Forums de Puissance-Zelda

Art => Longs métrages et Télévision => Discussion démarrée par: Yorick26 le dimanche 11 février 2018, 13:07:22

Titre: Watching Challenge 2018
Posté par: Yorick26 le dimanche 11 février 2018, 13:07:22
A l'instar de Poulika et un peu plus en retard, je relance le Watching Challenge 2018. Cette fois je ne vais pas faire dans la dentelle et je vais prendre tout crue la liste qui traine sur internet. En effet, l'année dernière je m'étais lancé dans un Watching Challenge où il fallait regarder 40 films (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,8543.0.html) (+ 10 films optionnels) selon des thèmes constitués d'un mashup des thèmes des précédents Watching Challenges. J'ai réussi tout juste à regarder les 40 films, mais c'était une bonne expérience que je souhaite renouveler pour rattraper mon retard cinéphile. Cette fois je suis la liste "officielle".

Si vous êtes adepte de SensCritique, vous pouvez inscrire votre propre Watching Challenge sur la liste récapitulative (https://www.senscritique.com/liste/Watching_Challenge_2018_Liste_recapitulative/1951420).

A moins d'être cinéphile jusqu'au bout des ongles, je pense que se lancer dans le défi de n'en voir que 40 parmi cette liste est déjà tout à fait raisonnable, d'autant qu'il y a des thèmes qui sont pas très sympathiques.


1. Un film avec un anti-héros
2. Un road movie
3. Un film sorti le mois et l'année de ta naissance
4. Un film dont un personnage partage l’une de tes passions
5. Un film sur le voyage ➥ (https://www.instinct-voyageur.fr/top-7-des-meilleurs-films-sur-le-voyage-ou-qui-font-voyager/) ➥ (http://www.vodkaster.com/listes-de-films/cinema-et-voyage/1228414)
6. Un film sur la folie ➥ (https://www.senscritique.com/top/resultats/Les_meilleurs_films_sur_la_folie/848378) ➥ (https://www.senscritique.com/top/resultats/Les_meilleurs_films_sur_la_schizophrenie/456598)
7. Un film d'animation pour adultes ➥ (https://www.senscritique.com/liste/Les_films_d_animation_ne_sont_pas_que_pour_les_enfants/1725310) ➥ (https://www.senscritique.com/liste/L_Animation_ce_n_est_pas_que_pour_les_enfants_part_1_les_lon/36032)
8. Un film en found footage ➥ (https://www.senscritique.com/top/resultats/Les_meilleurs_films_en_found_footage/579223)
9. Un film basé sur un conte de fées ➥ (https://www.senscritique.com/liste/Adaptations_de_Contes_de_Fees_Films/887077)
10. Un film qui se passe sur les mers ➥ (https://www.senscritique.com/top/resultats/Les_meilleurs_films_qui_font_prendre_le_large/1014268)
11. Un film dont l'un des personnages principaux est un animal ➥ (https://www.senscritique.com/top/resultats/Les_meilleurs_films_ou_le_personnage_principal_est_un_animal/537034)
12. Un film qui se passe sur une autre planète ➥ (http://www.journaldugeek.com/2017/08/07/osiris-dvd-blu-ray-selection/) ➥ (https://www.digischool.fr/vie-etudiante/culture/5-films-qui-se-deroulent-sur-une-autre-planete-33113.html) ➥ (https://www.senscritique.com/liste/Les_meilleurs_films_se_deroulant_sur_une_autre_planete/1795729) ➥ (https://www.senscritique.com/liste/Toi_film_t_es_sur_une_autre_planete/1482154)
13. Un film avec deux réalisateurs ➥ (https://www.senscritique.com/liste/FILMS_REALISATEURS_FILMS_REALISES_PAR_PLUSIEURS_REALISATEURS/306483)
14. Un film qui se passe en pleine nature ➥ (https://www.senscritique.com/liste/Films_d_aventure_aventures_en_pleine_nature_sur_le_continent/1414128)
15. Un film qui nous montre la vie entière de l'un de ses personnages ➥ (https://www.senscritique.com/liste/Vivre_dans_quelques_heures_une_vie_entiere/155927)
16. Un film de 2017 ayant eu beaucoup de succès ➥ (https://www.senscritique.com/top/resultats/Les_meilleurs_films_de_2017/1522840)
17. Un film avec un animal qui parle
18. Un film qui parle de jeu(x) ➥ (https://www.senscritique.com/liste/L_histoire_tourne_autour_d_un_jeu_video/140063) ➥ (https://www.senscritique.com/liste/Top_films_de_jeux_de_societe/40846) ➥ (https://www.senscritique.com/liste/LES_JEUX_D_ARGENT_AU_CINEMA/540674) ➥ (http://www.topito.com/top-films-bases-jeux) ➥ (http://www.cinetrafic.fr/liste-film/6712/1/les-jeux-televises-au-cinema)
19. Un film avec un acteur qui sort de sa zone de confort ➥ (https://www.senscritique.com/liste/Les_films_ou_l_actrice_acteur_principal_change_de_registre_e/1074173) ➥ (https://www.warnerbros.fr/articles/cake-focus-roles-de-composition)
20. Un film d'animation japonais (autre que Ghibli)
21. Un film dont tu aimes la musique originale
22. Un film dont deux des personnages sont jumeaux ➥ (https://www.senscritique.com/top/resultats/Les_meilleurs_films_avec_des_jumeaux_ou_des_jumelles/820559)
23. Un film qui a gagné l'Oscar de la meilleure création de costumes
24. Une adaptation de pièce de théâtre
25. Le premier film du Top 100 des Tops 10 que tu n'as pas vu ➥ (https://www.senscritique.com/films/tops/top100-des-top10)
26. Un film dont le nom fait référence à une chanson ➥ (https://www.senscritique.com/liste/Le_titre_du_film_fait_reference_a_une_chanson/233156)
27. Un film avec des robots ➥ (https://www.senscritique.com/top/resultats/Les_meilleurs_films_avec_des_robots/785910)
28. Un film qui met de bonne humeur ➥ (https://www.senscritique.com/top/resultats/Les_films_qui_rendent_heureux/192812)
29. Un film qui a apporté une innovation
30. Un film africain ➥ (https://www.senscritique.com/liste/Films_africains/1547548) ➥ (http://)
31. Un film avec un point de vue non-humain
32. Un film dont l'affiche ne montre aucun personnage
33. Un film fantastique
34. Un film adapté d'une série TV ➥ (https://www.senscritique.com/top/resultats/Les_meilleurs_films_adaptes_d_une_serie_TV/973607)
35. Un film qui parle de voyage temporel
36. Un film avec des étudiants
37. Un film où des personnages regardent un film ➥ (https://www.senscritique.com/liste/Des_films_avec_des_gens_qui_regardent_un_film_au_cinema/1087729)
38. Un conte philosophique
39. Un film sur l'amitié
40. Un film se déroulant à une époque de l'histoire qui te fascine
41. Un film qui a au moins 8 de moyenne sur SensCritique
42. Un film australien
43. Un film qui parodie un genre
44. Un film qui a rendu l’un(e) de tes acteurs ou actrices favori(te)s célèbre
45. Un documentaire sur un sujet qui ne t’intéresse pas d'habitude
46. Un film avec un personnage LGBT+ ➥ (https://www.senscritique.com/liste/Films_et_documentaires_avec_des_personnages_themes_LGBT/1430476)
47. Un film sur l'art
48. Un film dont le réalisateur avait plus de 80 ans à sa sortie ➥ (https://cineday.orange.fr/actu-cine/quels-sont-les-realisateurs-les-plus-ages-du-cinema-contemporain-CNT0000004qBJG.html)
49. Un film avec une impasse mexicaine ➥ (https://www.senscritique.com/liste/The_Mexican_standoff/41515)
50. Un film qui t'est sans cesse conseillé mais que tu n'as toujours pas vu

Légende :
Participants :
Titre: Watching Challenge 2018
Posté par: Yorick26 le dimanche 11 février 2018, 14:25:10
Voici ma liste :


Et en image :
(Cliquez pour afficher/cacher)
Titre: Watching Challenge 2018
Posté par: D_Y le lundi 12 février 2018, 10:49:35
Je relève le défi complet de 50 films !

Citer
13. Les Chaussons rouges

(https://78.media.tumblr.com/d04ddc1810a4e9a61d82cc7e01911388/tumblr_ng96lp8lfr1sdn7heo1_500.gif)

(https://forums.puissance-zelda.com/puissance-chat/data/public/themes/pz/smileys/yeah.gif)

1 - Night Call
2 - Une Histoire Vraie
3 - Sister Act
4 - Cinema Paradiso
5 - Carnets de voyage
6 - Vidéodrome
7 - Mary et Max
8 - Megan is Missing
9 - Cendrillon
10 - 1492 : Christophe Colomb
11 - Babe, le cochon devenu berger
12 - The Fountain
13 - L'Halluciné
14 - Fitzcarraldo
15 - Monster
16 - La La Land
17 - Apocalypse 2024
18 - eXistenZ
19 - Dans la peau de John Malkovich
20 - Metropolis
21 - Breakfast at Tiffany's
22 - Soeurs de sang
23 - Le patient anglais
24 - Macbeth (2015)
25 - Mommy
26 - Walk the Line
27 - Short Circuit
28 - Breakfast Club
29 - Hardcore Henry
30 - Timbuktu
31 - Les Feebles
32 - The Black Hole
33 - Faust
34 - Miami Vice, deux flics à Miami
35 - La Machine à explorer le temps
36 - Easy Girl
37 - Angoisse
38 - I... comme Icare
39 - Outsiders
40 - Exodus : Gods and Kings
41 - Harakiri
42 - La Dernière Vague
43 - Kiss Kiss Bang Bang
44 - Mean Streets
45 - Hot girls wanted
46 - Cabaret
47 - My Left Foot
48 - Les plages d’Agnès
49 - City on Fire
50 - La forteresse noire
Titre: Watching Challenge 2018
Posté par: Chompir le lundi 12 février 2018, 18:15:25
N'ayant aucune culture cinématographique j'ai demandé à D_Y de m'aider à réaliser une liste. Je relève donc le défi pour mon premier Watching Challenge !!

1 - Die Hard : Piège de Cristal
2 - Into the Wild
3 - Shangai Kid
4 - La Môme
5 - Les chemins de la liberté
6 - Vol au dessus d'un nid de coucou
7 - Persepolis
8 - The troll hunter
9 - Hook ou la Revanche du capitaine Crochet
10 - Master and Commander : De l'autre côté du monde
11 - King Kong (1933)
12 - Starship Troopers
13 - Sin City
14 - Danse avec les loups
15 - Amadeus
16 - Dunkerque
17 - Stuart Little
18 - Tron
19 - The Truman Show
20 - Akira
21 - Conan le Barbare
22 - Star Wars : Le retour du Jedi
23 - The Grand Budapest Hotel
24 - Romeo + Juliette
25 - Blade Runner
26 - Pretty Woman
27 - Le géant de fer
28 - Les Blues Brothers
29 - Toy Story
30 - Les Femmes du bus 678
31 - La voleuse de livres
32 - Les dents de la mer
33 - Edward aux mains d'argent
34 - Les Incorruptibles
35 - Retour vers le futur
36 - Le cercle des poètes disparus
37 - Les gremlins
38 - L'Étrange Histoire de Benjamin Button
39 - Le huitième jour
40 - Les Dix Commandements
41 - Le Parrain
42 - Mad Max 2
43 - OSS 117 : le Caire nid d'espion
44 - Miss Daisy et son chauffeur
45 - When we were kings
46 - Certains l'aiment chaud
47 - Whiplash
48 - J. Edgar
49 - Reservoir Dogs
50 - Alien le Huitième Passager

Et en image :
(Cliquez pour afficher/cacher)
Titre: Watching Challenge 2018
Posté par: Krysta le mardi 13 février 2018, 15:47:54
Allez, j'ai pas une grosse culture cinématographique, du coup ce challenge, c'est l'occasion pour moi de voir certains monuments du cinéma.


