Forums de Puissance-Zelda

Communauté => Créations Artistiques => Littérature, Fictions => Discussion démarrée par: stefbad le samedi 08 novembre 2014, 09:44:23

Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le samedi 08 novembre 2014, 09:44:23
Stefbad, les Fics de l'Histoire



Bonjour, bienvenue dans le portail de Fics de Stefbad ! Vous aurez ici un accès rapide aux fics que j'ai créé ainsi que quelques annotations diverses !



Fics
|
Sur ce Topic
| |
| |¬ Le Crossover
| | |
| | |¬ Prologue (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7879.msg497878.html#msg497878)
| | |
| | |¬ Chapitre 1 : La Forêt Magique (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7879.msg497889.html#msg497889)
| | |
| | |¬ Chapitre 2 : La Horde (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7879.msg497924.html#msg497924)
| | |
| | |¬ Chapitre 3 : La Bague Dimensionnelle (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7879.msg498172.html#msg498172)
| | |
| | |¬ Chapitre 4 : L'île presque Irlandaise (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7879.msg498211.html#msg498211)
| | |
| | |¬ Donjon 1 : Les Jardins Suspendus de Aetatis - Partie 1 (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7879.msg498521.html#msg498521)
| | |
| | |¬ Donjon 1 : Les Jardins Suspendus de Aetatis - Partie 2 (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7879.msg498869.html#msg498869)
| | |
| | |¬ Chapitre 5 : À vos épées ! (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7879.msg499033.html#msg499033)
| | |
| | |¬ Chapitre 6 : Le Conseil (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7879.msg500278.html#msg500278)
| | |
| | |¬ Chapitre 7 : Erare Monanostrum (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7879.msg500989.html#msg500989)
| | |
| | |¬ Chapitre 8 : La Clef (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7879.msg501022.html#msg501022)
| | |
| | |¬ Chapitre 9 : Le Temple (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7879.msg508410.html#msg508410)
| | |
| | |¬ NON FINI (et ne le sera pas)
| |
| |¬ Majora's Mask 3DS - Special
| | |
| | |¬ Chapitre 1 : Aube du Premier Jour (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7879.msg502483.html#msg502483)
| | |
| | |¬ Chapitre 2 : Nuit du Premier Jour (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7879.msg502487.html#msg502487)
| | |
| | |¬ NON FINI (et ne le sera pas)
| |
| |¬ Tales of Pzia
| | |
| | |¬ Prologue (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7879.msg537041.html#msg537041)
| | |
| | |¬ Chapitre 1 : Le Domaine Zora (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7879.msg537104.html#msg537104)
| | |
| | |¬ Chapitre 2 : Tourments Princiers (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7879.msg537280.html#msg537280)
| | |
| | |¬ Chapitre 3 : La Lumière Naturelle (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7879.msg538129.html#msg538129)
| | |
| | |¬ Chapitre 4 : La Fille des Sept Roses (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7879.msg538276.html#msg538276)
| | |
| | |¬ Chapitre 5 : Ombres Artificielles (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7879.msg538276.html#msg538276)
| | |
| | |¬  Chapitre 6 : Voyage au Centre du Cœur (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7879.msg538598.html#msg538598)
| | |
| | |¬ Chapitre 7 : Troubles Aquatiques  (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7879.msg539751.html#msg539751)
| | |
| | |¬ En Construction
| |
| |¬ Autres
|   |
|   |¬ Les Chevaliers du Revard (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7879.msg504446.html#msg504446)
|   |
|   |¬ Ventura 7 (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7879.msg508410.html#msg508410)
|   |
|   |¬ Pern's Fanfic (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7879.msg508410.html#msg508410)
|   |
|   |¬ Fête des Mères (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7879.msg536939.html#msg536939)
|
Sur le Site Internet
| |
| |¬ Ikana ? (https://www.puissance-zelda.com/fans/fics/113-Ikana_)
| | |
| | |¬ Prologue (https://www.puissance-zelda.com/fans/fics/113-Ikana_/685)
| | |
| | |¬ Chapitre 1 : La Supériorité Ikannienne (https://www.puissance-zelda.com/fans/fics/113-Ikana_/686)
| | |
| | |¬ Chapitre 2 : Mutations et Politiques (https://www.puissance-zelda.com/fans/fics/113-Ikana_/692)
| | |
| | |¬ Chapitre 3 : La Lignée des Edix (https://www.puissance-zelda.com/fans/fics/113-Ikana_/693)
| | |
| | |¬ Chapitre 4 : Le Masque Maudit (https://www.puissance-zelda.com/fans/fics/113-Ikana_/694)
| | |
| | |¬ Epilogue (https://www.puissance-zelda.com/fans/fics/113-Ikana_/695)
| |
| |¬ Spectra, Démon des Ténèbres (https://www.puissance-zelda.com/fans/fics/117-Spectra_demon_des_tenebres)
| | |
| | |¬ Prologue (https://www.puissance-zelda.com/fans/fics/117-Spectra_demon_des_tenebres/699)
| | |
| | |¬ Chapitre 1 : Les Ténèbres de Ganon (https://www.puissance-zelda.com/fans/fics/117-Spectra_demon_des_tenebres/700)
| | |
| | |¬ Chapitre 2 : La Cité des Ténèbres (https://www.puissance-zelda.com/fans/fics/117-Spectra_demon_des_tenebres/702)
| | |
| | |¬ Chapitre 3 : Surprise (https://www.puissance-zelda.com/fans/fics/117-Spectra_demon_des_tenebres/717)
| | |
| | |¬ Chapitre 4 : Fin ? (https://www.puissance-zelda.com/fans/fics/117-Spectra_demon_des_tenebres/744)
| | |
| | |¬ Chapitre 5 : Récits épiques (https://www.puissance-zelda.com/fans/fics/117-Spectra_demon_des_tenebres/745)
| | |
| | |¬ Suite non Prévue
| |
| |¬ Spectra, Démon Sacré (https://www.puissance-zelda.com/fans/fics/142-Spectra-le-demon-sacre/897)
| | |
| | |¬ Prologue (https://www.puissance-zelda.com/fans/fics/142-Spectra-le-demon-sacre/897)
| | |
| | |¬ Ténèbres Pures (https://www.puissance-zelda.com/fans/fics/142-Spectra-le-demon-sacre/898)
|
Sur d'autres Topics
| |
| |¬ A la Bonne Recette (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,8610.0.html)
|   |
|   |¬ Stefbad 1 (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,8610.msg536557.html#msg536557)
|   |
|   |¬ Stefbad 2 (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,8610.msg536771.html#msg536771)
|   |
|   |¬ Stefbad 3 (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,8610.msg536837.html#msg536837)
|   |
|   |¬ Stefbad 4 (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,8610.msg536892.html#msg536892)
|   |
|   |¬ Stefbad 5 (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,8610.msg536995.html#msg536995)
|   |
|   |¬ Stefbad 6 (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,8610.msg537613.html#msg537613)
|   |
|   |¬ Stefbad 7 (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,8610.msg538521.html#msg538521)
|   |
|   |¬ Stefbad 8 (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,8610.msg540713.html#msg540713)
|   |
|   |¬ Stefbad 9 (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,8610.msg541270.html#msg541270)
|   |
|   |¬ Stefbad 10 (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,8610.msg541303.html#msg541303)
|   |
|   |¬ Suite à Venir
|
Apparition de moi ou de mes Personnages autre part
  |
  |¬ Fic de Xanto01 (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7862.0.html)
  |
  |¬ Fic de Linkdu40 (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7353.msg497244.html#msg497244)
  |
  |¬ Fic de Oni-Zelink (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7970.0.html)
  |
  |¬ Fic de Midona-Hylia (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7781.msg504843.html#msg504843) (parution prévue)



Concours
|
Concours Membres de la Garde Impériale (Dessin & Fictions)
  |
  |¬ Luxum (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7879.msg501311.html#msg501311)
  |
  |¬ Solux (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7879.msg502341.html#msg502341)
  |
  |¬ Psychel (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7879.msg502341.html#msg502341)
  |
  |¬ Polaryx (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7879.msg508410.html#msg508410)



Pourquoi "Stefbad, les Fics de l'Histoire ?

 J'ai choisi ce nom car j'aime énormément tout le mystère lié à l'histoire, et les ruines par exemple. Cette passion de l'histoire me mène à inventer des théories, certes farfelues, sur ce qui s'est passé. Aussi, j'aime tout simplement connaître les faits de l'histoire, que j'étudie souvent par mon visionnage de vidéos anglophones. C'est pour cela que j'ai choisi ce nom, qui est le plus représentatif de moi et de mes fics, cherchant à approfondir les mystères et l'arrière-plan de ce que je raconte, pour donner une touche indéniable de réalisme.

Bonne Lecture !
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: Yorick26 le samedi 08 novembre 2014, 16:43:02
Bonjour,

L'intérêt des forums n'est pas seulement de laisser des commentaires mais aussi de permettre à ceux qui ne vont pas sur le site de pouvoir les lire. Ainsi je te conseille vivement d'organiser ton topic pour faire apparaitre tes deux fictions pour qu'on puisse les lire. Je te souhaite une bonne continuation.
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le dimanche 09 novembre 2014, 09:51:39
Bon, je vais commencer à anime ce totpic en créant un méga-cross-over. J'ai remarqué que les cross-over étaient exclus de la page "fictions" donc je commence ici les cross-overs. Et aussi, vous pourrez participer à l'histoire. Je sais que ce n'est pas innovant mais je rajoute cette fonction au cross-over. Qu'est que c'est un cross-over ? C'est un mélange entre plusieurs univers, souvent de jeux vidéos. Donc voici l'actuelle liste des univers compris :
-Zelda (forcément !)
-Warcraft (1-2-3)
-Dragon Quest
-Légendaies
-Mario
-Fairy Tail.
Voilà, mais si vous voulez d'autres univers, précisez-le !
Et je commence fort avec le Prologue :

Le cheval galopait sur la grande route pavée. Les habitants regardaient l'archimage galoper vers le château. Il apportait de mauvaises nouvelles du front. Arthas créait encore de nouveaux types de morts-vivants. Il arriva dans le grand château et alla dans la salle du trone. Ici se passait touts les réunions concernant directement Lordaeron.
-Messire ! Il faut absolument nous défendre ! S'écria le compte Salinda de Quel'Thalas
-Mais, monsieur le compte, je vous ai déjà dis que le général Proudmore recherche Jaina et le grand général Garhitos est au front !
-Bonjour Mon seigneur. Je rapporte des nouvelles du front. Le prince Arthas est parti vers Northrend mais les puissance de la légion augmente, des squelettes sont apparus. Ils ne correspondent pas aux Guerriers squelettes, aux archers et aux mages. Voici un portrait de cet être.
Puis l'archimage brandis une image de Sakdoss. Le roi Térénas, étonné, pris de nouveau la parole.
-Bonjour, Dalar. Je ne connais pas ce genre de squelettes. Il nous faut absolupent plus de guerriers, mais, comme je l'ai déja dis, Proudmore et Garhitos sont indisponible ! Dalar, je te donne pour mission de rechercher des nouvelles recrues.
-Mais je vous l'ai déjà dis, ce pays est condamné ! Il faut partir, comme miss Proudmore vers les terres de l'ouest ! se paignit Mediv.
-Messire, je part remplir votre mission ! S'ecria Dalar.
Il savais quoi faire. Il a senti des courants magiques dans la forêt. Il se dirigea vers la forêt, bien décidé à remplir sa tâche.
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: Xanto01 le dimanche 09 novembre 2014, 09:57:35
La fic commence très bien et très fort effectivement.  ;)J'espère que la suite arrivera prochainement. :^^:
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le dimanche 09 novembre 2014, 09:59:23
Oui mais, comme précisé plus haut, j'attends des participations (par msg ou par commentaire) mais tu peux participer !
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: Xanto01 le dimanche 09 novembre 2014, 10:01:40
Alors je vais forcément participer ! :^^: Mais dis-moi au moins dans quoi on s'embarque à moins que tu veuilles laissez la surprise.
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: Gaellink le dimanche 09 novembre 2014, 10:10:34
Ouais ça commence très bien cette nouvelle fic' ! À part Zelda et Mario et vaguement Dragon Quest je ne connais pas les univers auquel tu vas faire référence  :^^': mais c'est pas grave!  :R
Et tu pourrais compter sur moi pour y participer!  :^^: (mais moi aussi j'aimerai bien savoir dans quoi on s'embarque :niak:)
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le dimanche 09 novembre 2014, 10:11:40
Oui mais, comme précisé plus haut, j'attends des participations (par msg ou par commentaire) mais tu peux participer !
Tu sais quoi faire !
Et aussi, on est déjà dans l'univers de Warcraft (Lordaeron, Quel'Thalas, Arthas...)
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le dimanche 09 novembre 2014, 10:57:06
Chapitre 1 : La forêt magique

Dalar se maudit d'être entré dans cette forêt envahie de Gnolls et de Murguls. Il arriva dans le centre de la forêt et il trouva un personnage inconnu qui avait été enfermé par des araignées géantes. Dalar invoqua un élémentaire d'eau pour l'aider dans sa tâche. Ce n'était que des araignées géantes alors il les a vaincu facilement. Il délivra la femme et Dalar lui posa quelques questions :
-Bonjour, quel est ton nom ? Pourquoi est-tu allé seul ici ? D'où viens-tu ?
-Heu... Je m'appelle Gaellink et je viens de Hyrule. Et je suis allé ici pour trouver le sanctuaire de la forêt, jusqu'à que ces araignées me prennent par surprise.
-Où est hyrule ? Est-ce en Azeroth ?
-Non, Hyrule est en Hyrule et je ne connais pas Azerorth.
-Attention ! Une momie !
Dalar commença à l'attaquer mais fut immobilisé presque immédiatement.
-Novice ! Dit Gaellink.
Elle fit une musique étrange et le gibdo s'immobilisa. Gaellink mit plusieurs coups d'épées et le gibdo était K.O.
-Mais, comment a-tu fais ?
-J'ai juste fais le chant de la lumière ! Ça immobilise les gibdos et les effrois et on peut les attaquer tranquillement.
-Oh ! Tu peux me l'apprendre ?
Dalar appris le chant de la lumière et il alla vers le château pour présenter sa nouvelle recrue. Ce que personne ne vit, c'est que plusieurs paires d'yeux les suivent.

Araignée géante : (https://forums.puissance-zelda.com/proxy.php?request=http%3A%2F%2Fclassic.battle.net%2Fwar3%2Fimages%2Fneutral%2Fcreeps%2Fspidergreen.gif&hash=eae139cb38b5617ffd7ee7b7d69d7314), origine : Warcraft 3.
Élémentaire d'eau : (https://forums.puissance-zelda.com/proxy.php?request=http%3A%2F%2Fclassic.battle.net%2Fwar3%2Fimages%2Fhuman%2Funits%2Fanimations%2Fwaterelement.gif&hash=5cb6b647708037bc04994a6d60d7111e), origine : Warcraft 3.
Gnoll : (https://forums.puissance-zelda.com/proxy.php?request=http%3A%2F%2Fclassic.battle.net%2Fwar3%2Fimages%2Fneutral%2Fcreeps%2Fgnoll.gif&hash=ad27aa697f28a345db79b0b912c28de9), origine : Warcraft 3.
Murloc : (https://forums.puissance-zelda.com/proxy.php?request=http%3A%2F%2Fclassic.battle.net%2Fwar3%2Fimages%2Fneutral%2Fcreeps%2Fmurlock.gif&hash=1967e8fb700b62c9ce3ee3b99768e8e5), origine : Warcraft 3
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: Gaellink le dimanche 09 novembre 2014, 13:01:01
Oui j'apparait déjà dans la fic, youpi !  ;D mais je suis un homme dans ton histoire ?! : "un personnage inconnu" ou encore "Il délivra l'homme", juste comme ça mais je suis une fille  :^^':
À moins que je soit Sheik ! (haha :niak:)

En tout cas ça promet pour la suite !
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le dimanche 09 novembre 2014, 15:10:33
Ah, oops... je rectifie ça immédiatement !
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le dimanche 09 novembre 2014, 15:51:35
Chapitre 2 : La horde.

Gaellink était heureuse d'être la future héroïne de Lordaeron, même si elle ne savais même pas qu'est-que c'était. Dalar lui montra le grand château.
-C'est le grand château de Lordaeron. C'est ici que tu sera... Une attaque de la légion !
Un groupe de Stalfos, de Sakdoss, de Gibdos et d'Effrois, tous dirigés par un maître Stalfos arriva depuis un peu près la capitale. Ils essayèrent de repartir vers la forêt mais c'était bloqué par par un groupe de Zombitoxs, de Momies et de Lesionnaires menés par le Chevalire Karbon. Ils essayèrent de partir vers l'est mais ils virent une femme, épéiste, et elle semblait vouloir les attaquer. Elle était une combattante hors pair et déstabilisa Dalar et Gaellink. Les  deux armées s'avancèrent et entrèrent en combat. Heureusement, les deux armées semblaient se ficher de nos alliés. Tout d'un coup, un homme-jaguar arriva et s'écria :
-Vous avez de la chance d'être vivants, je vois cette Xanto01 depuis que je suis arrivé ici ! Je la traque car elle a failli voler la corne de Sygma ! Elle a créé un portail de Jaguaris jusqu'ici. Je vais vous aider. D'ailleurs, je m’appelle Gryf.
-Ok. tu as intérêt à bien vouloir nous aider à protéger Lordaeron ou sinon... répliqua Dalar.
-Taisez-vous, on a à éliminer une Usurpatrice des Ombres ! s'imposa Gaellink.
Ils la regardèrent étrangement.
-Ben vous me comprenez, quand même ?
Gryf se jeta sur Xanto01 en tripotant quelque-chose sur son front. Il se transforma en une espèce de monstre géant. Il gifla Xanto01, elle mis sa mais sur sa joue et sa main était rouge. Énervée, elle partie.
Les amis évitèrent soigneusement le combat et se dirigèrent vers le château.
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le mardi 11 novembre 2014, 11:13:49
Chapitre 3 : La bague dimensionnelle.
-... et vous avez besoin de la rattraper. MONSIEUR GRYF, NE VOUS ENDORMEZ PAS !!!
Effectivement, Gryf s'est endormi, tellement que le roi Térénas parlait.
-Ah ? Euh... moi ? Quoi ?
-Hey, Gryf, un peu de tenue, moi aussi j'allais m'endormir, mais je me suis rattrapée, quand même... chuchota Gaellink à Gryf.
-Je savais que quelqu'un en aurait besoin, un jour ou l'autre. Je me présente, je suis le prophète Medhiv...
Tout le monde se tut dans la salle et regardèrent Medhiv avec étonnement et effroi.
-... et oui, c'est bien moi qui ai fait revenir les orcs. Mais j'étais sous le contrôle de Sarguéras ! Bref, voici la bague des mondes, c'est la seule chose restante du portail vers Draïnor. Voici, Dalar, le grand artéfact. Grâce à ça, vous pourrez voyager dans les îles sacrées. Normalement, il y en a 5 : Umbra*, Lux*, Ice*, Aetatis*, Ignis* et Origina. Pour utiliser cette bague, vous devez jouer un morceau à l'ocarina du temps appellé "le chant de la lumière".
-Mais je connais le chant de la lumière mais je n'ai que la flûte de la terre ! Fit Gaellink.
-Je sais, Dame Gaellink, que dans notre entrepôt royal, il y a un ocarina bleu. Mais si le prophète Medhiv est d'accord de vous donner la bague, je suis d'accord pour vous prêter l'ocarina. Répondit le roi Térénas.
-Je veux bien vous accorder l'honneur d'utiliser la bague. Si vous le voudrez, sieur Térénas, vous pourrez aussi l'utiliser pour votre peuple ou pour vous-même.
Le prophète donna la bague à Gaellink et le roi, l'ocarina. Gaellink joua le chant de la lumière et les trois héros virent qu'ils étaient dans île étrange et ils virent trois îles et une flottante. Dalar étudia le terrain et vit qu'ils étaient à Origina. Dalar allait prendre la parole quand Gaellink lui coupa la parole.
-Direction : Aetatis* !

*=Prononcer à la manière latine : V=U-> ou   C->K.   E->é.    et on prononce toutes les lettres
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: Gaellink le mardi 11 novembre 2014, 11:27:59
J'aime bien la tournure que prenne les événements  :^^: Mais en fait Xanto01 et moi on est les seules PZiennes à participer ? Et sinon vive le latin  :R !
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le mardi 11 novembre 2014, 14:11:24
Oui, vous êtes les seules Pziennes.

En fait, je ne me suis pas embêté : google traduction, français -> latin, Glace -> Ice, feu -> Ignis, Lumière (je le savais, mais pour vérifier) -> Lux, Ombre -> Umbra, Végétal -> Aetatis.
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le mardi 11 novembre 2014, 17:19:24
Chapitre 4 : L'île presque irlandaise.
Arrivés sur Aetatis, nos héros crurent retourner dans le passé, dans un monde Celtique. Ils étaient dans un sanctuaire, envahi par la végétation. Après avoir exploré toute l'île, sans moindre signe de vie humanoïde, Gaellink fut triste. Elle savais que cette île faisait partie de ses origines, mais aucun signe de vie hylienne. puis, il vit dans le sanctuaire une inscription. Elle traduisit facilement, c'était du Celte hylien. C'était marqué "Que le possesseur de la flûte de la terre joue ce morceau :", mais après cette inscription, elle ne vit rien. Elle frotta un petit peu en dessous et vit une partition. Gaellink la joua vite et parfaitement : elle était habituée à la musique irlandaise. Puis, un esprit apparu.
-Bonjour, je suis Yorick26. Je suis ton ancêtre, Gaellink. Je vais donc ouvrir pour toi la porte du temps pour que tu puisse me rejoindre.
-Mais comment savez vous mon nom ?
-Je suis un demi stratège de Din, demi Gardien de Farore. Toi tu est une gardienne de Farore.
-Mais...
-Toi, Tu est promise à un grand destin.
Puis Yorick26 s'éclipsa. Une porte s'ouvrit et les trois héros y allèrent en même temps. Quand ils étaient arrivés, ils se trouvèrent dans un sanctuaire à l'air libre. Ils étaient en plein milieu d'une fête et des gardes arrivèrent et l'emportèrent dans un grand palais couvert de végétation. Sans hésiter, nos deux héros allèrent rejoindre Gaellink.
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: Xanto01 le mardi 11 novembre 2014, 17:29:37
Bon chapitre ! :^^: Apparemment, Gaellink est populaire ! :R
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le mardi 11 novembre 2014, 17:30:39
Exact, mais ça durera normalement pendant un autre chapitre.
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le samedi 15 novembre 2014, 19:54:25
Donjon 1 : Les jardins suspendus de Aetatis.

L'endroit était d'une beauté exceptionnelle. Dalar commença par explorer une salle étrange avec un trou.
-Quoi ? Comment ça marche ?
-Attends... Mais c'est quoi ce mécanisme ? Il doit il y avoir un cube !
-Gryf, c'est évident, mais où il eeeeeeeeeeeh !!!
Dalar avais marché sur une plaque qui fit descendre la salle. Gryf ouvra la salle et ils entrèrent. La porte se verrouilla et les os par terre s'assemblirent pour former un maitre Stalfos.
-Ah, un maitre Stalfos ! S'exclama Dalar.
-Comment tu le sais ?
-Il y a une pancarte.
Effectivement, il y avait une pancarte qui disait :
ATTENTION !!!
Présence possible de maîtres Stalfos !
Prudence !

Et à côté, il y avait une image de maître Stalfos.
Le combat s'engagea et finit rapidement car Dalar lui a fait subir un super-blizzard.
-C'est ce qu'on appelle "geler et éliminer un ennemi rapidement", ¡ Gryf-le-nul !
Gryf le regarda bizarrement.
-Ben quoi, on a plus le droit de mettre des points d'exclamation à l'envers ?
-Así que , ¿por qué ? répondit Gryf en Español.
-Traduction s'il te plait ?
-Sì. Oui, pourquoi ?
Dalar ouvra le coffre et trouva un cube. Il l'insera dans l'ascenseur et alla dans un autre étage. Il trouva plein de cubes et affronta plein de Maître Stalfos mais impossible de trouver une exeption. À un moment, Gryf trouva une idée.
-Que encontré! Tenemos que volver a la primera planta y encontrar un cubo diferente! S'exclama Gryf en Espagnol.
-Non intelligo quid dicas, nisi ut elit. Translation? Répondit Dalar en Latin.
-No, no el tiempo. ¿Dónde está el cubo de la entrada?
Gryf se jeta sur un cube et dit :
-Ah, aquí está!
Il inséra le cube dans l'emplacement et ils descendirent...
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le mercredi 19 novembre 2014, 17:03:23
-Bon, si on parlais dans une langue compréhensible ?
-Sì.
-NON MAIS TU VAS ARRÊTER A LA FIN !!!

Donjon 1 Partie deux ! O_O

Gryf riait de tout ses poumons, il avait bien énervé Dalar. Dès que l’ascenseur est arrivé au rez-de-chaussez, Gryf emmena Dalar derrière l'ascenseur et ils virent un grand coffre. Comme Dalar n'avais aucune culture de Zelda, il prit le cube sans un mot ni de musique. et il l'enfonça dans l'ascenseur. Ils arrivèrent dans un autre étage avec seulement une porte. Gryf l'ouvrit quand il vit un esprit. Il était gigantesque. Il ressemblait, en son simple corps, à une ruine de statue. Une statue d'aigle bien conservée, couverte de végétation.
-Bonjour, je m'appelle Bluelink, du moins son incarnation. Je suis le grand esprit de Aetatis. Aetatis est l'île la plus proche du monde inférieur, sans compter Origina. Elle se trouve au-dessus de la grande forêt de Firenza. Firenza est le "paradis" sur cette terre. Pour les personnes faisant l'exode de la libertée, elle est l'escale, la zone de repos avant de traverser le fleuve le Bayou et le marais Messner, tout deux remplis de sorcières. Elle est aussi une zone de repos après le Grand désert de Midola et le canyon Leylä. Je pense que ce qui vous intéresse se trouve derrière cette porte. Je vous en prie...
-Merci beaucoup monsieur... ou madame. fit Dalar. Au revoir !
-Oui, au revoir. Cette surprise va vous mettre en joie.
Gryf poussa la porte et vit Gaellink, assise sur un trone, les accueillant.
-Bonjour mes chers... AH, C'EST VOUS ? DEPUIS LE TEMPS QUE JE VOUS CHERCHE !!! MONTREZ AU MOINS DES SIGNES DE VIE ! Bref, vous allez bien ?
-J'ai juste parlé en espagnol, et on a combattu des maitres Stalfos jusqu'à qu'on trouve la solution, toute simple.
Dalar jeta un œil noir à Gryf. Puis des sons bizarres se firent entendre, comme si on essayait de forcer la porte. Bluelink apparu et dit :
-Attention, des monstres vous ont suivi et forcent la porte. C'est un petit bataillon formé de Koopas, Goombas, Sakdoss, Gluantes et Darkhellions, le tout commandé par un Monte-Gluancien.
-Préparez vous, ça va chauffer !
Juste après ces mots, Gryf tourna son Katseye...


-La suite, plus tard ! Lors du prochain chapitre, nos héros vont se battre, enfin ! Ensuite, un cadeau leur sera remis. Grâce à ça, nos amis pourront aller sur une des autres îles. Mais malheureusement, un malheur va arriver ce qui permettra à Dalar et Gaellink de découvrir un groupe important : les DYNAMEIS. Bon, en attendant, je me sens un peu seul...
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le samedi 22 novembre 2014, 12:57:34
Chapitre 5 : A vos épées !

La porte céda sous le coup des monstres et les Koopas se jetèrent, sous forme de carapace, dans le bataille. Gryf posa une question au mauvais moment, les darkellions se jetaient sur Gaellink à ce moment :
-Eh, tu sais ce que c'est ces monstres, en tout cas, comment les battre...
-Ben, je sais qu'il faut mettre des coups...
-De griffe !
En disant cela, Gryf s'agrandissait et devint plus fort. À noter qu'il a déjà utilisé cette forme contre Xanto01.
-Les Goombas doivent être éliminés en les écrasant et les koopas aussi. Les gluantes, il faut leur donner des coups, les darkellions, tu sais qu'il faut les donner des coups magiques et le monte-gluancien...
-Il faut les attaquer et utiliser des abilités.
Un homme arriva et élimina ce monte-Gluancien immédiatement. Il ajouta avant de disparaitre :
-Bye !
Gaellink joua de la flûte de la terre et un darkellion fut terrassé. Gryf s'amusa à écraser les Goombas et les Koopas et Dalar invoquait des blizzards. Quand l'armée ennemie fut liqudée, un prêtre aetän tandis un sceptre à nos héros maintenant réunis. Le prêtre leur expliqua ce que c'était :
-Messieurs, mesdames, ceci est le grand sceptre, un sceptre qui permait d'aller sur une des 4 îles.
Gryf le prit et nos héros furent immédiatement téléportés à Ignis. Gryf, trop content de voir cette île-volcan qu'il appuya sur une plaque et leur terrain d'arrivée se désintegra et ils tombèrent...



Gryf se réveilla. Il était avec d'autres Jaguariens ! Il chercha du regard ses amis mais il ne les trouva pas. Les jaguariens présent leur jura allégence car il était le grand roi Anoth-cha. Son frère jumeau Kel-cha le salua.
-Salut Gryf, ça va ? Où sont Jadina, Razzia, Amy, Ténébris et Shimy ?
-Eux ? Ils sont partis faire je-ne-sais quoi dans les montagnes de Lovinah. Kel, pourquoi tu est ici ? T'es pas resté à Jaguaris ?
-Non, je suis venu exploré ici et on pense créer une ville ici et en plus, les humains ne nous chassent pas ! Allez, commencez à créer la ville !
Les jaguarians construirent des habitations mais trois paires d'yeux surveillaient cette construction...

-Bon, les amis n'ont pas rencontré les Dynameis mais ce sera dans le prochain épisode. Ces paires d'yeux iront sureveiller chacun de nos amis. Kel et gryf mènenront des armées contre des ennemis innatendus et... ils sont à Midola. Vous vous souvenez de ce que j'ai dit ? Alors l'or bleu sera mis en avant... et pendant ce temps, je me sens seul...
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le mardi 16 décembre 2014, 15:48:27
Bon, désolé pour le long temps d'inactivité, mais je m'y met, il est l'heure de remettre à jour mes fics !
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le mardi 16 décembre 2014, 15:49:11
Chapitre 6 : le conseil

-Pff... ce magicien est plus coriace qu'il en a l'air, il m'a trouvé et blessé !
-T'inquiète, ça passera. En attendant, ces "Gryf et Kel" sont sourds, je suis débutante et j'ai commis plein d'erreurs.
-C'est normal, Midohy, mais je n'était pas pareil. Je suis quand même "Samaël l'indomptable" !
-Je t'ai déjà dit que ce surnom ne me va pas, la prochaine fois, appelle-moi par mon vrai nom, s'exclama Midohy.
-OK, Midona-Hylia, dit Samaël, ennuyé.
-Bon, désolé de vous couper la parole mais on a de la visite.
Effectivement, une femme en turban accompagnée de deux gardes avec une lance dont le bout métallique était courbé et des turbans se montrèrent.
-Ah, je ne vous avait pas vue, votre majesté. Nova, tu n'aurais pas pu me prévenir qu'elle allait arriver aujourd'hui ? s'inclina Midona-hylia.
-Désolé, mais...
-Monsieur Nova, vous êtes bien le chef de ce "clan" ? Et relevez-vous, je vous en prie. s'exclama la reine.
-Oui, dame Kaliksopa, dit Nova. Mais ce clan s'appelle "les Dynaméis".
-Passons à des choses plus sérieuses, votre majesté. Garde, laissez-moi passer.
Et un petit homme parut. Il était suivi d'un "robot".
-x=-6(4a)-a3, expliqua le "robot".
-Aybot a dit... hmm... Babaorum, dit l'homme.
-Quoi ??? Mais il ne pense qu'a manger, s'imposa Samaël !
-a2+b2=c2, corrigea Aybot.
-En fait, il dit qu'il s'est trompé et corrige en disant BOUM !!!, étrange... traduisit le petit homme.
Effectivement, on entendit "BOUM" et il y eu un trou dans le repaire des Dynaméis...

