
Du coup, j'ai pris la liste du Watching Challenge et je l'ai arrangée à ma façon pour que ça colle à peu près bien...

1. Un film sur l'enfance : Toy Story
2. Un film d'un pays dont vous n'avez jamais vu la production : Le Chant de la Mer
3. Un film que tu dois voir depuis beaucoup trop longtemps : La Planète au Trésor
4. Un film que vous n'avez jamais vu d'un réalisateur que vous adorez : Aladdin
5. Un film dont le titre est très long : L’Etrange Noël de Monsieur Jack
6. Un film dont l'affiche est de mauvais goût : Le Triomphe de Babar
7. Une adaptation littéraire du XXème siècle : Le Petit Prince
8. Un film d'Amérique latine (sujet ou réalisateur ou autre...) : Rio
9. Un film sur la musique : Le Secret de la Petite Sirène
10. Un film où plusieurs langues se côtoient : Toy Story 3
11. Un film qui parle d'un handicap : l’Etrange Pouvoir de Norman
12. Un film avec des chats : les Aristochats
13. Un film dont le personnage principal est névrosé : Horton
14. Un film qui vous ressemble : Les Mondes de Ralph
15. Une parodie : La Route d’Eldorado
16. Un film que tu es sûr d'adorer sans l'avoir jamais vu : Le Garçon et la Bête
17. Un film que tu es sûr de détester sans l’avoir jamais vu : La Belle au Bois Dormant
18. Un film avec une couleur dans le titre : Blanche-Neige et les Sept Nains
19. Un film d'horreur culte : Taram et le Chaudron Magique
20. Un film dont le titre est un prénom : Cendrillon
21. Un film avec une réplique culte : La Belle et la Bête
22. Un film dont l'action se déroule en 24h : Alice au Pays des Merveilles
23. La suite d'un film à succès : Toy Story 2
24. Un film qui coupe l'appétit : Wall-E
25. Un film qui donne faim : Ratatouille
26. Un film qui parle de voyage dans le temps : Shrek 4
27. Un film qui date d'avant 1950 : Pinocchio
28. Un film qui vous aura été recommandé par une simple connaissance : Raiponce
29. Un film qui a fait scandale : Dumbo
30. Un film dont on peut dire qu'il est féministe ou qu'un de ses personnages au moins est féministe : Rebelle
31. Un film d'arts martiaux : Mulan
32. Un documentaire qui dure au moins 1h30 : Océans
33. Un film d'animation qui ne soit ni un Disney, ni un Ghibli : Le Lorax
34. Un film dans lequel les personnages passent essentiellement leur temps à discuter : Les Indestructibles
35. Un film avec des extraterrestres : Lilo et Stitch
36. Un film qui sort en 2017 : Coco
37. Un film qui se passe dans un futur révolu : L’Age de Glace 5
38. Un huis clos : Les 101 Dalmatiens
39. Un film vu en VO dans une langue que tu ne connais pas (sous titres autorisés bien sûr) : La Tortue Rouge
40. Un film réputé pour comme étant (très) mauvais : Les Minions
41. Un film scandinave : Dragons
42. Un film aquatique : La Petite Sirène
43. Un film psychédélique : Alice au Pays des Merveilles
44. Un film de voitures : Cars
45. Un film indien : Pocahontas
46. Un film qui se déroule pendant les fêtes de fin d'année : La Belle et le Clochard
« Modifié: dimanche 15 janvier 2017, 13:51:20 par Ptitecocotte »

Citer
22:25:26 ‹Yan930› cocotte > admin site > admin forums > modo
22:26:09 ‹Chompir› oui ça c'est vrai par contre :oups:
Citer
D_Y: si t'étais un délit, tu serais un excès d'intelligence

Hors ligne Majo

  • Héros du forum
  • Espion Garo
  • *
  • Messages: 750
  • Ghibli > Disney
    • Code ami 3DS 3067-7627-0660

    • Code ami Wii U wii quoi ?

    • Majora
    • Voir le profil
Watching Challenge 2017 : C'est parti ! (Inscriptions jusqu'au 1er Février)
« Réponse #16 le: dimanche 15 janvier 2017, 12:40:36 »
je tente le coup !  :oui:
Citer
22:28:30 ‹Linkondo› vrai que les sudistes sont moisis
<3

Hors ligne Yorick26

  • Priant de Nayru
  • Sage Goron
  • *****
  • Messages: 9504
  • Homme à tout faire
    • Code ami 3DS 1951-0832-7742

    • yorick.oudin
    • yorick26100
    • SW-6264-4058-0328
    • Voir le profil
Watching Challenge 2017 : C'est parti ! (Inscriptions jusqu'au 1er Février)
« Réponse #17 le: lundi 30 janvier 2017, 21:05:53 »
J'ai vu 10% des films de Watching Challenge 2017, du coup je rajoute me rajoute un film. Du coup je rajoute : 41. Un film de plus de 3h30 heures : Autant en emporte le vent (3h58).


Mais voici mes avis :
1. Un film sur l'enfance : Jamais vu, manque à l'appel

Très sympathique. Je l'ai regardé en ayant dans la tête une comparaison avec Stranger Things. Du coup c'était assez sympa. Les méchants manquent un peu de caractère. Le premier des frères qui s'évade m'avait semblé intelligent de premier abord, mais par la suite, aucun ne m'a semblé présenter de l'intellect. Le clan des goonies est sympa. J'ai bien cru que les deux filles ne serviraient à rien, mais l'une d'elle justifie sa présence par une pauvre démonstration de piano où elle essaye de faire la différence entre un si bémol et un la dièse ou l'inverse. Tout ça pour se tromper. D'autant qu'à la première note, l'espace était déjà assez grand pour pouvoir traverser, mais bon. Cela reste un bon film.

Note : 8/10
3. Un film que tu dois voir depuis beaucoup trop longtemps - Un moment de honte est si vite passé.

Oh que c'était long. Mais je ne regrette rien. Il était effectivement très bien et ne démérite pas. J'ai particulièrement aimé cette immersion (ouh le mauvais jeu de mot) dans cette vie à bord du paquebot. J'ai surtout aimé les effets spéciaux qui sont tout simplement éblouissants. Je n'ai pas boudé mon plaisir.