Et en images :
(Cliquez pour afficher/cacher)
Titre: Watching Challenge 2018
Posté par: Yorick26 le mercredi 14 février 2018, 20:46:11
Comme l'année dernière je vais décrire pas à pas comment j'ai trouvé les films. C'est l'occasion d'en discuter de montrer nos désaccords et de comparer nos ... nos avis. Vu que j'ai commencé un mois avant de poster le topic ça va faire beaucoup d'un coup, mais je vais essayer par la suite de commenter tous les 4 films vus.


Lost in translation
5. Un film sur le voyage - Tout le monde l'avait l'année dernière dans son watching challenge
- 8/10

Il passait juste avant le Prestige sur je ne sais plus quelle chaine. Et je croyais qu'ils étaient tous les deux dans mon Watching Challenge, donc je ne pouvais pas passer à côté même si j'étais bien tenté de regarder le Seigneur des Anneaux qui passent sur une des premières chaines. En définitive j'ai bien fait. Même si le Prestige ne faisait partie que de mes envies, j'ai passé une sacré bonne soirée avec deux films réussis. Pour celui-ci, j'ai presque été choqué dans un premier temps. J'ai eu l'impression d'avoir affaire à un film qui se moquait des cultures étrangères et en l'occurrence de la culture japonaise que j'admire bien que je ne la connaisse que très peu. Du coup, dans les premiers temps du film, j'ai comme eu un goût amer. Un genre de "pas touche au japon". Puis il y a un second temps où on se rend compte qu'on est face à deux personnes qui sont incapables de s'adapter à ce mode de vie et que les Japonais ne les jugent pas alors qu'ils sont chez eux. Nous on les juge ces deux perdus. Ils sont seuls et se trouvent parce qu'ils sont isolés. Ils sont inadaptés et c'est ce qui les rend gauches et drôles. Et notre culture, nos habitudes, nos acquis en deviennent risibles. Le dépaysement est quelque chose que j'ai particulièrement aimé et j'en ai eu donc un bref aperçu. J'ai presque envie de croire que je peux comprendre ce qu'ils ont ressenti. Et ça me touche.

Blade Runner
25. Le premier film du Top 100 des Tops 10 que tu n'as pas vu - Mon Watching Challenge de l'année dernière a comblé pas mal de vide dans ce classement.
- 7/10

A l'instar de Ghost in the Shell avec lequel il possède de nombreux points communs, j'ai l'impression d'être passé à côté d'un bon pan du film. Suis-je habitué aux morales prémâchées ? En tout cas j'ai apprécié dans ce film son univers où la Terre est devenue un dépotoir laissé à l'abandon avec ces hommes robots plus vrais que nature à DLC courte. J'ai aimé ce futurisme sombre et triste. J'ai aimé les personnages qu'ils soient réplicants ou humains. J'ai moins aimé le manque d'explication des scènes. Etait-ce à cause d'une mauvaise qualité d'image que j'avais du mal à les mettre bout à bout. Qui était-ce sur cette photo, cette femme allongée sur lit qu'on arrive à apercevoir en se déplaçant virtuellement dans la pièce où elle a été prise ?  Zhora, Pris ? Rachel ? Quelqu'un d'autre ?

Apparemment il y avait deux versions qui laissent plus ou moins le doute sur le mystère d'Harrison Ford. Je trouve que celle que j'ai regardé ne laisse guère le choix. Certes il y a des coïncidences troublantes, mais c'est tout. C'est donc un film que j'aurais aimé qu'il rentre plus dans les détails et qui soit moins par moment contemplatif (bien que les paysages et la direction artistique soient exquises).

Mamma mia ! le film
26. Un film dont le nom fait référence à une chanson
- 10/10 <3

C'est le film auquel je m'attendais à pas grand chose. Mais bon voilà, il suffit qu'on chante pour que ça touche une corde sensible. Que dis-je ? Vous chantez faux ? Vous chantez des musiques que j'adore ? Vous êtes parfaits ! Vous êtes drôle, délurés et vous fleurez bon la bonne humeur. Vous êtes ma came. C'est marrant de voir Meryl Streep en nymphomane reconvertie en gérante ratée d'un hotel qui pousse la chansonnette et qui se balade en salopette. Voilà. Je sais que beaucoup détestent ce film, mais moi, en rentrant du travail, je n'avais qu'une hâte c'était de voir la suite de ce film que j'avais commencé entre midi et deux.

District 9
30. Un film africain - Déjà entamé l'année dernière.
- 7/10

Encore un film sur les extraterrestres. On ne peut pas reprocher à celui-là d'être original et d'utiliser un point de vue sympathique où ce sont les extraterrestres qui essayent de se casser de chez nous et où ils sont vus comme des réfugiés. Néanmoins, j'avais arrêté car j'avais eu du mal à accrocher au chara-design de ces crevettes et au côté fond-foutage ou je ne sais plus comment s'appelle cette technique. Du coup dès qu'on commence à s'arracher les ongles, c'était le moment de la pause et j'avais mis de côté de ce film pour regarder autre chose d'un peu plus joyeux. La seconde moitié était un peu plus intéressante à voir, plus tournée vers l'action.

Comme des bêtes
31. Un film avec un point de vue non-humain - Trop de choix et j'avais pas envie de réfléchir.
- 6/10

Comme prévu, c'était pas très réfléchi, mais je m'attendais à nettement pire aux vues des notes mises par mes éclaireurs et par le reste des utilisateurs de SensCritique. Alors oui, c'est pas non plus folichon, mais cela aurait pu être rempli de tours de passe-passe à l'américaine. J'aime bien les stéréotypes sur les animaux, car ils sont vrais. J'y préfère Zootopie qui est sorti en même temps, mais je trouve qu'il faut quand même pas le couler ce film.

Les évadés
37. Un film où des personnages regardent un film - Il a une très bonne note, une bonne réputation, et puis il y a Morgan freeman.
- 10/10

Film très intéressant. En tout point, bien calibré bien qu'on puisse reproché un titre français un peu trop évocateur bien qu'il ne soit pas tout à fait vrai au premier plan ou vrai dans un plan trop lointain pour qu'il puisse divulguer la fin. Le titre anglais lui aussi suppose des choses et ne sont pas tout à fait vraies non plus. dans tous les cas c'était un vrai délice et je le reregarderai avec plaisir.

Une Histoire sans Fin
38. Un conte philosophique - Celui-là je voulais absolument le caser.
- 9/10

Je n'ai pas été déçu. J'avais peur de me retrouver avec un vieux fantasme de gosse qui n'aurait pas réussi à atteindre mon coeur tout racorni d'adulte débutant. Mais non. Pile poil, ça fait son chemin là où il faut en prenant les vieux rêves et les souvenirs des bons livres qui m'ont transporté dans de nouvelles aventures, m'ont fait changé de vie. Les effets ne se comparent pas à ce qu'on peut avoir maintenant, mais ils sont quand même d'une splendeur et d'une intensité qui feraient pâlir bon nombre de films. Il est quand même sorti six avant ma naissance. Comme disait une critique que j'ai vaguement vue : je ne regrette qu'une chose, c'est de ne pas avoir pu profiter de ce film en tant qu'enfant. Je l'ai vécu en tant qu'adulte, mais j'aurais aimé avoir en plus le souvenir impérissable qu'il m'aurait laissé. Là j'y ai vu des fautes, des raccourcis malencontreux, mais si peu nombreux que c'est quand même impressionnant.

Mars Attack
43. Un film qui parodie un genre - Déjà entamé dans un car dans une des rares fois où j'ai fait du sky.
- 7/10

En fait j'en avais vu plus long que ce que je pensais puisque le seul souvenir que j'en avais c'était les derniers instants vus du films, c'est à dire le moment où la grand-mère débranche son casque audio. Pour le reste, j'avais pratiquement tout oublié. J'en avais gardé un souvenir étrange mêlé de crainte et d'humour. Aujourd'hui j'ai pu savourer tous les traits d'humour et le côté parodique de ce film et surtout j'ai apprécié le casting. J'étais au CM2 et je n'y connaissais rien et j'ai pu apprécier le chemin parcouru depuis. Au fur et à mesure du générique j'étais en mode "Ah ?! C'est Tim Burton le réalisateur ? Il y a Jack Nicholson dans le film (à refaire pour Glenn Close, Pierre Brosmann, Sarah Jessica Parker, Michael J. Fox, Nathalie Portman...) ? Sans m'enorgueillir, je me suis quand même félicité du chemin parcouru et regarder ce film pratiquement une deuxième fois était alors totalement savoureux.

Jesus Camp
45. Un documentaire sur un sujet qui ne t’intéresse pas d'habitude - Quel bon thème de merde. Un documentaire, déjà c'est chiant. Mais sur un thème qui t'intéresse pas. Double peine.
- 6/10

Difficile de juger ce documentaire sans juger le sujet. Alors oui ça parle de quelque chose d’exécrable. C'est poussé à l'extrême. C'est odieux et ça fait peur. Cela semble tellement horrible que l'on ne peut pas s'empêcher de penser que c'est un documentaire orienté politiquement, quitte à tricher. Et pourtant, à chaque intervention du personnage principal à savoir cette Becky, on se rend compte que non. Elle creuse elle-même sa tombe. Elle est folle et entraine des enfants avec elle. Je me suis amusé à savoir ce qu'était devenu ses enfants, il n'y avait rien de sensationnel.

Encore une fois, alors que j'essaye de critiquer le documentaire, j'en reviens au sujet. Alors oui, on peut parler du sujet pour son originalité, pour son besoin d'être montré. Mais le documentaire en soit n'est pas exceptionnel. Voilà. En plus, on a rarement vu autant de placements de produits dans un documentaire qui dénonce le capitalisme américain. Enfin, non, qui dénonce un mouvement d'idée qui dénonce le capitalisme américain.

Sully
48. Un film dont le réalisateur avait plus de 80 ans à sa sortie - C'est pas évident à trouver.
- 6/10

Ce n'est pas un film qui me marquera. Concrètement, c'est un biopic sans réel intérêt. Alors oui, il a réussi un exploit. Mis à part ça c'est un homme ordinaire qui nous interpelle pas spécialement. Là où j'espérais avoir un peu de plaisir à regarder le film, c'était dans la recherche de la vérité, dans la mise en doute de la confiance, dans la perte de la confiance en soi. Tout ceci est presque effleuré et fade et amené par un Tom Hanks éteint. On a l'impression que le film a amené l'histoire tirée de faits réels jusqu'où il pouvait creuser et que malheureusement cela ne va pas beaucoup plus loin.
Titre: Watching Challenge 2018
Posté par: D_Y le mercredi 14 février 2018, 21:21:38
Citer
Certes il y a des coïncidences troublantes, mais c'est tout.

Le plus gros indice est plus qu'une coïncidence, on voit Gaff à la fin faire un origami de licorne qui correspond aux rêves de Deckard. Chose qu'il est impossible de savoir à moins que ces rêves soient artificiels et programmés.

Pour la femme allongée il s'agit bien de Zhora !
Titre: Watching Challenge 2018
Posté par: Linkondo le vendredi 16 février 2018, 00:05:36
Allez, je me lance ! Je vais essayer d'en faire au moins 40 dans l'année ! :^^: C'est l'occas' de voir enfin certains films que je voulais voir depuis des années !

