Auteur Sujet: Aujourd'hui j'ai vu...  (Lu 452397 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne D_Y

  • Âme sombre
  • Stratège de Din
  • Sage Goron
  • *****
  • Messages: 10541
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #1125 le: dimanche 22 mars 2015, 23:35:16 »
Je pinaille, mais le titre VO de Voyage au Bout de l'Enfer, c'est The Deer Hunter (The Deer's Hunt, ça voudrait dire que "Hunt" appartient au "Deer", ce qui est absurde ;D). Il n'est pas tellement comparable à Apocalypse Now en réalité, ce dernier étant centré sur l'absurdité de la guerre (d'ou la scène de surf) et non sur le traumatisme des soldats comme dans Voyage...
Mais tu a bien fait de le conseiller, l'intention est bonne. "Une Balle dans la Tête" de John Woo est également un super film, étant un remake à peiné déguisé du film de Cimino, traitant de la même guerre mais pas du même camp.

J'ai pas bien pané le rapport avec le Leone par contre.
« Modifié: lundi 23 mars 2015, 01:42:55 par D_Y »
O proud Death ! What feast is toward in thine eternal cell ?

Hors ligne Taiki

  • Piaf postier
  • *
  • Messages: 6449
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #1126 le: lundi 23 mars 2015, 19:48:01 »
J'ai vu Big Eyes, le dernier Burton hier soir.

Ca raconte en gros l'histoire (vraie) d'une des plus grandes impostures de l'histoire de l'art au siècle dernier, un homme qui a un succés phénoménal avec ses tableaux représentant des enfants aux très grands yeux. Sauf qu'il n'a jamais peint ces tableaux, pendant des dizaines d'années sa femme les faisait et il se les attribuait. Au rôle de la femme Amy Adams, son mari Christoph Waltz, deux acteurs que j'apprécie beaucoup, ce qui a pas mal fait pencher la balance pour voir ce film plutôt qu'un autre je l'avoue.

Je n'ai jamais été fan de Tim Burton, ses films ne m'ont jamais vraiment touché, les anciens comme les récents (quoique Sweeney Todd je l'ai trouvé sympa). Par contre celui-là j'ai beaucoup aimé honnêtement, et pour cause on ne dirait pas du tout du Tim Burton -à part deux trois scènes peut-être.

Bref je n'avais jamais entendu parler du film avant il y a quelques jours et c'est une très bonne surprise, les acteurs sont géniaux (Christoph Waltz  8) ses mimiques, son sourire manipulateur dans le film, décidément je l'adore ce mec). 8/10

J'ai également vu Birdman récemment.

J'ai trouvé ça bon mais je pense que je l'oublierai très vite, la premiere moitié est pourtant plutôt bonne, avec un grand Edward Norton d'ailleurs, mais la seconde moitié m'a un peu ennuyé. Je reste dubitatif devant le nombre d'oscar que ce film a reçu quand même, surtout que c'est une critique du cinéma américain. 6/10

Reste plein d'autres films que j'aimerais voir en ce moment mais bon, on peut pas tout voir v.v

Hors ligne Poulika

  • Twili maudit
  • **
  • Messages: 1495
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #1127 le: lundi 23 mars 2015, 20:46:50 »
Tu viens de voir me deux films préférés. Autant mes "classements"de films varient souvent en fonction de mes découverte, de mon humeur, et de tout un tas d'autres facteurs, autant ces deux là restent systématiquement en tête.
J'ai d'ailleurs revu Mulholland Drive avant-hier puisqu'un un de mes ami me l'a offert en bluray pour mon anniversaire. C'est un des rares films à me foutre une larme à l’œil tellement je le trouve beau (et l'histoire tragique).

Citation de: Rodrigo
Je pense que je n'ai pleinement apprécié et compris Mulholland Drive que lors de mon 3è visionnage. C'est un film qui joue avec le spectateur, qui le malmène en lui montrant une succession incohérente de scènes et pourtant ... quand t'as le déclic, c'est juste brillant tant le film retranscrit parfaitement ce qu'il veut montrer. Ce qui en fait mon film préféré. :niak: (si tu veux des explications, demande par MP :niak: )

Comme prévu, je l'ai revu une seconde fois et je serais même prêt à le revoir une troisième. La compréhension globale de l'oeuvre est clarifiée mais comporte ses quelques zones d'ombres. J'avais ce film dans ma liste de films à voir depuis un moment et après avoir vu le dernier et excellent Dupieux, Realité, un ami m'avait conseillé Mulholland Drive en référence. Sauf que,  là où dans Réalité,il ne faut pas nécessairement chercher à comprendre l'architecture du récit, ce qui est fascinant dans Mulholland Drive tiens plus, à mon sens, dans son agencement que dans son histoire. J'ai en effet senti que le film voulait me malmener.