-Les voilà, vos dynaméis ! Bon, on sent le combat venir dans le prochain épisode. Mais je sens qu'une amie va me rejoindre.
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le samedi 10 janvier 2015, 19:31:54
Chapitre 7 : Erare monanostrum

-Quoi ? Comment ils ont pu nous retrouver ? s'exclama Samaël.
-Vous laissez des traces ! répondit une voix masculine.
-Gryfenfer ! s'exclama de nouveau Samaël. Mais, que fais-tu là ? Que fais-tu à Midola ?
-Samaël ? Midola ? Je ne comprends rien ? Expliquez-moi ? répondit étrangement Gryf.
-ab2+n. s'exprima le robot.
-Il dit : Tu restes bloqué sur les "?". traduisit son traducteur.
-Ah oui ? Eh bien je vais rester comme ça ? Mais tu peux m'expliquer ? dit Gryf.
-Eh bien... si tu me bat ainsi que mes amis. fit Samaël.
-Samaël, tu vas trop loin. Mais, utiliser de la magie pour se battre, ça détends. Majesté, éloignez-vous ! répliqua Nova.
-Pas question ! Je tiens à me battre à vos côtés !
Gryf se jeta sur Midona-Hylia, qui esquiva ses coups. Elle expliqua :
-Je suis mage, comme tous mes amis de la guilde Xele monanostrum. Moi je suis une mage tireuse. Arc gris !
Une flèche grise faillit le toucher puis toucha un animal qui se pétrifia.
-Oui, c'est une flèche pétrificatrice. Arc blanc !
Cette fois-ci, elle visa le sol puis de la fumée apparut, puis Gryf entendit les cris de ses amis. Quand la fumée se dissipa, il vit le sol maculé de sang, les mains de Samaël aussi et même les couteaux de Midona-Hylia. Nova ne semblait ne pas avoir bougé d'un poil, il dit que sa puissance était supérieure à ses deux acolytes donc il n'a pas voulu se joindre au combat. Il fit signe à ses amis de s'écarter.
-Non, tu ne va pas le faire ? dit Samaël, mort de peur, ce qui était inhabituel chez lui car il a combattu des ennemis atroces sans peur.
-Par la puissance des hauts mages, Erare monanostrum ! incanta Nova.
Une tour d'énergie sortit de lui puis visait un grand cercle autour de nous amis. Samaël incanta un bouclier de protection maximal, sûrement car le sort était d'une puissance phénoménale. Nova avait les yeux violet et des marques étranges apparaissaient autour de son œil droit.
-On... est... mort... dit Kel tramblant.
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le dimanche 11 janvier 2015, 08:13:34
-D'où vient cette puissance phénoménale ? déclara Mistgun.
-Aucune idée, mais c'est le sort extrèmement puissant de Erare monanostrum. Et pourquoi tu es dans le costume de Mistgun ?
-Allons voir...

Chapitre 8 : la clef.

Dalar se réveilla dans une grotte, Gaëllink à ses pieds. Il commença à la réveiller lorsqu'il entendit des voix :
-Quel endroit étrange ! Nova n'est pas tellement bête d'avoir fait Erare monanostrum !
Une petite clochette tintina dans le cerveau de Dalar : Erare monanostrum était une incantation extrêmement puissante des ténèbres. Cette incantation fait partie des sorts du livre de Zeleph. Zeleph est un mage qui a créé des démons comme Lullaby et Déliora, tous deux vaincus par des mages extrêmement puissants. Il entendit Gaëllink se réveiller puis il lui fit signe de se taire. Dalar vit un mage caché dans un habt qui lui recouvrait de le tête aux pieds. Ce mage demanda aux autres mages d'où venait l'incantation maléfique.
-En quoi tu peux te permettre de nous demander ça ? dit le même mage que celui qui avait parlé au début du chapitre. Mais si tu veux savoi, je suis Samaël l'indomptable.
-Samaël ? Ça ne me dit absolument rien. Mais moi je suis Mistgun d'Earthland, et je vais t'atomiser !
Un combat s'ensuivit. Samaël se trouva en mauvaise posture car Mistgun esquivait ses attaques et en donnair de plus puissantes grâce au sort "Météores" puis il lui envoya un sort très puissant qui vaincu Samaël.
-Mistgun... tu m'as éliminé en un rien de temps !
-Exactement 33 sec. . Nouveau record ! Ton ancien record était de 35sec. .
-Dr. Creep... t'est absolument irremplaçable ! se plaint Mistgun.
-Attends... intervint Dalar. Tu est accompagné d'un esprit sacré !
-Qu'est-ce qui t't'embête ?
-Rien... tu est différente de ton conjoint Bluelink. Répondit Dalar.
-Qu'est-ce qui t't'embête ?
-Qu'est-ce qui t't'embête ?
-Qu'est-ce qui t't'embête ?
-Qu'est-ce qui t't'embête ?
-T'as un petit probleme, Dr. Creep ! se moqua Mistgun.
-Mistgun, ça te dit de faire équipe avec nous ? proposa Gaëllink.
Il esquissa un sourire puis dit oui.
-Voici ce qu'ils cherchaient. déclara Mistgun tendant une clef. C'est la clef Origamii.

Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: Gaellink le lundi 12 janvier 2015, 22:58:54
Bon je vais t'empêcher de faire un neuvième post à la suite  :R Globalement j'aime toujours autant l'histoire le bémol serait qu'il y a trop de personnages et je m'emmêle les pinceaux avec tout ces noms  :^^':
Mais sinon continue comme ça c'est chouette  :^^:
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le jeudi 15 janvier 2015, 19:00:33
Alerte nouveau projet : Laissez libre cours à votre imagination.


-Salut à tous les Pziens - Pziennes, je suis là pour vous annoncer un nouveau projet qui se rapproche encore plus de vous ! Je suis en compagnie de Dr. Creep, le célèbre rédacteur de la gazette partie forum, ainsi que Stefbad, Xanto01, Gaellink, et Linkdu04, rédacteurs de fictions dans l'univers de Puissance-Zelda ! Ils vont nous expliquer tout en détail.
-Eh bien, je suis le rédacteur de cette partie de l'univers. En faisant cette nouvelle fic, j'ai voulu me rapprocher encore plus des Pziens.
-En fait, Stefbad, quand il y pensera, publiera le portrait, la description d'un membre d'une garde appellée "La garde d'élite".
-Quand je me suis entretenu avec Stefbad, il m'a dit que JE tiendrai un concours de dessin de la garde d'élite. Il m'a précisé aussi que tout les gardes ont une "cape" dot il précisera l'emplacement et les motifs.
-On lui envoiera aussi des parties de fic racontant une histoire avec le membre, qu'on envoyera par MP à Stefbad, tout comme les dessins. Il publiera les meilleurs. On pourra faire aussi des apparitions dans nos fics.
-Au final, il fera une fic regroupant toutes les minifics qu'on a proposé, en plus d'une aventure finale, ce qui promet d'être grandiose ! Cette histoire sera aussi pleinement ancrée dans l'univers de Zelda !
-Je présenterai les portraits comme cela :
Description physique (pour le concours de dessin)
Personnalité (pour pouvoir adapter le récit avec la façon de parler...)
Magie (pour des combats épiques !)

-Et voilà tout ! Merci d'avoir suivi cette émission sur PzTV !
Crédits
Personnages et couleurs.
Bluelink
Stefbad
Xanto01
Dr.Creep
Linkdu04
Gaellink
Idée de...
Stefbad
Présentateur
Bluelink


Luxum

Description physique

  Luxum est un jeune homme avec des cheveux formant des pics jaunes. Il est plutôt grand et mince avec un visage en longueur. Il a les yeux de couleur bleu et il est blanc de couleur de peau. Il est doté d'une armure or et blanc ressemblant aux armures greques antiques. Il porte sa cape sur le bras droit et est blanc avec une rayure or à l'extrémité de la cape.

Image(s) :
(Cliquez pour afficher/cacher)

Personnalité

  Luxum est courageux et ne recule devant rien, tel la lumière. Il parle dans un langage courant mais n'hésite pas à montrer sa supériorité.

Magie et arme

    Magie de la lumière.

 La magie de la lumière est une magie qui se renforce dans la lumière du soleil.

-Hologramme de lumière.
Il créé un hologramme qu'il peut contrôler.
-Eclat céleste.
Comme le prmier du nom.
-Balle lumineuse.
Une balle apparaît et peut blesser un adversaire.
-Flash.
Éblouit l'adversaire.
-Neolux.
Éblouit l'adversaire puis blesse l'adversaire. Luxum attaque ensuite l'ennemi avec son épée.

Arme : épée de lumière.
Effet : lorsque un ennemi est touché plusieurs fois, il subit plus de dommages  (armes avec élément lumière dans HW).

Meilleur fic :

Aucune fic n'a été proposé.
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le mardi 10 février 2015, 08:58:46
Voici /enfin/ de nouveaux portraits !

Nom : Solux
Apparence physique : Solux est un homme de grande taille et est très mince. Il a les cheveux de couleur noire et a une couleur de peau bronzée. Il est souvent couvert d'un voile noir uni.

Image (s) :

Personnalité : Solux est un homme mystérieux qui n'aime pas apparaître en public. Il a tendance à faire ses missions seul. On ne peut rien dire de plus tant il ne se montre pas. Il semble avoir eu un passé dur.
Aptitudes : Solux est un mage des ténebres, élément qu'il maîtrise parfaitement.
Disparition : il peut disparaître et réapparaître n'importe où.
Main des ténebres : il fait apparaître une main géante qu'il maîtrise pour faire différentes choses
Eligum : il produit une grosse explosion de ténebres qui, non seulement, est dévastateur, mais aussi peut faire apparaître des monstres
Il combat avec des armes comme des poignards, des faux et des épées géantes.
Remarque : Il ne se montre que peu donc on ne sait pas grand chose sur sa personnalité, son histoire et ses pouvoirs. On sais juste qu'il a un pouvoir extraordinairement grand.
                     Il est le frère de Isu de la nature dans la garde d'élite.

Fics :

Nom : Psychel
Apparence physique : Psychel est une femme mince mais de taille moyenne. Elle a un voile qui lui recouvre au moins la moitié droite de son corps et qui est violet brodé de fils d'or. Elle a la peau de couleur blancheet ne s'habille généralement que d'une veste et d'un jogging.

Image(s) :

Personnalité : Elle est mystérieuse mais se montre plus que Solux. Elle reste toujours loyale et aime faire des missions en duo. Elle préfère se mettre avec Polyra de la glace et de la neige (en gros du froid), qu'elle apprécie tout particulièrement.
Aptitudes : Psychel possède une magie psychique.
-Controle d'objets inanimés : Tout est dis dans le nom...
-Êtat : permet de rendre quelqu'un heureux, triste...
-Échange de corps : permet d'échanger de corps avec une personne visée.
-Main psychique : comme Solux, mais avec des pouvois psychiques.
Magie du temps : Psychel est aussi capable de contrôler le temps.
-Arrêt : arrête le temps.
-Ralenti : ralenti le temps.
-Accéléré : accélère le temps.
-Retour : permet de reconstruire une chose ou de le remmetre à un êtat intermédiaire.
-Futur : permet de transporter un objet dans un futur proche.
-Passé : permet d'apporter une chose d'un passé proche jusqu'au présent.

Fics :
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le mardi 10 février 2015, 09:17:41
Remerciements et réponces :

->Gaellink

C'est ce qui fait tout le charme de la fic ! Tu n'as pas encore vu La ballade de Pern où on doit retenir une bonne vingtaine de noms dans un livre et il y a 15 livres ! Et en plus ils réutilisent des noms d'autres livres pour parler de l'histoire ancienne (siaav apparu dans le 2 et qui revient dans le 6, sallah apparu dans le 1 et qui revient dans le 6, sean dans le 1, le 3, le 6...).

->Dr. Creep (gazette)

Désolé mais tu était prévu pour faire un concours de dessin...
-Non mais tu est gonflé ! Alors quoi que je fasse je faisait du dessin ! -elle me donne une claque-
Comme dit Mistgun, tu est absolument irrécupérable !

Désolé Dr. Creep mais je voulais tellement faire cette blague...

->Gaellink et Xanto01.

Merci beaucoup à vous deux pour vos dessins absolument magnifique !
Xanto01, un peu de couleur ne ferait pas de mal...
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le vendredi 13 février 2015, 08:54:25
Salut à tous ! En raison de la sortie de MM3DS, je vous propose une petite (grande) fic sur ce thème que je vais essayer de finir aujourd'hui.

Chapitre 1 : Aube du premier jour.

-Qu'est-ce qui ce passe ? demanda Evox, souvenons-nous, l'ancien prince d'ikana.
-Hey, Evox, la lune s'abat sur Termina dans trois jours ! fit remarquer Taya.
-Quoi ? Je ne comprends pas.
-Suis-nous.
Quand il sortit, Evox remarqua qu'il était dans bourg-clocher. Mais ce bourg-clocher était très différent de celui qu'il connaissait : les habitants préparaient quelque chose d'étrange. Cette ville était joyeuse, pas comme on le racont à it dans son école privée. Il découvrit alors la chance que les autres ont de ne pas être noble. Ils s'amusaient entre eux, ils s'aimaient, pas comme lui et ses trois camarades qui s'évitaient dans la cour de récréation. Eux, ils étaient beaucoup et trouvaient des amis...
-Bon, Evox, suis-nous : on doit aller chez les mojos.
-Les... mojos ? Ces bidules en bois ? Pas question !
Link enfila son masque mojos puis il comprit : il devait trouver les quatres géants. Ils coururent donc vers la forêt mojo...

-Non mais combien de fois je vais vous le dire ?! s'exclama le directeur du concours de photos. Il faut que ma collègue revienne !
-Mais monsieur ! s'exclama Evox. Il y a un Giga-Octo qui nous bloque le passage !
-Je sais, vous me l'avez déjà dit cent fois ! Ma collègue Koumé et son amie Kotaké ont un magasin plus loin vers l'est. Allez là-bas !
Désespérés de perdre du temps, ils se dirigèrent vers leur magasin de potion. Quand ils sont rentrés, il n'y avait que Kotaké et Link prenait les armes.
-Hey, je ne vais pas te manger, jeune homme ! Que voulez-vous ?
-Nous voulons voir votre soeur jumelle pour lui acheter quelque chose. dit Taya.
-Ah, Koumé ! Elle est partie chercher des champignons pour faire une potion. Tiens, elle n'est toujours pas revenue. Pouvez-vous voir ce qu'elle fait ? Elle m'inquiète.
Ainsi, nos héros partirent vers les bois perdus et, à l'aide d'un singe, trouvèrent Koumé.
-Ah, aidez une pauvre vieille femme, je suis tombée et je sais que je peux me relever qu'avec une potion de ma soeur jumelle Kotaké. [...] Qu'est-ce que vous attendez à me fixer avec de gros yeux, filez !
C'est ainsi qu'ils apprirent tout à Kotaké.
-Quoi ? Alors c'est ce qu'elle faisait depuis tout ce temps ! Tenez, un flacon avec  de la potion rouge.
Tout d'un coup, Link leva une main avec dessus la potion rouge.
Citation de: Bravo vous avez reçu quelque chose.
Vous avez reçu une potion rouge. Elle vous redonnera des coeurs.
-Euh... s'exclamèrent en même temps Taya, Evox et Kotaké.
Puis ils donnèrent la potion à Koumé qui les remercièrent et puis ils purent enfin prendre une croisière et éliminer Giga-Octo...
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le vendredi 13 février 2015, 12:36:18
Chapitre 2 : Nuit du premier jour.

-Tu sait, Link, tu est nul, tu ne sait pême pas aller chez un vendeur de haricots magiques. remarqua Evox.
Ils essayaient de libérer un singe qui allait être executé.
-Saleté de Ksiądz ! s'exclama Taya.
Tous nos compagnons la regardèrent étrangement.
-J'ai été elevée sur Ventura 7.
Ils ne comprenaient toujours pas.
-Oh, les gars, n'essayez pas de comprendre...
-Bon, Link, on y va, on a un monde à sauver.
Et Link arriva enfin à acheter des haricots magiques et libéra enfin le singe. Ensuite, Link fit tout le patatras qu'on connais bien. Enfin, il alla dans le temple de Bois-Cascade. Il fit tout le temple et arriva enfin devant la porte du boss.
-Allez, Taya, Link, on y va !
Ils poussèrent la porte et découvrirent Oldowa. Le combat était impressionant. Tandis que Oldowa l'attaquait, Link l'esquivait, tandis que Link l'attaquait, Oldowa l'esquivait. Et ce manège continua longtemps. Evox et Taya observaient le combat.
-Waw, belle droite, Link ! s'exclama Taya.
-Oldowa a un bon style de combat. Je ne voyait pas de tels combats à Ikana. D'ailleurs, j'aimeai bien prévenir mes chers serviteurs qu'il est un très bon combattant et que je VEUX voir des combats comme cela.
-Mais Ikana, ça fait plusieurs centaines d'années que ce royaume n'existe plus !
-Que, que... QUOI ??? C'est impossible !!! La garde de père est la mieux entraînée de Termina !!!
-Mais ils étaient morts depuis longtemps !
-Donc... c'est normal que je ne reconnaisse pas Bourg-Clocher ? Quelle fête ils préparent, alors ?
-La fête de la lune. Elle existe depuis que la lune a commencé à briller à cause du désastre à Ikana. Bon, en parlant de lune, elle va tomber le jour de sa fête alors... Link ! Décoche-lui des flèches !
Link lui décocha des flèche puis il reussit à le vaincre. Ensuite, ils libérèrent la princesse et enfin, revinrent à Bourg-clocher avec les restes d'Oldowa...
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le mardi 21 avril 2015, 13:47:15
LES CHEVALIERS DU REVARD
Ce texte est tiré d'un rêve. Stef est un élève de cinquième au collège le revard (d'où le nom).
Partie 1


-STEF-
   Salut, je suis Stef. Un jour, mon collège est sélectionné dans LA quête pour recruter des chevaliers du zodiaque. Alors, par bus, nous arrivâmes dans le complexe de Sen Ista. C'était la réunion pour définir les douze heureuses personnes qui seront sélectionnées pour devenir les prochains chevaliers d'or. Je dois l'avouer, j'ai un secret…
-Hey, toi ! m'adressa le chef portier. Tu te décides à y aller ou non ?
    Quoi, l'histoire commence déjà ?
-Oh, oui ! Je contemplais juste le complexe.
    Le chef portier avait une bonne carrure. Il semblait être musclé. Il avait une courte barbe et une moustache tout aussi courte. Quand à ses cheveux, je ne sais pas car il avait un  casque de chantier bleu, mais il semblait être chauve car aucune bribe de cheveux ne sortait de son casque. Il portait une salopette bleue sur une chemise jaune et des chaussures noires. Il semblait être habitué au poste de chef portier : il parlait dans un langage plutôt vulgaire. Il semblait aussi avoir une quarantaine d'années car il avait des rides. Quand au complexe, il était gigantesque avec de grandes baies vitrées. Ses murs étaient principalement rouge, il avait un piscine et une tour très haute en son centre. En son intérieur, il contenait une grande salle principale qui couvrait le rez-de-chaussée et l'étage. Vers le nord-ouest, il y avait un accès aux vestiaires, sûrement pour la piscine et le stade dans cette direction. Au centre, il y avait un escalier vertigineux en colimaçons constitué de planchettes de bois à une grande distance les unes des autres, ce qui devait constituer une descente difficile. En haut de cet escalier se trouvait le dortoir des apprentis chevaliers d'or, appelés chevaliers de cuivre, avec tout un set de salles que seuls eux fréquentent : salle de vie, salle à manger, toilettes,… et même un accès au temple d'Athéna, la "déesse" des chevaliers du zodiaque (d'autant plus bizarre le fait qu'elle est mortelle !). Autant dire qu'ils étaient (et qu'ils sont toujours) privilégiés. Vers l'est, dans le rez-de-chaussée, se trouvait la salle forum où je me dirigeai.
-Bonjour, nouveau ! s'exclama le chef des apprentis en me faisant un clin d'œil. Y-a-t-il d'autres personnes derrière toi ? Car il y a un manque sérieux de personnes selon Mme. Young ici présente.
-Oui ! lui répondis-je après un rapide coup d'œil derrière moi.
    Le chef des apprentis était maigre et bien musclé. Il avait les cheveux bruns et bouclés, mais ni moustache, ni barbe. Il portait un bel habit, un turban et des chaussures tous assortis à ses yeux bleu marine. Il avait un nez régulier, aucune ride apparents, ce qui voulait sûrement dire qu'il était jeune, des oreilles plutôt pointues dont celle droite avait une boucle d'oreille d'une forme hexagonale marron. Il commença son discours par :
-Bonjours à tous…
-Hey m'sieu, vous allez nous dire les élus ? coupa une voix provenant du grand groupe d'élèves.
-Oh ! On ne coupe pas la parole ! Tu mérites des coups de fouet, c'est comme ça qu'on jugeai les personnes mal élevées quand j'étais apprenti chevalier. Regardes ce que je suis devenu : chevalier du sculpteur ! Et je vais te montrer ma belle armure d'argent en acier, moi, Freyr !

Si vous voulez la suite : dites-le moi. Mais vous deverez un peu attendre ! (la partie 1 fait 21 pages en manuscrit !)
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le samedi 08 août 2015, 16:39:25
Salut !
 Bon, ça fait un peu longtemps que je n'ai pas écrit donc je vous fait un post spécial ! Ce post sera plus long que les autre et disposera de plus d'infos (fics) que les autres. Je vous laisse le dévorer !
@Les Modos, ne me râlez pas dessus pour du H-S ! C'est fait exprès.

I. PORTRAITS

 Bon, je m'y remet avec un que j'ai envoyé à Xanto01 :

POLARYX

-Apparence physique : Il est un homme grand et mince d'une couleur de peau similaire à Solux. Il a tendance à se mettre torse nu avec un short (tout le temps, même dans des pays glacials) mais a quand même une écharpe. Il est roux et a aussi des taches de rousseur.
-Personnalité : Polaryx est homme jovial. Il passe son temps à plaisanter et a se moquer de Luxum, avec lequel il se frite souvent. Il a tendance a faire des déclarations d'amour pour Psychel (si c'est son nom...) qu'elle refuse car il les fait en public, ou sinon elle est amoureuse de lui.
-Aptitudes : Magie du froid : il contrôle tout ce qui est relatif au froid.
-Gel : gèle le personnage visé.
-Blizzard : invoque une tempête de neige et blesse les ennemis.
-Contrôle de la neige et de la glace : il peut manipuler ces éléments comme bon lui semble.
-Remarques : Il est amoureux de Psychel. Il n'a que peu de sort car il peut contrôler la neige et la glace.

 C'est tout pour aujourd'hui dans cette partie !

II. SUR LE FORUM...

 Bon, je fait une mini-pause sur les fics pour vous parler de plusieurs choses. Spectra, vous l'avez sûrement vu apparaît beaucoup XD. Je suis allé trifouillé chez Midona-Hylia (MiHy ;D) et chez Oni-Zelink. Aussi, vous l'avez peut-être vu, j'ai critiqué Zephyr. Quel lien avec les fics ? C'est que je vais peut-être essayer un remix de sa fic en moins "bébé". A voir. Si vous trouvez que c'est une bonne idée, dites-le moi ! Espérons que Zéphyr voie ça... à moins qu'il aie rejoint ZeldaInformer, les mécontents de PZ  :R Bref, rien d'autre à dire.

III. SUITE DU CROSS-OVER

 Ouh ! ça fait longtemps que je ne l'ai pas touché ! donc suite (je pense que ça touche à sa fin car ça n'a par rassemblé beaucoup de monde).

Chapitre 9 : Le temple.

-...le temple des songes.
 Gryf papillonna des yeux. Les autres personnes assises à la table semblaient ne pas avoir remarqué son assouplissement. Il resta donc dans sa position pour, du moins, quelques instants. Mistgun, Dalar, Gaëllink... étaient plongés dans leur débat. Il se redressa doucement. Les autres ne l'avaient toujours pas remarqué. Ils parlaient, un temps d'une histoire, un autre de ce qu'il y avait dedans... c'était bien la monotonie de leur discours qui l'avait ennuyé. Lorsqu'il entendit une allusion à une stratégie, il ajouta vivement son rôle qui était des plus intéressants. Passé cette discussion, l'assemblée décida de se mettre en route.

 Dalar, plein d’excitation au sujet de ce voyage commença ce voyage de pied ferme. Il discuta donc avec Gaëllink de différentes choses :
-Dalar ? Savais-tu que Aetatis fut l'île la plus prospère des îles célestes ? Commença Gaëllink.
-Ah non. Tu as appris ça avec  ta parenté ?
-Oui, ils ont ouvert un live du savoir et m'ont fait ingurgiter toutes les infos du livre.
-Ah… horrible !
-Ouaip. Même que… Qu'est-ce que c'est ? Ca ressemble à l'île du dragon !
 Gaëllink montrait une grande montagne avec au-dessus un nuage noir. Cela étonna Dalar et Gryf.
-C'est la montagne des songes, là où se trouve le temple des songes, informa Mistgun.

 Mistgun était bien dans sa supériorité. Il informait ses alliés de tout se qui ce passait. Le paysage était idyllique. Cet endroit était magique par ses vents forts, ses arbres rares et le ruines abondantes qui s'y trouvaient. Mêmes les fleurs avaient pris habitude de cet endroit venteux qu'était la vallée du vent. Longtemps, les hommes avaient utilisés cet endroit comme terrain de construction car cet endroit était étonnamment plat et pauvre en grosse structures naturelles comme les arbres. Mais, détail souvent négligé par les personnes qui viennent y construire, c'est que cet endroit est particulièrement riche en zone à risque : cet endroit est parsemé de volcans actifs, sur une zone sismique particulièrement active et aussi est souvent proie à de cyclones, tornades et vents extrêmement forts. Justement, ils se dirigeaient vers un volcan : le Arganimtendelza, communément appelé "mont des songes" de part la présence de ce temple des songes. Arganimtendelza voulait dire "Montagne des laves noires", ce qui était une référence au fait que c'est un volcan gazeux. Puis, il entendit soudain ses amis lui indiquer qu'ils étaient devant la porte. Il enfonça la clef, et leur destin fut scellé…

IV. NOUVELLES FICS
 
 Il était temps de voir un peu des idées fraîches. Cette pause m'a fait du bien !
1. Une fic déjà créée.
 Donc je vous présente une fic que j'ai créé sur un autre forum, le forum de Planets³, basé sur ce jeu en question :
Livre 1 : Ventura 7.

Prologue.

-Mais pourquoi je ne conduit pas le vaisseau ?
-Ayax, je te l'ai déjà dit cent fois, TU N'AS PAS ASSEZ D'EXPERIENCE DE VOL !!!
-Mais, Ruatha... je suis diplômée trois fois pilote et un bac histoire a Universitia !
-Universitia ? C'est tellement populaire maintenant que c'est devenu nul. Tu l'a eu quand ? Moi, en 35.
-En 37.
-Ah, ça va encore, c'était bien à cette époque.
Ah oui, j'ai oublié de vous préciser qu'on est en 2347.
-D'ailleurs, Ayax, comment on en est arrivé là ?
-Ben on au eu une mission...
-Je parle du fait qu'on soit sur plusieurs planètes alors que rien qu'au 20e siècle on ignorait qu'il existait des formes de vie extraterrestres.
-Ah ! Alors tout commence au 20-21e siècle. Nous, les hommes, on pensait que les "aliens" existaient.
-Attends, je met en pilote auto pour pouvoir t'écouter.
-Donc on retiendra E.T., ce film créé dans cette époque. Et ensuite, miracle en 2033, on découvre qu'on est pas seul dans l'univers. On s'est donc mis à créer des vaisseaux spatiaux pour pouvoir aller les rejoindre jusqu'à que en 2048, le vaisseau Proto-Uni-2048 arrive à voler. Ensuite, nous avons découvert qu'on était les seuls dans le canto-stellaire Red-huk à ne pas s'être associés avec une planète. Même Cast qui ignorait notre existence s'était reliée avec Castulus. Ensuite arriva les Nathis qui déclenchèrent une guerre. En 2106, Cast, Castulus et la Terre ont fait un soulèvement de guerriers puis on a réussi à libérer Centorus 1 et enfin, en 2110, on les a repoussés dans une autre galaxie.
-Ça me fait penser au 20e siècle que on a fait une grosse guerre appelée la... la 2e... la 2e...
-La 2e guerre mondiale.
-Contre un certain Hitleur.
-Hitler.
-Qui était Ouzbek.
-Allemand.
-Et qui était contre les Bouddhistes.
-Juifs.
-J'en ai marre d'avoir toujours faux et...
Les boutons du vaisseau clignotaient dans tous les sens.
-Une erreur système, plus de carburant. On est dans un beau pétrin. Ayax ?
-Oui ?
-Prépare ton système de survie, on va se scratcher sur cette planète.
 Est-ce bien ? Dois-je le continuer ? Dites-le moi en commentaires.
 Depuis quelques temps, je (re)joue à Minecraft et je me suis imaginé l'histoire de ce monde. Voici donc la "Genèse" :

 Au début, seul le néant existait. De là, un Dieu, Eruza, apparut. D'une pensée, il fit apparaître une étendue infinie de gazon. Cette tranquillité lui plut immédiatement. Il se promena dans son monde, ajoutant de la nature partout où il passait. Fier de cette réussite, il commença à créer des organismes plus complexes qui pourraient bouger. Il créa donc un mouton. Emerveillé de la beauté que pouvaient ajouter ces créatures, il en créa d'autres. Il créa donc les cochons, les vaches… Puis, il créa des autres dieux qui devaient l'aider dans son entreprise. Il créa donc  l'Enderdragon, le Wither, Notch et Herobrine, puis il créa Steve, un être intelligent qui peut parfaire son monde. Il confit son éducation à Notch puis se retira.

Bon, peut-être pas intéressant mais je voulait le partager.