1. Le Bon, la Brute et le Truand
2. Bonnie et Clyde
3. La Planète au trésor, un nouvel univers
4. L'homme qui défiait l'infini
5. La vie rêvée de Walter Mitty
6. Vol au-dessus d'un nid de coucou
7. Tatsumi
8. The Troll Hunter
9. Jack le chasseur de géant
10. Master and Commander : de l'autre côté du monde
11. Le livre de la jungle
12. Seul sur Mars
13. La Conquête de l'Ouest
14. Le dernier trappeur
15. J.Edgar
16. Dunkerque
17. The Voices
18. Tron
19. American Sniper
20. Akira
21. Sister Act
22. À nous quatre
23. Mémoire d'une Geisha
24. Cyrano de Bergerac
25. Fight Club
26. Mon père, ma mère mes frères et mes soeurs
27. Terminator
28. Little Miss Sunshine
29. Matrix
30. Timbuktu
31. Le monde de Dory
32. Alien
33. SOS Fantome
34. Star Trek
35. Un jour sans fin
36. Projet X
37. Réalité
38. Memento
39. Impitoyable
40. Les Visiteurs - La Révolution
41. Monty Python : Sacré Graal
42. Moulin Rouge
43. Kung Pow
44. Easy Rider
45. Microcosmos : Le peuple de l'herbe
46. La Cage aux Folles
47. La Passion Van Gogh
48. Adieu au Langage
49. Pulp Fiction
50. Blues Brothers


(Cliquez pour afficher/cacher)
Titre: Watching Challenge 2018
Posté par: Yorick26 le jeudi 01 mars 2018, 23:32:17
Comme promis, les 4 films suivants :

The Big Lebowski
1. Un film avec un anti-héros - J'arrête pas d'en entendre parler en ce moment, mais je sais pas de quoi ça parle. : 7/10

En fait avec ce film, j'hésite entre le classer dans les nanards assumés ou dans les comédies bien foutues. Y a des personnages haut en couleur, des situations quand même très drôles même si certaines, on les voit venir à des kilomètres. Le scénario ne tient à rien : c'est un mec... ou on devrait dire un glandeur qui voit son train train quotidien bien réglé et tout simple chamboulé parce qu'il porte le même nom qu'un millionnaire qui a la bonne idée de s'être entiché d'une nymphomane qui a disparu pour laquelle on demande une rançon. Alors si ça commence par simplement se faire casser la gueule et se faire pisser sur son tapis, ça part très vite dans tous les sens avec une surenchère de malheur qui lui tombe sur le coin du museau. Malgré cela, il reste heureux et reprend sa vie au bowling. D'ailleurs c'est pas pour rien que le bowling est choisi. Car à chaque fois que la quille tombe, elle est toujours relevée et remise à sa place. Comme le Duc.

Louise en hiver
7. Un film d'animation pour adultes - C'était dans mes envies. : 9/10

Très joli film que celui-là. Je me suis concrètement régalé. Il s'agit d'une version revisitée de Vendredi ou la vie sauvage. Vendredi tombe un mercredi, la vie sauvage se fait dans une station balnéaire désertée et le personnage est incarnée par une mamie seule souffrant des années qui passent. La question de la solitude revient sans cesse et comme on peut s'y attendre on y prend gout. On apprécie de voir des gens, mais passé le cap de se demander pourquoi on est seul, on se rend compte que la solitude nous apporte une liberté. La qualité de la musique et de l'image sont parfaites, il n'y a rien à y redire. La voix de Louise est juste parfaite et je suis content que ce soit Jean-François Laguionie qui prête sa voix au chien.

La La Land
16. Un film de 2017 ayant eu beaucoup de succès - Voilà, c'est une raison de le voir. : 6/10

Alors j'ai un peu du mal à concevoir l'engouement pour ce film. Alors autant il y a des choses que j'ai apprécié. J'aime bien le sujet "Ce qu'on doit faire pour aller au bout de ses rêves et que peut-on sacrifier". J'aime beaucoup la pâte artistique. Les couleurs sont tantôt chatoyantes, tantôt criardes... C'est un univers coloré avec des représentations de certains passages très sympathiques. Cependant, ce film possède un gros défaut, c'est qu'on se fait chier. J'ai du attendre bien la moitié du film avant que je me prenne au jeu et qu'il y ait un enjeu. La première partie est dénuée d'intérêt, on suit la vie de deux loosers qui s'enferment dans leur passion respective et qui ont du mal à en sortir. Youpi ! Et ça traine. Et ça traine. C'est ponctué de quelques musiques et chorégraphies qui nous réveillent, mais sinon nada. Et puis steuplait ! L'histoire du Jazz... C'est pas comme si on la connaissait pas. Et c'est pas pour ça que j'aimerai le Jazz. Je suis désolé, mais je n'aime toujours pas ça. Alors le petit discours moralisateur m'a un peu fait scrogneugner.

Pour un film plébiscité par beaucoup, j'ai été très déçu.

C'est mon appréciation dès la fin de mon visionnage. J'en ai pas mal discuté dans le topic "Aujourd'hui j'ai vu". Un second visionnage est prévu.

Le Monde de Charlie
36. Un film avec des étudiants - Pas grand chose à dire mis à part qu'il y a Ezra Miller et Emma Watson. : 10/10

J'ai quand même eu méga peur que ça finisse mal cette histoire. Les personnages sont attachants, profonds. On se retrouve en eux. J'y retrouve notamment ma recherche d'identité musicale, mes partages de chanson, mes rêves d'amour et d'aspiration, la recherche d'amis et ce besoin de vaincre ma timidité. Sans vouloir faire le mec qui fait la blague facile, je suis un peu Charlie. Je suis aussi un peu Sam (oui, je ne bois pas). Je dirais bien qu'on attend pas Patrick, mais là ça serait de mauvais goût. En tout cas, malgré une affiche au vert criard et émétique, ce film s'est déroulé sans accroc, je n'ai pas vu le temps passé, j'ai été pris depuis le début. Je n'ai rien à y redire.
Titre: Watching Challenge 2018
Posté par: D_Y le mercredi 21 mars 2018, 21:27:19
Mon numéro 25, Mommy, est vraiment une bombe atomique, un uppercut dans la tronche, je l'ai vu il y a 4 jours et j'y repense encore tellement ça m'a remué le bide. L'histoire :

Citer
Une veuve mono-parentale hérite de la garde de son fils, un adolescent TDAH impulsif et violent. Au coeur de leurs emportements et difficultés, ils tentent de joindre les deux bouts, notamment grâce à l'aide inattendue de l'énigmatique voisine d'en face, Kyla. Tous les trois, ils retrouvent une forme d'équilibre et, bientôt, d'espoir.

De prime abord c'est quand même assez prétentieux, le genre de truc pour bobo cannois qui ne raconte rien et qu'on aime citer à côté d'un film d'auteur hongrois quelconque pour se la péter. Alors certes ce n'est pas facilement accessible, à bien des égards, c'est même plutôt ennuyeux c'est le cas de le dire. Le tour de force arrive lorsque l'on arrive à s'identifier et à s'intéresser à ces personnages de prime abord antipathiques à tous les niveaux (ce qu'on appellerait vulgairement "cassos"). Ils deviennent humains tout simplement, humanité moderne dans toute sa tragédie.

Filmé en 1:1 pour souligner la vie étriquée de ces protagonistes victimes de la société et de la maladie (format qui par ailleurs est "élargie" à des moments clés très réussis), servi par des acteurs hallucinants, agrémenté d'une BO convenue mais solide, le métrage devient d'une puissance émotionnelle que j'ai rarement vu ces dernières années ; une des scène de fin m'a vraiment remué, j'ai pas souvenir d'avoir été autant scotché depuis bien bien longtemps. Et pourtant j'en ai vu des films au pathos facile qui t'arrachent des larmes au marteau et au burin.

Du coup je suis pas mal content parce que sans le Watching Challenge j'aurais jamais vu ce film. J'ai découvert quelques perles d'ailleurs, ça vaudrait le coup d'en parler mais je ferais sans doute un recap d'ici la fin. Et à vrai dire je risque de boucler le challenge assez tôt, je vais peut être me faire un Watching Challenge 2 pour les 6 derniers mois :miou:
Titre: Watching Challenge 2018
Posté par: Yorick26 le dimanche 25 mars 2018, 00:06:52

Voici les 4 films suivants :

C'est arrivé près de chez vous
8. Un film en found footage - Un thème où si on n'aime pas les films d'épouvantes, ben on n'a pas bien le choix. : 8/10

Je ne savais pas grand chose sur ce film mis à part qu'il avait vraiment filmé ses parents presque à leur insu ce qui rend le tout particulièrement drôle. En soit le film n'est pas magnifique. Il est parfois un peu inégal mais dans sa globalité je le trouve très réussi car il arrive à nous rendre mal à l'aise avec ce tueur en série pour qui le moindre petit larcin est le moment de faire de la poésie. On ne prend pas grand chose au sérieux, on ose pratiquement tout. Y a dans cette liberté quelque chose d'intéressant et qu'on ne retrouve plus vraiment maintenant où on nous dit qu'on n'a plus le droit de rire de tout. Alors oui, ça nous gêne. On trouve ça indécent. Mais dans ce film, ce n'est pas comme dans la vie de tous les jours. On est là pour ça. Pour rire de ce qu'on ne peut pas rire. Du coup, on se permet et tant pis si ça choque.

Ce que je retiendrais le plus de ce film ? Le cocktail du Petit Gregory.


La Planète des singes (1968)
11. Un film dont l'un des personnages principaux est un animal : 10/10

En vérité, le personnage principal n'est pas vraiment un animal, mais il est considéré comme tel alors que c'est un homme. C'est ce que j'ai adoré dans ce film, c'est la remise en question de notre prétendue supériorité. J'avais déjà vu le film, mais il y a très très longtemps si bien que je n'en gardais le souvenir que d'une cage au milieu d'une jungle. De plus, le dénouement m'était évidemment déjà connu en raison du matraquage publicitaire des autres films de la saga. Néanmoins, pour un film sorti en 1968 je trouve que le sujet et la manière dont il est traité particulièrement récent. Rajoutez à cela des choix de costumes et de décors qui abolissent la nécessité du recours à des effets spéciaux non disponibles jusqu'alors, je n'aurais pas été étonné si on m'avait dit que le film était sorti 30 ans après. La science-fiction ne devait pas être alors le grand genre du cinéma et cela devait être assez culotté de réaliser ce film. Donc entre ça et le thème qui m'a beaucoup plus, j'ai été captivé par ce film.

Le seul défaut que je pourrais y trouver c'est le traitement des minorités humaines. Nous avons quatre membres à la base, une femme, trois hommes dont un scientifique noir, un américain qui cherche la célébrité et un désabusé.La femme meurt dès les premières minutes du film suite à une fissure dans son lit (que c'est débile), l'homme noir est le premier à se faire tuer (et empaillé pour faire bonne mesure) et le second homme a le droit à un lessivage de cerveau chirurgical.  Manquait plus que ce soit d'une ethnie particulière et on avait le cahier des charges qui était rempli et vite expédier.

eXistenZ
18. Un film qui parle de jeu(x) - C'est parce que Plag l'a vu que je l'ai choisi. 4/10

J'ai trouvé ce film très inintéressant. Peut-être suis-je habitué aux films à rebondissements tels que ceux de Nolan (avec en tête évidemment Inception dans ce cas-ci) ou aux codes du jeu vidéo ? En tout cas l'histoire était cousue de fil blanc. Tout commence avec une situation rocambolesque où le personnage principal se pose des questions qui sont très pertinentes mais qui sont éludées avec un "Oh, c'est normal !". Et bien non, ce n'est pas normal et du coup il est évident qu'il y a un truc qui se trame. Par conséquent il faut pas dix minutes avant qu'on comprenne quel sera le twist final et le film perd beaucoup si ce n'est toute sa saveur. Car on ne va pas se mentir, les réflexions sur le jeu vidéo sont à peine effleurées. L'ambiance du jeu vidéo est particulièrement inesthétique. C'est même pas du gore pour angoisser, c'est du gélatineux ridicule. La musique ne nous emmène nulle part et je ne me souviens même pas de l'avoir remarquée. Il n'y a que les cinq dernières minutes que j'ai attendu tout le film et qui étaient conformes à ceux à quoi je m'attendais qui m'ont plu. C'était pourtant bien essayé comme idée, mais je la trouve très mal réalisée.