Au delà de tout ce qui peut être dit sur l'oeuvre, notamment concernant ses lectures, ses symboliques et ses explications, il y a cette façon qu'a Lynch de filmer ces femmes. La caméra suit leur histoire avec un frappe esthétique bouleversante. Leur relation, évoluant de façon assez évidente dans le sens amoureux, progresse entre le surjeu des personnages et un certain naturel dont le pivot intervient lors de cette formidable scène de sexe (Qui est à ce titre l'une des rares scènes de sexe, du cinéma que je connaisse, efficace et sublime). J'ai rarement autant apprécié une romance.

Enfin bon, je sais enfin quoi en penser : J'ai adoré.

Hors ligne Trictus McNatret

  • Tokay bizarre
  • *
  • Messages: 1606
  • Bonjour, je vais te manger.
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #1128 le: jeudi 26 mars 2015, 06:49:28 »
Bon, je viens tout juste à l'instant de regarder Les Choristes, un film qui ne m'avait jamais interpellé et qui ne m'aurait sans doute pas plus intéressé que ça si une personne au goût (presque) sûr ne me l'avait pas conseillé. C'est le premier long-métrage de Christophe Barratier, réalisateur français qui est ensuite revenu avec une encore assez récente réadaptation de La Guerre des Boutons.
Pour ceux qui n'ont jamais entendu parler de ce film, les Choristes raconte l'histoire de Clément Mathieu (Gérard Jugnot), musicien raté s'étant dégôté un boulot de pion à Fond l'Etang, un internat pour garçon un rien sinistre, géré d'une main de fer par le tyrannique directeur Rachin (François Berléand). Choqué par la sauvagerie des enfants, mais plus encore par la dureté de leur traitement, Mr.Mathieu va tenter une approche autrement plus pédagogique des pensionnaires. Et pour mener son expérience à bien, il va former une chorale avec eux...
Je vais être honnête : le film manque de flamboyance. Le jeu des acteurs est bon mais manque d'éclat, bien que les enfants s'en soient franchement bien sorti ; la caméra oscille entre le bon et le moyen sans jamais surprendre, les évènements s'enchaînent un peu trop vite et l'écriture m'a donné l'impression de manquer de structure. Il y a quelques clichés ça et là, bon. Mais voilà, je dois l'avouer : la musique, écrite par Bruno Coulais, apporte énormément d'émotion à un film qui ne manque pas de sensibilité et, par ses sujets et sa légèreté, arrive à créer quelque chose.
Du coup, malgré ses faiblesses, je reconnais que les Choristes est un film touchant et agréable, avec des personnages attachants et une histoire sympathique. Un film sur lequel je ne regrette pas de m'être penché.

Hors ligne Suijirest

  • Skull Kid
  • *
  • Messages: 5923
  • Ci-gît Suijirest
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #1129 le: samedi 04 avril 2015, 03:14:21 »
J'ai vu les deux premiers First Blood, plus connus sous nos latitudes par le titre Rambo.

Pour faire court, j'ai préféré le 1 malgré ses lenteurs intarissables sur le début. C'est un film d'une certaine intelligence sur la guerre du Viet-Nam, et notamment sur les séquelles que laissent les années de service dans une section d'élite ainsi que le traitement qui leur est réservé à leur retour. Le 2, pour sa part, était badass à en crever (quoiqu'il l'aurait été encore plus avec un lanceur de fléchettes en caoutchouc) mais malgré ses sursauts d'écriture sur le traitement d'après-guerre, il se résume quand même pas mal à du ratatatatata sur un gonze qui bénéficie selon toute apparence d'un champ de force répulsif à caractère électromagnétique déviant tous les tirs ennemis qui one-shotent pourtant les personnages secondaires.