 Et enfin, voici la perle : une fic basé sur "La ballade de Pern". J'ai déjà fait une allusion à cela sur un post :
C'est ce qui fait tout le charme de la fic ! Tu n'as pas encore vu La ballade de Pern où on doit retenir une bonne vingtaine de noms dans un livre et il y a 15 livres ! Et en plus ils réutilisent des noms d'autres livres pour parler de l'histoire ancienne (Siaav apparu dans le 2 et qui revient dans le 6, Sallah apparu dans le 1 et qui revient dans le 6, Sean dans le 1, le 3, le 6...).
Bon, pour les personnes qui ne veulent pas s'embêter à lire le passé de Pern, voici le résumé :
 Des milliers de colons humains ont trouvé refuge sur Pern, une planète très riche semblable à la Terre. Ils souhaitent y créer une société égalitaire et pastorale, et décident de laisser derrière eux toute forme de technologie.
     Les hommes découvrent peu à peu qu'ils ne sont pas seuls : sur Pern vivent de grands lézards qui ressemblent aux dragons des légendes, et des dauphins très intelligents avec lesquels ils vivront en harmonie.
     Mais après des décennies de vie paisible, les Pernais devront affronter une incroyable menace venue de l'espace : les Fils. Ces filaments tombent du ciel et détruisent tout sur leur passage. Et ce, tous les 250 ans, tel un cycle infernal.
     Les hommes apprennent alors à chevaucher les dragons pour détruire les Fils.

Et la carte de Pern (l'histoire se Base à Igen) :
(https://forums.puissance-zelda.com/proxy.php?request=http%3A%2F%2Fresonance-larevue.com%2Fwp-content%2Fuploads%2F2013%2F03%2FPern-carte-2.jpg&hash=2a388f1c0880ef587c51b8fddab26e3c)
Et donc, voici la fic :
 1.
 T'sen envoya le signal à l'escadrille des reines de partir vers Keroon. Athena et son dragon Lenith s'envolèrent. Ils plongèrent alors dans l'interstice et virent la grande plaine de Keroon.
 Athena, on va bien s'amuser ! Prends ton lance-flammes et cramons tous les Fils !

 Ouais, Lenith, allons-y !

 Les chutes de Fils excitent les dragons, pensa Athena ! Ils n'ont aucune chance de passer, tout en haut, il y a les dragons mâles, puis un peu plus bas, l'escadrille des reines et enfin les équipes au sol. Et si, par malheur, un fil s'enfonçait, il serai brûlé par les équipes au sol qui vérifiaient après les chutes.
 Elle arrêta de penser à cela en entendant les ordres de Madra, la maitresse de l'escadrille des reines qui ordonnait de brûler les fils qui étaient passés. Athena pris donc son lance-flammes, le dirigea vers un amas de fils et le brûla. Elle continua ainsi pendant trois heures et revint dans le Weyr d'Igen, laissant sa place à une autre escadrille.
 Bravo, Athena. Et une chute de maitrisée ! Bon, j'ai faim. Tu ne peut pas t'arrêter pour que je mange un bouc ou deux ?
-OK, ma belle, répondit sa maîtresse en entament une large spirale vers un champ de boucs grassouillets.
 Elles se posèrent et Athena en profita pour parler à Aletta, une autre reine d'Igen.
-Aletta ? commença Athena.
-Oui ?
-La chute s'est bien passée pour toi ?
-Oui, mais apparemment, Melketh, le brun de D'met à reçu un amas de fils. Son état est critique. Il est donc à Igen   et se fait soigner par les gens des cavernes inferieures.
-Ah… Pauvre D'met… répondit Athena.
-Ou sinon, pas d'autres états critiques ne sont à déplorer. Pour toi ?
-Excellemment bien. Lenith était très content.
-Pareil pour Majith. Déjà, la chute se dirige où ?
-Keroon-Nerat. Benden a pris la relève.
 C'est bon, je suis repu. Majith aussi. On y va ?
 Athena se dirigea vers Lenith puis lui répondit :
-Oui, on y va.

 Bon, dîtes-moi ce que vous en pensez.

 C'est la fin de ce post spécial, désolé pour l'attente et merci d'avoir lu !
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: Oni-Zelink le mardi 11 août 2015, 14:28:48
Elles sont très intéressantes tes fics. J'aime bien ton idée de Crossover entre plusieurs séries. Seulement, tu mets peut-être un peu trop de personnages à la fois, mais c'est probablement le seul défaut. Je suis heureux de ne pas être le seul à avoir pensé à mélanger les Légendaires et Zelda. ;)
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le mardi 11 août 2015, 14:50:15
Ah, merci ^^

 Il est vrai que c'est le principal défaut de cette fic selon plusieurs personnes. D'ailleurs, je pense mettre fin à cette fic bientôt, l'avant-dernier épisode paraîtra dans mon post spécial !
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le dimanche 13 mars 2016, 08:08:18
Heum... 120 jours ? Eh bien comme je le dirai, ces temps ci, ce sera plutôt ces mois-ci ! ^^ Et un an de participation ici ? Je me fais vieux ! ^^

 Hello ! Alors, j'ai été très inactif ces temps-ci (manque de réelle inspiration et travail sur un autre projet) mais j'ai eu une super idée d'écriture en collaboration. Mon idée est simple : On est tous dans un même monde, au même moment et on fait chacun un chapitre pour détailler une partie de l'aventure. Pour l'emplacement dans le temps, les chapitres, lorsqu'ils sortiront se passeront exactement au même moment.   Exemple (car c'est dur à comprendre) :

Chapitre I (de mon côté) :
Link rencontre Zelda puis elle se fait enlever. Link part à sa poursuite à travers Hyrule. Il va dans le temple du feu.
Chapitre I (du côté de Kystal par exemple) :
Zelda rencontre Link mais elle se fait enlever. Zelda se retrouve alors en prison et elle crie : "A l'aide !"

 C'était qu'un exemple absurde mais comprenez-vous ? Voici le contexte :

 Notre histoire se passe à la suite directe de Skyward Sword. Les Celesbourgeois s'installent sur la terre. Link et Zelda ont créés la première colonie : Nyrus (Qui, vous l'avez sûrement deviner, par déformations, va devenir Hyrule). On va simplement détailler chacun l'histoire d'un personnage qui va s'installer sur terre.

 Êtes-vous partant ? Si oui, dites-le moi ! Même choses, si vous avez des questions ou des remarques, dites-les moi  ;)
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: Oni-Zelink le lundi 14 mars 2016, 00:56:12
Si je comprends bien, c'est un peu comme la même histoire, mais du point de vue de différents personnages...

C'est une bonne idée, mais je crains de ne pouvoir t'aider :/ (trop de travaux et projets en cours). Bonne chance quand même avec d'autres personnes.
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le lundi 14 mars 2016, 07:35:19
 Eh bien, je peux dire oui et non. Parce que ce n'est pas forcément la même histoire mais elles se passent en même temps. Ça veux dire que les personnages peuvent se rencontrer mais en général ils font leur histoire tous seuls. Si vous comprenez ?
 Ou sinon, c'est dommage, mais si tu as le temps, envoie-moi un MP car l'histoire d'un personnage peut commencer n'imprte quand !
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: Gaellink le lundi 14 mars 2016, 12:21:51
Je viens de te le confirmer brièvement par MP, mais moi je suis partante pour participer à cette histoire, ça promet d'être sympa  ;D
Donc on choisit de se créer un personnage mais doit-on t'en faire un petit résumé avant que tu commences le premier chapitre?
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le lundi 14 mars 2016, 19:02:41
Pas besoin ! Je le découvrirai avec les autres lecteurs ! La seule chose qu'on conviendra, ce sera des cohérences entre fictions !
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le dimanche 28 mai 2017, 09:55:00
Wow. Un an, deux mois et quatorze jours d'inactivité sur ce topic  :hihi: ! Il est temps de le dépoussiérer et de le réactiver, du moins essayer.

Bref, je pense que le projet que j'ai énoncé juste avant (enfin pas trop juste avant) doit être annulé car j'ai, disons, plus d'idées  :/

Mais bref, je vais essayer de trouver une autre idée pour conter une autre histoire de la riche terre de Pzia mais en attendant, je ne trouve rien de mieux que de vous donner que des trucs temporaires.

I. Spectra, démon sacré

Me revoilà dans l'écriture de la légende de Spectra. C'est mon petit chouchou aux intentions inconnues que je fait apparaître là où je peux ! J'ai donc décidé de refaire totalement ma première fic sur Spectra que je trouve horriblement imparfaite. Je pense alterner entre les pensées de Spectra, ou plutôt l'épée Sheikah Orevali avec l'action. Je vais peut-être publier des preview ici mais, chose sûre, c'est que dans l'histoire je vais aussi parler d'autres fic, mais du point de vue de Spectra. Bref, bonne lecture !

Spectra, le démon sacré  (https://www.puissance-zelda.com/fans/fics/142-Spectra-le-demon-sacre)

II. Fête des Mères

Joyeuse fête à toutes les mères qui me lisent (même si je ne crois pas qu'il yen ait beaucoup) ! J'ai justement fait un cadeau pour ma mère sous la forme d'une fic, que je vais vous partager ici ! Bonne lecture !

Le soleil se lève sur les hautes plaines du Psytal. Kjamil, un nomade du Psytal se lève aussi, réveillé par le chant des oiseaux. Le camp que sa tribu avait faite était près d'une forêt.
Kjamil hurla "Bjohemka" et ainsi réunit tout le troupeau de Bjohemka que le clan élevait. C'étaient douze créatures ressemblant à des rennes mais qui disposaient de renforcements à certains endroits de la peau.
Les nomades commençaient eux aussi à se réveiller et chacun alla à ses préoccupations. La mère de Kjamil s'appelait Flenka et s'approchait de lui pour traire les Bjohemka, comme à chaque matins. Elle lui dit :

-Salut Kjamil !
-Salut maman ! répondit-il
-Tu as passé une bonne nuit ?
-Oui, une très bonne.
-Pas de transformation involontaire ?
-Aucune étonnement.
-Parfait, je te laisse aller déjeuner !
-Très bien !

C'est ainsi que Kjamil alla déjeuner. Il avait effectivement de la magie, comme une très grande part des personnes dans ce monde. Lui avait la magie de la transformation animalière : il peut se transformer en n'importe quel animal qu'il a déjà vu au moins une fois dans sa vie, en chair et en os. Kjamil tient apparemment son pouvoir de son grand-père maternel, qui est mort tué par des Fjolren, des sortes de loups très agressifs juste après la naissance de Kjamil, qui a donc vu des Fjolren au même moment. C'est d'ailleurs comme cela qu'on a découvert son pouvoir car la nuit d'après il s'est transformé en Fjolren.
Kjamil s'en alla dans le centre du camp où étaient installés les cuisiniers qui étaient déjà attelés à préparer de la soupe d'herbes et de viande de Bjohemka, le petit déjeuner. Il prit un bol en bois et se fit servir. Il s'assit un peu à l'écart et il engloutit sa soupe.
Après la dernière goutte bue, Kjamil se rendait compte qu'il avait oublié qu'il se passait quelque chose de spécial aujourd'hui car tous les enfants s'agitaient. L'illumination vint à Kjamil et, rapidement, il posa son bol vide et se transforma en Fjolren.
Il courra jusqu'à la forêt, peut-être qu'il pourra trouver quelque chose d'intéressant. Il se mit en quête de trouver quelque chose d'intéressant et fouilla à cet effet toute la forêt. Ses recherches furent récompensées lorsqu'il vit des ruines dans la forêt : il y a sûrement des artefacts !
Il fit le tour du bâtiment. Il était fermé et semblait un jour avoir été le donjon d'un château fort. C'est vrai qu'en fouillant la forêt Kjamil avait remarqué des lignes de pierres, mais il n'avait pas fait la connexion. Il y avait tout de même une porte en bois, ce qui était étonnant car en temps normal elle se serait décomposée.
Il se transforma en Bekeln, un animal très lourd avec des cornes pouvant ressembler plus ou moins à un rhinocéros, et fonça à toute vitesse sur cette porte. Elle n'était pas très solide et tomba rapidement devant la force de frappe. Kjamil, voyant que ça avait marché et qu'il risquait de faite un autre trou de l'autre côté se retransforma en Fjolren. C'était de toute façon son animal préféré.
En cette forme, il fouilla les deux étages qu'offrait cette ruine ainsi que la cave. Ce n'est qu'au sous-sol qu'il vit une collection de bijoux. Il se retransforma en humain et il choisit une bague. Il prit une en acier orné d'un rubis. Il la porta au doigt pendant le trajet, et sentit une sensation étrange. Il fit ce trajet à pied et non pas en Fjolren, pour éviter de la perdre. Arrivé en vue du village, il enleva la bague et alla vers le chaman pour qu'il la bénisse de la protection de la déesse-mère. Lorsqu'il entra dans la tente du chaman, il lui dit :

-Bonjour Haut Chaman, je viens ici pour faire bénir une bague.
-Bonjour Kjamil ! Tu y as pensé ! Pas comme l'année dernière où je t'ai cueilli une fleur pour te dédommager ! répondit d'un visage bienveillant le chaman.
-Oui, j'y ai pensé.
-Bien donne-moi la bague.

Kjamil tendit la bague au chaman et il la prit. Il l'observa sous plusieurs angles jusqu'à lui dire :

-Kjamil, savais-tu que cette bague est magique ? Elle permet de rajouter une magie à quelqu'un.
-Non, je ne savais pas ! Je l'ai trouvée dans des ruines dans la forêt, il y avait une belle collection ! Si vous voulez, je peux...
-N'y va pas, ça ne servira à rien. coupa le chaman.
-Pourquoi ?
-Car ces ruines dont tu me parle sont sûrement des ruines du temps où on ne pouvait avoir de la magie que par le biais d'objets. Ainsi, elles servent chacune à une magie différente. Celle-ci est la magie du vent et de la tempête, donc il n'y a pas trop de danger.
-Très bien.
-Bon, je vais la bénir.

Le chaman plongea la bague dans de l'eau bénite et il dit :

-Oh, grande déesse, bénissez cette bague pour qu'elle soit utilisée par vos semblables !

La bague sortit toute seule de l'eau et y replongea. Le chaman la prit et il la redonna à Kjamil, en lui disant :

-Kjamil, prends bien soin de cette bague et fait-la occuper son rôle.

Kjamil acquiesça et il sortit de la tente. Il se dirigea vers les troupeaux et vit sa mère. Il se rapprocha d'elle et il lui dit en tendant la bague :

-Flenka , mère. Puissent les puissantes déesses te protéger via cette bague qui a été bénite par l'une d'elles. Puisse-t-elle t'être utile grâce à ses pouvoirs millénaires, ceux de l'amour. Bonne fête, Maman.

La mère de Kamil prit la bague et la porta au doigt. Elle lui répondit après un bisou :

-Je remercie les déesses de m'avoir accordé un cadeau tel que mon fils.

Puis ils se fient tous deux un câlin. Ils reprirent ensuite leurs activités habituelles. Mais il y a une chose que Flenka ne sait toujours pas, c'est que cette bague a des pouvoirs magiques !

Fin

Bref, c'est tout, mais j'essayerai de faire quelque chose d’intéressant pour la prochaine fois !
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: Sentinelle le dimanche 28 mai 2017, 11:43:04
Je n'ai pas encore lu le texte pour la fête des mères (J'éditerai si je le lis et que j'ai pas la flemme d'éditer :oups:). Mais j'ai lu le prologue avec Spectra. C'est fou ce que tu écris bien !
Une petite faute par-ci par-là mais rarement et qui pourrait facilement être évitée je pense, mais à part ça le style est vraiment fluide et riche.
J'ai hâte d'avoir la suite !
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le dimanche 28 mai 2017, 15:21:04
Merci Haine pour ton message, je verrais pour les fautes ^^
Bon, j'y vais. Ein kleine preview !

 Je comprends ce que c’est que la vie. C’est une sensation étrange et unique. Je comprends désormais ce que c’est que de voir. Je comprends ce que c’est que d’entendre. Je comprends aussi beaucoup d’autres choses. Je suis tout de même terré sous le corps de ce maléfice qui est toujours inconscient. Que va-t-il faire ? Je ne le sais. En tout cas, il a un but très précis. Mais je ne peux m’empêcher de remarquer que dès qu’on est sorti de mon entrepôt celui-ci a disparu. Que cela veut-il dire ? Je ne le sais. Mais il n’empêche qu’il y a beaucoup de choses que je ne comprends toujours pas. J’ai été au courant de choses qui s’appellent le Passé, le Présent, le Futur. Mais que veulent dire ces mots ? Je présume que je ne vis pas depuis assez longtemps pour le comprendre. Mais quelle est la valeur de longtemps ? Tant de choses qui restent à clarifier. Bref, je vais utiliser mes nouveaux sens pour pouvoir comprendre ce que sont tous ces mots que j’ai entendu par mes différents porteurs.
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le lundi 29 mai 2017, 20:31:58
 Bon, je fais un double post car sinon personne ne se rendra compte que j'ai fait quelque chose :/
 Merci de votre compréhension !



 Hello ! Je vous propose une nouvelle fiction ! Je vous reprends après l'introduction ! Bonne lecture !



INTRODUCTION

 C'était une terre de ruines. Les corps des morts se mêlaient aux décombres du village. Une guerre civile venait de détruire le royaume de Pzia. C'était un royaume parallèle à celui d'Hyrule, avec lequel il a beaucoup de liens, ce qui permet aux élites des deux terres de souvent communiquer. Mais ces liens n'ont pas empêché Hyrule de ne pas aller au secours de sa sœur jumelle lorsque la guerre civile ravagea le royaume. Des malheurs ont successivement affaibli le royaume et il est tombé en disgrâce jusqu'à la fin de celui-ci. Les hyruliens vivant dans ces terres deviennent de plus en plus rares tant ils cherchent à s'entretuer.
 Il pleuvait. Une personne montée à cheval arrivait vers les ruines et considéra ce qu'il a fait. Cet homme se nomme Elmon et est le chef de la garde royale de Pzia. Il a pris le contrôle des armées et a fait un coup d'état, renversant la princesse Zelda IV de Pzia. Elle a décidé de s'enfuir et Elmon détruisait ainsi chaque villages pour essayer de la retrouver, et il regardait s'il y avait des survivants, pour pouvoir les torturer à mort, même s'ils sont pour son pouvoir. Il fit le tour du village et n'aperçut aucun corps vivant. Il se retourna et repartit vers la cité d'Hyrule, capitale. Elle était appelée comme cela par de nombreuses personnes mais les élites préféraient l'appeler Yohlval, ce qui était en fait son nom officiel, en honneur de son fondateur Yoyo.
 Dans cette guerre civile, il y avait plus d'un parti, les plus importants étant évidemment le parti royaliste soutenant la princesse Zelda IV et le parti impérialiste soutenant l'empereur Elmon, mais il y avait aussi des autres partis comme le royaume gerudo qui cherchait à prendre quelques terres vers le lac Hylia et d'autres partis mineurs. Tout cela avait transformé le royaume en un champ de bataille de très grande ampleur ainsi qu'un lieu de terreur, ce qui faisait que de plus en plus de personnes émigraient dans le royaume Zora, le pays Goron ou même dans les contrées de Horon et de Labrynna.
 Mais, plus intéressant est ce qui a amené à ce conflit d'ampleur magistral. C'est pour cela que j'ai décidé de vous conter l'histoire de Pzia ainsi que tous ses héros successif.




 Bref, je vous retrouve pour vous parler de ce qu'est réellement cette fic. C'est une fic que je peux surnommer comme "hybride". En gros, je vais alterner entre l'histoire de Pzia qui n'est autre que les fics de ce forum et la vraie histoire de ce qui se passe dans ce monde ravagé par la guerre.
 Je vais donc demander à des volontaires de participer. Vous pourrez, si vous êtes écrivains, demander à ce que votre fic apparaisse là-dedans et je ferais une sorte de résumé sur plusieurs chapitres. Plus de précisions seront apportées si vous me contactez. Et pour les simples passants fans de lecture, vous pouvez apparaître comme personnage de la fic. Les écrivains le peuvent aussi, évidemment ! Vous n'aurez qu'à me contacter ! Merci de votre attention !
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: Xanto01 le lundi 29 mai 2017, 21:15:10
Hello !

Alors j'ai adoré ton prologue, on y sent bien l'ambiance chaotique et il donne envie de lire la suite avec impatience. Est-ce Elmon va retrouver Zelda?  J'ai hâte de  savoir !

Sinon pour la participation, je pense que ça t'étonnera pas si je te dis que je suis partante  :^^:
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le jeudi 01 juin 2017, 17:19:26
CHAPITRE 1 : Le Domaine Zora

 Ce soir d'été était très reposant. Xanto01 sentait l'air chaud être chassé par un vent froid qui devait venir des Pics Blancs. Elle était dans le domaine Zora. Il avait bien changé ces dernières décennies, le domaine s'était agrandi en dehors de la grotte où il était. Les zoras ont donc fait preuve d'un très grand savoir-faire et ont bâti une très grande ville là où il n'y avait autrefois qu'une vallée. La raison en était simple : depuis le début de la guerre civile de Pzia les zoras ont observé une très forte immigration dans leurs terres. Pour répondre à cela, ils ont commencé la construction de structures élégantes au-dessus de la rivière zora ont permis aux immigrants de se loger. La ville en elle-même était très urbanisée : des places avec des fontaines se trouvaient au milieu des nombreuses avenues. La ville entière a été conceptualisée par un mathématicien du nom de Jaboris et par conséquent la ville est pensée de manière très logique et un architecte du nom de Osiel a créé toutes ces formes gracieuses qui fondent toute la réputation des Zoras.
 La bise froide amena une petite pluie bienfaisante et les zoras dehors en profitèrent pour aller se promener. Xanto01, quand à elle restait accoudée à la barrière qui donnait sur la rivière Zora et repensait à cette guerre. Elle avait choisi de saboter les forces de l'empereur Elmon en faisant exploser des bombes, en assassinant des dirigeants, bloquant certains détroits en provoquant des éboulements, et beaucoup d'autres choses... Une fois elle avait même essayer de faire exploser l'empereur Elmon, sauf qu'elle s'était ratée et elle avait fait sauter son conseiller. C'était déjà bien mais pas assez.
 Xanto01 se releva et marcha un peu à travers l'avenue principale du domaine. La circulation était bien moindre par rapport à celle de l'après-midi et elle en profita pour se régaler des paysages magnifiques qu'offraient cette ville à laquelle le roi cherchait activement un nom. Elle ne pouvait plus juste s'appeler "Domaine Zora", nom désormais réservé au palais. Des bacs de fleurs bordaient la route et des arcades sur les petits immeubles donnant sur la rivière en pierre nox, pierre découverte récemment dans la montagne où était logé le domaine Zora éclairaient l'avenue. Certains Zoras lui disaient : "Soaldi !" en passant, ce qui voulait dire bonjour en Zoran, et elle les répondait de la même manière. Xanto01 ne pouvait pas profiter de ce paradis éternellement : elle avait décidée de son propre chef de prendre ce jour comme congé, mais cela restait un jour ! Elle se baladais, l'eau de pluie coulant à travers ses cheveux que la bise de l'ouest poussait, et elle profitait de chaque seconde de sérénité. Quelqu'un l'aborda alors :


-Soldin Xanto01.

 Xanto01 se retourna alors et vis la princesse Zelda IV de Pzia. Elle s'empressa de s'incliner et de lui dire bonjour. Ces salutations l'énervaient au plus au point mais elles étaient nécessaires car sinon "Soldin le cachot !" Elle lui répondit :

-Soldin votre majesté. Que me voulez-vous ?
-Relevez-vous et suivez-moi. J'ai des questions à vous poser, dit-elle promptement.
-Je vous suis.

 Xanto01 se rendait compte qu'elle n'était pas forte niveau communication formelles, mais elle faisait ce qu'elle pouvait. Elle la suivit et elles arrivèrent dans le domaine Zora. Xanto01 s'inclinèrent puis Zelda la fit signe d'aller dans un petit salon. Elle pria Xanto01 de s'asseoir, ce qu'elle fit, et elle demanda à une servante Zora de bien vouloir apporter de la gelée rouge ce qu'elle fit. Pendant ce temps, la princesse engagea la conversation avec Xanto01 :

-Tu es bien l'arrière-petite-fille de la célèbre épéiste Xanto01 ?
-Oui, en personne.
-Est-ce que dans ta famille certaines de ses bottes se sont transmises ?
-Oui, j'en connais plusieurs mais pas toutes.
-Et as-t-elle transmis sa corruption ?
-Oui, malheureusement j'en souffre régulièrement.
-Très bien. Que connais-tu de ses aventures contre la LDM et contre le dérèglement temporel ?
-Heum, à vrai dire, pas grand chose. Mais je vais vous raconter ce que je sais :
«C'était il y a environ 85 ans. À l'époque, mon ascendante était alors une apprentie d'Impa comme la nouvelle génération de Sheikah, avec Midona-Hylia, Link du40, Nobody, Zelink et Ganonpow. Elle subissait des entraînements journaliers avec seulement un jour de répit : c'était le jour de sa corvée auprès de Zelda. Au total, il y en avait un par jour de la semaine et il y avait donc deux jours pendant lesquels ces cinq amis pouvaient se retrouver, le moment où les deux derniers apprentis avaient leur corvée. Je n'ai aucune idée de comment ils s'appelaient mais en tout cas ils permettaient au groupe d'amis de se retrouver deux jours par semaine. Mon ancêtre était une grande rivale de Ganonpow ce qui leurs valaient de nombreuses disputes.
«Un jour pourtant, ils décidèrent d'aller dans la crypte du cimetière, vous savez, près du nouveau Temple du Temps que votre ancêtre Zelda III a fait bâtir après la victoire du héros du crépuscule sur Ganondorf. La crypte n'avait pas été placée au hasard car elle débouchait sur d'anciennes ruines datant de la période des anciens. Le groupe d'amis y alla et tombèrent par hasard sur ces ruines et mon arrière-grand-mère, nommée "le Fléau des Déesses", nom qu'elle gardera jusqu'à sa mort, enclencha par erreur une distorsion spatio-temporelle qui fit se croiser plusieurs moments de l'histoire de Pzia. Il paraît d'ailleurs que ces ruines représentaient une sorcière contrôlée par un être maléfique et qu'elle avait provoqué une fois cette déchirure spatio-temporelle... Cya qu'elle s'appelait !
«Bref, ces cinq apprentis défendirent Pzia en remplissant leur devoir, car cette fissure avait aussi apportée beaucoup de monstres divers et variés et bien plus nombreux que ce qu'on a maintenant, et avant. Mais apparemment seuls le Fléau des Déesses et Ganonpow combattaient, se faisant un concours de celui qui allait tuer le plus de personnes. Apparemment, c'est mon ancêtre qui a gagnée haut la main, mais j'en suis loin d'être certaine. Après avoir nettoyé la Plaine d'Hyrule-Sud, ils décidèrent d'infiltrer la citadelle d'Hyrule, infiltrée alors de monstres. Ne cherchant pas à se suicider -ça aurait été dommage- face à un nombre énorme de monstres bien plus entraînés que dans la Plaine, ils passèrent sur les toits et entrèrent dans la taverne de Telma. Là ils apprirent qu'une organisation nommée la LDM, Ligue du Mal, s'était créée et le groupe décida de le détruire. Apparemment, chez Telma ils ne savaient pas où était la LDM mais ils trouvèrent un Manoir nouvellement créé dans le sud-ouest de la Plaine d'Hyrule. Ils y entrèrent donc.
«Arrivés à l'intérieur, ils furent face à des mauvais sorts qui ont poussé le mobilier à les attaquer et ils arrivèrent tant bien que mal à arriver et trouver la salle de réunion de cette organisation maléfique. Or, il n'y avait apparemment personne car on m'a toujours dit ce qu'il s'est passé juste après. Bref, Ganonpow s'est absenté et est revenu, un poignard dans la main. Nul ne pouvait prédire ce qu'il allait faire. Il poignarda Xanto01. Elle ordonna à ses amis de s'enfuir, ce qu'ils firent. Pendant ce temps, Ganonpow lui proposa une alliance qu'elle rejeta. Il l'acheva et la laissa pour mort. Or, elle se concentra et libéra toute sa magie. Cela dura le temps d'une heure et elle arriva à se soigner de ses blessures pourtant fatales. Elle perdit connaissance et se réveilla cinq jours après et découvrit, à son malheur, une tâche de corruption. Elle ne pensait alors pas que ça allait être d'une importance cruciale pour son avenir. Elle débarqua dans la grand salle du manoir et sauva in extremis Link du40 de l'horrible destin qui l'attendait. Elle engagea ensuite le combat avec Ganonpow et le combat finit sur une interruption : le manoir commençant à s'écrouler. Après avoir aussi mit le feu à celui-ci, ils sortirent du manoir saint et saufs.
«Voilà donc l'histoire de la LDM comme vous me l'aviez demandé, votre majesté.
-Très bien. Ah, la gelée rouge arrive ! Merci ! Je vais donc vous parler de choses que vous ne saviez pas à propos de cet incident. Je suis actuellement en trains de recueillir les témoignages de toutes les personnes qui ont participé à des aventures épiques qui ont secoué le royaume pour comprendre ce qu'il se passe, car je pense qu'il y a plus qu'une histoire de coup d'état dans ce qui nous vivons.

 La porte s'ouvrit tout d'un coup violemment et laissa la lumière du soir entrer dans le petit salon. Xanto01 vit une forme noire tant elle était éblouie par les rayons du soleil couchant juste derrière. La princesse, après un temps de réaction, s'écria soudain :

-Non mais tu es...
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: Xanto01 le vendredi 02 juin 2017, 20:34:19
Hello ! Tu vas bien ? N'ayant pas assez de temps pour te fait un commentaire plus développé je vais aller à l'essentiel en disant que c'est un bon premier chapitre. J'ai peu à redire, tu résumes bien le premier volume de ma fic en y ajoutant ta touche perso. Bref, j'ai aimé et ai envie de savoir qui vient d'arriver !
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le mercredi 07 juin 2017, 14:26:00
Chapitre 2 : Tourments Princiers

-Non mais tu es gb8 ! s'écria Zelda.

 Un Goron à la masse énorme en acier goron était apparu sur le pas de la porte. Comme tous les gorons, il était nu mais celui-ci disposait d'un casque en acier goron à la main, prouvant qu'il portait une armure. Cet acier était réputé comme le plus résistant au monde, et c'était bien vrai ! Xanto01 avait déjà, un jour pendant son entraînement, été confrontée à un Goron armé ainsi, et elle avait eu énormément de mal à en venir à bout. La masse, elle, était de très bonne facture. Le manche en acier goron était taillé de façon à ce que les différentes positions possibles pour porter cette arme furent confortables. Une grosse pierre était pendue au bout, renforcée par une ossature en acier goron. Au bout de ses deux extrémités était accrochées deux bouts d'une curieuse pierre volcanique. L'acier goron est déjà assez lourd, Xanto01 en avait déjà fait l'expérience en essayant de porter une épée en acier goron... elle n'avait même pas réussi à la faire décoller de terre, malgré son athlétisme, mais il était affublé d'une pierre visiblement lourde aussi ! Cela permettait de porter facilement des coups fatals aux adversaires, et de se muscler aussi. L'idée du poids de ce marteau fit tourner la tête à Xanto01, qui imaginait tout juste les capacités goronnes.

-Votre majesté, je suis allé voir mes frères pour demander de l'aide, et ils l'ont rejeté. Ils disent qu'ils ne veulent pas s'immiscer dans vos affaires, répondit-il.
-Et à propos des pierres du Canyon Gerudo ?
-J'y ai pensé et ils ont dit que le canyon appartenait encore au royaume... non pardon à l'empire de Pzia, donc ils en ont encore accès. Mais ils ont précisé que si une puissance n'acceptant pas le commerce avec les gorons prennent possessions de ces territoires, alors ils riposteront violemment. À mon humble avis, ils vont riposter contre les Gerudos qui ont des revendications sur ce territoire du seigneur Aleph Ud Loyahl.