Akira
20. Un film d'animation japonais (autre que Ghibli) - 10 avis une bonne note moyenne, un monstre qu'il faut que je vois. 9/10

Très bon film. Même si on se sent qu'il y a un lâchement à la fin dans les métamorphoses, surtout quand ça se lance dans le gore etc. J'ai aimé la musique, j'ai aimé les dessins, c'était quand même super travaillé. Surtout pour l'époque. Pas grand chose à reprocher si ce n'est que la fin s'enchaîne un petit peu trop vite et qu'il me manque un peu plus d'optimisme.

Et comme je sais pas compté et que j'en ai vu 5 :

Macbeth
24. Une adaptation de pièce de théâtre - Une des pièces de théâtre dont j'ai vu le plus d'adaptation et que je connais le mieux. Mais que je n'apprécie pas spécialement. 10/10

Je vais pas parler du fond de l'histoire parce que je l'ai déjà critiqué ainsi que la traduction, mais je vais parler plus de la réalisation. J'ai trouvé ce film sublime et à vrai dire j'ai eu du mal à y trouver des défauts. Je m'attendais à avoir une version revisitée de Macbeth avec des dialogues revus et corrigés pour les simplifier et les rendre plus aptes à la compréhension de tout un chacun. Que nenni, au lieu de ça, j'ai retrouvé de nombreuses phrases qui étaient ancrées dans ma mémoire et que je finissais par murmurer en même temps que son acteur. Je n'ai pas cherché à comparer avec la version traduite que j'ai lue et étudiée car non seulement je ne l'avais pas sous la main, et ça m'aurait fait perdre une partie du fim. Car comme le théâtre, ce film s'attache à donner vie au texte à la différence près que tout ne se passe pas sur une scène restreinte mais dans un monde beaucoup plus large à la limite de l'infini accentuant la réalité des faits. Autre avantage du cinéma sur le théâtre est la possibilité d'ajouts d'effets qui dans ce film ne seront pas utilisés à outrance. Des ralentis exagérés dans des scènes de bataille, des filtres brûlants pour le combat final et quelques effets de lumières pour rajouter à la photographie de ce film des notes de sublime. Les paysages à la fois désolés et somptueux nous imprègnent et sont magnifiquement filmés. Tout comme les émotions des personnages principaux où la folie progressive de Macbeth est très bien illustrée. Je n'avais cependant pas souvenir que celle de Lady Macbeth était si rapide à se rompre. Je me souvenais qu'elle était la première à ne plus pouvoir continuer, mais alors qu'elle semble tenir le coup le plus longtemps, et contrairement à son mari qui s'enfonce progressivement, elle craque d'un coup jusqu'à en mourir. Autre souvenir que j'avais gardé différent, c'est la forêt se déplaçant. J'avais gardé dans l'idée que les soldats avaient utilisé les arbres pour se cacher ou se défendre, mais peut-être était-ce pas la vérité ou trop compliqué à réaliser. 
Titre: Watching Challenge 2018
Posté par: Chompir le mercredi 28 mars 2018, 16:13:07


J'ai pas mal de retard à ce que je vois mais je pense que ça devrait le faire au niveau des 50 films.
Titre: Watching Challenge 2018
Posté par: D_Y le mercredi 28 mars 2018, 23:25:42
Comment on peut mettre la moyenne à Shangai Kid et défoncer impunément la meilleure comédie française depuis les de Funès ? (https://forums.puissance-zelda.com/puissance-chat/data/public/themes/pz/smileys/kara.gif)
Comment on peut donner une meilleure note à La Môme qu'à Mad Max 2 ? (https://forums.puissance-zelda.com/puissance-chat/data/public/themes/pz/smileys/kara.gif)

Bon le Watching Challenge ça sert aussi à découvrir les avis parfois surprenants des autres mais quand c'est comme ça faut prévenir, genre mettre un avertissement comme le "-18" sur les films qui passent après 2h du mat à la télé, là j'ai le palpitant qui a failli aller danser la lambada sur Mars en voyant le 4/10 d'OSS.
Titre: Watching Challenge 2018
Posté par: Synopz le mercredi 28 mars 2018, 23:59:56
Je ne participe pas au Challenge, mais c'est vrai que voir un 4/10 à OSS blesse mon coeur  :'(

J'ai l'impression que tu n'as pas perçu, au-delà de la satire des James Bond et compagnie (qui est bien sûr un aspect important du film), tout le coté hyper sarcastique politiquement et historiquement, avec cette beauferie de tous les instants volontairement accentuée, les dialogues complètement idiots mais génialement écrits, les doubles sens divers et variés. Puis, on peut ne pas apprécier Dujardin, mais sa prestation de la caricature du français paternaliste, colonialiste et bien beauf comme il faut est sans doute un de ses meilleurs rôles !  v.v

(Cliquez pour afficher/cacher)
Titre: Watching Challenge 2018
Posté par: Yorick26 le jeudi 29 mars 2018, 07:25:45
Heureusement que vous n'avez pas vu que je lui ai mis 2/10. J'ai une grosse incompatibilité d'humour avec ces deux films. La seule chose que je trouve rigolote, c'est le passage de Bambino.
Titre: Watching Challenge 2018
Posté par: Chompir le vendredi 30 mars 2018, 12:07:13
@Synopz, je pense avoir perçu le côté sarcastique historiquement et politiquement et je reconnais que le rôle de Dujardin est vraiment excellent et qu'il le joue à la perfection. Le film est très bon en soit, même excellent mais c'est pas le genre de film que j'aime, je trouve cet humour, cette beauferie accentué et lourde trop contraignante pour que je prenne du plaisir à regarder le film. Je l'ai noté en premier lieu pour ce que j'ai ressenti en le regardant mais ça ne m'empêche pas de le trouver vraiment très bien écrit et génial dans son genre. :^^:
Titre: Watching Challenge 2018
Posté par: Synopz le vendredi 30 mars 2018, 12:49:23
Je comprends tout à fait qu'on puisse ne pas y adhérer après, pas de soucis sur le fait que tu notes le film selon l'expérience que tu en as eu après tout ! Mais personnellement, les deux sont vraiment des films cultes, et même si la plupart des gens y adhèrent, je me souviens aussi avoir essayé de le montrer dans deux ou trois occasions sans que ça prenne du tout. J'ai l'impression que les gens qui sont imperméables à l'humour du film le sont vraiment beaucoup !
Titre: Watching Challenge 2018
Posté par: Yorick26 le vendredi 30 mars 2018, 19:51:57
Oh non. Vous êtes très nombreux à aimer ce film. Sur une promotion de 120, nous avons fait toute un gala de deux heures autour du thème de ce film. Les votes étaient parlant malgré pas mal d'autres thèmes tout aussi sympathiques. Je ne l'aime pas, je suis conscient que c'est un film culte. Je connais pas mal de répliques par cœur, mais la note personnelle reste "catastrophique".
Titre: Watching Challenge 2018
Posté par: Nilezor le samedi 31 mars 2018, 09:37:35
Yorick, concernant eXistenZ, vu ce que tu en dis, je pense que tu es passé à côté du film. Karim Debbache en a fait une critique (du temps de l'émission Crossed) avec laquelle je suis d'accord sur pas mal de point, et comme il explique bien mieux que moi je te suggère de la regarder :
http://www.youtube.com/watch?v=_JjQQeFgQBQ

Alors bien sûr il ne s'agit pas d'adapter son avis en fonction des critiques, mais parfois ces dernières peuvent aider à mieux comprendre un film et à le redécouvrir.
Titre: Watching Challenge 2018
Posté par: Yorick26 le samedi 31 mars 2018, 17:59:04
Vu ce que tu en dis, je pense que tu es passé à côté de mon avis car mis à part qu'il fallait que je regarde VideoDrome pour mieux comprendre le contexte du film, je n'ai rien appris de neuf. J'ai bien compris les idées véhiculées. De plus, si je n'aime pas un film, je lis toujours quelques critiques sur SensCritique pour lire d'autres avis. En l'occurrence, la vidéo de Karim Debbache m'en a appris moins que deux lectures de textes (mais les gags étaient plus drôles). Donc je persiste et je signe.

De plus, je suis surtout pas d'accord avec "comme il explique bien mieux que moi". Au-delà du fait que ça augmente l'activité sur le forum, c'est plus intéressant et plus profond quand il y a un échange.
Titre: Watching Challenge 2018
Posté par: Yorick26 le mardi 17 avril 2018, 19:41:29
Encore deux films et je suis à la moitié !  :tchuss:



Le Nouveau Monde
9. Un film basé sur un conte de fées - C'est con, je me suis fait déjà toute une série de film basé sur des contes, mais lui il m'avait échappé. - 7/10

Raaaah. Quelle fin toute pourrie ! Alors déjà je fais partie de la #TeamSmith, mais là. Quelle fin. Je reproche à l'interprétation que Pocahontas ne retrouve pas son côté proche de la nature. Après je n'avais que Disney comme référence, mais après visionnage de ce film qui couvre le 1 et le 2, je me rends compte que ce film est d'une part beaucoup plus crédible, beaucoup plus complet. Je ne parle pas des amis animaux, de l'arbre qui parle et tout. Je parle juste de la colonisation qui plus présente, des sentiments qui sont plus forts.

Seven Sisters
22. Un film dont deux des personnages sont jumeaux - Bon c'est pas des jumeaux, mais des septuplées, mais ça marche quand même. J'étais persuadé que c'était en fait un film d'épouvante. - 8/10

"Un film dont deux des personnages sont jumeaux"... ça m'a fait rire de voir l'intitulé et de la comparer à la fin. Au départ je pensais tricher, mais en fait pas tant que ça. Enfin bref. Film qui m'a beaucoup parlé car en tant que vétérinaire je suis un agent de la gestion des populations. Même si en France on réalise principalement de campagnes de stérilisation, je sais que dans d'autres pays ce n'est pas non plus exactement le cas et que les euthanasies de gestion de population existent. Néanmoins, par extrapolation le métier que je pratique revient à adopter une loi chez l'homme qui vise à stériliser (de force) la plupart des couples, surtout si vous êtes pauvres. Je sais que je prends beaucoup de raccourci, mais ça reviendrait à peu près à ça. Je ne peux malheureusement pas arrêter de stériliser des petits chats et des petits chiens car c'est également un des facteurs de la propagation de nombreuses maladies qui peuvent être des zoonoses, mais j'ai quand même eu en plein milieu du film un sentiment de culpabilité. Je me console cependant avec le fait que loin d'avoir un besoin de procréer, l'espèce humaine peut ressentir une envie d'avoir des enfants. Chose qui n'est pas le cas. Pour le coup, si je me suis laissé à l'anthropomorphisme tout à l'heure, je sais qu'il ne faut pas le faire dans ce cas. Les femelles ne ressentent pas le besoin d'avoir des petits (donc non il n'est pas recommandé de faire une premier portée et après de stériliser... une portée c'est uniquement pour le plaisir du propriétaire). Elles sont juste sujettes à des cycles hormonaux complètement déstabilisants et incontrôlables.