En tout cas je verrai plus jamais Metal Gear Solid 3 comme avant. X.
« Modifié: samedi 04 avril 2015, 03:26:50 par un modérateur »

Mille mercis à Yorick26 pour la signature !

Hors ligne Yuan

  • Messager Éolien
  • *
  • Messages: 2044
  • Great Ape
    • FlourFlower_
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #1130 le: dimanche 05 avril 2015, 04:17:58 »
Récemment, j'ai enfin vu Napoleon Dynamite, après avoir vu un milliard d'affiches pour ce film un peu partout dans des contextes tous plus randoms les uns que les autres (dont la salle de classe de certains de mes profs aux USA, c'est vous dire). Il me faisait de l'œil pour la même raison que tout le monde, à savoir la tête complètement blasée et désinvolte du héros.
Résultat... euh, impossible à mettre en mots. J'aurais dû boire en même temps que je l'ai regardé, en fait. C'est un film qui ne se prend au sérieux à aucun moment, et il faut le regarder en tant que tel. Tout est tellement absurde que c'en est énorme. Bref, franchement sympa. Mention spéciale à LaFawnduh et à la danse de fin (merci Jamiroquai).
Au final... ouais, j'ai vraiment pas grand chose à dire sur ce film. Mais bon, je recommande d'y jeter un petit œil, pour peu que vous soyiez en mesure d'apprécier un ton aussi décalé.



Et sinon, aujourd'hui, je suis allé au ciné pour la première fois depuis un moment (il faudrait décidément que je le fasse plus souvent, ça me fait tellement plaisir de profiter d'un film sur grand écran). Sachant que le cinéma à côté de chez moi passe aussi des courts-métrages d'animation avant le film au lieu de bandes-annonce etc, c'est d'autant plus cool. Pour le coup, j'étais allé voir Big Eyes, le petit dernier de Burton, et le court-métrage juste avant était un hommage à Jackson Pollock, . Très bien choisi puisqu'on reste dans la thématique de l'art, et puis franchement sympathique ce court-métrage, avec de très bonnes idées de réalisation, et une chouette animation 2D.

Tout d'abord, que ça fait du bien de voir un Burton hors de son esthétique habituelle ! Pour ma part, je considérais qu'il était complètement tombé dans l'autodérision depuis Charlie et la Chocolaterie tellement il se recyclait fadement. Oui, son esthétique est originale, mais il en abusait au point que le reste de ses films en étaient devenus creux (le paroxysme ayant été Alice au Pays des Merveilles, AU SECOURS quelle daube). Bref, j'attendais désespérément qu'il se renouvelle, parce qu'il reste pour moi un réalisateur très talentueux sur le plan technique. Et, miracle ! il l'a enfin fait avec ce film ! C'est pour ça que j'avais tant envie de le voir.
Mais finalement, un peu déçu aussi du côté de la réalisation. Pour du Burton, ça tranche avec ce qu'il fait d'habitude, oui... mais sur un plan plus général, rien de bien folichon là-dedans. Pas de parti pris de réalisation, rien de très audacieux. Ça reste beau à voir, on a quelques plans très bien pensés, mais j'en suis pas tombé de ma chaise. C'est un peu triste, à croire que Burton serait incapable de trouver un juste milieu. Personnellement, je garde espoir et je me dis qu'un jour, on aura vraiment un truc bien dosé de Burton. Je trust pls.

Évidemment, la présence de Christoph Waltz ne m'a pas laissé indifférent non plus. C'est un acteur que j'estime infiniment depuis que je l'ai découvert avec Inglourious Basterds. Il a un talent abusé pour jouer les manipulateurs, et une fois de plus, il ne m'a pas déçu. Très beau personnage, très beau jeu d'acteur. Sans surprise mon préféré du film. (hein quoi, mon personnage préféré est toujours quasi-toujours lié au mensonge pour palier son estime de lui ? mais de quoi parlez-vous donc... ?)
Incroyable ce talent qu'il a pour rendre un fils de pute attachant. J'étais incapable de rester du côté de la belle Margaret tout le long. Voir Walter se briser vers la fin, ça m'a vraiment fait mal.
(Cliquez pour afficher/cacher)