 La princesse parut embêtée. Elle fit signe à gb8 de s'installer, ce qu'il fit, et elle aussi s'installa. Elle parut réfléchir ardemment, et après quelques minutes elle annonça :

-Nous partons au village Goron. Xanto01, je te raconterai ce que j'allais te dire plus tard. Oui, toi et gb8 allez venir m'escorter. Je garde ici une base de commandement. Je passe chercher la fine fleur de ma garde pour m'accompagner aussi. Ce devra être discret. Disposez.

 Après cette déclaration hasardeuse, les deux invités se levèrent de leur siège et sortirent du petit salon. Zelda, lorsqu'ils eurent fermé la porte, s'affala sur son siège et profita de quelques minutes de répit. Malgré tous les cous théoriques et même pratiques, elle n'avait jamais réussi à se transformer en Sheikah, où même tout simplement se servir de sa magie. Elle se releva et s'en alla par la porte arrière du petit salon qu'elle n'avait pas choisi au hasard car il menait à un grand auditorium. Il était vide car aucun concert n'était encore prévu et Zelda en profitait pour en faire une zone d'entraînement. Elle se mit au centre de la scène et rassembla toute ses forces. Une puissance indescriptible l'envahit ainsi que la salle. Le monde commençait à tourner et le vent effleurait sa peau. La lumière provenant des gemmes nox s'affaiblirent comme une bougie en proie au vent et la salle fut bientôt dans l'obscurité totale. La puissance magique continua à s'intensifier et tout s'échappa d'un coup, la lumière redevint claire et toute la puissance finit de quitter les lieux. Comme à toute ses sessions, elle crut un instant voir une forme humanoïde, arborant une épée qui se détournait et disparaissait. Cette fois-ci, une voix envahit toute la pièce, disant :

-Tu en es proche. Ne t'inquiète pas, ça arrivera bientôt. Patience et longueur de temps valent mieux que force ni que mal.

 Comme à chaque fois, cette voix s'évanouit comme dans les tréfonds du néant. C'était comme si quelqu'un était à chaque fois en train de la coacher, comme un professeur de magie. Mais tous ses professeurs successifs lui avaient dit qu'elle disposait d'un énorme potentiel qui n'attendait qu'à être libéré. Elle s'évanouit mais comme à chaque fois, elle tombait comme sur un lit de plumes. Qui lui faisait cela ? Qui lui portait autant d'attention ? C'était autre chose que la flatterie dont elle avait tous les jours droit. C'était comme si on s'occupait réellement d'elle ! Comme si elle était important autrement que par son statut ! Lorsqu'elle se réveilla, elle était toujours dans cet auditorium et d'après le cadran de technologie zorane, c'était très étrange, c'était déjà le matin. Elle se leva de bon pied et elle s'en alla prendre son petit déjeuner. Cette journée allait être dure, même sans les incidents qui s'y produisirent.



 Chapitre assez court mais révélant bien toute la personnalité de Zelda IV, ainsi que son manque de confiance en soi. Pour note, des pseudos d'inconnus de Puissance-Zelda comme gb8 seront ajoutés car voyant la popularité de mon appel à participants, j'ai décidé d'aller pêcher du côté de mes
amis !
Oui, je me suis rendu compte que j'ai oublié de mettre un titre au chapitre 1 !
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: Xanto01 le jeudi 08 juin 2017, 22:28:58
Salut,
Pour un chapitre court, il est bien écrit. On voit bien le manque de confiance en soi de Zelda, notamment lorsqu'elle dit avoir tenté de se transformer Sheikah. Le chapitre est assez fluide donc on comprend bien le caractère de chaque perso et je trouve que tu as fait une belle description de l'acier goron.
Bref je ne sais pas quoi te dire à part que j'ai envie de lire la suite !
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le lundi 03 juillet 2017, 12:07:53
Chapitre 3 : La lumière naturelle

 Il se faisait tard. Du moins, autant que sa perception du temps le permettait ! Siov finalisa l'un de ses plans et soupira. Depuis quand essayait-il de rejoindre son monde natal ? 18 ans. Le nombre le choqua comme un éclair qui foudroie un arbre. Et pendant ce temps, que faisait-il ? Il créait un objet capable de créer une tension alternative de 25 MV / minutes avec un feu bizarre qu'on appelle feu bleu ? Ironique. Siov était un zora orange, jamais aimé de ses compagnons qui avaient des couleurs dans les tons bleus à cause de sa différence. Dans son monde dépourvu de magie, il avait créé une machine permettant de voyager entre les dimensions parallèles et il avait eu la stupidité de le tester lui-même, le plus savant que Hyrule n'a jamais connu ! Il a donc atterri dans ce monde arriéré et dans une situation géopolitique sérieusement instable prêt à sombrer dans la guerre civile. À l'époque c'était le roi Johansen I de la dynastie des Daphnes, régnant depuis plus d'un siècle sur le pauvre royaume de Pzia, et sa fille Zelda avait quatre ans. Siov s'est d'abord concentré sur l'étude de ce monde et en a retiré rien d'intéressant. Les seuls semblants de technologie que ces Pziens avaient étaient d'étranges statues qui pouvaient être pilotées par un bâton nommé "Anima", mais d'après ses informations ce n'était pas de la facture Pzienne mais "Célestienne". C'est après cette découverte qu'il a décidé de se créer un laboratoire sous le lac Hylia et de s'y enfermer. C'était un mois après son arrivée et un mois après, il a fait ses derniers pas dans le monde externe jusqu'à qu'il apprenne que le roi Johansen I a été assassiné par un certain Elmon de Horasséa, un général de l'armée de Pzia originaire du sud dans les contrées de Labrynna où il vivait au bord de la mer de Zoras. Il a donc plongé et rejoint sa base et a cherché sa porte de sortie pendant 17 ans. 17 ans, oui car il y a un an, quelqu'un est arrivé dans son laboratoire. En fait, il y a eu deux personnes qui ont débarqué chez lui : un mage et une... créature ? C'est bien le mot. Ils ont créé une porte me permettant d'aller dans un endroit aride nommé "Désert Gerudo" où ils étaient basés sans que Siov ne leur ait dit quoi que ce soit, mais il ne s'y est jamais aventuré : il risque de mourir de déshydratation. Le mage est basé dans ce désert mais la créature, elle, parcours éternellement le monde et donne des cours d'escrime clandestins. Apparemment, il fait ça depuis longtemps.
 Siov regarda la porte qui le reliait à des lointaines contrées inhospitalières. C'était de la bonne menuiserie, la porte était taillée en ébène avec des incrustations en chêne. Au centre, un panneau montrait une scène historique. On y voyait un homme un homme habillé étrangement : il avait une cape, une tunique arriérée et un diadème sur la tête. Ses cheveux étaient mi-long et en sapin, il était grand et svelte et ses yeux étaient en érable mais des pigments bleus subsistaient. Il tenait la main à une femme très belle en robe de frêne ornée au centre d'un tissu en érable mais qui devait être peint. Sur le haut de sa robe se trouvaient deux épaulettes en châtaigner et ses longs cheveux en bambou étaient ornés d'un diadème identique à celui de son compagnon. Derrière eux se trouvait un autel en érable auparavant peint en pourpre impérial orné d'incrustations en iroko et de celui-ci s’étendait un tapis jusqu'au pied du panneau en hêtre mais auparavant peint en rouge saillant. De part et d'autre de ce tapis se trouvaient des spectateurs de dos et au dessus de tout se trouvaient trois triangles en iroko qui rayonnaient sur tout le tiers supérieur su panneau. Tout le panneau jouait avec la perspective et avec les essences de bois toutes aussi exotiques les unes que les autres et parfois uniques à ces environs comme une essence couleur vert d'eau et une essence couleur poil de chameau. Apparemment, ce panneau représentait le mariage de deux personnes  : Zelda I, reine du Nouveau Royaume de Pzia et Link, le "Héros du Temps".
 Mais Siov se posait toujours une question sur cette représentation : pourquoi le "Nouveau" Royaume de Pzia ? Il a toujours cherché à savoir mais ses "collaborateurs" évitaient toujours la question. Pourquoi ? Siov ne connaît pas grand-chose de ces terres sur lesquelles il vivait depuis 18 ans. Quelle ironie ! Il alla débarrasser son plan de travail pour pouvoir construire sa nouvelle invention quand soudain il entendit la porte s'ouvrir violemment. Par réflexe, il se retourna et vit le mage qui lui hurla :


- Siov Elohé ! Qu'as-tu fait ? Quelle idée farfelue t'a encore traversé la tête ? Je viens de découvrir ce que tu as fait. Quelle honte ! Tu le fait depuis quand ? Réponds !
- Bon, arrête de hurler, je suis à côté. Une question à la fois. Et puis de quoi tu parles ? répondit calmement Siov en s'asseyant.
- Ne fait pas celui qui ne sait rien ! Je sais tout ce que tu as fait avec mon maître et voilà que tu le nie ! Sache que je suis bien l'une des dernières personnes que tu pourrait qualifier de stupide ! cria à nouveau le mage.
- Éclaire-moi l'esprit alors, j'ai la tête dans les réflexions. Qu'y a-t-il ? essaya Siov d'apaiser le mage.
- Tu sais bien que tu a envoyé mon maître aider la princesse Zelda IV, et ce, alors qu'on avait fait tous deux le pacte de non intervention il y a des décennies de cela !
- Heum, je n'ai rien fait : rappelle-toi que je suis omnibulé par mon désir de retourner chez moi et donc je n'ai rien à faire du monde extérieur : la preuve, j'y suis resté que deux mois sur dix-huit ans !
- Pas faux. Mais alors je t'ordonne de sortir et de m'aider à le retrouver car je n'accorde aucune confiance en ce que tu dis !
- Alors ça, pas question !
- Oh, si, tu y ira, de gré ou de force !

 Les joutes continuèrent pendant un temps incalculable, les deux partis ne voulant pas lâcher l'affaire mais finalement, Siov craque et décida de sortir pour retrouver la créature. En attendant, il alla dormir, le mage de même, et le lendemain, lorsqu'ils furent tous deux parés à sortir du laboratoire sous-marin, Siov alla vers la porte qui le menait dans l'eau, mais le mage le retint par l'épaule. Siov lui cracha qu'il savait ce qu'il faisait, mais sa détermination s'effondra devant le sourire carnassier du mage. Il prit donc peur et recula de deux pas du mystérieux personnage qui lui dit d'un ton amusé :

- Alors, tu as peur de moi ? Tu sais bien que j'ai de grands pouvoirs et donc tu redoute ce que je vais te faire ? Eh bien, tu en as parfaitement raison !
- N-non ! J-je n'ai p-pas peur d-de t-toi ! J-je me d-dit juste q-que j-j'ai oublié d-de prendre m-mon euh... m-ma n-nouvelle invention q-qui v-va être t-très utile ! bafouilla-t-il, terrorisé.
- Bien sûr, je te laisse prendre ton invention ! répondit le mage sans quitter son sourire ni son ton.

 Siov s'en alla et prit quelque chose au hasard en espérant que ce sera utile. Il revint et le mage n'avait pas quitté son air terrifiant. Tout d'un coup, il leva la main droite et une lueur apparut sur celle-ci. Il l'abaissa brusquement et une boule d'énergie fondit sur le zora qui se cacha derrière ses nageoires. Lorsque le choc se produisit, rien ne se passa et Siov se découvrit, reprenant son air assuré. Tout d'un coup, il sentit une vive douleur sur sa nageoire caudale derrière son visage. Il sentit de moins en moins la douleur mais il sentait aussi que sa tête était de moins en moins attirée vers l'arrière. Lorsque la douleur s'arrêta, ce fut le tour de ses oreilles qui firent atrocement mal. Siov s'effondra par terre et mit instinctivement ses mains sur celles-ci qui rétrécissaient. Lorsqu'elles furent très petites, autant que celles de ces Hyliens, il eut une sensation de déchirement comme elles se déplaçaient vers le bas jusqu'à atteindre le centre de son profil. C'est alors que le zora se rendit compte de ce que le mage lui faisait. Il ramena ses mains vers l'arrière et ne sentit plus la grande extension derrière la tête. Cela confirma ce qu'il pensait. Il hurla au mage d'arrêter mais celui-ci fit sourde oreille. La douleur vint maintenant de mes nageoires qu'il vit disparaître horrifié sous ses yeux. Et désormais ce fut tout son corps qui souffrit. Il s'écroula totalement part terre, la main sur ses yeux et vit ses écailles disparaître au profit d'une fragile peau. Lorsque cette horreur fut terminée, ce fut une faible douleur qui l'agita sur et derrière la tête. Il sentit une matière velue se former, comme de la peau d'ours, mais cette matière s'allongea et reconnut des cheveux. Ce fut d'ailleurs au même moment que des cheveux roux tombèrent devant ses yeux. Il se releva et sentit que des cheveux mi-longs s'étaient formés derrière sa tête. Le mage fit apparaître un miroir et Siov vit horrifié que son reflet n'était autre que celui d'un hylien roux nu et sans aucun poils autres que ces cheveux. Le mage détourna la tête et claque les doigts et une tenue légère recouvrit la nudité du nouvel hylien. Elle était constituée d'un pagne qui couvrait sa taille et les jambes ainsi que le reste de son corps furent recouverts de bouts éparses d'armures, des épaulettes, une plaque pour son cœur, des plaques autour de sa taille ainsi que des genouillères et enfin des sandales. C'est à ce moment-là que Siov se rendit compte de ce que c'est d'avoir froid chez lui. comme il commençait à grelotter, le mage lui dit :

- Alors, Siov, tu t'aime bien en hylien ? Je vais te mettre dans un endroit où tu va transpirer, ne t'inquiète pas.

 Il de daigna pas répondre et ouvrit la porte derrière laquelle il vit un grand terrain ensablé  ainsi qu'une maison, mais cette porte surtout le menait à un endroit chaud. Le mage lui ajouta qu'il ne mourra pas de déshydratation, l'hylien ayant moins besoin d'eau que le zora. Siov s'y engagea et fut ébloui par la lumière du soleil, et il sentit la chaleur le caresser. Le paysage lointain lui dévoilait des chaines de montagnes. Il n'avait pas ressenti ça depuis 18 ans. Surtout, ce qu'il n'avait pas ressenti depuis 18 ans, c'est la sensation d'être au grand air et surtout d'être libre. Le mage cassa cette ambiance en lui disant :

- Bon, on se met en route ? Tu vois, le Désert Gerudo est magnifique, jonché de ruines et surtout uniquement constitué de sable chaud à perte de vue. D'ailleurs, pour le reste du voyage, il faudrait bien que je te dise mon nom ! Je m'appelle Stefbad !



 C'est après le brevet que je publie ce chapitre, ce qui explique le temps d'attente avec le dernier. J'ai décidé de changer de personnages pour la première fois, et ça fait du bien ! J'en ai profité aussi pour faire un passage de transformation qui m'a bien amusé. Pour ceux qui suivent tout ce que je fais, je pense que vous savez qui est la créature ! Et Siov Elohé est en fait une division du pseudo d'un ami "Seliove". J'espère que vous avez apprécié !
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: Xanto01 le samedi 08 juillet 2017, 23:02:38
Salut, Stefbad ! J'espère que ça été ton brevet ! ^^

Alors pour commenter ce chapitre...

J'aime bien la façon dont tu introduis l'histoire de Siov. C'était fluide et je trouve ce Zora qui n'aspire qu'à  rentrer chez lui après 18 ans de recherches touchant.

Sinon pour la créature qui parcourt le monde en donnant des cours d'escrime clandestins...hum...ne serait-ce pas ce cher Spectra ?

Pour le coup j'ai hâte de te voir avec un Siov franchement transformé en humain dans votre traversée du désert Gerudo pour retrouver Spectra !

Au passage dis à ton ami  qu'il a un joli pseudo  ;)

Allez à  plus ! ^^
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le dimanche 09 juillet 2017, 11:41:36
Chapitre 4 : La fille des sept-roses

 
(Cliquez pour afficher/cacher)



EDIT : Un deuxième pour la route ;)

Chapitre 5 : Ombres Artificielles

 
(Cliquez pour afficher/cacher)



 M-mais, comment t'as deviné @xanto01  ? Peut-être que c'était trop évident...

 Bref, j'ai déjà écrit un chapitre en plus car je ne trouvais plus trop l'inspiration pour ce point de vie mais je l'ai trouvée au dernier moment alors que j'écrivais le chapitre maintenant 5. Bref, je pense qu'il y aura trois points de vue différent : le point de vue Zelda IV, Xanto01 et Gb8 ; le point de vue Stefbad, Siov et Arhetna ; et un point de vue encore mystère qui se dévoilera dans le chapitre prochain ! Actuellement, j'ai déjà deux personnes pour le troisième point de vue mais il m'en manque un troisième, donc si quelqu'un à une idée, qu'il me le dise là ou après le chapitre 5 (qui va paraître bientôt, juste une partie de Civ 6 et je publie).
 Sinon j'espère que vous avez apprécié !

EDIT : Et donc le dernier point de vue est Deerae et Squibbo, et il me manque quelqu'un, donc si vous pouviez me donner une idée, ce ne serait pas de refus :/
Et le gerudo dans le Chapitre 4 est bien réfléchi et veut bien dire quelque chose (pas des mots alignés au hasard, ça non !)
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: Xanto01 le lundi 17 juillet 2017, 18:12:52
Hello !
N'ayant pas eu beaucoup de temps, je n'ai malheureusement pas eu le temps de bien lire tes deux nouveaux chapitres.  :-|
Néanmoins, ce que j'ai lu et compris me donne très envie de lire la suite et de découvrir les différents points de vue des personnages.

Après si j'ai bien compris, tu as besoin d'un nom pour les personnages qui manquent pour ton prochain point de vue ?
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le lundi 17 juillet 2017, 19:22:18
Effectivement @xanto01 j'aurai besoin d'un personnage complet pour continuer le troisième point de vue. Comme tu as sûrement remarquée, dans le premier point de vue il y a 3 personnages (Zelda, toi et Gb8 - Chapitres 1 & 2), le deuxième aussi (Siov, moi et Ahretna - Chapitres 3 & 4) mais dans le troisième il en manque un (Deerae, Squibbo et ??? - Chapitres 5 & 6), et j'aime bien être régulier. Donc il me faudrait quelqu'un pour combler le trou dans le 3ème point de vue, et que je puisse facilement intégrer (je t'enverrai les détails de la suite par MP si tu veux). Toute idée est bienvenue !
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le jeudi 20 juillet 2017, 12:06:44
Chapitre 6 : Voyage au centre du Cœur

- J’ai quelque chose de très important à te dire, dit Deeræ.

 Squibbo releva la tête. Il se leva et se mit à son niveau, dans un air de défi. Il y avait de la foudre entre ces deux épéistes surdoués. Eux deux se ressemblaient énormément, peu de choses différaient physiquement comme mentalement. Ils auraient pu être frère et cela ne choquerait personne. Squibbo était un jeune homme de 27 ans avec les cheveux châtains légèrement bouclés, il avait les yeux marron, la peau cuivrée et une stature athlétique. Eux deux avaient de belles oreilles hyliennes qui faisaient tomber les femmes. Mais là où Squibbo s’abandonnait aux plaisirs polygames, Deeræ avait jeté son dévolu sur une femme qui l’aimait tout autant et il rejetait toutes les autres. Squibbo ne savait pas qui elle était mais il se doutait que ce ne devait pas être une femme de la haute société, vu le niveau de charme qu’a Deeræ. Il sourit à ce point. Squibbo lui répondit sèchement :

- Que me veux-tu ?
- Tu va être condamné à la sentence MO7.
- Je ne sais pas parler Kokiri.
- Tu vas être exposé aux radiations du miroir des ombres.
- En Hylien merci.
- Tu vas être un cobaye sur des effets qu’on sait dangereux mais dont on veux en savoir plus.
- Oui, et à quoi ça va me servir ?
- L’impératrice Mirada et moi sommes contre son utilisation qu’on juge inhylienne, même avec toute la haine que j’ai pour toi.
- Haine ?

 Squibbo était réellement étonné. Pourquoi de la haine ? Et comment se fait-il qu’il ne l’ait pas remarqué ? Deeræ prit une longue inspiration et raconta :

- Je suis étonné que tu ne t’en sois pas rendu compte. Nous sommes tous deux rentrés dans l’armée à nos 4 ans, mais toi un peu avant moi. Lorsque je suis arrivé, je t’admirais. Je te contemplait toi avec ton teint qui devenait plus cuivré et avec toutes tes techniques. J’ai donc essayé de me rapprocher de toi mais toi, tu me répondait avec dédain. Je me suis donc décidé à devenir aussi fort que toi pour que tu me remarque enfin. Je m’entrainait beaucoup plus que tout le monde et au final, nous sommes arrivé à un niveau proche l’un de l’autre. J’ai donc décidé de à nouveau me rapprocher de toi puisque nous avions un niveau plus ou moins égal. C’était à nos 5 ans. Or, tu continuait à me remplir de dédain. Je suis donc tombé en dépression. Et c’est là que j’ai trouvé l’amour de ma vie¹. Elle m’a aidé à remonter la pente et c’est grâce à elle que je suis toujours là aujourd’hui. Je sais qu’elle est aujourd’hui du côté opposé du mien dans cette guerre mais je pense toujours à elle, je serais incapable de la tuer. Mais cette admiration que j’avais pour toi s’est mué pendant que je remontais la pente en haine. Mais j’en reste tout de même à penser que MO7 est trop terrible, même pour toi.

 Quel aveu ! Squibbo était très étonné de tout ce qu’il n’avait pas remarqué. Mais, de toute façon, il a eu ce qu’il voulait en essayant de devenir ami avec lui, le grand Squibbo ! Il reprit totale confiance en lui et se demanda ensuite qui était l’élu du cœur de son ennemi. Après un temps de réflexion, il trouva. Il se détendit et se mit assit, totalement abasourdi par cette découverte. Deeræ, qui l’avait vu, lui dit:

- Je crois que tu as raison.

 Incroyable. Squibbo, lui, n’avait rien remarqué. Deeræ sortit de la salle et laissa Squibbo seul dans le noir complet. Les prisonniers avaient entendu leur discussion et on entendait parfois deux en discuter. Il se mit sur le côté de sa cellule. Il devait s’attendre au pire. Squibbo réfléchit pendant un moment aux paroles de Deeræ qui en disaient plus long que ce qu’il en paraissait en prime abord. Il était en pleine réflexion lorsque la porte du cachot s’ouvrit, laissant passer de la lumière. Deux chevaliers de Pzia s’avancèrent. Contrairement aux chevaliers d’Hyrule qui étaient habillés en violet, les chevaliers de Pzia étaient habillés en vert, et recevaient une éducation plus stricte que leurs congénères. Ces deux ouvrirent la porte du cachot et dirent :

- Loarin-oka wa ! qui signifie en Hylien du Crépuscule : ‘‘Viens’’.

 Squibbo ne broncha pas et se leva. Les deux gardes prirent chacun un de ses bras et il fut emmené violemment vers la salle du trône. Là il fut enchaîné au plafond au dessus du trou et se retrouvait au niveau de l’Empereur qui ne manquait pas un instant de cette rencontre. Deeræ était aussi là aux côtés de son suzerain mais détournait poliment la tête du condamné. L’impératrice Mirada, elle, n’était pas là. Squibbo comprit qu’elle boudait cette torture car ses avertissements n’ont pas marché sur Elmon. Les gardes apportèrent une sorte de disque qui semblait être lourd, ceux-ci ayant le dos courbé, mais ils l’accrochèrent vite à un piédestal de façon à ce que ce disque soit dirigé vers le prisonnier.  Trois mages arrivèrent ensuite du dos de Squibbo et se mirent autour du Miroir des Ombres.
 La cérémonie commença. Les mages incantèrent dans une langue inconnue de Squibbo et le miroir commençait à faire apparaître d’étranges signes dessus. À partir d’un certain temps, lesdites radiations commencèrent à affecter Squibbo qui commença à souffrir le martyre. Pendant les derniers moments pendant lesquels il avait le contrôle de sa vue, il vit Deeræ céder à sa curiosité et le regarder. Ensuite, le noir. Il ne voyait plus rien, il ne sentait plus rien, il n’entendait plus rien. Il savait qu’il hurlait mais il ne le sentait pas. Pourtant, soudain, il avait soudain l’impression d’être quelque part, dans une salle aux dimensions infinies. Tout à coup, il vit des traces blanches, les mêmes que celles qui apparaissaient sur le Miroir des Ombres. Il se sentit tomber dedans. Il allait le traverser quand il fut arrêté par quelque chose d’invisible. Comme s’il était tombé sur une plateforme, mais qu’il n’avait pas eu mal. Squibbo se releva et vit devant lui un étrange être. Il était grand, les cheveux roux, les yeux rouges, mais le plus perturbant était qu’il était noir et blanc, avec d’étranges marques sur son ventre. Il se mit à parler une langue étrange, mais Squibbo comprenait surprenamment ce qu’il disait, comme si sa langue était naturelle :


- Bonjour Aureyd. J’ai longtemps cherché à te contacter mais te voilà enfin.
- Qui êtes-vous ? Pourquoi m’appelez-vous Aureyd ?
- Je suis le roi Ukyedd des Twilis, le père de la reine Midona I des Twilis, du roi imposteur Xanto des Twilis et de la princesse Echwalda², ta grand-mère du cinquième degré côté paternel, soit ta triple arrière grand-mère. Je t’appelle Aureyd car c’est ton vrai prénom, donné par ta mère Gwaydd, la double arrière petite-fille de ma cousine du second degré, une Twili elle aussi.
- Pardon mais c’est un peu trop de vocabulaire pour moi.  Si vous êtes mon quadruple arrière grand-père, alors vous devez être mort. En effet, quand le héros du Crépuscule est allé dans le monde des Twilis, soit la période de nos ascendants au 3ème degré, vous étiez mort, seuls restaient votre fille Midona avec qui il voyageait et votre fils Xanto l’Usurpateur. Comment ça se fait que vous soyez ici alors ? Et si je suis fils d’un twili, comment cela se fait-il que je ne ressemble pas à un ?
- En effet, je suis mort, mais n’avez-vous jamais entendu que les twilis ont la capacité de revenir sous la forme d’esprit surveiller leurs descendants ? Eh bien, tu le sait maintenant. Et pour la seconde question, c’est que tu as été caché par ta mère et ma fille.
- Comment ça ?
- Sache que peu de personnes ici savent que les Twilis existent. Depuis que Midona a détruit le miroir, les personnes ici-bas pensent que les Twilis ont disparu, qu’ils sont morts car ils étaient trop peu - ou trop nombreux, ça dépends des versions. En tout cas, lorsque ta mère a été découverte avec ton père, la garde royale a envoyé des soldats pour vous tuer. Ta mère a appelée à l’aide à ma fille et ensemble elle t’ont créé un charme de protection qui te faisait ressembler à un hylien normal, avec juste le mari de ma fille étant un zora, mais tu as aussi perdu toute ta mémoire. Tu avais 4 ans. Ma fille t’a guidée sans que tu le sache vers la caserne de la garde royale de Pzia où tu as été accepté, comme une nouvelle recrue, avec l’aide de ma fille. Or, lorsque le miroir des ombres a été utilisé contre toi, cela a rompu en partie le charme, te refaisant prendre ta vraie forme et en dégageant une puissance qui m’a permis de te retrouver. Je vais envoyer quelqu’un te rejoindre et te guider, ne t’inquiète pas. Aussi, il ne sera pas dur pour toi avec tes nouveaux pouvoirs de Twili qui t’ont été accordés par ce miroir, car, même pour quelqu’un d’ordinaire, ces radiations entament un processus de transformation douloureuse en twili.
- Mais…
- Je n’ai plus le temps, tu vas te réveiller de ta transe. On parlera plus tard lorsque tu sera en lieu sûr, dehors avec mon servant.

 Squibbo se réveilla. Il était encore enchaîné, pendu au-dessus des autres salles du château. Elmon, voyant ses yeux rouges s’ouvrir dit:

- Alors, semi-ombre, comment s’est passée la torture ?

 Il ne daigna pas répondre. L’Impératrice arriva sur ces entrefaites. La première chose qu’elle dit en entrant dans la pièce, après avoir vu Squibbo à moitié Twili fut:

- C’est exactement ce que je pensais, incroyable ! Je m’en doutais ! Comment c’est dans… Ah oui, c’est vrai. Tu es venu à 4 ans. Tu ne dois en avoir aucun souvenirs. Elmon ! Pourquoi l’as-tu fait aussi tôt ! Je sort de la bibliothèque de laquelle je cherchais l’origine de la puissance magique, et je ne m’étais pas trompée ! De plus, tu as dû recevoir la visite de l’un d’entre eux, vu la puissance que tu as déversé ! Gardes ! Libérez-le et amenez-le moi dans mon petit salon, je dois m’entretenir avec lui pour mes recherches. Squibbo, je présume que tu ne vas pas essayer de me tuer car je suis la sœur de Zelda, ta suzeraine ! Allez-y.

 Elle se retourna et alla dans sa suite. Elle avait dit tout cela d’une façon très particulière. Elle s’adressait au prisonnier avec gentillesse et compassion et aux gardes avec dureté et sévérité. Elle savait bien jouer ses rôles. Elle était très curieuse, très familial des Daphnes, et était très impatiente d’en savoir plus dans ses recherches. Pour cela, elle a rassuré son mari en posant une question bien placée à l’épéiste et elle s’adressait à lui avec gentillesse uniquement pour soutirer plus d’informations de sa part : technique classique.
 Squibbo arriva dans le salon de l’impératrice qui était confortable. Les murs peints en vert neutre faisaient écho à la couleur royale de Pzia et des bannières étaient accrochée sur les murs. Il y avait les bannières de tous les différents pays connus, actuels comme antiques. Il remarqua même avec amusement une bannière Twili aux couleurs noir et turquoise. Une table basse était au milieu de la salle, il était d’un blanc pur, avec des renforcements en quartz et recouvert d’une nappe aux couleurs de Pzia : Vert et Or. Une fenêtre donnait sur l’extérieur et inondait la salle de lumière naturelle, renforcée par un lustre en pierre Nox au-dessus de la table basse. La sœur de Zelda invita le semi-twili à s’installer sur un sofa tandis qu’elle s’asseyait devant lui. Deux gardes gardaient l’unique porte qui donnait sur la salle du trône, pourtant il semblait il y en avoir une autre cachée, qui devait, le devina Squibbo, donner sur la Suite Impériale. Mirada demanda peu de temps après que l’épéiste se soit installé :


- Tu es bien fils d’un twili ?
- Oui, je viens de l’apprendre.
- Tu dois donc pouvoir utiliser des pouvoirs propres à cette race naturellement ! Attends.

 Elle se leva et tira un livre d’une étagère. Elle se rassit sur le sofa et feuilleta le livre qui avait de marqué sur sa première de couverture ‘‘Magie Twilie’’. Après un moment de recherches, elle dit à Squibbo :

- Voilà. Regarde là. Essaye de copier ce qui est écrit. Ne vas pas me dire que tu ne sais pas lire car je sais qu’on l’apprends aux gardes.