Mais revenons au film. Je n'ai pas vu beaucoup de défauts. Ce que je lui reproche le plus c'est qu'on comprend beaucoup trop rapidement ce qui est arrivé à Lundi (alors que c'est quand même le titre anglophone du film : What Happened to Monday). Heureusement il y a les raisons qui n'étaient pas évidentes et que je trouve magnifiquement tragiques. Autre petit soucis, c'est que je trouve étrange que la méchante du film incarnée par Glenn Close a mis 30 ans à essayer de faire avancer sa carrière. Ça évolue bien plus vite. De même le futur a un design assez particulier. On dirait un pré-Blade Runner et le moment où Lundi achète un rat m'y a fait fortement fait pensé... Mais si la loi de l'enfant unique était tellement une réussite, on devrait avoir un regain de la nature au lieu d'avoir une ville exacerbée. La surpopulation est toujours là et pourtant Glenn Close nous présente à l'aide de beaux graphiques trafiquotés une nette diminution de la population. Quel en est l'impact ? Tout ça on ne le saura pas, et c'est dommage. A moins qu'il n'y ait aucune réussite... Je trouve en gros que c'est dommage de ne pas aller plus loin et de nous fournir une réponse.

The Tree of Life, l'arbre de vie
29. Un film qui a apporté une innovation - Ce thème de merde... Je m'attends à être déçu. - 5/10

Euh. Ben c'était bizarre. C'est l'histoire d'un drame familial comme il y en a 100 000. Et encore "drame", c'est un bien grand mot. C'est triste, mais c'est hélas la vie. Ce qui a voulu être mis en évidence dans ce film, c'est le vécu de cette perte dans toute sa spiritualité. Ce qui est profondément lourd. J'aurais préféré qu'on nous bassine pas avec tout le côté religieux de la chose. Car sinon, c'est un film qui est certes long, mais qui est très joli. Avec des images de synthèses, des images macro, des images suggestives allant de la création du monde et de la vie jusqu'à celle de l'au-delà.

A la limite, j'aurais préféré que ce soit que des passages symboliques avec de la jolie musique, mais il a fallu rajouter une histoire pas très intéressant avec un matraquage religieux indécent. Mais là, le Monsieur a voulu tout mettre dans le film, du coup c'est un fourre-tout qui ne peut pas plaire à tout le monde.

August Rush
47. Un film sur l'art - Sur la musique, dans mes envies. - 8/10

Un peu de niaiserie qui fait du bien. Qu'on soit bien d'accord, c'est tiré par les cheveux d'avoir un gamin qui voit une feuille de partition et qui tout d'un coup sait rédiger des pages de solfèges. Je ne sais pas grand chose en solfège, mais pour moi c'est quand même dans l'idée que c'est comme apprendre une langue étrangère. Il faut un peu plus d'exemple que "Je m'appelle Yorick et j'ai 28 ans." Mis à part ça, c'était très sympathique à regarder. Ca fait passer une bonne soirée. J'ai juste eu du mal avec le jeu d'acteur de certains. Il n'y a que Robin Williams qui m'a vraiment convaincu et j'ai aimé son rôle. Oh comme mon petit coeur a fondu quand j'ai reconnu sa bouille.
Titre: Watching Challenge 2018
Posté par: Yorick26 le mercredi 18 juillet 2018, 22:47:31
Je reviens avec deux films et j'en suis à la moitié :




Sixième Sens
19. Un film avec un acteur qui sort de sa zone de confort - C'est d'un simple ce thème v.V - 7/10

Je me suis fait avoir comme un bleu. Je n'en dirais pas plus, mais encore une fois j'ai été bien naïf et bien sot. C'était un bon film. Je craignais de me faire flipper, mais dans l'ensemble cela reste assez soft. Comme je le disais au début, je me suis fait avoir tout simplement. Suis-je naïf ? En tout cas j'étais bien content, de me faire avoir.

Voyage of Time : Au fil de la vie
21. Un film dont tu aimes la musique originale -  - Une musique entendue sur Spotify grâce à Krystal. Mais je sais pas de quoi parle le film. - 4/10

En fait le film ne parle de rien. D'ailleurs il ne parle pas. Pour avoir regardé peu de temps avant The Tree of Life j'ai toujours cette même impression de regarder un film à afficher dans une salle d'attente ou pour un fond d'écran et un film de propagande pour les créationistes. Cela aurait pu être tout simplement beau à regarder, mais tout n'est pas joli à voir et surtout tout n'est pas logique. Des fois TErrence Malick utilise des raccourcis débiles pour illustrer ses propos, sans compter sur la voix chiante à souhait qui ne sert à rien. La narratrice (Cate Blanchett) me fait l'idée d'une vieille tante qui regarde le film avec toi, qui déraille et dit n'importe quoi. Au début c'est marrant, mais à la fin, quand on part dans des listes qui n'ont ni queue ni tête, ça devient saoulant. Quel dommage. Même la musique que j'avais surkiffé dans The Tree of life, je n'ai pas apprécié autant dans ce film.

Titre: Watching Challenge 2018
Posté par: Cap le jeudi 19 juillet 2018, 07:56:22
Et maintenant, go revoir le Sixième Sens pour que tu réalises à quel point ça colle super bien :oui:
Titre: Watching Challenge 2018
Posté par: Yorick26 le jeudi 19 juillet 2018, 08:19:04
S'il repasse un jour à la télé, ouais comme ça, je le regarderai mais j'ai refait le film dans ma tête et mis à part la première vraie rencontre où j'avais l'impression qu'il parlait avec la mère du petit, ça colle effectivement très bien.
Titre: Watching Challenge 2018
Posté par: D_Y le dimanche 09 septembre 2018, 23:37:35
Bon, ça avance les enfants ?
Perso j'en suis à un peu plus de la moitié, j'ai arrêté du jour au lendemain pour faire autre chose et pour regarder d'autres films qui étaient pas dans mon challenge, et là en voyant la date je me suis dit que le 31 décembre ça pouvait arriver vachement vite du coup j'ai dépassé @Yorick26.

Aujourd'hui j'ai vu La Forteresse Noire, de 83, un des premier Michael Mann (Heat, Manhunter... donc pas un clochard normalement). Film d'horreur fantastique qui se passe dans les carpathes en 43, avec des nazis et des SS pas piqués des hannetons. Deux gigolos de la Wehrmacht ouvrent sans le faire exprès un endroit de la dite forteresse noire qui en fait renfermait une puissance ancestrale enfermée là-dedans depuis des millénaires. Les nazillons font chercher d'un des camp de concentration un des seul spécialiste de l'endroit, en la personne du Dr Cuza (Ian McKellen, futur Gandalf et Magneto), qui reconnait en cette force surnaturelle le "golem" de sa religion, chargée de tuer les persécuteurs de sa race et de venger les juifs. Mais peut-être Gandalf se fait-il manipuler ?

L'autre c'est Carnet de voyage, inspiré d'un voyage que fit le jeune Che Gueverra en 1952 dans toute l'Amérique Latine, avec un de ses amis (Alberto Granado). C'est ce voyage qui l'a mis en contact avec le petit peuple et lui a insufflé son idéologie communiste, en voyant les inégalités socioéconomiques terribles dans l'Amérique latine du milieu 20e.
Petit road-trip dépaysant (ça change des trucs étasuniens en tout cas) tantôt drôle tantôt tragique, une bonne occasion d'en apprendre un peu plus sur l'un des révolutionnaire les plus emblématique, que l'on adhère ou non à son idéologie.
Titre: Watching Challenge 2018
Posté par: Yorick26 le lundi 10 septembre 2018, 10:05:19
En vrai j'étais à 54% mais je n'ai pas mis à jour le premier poste pour ma part. En effet j'ai vu depuis Divines et The Great Gatsby. Quand j'aurai vu un peu plus de films je me relancerai. Merci pour cette piqûre de rappel.
Titre: Watching Challenge 2018
Posté par: D_Y le samedi 15 septembre 2018, 23:29:52
Plus que 20 pour ma part :hap:

Je m'en suis enchainé plusieurs en très peu de temps, Cendrillon de 2015, qui est avec la Belle et la Bête et le Livre de la Jungle la version live des vieux classiques animés de Disney. C'était exactement la même chose, du coup, mais avec de jolies couleurs, de très beaux costumes, mais c'était quand même méga-niais comme truc, à en vomir des arcs-en-ciel. J'ai aussi eu un peu de mal avec quelques effets spéciaux numériques qui pétaient la rétine bien comme il faut (les souris cheap ou la version âgée de la fée).

Ensuite, Monster avec Charlize Theron, portrait d'une femme serial-killer aux États-Unis qui tuait uniquement des hommes. C'est un film plus psychologique que policier/thriller ce qui n'est pas pour me déplaire. Charlize Theron est méconnaissable (ils ont réussi à bien l'enlaidir sans la rendre moche) et joue comme une déesse. A noter la présence au casting de Christina Ricci aka Mercredi dans les films de la famille Addams.
Bref, ça touche aussi bien à la psychologie criminelle, les remords, ce qui pousse à l'acte ultime, la complicité passive, et une critique sociale assez bien vu, car le film questionne sur les existences individuelles ; sommes nous libres de notre destin ou simplement mus par un ensemble d'expérience qui autant nous mettent dans le moule, autant nous envoient dans les bas-fonds de la société où la violence et les vices nous enveloppent malgré nous.

Derniers en date, le Faust de Murnau (Nosferatu), daté 1926. Sa présence dans mon WC était motivée par ma lecture récente du livre de Goethe. Pour être honnête je suis fasciné devant les films muets, peu importe leur qualité intrinsèque. Ils nous renvoient à une époque si lointaine que ce simple fait suffit à m'intéresser. Et c'est Murnau quoi, on peut pas test... Un des meilleurs réal du genre avec Buster Keaton, Fritz Lang, et bien sûr Chaplin.
Bref je vais pas refaire l'histoire, pacte faustien, Méphistophélès, Marguerite... Y'a pas mal de passages qui ont été coupés du livre de Goethe mais l'essence reste la même. C'est très religieux à la surface mais aussi un beau questionnement sur le libre-arbitre. Dans le cas de ce film les décors et costumes, effets spéciaux d'époque sont assez impressionnants (pour l'époque, encore une fois) et c'est difficile, pour ma part, de s'ennuyer sur une telle histoire. Je n'ai donc pas vu le temps passer :R

Et honnêtement, ça devait pas faire sourire les petits du début XXe :

(https://78.media.tumblr.com/tumblr_ltad9mlAvr1qcay1ao1_500.gif)

(et c'est dispo sur Youtube en plus)
Titre: Watching Challenge 2018
Posté par: Yorick26 le dimanche 16 septembre 2018, 09:43:19
Roh ça va, le fanfaron ! Moi d'abord, il m'en reste plus que toi ! Na ! (Bon il m'en reste 21, tu vois j'en ai plus que toi nananananèreuh)

Divines
39. Un film sur l'amitié - 8/10

J'aurais mieux fait de ne pas regarder la fin juste après m'être réveillé. J'ai comme une boule sur l'estomac que je dois absolument évacuer. Comme le dit le thème du film. Il s'agit d'une histoire d'une amitié jouée par deux jeunes actrices pleine de potentielles. Comme le dit les autres critiques du film, la banlieue et ses stéréotypes servent d'intrigue et de leçon de moral. Mais cette dernière je ne la trouve pas poussive à l'excès. On nous fait pas la morale pure et dure que la drogue c'est mal. L'argent facile c'est mal. A la fin, on ose espérer qu'elle va réussir son coup, devenir riche et pouvoir faire ce qu'elle veut et finir avec son danseur qui mit une chemise pendant seulement 30 secondes du film. Même si ce n'est pas bien. Le film nous met aussi très bien à la place de ces banlieusards. On finit par détester les services municipaux et la colère contre eux nous semble légitime. Rien que pour ça je dis bravo.