Le film aborde beaucoup de thèmes extrêmement intéressants, les plus notables étant la place de l'art dans la société, le charisme de l'artiste vs. son talent et le rapport avec sa popularité, les formes de « marketing » artistique, la place de la femme dans la société d'antan, la place de la femme dans l'art, le plagiat évidemment, et même la religion... Bref, beaucoup (toutes exception faite de la religion, en fait) de choses qui me touchent assez personnellement, donc ça a joué en la faveur de mon avis globalement positif du film.
Les gourmands d'art et d'histoire de l'art comme moi seront aussi récompensés pour leur passion avec quelques petites références ici et là, ça fait toujours plaisir. On a même un joli parallèle de fait avec l'art abstrait, notamment avec le propriétaire de la galerie d'art abstrait qui dit que l'art est une question de mode et qu'il veut des choses qui vendent, mais qui paradoxalement reste insensible face à la coqueluche des "big eyes" (ce qui confirmerait qu'il apprécierait sincèrement l'art abstrait ?). Subtil et très bien trouvé, à mon humble avis.

Voilà voilà, un film bien chouette. Je vous recommande d'aller le voir tant qu'il passe encore. C'est pas un must-see non plus, mais il fait plaisir. Surtout si, comme moi, vous attendiez que Burton arrête de se rouler dans la boue.

(yolo flemme de relire, dsl pour les éventuelles fautes)

Ah the ticking of the clock
And the ringing of the stocks
Are relics of our lives

Hors ligne Poulika

  • Twili maudit
  • **
  • Messages: 1495
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #1131 le: dimanche 05 avril 2015, 17:19:26 »
Je me permet d'opposer ton avis sur Big Eyes au mien. Le film n'est pas mauvais, néanmoins je le trouve puissamment quelconque. Je suis pas admirateur du travail de Burton, tant mieux, je n'ai pas regardé le film en fonction de son auteur. De toutes façons, Burton semble avoir complètement délaissé son bestiaire et son univers (Et Johnny et Helena), peut être qu'il a cherché à s'en émanciper, je sais pas. Ce qui est marrant en tous cas, c'est que Big Eyes est aux antipodes, justement, du film d'auteur; c'est un biopic classique, sans parti pris de réalisation (Mis à part en ce qui concerne son travail sur les couleurs), sans prise de risque, sans transcendance, sans personnalité. L'histoire est sympathique et les messages, surtout ceux concernant l'art (Parce que les questions sociales restent traitées de façon superficielles) sont bien présent. Mais quand même, que c'est plat ! Pire, que c'est chiant ! J'ai l'impression que le film ne veut s'appuyer que sur la performance de Christophe Waltz avec lequel, contrairement à ce que tu semblais ressentir, je n'ai lié aucune sympathie ni empathie. Tu parlais de manichéisme désagréable concernant une scène, je l'ai personnellement constaté durant une grande partie du film. C'est terrible, j'ai vu un duo insupportable, entre un monsieur mythomane dont le jeu est clair dés le début, tête à claque et sans scrupule (Pourtant j'aime bien les anti-héros) et une madame plus ou moins perspicace qu'on aurait envie de secouer.
En vérité, j'ai trouvé ce film tellement insipide, si peu intéressant que je n'ai pas grand chose de pertinent à en ressortir.

Pour ma part, les cours de Civilisation Américaine m'ont exigés une liste de assez conséquente de films (32, parfait pour faire un tournoi ... Maintenant que je le dis, je trouve pas ça idiot) parcourant certaines périodes de l'histoire des Etats Unis d'Amérique, donc du coup j'en bouffe pas mal en ce moment. Pas grand chose de cool pour l'instant; la plupart des films sont longs et assez factuels, c'est intéressant mais pas plus sympa à voir que ça. Je recommande quand même assez vivement The New World de Terence Malick et Danse avec les Loups de et avec Kevin Costner, les deux sont assez longs et ont leurs défauts mais il y a quand même du niveau. J'ai aussi vu, entre autres, Vol au Dessus d'un Nid de Coucou de Milos Forman (Dont il faut que je vois plus de films), et là par contre, wow. #Bonplan

Mais je n'en parlerai pas ici.