 L’un d’entre eux hocha la tête, empêchant à Squibbo toute riposte construite. Il se plia donc à ses ordres et recopiât les gestes écrits sur le livre. C’était un sort pour faire téléporter des objets. En voyant la tête de l’Impératrice, il comprit alors qu’elle voulait lui donner des clefs pour s’enfuir. Elle est loin d’être stupide car comme ça, personne ne la soupçonnera de l’avoir aidé à s’enfuir. En plus, elle pourra feindre que se téléporter soi est une capacité non naturelle des Twilis car le livre est manifestement une copie de Mirada, qui aurait très bien pu cacher les techniques pour se téléporter soi, et personne n’irait sur le livre d’origine car le script Twili est sans conteste très dur. Squibbo fit les signes, les mouvements décrits sur le livre et dit ces mots :

- Loch’add gwedall-a okfell. qui signifiaient ‘‘Tasse, déplace-toi où je veux.’’

 La tasse de thé se décomposa en plein de petits carrés et à côté, des petits carrés apparurent et la tasse de thé fut recomposée. Mirada parut émerveillée et lui dit :


- C’est incroyable ! Ce type de magie est réellement unique ! Bon. Notre entrevue est terminée. Reviens au cachot et fait des expériences pour m’en montrer plus la prochaine fois ! Merci !
- De rien.

 Squibbo revint dans sa cellule, et lorsqu’il fut sûr que aucun garde n’était là, il essaya de se téléporter en dehors du château. Il sentit tout à coup la sensation qu’il était décomposé, déchiré. Il arriva ensuite dans un monde noir avec des cercles magiques blancs un peu partout, puis ces cercles disparurent pendant que Squibbo se sentit se réassembler. Lorsque cette douleur fut terminée, il ouvrit les yeux et vit la plaine de Pzia. Il était libre, enfin ! Il allait partir lorsque deux personnes arrivèrent en même temps. À sa droite, il y avait une femme étrange aux yeux rouges, les cheveux roux et la peau blanche. À sa gauche, il y avait… Deeræ.

Note de bas de page :
¹ – Les Hyliens tombent amoureux beaucoup plus tôt que les Humains. Ils commencent à ressentir des sentiments pour le sexe opposé dans les environs des 3 ans et la plupart des couples se forment soit entre 4 et 8 ans lors de leur première poussée, soit à partir de 14 ans après l’adolescence. Mais, contrairement aux Humains, les Hyliens ont tendance à s’intéresser aux affaires relationnelles vers 4 ans, ce qui est très tôt !
² – Le ‘ch’ dans Echwalda se prononce comme le ‘ch’ dans Nacht en Allemand, le ‘х’ dans всех en Russe, le ‘j’ dans jota en Espagnol ou le ‘c’h’ dans sac’h en Breton. Ce son n’existe pas en Hylien, donc la princesse s’est renommée ‘‘Edwaldda''.



Je me suis lâché ^^

Bref, pour mon problème de troisième personnage, c'est désormais plus affiné : j'aurais besoin d'une femme Twili servant le roi Ukyedd des Twilis. Merci !
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le samedi 16 septembre 2017, 16:21:48
Chapitre 7 : Troubles Aquatiques

 Xanto01 et Gb8 étaient ensemble dans une sorte de cantine dans le quartier du Domaine Zora. Ce dernier écoutait Xanto01 raconter des blagues avec une humeur joviale, parfois des zoras pouffait à une de ses blagues. Il racontait aussi ses aventures, qui captivaient tout le monde. Ils mangeaient pendant ce temps des plats délicieux d’algues, des spécialités zoranes. La princesse Zelda IV arriva sur ces entre faits, visiblement fatiguée, mais de bonne humeur tout de même. Elle prit un plat d’algues et s’assit sur la table de ses compagnons de route. Elle aborda rapidement la marche à suivre :

- Aujourd’hui, nous allons au village Goron comme je vous l’ai dit hier. Nous allons prendre une pirogue qui nous est donnée par le roi Zora lui-même pour descendre la rivière Zora sous son embranchement le plus grand donc le plus à l’Est possible. Nous allons ensuite nous arrêter sur l’aval de la Montagne de la Mort, c’est-à-dire sur son flanc Nord et nous allons l’escalader en prenant la Route des Processions, un chemin sacré. Nous allons devoir le monter en tenue traditionnelle Goronne, une tenue très dévêtue – pardon Xanto01 –, et nous arriverons par le nord au village religieux de Gor Aduerbon. Là-bas nous resterons un jour entier pour prier comme le veux la tradition et nous allons rejoindre Gor Mogoath, la capitale de la Chefferie Goronne, par le nord. Là-bas, laissez-moi faire, je vais utiliser mes talents diplomatiques.

 Après que Zelda ait fini d’expliquer la marche à suivre, Gb8 regretta de s’être proposé comme diplomate chez les gorons, il va devoir naviguer SUR L’EAU ! C’est un cauchemar pour tout goron. De plus, sur une satanée PIROGUE super fine où il devra tenir en équilibre, connaissant les travaux Zoras. Pendant que Gb8 appréhendait le voyage sur l’eau, Xanto01 appréhendait le fait d’être en tenue goronnes, du moins c’est ce que tout le monde pensa car elle râlait qu’elle allait devoir porter des habits gorons, qu’elle allait être à moité nue. Gb8 la garda à plusieurs reprise de dire du mal de la culture goronne.
 Lorsque le petit-déjeuner fut terminé, les trois compagnons de route descendirent au Port de la Rivière Zora qui se trouvait juste au pied de la cité Zorane. Ils embarquèrent dans la pirogue et commencèrent le chemin. La princesse Zelda et Xanto01 ramaient tandis que Gb8 dirigeait le bâtiment. Pourquoi cette organisation alors que ce dernier était assez puissant pour faire avancer le bateau à vitesse de croisière à lui seul, me direz-vous ? Car la pirogue était beaucoup trop petite pour lui - comme il l’avait appréhendé - et que ses pieds trempent dans l’eau de façon à ce qu’il puisse la diriger sans aucun efforts, et il avait bien peur de tomber en ramant. Zelda profita de ce bout de chemin pour dire à Xanto01 ce qu’elle avait à dire :


- Donc Xanto01, je peux te parler de ce que j’avais à te dire ?
- Oui, sans problème.
- Très bien. Alors, sache que je suis depuis un certain temps en train d’apprendre des choses qui se sont passées avant le début de la guerre civile pour comprendre mieux pourquoi elle est arrivée. C’est pourquoi je cherche depuis assez longtemps des personnes qui peuvent en connaître sur le sujet. C’est pourquoi je t’ai demandé ce que tu connaissais là-dessus. Mais, je pense que ça t’intéressera, j’ai reçu une information surprenante d’une de mes sources.
« Tu sais, tu m’as parlé des amis de Xanto01 : Ganonpow, Midona-Hylia, Link du40, Nobody et enfin Zelink. Sache que j’ai retrouvé la trace de l’un d’eux. Il habite toujours quelque part dans le désert Gerudo et a une descendance avec les Nouveaux Gerudos, puis même avec les Vrais Gerudos. Il vit toujours aujourd’hui en bonne santé, je ne sais pas comment ni pourquoi, mais c’est un fait. Il a dû rencontrer un puissant magicien.
- Hum… Eh bien, un puissant magicien, ça me fait penser à quelqu’un. En effet, je ne vous ait pas raconté toute l’histoire à propos de la LDM, laissez-moi vous conter la suite, je vous prie.
- C’est sans refus.
- Eh bien, la suite se passe juste quand Xanto01 et Ganonpow sortent du manoir de la LDM. Ils arrivent dans la plaine d’Hyrule dans laquelle se prépare un grand combat entre les Pziens et les forces de la LDM, toutes réunies. Après un long carnage que le fléau des déesses ne tarda pas à rejoindre, les Pziens vainquirent leurs ennemis qui battaient en retraite. Mais rapidement, un autre belligérant fit son apparition, et je pense que le mage qui aurait pu faire vivre plus longtemps l’un des amis de mon ascendante est lui, son nom est Stefbad.
« C’est un mage noir d’exception, très puissant, mais qui garde quand même ses défauts, comme celui de n’avoir aucune force physique… Comment je sais ça ? On m’a dit que Xanto01 ne l’a jamais vu courir, c’est sûrement pour une bonne raison ! Bref, il para les coups que lui portait le fléau des déesses avec facilité – Gb8, on va trop à gauche, remet le bateau droit – jusqu’à que celle-ci, sous l’effet de la colère, fit éclater la corruption qui s’étendit sur tout son corps et la transforma en démone pour un temps. Je ne sais rien de ce qui a poussé le fléau des déesses à se mettre en colère, ni ce qui s’est passé alors qu’elle était totalement corrompue car elle n’en avait aucun souvenir – ou alors elle en avait trop honte pour en parler à ses enfants… possible – mais elle perdit connaissance en fin de compte.
« Elle se réveilla dans le sanctuaire des déesses – rendez-vous compte de sa chance – dans lequel les déesses ont confié une mission à leur fléau, du moins elles lui ont prévenue de la malédiction que lui conférait la corruption, qu’elle risquait de devenir un monstre, sauf si elle allait chercher une épée nommée ‘l’Épée Destructrice’. C’est ce qu’ils firent en s’en allant dans le Temple de l’Oubli, un ancien bâtiment en ruines aujourd’hui juste au nord de Symmetry, une ville à Labrynna, mais elle n’existait pas à cette époque-là. Mais ils firent un crochet dans les ruines de Ixta’oxatl, antique capitale de la Tribu du Vent qui vivait dans le ciel, de ce que j’ai compris, pour que mon ancêtre puisse apprivoiser un Pyrodactilus. Elle n’aimait pas faire les choses à moitié. Bref, ils rentrèrent dans le Temple de l’Oubli, plus connu aujourd’hui sous le nom de Labyrinthe de l’Oubli. Ils essayèrent tant bien que mal à arriver au piédestal de l’Épée Destructrice, mais il n’y arrivèrent pas. En effet, Xanto01 fut prise de la corruption et elle vainquit ses amis. Fort heureusement, elle parvint à reprendre ses esprits.
« Enfin, c’est vite dire car elle souffrait de schizophrénie entre sa part réelle et part corrompue et aussi une voix, celle du forgeron de l’épée qu’elle cherchait, embrouillait ses pensées par la tentation du mal. Elle aperçut alors ladite épée et la saisit, mais elle se rendit compte avec effroi que ce n’était autre que l’épée de Ganonpow. Un monstre apparut et Xanto01, déstabilisée par la peur se laissa avoir par celui-ci et s’évanouit. Mais elle eut le temps de remarquer un détail des plus importants. Elle se réveilla au même endroit où elle était auparavant, les monstres avaient disparu. Après avoir repris totalement connaissance, elle se souvint du détail qu’elle avait vu avant de s’évanouir. Elle fit un bon prodigieux, aidée par sa magie, et elle attrapa la Shadow Sword qui était au-dessus de sa tête depuis le début.
« Dès que sa main toucha sa lame, une grande onde de choc survint et s’étendit dans les environs. Le Labyrinthe de l’Oubli s’effondra par lui-même, ne laissant qu’une enceinte et des fondations. Une voix retentit dans tout l’édifice disant ‘‘Bravo à vous. J’ai moi-même, Spectra, forgé la Shadow Sword, épée destructrice et je l’ai scellé ici. Le Temple de l’Oubli a déjà été ravagé par le temps il y a des siècles de cela, seule la Shadow Sword gardait son souvenir. Lorsque votre vie sera à sa sortie, posez l’épée ici pour que son prochain détenteur soit quelqu’un de brave qui saura la manier avec justice. Adieu !’’. Ainsi, le Fléau des Déesses s’en alla des ruines du Temple qui portait bien son nom, et se dirigea vers une forteresse de pierre qui surplombait toute l’actuelle cité de Symmetry, mais cette forteresse est désormais totalement en ruines.
« Pendant le chemin, elle fut régulièrement interrompue par des hordes de monstres tous variés. Peu de temps avant d’arriver devant les portes de la forteresse elle a même du affronter un capitaine Darknut – Général Seleon à ce qu’il paraît, il est d’ailleurs toujours en vie mais protège le bien… dans l’armée de Elmon… -, mais après un long combat, elle en arriva à bout. Elle pénétra donc dans la forteresse et arriva rapidement dans une grande salle dans laquelle se déroulait un combat entre ses alliés et les restes de la LDM. Son arrivée interrompit tout et, après une discussion, une bataille s’engagea entre elle et Ganonpow. Après de nombreuses difficultés, le fléau des déesses arriva finalement à battre son rival de toujours. S’engagea ensuite une dure bataille contre les derniers ennemis. Leur nombre qui était quatre descendit ensuite à deux et tous se retrouvèrent contre Stefbad et son maître, Spectra, qui était là. Il possédait alors le corps du Héros du Crépuscule qu’il avait battu après une bataille en amont. C’était un épéiste très expérimenté, de ce que j’ai entendu, le plus expérimenté qui existe, qui était aisé par un mage des plus doués, mais finalement, Stefbad fut mis hors-jeu après un temps de bataille, puis ce fut le tour de Spectra.
« Alors que tous le croyait vaincu, il se releva comme si de rien était et sortit de son enveloppe charnelle. Le combat reprit, plus dur que jamais, mais ils finirent par le vaincre. Ils s’en allèrent donc dans le château de Pzia et contèrent à la reine Zelda III leurs aventures. Malgré son impression de déjà-vu – c’est ce qu’elle a elle-même dit –, elle décréta une journée de deuil national au héros du crépuscule, son corps étant retrouvé après une vingtaine d’années à le rechercher. Elle et son mari, Link, qui n’était autre que le fils du héros – nom très original – ont assistés à son enterrement, et Zelda, pendant son discours de deuil, énonça les exploits du fléau des déesses et ses amis, qui étaient invités à la cérémonie. Le lendemain, elle décréta trois jours pleins de festivités pour fêter les nouveaux héros. Elle leur proposa ensuite, à la fin des festivités, d’arborer le vert, donc de rejoindre la Garde Royale de Pzia. Tous acceptèrent, sauf mon ancêtre qui souhaitait continuer à visiter les grands espaces.
« Je sais que ni Stefbad, ni Spectra ne sont mort car j’ai entendu parler d’eux à la suite de ces aventures par les dires de ma mère qui les tenait de son père qui le tenait de Xanto01, sa mère. Je ne sais pas quel est le père de mon grand-père et je souhaiterai le savoir, mais il n’est plus là pour le dire. C’est dommage.

 Gb8 écoutait attentivement ce que contait Xanto01. Elle le faisait incroyablement bien ! De plus, on entends pas l’histoire du Fléau des Déesses avec tant de détails souvent. Elle termina lorsque les comparses arrivèrent dans la séparation de la rivière Zora en deux branches. Essayant de défier les eaux, ils pagayèrent fort mais leur pirogue chavira. La seule chose que Zelda put dire avant d’être engloutie fut :

- Ben, c’est évidant, son mari était L…

 Ils se débattirent longtemps dans les eaux. Gb8 eut le plus de mal, mais fort heureusement, il se laissa chavirer et s’échoua sur l’île que formait la Rivière Zora, donc il n’aura aucun problème pour revenir sur le bon chemin ensuite. Ce fut plus corsé pour les femmes, qui finirent par appliquer la méthode de Gb8, et ils arrivèrent tous saints et saufs sur la berge de L’Île Sheikah, nom étrange car il n’y a rien de Sheikah dedans. Ils décidèrent donc d’un commun accord de longer la rivière pour retrouver l’endroit où ils devaient aller, puis aviser. C’est ce qu’ils firent, et ils ne trouvèrent aucun problèmes à part quelques petits monstres côtiers. Xanto01 marchait en tête, Zelda au centre et Gb8 en queue de file, de façon donc à ce que la princesse soit protégée de tous problèmes. Ces routes ne sont de toute façon pas très fréquentées, mais ce n’est pas une raison pour relâcher l’attention. Ce fut sans encombres qu’ils atteignirent la rive opposée à la Route des Processions. Xanto01 observa alors:

- Il n’y a pas grand-chose à aviser, il me semble.
- En effet. répondit Gb8
- Eh bien vous n’aviserez rien ! dit une voix de l’arrière

 Un soldat-espion impérial habillé en vert sombre fit son apparition et, aidé de quelque sort, il poussa les trois routards dans l’eau. Le courant était particulièrement puissant ici, et ils étaient épuisés par l’expérience qu’ils on vécu une heure auparavant et par le long chemin, de fait qu’ils se noyèrent. Gb8 voyait la fin approcher lorsqu’une décharge de puissance magique déchira les eaux. Rapidement, il tomba sur le lit de la rivière et vit Zelda, les pupilles rouges, les cheveux d’un noir d’ébène, la peau livide et luisant d’une aura violette. L’explosion de magie était visiblement de son origine, mais elle était de facture ténébreuse – du plus loin que Gb8 connaissait les arts magiques –, ce qui est étrange pour une Daphnes, eux qui ont habituellement une magie lumineuse, surtout les dirigeants ou leur héritier. Le fait est qu’elle a sauvé ses compagnons d’une mort certaine.
 Elle-même semblait étonnée de ce qu’elle a fait, mais d’autres ennuis ne tardèrent pas à arriver. En effet, le soldat-espion n’avait pas prévu ce qui allait ce passer. Il engagea rapidement la bataille avec des rescapés à moitié morts, il pensait donc que la bataille n’allait pas être trop corsée. Malheureusement pour lui, une ombre munie d’une épée jaillit des côtés de Zelda et vainquit l’adversaire en un temps record. Nul ne savait d’où il sortait, mais le temps était aux réjouissements plus qu’aux questions. L’ombre posa sa victime par terre, se retourna et dit simplement :


- Voilà.

 Et, avant que nul ne put lui dire quoi que ce soit, il disparut dans la terre. Plus rien ne restait de lui après, à part son souvenir. La voûte d’eau commençait à s’effondrer, et Xanto01 hurla de s’enfuir, ce que tous firent sans son conseil, et tous arrivèrent sains et saufs sur l’autre berge. Ils se retournèrent pour faire dos à la rivière et les trois routards virent devant eux la Route des Processions qui sillonnait le flanc de la Montagne de la Mort.



 Hello ! Je me relève du cimetière (comme ça arrive souvent, vous le noterez) pour vous donner un chapitre qui traînait depuis un moment sur mon fichier LibreOffice et j'avais oublié que je ne l'avais pas publié ^^ ! Sinon, là je me suis ré-enterré car cet été j'ai déménagé sur Nantes (coucou Gagou !), et en plus, comme je l'ai révélé au Chapitre 3, je rentre au Lycée, et la majorité d'entre vous doit le savoir, c'est une transition difficile (dans un endroit que je ne connais absolument pas en plus...), donc je vis en gros au jour le jour depuis 2 semaines ! Bref, j'espère que vous avez apprécié !
Sinon, @xanto01, hmm... peut-tu m'aider en me donnant un nom plus en haut, l'arrière-grand-père de Xanto01 II ? Grazie !
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le dimanche 25 mars 2018, 23:47:08
Chapitre 8 : Le Rituel

 La Route des Processions faisait face à Xanto01, Zelda IV et Gb8. Après un moment à se rengorger de leurs réussites, Zelda attaqua les problèmes suivants et sortit de son sac deux tenues traditionnelles goronnes à taille hylienne. Elle sortit ensuite une tenue masculine pour Gb8 et lui ordonna de se retourner, ce qu'il fit. Pendant qu'il était retourné, Zelda et Xanto01 se changeaient pour mettre leur nouvelle tenue. Lorsqu'elles furent prêtes, Gb8 vit à quel point ces tenues étaient dévêtues pour des hyliens. Il y avait un foulard sur la tête qui gardait les cheveux hauts, un autre, plus grand, qui cachait la majeure partie des seins, ainsi qu'un autre les organes génitaux. Sinon, elles avaient à leurs bras des bracelets gorons, ainsi que toute autre sortes de bijoux. Gb8 se changea de même et ce fut un foulard sur la taille et un autre sur le front. Il y avait aussi beaucoup de bijoux, mais moins que sur les tenues féminines. Ainsi équipés, ils démarrèrent la procession, Gb8 leur racontant l'histoire et l'utilité de cette voie :

- La procession est une étape sacrée dans la vie d'un prêtre goron, selon la tradition, pour qu'un apprenti prêtre goron puisse prendre ses fonctions, il doit monter cette route la nuit, seul, en récitant la ''Dek'bala an'jota'', littérallement 'Chant Sacré de l'Oracle'. C'est un long texte sacré, une prière à Din, qui raconte l'histoire du premier Oracle de la Force, qui a été choisie par Din elle-même. D'après la légende, Din serait descendue une seconde fois sur les terres de Pzia et aurait traversé le monde sous la forme d'une hylienne. Elle cherchait en fait quelqu'un qui aurait le pouvoir de communiquer avec elle, quelqu'un qu'elle écouterait, quelqu'un à qui elle donnera des conseils pour influencer sur l'histoire du monde et essayer de répandre le bien grâce aux qualités qui l'accompagnent : la Loyauté, la Force et la Joie. Elle eut de grandes difficultés à trouver l'Oracle mais elle y arriva, c'était un Gerlodinn du nom de Kal'Jhabill. Les Gerlodinn sont une ancienne civilisation d'Hyliens qui vivait sur le mont Ordinn, mais qui furent exterminés durant la Première Guerre Divine. On n'a trouvé que très peu de traces d'eux aujourd'hui, et à part un étrange caisson d'écritures hyliennes alors inconnues retrouvées récemment, on n'entends parler d'eux que dans les légendes, et à multiples reprises, surtout dans les Sagas du culte de Din, mais aussi dans les traces des Mogmas, dont certaines plaques d'écriture ont été précieusement gardées jusqu'à aujourd'hui par des chefs Gorons.
« Mais je m'éloigne du sujet. Din aurait atterri au sommet du mont Gar'Feilk, une montagne dont on ne connaît toujours pas l'emplacement – présumé à l'est de la Montagne de la Mort, mais nulle expédition n'est revenue –, et elle aurait trouvé une bande de monstres qui, en la voyant, la menacèrent de la tuer et de jeter son corps dans le cœur de la montagne pour qu'elle brûle et qu'elle ressuscite en monstre. Outragée, elle a fait sortir de la lave de la montagne, faisant de celle-ci le premier volcan de Pzia. Les monstres qui survécurent lui prêtèrent allégeance et la reconnurent comme déesse. Ce furent les ancêtres des Mogmas qui migrèrent ensuite dans la Montagne de la Mort. Din voyagea ensuite vers celle-ci comme les monstres lui avait dit qu'un peuple plus raffiné que eux vivait là-bas. Lorsqu'elle y fut, elle fut violemment rejetée par les gardes de la cité Gor'Melkadi qu'elle essaya d'atteindre, car ils étaient en guerre avec une cité voisine. Din fut alors très en colère et alla détruire la cité voisine, qui était au sommet d'une montagne, qu'elle transforma aussi en volcan, détruisant la ville au passage. Le roi de Gor'Melkadi, Gar'Golaad Daraim fut ravi d'entendre cela et l'invita dans son palais. En l'honneur de Din et de sa victoire, Daraim – c'est son nom court – demanda la création d'une grande ville là où l'autre cité a été détruite, et son nom serait Gor'Dinn. Cette ville donna entre autre son nom à la civilisation, les Gerlodinn, et aussi à la région, Ordinn. Din, enchantée par cet honneur, décida d'aider les Gor'Melkadi à agrandir leur royaume, et après maintes conquêtes, l'Empire désormais connu sous le nom de Gerlodinn naquit.
« Ensuite, elle repartit en voyage et sillonna le monde à la recherche de l'individu qu'elle cherchait, et ce, pendant 100 ans. Lorsqu'elle revint de son voyage, toutes les personnes qui connaissaient Din étaient mortes, ce nom n'étant connu que dans les légendes comme une combattante illustre qui avait aidé pour l'extension de l'empire, et lorsqu'elle dit qu'elle s'appelait Din, personne ne la croyait et tout le monde la prenait pour une folle. Ainsi, elle alla voir les seules personnes qui, elle le savait, la croiraient sur parole. Elle revint sur Gar'Feilk et appela les monstres qu'elle avait rencontré il y a longtemps. Personne ne la croyait, mais, heureusement, un ancien du nom de Gar'Keladh la reconnut et se prosterna devant elle. Peu après, tous firent de même. Avec le temps, ces monstres étaient devenus plus civilisés : ils savaient construire des villes, élever des armées et avaient fait beaucoup de progrès dans d'autres domaines, et s'étaient aussi donnés un nom : les Mog'Almaa – littéralement 'Peuple du Volcan'. Aussi, ils honoraient Din de nombreuses idoles dispersés dans le grand temple de leur capitale, leur ville sainte, qui était placée là où Din serait atterri. Elle demanda au Roi Gar'Makain de lever une armée et de marcher, sous son commandement, sur Gor'Dinn, ce qu'il fit. Peu après, ils assiégèrent la ville et ils déclarèrent un assaut après un mois entier de siège, et ils furent dans la ville, le roi se rendit peu après. Mais Din, en colère, déclara que le roi était un lâche car il s'est rendu. Elle lui ordonna de construire seul un chemin qui relierait le Palais au pied de la montagne, un chemin que les lâches devraient emprunter de haut en bas, tandis que les preux le feront de bas en haut. Ce chemin même est celui que nous empruntons.
« Mais pendant la construction du chemin, une puissance étrangère profita de l'instabilité de l'empire Gerlodinn pour lui déclarer la guerre. Din, pour éviter que cet empire tombe en disgrâce, prit le trône et ordonna que les armées aillent libérer la ville de Gor'Galba de son siège. L'armée, en lambeaux depuis le siège de Gor'Dinn, refusa de lancer l'assaut lorsqu'elle vit la taille de l'armée ennemie, mais un petit contingent d'une vingtaine de personne, menée par Gar'Olgabi, refusa de céder à la lâcheté et attaqua l'armée. Contre toute attente, ils gagnèrent et eux dix furent nommés comme héros de guerre, Gar'Olgabi prit alors la commande de l'armée entière et conquit tout le royaume ennemi. Lorsqu'ils revinrent, le roi avait terminé la création du chemin, et avait repris le trône. Il déclara alors Gar'Olgabi chef de l'armée, et lorsqu'il alla voir Din, car elle l'avait ordonné, elle vit en lui celui qu'elle cherchait. Elle le nomma alors Oracle de Din, et il fut le premier à avoir ce titre. Il était désormais le médium entre Din elle-même et les habitants de Pzia. Après avoir reçu les dix-neuf autres héros de guerre, elle fit ses adieux au roi, qu'elle méprisait toujours autant, puis à Gar'Keladh et Gar'Makain aussi. C'est ainsi qu'elle quitta la terre de Pzia pour reprendre ses occupations de déesse. Les peuples de Gerlodinn commencèrent alors à la vénérer, les Mog'Almaa continuèrent de même, et ainsi ils commencèrent à créer une véritable société autour du culte de Din, dans lequel à la mort de l'Oracle, tous les peuples vénérant Din se réunissent pour élire le nouvel Oracle. Les noms de tous les Oracles sont connus grâce aux Mogmas, et c'est lorsque nous Gorons ont retrouvés ces tablettes, après la Grande Guerre Pézèdienne, que nous avons ressuscité cette tradition. Actuellement l'Oracle est une Gerudo du nom de Uhrkalkah car le dernier Oracle est mort récemment - paix à son âme -, pendant la guerre dans laquelle nous sommes, qui n'est fort heureusement pas une barrière pour nos traditions. Nous sommes d'ailleurs désormais les ''leaders'' de l'Ordre de Din.
- Comment sait-tu tout cela, demanda Xanto01 ? C'est quand un peu trop précis pour un simple guerrier.
- Exact, répondit Gb8. Il se trouve que je suis un Guerrier Protecteur de l'Ordre de Din. J'ai donc déjà monté ce chemin en récitant la ''Dek'bala an'jota'', et j'ai fait des études religieuses au Temple de Gor Aduerbon – je t'assure que retenir le nom de tous les Oracles c'est très énervant et long.
- Alors que fais-tu à servir sa Majesté Zelda IV de Pzia ?
- À moi de répondre, Gb8, dit Zelda IV. Lorsque je suis venue pour la première fois chez les Gorons pour leur demander de l'aide lors de ma quête, je suis arrivé à Gor Aduerbon en premier comme j'ai pris le Chemin des Processions. J'étais alors jeune et naïve, et j'ai traversé ce chemin sans les tenues traditionnelles. Lorsque je suis arrivée, j'ai vu pour la première fois de vrais gorons, et celui que j'avais en face de moi était Gb8, alors un apprenti Paladin de Din. Il m'a vue et s'est épris de mon sort, il m'a prise et m'a amenée au Grand Oracle de Din, Denghai Wotemushi Gar'Daïan, le 857ème Oracle. Lorsque l'Oracle m'a vu, il a compris qui j'étais et m'a donné sa Protection Divine, et a désigné Gb8 comme mon tuteur de religion. Depuis, il m'accompagne dans mes missions et je lui voue une très haute confiance.
- Je comprends.

 Cela révélait beaucoup sur le passé de Zelda. Ainsi, elle a réellement été exilée, et a dû très jeune apprendre à vivre dans la nature, lui donnant ainsi son naturel solitaire. Cette histoire est vraiment triste. Le groupe s'avança donc vers le temple. C'était un bâtiment imposant construit en terre cuite, composé d'une partie centrale avec un massif bâtiment et de quatres tours sur les côtés, concordant avec les points cardinaux. Il y avait de petites fenêtres découpées dans les murs, avec au-dessus des poutres en bois formant vraisemblablement des transversales dans les bâtiments. Les quatres tours étaient coiffées de toits plat en bois qui s'accrochaient au sol via de longs troncs. Le bâtiment central quand à lui s'arrêtait net, avec sûrement qu'un petit muret séparant le sol là-bas du vide, et on pouvait apercevoir un petit sanctuaire au centre de la structure. Le style restait tout de même très sobre, par rapport aux grands temples dédiés à Hylia disséminées dans divers villes à travers la plaine d'Hyrule, le Temple le plus sobre étant déjà plein d'artifices. Ce style était aussi celui de la ville, les maisons étaient basses avec un toit plat, et des troncs dépassant des murs permettaient sûrement de les soutenir. La ville en elle-même était construite sur un axe partant du Chemin des Processions jusqu'au Temple de l'Oracle. Les maisons bordaient quasiment toutes cet axe, sauf quelques unes sur la route allant vers Gor'Dinn, où ils se dirigeraient plus tard. Pendant ce temps, ils allaient dans le Temple de l'Oracle. Lorsque les compagnons entrèrent, ils furent surpris de voir combien l'édifice était grand. Il était principalement constitué d'une large salle, couvrant toute la superficie du bâtiment, et très haut de plafond. On y voyait sur les côtés deux escaliers permettant d'accéder aux étages, et, tant le plafond était haut, un escalier devait faire la moitié du cercle formé par le bâtiment pour accéder à l'étage. Il y avait au centre un grand siège sur lequel était assis l'Oracle, Uhrkalkah. Un long chemin en bois nous menait jusqu'à lui. Lorsqu'ils atteignirent le milieu du chemin, la Princesse Zelda et Gb8 se mirent à genoux, la tête contre le sol. Interloquée, Xanto01 fit de même afin d'éviter de mettre en colère qui que ce soit. Après une minute ainsi, un prêtre sonna une sorte de Gong, et Zelda et Gb8 se relevèrent, suivis par Xanto01. Ils firent ensuite neuf pas et se remirent à genoux, pour se relever ensuite comme un autre gong était sonné. Cette fois-ci, ils allèrent jusqu’au pied du siège, et cette fois-ci c’est le son des deux Gongs en même temps qui les firent se relever. Ensuite, Zelda dit :

"Yer'galbadon gar'Dinn !"