Note : 9/10
9. Un film sur la musique

Cela aurait pu être un film sur la souffrance, le dépassement de soi, et la vengeance sur la vie. J'ai souffert avec les acteurs. C'était assez insupportable de voir un tel débordement de souffrance qu'il déborde jusqu'en nous. Cela ne m'a pas empêché d'apprécier malgré des désaccords en terme de moral (le dépassement des limites n'est pas quelque chose que j'encourage à l'excès). Cependant cela faisait un peu écho à mon attitude défaitiste de la journée. Cela m'a insufflé un courage et tout du moins l'impression que ça pourrait être pire. Je ne souhaite pas être le plus grand, ni être un des plus grands. Je me contenterai d'un travail convenable.

Note : 8/10
30. Un film dont on peut dire qu'il est féministe ou qu'un de ses personnages au moins est féministe - Le casting a l'air tout bonnement intéressant, je ne l'avais pas mis dans mes envies, mais ce film m'a fait quelque chose lors de la bande annonce.

J'ai globalement bien aimé. Je l'ai vu le lendemain de la signature du décret contre les avortements par Donald Trump. Autant dire que c'était presque d'actualité. Je regrette l'absence de Meryl Streep. C'est bien la peine de la mettre au premier plan, si c'est pour ne jamais la voir.

Note : 7/10


« Modifié: samedi 04 février 2017, 12:47:56 par Yorick26 »

Little bit of Love

Hors ligne Tartaloignon

  • Paraduse timide
  • *
  • Messages: 79
    • Voir le profil
Watching Challenge 2017 : C'est parti ! (Inscriptions jusqu'au 1er Février)
« Réponse #18 le: jeudi 02 février 2017, 00:00:03 »
J'ai vu 11 films / 40 de ma liste en Janvier ! Petit bilan:

Un film que tu dois voir depuis beaucoup trop longtemps : Old Boy (2003) de Park Chan-wook // visionné le 10•01
Globalement, un peu déçue.
J’ai trouvé le "plot twist" prévisible, et j’étais étonnée que le personnage principal ne s’en soit pas plus méfié. C’est beaucoup de soucis de vraisemblances et de subtilités dans le scénario qui m’ont un peu saoulée sur la fin, j’ai trouvé ça un peu trop « facile ». Par exemple, le méchant est richissime, donc il peut tout faire avec son argent, comme donner tout un immeuble à quelqu’un en échange de sa main coupée, dans le seul but de tromper quelqu'un et se venger… ça me semble légèrement excessif, même de la part d’un sociopathe. Et quelques retournements de situations s’expliquent par le simple fait que les personnages ont été hypnotisé. Wah. 
Aussi, au moment du plot-twist, le personnage principal surjoue complètement (il supplie, imite un chien ??? bref, il se ridiculise au maximum, et je trouve que ces réactions ne collent pas à son personnage et manquent de crédibilité)
A part ça, l’OST est vraiment magnifique :note:

Un film avec des chats : We're the Millers (2013) de Rawson Marshall Thurber // visionné le 11•01
Je sens que je vais essouffler mes jockers de « comédies qui ne demandent pas réflexion » assez vite. Le film est ... vraiment nul et sans surprise. On peut aussi voir que les acteurs s’en servent pour s’auto-promouvoir et c’est assez malaisant (Jennifer Anniston en strip-teaseuse qui est juste là pour dire « regardez, j’ai passé la barre des 40 ans et je suis toujours grave bonne ! » par exemple). J’ai quand même trouvé quelques passages cocasses, et j’ai eu le plaisir de retrouver un peu Nick Offerman que j’adorais dans la série Parcs & Recs. Sinon, aucun rapport avec les chats mis à part dans le générique, bizarre que Sens Critique ait accepté ça dans la liste !

Un film que tu es sûr d'adorer sans l'avoir jamais vu : Paterson (2016) de Jim Jarmusch // visionné le 11•01
Comme l’a bien résumé Pouli quand on est sortis du ciné: C’est un film qui te dit que la vie, c’est pas comme dans les films. Il vient un peu chambouler la trame scénaristique classique, car il n’y a en fait pas vraiment d’histoire : on suit simplement la vie d’un mec (Paterson, qui vit dans la ville de Paterson, joué par Adam Driver dont je suis amoureuse), qui aime la simplicité de son quotidien et de sa petite ville, et qui s’en satisfait très bien, avec légèreté et poésie. Le film fait parfois semblant d’amorcer des intrigues qui pourraient bousculer les habitudes du personnage principal, mais il ne se passe jamais rien ensuite, et c’est assez marrant. J’émets juste un petit bémol pour le personnage de son épouse, qui fait vraiment office de princesse disney (bien que légèrement névrosée) : magnifique, jamais en colère, toujours positive et émerveillée, naïve et pleine de rêves… c’est peut-être voulu, mais j’ai trouvé ça agaçant.
Sinon voilà, c’est un film qui fait du bien et qui donne envie de prendre son temps.

Un film qui donne faimJiro Dreams of Sushi (2012) de David Gelb // visionné le 12•01
Très joli documentaire qui a atteint son but (donner faim). Les sushis ressemblent à de petits bijoux, cela doit être difficile d’avaler ça en une bouchée, ils donnent plutôt envie d’être savourés. Rien n’est laissé au hasard pour ce chef, tout est réfléchi au mieux pour que les saveurs se marient parfaitement, avec énormément de soin et de rigueur. Un peu surprise par rapport à une remarque « sexiste » du chef : il dit qu’il adapte la taille de ses sushis en en faisant de plus petits pour les femmes (puisqu’elles ont en moyenne moins besoin de manger en quantité). A 300 euros le menu de 20 sushis, j’ai trouvé ça un peu scandaleux sur le coup, bien que j’imagine que ce soit une question culturelle propre au Japon.