Gatsby le Magnifique
42. Un film australien - Le réalisateur est australien. - 8/10

Je crois que ce film a fait l'unanimité. Il est parfait dans ses décors, le choix des musiques est assez exceptionnel puisqu'il arrive à vous placer du Lana Del Rey sans sourciller et nous avons une histoire prenante. Le jeu d'acteur de Leonardo DiCaprio était assez époustouflant. Je ne suis pas spécialement un fan de ce cher monsieur, et je n'ai pas vu la plupart de ses films, mais force est de constaté qu'il est convaincant. Il y a dans ce Gatsby un idéal de gentleman qu'on aimerait être ou vouloir être. Classe, qui a le sens de la fête, artistique, très riche, envié et profondément amoureux et qui se paye le culot d'avoir le droit à un passé sombre et mystérieux. Je ne peux pas oublier la scène où Gatsby perd son sang froid. Mais regardez ses joues. J'ai été vraiment bluffé et surpris. Je m'y croyais et je comprends la peur qui a été éprouvée par la suite. Et c'est rare que j'éprouve une telle crédibilité qu'il faut absolument le préciser. Au contraire, notre cher Spider man qui joue les Nick souffrent d'une comparaison difficile. Il est plat pleutre et pas intéressant. On n'y croit pas. C'est dommage car les autres personnages sont très bien. Daisy est absolument ravissante si on finit par la détester et avoir de la pitié pour elle. Son amie qui est décrite comme le personnage le plus effrayant a pourtant toute ma sympathie. Le mari de Daisy (désolé, j'ai aucune mémoire des noms) est prétentieux, arrogant, stupide, mais malheureux. On en viendrait presque à le plaindre et à comprendre qu'il a fait ça par vengeance pour l'une des femmes qu'il aime et pour sauver l'autre qu'il aime, mais différemment. En vérité, même si les costumes et les décors sont absolument magnifiques, ce sont vraiment les personnages qui sont très bien écrits. L'oeuvre de Fitzgerald est très réussie effectivement et je comprend très bien que cela fasse partie des livres qu'on fait lire à l'école car cela doit être un régal même si ce n'est pas sûr que l'on sache apprécier une telle qualité.

Rêves d'Androïde
27. Un film avec des robots - J'hésite avec Blade Runner 2049, mais je sais pas s'il y a vraiment des robots, lui fait partie de mes envies. - 6/10

Je n'ai pas spécialement été accrochés par ce film. Je lui trouve beaucoup trop de défauts qui en soient ne sont pas dérangeants mais qui lorsqu'on commence à le comparer avec d'autres films qui sont dans le même style, apparaissent grossis. On peut le comparer à deux films : premièrement Pinocchio et deuxièmement Nausicaä (voire Akira). Dans le premier, on retrouve l'idée d'une marionnette qui veut devenir un humain et qui doit passer par une série d'épreuves pour y arriver. Il y a souvent, que ce soit dans Disney ou dans les autres films, une peinture humaine peu optimiste mais une enfance qui reste assez pure et innocente. Ici, en voulant devenir humain, il va piocher dans sa folie et dans sa cruauté si bien qu'il en fera peur à Mina et manquera peu de la perdre. Tout ça est raconté d'une manière beaucoup plus crue que ce à quoi je m'attendais. Ne vous fiez pas à la jolie couverture, ce n'est pas fait pour les enfants. On retrouve d'ailleurs cet amour pour les proliférations tissulaires, cette fois-ci, que l'on avait découvert dans Akira. Si vous aimez les branches qui vous poussent dans la bouche, par contre, c'est fait pour vous. Parce qu'il ne restera du compte original italien que quelques références comme la couleur bleue apportant la possibilité d'une métamorphose, quelques branches qui poussent sur le nez, un gros poisson dans lequel Palme (le robot personnage principal de notre histoire, pardon que j'ai oublié de présenter) veut entrer et un acolyte animalier noir et blanc. C'est tout.
On retrouve également du Nausicaä avec son univers avec des arbres fantastiques et bien souvent verruqueux, des machines volantes, son monde supérieur polluée. Un style de monde que j'avais trouvé plus doux. Là la seule ville que l'on voit, elle est fade, malheureuse et pauvre. C'est une question de goût, mais je n'aime pas trop. Et surtout j'avais gardé le souvenir que Nausicaä était mieux fait en terme de dessins, alors qu'il est plus ancien. C'est bien dommage.

Néanmoins, ça reste un bon film, mais je ne suis pas le bon public.

Her
50. Un film qui t'est sans cesse conseillé mais que tu n'as toujours pas vu - 15 avis, 6 coups de cœur. La liste de Schlinder était déjà pris. - 9/10

Un coup de cœur aussi pour moi. Un thème qui me parle fort, qui a été fait très joliment. Esthétiquement c'est sobre et beau. C'est un beau futur qui ne nous fait pas peur. Certes cela critique le tout numérique, mais il y a encore de l'humanité. Et puis surtout il y a de l'amour. Un amour difficile à comprendre, mais beau et qu'on envie. Voilà j'aime pratiquement tout dans ce film. Il y a juste deux petits bémols : la vulgarisation du sexe. Ce ne sont pas les scènes de sexe que je critique, mais c'est le langage utilisé. Quand en moins d'une minute, tu as trois fois le mot "baiser" (et c'est pas un bisous), ben je trouve ça dommage.
Et puis la fin, elle est belle. Pas à mon goût, mais belle.

(https://media.senscritique.com/media/000016005693/150/Divines.jpg) (https://media.senscritique.com/media/000005695281/150/Gatsby_le_Magnifique.jpg) (https://media.senscritique.com/media/000017446730/150/Reves_d_androide.jpg) (https://media.senscritique.com/media/000006629445/150/Her.jpg)
Titre: Watching Challenge 2018
Posté par: Chompir le lundi 17 septembre 2018, 16:32:00
Bon allez, petit up de mon côté parce que j'avais quand même continué un peu malgré une très longue période ou je n'ai rien regardé, je compte bien reprendre clairement et essayer de voir le plus avant la fin de l'année en ayant repris aujourd'hui.


Les chemins de la liberté
5. Un film sur le voyage (10/10)

Un film merveilleux qui nous montre la dure vie lors de la période du communisme et des coulags, ce voyage vers la liberté d'un groupe d'homme qui traversera toute la Sibérie, la Chine et le désert de Gobi puis l’Himalaya pour atteindre la liberté en Inde. La dure vie d'un tel voyage a, je trouve, été bien retranscrit à travers les différents personnages et la mort de certains à cause des conditions. La scène finale m'aura fait versé une larme devant ces touchantes retrouvailles. Le film porte très bien son nom et je trouve, est un véritable chef d'oeuvre.

Stuart Little
17. Un film avec un animal qui parle (6/10)

Le film à l'air à premier lieu pensé pour les enfants mais je doute qu'ils soient capables de comprendre la morale derrière l'arrivé d'un enfant (qui n'est autre qu'une souris) si différent. C'est un conte sur l'acceptation et les différences et un lien qui se forme. Après, le film ne casse pas trois pattes à un canard mais reste néanmoins très agréable à regarder même s'il peut-être parfois longuet.

Akira
20. Un film d'animation japonais (autre que Ghibli) (9/10)

Un chef d'oeuvre tout simplement, même si j'ai entendu que le film fait main basse sur énormément d'élément et ne comporte qu'une partie de l'histoire. Il est assez dur dans ce monde ou les enfants n'ont pas leur place, et ou la police dirige la totalité de la ville. Je l'ai vu il y a pas mal de mois donc mes souvenirs sont assez flou mais j'ai plus trop souvenir des trois enfants avec les gènes d'Akira mais j'avais souvenir que ça partait un peu loin et au final on a très peu d'information surtout sur le premier enfant modifié. Le final reste néanmoins grandiose et incroyable.

Toy Story
29. Un film qui a apporté une innovation (10/10)

Le premier long métrage du studio Pixar, un véritable changement dans le monde de l'animation avec l'arrivé des images de synthèses. Le film en lui même est génial, notamment toute la partie chez Sid et l'horreur qu'on peut y ressentir. J'ai pas grand chose de plus à dire je dois avouer, j'aime déjà énormément la saga Toy Story mais le premier est clairement le meilleur et il déchire (oh et la musique (https://youtu.be/81dWdeDjfC4l) OMG je l'aime tellement *o*).
Titre: Watching Challenge 2018
Posté par: Yorick26 le vendredi 26 octobre 2018, 00:28:52
Bon okay, là je perds espoir de finir avant toi, mais j'ai bon espoir de finir quand même avant la fin de l'année D_Y.

Little Miss Sunshine
2. Un road movie - Je me souviens d'avoir fait une parodie de cette affiche, donc j'ai un intérêt particulier pour ce film : 7/10

Un petit film bien sympathique qui pour le coup a toutes les caractéristiques du road movie américain : une famille recomposée se retrouve à parcourir la route sur laquelle il lui arrivera les emmerdes les plus inimaginables et improbables. Parce que pour le coup, se faire arrêter par les flics avec un cadavre dans le coffre alors qu'on amène sa fille à un concours de beauté, ça te coupe le souffle. C'est aussi un film qui ne brille pas par son esthétisme, mais dans son exploration des différents genres, il est efficace. On rigole beaucoup. On est pris aux tripes lorsque l'émotion est là quand certains protagonistes doivent renoncer à leur avenir. C'est un film qui donne envie d'aimer sa famille même si des fois on les déteste, surtout si des fois elle nous manque.

Les Chaussons rouges
13. Un film avec deux réalisateurs - Il me fallait une raison pour regarder ce film. Dédicace à D_Y : 9/10

Très bon film. Autant D_Y trouvait la seconde partie chiante comme la mort (j'exagère), autant j'ai tout apprécié. C'est surtout un hymne à la passion. La passion de la danse, l'amour, la passion pour son travail. Je suis encore une fois surpris de la qualité d'un film qui a plus de 60 ans et de ma capacité à l'apprécié. Les prouesses techniques reposent sur ses acteurs et sur la danse. C'est qu'elle bouge bien ses jambes la bougresse. La scène du ballet, rare moment où des effets spéciaux, pourrait donner un côté désuet à la chose passe sans soucis.

Le Grand Budapest Hotel
23. Un film qui a gagné l'Oscar de la meilleure création de costumes - Dans mes envies. - 8/10

Un film assez étrange qu'on pourrait presque dire burlesque. Il y a quand même une jolie esthétique, mais c'est à peu près tout. L'histoire n'est pas non plus des plus palpitantes, c'est une histoire d'un héritage qui se passe mal avec un gérant d'hotel et son fidèle allié le lobby boy. Tout est dans l'élégance des personnages, ou l'élégance des lieux et de la manière de filmer. Les costumes eux, ne sont pas des plus jolis. Je suis presque déçu car je m'attendais à quelque chose de magique.

Chantons sous la pluie
28. Un film qui met de bonne humeur - Déjà dans le pack bonus de l'année dernière. - 9/10

Je crois que c'est le genre de film qui me rendra amoureux à chaque fois. Il y a tout. De la comédie musicale, du spectacle, de la danse impressionnante, des chansons célèbres, une histoire d'amour magnifique et une aura à faire pâlir. C'est pas n'importe quel film. C'est quand un film méga célèbre, que pas tant de gens que ça ont vu, mais tout le monde connais à peu près l'air de cette chanson qui a plus de 65 ans. En plus, ils nous offrent un petit bout d'histoire à croquer. A l'heure actuelle, les seules avancées technologiques, ce sont les films en 3D et la qualité d'image. L'histoire se passe au cours de l'invention de la gravure sur cire du son. Le film muet tombe donc en désuétude pour le film parlant. Un duo d'acteur·e·s est alors forcé de s'adapter et d'apprendre à jouer et de prendre en compte les paroles. Si pour l'un, la situation n'est pas si compliquée, pour l'autre, c'est beaucoup plus compliquée car en plus de ne pas comprendre comment fonctionne l'enregistrement du son ce qui fait que tout est mal réglé, elle possède une voix nasillarde absolument insupportable. Sa carrière se voit voler en éclat. Se rajoute une histoire d'amour, des complots et de la jalousie. C'est vraiment un chouette film et je regrette pas de l'avoir vu.