 Gb8 fit de même et Xanto01 comprit qu'elle devait le faire aussi. Ensuite, l'Oracle se leva et considéra les trois personne. Elle allait prendre une aspiration, mais elle s'arrêta subitement, dévisageant Xanto01. Celle-ci se dit qu'elle avait dû enfreindre une des traditions, et attendait soit la punition de l'Oracle, soit une mise en garde de part Zelda et Gb8, mais il n'en fut rien, ces deux étaient visiblement très entonnés comme ils la regardaient en alternant avec l'Oracle. Cette dernière s'avança jusqu'au bout de l'estrade sur laquelle elle était, et dit :

"Shur'faterin gar'gebi un'kenen."

 Xanto01 savait que ça s'adressait à elle, mais elle ne savait pas quoi faire, jamais elle avait appris d'autre langue... à part l’Aranien… Son père, Marain, lui avait fait apprendre cette langue, comme il disait qu’il ne voulait pas que la culture Aranienne soit perdue. Cette culture, existant depuis longtemps dans le nord de Pzia avait commencée à se faire assimiler à l’époque du Roi Johannes I Daphnes pendant laquelle elle était enfant, et c’était pire depuis que Elmon avait pris le pouvoir. Elle avait eu son premier tatouage à 1 an, malgré les protestations de sa mère, elle lui avait raconté, et elle continuait chaque année. Depuis qu’elle avait quitté sa famille, elle continuait à se faire tatouer tous les ans, et à tatouer son père comme il est dit selon la tradition que l’on doit être tatoué soit par ses parents, soit par sa progéniture. Si on est en défaut des deux, cela doit être un membre de la famille qui doit le faire, et quelqu’un qui n’a même pas l’un des membres de sa famille ne se fait pas tatouer, et il est généralement ostracisé jusqu’à qu’il puisse à nouveau se faire tatouer, ce qui ne l’aide pas dans cette tâche. Souvent, ils s’exilent à Yohlval lorsqu’ils sont dans ce cas. Xanto01 comprenait l’importance de cet héritage de sa Grand-mère, et voulait absolument le faire vivre, et dès qu’elle voyait un Aranien en-dehors du territoire d’Aria, elle tentait de lui faire respecter son héritage culturel, si ce n’est pas pour lui-même, c’est pour ses enfants.
 Mais comme elle se demandait comment elle pouvait traduire le message de l'Oracle, elle entendait chuchoter Gb8. Il disait, comme à lui-même, "Vas là-bas", et le répétait plusieurs fois. Apparemment, il est interdit de parler dans le temple, c'est ce qu'elle avait entendu dire une fois lorsqu'elle écoutait les conversations de religieux lors de sa mission chez les Oonikins, une secte qui stipulait qu'un certain "Dieu Démon" était le créateur des Déesses. Un épisode à oublier. Elle fit donc ce qu'on lui demandait et s'arrêta juste devant l'escalier, et se mit à genoux, la tête sur l'une des marches. Comme ça, si c'était la conduite à avoir, tant mieux, sinon, au moins elle n'était pas irrespectueuse. Elle resta ainsi la face contre terre un moment, attendant ce qui se passerait. Son cœur battait rapidement. Elle entendait tout ce qu'il se passait. Quelqu'un s'approche. L'Oracle chuchote. Tout d'un coup, elle entend le Gong, qui la fait sursauter tant elle était concentrée sur la tenue à avoir. Instinctivement elle se releva. Apparemment, c'était la conduite à avoir. Lorsqu'elle vit enfin le visage de l'Oracle, elle comprit qu'elle n'avait pas agit de la bonne manière. Elle s’apprêtait à présenter ses excuses, lorsque elle entendit un goron parler :


"Bonjour, madame. Vous ne semblez n’être ni familier avec notre langue, ni familier avec nos manières, mais vous présentez un intérêt pour nos traditions, et Sa Grandeur Oracle et Messagère de Nôtre Déesse la Grande et Magnifique Din Huit-Cent-Cinquante-Huitième Porteuse du Titre Uhrkalkah la Gérudo semble porter un intérêt envers vous. Comme je sais parler la Langue des Hyliens, aptitude dont malheureusement Sa Grandeur n’est pas capable, je vais vous donner les instructions afin de ne pas insultez La Grande et Magnifique Din, puissez-vous apporter paix et justice en ce monde, et Son Oracle et Messager. Il vous faut donc vous placer sur la cinquième marche et vous accroupir en plaçant votre pied gauche sur la troisième marche, et ensuite déclamer Bur’Dinnargal nem’liganin gar’geru un’gebii, qui signifie Oracle de Din, je suis à votre service."

 Xanto01 s’attela donc à la tâche. C’était une humiliation pour elle, pourtant espionne de très haut niveau. Elle avait dans la petite maison qu’elle avait dans son village dans le Royaume de la Vallée Gérudo, qui se nommait Deekahrajhal une boîte dans laquelle elle avait entreposé toutes ses médailles, et elle en avait pas moins d’une quinzaine, toutes décernées par la Princesse Zelda elle-même. Enfin presque toutes. Plutôt la moitié en fait. L’autre par le chef des mines goronnes en Vallée Gerudo et par quelques autres factions, plus rarement. Mais il n’empêchait qu’elle était loin d’être une débutante, et elle se faisait aider par un prêtre. C’est insultant. Après qu’elle avait fait ce qu’elle avait à faire, l’Oracle parla assez longtemps, et ce fut au prêtre goron de traduire :

"Je sens une étrange énergie émaner de vous. Ceci m’est étranger mais ne l’est pas à mon peuple. Nous Gérudos, je le sais car mes sœurs m’ont partagé leur savoir, Accordez-leur sécurité en ces temps troublés, Vôtre Grandeur, connaissons ce mal qui a déjà à plusieurs reprises atteint nos contrées. Ce mal, nous le savons lié à un homme, Puissiez-Vous le punir, qui a inséminé le mal dans ces contrées et est connu dans toutes les Terres d’Hyrule et Au-Delà. Il n’est peut-être pas l’origine, il n’est peut-être pas une victime de cela, mais nous le savons lié. Alors, je vous demande de bien vouloir rester dans cette position tandis que je vais tenter un rituel afin d’éteindre ce mal, ou le faire faiblir."

Lorsque le traducteur avait fini de parler, l’Oracle leva les bras et commença à parler, tandis que les prêtres commençaient à jouer de la musique. Ce n’était pas le même genre de musique que ce qu’on entendait dans les tavernes, dans la rue ou lorsqu’un troubadour venait demander abri. Il n’y avait pas un rythme défini, et la musique s’agitait ou se calmait selon ce que disait l’Oracle. Parfois elle parlait, parfois elle chantait, parfois elle marchait, parfois elle restait immobile. La musique semble être désordonnée mais est parfaitement maîtrisée, et l’imprévisible créait une harmonie. Il y avait beaucoup de percussions, mais il y avait aussi quatre joueurs de flute, et trois autres d’un instrument étrange qui créait un font sonore quasi-permanant. Parfois il y avait énormément de bruit avec tous les instruments jouant ensemble, rendant l’Oracle inaudible, et parfois un silence total,pendant lesquels l’Oracle parfois ne disait rien.
 Lorsque le rituel fut fini, Xanto01 resta silencieux tandis que Zelda et Gb8 payaient ses respects à l’Oracle, avant de quitter le temple, comme la destination était Gor’Dinn. Le rituel semblait avoir marché, et Xanto01 pouvait enfin savoir qu’est-ce qu’était la vie sans l’effet de cette corruption, mais lorsqu’elle regarda ses taches de corruption, elles n’avaient pas disparues. Apparemment, Din lui avait accordé un repos face à l’effet de la corruption, mais était incapable de la faire disparaître. Elle lui était reconnaissante, elle ne pouvait tout de même pas tout lui demander, et ce qu’elle avait accordé était fantastique. Mais la musique qui avait été jouée la marquera pour l’éternité. Elle était capable de la rechanter à tout moment, et pouvait même redire toute l’incantation, alors qu’elle n’avait pas tout entendu, et qu’elle n’avait jamais été bonne dans les travaux de mémorisation et de récitation. Elle ne parla pas du voyage entre Gor’Aduerbon à Gor’Dinn, plongée dans ses pensées, et tentant de comprendre pourquoi elle avait tout retenu. Mais lorsque les compagnons arrivèrent devant les hauts murs de Gor’Dinn, elle dit :


"Ah ! On peut enfin se mettre dans le feu de l’action ! Entrons vite !"




 Enfin, je reviens ! ^^ J'ai pris une très longue pause mais je pense que désormais, comme je vais avoir bien plus le temps, je vais pouvoir poster un peu plus régulièrement les chapitres. Je vais donc me donner un challenge, poster le prochain chapitre dans une semaine ! Nous verrons si une semaine veut dire trois mois dans ma langue ^^
 Bref, j'espère que vous avez apprécié !
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le lundi 02 avril 2018, 10:17:08
 J'ai passé toute la journée hier pour écrire cette fiction, pour Puissance-Pêche, mais je n'ai pas réussi à la terminé à temps : je l'ai terminée ce matin. Je vous laisse apprécier le fruit de mon travail (désolé aux personnes qui ont leur nom là-dedans, ça va tellement bien dans le thème ^^).



Nihon no Sakana ni - 日本の魚に

"Aélia ?"

 Un jeune homme s’approchait d’une jeune femme qui pêchait. C’était le soir en ce petit havre de paix, loin de toute agitation dans les villes environnantes. Le soleil se cachait derrière les hautes montagnes tandis que la dénommée Aélia pêchait à côté d’un petit arbre. Ils étaient à côté du Lac du Bourget, une vaste étendue d’eau en Savoie. Il y avait de nombreux poissons dans les environs, et le calme par rapport à la ville de Aix-les-Bains peu loin à l’Est faisaient que ce lieu était le favori de Aélia, qui aimait beaucoup pêcher.
 Elle connaissait le jeune homme qui la rejoignait. Son nom était Kondo. C’était un ancien ami qu’elle connaissait depuis la Petite Section, et qui partageait la même passion qu’elle. Mais depuis le Lycée, ils se sont séparés, Aélia était partie au Lycée Vaugelas tandis que Kondo au Lycée Louis-Armand. C’était un immigré Japonais, qui était venu en France avec ses parents lorsqu’il avait deux ans. Il avait des cheveux noirs assez courts, qu’il aimait relever sur l’avant, au grand déplaisir de sa petite copine, qui détestait ça. Il avait des yeux bridés de couleur marron, un visage assez fin et une couleur de peau claire. Il était grand et fin, stature qui trahissait sa pratique du Basket-ball. Aélia lui répondit donc :


"Qu’y a-t-il ?
- Je souhaiterais te poser une question de la plus haute importance.
- Qu’est-ce ?
- Tu sais que je suis japonais…
- Oui.
- Et que j’aime la pêche…
- Oui.
- Eh bien, j’ai postulé il y a quelque temps pour un concours de pêche au Japon.
- Et qu’est-ce que ça à voir avec moi ?
- Attends un peu ! J’ai été accepté, mais ils me demandent de venir avec un compagnon pêcheur pour faire des équipes de deux.
- Non… tu ne veux pas dire que…
- Si. Veux-tu m’accompagner au Japon pour ce concours de pêche ?"

Le cœur de Aélia battait rapidement. Elle allait au Japon ? Elle avait souvent rêvé de ce magnifique pays aux confins du monde. Elle avait certes beaucoup voyagé, en Suisse, Italie, Allemagne, Espagne, Roumanie, Grèce, pour ne citer que ceux-là, mais jamais elle était sortie de l’Europe. Jamais elle avait vu une culture aussi radicalement différente de la culture française de ses propres yeux, et surtout la culture Japonaise, sûrement la plus aimée en France, au même titre que la culture Française au Japon. Mais une question l’épia. Une question des plus importante.

"… Juste une petite question. Que vas-tu faire de Laura ?"

 Laura était la petite amie de Kondo, avec qui il restera jusqu’à la fin de ses jours, si on croit ses mots. Une fois, au collège, il était sorti avec Aélia, mais ça s’est mal passé. Les eux avaient besoin de liberté vis-à-vis de l’autre mais n’arrivaient pas à la laisser à l’autre. Heureusement, ils se sont rapidement réconciliés, mais ne se sont jamais remis ensemble. C’est à l’arrivée en seconde de Kondo à Louis-Armand qu’il a rencontré Laura. Pendant longtemps, il l’admirait, comme il avait rapidement reçu le coup de foudre, et comme il commençait à l’aider pour les Mathématiques, ils ont commencé à plus discuter, jusqu’à se retrouver inséparables. Deux ans après, la relation ne s’est jamais arrêtée.
 Il restait un peu à réfléchir, étonné que Aélia pense à elle avant toute chose. Il considérait toujours Aélia comme une rivale de Laura, mais ceci prouvait le contraire. Il était vrai que Aélia, depuis l’histoire avec Kondo, ne s’est jamais remise en couple, il supposait donc qu’elle avait toujours des vues sur lui, mais il n’en était rien. En fait, elle avait rencontré un autre homme durant les concours pour aller dans l’Université Savoie-Mont Blanc, qui se nommait Alexandre, duquel elle était tombée amoureuse. Kondo expliqua donc :


"Mais Laura va partir avec nous, bien sûr ! Nous avons travaillés ensemble pendant le mois de Juillet afin de récoler assez d’argent pour la faire partir avec nous. Sinon, notre billet d’avion et notre logement est financé par l’organisation.
- Eh bien, je viendrait avec toi avec grand plaisir ! Il faut juste prévenir mes parents et tout sera bon !
- C’est génial ! Préviens-moi par SMS dès que tu leur a dis ! Pendant ce temps, je vais te donner toutes les infos à propos du voyage."

 Tout à coup, la corde se tendit. Aélia, qui ne se concentrait plus sur la pêche, fut un instant surprise, mais se ressaisit et sortit le poisson de son milieu naturel. C’était une Brème Commune. Elle raffolait de ces poissons. Elle défit donc son camp et pris les cinq poissons qu’elle avait pêché, dont la Brème, assez grande pour être mangée. Lorsque tout fut prêt, elle monta dans sa voiture et alla chez elle, tandis que Kondo faisait de même.
 Lorsque Aélia fut arrivée dans sa maison, localisée à Pugny-Châtenod, une petite localité au nord de Aix-les-Bains, elle fut accueillie par sa mère qui lui dit :


"T’es déjà rentrée ? Je croyais que t’y resterai plus longtemps, jusqu’au coucher du Soleil, comme tu le fait d’habitude. Qu’est-ce que tu nous a ramené ?
- Cinq poissons et une bonne nouvelle.
- Laisse-moi les regarder. Sinon, qu’est-ce que c’est cette bonne nouvelle ?"

 A ce moment-là, un petit garçon dévala les escaliers et se jeta dans les bras de sa grande sœur. Son nom était Victor, il avait huit ans. Ce petit garçon avait les cheveux noir comme sa grande sœur, mais à la différence de celle-ci, ils étaient ondulés, contre les cheveux totalement raides de Aélia. Il avait les yeux, comme sa sœur, de couleur bleue et avait un teint de peau clair en général, mais bronzé par les longs moments passés dans le soleil, avec notamment sa meilleure amie, Lola, avec qui il passait de longs moment dans la piscine dans sa maison. Il s’empressa de raconter ce qu’il avait fait dans la journée :

"Eh ! Aélia ? Tu sais quoi, je suis allé au stade. Et tu sais qui j’y ai rencontré ? Le grand frère de Lola ! Pas Lucas, Hugo. Il jouait avec un ami, et me voyant, il m’a proposé de jouer avec lui ! C’était le mini-stade, pas le grand en bas. Eh bien, tu sais quoi, j’étais dans son équipe ! Et on a gagné ! Contre ses deux amis, en plus ! Ensuite, je suis remonté à la place de la mairie, et j’ai eu tout à coup une super idée. Je suis rentré à la maison, j’ai pris mon vélo, et je suis allé au stade. Mais ils n’ont pas voulu faire du vélo. Alors je suis revenu à la maison, et j’ai demandé à Maman si je pouvais aller à Trévignin, et elle m’a dis oui ! J’y suis allé pour voir s’il n’y avait pas Paul, mais il n’était pas là. Mais j’ai vu Jules, et on a fait un peu de vélo à côté de l’Église. Puis il était déjà tard, je suis revenu à Pugny et je suis allé voir Lola, et on a fait un peu de piscine, puis je suis rentré. T’as fait quoi, toi ?
- Je crois qu’on va manger ta Brème, Aélia." dit sa mère, coupant sa discussion avec son frère "Sinon, quelle était ta bonne nouvelle ?
- J’ai vu Kondo, y’a pas longtemps. C’est pour ça que j’arrive maintenant. Il m’a proposé d’aller au Japon avec lui pour un concours de pêche."

 Sa mère arrêta d’enlever les arrêtes de la brème, et Victor arrêta de sautiller. Pour Aélia, ça ne voulait dire qu’une chose : qu’elle n’y irait pas. Après tout, elle va dire que c’est dangereux, qu’il peut il y avoir des mauvaises rencontres, et qu’il y a déjà Karine, sa petite sœur de treize ans, qui est en voyage à Andorre avec ses grands-parents, et qu’elle ne préfère pas avoir ses enfants dispersés partout dans le monde. Mais au lieu de tout cela, elle dit :

"Non… c’est pas vrai… Ma chérie, t’as beaucoup de chance d’avoir un homme aussi attentionné que Kondo avec toi.
- C’est pas mon mec !
- Mais il tient tout de même beaucoup à toi, et je sais qu’il est digne de confiance. Et en plus, au Japon ! C’était il y a deux ans, je regardais les coûts des voyages pour le Japon, pour que tu puisse y aller avec tes grands-parents et ton ami, mais c’était trop cher. Mais si t’y vas avec ton ami, je ne peux que te dire oui ! Il faut juste que je sache pendant combien de temps, et que tu me promette de faire attention et de nous envoyer régulièrement des messages."

C’était incroyable. Sa mère avait accepté ! Et en plus elle avait cherché à l’envoyer avec Kondo au Japon ! C’est bien la dernière chose à laquelle elle s’attendait. Elle était vraiment heureuse. Et en plus, ce serait le premier concours sérieux qu’elle passerait ! Elle ne put s’empêcher d’exprimer sa joie :

"Oh… merci ! Merci maman !" elle fit une pause. "Kondo va me donner toutes les informations par SMS d’ici peu, il faut juste qu’il arrive à Trévignin et qu’il finisse de tout rédiger, et je pourrait te les dire."

 Comme si Kondo l’avait entendue, le téléphone signala un SMS. Lorsque Aélia le prit, c’était son message. Il y avait toutes les modalités, dont la durée du séjour. Cinq jours. C’était énorme ! Tellement de jours ! Et c’était marqué en plus "Peut être allongé jusqu’à sept jours si les candidats jouent en finale." ! C’était magnifique ! Elle s’empressa de faire lire le message à sa mère, qui lui dit :

"Eh bien, cela me semble convenable ! Dis-lui que je suis d’accord. Je vais prévenir ton père, qui de toute façon ne pourra pas refuser. Par contre, prépare tes affaires ! Et rapidement ! C’est que dans cinq jours !"

 Aélia ne se fit pas prier, et envoya le SMS, puis prépara ses affaires. C’était incroyable ! Le Japon ! Et le concours de pêche ! C’était comme un rêve devenu réalité. Cinq jours plus tard, elle était à l’aéroport Lyon Saint-Exupéry. Elle avait dit au revoir à sa mère, son père et son frère, et maintenant elle était avec Kondo et Laura, prêts à voler vers le Japon, vers leur futur. Eux trois embarquèrent, et après le vol, ils étaient à Tokyo. Quand ils commençaient à voir le Japon de leur fenêtre, Kondo prévint Aélia, qui voyageait à côté de lui grâce au Concours de Pêche, à la différence de Laura, qui avait une place assez loin de son petit ami. Aélia prit quelques photos et prépara le message à envoyer à ses parents.
 Lorsqu’ils sortirent de l’aéroport Haneda, les trois voyageurs furent pris dans l’ambiance de Tokyo. Tout le monde parlait Japonais, et tous les signes étaient écrits en Japonais. Les immeubles étaient gigantesques et les rues toutes aussi. Ni Aélia, ni Laura n’était habitué à une telle ville. Néanmoins, Kondo les pressa pour aller dans le métro. De là s’ensuivit un dédale dans les transports, jusqu’à la gare du Sinkansen de Tokyo, qu’ils prirent en direction de Sendai. Ce fut un court moment de répit, mais ils descendirent à Koriyama, puis prirent un train qui les menèrent jusqu’au petit village de Tsuboyo, sur les bords du lac Inawashiro. Lorsque les trois voyageurs furent enfin arrivés au petit hôtel, ils étaient exténués. Le voyage avait été très long, mais enfin les pauvres savoyards avaient du vrai repos. Kondo était de loin plus fatigué, comme il a passé les trois dernières heures à traduire ce qui était marqué, affiché ou dit en français, comme aucune de ses deux compagnons ne parlaient ni ne savaient lire japonais. Ils s’endormirent rapidement, improvisant avec les deux lits fournis.
 Le lendemain, au matin, ils revivaient, et étaient prêts pour le début du concours. Laura ne pouvait pas rester avec son petit ami, mais ne manqua pas de lui souhaiter bonne chance, et elle s’assit dans le sable de la belle plage, prête à encourager Kondo. Aélia, elle resta avec lui et ils se présentèrent devant les organisateurs. Celui-ci, voyant qu’elle n’était clairement pas japonaise, parla anglais afin de se faire comprendre. Après quelques temps passés dans les formalités, ils étaient avec les autres, qui formaient un ensemble de vingt-cinq équipes. Les organisateurs attribuèrent des numéros à toutes les équipes, les Français recevant le Douzième, et demandèrent à toutes les équipes d’attraper le plus de poisson en trois heures, comme la compétition se finissait à midi.
 Laura, entendant que la compétition allait durer trois heures, se dit qu’attendre devant le lac, aussi beau le paysage soit-il, ne serait pas très intéressant. Après avoir contemplé le paysage quelques minutes, elle lut. Elle se demandait comment se passait la compétition, si Kondo et sa coéquipière attrapaient beaucoup de poissons. Les pêcheurs étaient tous sur des pontons différents, visiblement assemblés quelques jours avant, mais ceux-ci étaient assez proches les uns des autres. La compétition avait commencé à neuf heures pile, mais les consignes avaient été données avant, afin que tous commencent au même moment. Le soleil se levait à l’Est, et comme le temps passait, c’était plus clair.
 Laura resta longtemps à lire, tant son livre était passionnant, mais elle fut tirée de son livre par la faim. Il était onze heures trente, et son corps ne s’était pas totalement habituée aux horaires pendant lesquels manger. Elle regarda donc son téléphone, afin de savoir quel bâtiment était un café, et elle en trouva un, apparemment nommé "Kurepu ya san", elle se leva donc et s’installa sur une des places donnant sur la plage. Un serveur s’approcha d’elle, et comme il s’apprêta à parler, mais Laura dit en Anglais :


"Excusez-moi, mais je ne sais pas parler Japonais. Pourriez-vous me parler en Anglais ?"

Et, étonnement, le serveur lui répondit… en français. Peut-être était-ce le fait que Laura avait un accent français, ou qu’elle paraissait française dans sa façon d’être, mais elle ne se posa pas de question, et elle répondit en français :

"Vous savez parler français ? Sinon, je souhaiterais… heum… ceci."

 Elle montra une série de caractères, apparemment dans la section des boissons, en espérant que c’était bon. Le serveur lui dit :

"Vous voulez un Mohito ka ?"

 Le serveur n’était pas extrêmement bon en français, mais il se faisait comprendre. La boisson que Laura avait pointé était un Mojito, visiblement, et elle répondit positivement. Le serveur partit donc passer la commande, tandis que elle regardait la plage. De temps à autre, un des membres de l’équipes partait rapporter les poissons au centre de la plage, formant des colonnes de paniers de poisson. Laura regarda l’heure. Il était 11h50. C’était les dernières minutes ! Elle priait pour que l’équipe Francophone gagne. Comme elle était concentrée sur la compétition, le serveur la surprit comme il lui apportait son Mojito. Elle commença donc à le siroter, jusqu’à que les organisateurs sifflent la fin de la compétition. Elle finit son Mojito et partit payer ce qu’elle avait bu, puis alla rapidement vers les équipes.
 Les organisateurs commencèrent tous à compter le nombre de poissons dans chaque ligne et, après quelques problèmes de compréhension, elle aussi s’occupa d’une ligne, la vingtième. Après une bonne demi-heure passée à compter, les organisateurs inscrivirent les résultats et s’adressèrent aux équipes d’abord en Japonais, puis en Anglais. Pendant ce temps, un des organisateurs demanda à Laura comment la remercier, et elle demanda si on pouvait faire en sorte qu’elle ait un soutien financier pour les déplacements sur le Japon, contre des services durant toutes les épreuves, et même les épreuves de la finale si l’équipe française gagnait. Après un peu de discussion sur ses motivations, ainsi que pour savoir si les autres organisateurs étaient d’accord, elle fut intégrée à l’équipe, lui permettant ainsi de suivre Kondo et Aélia où qu’ils aillent.
 Pendant ce temps, ces deux personnes priaient pour ne pas faire partie des cinq derniers. Lorsque les cinq équipes disqualifiées furent annoncées en Japonais, Kondo sourit. Aélia se douta vite alors que l’équipe douze n’était pas disqualifiée, et ce fut confirmé lorsque l’annonce fut faite en anglais. Mais l’organisateur précisa à la fin le lieu de la prochaine rencontre, où ils iront tous pendant l’après-midi, après le déjeuner, qui n’est autre que les poissons pêchés le jour même. Pendant que les cuisiniers s’activaient pour faire cuire le poisson, les organisateurs dressaient la table, et appelaient les participants à aider. Parmi tous les couverts, trois avaient un couteau, une fourchette et une cuillère en plus des baguettes. Aélia était contente. Elle et Kondo avaient fait un très bon travail et s’étaient hissés jusqu’à la quatrième place. Maintenant, ils dégustait tous du poisson.
 Lorsque Laura avait enfin pu parler avec Kondo, elle lui est sauté au cou, le félicitant pour tout son travail. Elle félicita Aélia aussi, et pendant longtemps. Lorsqu’il fut temps de manger, tous s’assirent, et commencèrent à manger. Kondo et Laura étaient face-à-face, et Aélia était à côté de cette dernière. Chacun parlait un peu avec son voisin de table, et ils firent connaissance avec les membres des autres équipes, et l’une d’entre elles, dont les deux membres étaient assis à côté de Kondo et de Laura, proposèrent même de faire voyage ensemble, ce qu’ils acceptèrent. L’équipe Onze, avec laquelle ils avaient parlé, était arrivée en dixième position, leur assurant une place au le tour d’après. Elle était composée d’un couple, Ryu et Hikari, qui allait se marier à l’issue du tournoi. Ils avaient respectivement vingt-deux et vingt-et-un ans, mais leur travail ne les avaient pas empêché de pratiquer la pêche régulièrement, et ils venaient d’une ville nommée Toyohashi. Ryu était informaticien, développeur d’applications mobiles, et Hikari était cuisinière dans un restaurant. Lorsque Laura et Kondo révélèrent qu’ils, et Aélia, avaient dix-huit ans, le couple fut étonné qu’une équipe composée de personnes si jeune s’est aussi bien débrouillée. Kondo répondit qu’ils s’entraînaient presque quotidiennement, lorsque le temps leur permettait.
 Le repas finit, et ce fut temps pour les participants de partir vers leur nouvelle destination : Kitakata, à la gare de Yamato, pour de la pêche dans la rivière Agano. Tous ceux qui étaient venus en train à Tsuboyo prirent le même train qui allait à Ogimachi, pour en prendre un autre qui s’arrêtait à Yamato. Le voyage prit une bonne heure, mais tous y arrivèrent à peu près au même moment. Comme la journée n’était que peu avancée, les équipes onze et douze partirent ensemble visiter le village. Ils virent les temples bouddhiste et shinto, un ancien moulin à eau, et apprécièrent le paysage, magnifique encadré des montagnes. Quand il fut enfin le soir, ils mangèrent dans un restaurant local, et ensuite se dirigèrent vers leur logement. Là, les organisateurs attendaient que toutes les équipes soient réunies pour donner les consignes pour le lendemain. Ils demandèrent à tous de se réunir à neuf heures dans le hall, mais surtout dirent que les cinq dernières équipes seraient encore disqualifiées, et que les personnes disqualifiées au premier tour devaient aider les organisateurs en suivant toutes les équipes concurrentes, afin de surveiller s’ils agissaient convenablement. Ceci dit, tous allèrent dans leurs chambres.

