Auteur Sujet: [Manga] Akiko Higashimura  (Lu 789 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jielash

  • Skull Kid
  • *
  • Messages: 5659
  • PZ: You can (not) escape
    • BoiteDeCrayons
    • Voir le profil
    • Blog BD
[Manga] Akiko Higashimura
« le: mercredi 02 décembre 2020, 22:56:54 »

Coucou tout le monde ! Voici un topic sur la mangaka Akiko Higashimura. L'idée de le faire me titillait depuis un bail et avec la sortie encore récente de deux de ses œuvres cette année en France, il fallait vraiment m'y mettre. Bon, j'ai quand même trainé la patte par flemme, mais Akiko Higashimura étant très cool, je suis sûre qu'elle me pardonnera.

Celle-ci a commencé sa carrière de mangaka peu avant le passage en l'an 2000 mais il a fallu quelque temps avant qu'elle ne fasse vraiment parler d'elle à l'internationale. Cela est passé par l'adaptation en anime en 2010 d'une des ses œuvres phares et son manga le plus long à ce jour : Princess Jellyfish !

Le manga original fait 17 tomes et on suit dans celui-ci les péripéties humoristiques de Tsukimi, une jeune femme fana de méduses ayant fait des études artistiques et qui vit en colocation avec d'autres fans obsessives de sujets particuliers. Il lui faut entrer dans la vie active sauf que voilà, la sociabilité, ce n'est pas vraiment une de ses qualités, elle est très stressée par les gens sûrs d'eux et chics ou à la pointe de la mode, qui lui semblent venir d'un tout autre monde. Du coup, un peu difficile d'aller trouver un travail dans ces conditions. C'est sa rencontre avec un personnage ultra-fashion et fan de mode, fasciné par ses dessins de méduses, qui va totalement changer son quotidien.

L'anime de 11 épisodes, n'adapte qu'une petite partie de l'histoire mais est très réussi et peut faire une bonne porte d'entrée pour découvrir la série !


Higashimura est une mangaka très active, qui bosse régulièrement sur plusieurs séries en même temps. Par exemple, alors qu'elle n'avait pas encore terminé Princess Jellyfish, elle travaillait déjà sur ses trois autres manga sortis en France depuis : Trait pour Trait (Kakukaku Shikajika), Tokyo Tarareba Girls et le Tigre des Neiges.

Et si vous voulez mieux connaître Higashimura et son œuvre, Trait pour Trait est justement le manga idéal pour cela : Il s'agit d'une autobiographie relatant sa jeunesse et comment elle est devenue mangaka. Le premier tome est sorti cette année en France chez Akata et la série fait 5 tomes au total.

C'est une œuvre où l'autrice pose sur le papier avec humour et sans mettre de gants ses défauts et ses faiblesses passés, c'est souvent très drôle et pourtant, une mélancolie en ressort parfois. On peut y voir non seulement une autobiographie mais aussi un hommage à son professeur de dessin, qui l'a aidé à entrer en fac d'arts et avec lequel elle a passé 8 ans de sa vie en tant que "disciple" : comme elle le dit à la fin du tout premier chapitre "même une fois étudiante, même une fois adulte, même une fois mangaka, j'ai continué à venir ici encore et encore et j'ai passé un temps considérable avec mon professeur, Kenzô Hidaka. Vingt ans ce sont écoulés déjà depuis ce jour [de leur rencontre] et c'est donc pour ces raisons que je dessine aujourd'hui ce manga".

Le manga a reçu plusieurs prix bien mérités au Japon. Pour celleux qui s'intéresseraient un tant soit peu aux sujets abordés (l'art, la bande-dessinée/le manga, la création), je ne peux que vous conseiller de le lire. Moi, c'est vraiment une œuvre qui m'a touchée au cœur.


C'est grâce à l'éditeur Le Lézard Noir qu'on a pu avoir droit au retour de Akiko Higashimura en France, puisque après la sortie de Princess Jellyfish chez nous en 2011 aux éditions Delcourt, il a fallu attendre fin 2018 pour la sortie du Tigre des Neiges, qui a reçu le prix Jeunes Adultes au festival de BD d'Angoulème cette année.

Il s'agit là de la première œuvre historique de Higashimura, où elle écrit la vie du célèbre guerrier Kenshin Uesugi, en suivant une certaine théorie selon laquelle Kenshin était en fait une femme. En vérité, comme elle le dit dans les bonus, l'Histoire, ce n'est pas vraiment son fort, mais une éditrice d'Akiko en étant passionné, quand celle-ci lui a raconté à moitié ivre que ce serait marrant d'écrire un manga sur cette théorie, son éditrice l'a envoyé se documenter là où le personnage historique a vécu. Et paf, ce voyage fut le déclic qui la poussa vraiment à se lancer dans cette aventure.