Hors ligne Kitty

  • Chef Skimos
  • ***
  • Messages: 3071
    • Voir le profil
    • DeviantART
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #1132 le: mardi 07 avril 2015, 16:08:03 »
Hier j'ai vu Shaun le mouton, grande fan de Aardman Animations que je suis.
J'ai vraiment passé un excellent moment, je crois que j'ai eu le sourire aux lèvres tout le long du film.
C'est d'une inventivité totalement dingue et j'ai autant apprécié les nombreuses références (Breaking Bad, Le Silence des Agneaux,...) que l'humour "pets/slips à l'air".
Vraiment un excellent divertissement que je conseille à tout le monde, enfants ou adultes.

Sinon je suis fan de Timmy, le bébé mouton. Il est vraiment trop adorable. Je crois même que je me suis mordu le pouce à un moment pour m'empêcher de glousser tellement je le trouvais mignon tout plein. D'ailleurs, je viens de le mettre en fond d'écran.

Hors ligne Yuan

  • Messager Éolien
  • *
  • Messages: 2044
  • Great Ape
    • FlourFlower_
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #1133 le: jeudi 09 avril 2015, 18:56:58 »
Je me permet d'opposer ton avis sur Big Eyes au mien. Le film n'est pas mauvais, néanmoins je le trouve puissamment quelconque. Je suis pas admirateur du travail de Burton, tant mieux, je n'ai pas regardé le film en fonction de son auteur. De toutes façons, Burton semble avoir complètement délaissé son bestiaire et son univers (Et Johnny et Helena), peut être qu'il a cherché à s'en émanciper, je sais pas. Ce qui est marrant en tous cas, c'est que Big Eyes est aux antipodes, justement, du film d'auteur; c'est un biopic classique, sans parti pris de réalisation (Mis à part en ce qui concerne son travail sur les couleurs), sans prise de risque, sans transcendance, sans personnalité. L'histoire est sympathique et les messages, surtout ceux concernant l'art (Parce que les questions sociales restent traitées de façon superficielles) sont bien présent. Mais quand même, que c'est plat ! Pire, que c'est chiant ! J'ai l'impression que le film ne veut s'appuyer que sur la performance de Christophe Waltz avec lequel, contrairement à ce que tu semblais ressentir, je n'ai lié aucune sympathie ni empathie. Tu parlais de manichéisme désagréable concernant une scène, je l'ai personnellement constaté durant une grande partie du film. C'est terrible, j'ai vu un duo insupportable, entre un monsieur mythomane dont le jeu est clair dés le début, tête à claque et sans scrupule (Pourtant j'aime bien les anti-héros) et une madame plus ou moins perspicace qu'on aurait envie de secouer.
En vérité, j'ai trouvé ce film tellement insipide, si peu intéressant que je n'ai pas grand chose de pertinent à en ressortir.

Je réagis un peu en retard, mais en tout cas je partage presque complètement ton avis (même si ça n'est pas assez retranscrit dans mon post). Mais j'avoue que j'ai vraiment trouvé que l'histoire et le personnage mis en scène par Waltz (même si j'ai eu mes réticences sur la fin) sauvaient les meubles. Comme dit, ça m'agace que Walter ne soit pas assez exploité, même si ce n'est pas surprenant puisque le film prend éhontément le parti de Margaret, de façon unilatérale. Compréhensible, mais pas forcément ce qu'il y avait de plus intéressant à faire.
Après quelques recherches, j'ai vu que le film avait un budget assez petit, et c'est sans doute à cause de ça qu'on n'y retrouve pas la patte de Burton. Parce que c'est vrai qu'à part son esthétique (en temps normal), il ne fait pas de plans bien folichons. Et ce n'est clairement pas les jeux de couleur qui rattrapent ça, ils étaient très (peut-être trop ?) logiques (le fait que les couleurs soient plus ou moins présentes selon ce qui se passe dans l'histoire). Ça reste du bon travail, mais encore une fois, pas de parti pris, pas d'audace...
Par contre, là où je ne suis pas d'accord, c'est que je ne me suis pas non plus fait chier pendant le film. C'est clairement pas le genre de film que j'ai envie de revisionner pour mieux l'appréhender, mais de là à dire qu'il était chiant, il y a un pas qui n'a pas été franchi pour ma part.