 Le lendemain, Laura devait suivre l’équipe deux. L’objectif avait été dévoilé, comme convenu, à neuf heures. Il fallait attraper le plus gros poisson possible, à partir de dix heures jusqu’à onze heure, avec le lieu de prise libre. Elle les suivit donc. Ils se placèrent sur la rivière Tadami, un affluant du Agano, et à dix heures, elle leur dit "Hajime", ce qui signifiait Commencer en Japonais, comme Kondo lui avait dit. L’équipe deux pêcha beaucoup de poissons, qu’elle relâcha, jusqu’à que, peu de temps avant la fin du temps imparti, ils trouvèrent un beau poisson, un grand poisson nommé Akane qui mesurait 112 centimètres. Ils le prirent donc et allèrent vers les organisateurs. Ceux-ci avaient déjà eu un certain nombre de poissons, et celui-ci se rajouta à la collection. Quand tous furent arrivés et tous les poissons alignés, Les différences apparurent clairement. Celui de l’équipe deux était moyennement grand, et les poissons des équipes onze et douze le dépassait largement. Finalement, elle fut l’une des malheureuses à se faire disqualifier. L’organisateur annonça que l’étape d’après se passerait encore sur une rivière, mais sur le Shinano, à Niigata. Ce fut encore une étape de train pour les équipes onze et douze. Ils arrivèrent par contre assez tard, et ne purent donc se promener dans la grande ville de Niigata.
 La ville n’était pas aussi importante que Tokyo, mais tout de même impressionnante. Les immeubles étaient hauts, et on ressentait l’air moderne de la ville. Comme la nuit commençait à tomber, les francophones et leurs amis se pressèrent dans le dédale, tandis que la ville arborait ses magnifiques couleurs nocturnes. Leur hôtel se trouvait pas très loin de la gare, seulement deux carrefours, mais il fallait le savoir, comme la signalisation de cet hôtel était pauvre, sinon incompréhensible. Lorsqu’ils y arrivèrent, les organisateurs leur demandèrent d’aller le lendemain à une plage, à neuf heures comme d’habitude.
 Aélia, comme à chaque soirée envoya un message à sa mère, montrant sa meilleure prise. Le poisson était long d’un bon 124 centimètres, et si Kondo n’en avait pas attrapé un de 126 centimètres, ils auraient présenté celui-ci. Ça c’était passé rapidement. Lorsque Aélia avait attrapé ce poisson, elle l’avait mesuré, puis mis dans le sceau d’eau qui avait été préparé pour garder les meilleurs poissons, et elle libéra le dernier poisson, plus petit. Lorsque Kondo avait, lui sorti son poisson de l’eau, il avait rapidement mesuré, il faisait 126 centimètres. Aélia était triste, et renvoya le poisson qu’elle venait de pêcher. Après, l’ancien membre de l’équipe six leur dit qu’il était bientôt l’heure, et ils désinstallèrent leur camp, qui était dans un petit endroit idyllique, à la jonction entre l’Agano et un de ses petits affluant, qui n’avait même pas de nom propre à lui, selon les locaux. Ils allèrent donc à pas de course vers le point de rendez-vous et présentèrent le poisson, l’un des plus grands de la collection.
 Kondo jouait sur son portable, à un jeu récent. C’était un jeu de stratégie tactique, le genre de jeu qu’il adore. Il n’arrêtait pas de parler, pour la traduction notamment, mais il avait l’impression de ne pas avoir autant parlé que s’il était resté à Trévignin. Son esprit était embrumé par des pensées en trois langues, et il ne disait pas grand-chose à son amour. Il aimait Laura du plus profond de son être, et de voir comment Ryu et Hikari s’aimaient passionnément, cela l’a renforcé avec son amour pour Laura. Mais ni elle, ni lui n’a de précise idée pour leur futur, par rapport à Aélia. Cette dernière souhaite devenir Journaliste, en faisant une étude de lettres à l’Université Savoie-Mont Blanc. Laura a plusieurs fois exprimé son désir de travailler dans l’Hôtellerie, mais elle ne sait pas où exactement. Elle a tout de même postulé au Lycée Ambroise pour un BTS Hôtellerie-Restauration. Kondo pensait qu’elle excellerait dans le domaine de la restauration, comme plusieurs fois ils ont cuisiné ensemble certains de ses poissons, et sans le vouloir avait commencé à diriger les actions. Le résultat était très bon, Kondo se souviendra toute sa vie de la saveur du repas. Kondo, par contre, n’avait aucune idée. Il avait longtemps pensé à la diplomatie, et s’en était tenu, comme il avait postulé au Cours Galien, à Grenoble, mais souvent venait un nouveau métier qui le passionnait. La diplomatie était le seul qui revenait périodiquement comme métier passionnant, mais était-ce le bon métier ? Il ne savait pas.
 Laura lisait du Zola, mais son esprit divaguait. Ce voyage lui ouvre l’esprit, comme elle n’avait jamais réellement voyagé à l’étranger, sauf en Suisse et en Italie, destinations presque obligatoire pour des Savoyards. Elle est née et a toujours vécu en Savoie, et elle connaissait le nom de tous les massifs, connaissait tous les recoins du département, de Rumilly au Mont Blanc, en passant par le Mont Pourri, les Bauges, le Lac d’Aiguebelette et Modane. Mais elle ne connaît que peu la sensation d’être dans un monde inconnu, où presque personne ne sait parler sa langue maternelle même assez peu l’anglais dans les coins perdus qu’ils ont visité durant les sorties. Elle se sentait perdue, et Kondo restait trop silencieux, ne cherchant pas à la rassurer. Peut-être n’était-elle pas assez expressive ? Mais normalement, un homme qui aime vraiment sa femme devrait savoir si elle a des problèmes. Elle se demandait ce qui se passait dans la tête de Kondo, qui semblait, elle le sentait, totalement perdu. Elle voulut lui parler un peu, mais Kondo, au moment où elle était en train de fermer son livre pour lui parler, dit qu’il était temps de dormir. Elle se sentit vaincue et alla se coucher, imitant ses deux compagnons de chambre.

 Le lendemain était un nouveau jour, et les participants se dirigèrent tous vers la plage qui avait été désignée le soir dernier. Les organisateurs avaient, étrangement, préparé des stands de cuisine. Ce qu’il dit ensuite expliqua ce choix. Il révéla que la troisième épreuve consistait à créer le meilleur plat à base de poisson. L’épreuve durerait deux heures, et tous les anciens participants furent priés de se mettre à disposition lorsque les concurrents allaient commander des fournitures, financées par le concours. Les autres organisateurs devaient veiller que les concurrents ne volaient pas des fournitures, ni n’en prenaient directement de la mer. Cette épreuve se suivrait d’une dégustation par des chefs locaux et le reste serait vendu à ceux-ci pour leur restaurant. L’épreuve commença.
 Kondo n’avait aucune idée de comment faire le plat. Il savait que, des deux, c’était lui le meilleur cuisinier, comme il se souvenait d’un désastreux plat qu’avait préparé Aélia une fois. Lui ne se débrouillait pas trop mal, mais n’avait pas souvent les bonnes idées de plat. Il espérait qu’il saurait quoi cuisiner sur le moment. Aélia lui proposa de faire un plat français à base de poisson, et cette idée fit tilt dans l’esprit de Kondo. Il demanda à Aélia de pêcher quelques gros poissons, car il avait eu une idée. Il alla ensuite voir un des anciens concurrent, et lui demanda de lui ramener des pommes de terre, du beurre, de la farine, du citron, du persil, des câpres, du sel et du poivre. Celui-ci partit immédiatement, après avoir simplement précisé qu’il y avait déjà du sel et du poivre sur les stands de cuisine. Alors, Kondo y alla immédiatement et préchauffa le four qui y était placé, puis prépara une assiette, et ensuite revint vers Aélia, à qui il dit ce qu’il allait préparer, du Poisson à la Meunière. Elle fut enchantée à l’idée, et continua à pêcher, tandis que Kondo préparait sa canne.
 Lorsqu’il vit que l’un des anciens participants avait mis les ingrédients qu’il avait commencé sur son stand, il y alla rapidement et commença les préparations. Lorsque Aélia arriva enfin, il avait fait toutes les préparations nécessaires et il mit alors les poissons à la poêle, puis au four, pendant qu’il donnait les consigne à Aélia pour faire cuire les patates. Après la longue session de cuisson, il dressa le plat et signala aux organisateurs qu’il avait fini. Il faisait partie des derniers à avoir fini, mais il était sûr que le résultat serait aimé. Lorsque l’heure de la dégustation avait enfin sonné, les chefs goûtaient uns à uns tous les plats, lorsqu’ils arrivèrent enfin au plat de Kondo et Aélia. Le premier chef dit :


"Hmm… Magnifique plat à saveur exotique. J’ai déjà mangé ce genre de plat mais rarement… c’était dans un restaurant français. J’avais bien aimé, mais j’avais trouvé ça un peu gras. Mais ici, on voit moins de gras, le beurre, qui je pense en est la principale cause, est déposé avec mesure, ce qui permet de ne pas avoir cette impression de manger gras qu’on a souvent dans des restaurants français. Bel exemple de la gastronomie française, je dis."

 Les autres chefs étaient d’avis similaire, et le plat de Kondo et Aélia obtint une belle seconde place, très proche de la première. Eux deux étaient très content qu’ils soient qualifiés pour le dernier tour avant la finale. Ils attendirent donc impatiemment la localisation de l’épreuve prochaine, et ils furent surpris d’apprendre qu’ils restaient dans la même ville. Ils restèrent donc la nuit dans le même hôtel que la nuit précédente, en appréhendent bien ce qui allait se passer. Ils avaient rendez-vous à neuf heures, comme d’habitude, à Bandaijima, un peu plus au nord que la plage sur laquelle ils étaient auparavant. Étrangement, ce n’était pas un endroit très prisé pour la pêche, du fait des nombreux bateaux qui passaient. La raison de ce lieu de rendez-vous était obscure pour tous.

 Le lendemain, lorsqu’ils se retrouvèrent à Bandaijima, les organisateurs dirent ce qu’il fallait faire, et cela étonna tout le monde : ils allaient en bateau faire de la pêche en mer, et pas n’importe quel type de pêche, ils allaient faire du Gyotaku, un type d’art qui consistait à "imprimer" les poissons avec de l’encre sur du papier de riz. Ils avaient dix feuilles de papier de riz, et un ancien concurrent allait accompagner chacun des participants pour s’assurer qu’ils ne s’en procurent pas une feuille de plus, en feignant par exemple d’avoir noyé une feuille. Ainsi, tout le monde s’équipa, et partit dans la mer. Aélia et Kondo eurent du mal à exercer cet art, ils n’arrivaient pas à correctement appliquer l’encre sur le poisson pour faire une belle impression, mais ils s’en sortirent pas trop mal, surtout grâce aux belles prises qu’ils faisaient. Lorsque ce fut le moment d’évaluer les œuvres, Aélia et Kondo sortirent cinquième, ce qui était juste assez pour pouvoir être qualifiés à la finale.
 Alors commença le plus long voyage du concours. Ils partirent rapidement à la station de Niigata, et prirent le Shinkansen jusqu’à Tokyo. Ensuite, ils prirent un autre Shinkansen jusqu’à Osaka. De là, ils prirent le métro jusqu’à la station de Sannomiya, et prirent un ferry jusqu’à Nobeoka, leur dernière destination. Lorsqu’ils avaient fini ce voyage, c’était la nuit et ils étaient morts, ils s’endormirent rapidement dès qu’ils atteignirent l’hôtel.

 Le lendemain était le jour de la finale, mais les organisateurs avaient décider de la faire démarrer l’après-midi. Il ne restait plus que les équipes Sept, Neuf, Onze, Douze et Vingt-et-un.  Ils se promenèrent dans la ville durant le matin, et en profitèrent pour aller visiter le parc de Shiroyama, très connu pour ses Sakuras, des cerisiers japonais. Lorsque fut enfin venue l’heure fatidique, Les organisateurs tinrent d’abord à remercier tous les finalistes pour leurs efforts, et rappelèrent à quel point ce concours avait coûté cher à l’organisation. Ensuite, ils énoncèrent la règle. Pendant deux heures, attraper le plus de poissons au-delà de 120 centimètres possible.
 Des poissons de cette taille sont rares, mais pas impossibles à trouver. Il y avait un organisateur avec Kondo et Aélia, et ceux-ci décidèrent de pêcher dans la rivière Ose, qui, compte tenu de sa localisation plus éloignée du point de départ de la dernière épreuve, n’était sûrement pas très exploitée par les autres groupes. Ils péchèrent donc pendant longtemps à l’endroit qu’ils avaient trouvé, jusqu’à qu’ils se fassent arrêter par l’organisateur, comme Kondo pêchait un dernier poisson, heureusement ne correspondant pas aux critères. Lorsque toutes les équipes furent réunies, les organisateurs comptèrent tous les poissons, vérifiant de même si ils étaient conformes aux règles. Après un long temps, les organisateurs annoncèrent le podium : L’équipe Onze était première, suivie par l’équipe Douze.
 Ryu et Hikari sautèrent de joie, Kondo, Aélia et Laura firent de même. Ils étaient tellement content, tous leurs efforts ont mené à cette récompense. Leurs dédale dans les villes et les provinces Japonaises leur avait permis de gagner la seconde place, ils venaient de loin et étaient justement récompensés. Aélia envoya rapidement un message à sa mère, et à son père, leur annonçant la bonne nouvelle, tandis que Laura sautait dans les bras de Kondo. Deux jours après ils reviendraient en France. Mais ça soulevait une question : pourquoi avoir proposé un allongement de deux jours s’ils étaient en finale ? Ils avaient fini la compétition avant qu’ils soient partis, dans le cas où ils ne seraient pas arrivé à la fin. Kondo partit voir les organisateurs, qui lui dirent qu’il allait y avoir un dernier voyage, une dernière épreuve. Interloqué, il resta pensif, ce que ses amis remarquèrent. Aélia fut la première à réagir :


"Qu’y a-t-il, Kondo ?
- Les organisateurs n’ont pas été clairs sur quelle était la raison de notre séjour prolongé, ils ont simplement dit qu’il y allait il y avoir un dernier voyage, et une dernière épreuve, mais je n’arrive pas à comprendre."

 Celle-ci resta pensive, méditant aussi sur les raisons de ce discours. Mais après, elle dit que de toute façon ils sauraient en temps voulu les raisons, qu’il ne fallait pas trop se soucier de cela. C’est justement comme elle se disait qu’ils sauraient vite, que les organisateurs demandèrent à tous de monter dans un autobus. Ils y allèrent donc, et après cinq heures de voyage, ils étaient à leur destination. C’était la ville de Omura, juste au nord de Nagasaki, au pied du mont Hinotake. Ils dormirent le soir sur le mont lui-même, mais le lendemain, ils descendirent dans la banlieue tranquille de Seibumachi, avec un petit port, parfait pour la pêche. Là, l’organisateur donna une consigne simple, faire le plus d’argent possible en vendant du poisson, avec des équipes libres, les organisateurs participaient aussi. Kondo et Aélia proposèrent à Ryu et Hikari de faire équipe, ce qu’ils acceptèrent, mais ils discutèrent beaucoup avec les autres membres du concours, les équipes n’étaient là en réalité que pour la forme et l’esprit de compétition.
 Les organisateurs n’avaient pas défini de temps limite, alors tous prirent le temps de prendre les meilleurs poissons à vendre, et s’étaient mis d’accord pour qu’un organisateur s’occupe de faire la vente. Ce ne fut pas Laura, malgré le fait qu’elle se porta volontaire, du fait qu’elle ne savait pas parler japonais, mais elle restait à épier les potentiels clients, interpellant parfois des gens dans la rue pour vanter les bons poissons qu’ils pêchaient. Cela eu un bon effet, et un restaurateur avait quasiment pris tous les poissons alors disponible, ce fut la panique.
 Mais finalement, à la fin de la journée, les membres de la compétition avaient fait un bon nombre d’argent, assez pour que le concours ait causé un gain d’argent, en réalité. Ils dormirent le dernier soir sur le mont Hinotake, mais veillant beaucoup comme tous racontaient tour à tour ses meilleurs souvenirs sur la pêche, et sur le concours. Tous s’étaient amusés et avaient vu du pays, que ce soit les coins perdus de la préfecture de Fukushima, les villes peu connues en réalité de Niigata et Nobeoka, ou le mont Hinotake et ses contrebas, ou tout à la fois comme les deux françaises, avec en addition les gandes villes de Tokyo et Osaka. Tous s’étaient fait de nouveaux amis dans le monde de la pêche, et s’étaient échangés les numéros de téléphone, adresses mail, et même parfois les profils sur des instances de tchat en temps réel.
 Le lendemain fut la fin, et les trois francophones partirent à l’aéroport de Nagasaki, situé paradoxalement dans la ville de Omura, pour un vol vers Lyon St-Exupéry. En passant à travers la ville de Omura, ils inspiraient pour une dernière fois l’air Japonais, entendaient une dernière fois le monde en Japonais, voyaient une dernière fois le monde en Japonais. Bientôt, ils reviendraient dans leurs si familières Alpes, et tout serait comme avant. Or, rien ne peut plus être comme avant, le voyage avait soudé leurs liens et en avaient créés avec des Japonais. Laura avait commencé à apprendre un peu de Japonais durant le voyage, et Aélia avait acheté plusieurs livres japonais. Mais surtout, désormais ils connaissaient ce que c’était le Japon, autrement que part les Mangas, les Photos sur Internet et les Livres qui font rêver. Ils connaissent désormais le vrai Japon, plus beau encore que ce qu’on laisse prétendre. C’est la fin de leur Aventure, mais elle ne fait en réalité que de commencer, c’est désormais les autres épreuves de la vie qu’ils devront faire face à, et d’autres concours de pêche, pour enfin arriver premier, au Japon, comme en France, comme dans d’autres contrées.
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: Chompir le lundi 02 avril 2018, 13:41:02
C'est un sacré texte que tu nous as fait pour le Puissance Pêche et je t'avoue que ça me touche d'en voir comme celui-là. Merci ! *o*
J'ai bien rigolé sur le nom des personnages, imaginer Kondo en japonais c'était bien marrant je dois avouer. Tu as fais un énorme boulot et désolé que le texte n'ai pu être posté sur Puissance Pêche.
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: Linkondo le lundi 02 avril 2018, 15:34:28
OH !  O_O
Cette chance que j'ai, d'apparaître dans une fic ! Merci beaucoup, stefbad !

La fic est très agréables, détendues et sans aller trop vite. Quoique il se passe un peu beaucoup d’événement pour un one-shot. Mais les détails sont super ! Les personnages sont intrigants (on sent qu'il y a une bonne inspiration derrière  :oui:), mais j'aurais aimé en apprendre un peu plus. Parce que sur la partie des relations sociales, on en apprend de moins en moins au fur et à mesure que l'on avance. C'est un peu dommage.
J'ai juste une question : tous les lieux et les villes japonais, ils sont réels ? J'ai reconnu pas mal de vrai nom, donc si c'est effectivement le cas, tu as fait un sacré boulot de recherche ! Encore bravo ! :^^:
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le lundi 02 avril 2018, 21:50:34
@Chompir
De rien ! J'ai fait ça afin d'être dans le thème ! Quick sidenote : je voulais appeler mon sujet si je l'avais publié "Stefbad, les fics des épaves" ^^

@Linkondo
Merci beaucoup ^^ Oui, tous les noms de lieux sont réels, j'ai passé à peu près autant de temps sur Google Maps que sur LibreOffice pour écrire cette nouvelle. Sinon, si le style a tendance à se dégradé, c'est que le pari était de le terminer en un jour, et comme j'écrivais, je voyais l'heure tourner, et je paniquais. Alors je souhaitais plus insister sur ce qui se passait plutôt que réellement détailler en profondeur l'action, je m'en suis moi-même rendu compte, ce qui a causé se moment d'introspection à Niigata, mais j'ai dû me limiter à ça, tandis qu'au début, c'était le matin, donc j'avais tout le temps pour détailler. Si je prends le temps un jour, je pense que je vais réécrire cette nouvelle, mais d'abord 'faut que je finisse mon prochain chapitre, comme j'ai promis de le sortir... hier.
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le dimanche 08 avril 2018, 23:29:50
Chapitre 9 : Le Roi de la Falaise

"Tu maîtrise très bien les Sept-Roses. Veux-tu nous rejoindre pour trouver mon maître ?"

 Ahretna était très étonné par cette proposition soudaine, et l’accepta de bon cœur. C’est ainsi qu’elle ferma sa boutique et qu’elle partit en voyage avec ses nouveaux compagnons, qui s’équipèrent d’habits gerudos. Ils montèrent des Daalmok, sorte d’arthropode du Désert du Doute, apparemment descendants de la mythique créature M’ld’-g’th, la prononciation étant peu claire à cause de la nature de l’écriture Lannelloise, mais les spécialistes ont tendance à nommer cette créature Maldagath, qui a pour origine étymologique l’association de Malda, grand, et Gath, le nom de la créature. Cela implique donc qu’il devait exister d’autres variantes des Gaths mais aussi des gaths, tout court, même si aucune inscription ne mentionnait ce nom seul. Lorsque les trois voyageurs quittèrent la ville, Stefbad arrêta sa monture et demanda soudainement à Ahretna :

"Où est ton arrière-grand-père ? Je veux aller le voir.
- Pourquoi attends-tu de sortir de la ville pour lui demander alors qu’il est sûrement dedans? rétorqua Siov.
- Ta remarque aurait été juste si mon grand-père était parfaitement normal. répondit Ahretna sèchement. Or, il ne l’est pas, et il préfère s’isoler. Je n’ai jamais compris pourquoi d’ailleurs. Même si il dit que les personnes chez les Gerudos ont peur de lui, je n’ai jamais entendu parler de telle histoire. Et après tout, comment vous le connaissez, Stefbad ?
- Oh, j’ai souvent travaillé avec lui par le passé.
- Hmm… Bien. Il vit à Deekahrajhal, Royaume de la Vallée Gerudo, pointe sud, zone des hautes arches.
- Très bien, allons-y ! déclara Stefbad, et il redirigea son daalmok pour aller vers l’est."

 Le voyage commença ainsi. Ahretna restait pensive. Cette réponse de Stefbad était beaucoup trop vague. Il devait il y avoir quelque chose derrière. Et comment savait-il, s’il allait voir Zehrein, son grand-père, qu’il était dans le désert Gerudo ? Et qui était cet étrange personnage qui l’accompagnait ? Il n’avait quasiment rien dit depuis qu’elle les avait rencontré. Il se sentait visiblement mal dans sa peau. Il était souvent en train d’écarter ses belles mèches rousses sur le côté ou vers l’arrière, mais comme, naturellement, elles retombaient, il jurait et retentait. Pour cela, s’il s’était coiffé, il ne ressemblait plus à rien. Aussi, il avait tendance à se frotter les mains de temps en temps. Cela sert pour les zoras à se nettoyer les mains, grâce à leurs écailles, mais pour les Hyliens, c’est inutile, voire déconseillé comme cela créé plus de chaleur. Cet étrange personnage semblait détester Stefbad, comme il lui lançait de nombreux regards noir. Lorsque ce dernier en remarquait un, il souriait en rigolant un peu.
 Ahretna aurait bien aimé en savoir plus. Cet homme était beau et semblait être très intelligent. Serais-ce de l’amour ? Serais-ce le coup de foudre ? Elle rougit. Elle a eu de nombreuses relations avec d’autres hommes, qu’elle arrivait à amadouer facilement avec le temps, mais elle avait une mauvaise impression quand à celui-là. Il semblait plus perspicace que ces stupides Vog qu’elle avait trouvé parmi les Néo-Gérudos. Cet étrange peuple avait élu domicile dans le désert Gérudo il y a au moins cinq générations, ils auraient été créés par une femme notamment, qui se nommait Telma. Ils étaient des descendants des rares Gérudos à avoir été épargnés durant l’Ère de l’Exil, et ils ont du développer une capacité étrange à donner naissance à des Hommes bien plus que les Gerudos Exilés, les Hehrados, et il y avait donc une conséquente population masculine. Ahretna avait donc réussi à charmer beaucoup d’entre eux, comme ils croyaient tous à l’idylle, mais celui-là semblait être d’une autre facture.
 Comme Ahretna pensait à l’inconnu dans l’expédition, celle-ci arriva aux portes du Royaume de la Vallée Gerudo. Il y avait visiblement des tensions sur la frontière, et les membres du Royaume les fouillèrent pour savoir s’ils n’avaient pas des armes, et s’ils n’étaient pas des espions, la sensation du petit royaume d’être en danger sur sa frontière sud était palpable, et logique. Les Hehrados avaient en quelques années mené une guerre éclair qui leur a permis de s’emparer de tous le désert Gerudo, et des échos parvenaient des terres de l’Exil comme quoi là-bas aussi ils étendaient leur empire. Ahretna est arrivée dans les terres du désert Gerudo il n’y a que quelques années, faisant partie des populations volontaires pour créer de nouvelles villes pour travailler la terre qu’ils conquéraient, très dépeuplée du fait que les Néo-Gerudos étaient que peu.Le père de Ahretna étaient un Néo-Gerudo, qui était venu à la cité de Dahralorf, capitale de ce qui était le petit pays gérudo à l’époque, comme un esclave capturé lors des raids. Sa mère l’avait acheté, et ils tombèrent amoureux, ayant finalement Ahretna comme enfant. Celui-ci était le fils de Zehrein, et comme elle allait dans les nouveaux territoires, son père n’a pas manqué de lui rappeler que son grand-père vivait dans la région, et depuis, elle a eu l’occasion de le rencontrer celui-ci, et de créer des liens.
 Ahretna était une fille illégitime, comme sa mère était mariée à quelqu’un d’autre, un Zuna, comme beaucoup de gerudos le sont. Mais si les gérudos sont restés comme des gérudos, c’est parce qu’ils n’ont jamais fait d’enfants avec eux. Tous ceux qui ont essayé ne sont jamais arrivé à un résultat, il est impossible de créer un enfant Gérudo-Zuna. Alors, les Gérudos avaient tendance à prendre des hommes d’autres races hyliennes en tant qu’esclave, et les femmes les plus riches avaient souvent des relations avec plusieurs hommes… qui en contrepartie avaient des relations avec plusieurs femmes. La société à l’époque était étrange, mais c’était une nécessité, mais comme désormais les hommes devenaient plus fréquents, les pratiques commençaient à disparaître, mais Ahretna pensait que elle aussi aurait droit aux relations traditionnelles. Le monde changeait mais pas les mœurs, elle avait entendu parler de certaines de ses amies qu’elles s’étaient mariées avec des Zunas et qu’elles pourraient aller au Enjhvehri, où il y a beaucoup d’hommes esclaves. Elle, par contre, ne souhaitait pas avoir des relations traditionnelles, elle s’était habituée via ses parents à avoir deux parents biologiques pour l’élever, comme son père vivait dans la maison familiale, avec son beau-mari et sa femme. Son père n’était pas un esclave, comme la condition d’esclave est donnée uniquement "aux femmes gérudo punies pour des actions contre le royaume, et aux hommes non-gérudos résidant dans le royaume et non mariés", or son père était un Gérudo, et comme les autres hommes de son type, était libre mais travaillait au Enjhvehri, comme ils seraient très mal vus sinon, et seraient sûrement mis en esclavage pour de sombres raisons s'ils arrêtaient d’y travailler. Le père Zuna de Ahretna n’avait que peu interagi avec elle, allant plutôt voir ses demi-sœurs conçus de manière traditionnelle, mais aussi le frère de Ahretna, comme il le considérait comme l’héritier de ses bien, comme celui-ci n’avait eu que des filles. Il y avait au total treize personnes dans la maison familiale. D’abord la mère d’Ahretna avec son mari, sa femme Zuna et le père de Ahretna formaient le cœur de la famille. Au niveau des enfants, les parents d’Ahretna avaient donné naissance à deux enfants, la mère d’Ahretna avait donné naissance à quatre filles, et les Zunas à trois filles, mais leur famille n’était qu’un exemple parmi d’autres, et il y avait eu beaucoup de morts prématurées.
 Lorsque l’expédition passa enfin la frontière, elle se dirigea vers l’habitation de Zehrein, guidée par sa petite-fille. C’était une petite maison accolée à la falaise, côtoyée de quatre autres maisons, sûrement non habitées du fait de l’hostilité du climat dans cette zone. Celle-ci était dénommée la "Zone des Arches" du fait des formations rocheuses uniques. Celles-ci créaient des arches sur lesquelles on pouvait marcher, mais la zone était aussi très chaude, plus chaude encore que le cœur du désert. Les anciens habitants de cette région avaient pour habitude de créer des maisons adossées à la roche, puis de créer des galeries afin de profiter de l’isolation offerte par le manteau rocheux. On pouvait voir à des endroits des ouvertures, trahissant la présence d’une place forte autrefois, mais celle-ci n’était plus utilisées depuis des siècles, les habitants ayant préféré aller dans les hauteurs, où il faisait plus froid, comme la technologie permettait la création de chemins dans la roche, et avait permis la création de grands échafaudages sur lesquels vivaient des centaines, voire des milliers de personnes, dans la capitale du Royaume de la Vallée Gerudo, Loyahl notamment.
 Ahretna ouvrit la porte, et les deux hommes furent surpris de voir que l’intérieur semblait en ruine, déserté. Les meubles étaient renversés, des couverts gisaient et on voyait des gicles de sang par terre. Stefbad avait émis à voix haute la possibilité d’un raid gérudo, mais Ahretna avait ensuite ri d’une voix claire et haute. Elle s’exprima ensuite :


"C’est dans cet état depuis des années ! Mon grand-père a fait ça afin de décourager les visiteurs impromptus ! La première fois que je suis venue, j’ai été moi aussi étonnée et j’ai eu peur, mais il est venu lui-même me dire que ce n’était qu’une couverture. Comment il a su que j’étais sa petite-fille, je ne sais pas, mais en tout cas il l’a su et m’a empêché de rebrousser chemin."

 Stefbad opina lentement. Les trois membres de l’expédition, menés par Ahretna, traversèrent donc le dédale qu’étaient les grottes dans la falaise. Quand enfin apparut une porte, elle la poussa en annonçant son nom. Ils entrèrent dans une salle surprenamment grande, avec divers meubles. On y voyait des râteliers à armes, une table et des chaises, ainsi que plusieurs garde-mangers, le tout éclairé par une flamme d’origine sans conteste magique sur le plafond de la pièce. Malgré le fait que la salle était taillée dans la pierre, le sol n’était pas rugueux, ni les murs, qui contenaient parfois des trous, menant sûrement à l’extérieur afin de renouveler l’air. Là où, les premières fois qu’Ahretna venait chez son grand-père, ces tous l’intriguaient fortement, elle avait fini par s’en habituer. Plus profondément, on voyait un lit et une armoire, ainsi que quelques coffres, contenant sûrement diverses curiosités et objets importants pour le disciple de Stefbad. Il y avait au loin un renfoncement qui menait à une porte, derrière laquelle il se trouvait sûrement.
 Celle-ci s’ouvrit justement, laissant paraître un vieil homme aux cheveux blancs, mais étrangement vivace. Il était très bien conservé pour son age, et ne se courbait même pas. Les traces de sa vieillesse résidaient en ses nombreuse rides et ses cheveux décolorés, ainsi que les diverses tâches qui couvraient son corps d’un blanc livide. Il avait une face fine et des yeux de couleur bleue en forme d’amande. Il avait un nez droit, mais des épaules tombantes. Il était très fin, parfois squelettique sur certaines parties de son corps, mais il devait être bien plus affirmé pendant sa jeunesse. Quelques cheveux noirs trahissaient aussi son ancienne teinture capillaire. Il n’avait pas de poils sur son corps visible, à part quelques uns sur les bouts de la poitrine que son habit laissait paraître. Son habit était léger, s’apparentant à une sorte de toge de couleur violette. Le drap qui constituait l’habit faisait plusieurs de la taille mais restait assez ample, avant de finir jeté derrière l’épaule, le tout serré à la taille par une ceinture simple faite d’herbes séchées, et il portait à ses pieds des sandales. L’homme dit donc en voyant qui étaient ses invités :


"Dites-moi que je rêve. Stefbad est là. Je ne pensais pas te revoir, moi qui me suis terré dans cette falaise afin de mener une vie simple comme tu ma l’a suggéré.
- Je suis venu te voir pour de multiples raisons…
- Quel est cet homme qui t’accompagne ? Je sens que tu lui a prêté de la magie.
- Moi, de la magie ? dit immédiatement le jeune hylien.
- Oui, mais tu ne peux pas l’utiliser. Stefbad te l’a donnée afin de te maintenir dans ta métamorphose.
- Métamorphose ? Réagit subitement Ahretna, ayant la confirmation que cet homme n’était pas en réalité hylien.
- Mais oui, tu ne l’as pas sentie ? Mon Ulkensen ne te l’a pas appris, comme il ne pouvait pas s’occuper autant de toi, mais je crois te l’avoir appris moi-même. Tu te souviens de l’exercice du Maldagath ?
- Oui, c’est vrai… il en a.
- Tu as été aveuglée, ça se sent.
- Comment peut-tu ?
- Je connais bien mieux la magie que toi, mon enfant. Bref, sinon, Stefbad ? Quelle était sa race, et pourquoi ?
- C’était un Zora, il était venu il y a quelque temps par un portage d’origine que je ne pourrais jamais te dévoiler…
- C’était de l’énergie à base d’obsidienne, pierre nox et de l’ongle du Dragon, quel qu’il soit ! Il suffisait de passer un courant électrique dans la pierre nox entourée d’obsidienne pour créer un champ magnétique très puissant, et en faisant libérer l’énergie contenue dans l’ongle du Dragon, j’ai pu créer un trou de ver qui m’a emmené ici, c’est d’origine ma-gné-tique ! Pas compliqué pourtant.
- Si tu le dis. Bref, il est venu dans ce monde et depuis il est coincé, mais dès que j’ai senti le dégagement d’énergie causée par sa venue, je suis allé sur place, et j’ai vu cet étrange personnage. Je l’ai gardé en vue et j’ai étudié l’anomalie pendant ce temps.
- Quoi ? Elle existe encore ?
- Bien sur, je recherche depuis longtemps la clef pour rouvrir ce portail, et je crois en avoir trouvé une !
- Quoi !? Tu as une hypothèse ? Pourquoi ne l’as-tu pas dit plus tôt ?
- Car cela aurait été inutile. Justement, c’est pour ça que je t’ai transformé, afin d’en parler avec Zelink puis avec Spectra, comme je crois que j’aurais besoin d’eux.
- Attendez. intervint Ahretna. Zelink ? Spectra ? Comment ça ? J’ai l’impression de me retrouver dans l’une de ces stupides histoires que font certaines gérudos lorsqu’elles décident de faire en sorte que Zelda I et Ganondorf – que jamais Din le laisse reparaître sur cette terre – soient tombés amoureux ! Zelink, l’un des grands héros qui a sauvé à deux reprises le monde de Pzia, et Spectra, le personnage le plus maléfique, dépassant même l’ancien Ganondorf en cruauté. Comment cela est-ce possible ? Comment peut-tu être le légendaire Zelink, grand-père ? Et comment peux-tu te salir les mains en travaillant avec Spectra, et Stefbad, son acolyte, je savais bien que ce nom me disait quelque chose lorsque tu me l’as dis la première fois ? J’ai besoin d’explications, et maintenant."