Un film dans lequel les personnages passent leur temps à discuter : Celeste and Jesse Forever (2012) de Lee Toland Krieger // visionné le 13•01
Je me suis fait royalement chier, je l'ai choisi juste pour le casting d'acteurs de séries que j'aime bien  (Andy de Lonely Island / Brooklyn 99, Rashida Jones de Parcs and Recs). Ils font un peu ce qu’ils font toujours, rien de surprenant dans leurs rôles, même si j’ai trouvé un peu novateur (pour ce genre de cinéma) la façon dont la relation et la rupture sont traités.

Un film dont le titre est très long : Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le sexe sans jamais oser le demander (1972) de Woody Allen // visionné le 13•01
Compilations de courts-métrages sur le sexe (neh), les attirances sexuelles et le genre, et on voit bien que le regard sur ces questions date d’il y a 40 ans en arrière (misogynie hyper présente, « moqueries » sur le transgenre, traitement de la zoophilie assez gênant… ). Bref, seul le dernier court-métrage de la compilation m’a fait un peu rire pour certaines blagues, les autres étant un peu trop louches en plus d’être ennuyeux. Je ne peux pas m'empêcher d'être influencée par la personne de Woody Allen  et non simplement le réalisateur, c'était donc difficile de prendre tout cela au second degré.

Un film d'animation qui ne soit ni un Disney, ni un Ghibli : Fantastic Mr Fox (2009) de Wes Anderson // visionné le 16•01
Encore un super film de Wes Anderson, touchant et léger. Le choix des acteurs pour les voix sont super, au début j’avais beaucoup de mal avec l’animation mais je m’y suis finalement bien faite, chaque personnage a bien son caractère et ses subtilités, une attention est accordée à chaque détail… j’ai passé un très bon moment. Cela me rend très enthousiaste pour son prochain film, , prévu pour 2018, qui sera donc son 2ème long-métrage animé.


Un film qui vous aura été recommandé par une simple connaissance : Solange et les Vivants (2013) de Ina Mihalache // visionné le 16•01
Un peu déçue car je trouve que ce film n’est pas assez poussé pour exister « seul », il est selon moi nécessaire de bien connaître les vidéos de Solange te parle pour bien comprendre l’objet qu’on a sous les yeux. Les idées sont bonnes mais le contenu ne va pas assez loin dans la réflexion mise en place, on sent que l’intention n’est pas tout à fait définie, notamment sur la cible, donc : à mi-chemin entre un film destiné aux adeptes de Solange Te Parle, et à un public qui ne connaitrait pas du tout son personnage. On a le cul entre deux chaises, et comme vous vous en doutez, c’est pas très confortable. Les premiers pas de Ina Mihalache sont timides… je trouve ses vidéos moins bridées, mais je reste curieuse de voir la suite de ses aventures.

Un film qui vous ressemble : The Breakfast Club (1985) de John Hughes // visionné le 19•01
Désolée pour la flemme et le non-respect total, je vous laisse avec la conversation où je donne mon avis sur le film:
(Cliquez pour afficher/cacher)

Un film sur la musique : La La Land (2017) de Damien Chazelle // visionné le 21•01
Magnifique, grandiose, génial, courez-y c'est pas une blague merci. :note:
On pourrait croire à une comédie romantique classique, en tout cas la trame scénaristique n'a rien d'original mais Chazelle arrive à le renouveler, et le sens du film se trouve à plusieurs étages par des petites subtilités, c'est vraiment très réussi. La musique, par Justin Hurwitz, est aussi somptueuse; et techniquement c'est juste dingue (le plan séquence du début pour ne donner qu'un exemple, wtf). Bref, ils ont réussi à faire quelque chose de magique et extrêmement minutieux à partir d'un scénario classique, c'est génial.
(Cliquez pour afficher/cacher)
J'ai trouvé, comme dans Paterson (sans l'avoir dit), une grande nostalgie; à part quelques indices temporels (smartphones, voitures), on ne se croirait pas du tout en 2017 (costumes, musiques, décors) ce qui est symboliquement très fort étant donné l'actualité qu'on se tape.
Sinon j'ai bien aimé des couleurs dans le film par Le Fossoyeur

Un film avec une réplique culte : Le Parrain : 2e Partie (1974) de Francis Ford Coppola // visionné le 23•01
Je l'ai trouvé un peu moins dingue que le 1er mais il n'empêche que je comprends totalement que ce soit culte. Il donne très envie de voir le 3, contrairement au 1 qui nous offre une vraie fin.
(Cliquez pour afficher/cacher)
De Niro en Vito jeune, ça fait fondre mon petit coeur.


VOILÀ, À DANS UN MOIS, SORTEZ COUVERTS, BISOUS
« Modifié: jeudi 02 février 2017, 18:48:22 par Tartaloignon »


Hors ligne Jielash

  • Skull Kid
  • *
  • Messages: 5121
  • PZ: You can (not) escape
    • Jielash
    • Voir le profil
    • Blog BD
Watching Challenge 2017 : C'est parti ! (Inscriptions jusqu'au 1er Février)
« Réponse #19 le: jeudi 09 février 2017, 22:51:19 »
J'en suis à dix films vus !



32. Un documentaire qui dure au moins 1h30 : Terra

J'ai un peu pris le premier documentaire de plus d'1h30 qui venait et avait l'air intéressant. Il n'a pas été décevant même si j'avais un peu de mal avec la narration initialement (le côté très "métaphores poétiques"), j'ai notamment bien apprécié toute l'intro retraçant l'évolution de la planète et de certaines espèces animales, il y avait des images vraiment belles.

15. Une parodie : Scary Movie

Si l'humour absurde et référentiel aux clichés de films d'horreur m'ont fait beaucoup rire, il y avait aussi pas mal d'humour d'un mauvais goût qui ont rendu le visionnage parfois assez douloureux. Du coup j'en suis ressortie un peu mitigée.