Sinon, rien vu de nouveau depuis (à part des séries), mais j'avoue que les pubs qui m'assaillissent dans le métro au-sujet d'En Route me vendent plutôt bien les mascottes trop mignonnes dedans. À tous les coups ça sera un truc fade et niais comme on n'en fait plus en 3D, mais je sais pas, j'ai envie d'avoir de l'espoir ? J'ai tellement vu aucun film d'animation récent que je me demande ce que ça donne réellement de ce côté (surtout niveau 3D, où j'occulte tout à part les Pixar, certains Disney et quelques rares Dreamworks, je sais je suis un gros raciste de la 3D en anim mais c'est la vie).

Ah the ticking of the clock
And the ringing of the stocks
Are relics of our lives

Hors ligne Suijirest

  • Skull Kid
  • *
  • Messages: 5923
  • Ci-gît Suijirest
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #1134 le: samedi 18 avril 2015, 17:38:38 »
Je sors de Future Cops, film hongkongais de 1993. J'ai découvert via Crossed, comme à peu près tout le monde, un tout le monde qui n'a donc pas besoin de lire cet avis.

C'est un film low-cost assez barré comme on en trouve pas mal à cette époque dans cette région, vous savez à quoi vous en tenir si vous avez des notions de cinéma et vous n'avez donc pas besoin de lire cet avis. Sachez juste qu'il reprend pas mal de trucs dont Street Fighter. Bien entendu en tant que fan avoué de la licence vous avez vu trois fois tout ce qui touche de près ou de loin à cette série et vous n'avez donc pas besoin de lire cet avis. Le film est barré de bout en bout, et des films barrés, on en veut on en trouve des trouzaines de milliards, vous n'avez donc pas besoin de lire cet avis.

Nan, vraiment, j'insiste. Pas besoin. D'autant que ce qui va suivre peut choquer les âmes stupides. :coffee:

Future Cops c'est une autre façon de capitaliser sur l'addiction d'un public à une licence tellement décérébrante qu'elle en a élevée au rang d'art les façons de ponctionner une fois par an une somme aberrante pour un jeu que tout le monde a déjà mais avec juste un perso cloné du roster original qui a un incroyable move différent qui est juste le move de base uppé de 25% x 10^-5 de dégâts qui font toute la dfférence. Future Cops c'est comment dépenser dix dollars pour un effet spécial moisi qui veulent en rapporter dix millions à l'aide des VHS vendus à chaque fan munificent du globe. Future Cops c'est la consécration de tout ce que Street Fighter est et a toujours été : une licence à mougeons qui n'en ont jamais marre de payer et payer et toujours payer plus plus et encore plus pour un jeu que s'ils avaient attendu dix mois ils auraient eu pour 100€ de moins.

Si vous croyez qu'un seul mot de ce que j'ai dit ci-dessus est vrai, félicitations, vous avez encore une once de lucidité. Et ça n'en rend que plus aberrant encore l'idée qu'on puisse volontairement donner de l'argent pour regarder ce film qui est aussi sain pour le cerveau qu'un singe faisant du trampoline au-dessus de votre tête avec une masse plombée dans les pattes.

Mille mercis à Yorick26 pour la signature !

Hors ligne thelinkdu40

  • Lord de Glencoe
  • Messager Éolien
  • *
  • Messages: 2047
  • Hyrule est mon passé, mon présent et mon futur
    • SW-0961-7062-2916
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #1135 le: dimanche 03 mai 2015, 19:14:03 »
Je viens juste de découvrir grâce à quelqu'un un comics qui a étais adapté en film et nous allons parlé de "Scott Pilgrim" mais d'abords qu'est ce que Scott Pilgrim? Et bien c'est un comics canadien de 6 tomes, qui parle d'un jeune de 23 ans, bassiste dans un groupe de rock sortant avec une lycéenne et vivant avec un coloc gay, puis un jour il tombe sur une fille nommé Ramona Flowers en tombe amoureux mais pour sortir avec elle il lui faudra tuer un à un ses 7 ex maléfiques.

Maintenant parlons du film qui a étais réalisé par Edgar Wright (Hot Fuzz...) il reprends globalement les 6 tomes du comics. Et déjà dans le livre il y'a des références à la musique et au jeux vidéos, on fait plus fort dans le film.