Apocalypse Now
32. Un film dont l'affiche ne montre aucun personnage - Pas mal hésité avec Rollerball premier du nom. - 7/10

J'ai eu un peu du mal à me mettre le film dans la tête. Les trois premiers quarts d'heure ont été assez pénible. Je n'étais pas intéressé par l'intrigue et par cette peinture de la guerre du Vietnam qui, disons-le, n'est pas mon sujet favori. Ce n'est que lorsque le personnage principal commence à comprendre son ennemi et se rapprocher de sa cible que j'ai commencé à me plonger dedans. Pas spécialement à bras ouverts, mais je voyais mieux où on voulait en venir. L'esthétique était plus claire, la folie était exacerbée comme celle de ce tireur qui lutte contre ce Vietnamien accroché à un barbelé, comme la prise de ce pont lumineux chaque jour juste pour dire que le passage est ouvert. Une guerre atroce. D'ailleurs les seuls à survivre semblent être les plus fous. Un film intéressant à regarder, mais qui n'est pas pour me plaire. Dieu merci, c'était la version non Redux, sinon j'aurais chié des cailloux à mon avis.

Star Trek
34. Un film adapté d'une série TV - \\//_ -6/10

Je suis complètement profane de la série. Je ne peux pas juger les innombrables incohérences qui semblerait-il ponctuent le film. Néanmoins, c'est un bon film d'action. Son principal soucis est que les ficelles sont un peu grosse. A chaque fois que l'on nous présente un personnage qui semblerait-il est un personnage lambda, il dit son nom d'une telle manière que tu sais déjà que celui-là il est important et qu'on le retrouvera à plusieurs reprises. C'est dommage. C'est pas naturel. Ah et accessoirement le personnage principal a une tête à claque. Tu as juste envie de frapper sa tête de petit con bien suffisant. Rah. Insupportable.

(https://media.senscritique.com/media/000007087873/150/Little_Miss_Sunshine.jpg) (https://media.senscritique.com/media/000004706494/150/Star_Trek.jpg) (https://media.senscritique.com/media/000012351086/150/Les_Chaussons_rouges.jpg) (https://media.senscritique.com/media/000006352793/150/The_Grand_Budapest_Hotel.jpg) (https://media.senscritique.com/media/000012235164/150/Apocalypse_Now.jpg) (https://media.senscritique.com/media/000015156712/150/Chantons_sous_la_pluie.jpg)
Titre: Watching Challenge 2018
Posté par: D_Y le vendredi 26 octobre 2018, 12:35:17
J'avais pas capté que les 50 films c'étaient du bonus donc j'ai fini le Challenge I guess, j'ai 84%.

Dans les excellentes surprises, j'ai vu hier City on Fire de Ringo Lam, polar hongkongais des années 80. Il est mal noté sur le net mais j'ai pris mon pied avec braquages qui tournent mal, fusillades sanglantes et ambiance bien poisseuse de la pauvreté de Hong Kong, un des meilleur film de mon WC je dirais. En plus ça a inspiré Tarantino pour Reservoir Dogs (d'où le fait que c'était le film de "l'impasse mexicaine").

Egalement surpris par le gigantisme de Fitzcarraldo. Inspiré du "Heart of Darkness" de Conrad (tout comme Apocalypse Now, @Yorick26), c'est l'histoire d'un gars un peu perché qui remonte le fleuve Amazone et un de ses affluent pour construire un opéra en plein cœur de la jungle. Il sera obligé de ravaler une montagne entière pour y faire passer son bateau au dessus pour rejoindre une autre rivière...
Non seulement j'avais jamais vu la jungle filmé de cette manière (on se sent vraiment petit même en tant que spectateur assis dans son canapé), rien n'est truqué dans le film, l'équipe du film a réellement fait des travaux de dingues pour enlever tout un pan de montagne afin de shooter toute cette séquence. Un film de fou !

Je suis content d'avoir vu Miami Vice de Michael Mann. Malgré le fait que j'adore le bonhomme ce film ne me disait rien qui vaille, avec des acteurs que j'aime pas trop, du coup j'y attendais rien du tout et bien finalement tout comme City on Fire (avec qui il partage les notes négatives) j'ai été pris dedans du début à la fin, une excellente surprise.
Titre: Watching Challenge 2018
Posté par: Yorick26 le lundi 12 novembre 2018, 10:33:24
Allez quatre nouveaux films. Me reste 6 semaines en gros, onze films. Ca en fait deux par semaine, ça va le faire.

Into the Wild
14. Un film qui se passe en pleine nature - 3/10

Un film chiant comme la mort traitant de la solitude (à peine) et du rejet de tout. Je crois que le personnage principal part du principe qu'une fois qu'on s'est dépossédé de tout il ne restera que la vérité. Etant donné que je suis pas d'accord, j'accroche pas. En fait j'accroche pas à son rejet de la société. C'est un ado déjà aigri pourri gâté qui brille par son côté désagréable. On n'a pas envie de le suivre. On n'a pas envie de l'écouter. Il est prétentieux à vouloir nous faire la leçon avec ses citations philosophiques. Bref. C'était un mauvais moment. En plus c'est de l'hypocrisie, parce qu'il est constamment aidé, il s'appuie sur de la consommation. Rien que son bus qui a servi d'ancien campement lui offre tout un confort bien loin de l'état sauvage qu'il désire. Du coup, le film et surtout la fin se veut moraliste. Mais devoir supporter sa petite tête de piniouffe tout le long est insupportable.

Source Code
35. Un film qui parle de voyage temporel - Dans mes envies - 8/10

Un film qui m'a bien plu. J'ai eu peur pendant quelques minutes que ça n'aille pas beaucoup plus loin que l'intrigue principale à savoir un homme se retrouve projeté dans les huit dernières minutes d'une victime d'un attentat et doit les revivre inlassablement jusqu'à trouver le responsable de ce dernier et en empêcher d'autres. J'aurais été déçu si cela s'était arrêté là. Cela va un peu plus loin, même si je trouve la solution des mondes alternatifs bien trop faciles. Mon esprit bien carré et terre à terre se rend compte qu'il ne s'agit là que du fruit de l'imagination du héros principal. Néanmoins, elle fait plaisir à voir car elle redonne un minimum d'espoir. Strange fact, j'ai eu une impression de déjà vu tout le long du film ce qui donne une résonance toute particulière vu le sujet du film.

Le Secret de Brokeback Mountain
46. Un film avec un personnage LGBT+ - Classique, sûrement plein de stéréotypes. - 7/10

Il y avait effectivement pas mal de stéréotypes, mais des stéréotypes discrets. On est bien loin de la Cage aux folles, mais les propos sont pas les mêmes. On parle là de la violence de l'amour qui n'est pas accepté. C'est Roméo et Juliette chez les cowboys. J'ai plus été gêné par une esthétique très dure et par un son où des fois j'entendais pas ce que disaient les acteurs. C'est bien dommage. Le fond me plait, l'élocution m'a mis mal à l'aise, la présentation m'a un peu déçu.


Le Bon, la brute et le truand
49. Un film avec une impasse mexicaine - Ça a le mérite de m'expliquer ce qu'est une impasse mexicaine. - 10/10  <3

Je dois dire que je suis assez surpris. J'ai tendance à me dire que bien souvent les notes ne reflètent pas vraiment la réalité et certains films sont très surfaits. Autant là, je n'ai absolument aucun reproche à faire à ce film, mis à part un réglage du son parfois difficile, mais qui est plus sûrement dû à des difficultés techniques.de l'époque (et bim les vieux). Pour le reste, c'est du petit bonheur qui n'a rien à envier aux films d'actions actuels. Y a pas de surenchère. Y a pas de 3D partout juste là pour nous bluffer. On a de l'action véritable où bien souvent c'est la vérité ou l'intellect qui fait le gagnant. Si certains se plaignent que le film est un long, ils ont raison. Trois heures, c'est long. D'accord, mais je ne me suis pas ennuyé. Je l'ai regardé certes en deux fois (car je connais mes limites), mais ma seconde partie de deux heures m'a pris dans son jeu de rebondissements bien menés. La fatigue s'est matée par l'intrigue bien ficelée. Je comprends donc maintenant pourquoi ce film est la référence du western. Cela me donnerait envie d'en regarder d'autres même si je ne suis pas fan de l'univers.

Ordre de visionnage :
(https://media.senscritique.com/media/000008442339/150/Le_Secret_de_Brokeback_Mountain.jpg) (https://media.senscritique.com/media/000000119457/150/Source_Code.jpg) (https://media.senscritique.com/media/000008032023/150/Le_Bon_la_Brute_et_le_Truand.jpg) (https://media.senscritique.com/media/000006567704/150/Into_the_Wild.jpg)
Titre: Watching Challenge 2018
Posté par: D_Y le vendredi 14 décembre 2018, 13:57:46
Bon, moi j'ai pratiquement fini mon challenge, il me reste 3 films, j'en ai deux au chaud qui m'attendent par contre le dernier (La Sentinelle), je vais pour acheter le DVD et là :

(https://steamuserimages-a.akamaihd.net/ugc/956350489852981049/4A857F4F9A977B4055B6DFE094EF9107F512C22C/)

(https://media.giphy.com/media/VrSZDlpRaHYje/giphy.gif)

Et en tipiak ça a pas l'air mieux, le seul film du même nom que je trouve c'est une bouse avec Nicolas Cage. Quelle frustration si je suis obligé de m'arrêter à 49.

Ah et shame on you @Chompir et @Linkondo, vous avez pas idée à quel point votre liste est une tuerie et que vous passez à côté de beaucoup de bijoux :hap:
Titre: Watching Challenge 2018
Posté par: Chompir le vendredi 14 décembre 2018, 14:05:25
Personnellement j'abandonne pas l'idée de me faire la liste entière, c'est vrai que j'ai pas pris le temps (et pourtant j'en manquait) de regarder tout les films. J'aurai du me forcer à en regarder au moins ou un deux par semaine.
Titre: Watching Challenge 2018
Posté par: D_Y le mercredi 26 décembre 2018, 10:54:50
Je suis obligé de changer un film pour mon challenge, le DVD coûte beaucoup trop cher et je ne le trouve nul part en tipiak. Du coup je triche un peu parce que mon jour et mois de naissance, y'a pas eu grand chose en film, par contre je choisis Sister Act qui est sorti en mai 92, ce qui fait que j'ai approximativement le même âge que ce film :hap:
Titre: Watching Challenge 2018
Posté par: Ptitecocotte le mercredi 26 décembre 2018, 20:21:32
L'intitulé du thème étant : 3. Un film sorti le mois et l'année de ta naissance, je vois pas pourquoi tu te prends la tête. Ça fonctionne avec Sister Act.

Mais wtf, t'as jamais vu Sister Act?!
Titre: Watching Challenge 2018
Posté par: Yorick26 le mercredi 26 décembre 2018, 23:09:56
Pour ma part, je ne désespère pas finir dans les temps. Il me reste trois films à voir. Edward II que je trouve difficilement, qui est quand même à 30€ sur amazon (et je suis pas sur que ce soit la version française), impossible à trouver en version tipiakée (je me retrouve avec Very Bad Trip 3). Je pense que je vais essayer de changer de film. Il me reste également le même temps que D_Y avec Rêves, un film japonais. Et il me reste également Seul sur Mars. Du coup, je vais finir sûrement par un blockbuster et je pourrais faire comme l'année dernière me mater le DVD la veille du jour de l'an. J'ai pas mal de critiques à partager, mais je les ai pas toutes rédigées. Je préviens juste que la critique de The Plague Dogs va être salée. Je l'ai pas aimé du tout en plus de m'être tapé une VO inaudible.