28. Un film qui vous aura été recommandé par une simple connaissance : Vaiana, la légende du bout du monde

J'ai adoré ! Un Disney très sympa, avec de jolies chansons, des persos chouettes et des paysages et scènes magnifiques (toute cette eau ♥)

35. Un film avec des extraterrestres : The Thing

Bien gore et flippant, je suis rentrée dedans très vite. J'ai bien aimé le jeu de "poursuite" même si le fait que j'avais pas trop fait attention à retenir qui était qui/s'appelait comment et combien il y avait de personnages en tout fait qu'au bout d'un moment, j'étais pas tout à fait sûre de qui était encore en vie exactement haha. La fin a un côté un peu frustrant dans le sens qu'on aimerait en voir peut-être juste un peu plus (ce mini-twist dans la scène des crédits :hap:)

37. Un film qui se passe dans un futur révolu : Bicentennial Man

J'ai été surprise parce que je ne m'attendais pas à ce que le film aille si loin en s'étendant sur une si longue période de temps.
C'était assez classique sinon mais pas déplaisant et mignon, ça m'a fait sourire.

Hors ligne Yorick26

  • Priant de Nayru
  • Sage Goron
  • *****
  • Messages: 9504
  • Homme à tout faire
    • Code ami 3DS 1951-0832-7742

    • yorick.oudin
    • yorick26100
    • SW-6264-4058-0328
    • Voir le profil
Watching Challenge 2017 : C'est parti ! (Inscriptions jusqu'au 1er Février)
« Réponse #20 le: jeudi 09 février 2017, 23:25:38 »
Je rajoute aussi mon compte rendu. Drôle de coïncidence. Je me rajoute donc un nouveau film 42. Un film qui parle de sexualité :


Mais voici mes avis :
39. Un huis clos - Ca ira bien avec le Fight Club et Pulp Fiction

Je n'avais même pas capté que c'était un film de Tarantino. Bon une fois que je l'ai vu. Au fut et à mesure, on se rend vite compte de qui est le traître, de même qu'on découvre le côté Shakespearien de ce film. Effectivement, c'est un film qui aurait pu rentre dans la catégorie où les personnages passent leur temps à parler. Mais globalement j'ai bien aimé. Cela m'a fait un peu pensé à Usual Suspects.

Note : 7/10
17. Un film que tu es sûr de détester sans l’avoir jamais vu - Alors là, je suis tellement d'accord avec la description.

J'ai vu la première partie, mais j'ai eu des soucis ça me bloquait à partir d'un moment. C'est complètement con, souvent dénué d'intérêt. Mais je ne pensais pas qu'il y avait une histoire. Enfin une "histoire", c'est pas non plus le synopsis le plus follichon et compliqué que l'on ait vu. Mais néanmoins, j'essayerai de voir la fin, sans nul autre plaisir que celui d'avoir réussi le défi. La fin est n'importe quoi. Bref.

Note : 2/10
36. Un film qui sort en 2017 - Je n'irai sûrement pas le voir au Cinéma cependant.

Typiquement le genre de film que j'adore. Il y a d'un côté l'ambiance disney avec des animaux qui parlent et qui ont des faciès particulièrement marqués afin de nous transmettre au mieux les émotions. D'un autre côté, on a le côté comédie musicale avec des chansons, de la voix et puis voilà. Deux pans du cinéma sur lequel je craque comme un gamin, alors imaginez les deux réunis. J'ai adoré. J'ai pleuré pour rien, juste par trop plein d'émotions alors que c'était pas non plus le moment le plus fort émotionnellement. Que du bonheur. Je ne regrette rien. Ah si, je regrette que le film soit si court. J'aurais aimé avoir une heure de plus.

Note : 10/10
21. Un film avec une réplique culte - Je crois que c'est le film à citation culte

En fait il n'y a pas tant de réplique que ça qui me semble importante à retenir. Mais malgré ça j'ai pris un malin plaisir à suivre cette drôle d'aventure. J'ai soupçonné tout le long du film le point clé du film et ça s'est renforcé de plus en plus jusqu'à la révélation ce qui fait que j'ai pu profité du plaisir de la découverte tout en étant préparé pour y comprendre quelque chose là où Un Homme d'exception m'avait complètement pris au dépourvu. Le film est sombre, mais parfois drôle. Le dernier combat est juste d'un comique fin et adorable avec des postures de faux ninja exagérées. Il y a juste la fin qui un peu étrange comme si elle était arrangée pour que ça reste crédible. Existe-t-elle vraiment ? Dois-je toujours me douter de ce que je vois ? Je ne sais pas et je n'aurais sûrement pas la réponse, mais j'aurais préféré une explication plus réaliste. Et puis il y a Helena dedans.

Note : 9/10

Little bit of Love

Hors ligne Nilezor

  • Piaf postier
  • *
  • Messages: 6319
  • Auguste de l'Empire romain d'Orient
    • chevrier.raphael
    • raphou56340
    • RaphaelChevrier
    • Voir le profil
Watching Challenge 2017 : C'est parti ! (Inscriptions jusqu'au 1er Février)
« Réponse #21 le: mardi 14 février 2017, 21:30:23 »
Je n'ai pas encore vu beaucoup de films de ma liste, mais comme on est déjà mi février je vais parler de ceux que j'ai vu.

4. Un film que vous n'avez jamais vu d'un réalisateur que vous adorez : Sympathy for Mr. Vengeance
Du même réalisateur, je lui préfère Old Boy et Mademoiselle mais je le place au-dessus de Lady Vengeance. Comme toujours, Park Chan-Wook arrive à mettre en place une ambiance glauque foutrement bien gaulée et des personnages atypiques. J'ai beaucoup aimé la façon dont le réalisateur part d'une situation déjà peu enviable qui dégénère complètement. Le handicap du personnage principal est utilisé intelligemment, il ne se contente pas d'en faire un élément de background sans intérêt. Si vous aimez les thrillers coréens, soit vous l'avez déjà vu, soit vous avez intérêt à aller le voir.
8/10

14. Un film qui vous ressemble : Les valseuses
Pour trouver un film qui me ressemble j'ai tapé sur Google "films de branleurs" et parmi les résultats celui-ci était proposé. Comme c'est un film français "culte" que je n'avais jamais vu, je l'ai choisi. Bon, pour le côté ressemblance, on n'y est pas tout à fait. Pour le reste, j'ai beaucoup aimé. L'esprit irrévérencieux du film ne tombe jamais dans le vulgaire et le gratuit. Pas grand chose de plus à dire sinon que j'ai passé un bon moment de cinéma (et c'était l'époque où Depardieu était un acteur fabuleux).
8/10