On y retrouve des références à Zelda, à la musique, et au jeux vidéos, notamment dès le début on entends la musique de star wars en 16 bits, ou encore la musique de Zelda Alttp (la musique d'intro) pour nous présenter Scott Pilgrim, on a aussi des effets bandes dessiné dans un film, et on passe sur ce film un très bon moments. Et l'on y rigole bien aussi. Alors globalement le film fait les 6 tomes d'un coup, je n'en ait lu aucun mais j'ai commandé le premier, donc je ne sais pas si c'est fidèle mais apparemment ça l'est mais ce quelqu'un à dit qu'on ne voyait pas toute l'histoire mais juste les différents combats.Malgré cela ce film n'est pas un échec et est très bon.


Donc est ce que ce film vaut le coup d'être vu, je dirais oui, et quelle note je lui donnerais et bien 15/20.Ah  oui si ce film est méconnu c'est parce que le comics outre atlantique n'est pas très connu dans certaines villes, donc le film je le crois bien est passé inaperçu et puis il y'avais un autre film qui empêchait à Scott Pilgrim d'être connu, c'étais Twilight. 

Hors ligne Trictus McNatret

  • Tokay bizarre
  • *
  • Messages: 1606
  • Bonjour, je vais te manger.
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #1136 le: dimanche 03 mai 2015, 22:11:08 »
Ah, le film de Scott Pilgrim... C'est marrant, je suis un très bon fan du comic, que j'ai lu, relu et rerelu sans me lasser tellement il est génial, et je trouve que le film est plutôt intéressant niveau réalisation.
Il est en effet plutôt fidèle sur pas mal de points : les dialogues sont pour l'essentiel très bien retranscrits par rapport à ceux du comics, en VO comme en VF; les acteurs ressemblent parfois VRAIMENT aux personnages, à tel point que s'en est troublant (mention spécial à Mark Webber l'acteur de Stephen Stills ou encore à la magnifique demoiselle qui campe une Kim Pine juste merveilleuse, Alison Pill), les bulles descriptives des personnages ou d'autres subtilités du comics sont très bien exploités...
Le film a su sélectionner les parties du scénario original à exploiter avec brio pour se créer une trame scénaristique complète et cohérente, et vu la densité de l'oeuvre, c'est franchement pas mal ; bien sûr, il y a des moments vraiment géniaux du comics qui peuvent manquer aux fans, ou encore quelques changements ou ajouts ont été opérés pour plus de fluidité dans le contenu, mais l'essentiel étant d'obtenir un film structuré qui fasse passer le plus gros de l'histoire, je pense pouvoir affirmer que sur ce point, c'est plutôt une réussite.
Le point fort du film, selon moi, c'est que le medium cinématographique a permis d'apporter des éléments que le comic ne pouvait pas proposer... Je pense essentiellement à la musique des Sex Bob-Omb ou des autres groupes impliqués dans le scénario, qu'on peut vraiment entendre, et qui permet notamment la mise en place de superbes combats musicaux (le duel des bassistes est juste parfait) ; on a l'utilisation de bandes-son de jeux vidéos, de bruitages etc qui font toujours plaisir. Mais surtout, la réalisation a fait de gros efforts pour inscrire l'oeuvre dans la pop-culture, avec des méthodes de cadrages, des effets spéciaux et des incrustations qui renvoient aux jeux vidéos, aux comics, aux mangas... Et ça, c'est juste brillant parce que c'est bien fait et que ça respecte vraiment les inspirations utilisées.