Comme elle n'est elle même pas très douée en Histoire, elle fait attention à bien présenter les choses de manière simple et compréhensible, ce qui fait que le manga se lit assez facilement même pour des gens n'y connaissant rien à l'Histoire du Japon. Le style d'humour de Higashimura est toujours présent mais s'équilibre avec les moments historique plus dramatiques et l'évolution personnelle de l'héroïne qui est plaisante et crédible à suivre.

La série s'est terminée au Japon tout récemment et fera 9 tomes au total. En France, 6 tomes sont sortis pour le moment.

Et cette année, Le Lézard Noir a aussi commencé à sortir une autre série en 9 tomes de Higashimura : Tokyo Tarareba Girls, une comédie où un groupe de trois amies trentenaires et célibataires se retrouvent en prise avec la pression sociale du mariage qui commence à peser lourd sur elles. Au cours de soirées beuveries délirantes, elles se lâchent en se plaignant longuement de leurs problèmes, tout en essayant de s'épauler pour trouver "le bonheur" (mais sous quelle forme ?).

Voilà donc tous ses manga déjà sortis en France, on a quand même une belle variété au niveau de ses œuvres qui donnent un bon aperçu de son travail.

Et si vous avez envie d'en découvrir encore plus sur ses méthodes de création, vous pouvez regarder l'épisode de Naoki Urasawa no Manben (sous-titres anglais activables), une série documentaire où le célèbre mangaka Naoki Urasawa parle avec plusieurs autre mangaka de leur travail, après que celui-ci ai été filmé.

Hors ligne Jielash

  • Skull Kid
  • *
  • Messages: 5659
  • PZ: You can (not) escape
    • BoiteDeCrayons
    • Voir le profil
    • Blog BD
[Manga] Akiko Higashimura
« Réponse #1 le: vendredi 12 mars 2021, 22:57:29 »

Le tome 2 de Trait pour Trait continue les péripéties d'Akiko une fois arrivée en fac d'art. Et évidemment, tout ne se passait pas comme dans ses rêves idylliques où elle parviendrait a être incroyablement productive et inspirée, parvenant à la fois à se débrouiller en cours et à lancer sa carrière de mangaka. Non, c'est plutôt une désillusion, avec difficulté à peindre et décrochage à la clé, une réalité qui fera probablement écho à divers niveaux avec beaucoup d'apprentis artistes.

Cela complique évidemment sa relation avec son professeur particulier de dessin, à qui elle ne veut rien révéler. Ce volume n'en est pas pour autant complètement déprimant, il y a comme pour le premier tome de nombreux passages humoristiques à travers les excentricités d'Akiko ou du professeur Hidaka (le pari sur la prophétie de Nostradamus :oui:), leur relation restant toujours aussi touchante par ailleurs.

Le tome 2 approfondit très bien ce qui était lancé dans le premier, hâte d'avoir le tome 3 entre les mains, qui devrait signer la fin des études de Akiko et le début d'une nouvelle étape...

J'ai aussi lu le tome 7 du Tigre des Neiges. Si j'avais particulièrement adoré le précédent volume, qui faisait la part belle à la relation entre Tora et son grand frère, ce tome là est un peu moins intense. On pourrait un peu le voir comme une période de transition, surtout vu qu'il introduit de nouveaux personnages et enjeux dans sa seconde moitié.

Il y a tout de même la première "bataille" entre Kenshin et Takeda Shingen mais il s'agit surtout d'essayer de grignoter du territoire à l'autre et de jauger sa stratégie, il n'y a pas exactement d'affrontement direct pour le moment. J'ai trouvé un peu cliché certains commentaires autour des règles de Tora, mais les informations sur le temple Zenkô-ji étaient intéressantes.

Après cela, Tora doit se rendre à Kyôto pour recevoir un titre en récompense de l'aide qu'elle a précédemment apporté à un illustre personnage. Mais ceux qui la font venir si loin de sa terre d'Echigo ne font pas seulement ça par reconnaissance : ils comptent bien s'attirer son amitié afin d'en faire une alliée, surtout vu que son fief est en bonne position financièrement. Et sur la route, Tora se doute rapidement qu'on cherche en effet à séduire le seigneur qu'elle représente.

Du coup, si ce tome n'est pas forcément riche en événements marquants et qu'il m'a un peu moins plu que les autres, il lance quand même un arc qui s'avère prometteur ! Le dixième et dernier tome vient de sortir au Japon, il ne nous en reste donc plus que trois à lire.