21. Un film avec une réplique culte : Piège de cristal (Die Hard)
Et oui, je n'avais jamais vu Die Hard. Putain, quelle claque ! Même si j'en avais entendu beaucoup de bien, je m'attendais un peu à un film d'action américain bourrin un peu con. Grosse erreur ! John McTiernan est ultra badass, Hans Gruber (joué par feu Alan Rickman) est excellent. Je dois avouer que je n'ai pas retenu les répliques (je l'ai vu il y a plusieurs semaines) mais en le visionnant j'ai le souvenir d'avoir trouvé les dialogues étaient souvent percutant. Un bon GROS coup de coeur. Du coup je me suis enquillé toute la saga (et le 5 est une insulte).
9/10 <3

33. Un film d'animation qui ne soit ni un Disney, ni un Ghibli : Kubo et l'armure magique
Je ne savais pas trop quoi choisir comme film d'animation et je suis tombé sur Kubo un peu au pif. Il est produit par un jeune studio d'animation, Laika Entertainment, dont je n'avais jamais entendu parler. Je me suis donc lancé dans l'inconnu. Au début j'ai trouvé l'animation un peu curieuse (mais pas déplaisante du tout). Là encore, j'ai beaucoup aimé le film. Même si les "rebondissements" sont très faciles à deviner, j'ai trouvé l'histoire super intéressante et l'univers vachement travaillé. Je vous le conseille.
8/10

Voila pour le moment.
“My philosophy is basically this. And this is something that I live by. And I always have. And I always will. Don't ever, for any reason, do anything to anyone, for any reason, ever, no matter what. No matter ... where. Or who, or who you are with, or where you are going, or ... or where you've been ... ever. For any reason, whatsoever.” Michael Scott.

Hors ligne Yorick26

  • Priant de Nayru
  • Sage Goron
  • *****
  • Messages: 9504
  • Homme à tout faire
    • Code ami 3DS 1951-0832-7742

    • yorick.oudin
    • yorick26100
    • SW-6264-4058-0328
    • Voir le profil
Watching Challenge 2017 : C'est parti ! (Inscriptions jusqu'au 1er Février)
« Réponse #22 le: lundi 27 février 2017, 23:31:38 »
Je passe au film 43. pour fêter mon 12ème film vu. Il s'agissait d'un film connu pour être mauvais et j'ai choisi :


Mais voici mes avis :
5. Un film dont le titre est très long - C'était ce qui avait l'air le moins pire.

Et ben. Il n'y a pas que le titre qui est long. Le film 'était incroyablement long et ennuyeux dans sa première partie. La seconde partie commence à être un peu plus intéressante même si on ne se pose pas vraiment de question sur ce qu'il va se passer. C'est une histoire typiquement américaine et sur sa culture ce qui ne me touche guère. J'ai passé une bonne heure à essayer de me rappeler qui était qui, quels liens de parentés ils avaient entre eux et à me demander qui étaient les gentils et qui étaient les méchants. Mais malgré ça, il y a une très bonne piste musicale qui masque un petit peu le manque d'intérêt pour l'ensemble de la bande son.

Note : 4/10

11. Un film qui parle d'un handicap - Toujours pas vu, shame on me

Très bon film quoiqu'un peu long. Je comprends qu'il ait autant plus. Car il présente la vie, l'amour et les choses avec une telle simplicité que c'en est adorable et enviable. La vie est cruelle et parfois lui souris. Il se laisse guider comme la plume qui marque la fin et le début de cette histoire. Il y a peu de chose à en dire si ce n'est que c'est un beau film et un film beau.

Note : 10/10

33. Un film d'animation qui ne soit ni un Disney, ni un Ghibli - C'est une grosse envie. J'aurais pu le mettre dans d'autres catégories, mais ça lui ira très bien ici.

J'avoue tout d'abord que je ne comprends pas du tout le choix du titre. Il faudra qu'on me l'explique à un moment ou à un autre. En tout cas ce film, que j'ai regardé sans vraiment savoir à quoi m'attendre m'a particulièrement retourné. Pourtant quand j'ai dis "Je lance Perfect Blue" j'ai eu droit à des rires sadiques comme quoi quoi j'allais un peu souffrir du cerveau. Les premières minutes se passent où on apprend à se méfier d'un drôle d'individu à la physionomie peut attirante, puis on vient à se méfier cette fois de ce que nous montre le personnage principale. Elle-même doute et ne sait plus qui elle est. On arrive cependant à suivre aisément le flot de l'histoire et on démêle ce qui est le rêve et ce qui est la réalité. Et puis vient l'étape cruciale où tu te méfies de toi même et surtout de ton interprétation. Prends garde à toi ! Comme disait l'autre, car les retournements de situation et d'interprétation s'enchaînent et ne te permettent plus de comprendre ce qu'il se passe. Tu subis aussi vite que le personnage principal et tu t'embrouilles. Tu maudis ton esprit de croire des choses fausses qui se révèlent faussement vraies par la suite. Et ce jusqu'à la fin, où pris d'un doute, je me suis mis à penser : "Mais est-ce bien elle ? N'avait-elle pas les yeux plus rouges dans le reste du film ?" Je ne sais plus qui elle est. Une petite analyse vu sur internet m'a appris que Black Swan était inspiré de ce film. Je vais donc le regarder à la suite histoire de déconnecter mon cerveau une bonne fois pour toute.

Note : 8/10

18. Un film avec une couleur dans le titre - Allez hop. Puisqu'il faut en choisir un, mais y en a plein que je pourrais voir comme le Grand Bleu etc.

Alors qu'on me disait que Black Swan était de la même trempe que Perfect Blue (deux films à nom de couleur), je suis à la fois d'accord et pas d'accord. En effet, ce film s'inspire grandement de Perfect Bleu en cela que le thème de la dissociation est retrouvée, que les retournements de situation tels que les meurtres ou les personnages qui n'existent pas sont fréquents dans les deux, le thème de la perfection avec dans l'un dans la danse et dans l'autre le cinéma. Néanmoins, il faut remarquer qu'il y a deux poids deux mesures en ce qui concerne ces deux films. Alors que Black Swan mettra l'accent sur la beauté du spectacle, Perfect Blue met l'accent sur la folie et l'incompréhension. Ainsi j'ai trouvé Black Swan beaucoup plus doux même si les scènes de mutilation est quelque chose qui me répugne. Perfect Blue est plus dérangeant et plus réussi alors que Black Swan est plus accessible et plus beau.