Après, y a quand même quelque chose qui me chagrine ; bien sûr, je préfère le comic qui est bien plus dense, avec un scénario plus complexe et des intrigues multiples, une meilleure exploitation des persos secondaires, des flash-back et tout un tas d'autres trucs que le medium pouvait s'autoriser et pas un film. Mais je pense qu'à mes yeux, le film a l'énorme défaut d'avoir une mentalité bien moins respectueuse, bien plus abrasive et grand public...
Pour faire simple, disons que le comic Scott Pilgrim est une oeuvre qui m'a fait me sentir très confortable par la façon qu'elle a d'aborder pas mal de questions sociales avec beaucoup de sensibilité et de simplicité. Sanité des relations et identités sexuelles marginalisées y sont abordées avec un regard lucide mais sans volonté de convaincre ; à mes yeux, l'un des mérites de Brian O'Malley est d'avoir construit une oeuvre véritablement respectueuse, sans pour autant être démagogue. Les barrières de la marginalisation et les tabous, il passe au-delà et banalise ce qui pose problème à d'autres. La toxicité de certaines relations et interactions ne sont pas jugées, elles sont justes mal vécues et ça suffit à comprendre en quoi elles sont bonnes ou mauvaises ; et pareils pour tous les comportements nocifs et discriminatoires. On a donc affaire à un comic respectueux et représentatif, sans chercher toutefois à être moralisateur... Et c'est quelque chose de très rare et de très appréciable à mes yeux, que j'aimerais rencontrer plus souvent.
Or le film m'a souvent horripilé par la mentalité qu'il dégage. L'humour est régulièrement, sinon maladroit, carrément offensant ; on baigne dans un beaufisme crasse et ambiant, nourri par un mélange de clichés pourris et de mauvaises idées dans la représentation... Je pense essentiellement au traitement de Wallace, un de mes personnages préférés dans le comic, qui est régulièrement montré comme une parodie bien normative de gay : Wallace est tout le temps en chaleur sur tous les mecs qu'il voit, il considère que chez les homosexuels, la notion de couple est très floue...
Ou encore à l'attitude de Scott face à l'homosexualité et à la bisexualité, qui m'a souvent hérissé le poil. Alors OUI il a effectivement des comportements désobligeants dans le comic ; mais il ne cherche jamais à blesser à ce sujet, et il est clairement spécifié qu'il est juste très naïf et ignorant. Et dans le film, c'est VRAIMENT une saloperie. Le résultat est simple : alors que je trouve le héros du comic débile mais touchant, le genre qui peut-être irritant mais qui grandit et évolue, celui du film a vite perdu ma sympathie tellement il est insupportable.

Du coup, j'ai de la sympathie pour le film, dont j'aime énormément la réalisation, et qui une adaptation de qualité d'une oeuvre que j'adore ; mais c'est un sentiment coupable dans le sens où de nombreux passages ont, à mes yeux, sali la mentalité d'origine du monde de Scott Pilgrim pour le rendre plus "normatif"... Et du coup, bah ça m'agace.

Hors ligne Guiiil

  • Sage Goron
  • *
  • Messages: 10200
  • Tagazok !
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #1137 le: lundi 04 mai 2015, 08:23:01 »
Normatif au point d'avoir le droit à une fin alternative dans le film selon les bonus qu'on choisit à la fin.

Pour moi, la problématique, c'est qu'ils ont voulu respecter le schéma "7 ex maléfiques" tout en ajoutant au film une dualité pour Pilgrim entre Chow et Flowers. Ce qui fait que, dans la seconde partie, le film se perd totalement en voulant jongler entre la nécessité des combats qui deviennent futiles (vu que Pilgrim hésite, pourquoi voudrait-on qu'il se batte ?) et les délires paranoïaque d'un Pilgrim qui a carrément des apparitions de lui (dans les scènes coupés) en version maléfique (comme dans le comics, sauf que là c'est mal fait, et ça mène à rien, même pas à la fin).

Le troisième acte relève un peu le niveau, mais c'est plus grâce à Jason Schwartzman qu'autre chose !

D'ailleurs, merci pour ton analyse Ric, la partie sur Scott est totalement vrai (même si, pour Wallace, son coté "chaud lapin" est atténué par les autres personnages gays du comics. D'ailleurs, c'est ce que j'ai aimé dans le comics aussi : Joseph a beau être gay, il reste un )

Mais bon, rien que pour la première partie (jusqu'au troisième ex quoi), admirablement montée, et totalement pêchue, je suis content d'avoir vu ce film !

(Cliquez pour afficher/cacher)

Hors ligne TrianglePoetique

  • Bébé Tikwi
  • *
  • Messages: 29
  • Entre nous, appelez-moi TeePee ! C'est plus sympa.
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #1138 le: lundi 04 mai 2015, 19:30:00 »
Les Gardiens de la Galaxie, ce fabuleux film de Marvel  :ange:
Game boy Advance SP Customisée Red avec Triforce et ornements hyruliens.

Hors ligne Guiiil

  • Sage Goron
  • *
  • Messages: 10200
  • Tagazok !
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #1139 le: lundi 04 mai 2015, 20:13:22 »
Effectivement, il est bon, mais pourquoi ne pas nous en dire plus, et nous dire pourquoi tu le trouves fabuleux ? :) D'ailleurs, ce n'est pas un film de Marvel, c'est un film de Disney ! :astro:

(Cliquez pour afficher/cacher)