Je remplacerai sûrement Edward II par Good Morning Vietnam.
Titre: Watching Challenge 2018
Posté par: D_Y le mercredi 26 décembre 2018, 23:49:44
Ben moi j'ai fini Sister Act (et oui Cocotte, j'ai déjà vu ce film étant môme mais j'en avais aucun souvenir), et j'ai lancé mon dernier film, dans une heure à peu prés j'ai fini mon challenge :ange:

Perso j'aime bien The Plague Dogs qui à l'époque était le dessin animé le plus sombre (et de loin) que j'ai vu. Un peu après j'ai vu Watership Down qui est fait par le même réal et qui est adapté d'un livre qui est un grand classique de la littérature enfantine anglo-saxonne, que tu pourrais peut être tenter @Yorick26 ?

Je tenterais bien de faire plusieurs critiques mais là à chaud, j'ai découvert pas mal de trucs bien sympa : Mary & Max, Fitz Carraldo, Breakfast at Tiffany's, Mommy, Miami Vice, Harakiri, Kiss Kiss Bang Bang, City on Fire...
Donc ça valait quand même le coup, j'aurais sans doute pas vu un quart de ces films en tant normal. Cela dit j'ai vu pas mal de films à côté qui m'ont procuré plus de plaisir, le côté "contrainte" du WC ça rend certains visionnages pas hyper agréables.

Les listes elles changent suivant les années ? T'es parti pour une cuvée 2019 Yorick ?
Titre: Watching Challenge 2018
Posté par: Yorick26 le jeudi 27 décembre 2018, 07:28:49
Oui la liste change chaque année avec des thèmes qui sont parfois de plus en plus originaux et compliqués. Mais je suis d'accord avec toi qu'il y a des films que je n'aurais jamais vu et surtout je pense que je ne serai pas sorti des sentiers battus comme je l'ai fait jusqu'à maintenant. Quand je dois me poser devant un film, je regarde souvent un truc d'action. Je n'aurais jamais eu l'occasion de me dire "Et si je regardais Chantons sous la pluie, tiens ?", j'aurais plutôt cherché dans ce qui est sorti en dernier.

La liste "officielle" n'est pas sortie, mais même si elle ne sort pas, j'ai une liste personnelle de thèmes s'il le faut que j'avais préparé pour 2018.



Voici quelques avis sur certains films que j'ai vu. Faudra que je fasse le tour, il doit y avoir des avis qui ont du passer à la trappe et d'autres que je n'ai pas encore faites (genre La liste de Schlinder)

Rêves
3. Un film sorti le mois et l'année de ta naissance -  mai 1990, chiant à trouver. 8/10

Un film assez disparate en définitive. Il est composé de 8 mises en scène ayant pour même thème le rêve et un désir de revenir à un mode de vie plus naturel et d'arrêter la course aux progrès. Des fois la notion de rêve est difficile à trouver comme c'est le cas dans les derniers sketchs. Le seul indice que l'on a c'est qu'on retrouve le même personnage qui parcourt tantôt les tableaux de Van Gogh, tantôt les versants du Mont Fuji rouge en train d'exploser sous l'effet d'une explosion nucléaire, tantôt un mode apocalyptique avec une déshumanisation (qui frise le ridicule, faut le dire), tantôt un village utopique des moulins à eau. Si le rêve n'est pas clair, la volonté d'exposer ses idées est ici principale. Inversement, dans le premier, les idées sont plus en filigrane (bien que présente avec les vergers en fleurs ou dans le Tunnel), c'est vraiment le rêve qui est le plus important. Il y a une vision qui est partagée avec l'utilisation du folklore japonais qui est tout à fait intéressant.

Le film paraît un petit peu long et on se dit que des fois si on enlevait les longueurs, on en aurait pour moitié moins de film. Cependant, je trouve qu'elles font partie du tout et qu'elles contribuent à la contemplation du film. Cela m'a certes valu de m'endormir à la fin de l'épisode de la cordée dans la montagne, mais en reprenant le lendemain matin, c'était tout bon.

Mention spéciale à Scorsese qui est méconnaissable et que je n'aurais pas reconnu de toute façon si je n'avais pas lu les anecdotes.

The Plague Dogs
4. Un film dont un personnage partage l’une de tes passions
- les animaux, mais apparemment c'est impossible de trouver un film sur les animaux qui finit bien... 3/10

A dire vrai, le film ne commence pas bien. L'affiche a un petit quelque chose d'innocent qu'on ne retrouve pas dans le film. Rien n'est innocent. Tout est fait pour te faire bader et te montrer à quel point la vie de ces deux chiens d'expérimentations est injuste et cruelle. J'ai peut-être un parti pris ou une connaissance plus poussée de ce qu'il se fait en France pour avoir contribué de loin (rassurez-vous, cela consistait juste à les promener et à leur chercher une famille une fois leur étude terminée... Et à s'entrainer à faire un prélèvement de semence aussi, mais je vous passe les détails... Ils avaient l'air plutôt content); Du coup, je sais que maintenant ce n'est pas comme ça que ça se passe. Je sais également que leur utilisation de la menace de la peste est complètement foireuse. Je sais également cependant que l'humain est assez abruti pour arriver à ce genre de débilité. Et ça me fout en rogne. rajoutez à cela que j'ai regardé le film dans une VO  sans sous-titre qui est pénible car pas facilement audible, que je n'adhère pas au style grisonnant des dessins, que les mouvements labiaux pour coller à la voix me dérangent assez (je les trouve pas crédibles là où Disney ne me pose aucun soucis). Bref, j'ai passé une heure 45 assez pénible. Et je ne vous parle pas de la fin qui est des plus ignobles que l'on ait jamais vues. Si vous voulez traumatiser un enfant avec ce dessin animé, c'est celui qui vous faut. J'ai du réécrire la fin dans ma tête pour que ce soit acceptable.

Kon-Tiki
10. Un film qui se passe sur les mers - Dans mes envies.
8/10


Au départ, je l'avais mis dans mes envies et quand vint le moment de le visionner, en relisant le synopsis, je me suis demandé quelle étrange idée j'avais eu là. En définitive, j'ai bien fait de faire confiance à mon premier instinct, c'est le récit d'un radeau qui traverse l'océan afin de prouver qu'une théorie est possible (que la Polynésie a été d'abord conquise par l'Amérique du sud et non pas par l'ouest). Du coup, cela veut dire qu'il faut faire un bateau dans les mêmes conditions que dans l'ancien temps. Bon en vérité, mon esprit critique scientifique m'empêche d'omettre que les conditions ne sont pas assez similaires pour qu'on puisse prouver quoi que ce soit, à moins qu'ils aient déjà inventé à l'époque de la soupe à la tomate déshydratée par exemple. Néanmoins, j'ai bien aimé cette traversé qui m'a rappelé un peu l'Odyssée de Pi et qui met en valeur une foi indéfectible qui va détruire la vie du protagoniste principal en définitive. Mais il y croit et il a besoin que d'autres le croient également. Et c'est beau.

Léo, roi de la jungle
17. Un film avec un animal qui parle - Je l'ai depuis trois ans sur mon étagère, mais toujours pas vu. 8/10

Il est difficile de ne pas parler du Roi Lion de Disney lorsqu'on veut parler de ce film. Il est à la fois source d'inspiration, très similaire et très différent. Grosse différence : la place des hommes. L'intrigue principale se résume à "Une bande d'explorateurs sont à la recherche d'une montagne sacrée au sommet de laquelle se trouve une pierre légendaire capable de fournir une incroyable quantité d'énergie. Cette montagne, cachée de tous, se trouve être dans la jungle de Léo, son roi, père de deux petits lionceaux dont un qui veut devenir ami avec les hommes." Il y a beaucoup de choses dans ce film, ce qui fait que ça va assez vite et que c'est mal amené bien souvent. On retrouve les bases du scénario du Roi Lion. Un fils de roi qui veut explorer et se retrouve totalement isolé, cette fois-ci dans le monde du cirque, pour devenir ami avec les humains. On retrouve également du Pochahontas/Avatar avec le désir d'un pillage de richesse avec des méchants sans vergognes (bien que très ridicules, le dernier mourant d'une indigestion). Les dessins et la musique ne sont pas non plus exceptionnel. On ne reste pas scotché devant la beauté des paysages, mais on admire la classe du roi Léo (et la moustache du Dr. Moustache). La musique est discrète et pas très mémorable. Néanmoins, ce que j'aime dans ce film, c'est son côté méconnu, là où le Roi Lion a un tout autre humour et une aura que je trouve surfaite.

Your name.
33. Un film fantastique - Reçu pour noël 2017 en DVD. 10/10

Très bon film. Je regrette pas de l'avoir commandé car il est déjà ouffissime en terme de qualité d'image. Les décors, les personnages sont magnifiques. L'histoire également est vraiment chouette. Il y a juste le running gag de "je me touche les seins" qui est un peu lourd à la fin. J'ai juste eu peur qu'on n'ait pas de fin heureuse, mais non ça va. Ouf. Bref. J'aime beaucoup.

Orphée
40. Un film se déroulant à une époque de l'histoire qui te fascine - La mythologie grecque et principalement Orphée et Euridice. 6/10

Ou que c'était ardu. J'ai pas bien fait gaffe quand j'ai sélectionné le film. Un film de Jean Cocteau avec Juliette Gréco et Jean Marais. Parait que les autres sont aussi connus, mais ce sont surtout les plus intéressants. Au départ le scénario n'a ni queue ni tête. La "Mort d'Orphée" tombe amoureux de ce poète en disgrâce et commence par tuer un autre poète, sans raison compréhensible. Peut-être est-ce pour avoir un autre poète plus en vogue avant de se rendre compte que ce n'est pas lui qui l'intéresse ? C'est pas bien clair. Le rôle de Cégeste ne sert en définitive pas à grand chose mis à part à envoyer des poèmes à travers une radio. L'autre mort Heurtebise est le chauffeur, mais lui, il est amoureux d'Euridice et va tout faire pour faire en sorte qu'elle revienne à la vie, au moins. Mais évidemment, tout se complique... Et le scénario devient un peu plus fou encore. Il faut mettre des gants de vaisselles (à l'envers en plus) pour passer à travers un miroir pour passer devant un tribunal qui sait déjà tout, mais contre lequel on doit tout avouer sans avoir la possibilité de mentir. Puis tout compte fait, une fois que la mort a ce qu'elle veut, elle décide de revenir en arrière et faire comme si rien n'était. Pauvre Cégeste, mort pour rien.

La Liste de Schindler
41. Un film qui a au moins 8 de moyenne sur SensCritique - Recommandé 36 000 fois. 10/10 <3

Au mon dieu. Cela faisait tellement longtemps que j'avais pas tant pleuré. Tout le long j'ai ressenti une lourde culpabilité et un soulagement. Culpabilité de ne rien pouvoir faire devant tant d'horreur. Soulagement que je réagisse comme ça. Certes je n'ai pas peur pour ma vie ou pour celle de ma famille, mais cela me rassure de me dire que je ne pourrais pas ne pas être révulsé devant de telles horreurs. Honnêtement, ce film est un coup de maître. Je me suis dit "Ah ? C'est un Spielberg ?". Il est long certes et tellement chargé d'émotion. Ma seule distraction était de me rappelait que c'était le même acteur qui jouait Voldemort (chose qui m'était passé un peu au-dessus lorsque je regardais The Grand Budapest Hotel). De même, j'avais pas le rapprochement avec Ben Kingsley que je ne sais pas reconnaître quand il a des cheveux.

Good Morning, Vietnam
44. Un film qui a rendu un acteur célèbre - Initialement, j'avais choisi Edward II avec Tilda Swinton, mais le film était assez introuvable, donc j'ai préféré me rabattre sur l'un des premiers films de Robins Williams. 8/10

Deux films que je vois sur la guerre du Vietnam. A chaque fois on se retrouve avec un message comme quoi c'était une guerre vide de sens. D'ailleurs, comme je suis une brêle en histoire, j'ai pas compris à quoi sert cette guerre. Enfin bon, bref, le film est rigolo. L'humour est bon. Enfin il m'a plu. Robin Williams était dans son personnage. Dans ce qu'il aime faire.