Note : 9/10


Little bit of Love

Hors ligne Jielash

  • Skull Kid
  • *
  • Messages: 5121
  • PZ: You can (not) escape
    • Jielash
    • Voir le profil
    • Blog BD
Watching Challenge 2017 : C'est parti ! (Inscriptions jusqu'au 1er Février)
« Réponse #23 le: dimanche 14 mai 2017, 19:46:32 »
Ça faisait un bail, je n'avais rien vu en février et pas grand chose en avril, du coup j'ai atteint seulement maintenant les 15 films sur 40.

10. Un film où plusieurs langues se côtoient : Lawrence of Arabia L'auberge espagnole

Dans la liste conseillée, il y avait Lawrence d'Arabie, qui était un film qui m'intriguait et dont je me disais qu'il fallait que je le vois un jour. Sauf qu'en fait, les dialogues sont tous en anglais, donc il ne convient en fait pas au thème. Reste que c'était heureusement un film intéressant à voir, même si bien long, donc je n'ai pas non plus eu l'impression d'avoir perdu mon temps mais reste qu'il fallait donc que je vois encore un autre film.

J'ai donc penché mon dévolu sur L'auberge espagnole, dans lequel un jeune français part en Erasmus en Espagne pendant un an pour se donner des opportunités de travail en améliorant son espagnol. Là-bas, il va avoir une colocation avec quelques étudiants de divers pays européens.
Dans l'ensemble, j'ai beaucoup apprécié, ça m'a fait rire, ça m'a touché, j'ai trouvé la narration bien écrite, de même que la majorité des personnages. La réalisation avait des montages sympatoches comme l'accélération pour montrer la longueur des couloirs interminables de grands bureaux ou la pénibilité de l'attente pour trouver et remplir de la paperasse, le dédoublement en décalé de l'image lors d'un bourrage de gueule, etc...
J'étais un peu plus ambivalente sur les histoires d'amour du film (l'affaire avec la femme mariée assez spéciale) mais elles correspondaient à ce que le film voulait raconter je suppose.

2. Un film d'un pays dont vous n'avez jamais vu la production : La Dernière Vague

Un film australien d'annonce fin du monde et de mythes aborigènes.
Niveau réalisation, tout le travail autour des rêves et de l'eau offrait de très belles images mais j'ai été moins passionnée par le scénario et le protagoniste.

36. Un film qui sort en 2017 : Sage Femme

Ma maman m'a invitée à aller le voir avec elle ^^
C'était sympa, un film qui repose beaucoup sur l'alchimie entre ses deux actrices principale et celle-ci fonctionnait parfaitement.

19. Un film d'horreur culte : Shining

Bon le film est tellement connu que j'en avais évidemment eu de nombreux aperçus à travers des références, parodies, memes et spoilers divers (bizarrement, je n'étais pas du tout au courant pour l'aspect surnaturel) ce qui enlève une petite part de surprise.
(Cliquez pour afficher/cacher)
En tout cas l'ambiance du film m'a bien plu et je suis contente d'avoir enfin découvert ce classique !

40. Un film vu en VO dans une langue que tu ne connais pas (sous titres autorisés bien sûr) : Peking Opera Blues

Un film chinois d'action et d'humour mettant en scène trois protagonistes féminins de milieux bien différents : l'une est la fille d'un général, qui cherche à récupérer des preuves d'une affaire de corruption liée à son père avec l'aide d'un groupe révolutionnaire, les deux autres sont respectivement une pauvre chanteuse en quête d'argent et la fille du patron d'un opéra qui rêverait de monter sur scène à une époque où cela n'est pas autorisé aux femmes.
J'ai adoré, les scènes d'action sont bien prenantes, l'humour a fait mouche à chaque coup pour moi, les thèmes plus sérieux fonctionnaient bien aussi, les personnages étaient très sympathiques, les costumes magnifiques et le final excellent. Il y a peut-être un petit côté répétitif aux aller-retours entre les deux lieux phares de l'histoire (le palais du général et le théâtre) mais ce n'était pas particulièrement dérangeant.
Un très bon moment passé devant :^^:

Hors ligne Yorick26

  • Priant de Nayru
  • Sage Goron
  • *****
  • Messages: 9504
  • Homme à tout faire
    • Code ami 3DS 1951-0832-7742

    • yorick.oudin
    • yorick26100
    • SW-6264-4058-0328
    • Voir le profil
Watching Challenge 2017 : C'est parti ! (Inscriptions jusqu'au 1er Février)
« Réponse #24 le: mercredi 17 mai 2017, 22:06:15 »
Je passe au film 44. pour fêter mon 16ème film vu. Il s'agissait d'un film scandinave et j'ai choisi Morse car ça doit faire une éternité que je dois le voir :


Mais voici mes avis :
40. Un film vu en VO dans une langue que tu ne connais pas (sous titres autorisés bien sûr) - Recommandé par Kaiwatt pour la 28. mais elle a été plus lente que Yuan. Il me restait cette catégorie, donc ça passe.

Je l'ai regardé en VOSTAnglaise vu que j'ai eu beaucoup de mal à trouver une VOSTFR correct (à cause d'adblock). Du coup j'ai eu de nombreux passages où je ne comprenais pas grand chose. Je n'ai pas saisi le concept du "Ghost" ou du "Shell" ce qui fait que je suis passé à côté du titre. Néanmoins, j'ai saisi le principal, c'est que ce film nous prend un peu pour des cons et nous frustre jusqu'à la fin. Tranquillement installé, apparaît au milieu du film le générique. Et là tu te demandes ce qu'il se passe, si on t'a pas floué sur la marchandise. Non, c'est bien ça, ça termine comme ça. Tu en sais pas plus. Tu te demandes s'il n'est pas sorti un numéro 2 ou je sais pas. Tu ressors vraiment avec l'impression d'avoir regarder une introduction, un préquel d'un film qui n'existe pas. C'est très dérangeant et c'est ce qui fait que j'ai hésité entre 6 et 7. Parce que malgré cela, j'ai apprécié le film. La musique est vraiment bien servie et elle est pour une fois accompagnée d'images détaillées et travaillées. Ce ne sont pas de jolis paysages avec des jolis fleurs. Le paysage est moche : une ville pas loin d'être désaffectée sous la pluie. Mais ce n'est que le sujet qui est laid, la réalisation est tout simplement exquise. Elle donne un magnifique tableau tout en n'enlevant aucunement la pauvreté du décor.

Note : 7/10

6. Un film dont l'affiche est de mauvais goût - Les affiches ont même été censurées.

Bon c'est effectivement le genre de film que si tu peux t'en passer, tu fais bien. J'avouerai qu'il y a des passages qui restent quand même drôle. Le Simon adepte de séance SM version géria-trique qui se fait "gauler" par sa femme et son gosse qui lui demande gentiment s'il pourrait faire de la balançoire lorsque la madame aura fini (elle a fini définitivement d'ailleurs). Ce sont différentes versions de l'infidélité le plus souvent caricaturales. Rien de passionnant.

Note : 4/10

12. Un film avec des chats - Oui, ben faut pas trop m'en demander des fois.

Ben alors. Ce n'était pas si pire. Chompir m'avait prévenu que c'était un film nul à chier et pourtant j'ai bien aimé. Je regrette un manque de jeu de mots flagrants. Il manque d'humour. L'histoire du chat botté est massacrée. Le scénario est cousue de fil blanc. Mais ça se laisse regarder très facilement.
Note : 6/10

26. Un film qui parle de voyage dans le temps - C'est fou le nombre de nanard potentiel sur les voyages dans le temps.

Mais mais mais ! Je ne suis pas d'accord avec la fin ! Ben voui ! Il aurait du mourir de ses problèmes neurologiques. Il peut pas s'en tirer juste avec un saignement de nez ! Ou alors. Quitte à faire dans le naïf cucul qui se passe bien, pourquoi ne pas faire un happy ending complet ? Sinon, c'est pas tant l'effet papillon se film, c'est plus sur les paradoxes temporels. D'autant qu'en définitive, la lignée de cette maladie-ction, ne se termine pas. Je ne suis donc pas vraiment d'accord avec le titre non plus. Néanmoins, le film est plaisant, bien sympathique, laisse un peu de quoi réfléchir et on ne s'ennuie pas.
Note : 8/10


Little bit of Love

Hors ligne D_Y

  • Nunuche
  • Gardien de Farore
  • Commandant Yiga
  • *****
  • Messages: 9282
    • Voir le profil
Watching Challenge 2017 : C'est parti ! (Inscriptions jusqu'au 1er Février)
« Réponse #25 le: jeudi 18 mai 2017, 20:36:26 »
Tu peux développer un peu ton avis sur Ghost in the Shell ? Parce que j'ai pas trop compris ce que tu lui reprochais niveau scénario.

(accessoirement il y a bien un numéro 2)

[EDIT] Je développe :
Le "ghost" c'est l'âme, le "shell" c'est le corps (ou plutôt une sorte de réceptacle puisque dans le contexte, le "corps" à proprement parler n'a plus trop de sens, d'où l'utilisation du terme "coquille"). Toute la problématique vient du fait que dans le monde de GitS le corps humain perd de son identité à cause de cette société littéralement envahie par les machines dans tous les domaines, ce qui fait que l'âme humaine se retrouve un peu comme une conne ne sachant plus trop comment agir, ni trop quoi faire dans ce monde qu'elle ne comprend plus. Elle est tellement dans l'inconnu qu'elle est manipulable comme une pâte à modeler, ce qui fait que les individus de ce monde ne savent plus faire la différence entre réalité et fiction (cf l'éboueur qui a une vie de merde alors qu'il est convaincu d'avoir une femme et des gosses).
Au delà de ça il y a les IA, symbolisées par le Puppet Master, qui prennent conscience de leur existence et ne comprennent pas trop ce qui, dès lors, les différencie de leurs créateurs (pour rappel presque tous les humains ont un corps modifié dans une large mesure, donc il ne peuvent plus dire "je suis humain parce que je vis dans un corps humain"). Entre les deux il y a Motoko Kusanagi qui est le parfait hybride entre l'humain et la machine.
Je ne comprends pas pourquoi tu as cette impression de préquelle puisqu'il est clair qu'à la fin, l'âme humaine et l'IA se sont unies, et le "shell" n'est relégué qu'à l'arrière plan (la finalité étant d'envoyer l'âme dans le "réseau"). D'où la symbolique du corps d'enfant, c'est une remise à zéro, on remet les cartes sur la table, c'est le début d'une nouvelle vie.
C'est tout le sens de la question philosophique de la relation homme/machine et le film tente d'en donner une réponse.

Excuse moi si t'avais compris ça et si t'as l'impression que je te prend pour un idiot à expliquer ces choses basiques, mais comme tu as dit que tu avais l'impression d'être pris pour un con et frustré par le film, et que t'avais pas compris le concept même du titre, je me disais qu'il ne serait pas inutile de faire un petit topo scénaristique.

A part ça, la VOSTA me semble être une mauvaise idée étant donné que le film est compliqué même en français :hap:
C'est vraiment la seule chose qu'on puisse reprocher au film, d'être trop complexe. Mais la philosophie simple ça n'existe pas.
« Modifié: vendredi 19 mai 2017, 01:51:52 par D_Y »
O proud Death ! What feast is toward in thine eternal cell ?

Hors ligne Yorick26

  • Priant de Nayru
  • Sage Goron
  • *****
  • Messages: 9504
  • Homme à tout faire
    • Code ami 3DS 1951-0832-7742

    • yorick.oudin
    • yorick26100
    • SW-6264-4058-0328
    • Voir le profil
Watching Challenge 2017 : C'est parti ! (Inscriptions jusqu'au 1er Février)
« Réponse #26 le: vendredi 19 mai 2017, 10:15:03 »
Ce n'est pas tant le scénario que je reproche, mais un peu le contexte dans lequel je l'ai regardé. Je le répète, la VOSTA ne m'a absolument rien simplifié. J'ai été plongé dans un univers dont j'ai eu du mal à comprendre les tenants et les aboutissants. Quand je lis ton post, il y a des choses que j'avais effleuré peut-être, mais pas complètement intégré.

Après même avec tes explications, j'ai toujours cette impression de film pas fini. Alors oui, il y a une fusion entre âme et IA. Mais après quoi. Dans quel but ? Est-ce bien ? Est-ce mal ? Qu'en faire ? Doit-on généraliser cette symbiose ? Doit-on s'en méfier ? Doit-on se méfier ce qui nous a fait perdre notre âme ? Est-ce une reconstruction du coup ? C'est une remise à zéro, mais j'aurais aimé la voir vivre. Après tu me dis qu'il y a un numéro 2. J'ai vu que peu de temps après ils avaient sorti un film. Il faudra que je le regarde en français pour comparer pendant que les souvenirs sont frais.

En tout cas, je n'ai absolument pas mal pris ton post car d'une part il paraît presque Bisounours par rapport à ce qu'on a parfois et en plus il était effectivement utile d'avoir un ressenti et une explication supplémentaire. Merci @D_Y.

Little bit of Love

Hors ligne D_Y

  • Nunuche
  • Gardien de Farore
  • Commandant Yiga
  • *****
  • Messages: 9282
    • Voir le profil
Watching Challenge 2017 : C'est parti ! (Inscriptions jusqu'au 1er Février)
« Réponse #27 le: vendredi 19 mai 2017, 13:37:27 »
@Yorick26
Toutes les questions que tu te poses, tu peux y répondre toi-même, voire ça a déjà été esquissé par le film.
Dans quel but ?
Et bien les humains deviennent machines (par le "shell") et les machines deviennent humaines (par le "ghost"). Au bout d'un moment c'est inévitable que la symbiose se fasse, il n'y a pas de but particulier, pas plus que la mixité entre les humains venant de régions différentes du monde n'a eu de but particulier dans toute notre histoire (cela n'avait pas de but mais ça a eu des conséquences évolutives). Ça a été et c'est encore inévitable. 
Kusanagi symbolise l'humain et la machine qui chacun doivent marcher ensemble pour se chercher et, éventuellement, se trouver.
Est-ce bien ou mal ? Est ce qu'il faut s'en méfier ?
Là encore ce n'est pas si manichéen, c'est l'évolution logique et inéluctable de la société dépeinte. On est de plus en plus amenés à s'interroger nous même sur cette question, et à part ceux qui disent que ça va finir comme Terminator, je ne connais personne qui ait un avis tranché et qui puisse définir réellement ce qui est bien ou mal dans cette mutation.
(sans compter qu'en philo les notions de bien et de mal n'ont absolument aucun sens)

Après je comprends ton point de vue d'inachevé. Mais je pense que tu voulais voir l'effet alors que le film propose de nous interroger sur la cause. C'est comme un film intermédiaire entre notre monde actuel et un hypothétique futur où les humains et les machines vivraient en symbiose. Et toi c'est cet état futur que tu voulais voir de manière concrète, comme si tu avais voulu voir l'après Matrix.
Sauf que dans une certaine mesure Motoko atteint son but (la fameuse symbiose) et par là le film montre la finalité inévitable, comme une nouvelle étape de l'évolution humaine (sauf que c'est centré sur un personnage sur le court terme alors que la dite évolution se ferait sur le long terme, ce qui est sans doute ce qui te déçoit).

Et puis ça peut paraître évident mais ce n'est pas parce qu'un film ne répond pas aux questions qu'il pose qu'il n'est pas fini. C'est au spectateur aussi des fois de méditer et réfléchir dessus et d'en tirer ses propres conclusions.
« Modifié: vendredi 19 mai 2017, 13:41:32 par D_Y »
O proud Death ! What feast is toward in thine eternal cell ?

Hors ligne Bilberry

  • Skull Kid
  • *
  • Messages: 5444
  • rero
    • Voir le profil
Watching Challenge 2017 : C'est parti ! (Inscriptions jusqu'au 1er Février)
« Réponse #28 le: vendredi 19 mai 2017, 14:23:54 »
Je me permets de débarquer pour répondre à ça :

Citer
Après même avec tes explications, j'ai toujours cette impression de film pas fini. Alors oui, il y a une fusion entre âme et IA. Mais après quoi. Dans quel but ?

Si tu te poses la question sur le but des personnages, le Puppet Master en parle lors de sa longue tirade (j'ai vu le film ya quelques semaines alors ça commence à un peu dater, dsl si je me trompe)
(Cliquez pour afficher/cacher)

Voilà si ça peut aider. Perso j'ai beaucoup aimé le film mais faut dire que je suis assez réceptive au style très austère de Mamoru Oshii.


« Modifié: vendredi 19 mai 2017, 14:28:21 par Bilberry »

Hors ligne Yorick26

  • Priant de Nayru
  • Sage Goron
  • *****
  • Messages: 9504
  • Homme à tout faire
    • Code ami 3DS 1951-0832-7742

    • yorick.oudin
    • yorick26100
    • SW-6264-4058-0328
    • Voir le profil
Watching Challenge 2017 : C'est parti ! (Inscriptions jusqu'au 1er Février)
« Réponse #29 le: vendredi 19 mai 2017, 22:24:42 »
Il faut donc que je revois ce film en français tout français. Quelqu'un a-t-il vu l'adaptation cinématographique pour savoir si je passe mon chemin car c'est un bousin ou que c'est un copier coller fade ?

Après lecture de deux trois extraits de critiques sur SC, il a l'air de passer à côté de toute la portée et de toutes les réflexions qui me manquent tant. Je n'apprendrais donc rien. Je regarderai l'originale et le 2.
« Modifié: vendredi 19 mai 2017, 22:28:15 par Yorick26 »

Little bit of Love