 S’ensuivit un silence pesant. Ahretna avait touché juste au bon moment. Stefbad et Zehrein étaient tous les deux gênés et même l’ancien Zora l’était. Il était, lui, plongé dans ses pensées, et semblait choqué. Ahretna l’était tout autant d’avoir appris que Stefbad avait transformé le jeune homme en Zora, et en plus de la cruauté du geste, c’était très dur à mettre en œuvre. Maintenant que Ahretna s’était concentrée pour détecter la magie présente chez l’hylien roux, elle avait aussi remarqué à quel point l’énergie de Stefbad était gigantesque par rapport à celle de son grand-père, qui elle-même était énorme par rapport à la sienne, qui pourtant dépassait celle de beaucoup de ses connaissances, même des mages. Elle se mit donc à avoir peur. Si une telle puissance se met dans un camp, celui-ci est sûr de gagner. Et comme il est avec Spectra, il se rangera dans le mauvais camp à soutenir. Mais pourtant, il a été défait par Zelink et ses alliés, comment ça se faisait ? Il devait il y avoir quelque chose qui l’échappait. Mais elle n’eut pas le temps d’y réfléchir longtemps, comme Zelink prit la parole :

"Bien, je vais te raconter l’histoire. Tout a commencé après la fin de notre première aventure, que ton père t’as raconté ces histoires abondamment, j’ai vu. J’étais devenu depuis peu le mage personnel de la princesse Zelda III, et elle m’envoyait souvent dans des missions aux quatre coins de Pzia, dès qu’un messager lui apprenait qu’une chose liée à la magie se passait. Mais un jour, ce fut je m’en souviens un jour d’automne, un jeune homme encapuchonné vint dans le château. Comme d’habitude, j’étais à la gauche de la princesse, à droite de celle-ci se trouvait Link du Quarante… ah, quel homme de du Quarante… Lorsque le jeune homme arriva, je sentis tout de suite quelque chose d’étrange en lui. Il avait une étrange magie qui sortait de lui. Une magie peu puissante mais très complexe, ce qui était impossible, je chuchota donc à la princesse qu’il vaudrait mieux se méfier de ce personnage, mais elle me chassa d’un coup de main. Ce qu’il dit étonna toute l’assistance :
« "Je ne suis pas ici, que votre majesté envoie le meilleur de ses mages, je suis blessé dans un endroit loin d’ici, mais proche à la fois. Celui de vos mages qui me soignera pourra être appelé le meilleur mage que vous avez. Je ne puis maintenir cette illusion plus longtemps."
« La silhouette s’évanouit, laissant de la fumée et de l’incompréhension dans l’assistance. Je fus le premier à réagir, en me concentrant sur l’énergie que j’avais perçu. Si ce mage avait dit qu’on pouvait le localiser, cela devait avoir un lien avec sa magie sans conteste. Je me concentra pour pouvoir savoir où se trouvait la source de la magie qui avait causé cette illusion. La princesse m’interrompit comme elle me chargea officiellement pour cette mission, comme elle disait qu’elle ne pouvait laisser l’un de ses sujets mourir, et que si c’était un piège, j’étais le mieux placé pour pouvoir me défendre. Je sortis donc du château et partit de la citadelle en passant par le centre de la rue comme le veut la tradition. Lorsque enfin je fus en dehors de la ville, je me concentra à nouveau pour trouver cette magie si particulière. Mes efforts ne furent pas vains, comme j’arrivai enfin à localiser la position du personnage, qui était dans la forêt de Firone, où je me dirigea donc.
« Je passa plusieurs journées à travers la forêt dense comme je tentais de suivre la piste de la magie, et quand enfin j’arrivai à proximité de la source, quelle fut ma surprise lorsque je tomba sur le manoir de la LDM. La Ligue De Mallard, si tu veux savoir, Seliove." celui-ci leva sa tête comme il entendait son nom, puis soupira, se disant que tous les mages devaient savoir lire dans les pensées. "Je me demanda ce qu’il faisait là un moment, puis passa, un mystère à la fois. Je ne sais d’ailleurs toujours pas pourquoi il est là." Stefbad, apparemment intéressé par le discours de Zehr… Zelink, haussa les épaules pour montrer qu’il n’en savait pas plus."Bref, j’y suis rentré, et après avoir exploré le manoir, et m’être rappelé de quelques moments de l’aventure que j’avais vécu, je ne trouvais pas le mage, dans aucun des étages. Je redescendis au Rez-de-Chaussée, et c’est là que j’ai remarqué une petite porte dans un renfoncement, que je n’avais jamais vue auparavant, la porte était étrangement taillée, montrant ce que je pense était la scène du mariage entre deux anciens dirigeants de Pzia.
«  Je passa donc la porte et arriva dans une salle souterraine, qui n’avait en rien une architecture similaire avec le reste du bâtiment, ce qui trahissait une certaine ancienneté. C’était tout en pierre, je me souviens, et je crois qu’il y avait un couloir tordu à un endroit, je ne m’y suis pas aventuré, comme le mage que je cherchais n’étais pas dans cette direction. Où la piste du mage mystérieux me mena était encore d’une architecture différente, semblable à ce qu’on peut trouver des bâtiments dans les plus anciens livres parlant de l’origine de Pzia, avec cette histoire de flammes sacrées, et d’hommes dans le ciel. C’est étrange, mais fascinant. Mais on s’éloigne du sujet. Bref, ce dernier endroit tait constitué d’une seule pièce, mais avec une œuvre des plus uniques. C’était une sorte d’engrenages qui formaient comme in portail, j’avais l’impression. Et au pied du portail, je trouvais enfin le mage. Lorsqu’il me vit, il me dit :
« "Ah, c’est donc toi qui est venu, Zelink. Je ne te connais pas, mais je sais ce que tu as fait… argh, je suis déjà resté trop longtemps… J’ai besoin de toi pour redonner la vie à quelqu’un. Je sais parfaitement comment il faut faire, alors ne t’inquiètes pas."
« Le mage avait la même voix que la silhouette, mais aussi la même voix que quelqu’un que je connaissais. Je ne savais pas qui à ce moment, mais je la connaissais. L’homme se concentra et,après beaucoup d’efforts, un hylien nu apparut sur le sol. Il avait les cheveux d’une teinte violette et était très pâle. Tout d’un coup, je le reconnus. C’était Stefbad, le grand mage que j’avais vaincu, le mage qui m’avait donné un mal fou à vaincre. Un mage très puissant, sûrement le plus puissant de tous ceux que j’ai rencontré, voire de tous, mais pourtant il était si faible sans ses pouvoirs, où seul lui restait son intelligence. Je dis donc au mage qu’il n’était pas question de le renvoyer à la vie, mais il donna quand même les instructions. Il était de plus en plus faible, et il n’arrêtait pas e dire qu’il était "là depuis trop longtemps". Lorsqu’il avait fini son monologue, il souleva son capuchon, et quelle fut ma surprise de voir que c’était Stefbad aussi. Je ne savais plus qui était celui que j’avais combattu, mais celui qui était vivant me disait que c’était celui allongé par terre. Il dit que Stefbad de nôtre monde était venu dans son monde et avait fusionné avec lui. Il n’avait aucune idée de ce qui s’était passé chez nous, mais il en savait assez pour souligner qu’il y avait aussi un Ganondorf, qu’il nommait Ganon pour des raisons que je ne saurais jamais, et qu’il existait aussi un Spectra et certains de mes compagnons, notamment Link du Quarante et Xanto01.
« Il me dit que être fusionné avec Stefbad du notre monde lui avait ouvert les yeux, comme celui-ci ne souhaitait pas détruire le monde, comme il savait qu’un jour des personnes viendraient le défaire. Stefbad de l’autre monde resta pendant longtemps fermé à cette idée, mais comme il commençait à perdre contre les héros de son monde, il comprit la philosophie de son double. Ensuite, ce qu’il me dit me sidéra. Il me dévoila que notre Spectra n’était pas maléfique, par rapport à celui de son monde. Le notre avait fusionné avec un esprit maléfique il y a longtemps, ça je l’ai su après avoir parlé avec Spectra, et agissait ainsi afin d’achever un but autre, qui me reste inconnu. Il me dit que Spectra vivait encore, et que de toute façon, Stefbad ne lui serait pas une grande aide s’il souhaitait être vraiment contre le bien. Je ne crus pas un mot de ce qu’il dit, mais je vis ses yeux, qui montraient la souffrance de ce pauvre personnage. Elle était réelle, il n’était pas censé être là, et souffrait chaque seconde, alors qu’il pouvait revenir chez lui à tout moment. Pourtant il risquait sa vie pour son équivalent, et je le lisait dans ses yeux. Je ramena donc Stefbad à la vie, et son clone enfin libéré de ses souffrances, disparut pour revenir au monde où il appartenait.
« Je devins ensuite le disciple de Stefbad, qui s’était métamorphosé en un personnage qui était mon disciple. Il m’apprenait donc beaucoup de chose, et je crois que je n’aurais jamais appris autant de choses sans lui. Je ne serais pas devenu un aussi bon mage sans lui. Contre ma formation qu’il prenait en charge, je l’aidais afin de localiser Spectra, qu’il cherchait depuis qu’il était revenu à la vie. Il ne m’a jamais fait défaut, et je crois que j’ai bien fait de croire cet énigmatique personnage, et lorsqu’on a…"

Le monologue de Zelink fut interrompu par un grand bruit. C’était des trompes de guerre gérudos. L’attaque tant préméditée des gérudos avait enfin démarré. Mais ce que Zelink avait le plus peur, c’était que, vu à quel point le bruit était fort, l’attaque toucherait aussi le village de Deekahrajhal, et commencerait par l’invasion des galeries de la falaise. Ce que fit Zelink, dans l’urgence, était incroyable et unique, mais terriblement ingénieux.




 Je dois arrêter avec les épisodes trop longs, déjà que je n'arrive pas à être régulier si en plus je me donne une contrainte supplémentaire, ça ne va pas aller...
Sinon, cet épisode était sensé arriver la semaine dernière. Ben... Poisson d'Avril ! Ha ha. Ha. Ha ha ha. Ha ha. Ha. Ha. Bref, j'ai du arrêter l'écriture de la fic pour Nihon no Sakana ni, la petite nouvelle qui fait 6100 mots (6099 pour être exact), et je pense que j'ai bien fait, comme de magnifiques idées sont arrivées entre-temps. Comme par exemple l'ajout de l'histoire de @Zelink , je savais que je voulais avoir une histoire en relation avec lui, mais l'inspiration m'est venue sous la douche ^^

 Sinon, j'ai quasiment intégré toutes les fics dans l'histoire de Pzia ! En gros, niveau chronologique, c'est :

 Zelda OOT (la guerre d'unification finit mal) ==> Zelda TP (se passe quasiment pareil) ==> Fic de @Oni-Zelink (Continue la fic plz ^^) ==> Fic de @xanto01 (Les deux... dont celle qui n'est pas finie) avec en même temps la Fic de @thelinkdu40

Je vous invite donc à lire les fics pour en savoir plus :

- Fic de @xanto01 (partie 1 en réécriture) : http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7862.msg496760.html#msg496760 (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7862.msg496760.html#msg496760) - Ignorez mes stupidités -
                             (partie 2, qui continuera un jour certain) : http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7862.msg502809.html#msg502809 (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7862.msg502809.html#msg502809) - Ignorez aussi mes stupidités -

- Fic de @Oni-Zelink (dont on n'entends plus parler) : http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7970.msg502624.html#msg502624 (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7970.msg502624.html#msg502624)

- Fic de @thelinkdu40  : http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7353.msg497244.html#msg497244 (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7353.msg497244.html#msg497244) - Je me répète ? -

 Bref, un peu de pub ne fait pas de mal ^^ Bref, j'espère que je vais sortir le prochain chapitre dans 2 semaines 1 semaine, et que je ne pas me retrouver encore une fois à 23h pour finir dans les temps ^^

EDIT : @thelinkdu40 est revenu ! Bon retour parmi nous ^^
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: Chompir le dimanche 08 avril 2018, 23:44:29
Zelda OOT (la guerre d'unification finit mal) ==> Zelda TP (se passe quasiment pareil) ==> Fic de @Oni-Zelink (Continue la fic plz ^^) ==> Fic de @xanto01 (Les deux... dont celle qui n'est pas finie) avec en même temps la Fic de @thelinkdu40 (qui n'a même plus de compte :'( )
- Fic de @thelinkdu40 (pourquoi avoir supprimé son compte ?) : http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7353.msg497244.html#msg497244 (http://forums.puissance-zelda.com/index.php/topic,7353.msg497244.html#msg497244) - Je me répète ?

Je réagis juste à ceci puisque je t'avoue que j'ai pas encore commencé à lire toute ta fic et que le nombre de chapitre me fait un peu peur. thelinkdu40 à fait supprimer son compte de PZ l'année dernière.
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le lundi 09 avril 2018, 06:58:47
Ah, OK, je ne pou vais pas savoir que c'était sa volonté. Merci de la précision !
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: Gaellink le lundi 09 avril 2018, 15:06:42
Hier soir, j'ai enfin pris le temps de lire ces 9 chapitres, ainsi que le texte pour le 1er avril, dont le travail sur les localisations assez impressionnant, le tout étant agréable à lire et surtout drôle quand on repense au décalage entre le sérieux du texte et le but de compléter la blague de puissance pêche  ;D

Quant à cette fic, déjà comme une idiote j'ai zappé le prologue alors je me suis sentie complètement perdue dans la situation géopolitique, mais après une relecture ce matin, je me sent beaucoup moins perdue, j'ai juste trouvé que par moment le texte est lourd en information, parfois j'ai limite envie de me faire un schémas pour me retrouver dans tout ces personnages  :^^':
Après je trouve ça génial de faire référence aux fics des autres, enfin faudrait que je relise celle d'Oni-Link, (celle de Du40 je ne la retrouve pas) actuellement, je n'ai que celle Xanto01 en tête car j'ai relu tout le volume 1 récemment. En parlant, du volume 1 de Xanto01, le nom de tous les compagnons de son ancêtre sont mentionnés... sauf moi :niak: Est ce que parce que j'était un esprit dans une des autres fics de Du40 ? Ou bien Gaellink est la PZienne oubliée, brisée dans l'espace et le temps par un sortilège maléfique, arrête ton char, ça se trouve c'est juste un oubli c'est pas grave XD
Bref, peut importe que le nom de Gaellink apparaisse ou non, c'est ta fic, tu fais ce que tu veux ! :miou:

En tout je me promet de venir commenter plus souvent ici à l'avenir, car le travail de tes textes est véritablement admirable, et merci de me faire plonger dans le passé entre toi, et Xanto01 avec sa réécriture, en plus de ma galerie à restaurer, et le projet reboot de Gaellink's Quest... Je vois vraiment les progrès de chacun sur leur galerie, et le temps qui a passé !

Ah et au fait, bienvenue à Nantes ! (très en retard :niak:)
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le dimanche 15 avril 2018, 16:33:01
 Merci @gaellink pour toute cette critique ! Je présume que ce moment où il y avait un surplus d'infos, c'est le Chapitre 5. Non ? Car à ce moment là, je me suis lâché ^^

 J'ai été productif cette semaine, et je ne vous sort pas un, mais deux chapitres ! Yay ! Bon, pour la petite histoire, c'était que je travaillais sur le chapitre pour aujourd'hui sur téléphone, et Mercredi, comme je souhaitais transférer mon début de chapitre (2000 mots) pour le continuer sur mon ordinateur, j'ai appuyé sur coller au lieu de copier. J'étais vert, et j'ai commencé un chapitre totalement différent, et finalement j'ai repris celui qui était à l'origine prévu pour aujourd'hui. Bref, vous avez les deux. Enjoy ! ^^

(Cliquez pour afficher/cacher)

(Cliquez pour afficher/cacher)

 Mais ce n'est pas tout ! Je vous ai préparé aussi un dossier sur le Royaume de la Vallée Gérudo. Vous allez en entendre parler, c'est pour ça que je le mets (et, ne vous inquiétez pas, les cartes trainaient depuis quelques mois sur mes dossiers, alors je les présente enfin ^^).

(Cliquez pour afficher/cacher)

 Et ce n'est pas fini ! J'ai encore un truc ! Ce n'est pas littéraire, mais j'ai un texte littéraire que je traduis, que je devais faire en Anglais, je vais peut-être éditer ce post afin de le rajouter, mais j'en doute, il aura surement son propre message. Sinon, c'est pour de l'art ! Sortez vos crayons !

(Cliquez pour afficher/cacher)

 Bref, c'est enfin la fin ^^ Merci d'avoir lu !
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: Gaellink le lundi 16 avril 2018, 19:35:29
Youpi deux nouveaux chapitres ! Et je m'attendais pas à apparaître dès maintenant dans l'histoire, contente que tu es pu trouver ton compte dans les trucs que je t'ai proposé !  :miou:

J'ai bien aimé le chapitre suivant où on apprend plus sur le passé de Stefbad, jusqu'ici on avait plein d'infos sur tout le monde sauf lui, donc c'est assez satisfaisant d'en savoir plus sur lui !

Et sinon le défi/concours/commande me tente bien, je vais voir ce que je peux faire  ;)
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le mardi 01 mai 2018, 23:32:43
 Quoi ? Je suis en retard ? N'est-ce pas le charme d'un écrivain ? ^^

Chapitre 12 : Autre Destinée

Le monde des hyliens est très lumineux. Trop lumineux. Swarda venait de rentrer dans le monde de la lumière, sous ordre de l'ancien roi des Twilis. Elle devait trouver quelqu'un. Elle ne le connaissait pas, mais elle avait appris ses caractéristiques, tout comme sa position. Dans le château de Yohlval. On l'avait décrit comme un jeune homme d'une vingtaine d'années, peau cuivrée et cheveux châtains, yeux d'une couleur s'accordant avec le reste de son corps, marron, et une carrure fine mais forte. Mais ils ont précisé aussi qu'il avait été corrompu par la magie Twili, donc devait s'être transformé légèrement en sa race. Trouver la bête allait être dur.
 Elle s'était téléporté via le miroir des ombres, comme elle n'avait que peu de choix. Elle avait été étonnée d'apprendre qu'il avait été réparé, comme elle considérait la technologie hylienne comme très en retard. Remonter une telle œuvre d'orfèvrerie est déjà très dur pour des Twilis, alors jamais elle n'aurait pensé que des Hyliens en auraient été capable. Lorsqu'elle arriva, elle fut rassurée de voir que personne n'était à proximité. Elle se téléporta rapidement vers l'extérieur du château, afin d'éviter tous soupçons. Elle devait désormais se camoufler afin de localiser sa cible. Elle se déguisa en une hylienne, et commença à quadriller la ville.
 Elle visita tous les coins de la ville, parla à tous les habitants, fouilla tous les bâtiments. Aucune trace de ce personnage. La jeune femme originaire d'un petit village dans le monde du crépuscule n'était pas habituée à une telle taille de cité. Les hauts bâtiments se penchaient sur la route, oppressant quelconque voyageur. Il y avait parfois des petits couloirs libres sur côtés de quelques riches immeubles de pierre, mais ils étaient tellement étroits qu'elle ne pourrait s'allonger sur la largeur. Les immeubles étaient d'un blanc vif contrastant avec les sombres poteaux de bois qui séparaient ces plaques blanches, et une telle clarté la rendait mal à l'aise, autant que toutes les personnes qui semblaient regarder tous ses faits et gestes. Elle ne comprenait pas pourquoi les hyliens s'obstinaient à se serrer dans de telles villes alors qu'ils avaient beaucoup de place. Les Twilis en avaient pas beaucoup, et il était logique que l'on cherche à entasser beaucoup de personnes au même endroit, et que avoir de la place signifiait de la richesse, les hyliens qui avaient de la place eux aussi considéraient qu'être opulent était synonyme d'avoir de la place pour vivre, fait que Swarda ne comprenait pas. Tout le monde ne se connaissait pas ici, et elle avait du mal à le comprendre, mais surtout cela ne la facilitait pas dans sa tâche. Elle ne comptait plus que sur un miracle.
 Soudain, elle sentit de la magie Twilie. Alertée, elle se concentrait afin de pouvoir trouver l'origine de cette puissance, et qu'est-ce qu'elle faisait. C'était sûrement la marque du personnage qu'il cherchait. L'utilisation de magie Twili était très rare à Pzia, et signalait la présence pour sur d'un des siens dans les environs. C'était une magie de téléportation. Très simple, utilisée normalement pour un objet. Mais le lien créé était étrangement grand. Il allait des souterrains du château de Yohlval à l'extérieur dans la plaine. Étrange lien. Swarda n'avait plus de temps à perdre. Dans un coin de rue, tout de même fréquenté, elle abandonna son déguisement, à la surprise des quelques témoins, et sans un mot se téléporta. Lorsqu'elle arriva, elle vit au sol un jeune homme correspondant à sa description qui avait été fournie par le commanditaire de la mission de Swarda. Mais de différent il avait des yeux d'un rouge profond, des mèches rousses, mais surtout sa peau, de couleur noire. C'était sans conteste sa cible, mais devant se trouvait un autre homme, étrangement ressemblant à la description de la cible, mais qui n'était pas semi-twili.


"Squibbo, vous êtes à nouveau arrêté pour évasion." déclara le jeune homme debout. "T'es stupide ou tu le fais exprès ? Tu n'as pas pu trouver meilleur endroit où te téléporter que juste devant moi ? Et, madame je présume, qui êtes-vous ? Attention, ce criminel est très dangereux, je vous recommande de vous éloigner de lui."

 Swarda savait quoi faire. Ce jeune homme serait son premier obstacle dans ce monde. Autant se servir de lui afin d'estimer la puissance des personnes ici. Elle s'interposa entre lui et sa cible et dit au personnage :

"Ne touchez pas à Aureyd. Je me nomme Swarda, et vous ne me gênez pas.
- Comment ça, je ne vous gêne pas ? Ne me sous-estimez pas, nombreux sont ceux à avoir péri après cette fatale erreur.
- Oh, vous êtes peut-être valeureux, mais jamais autant que moi !"

 Après cette joute morale, traditionnelle chez les Twilis et à quoi le jeune homme avait adhéré, Swarda envoya une décharge d'énergie afin d'éloigner son ennemi le plus loin d'Aureyd. C'était une précaution afin d'éviter que, si son adversaire est déloyal, il prenne en otage le pauvre hylien allongé sur le sol. Swarda se rapprocha ensuite de son adversaire afin de lui faire face. Il ne devait pas s'attendre à une telle rencontre, et avait tout juste réussi à brandir son épée comme elle envoyait une boule de magie. Il la repoussa vers son envoyeur, lui causant de conséquents dommages.
 L'adversaire de cette dernière commençait à reprendre l'avantage. Il avait réussi à se relever et lui assénait coup sur coup, la forçant à parer les attaques plus que de contrer l'avancée. L'adversaire était coriace, elle l'avait véritablement sous-estimé, mais il lui en fallait plus pour l'impressionner. Comme l'épéiste ne s'arrêtait pas d'attaquer, fort de son avantage, elle décida de reculée plus violemment vers l'arrière, de façon à couper son élan. Cela marcha, et Swarda eut le temps de rapidement improviser une épée grâce à sa magie afin de riposter contre son adversaire qui fonçait sur elle. Elle réussit à entraver la progression de la lame ennemie de justesse, et avec sa main de libre toucha l'épéiste. Elle déposait ainsi un sort à retardement. Si elle était en désavantage, elle aurait ce coup fourré dans sa poche. Les adversaires s'éloignèrent pour reprendre des forces.


"Je n'espérais pas une telle puissance de ta part. Tu mérites de connaître mon nom avant ton humiliante défaite. Je me nomme Deerae.
- Tu parles trop vite. Je suis loin d'avoir dis mon dernier mot."

Après ce court échange, Swarda chargea sur Deerae, son adversaire. Mais il était loin d'être épuisé, et il brandit son bouclier qu'il venait de sortir. Avec cette protection supplémentaire, il allait être beaucoup plus dur de l'atteindre. Il fallait donc opter pour une nouvelle stratégie. Pendant qu'elle pensait à une nouvelle façon d'atteindre son adversaire, celui-ci répliqua en lui assénant un coup de son épée dans le torse. Il ne l'avait pas raté, elle avait bien mal. Mais comme un deuxième comp arrivait, elle activa son sort, l'envoyant vers l'arrière. Mais les chances de réussite étaient moindres. Désormais, l'ennemi avait l'avantage. Il fallait trouver quelque chose d'exceptionnel ou c'en serait fini d'elle.
 Mais elle ne croyait pas à de la chance, mais celle-ci arriva. Elle était sur ses gardes, prête à attaquer le moindre ennemi qui viendrait, de n'importe quelle position. Elle vit quelqu'un. Pensant que c'était Deerae, elle fonça sur lui, mais elle s'arrêta en cours de route, juste comme elle allait l'atteindre. Ce n'était pas Deerae. C'était Squibbo. Elle fut tant surpris qu'il dut parer l'attaque de leur ennemi. Désormais, la bataille irait en leur faveur. Ce fut Squibbo qui fonça en premier, et s'enchaîna un combat impressionnant à regarder. Les deux combattants redoublaient de force et de vivacité à chaque coups déjà assénés sans répit et à chaque pied qu'un des adversaires prenait à son ennemi, ils rappliquait plus fortement. Swarda ne savait pas comment aider son allié, tant lui et son adversaire se mêlaient. Elle finit par opter pour des techniques de soutien, tentant d'augmenter les forces de sa cible grâce aux rares sorts de cette catégorie qu'elle connaissait. Finalement, si Squibbo ne s'était pas relevé, Swarda aurait été vaincue, Deerae étant tout de même un ennemi très puissant. Elle avait remarqué qu'il possédait un étrange gantelet, particulièrement gros, elle s'attendait à ce qu'il cache une autre arme.
 Lorsque enfin les parties commencèrent à s'épuiser, Squibbo commençait à prendre l'avantage. Il avait réussi à asséner un coup sur le bras droit de son adversaire, le désarmant à l'occasion. Mais comme il voyait le combat gagner, il reçut un puissant coup sur son ventre. Il recula de quelques pas, donnant l'occasion à Deerae de reprendre son épée, et à Swarda de finalement découvrir ce qu'avait caché l'épéiste dans son gantelet. C'était des griffes d'acier, quatre lames sorties du bijou de technologie qu'était ce mécanisme, comparé avec ce que Swarda avait vu de l'avancement hylien, réellement faible. La création d'un tel mécanisme était complexe, et nécessitait une certaine maîtrise de la mécanique, l'objet était sans aucun doute pas de facture hylienne. Il avait été utilisé au dernier moment, mais l'effet de surprise ne durerait pas longtemps. Déjà, Squibbo semblait improviser des tactiques contre ce second danger. Mais afin de l'utiliser correctement, il avait dû lâcher son bouclier afin de ne pas s'encombrer de trop. Cela réduisait les possibilités pour lui de se défendre. Swarda aussi cherchait un plan afin d'aider son allié. Ainsi, plus vulnérable, Deerae risquait d'avoir un comportement plus agressif, cherchant à attaquer afin d'éviter les répliques. Il fallait donc jouer défensif, et stratégique. Squibbo devait se barricader afin d'encaisser mieux les coups, évitant du même coup quelque fatale blessure. Mais s'ils avaient la vivacité, il faudrait jouer de même agressif afin de forcer une barricade devant, ce qui sera plus dur pour l'ennemi.
 Alors que Swarda cherchait la stratégie parfaite, Deerae fit ce à quoi personne ne s'attendait. Il rétracta ses griffes et reprit son bouclier. Cette stratégie était intelligente. En effet, désormais Squibbo ne pouvait pas deviner quand seraient réutilisés les griffes. Cela permettait à leur adversaire de bénéficier de l'effet de surprise, et ainsi forcer une stratégie moins agressive de son adversaire. Un coup de génie. Mais comme Squibbo devenait plus défensif, le combat bougeait moins. Cela ne voulait qu'une chose pour Swarda. Elle se mit à l'arrière de Deerae et lui envoya une boule d'énergie. Celui-ci fut frappé de plein fouet par l'attaque, et devait désormais attaquer sur deux fronts, ce qui signifiait la mort pour tout combattant seul. Ce qu'il décida alors étonna encore ses deux adversaires. Il planta son épée dans le sol, et dit :


"Je reconnais avoir été vaincu. Je vous laisse décider de mon châtiment, comme le veut la tradition."

Swarda ne comprenait pas. Chez les Twilis, se rendre est synonyme de lâcheté. Alors pourquoi se rendait-il ? Serait-il un traître ? Elle ne voyait que cela, mais pourtant ce n’était pas le cas, comme Squibbo ne semblait pas étonné. Il semblait même heureux. C’était très étrange. Chez les Twilis, si un combattant abandonnait, tous étaient choqués et immédiatement on le tuait, en prenant bien gare à le faire souffrir. Or, ça ne dérangeait pas Squibbo. Il s’approcha de Deerae, lui posa la main sur l’épaule, et dit :

"Pourquoi es-tu là?
- Je crois que tu ne croira jamais à mon histoire.
- Dis-la tout de même.
- C’est l’impératrice Mirada qui m’a envoyé là, elle m’a demandé de monter la garde autour de la ville. Alors que je protestais, comme c’est un travail fait uniquement par les plus jeunes recrues, quand on en a besoin, elle m’a dit que j’allais y faire une rencontre unique. Je crois qu’elle avait raison.
- Comment ça ! Elle m’a trahie ! Elle a fait en sorte que je m’échappe de la prison, et elle t’envoie me récupérer !"

 La situation était intéressante. Les deux hommes semblaient se connaître, et même en vérité Swarda en avait l’impression, ils devaient avoir une assez forte complicité. Et pourtant, ils se sont combattus comme si leur vie en dépendait. Mais cela expliquerait aussi l’étrange reddition de Deerae, ne souhaitant ainsi plutôt que de sauver sa peau, éviter de gaspiller ses ressources. Mais si les deux s’étaient rencontrés ici grâce à cette Mirada, de qui elle n’avait jamais entendu parler, c’est qu’elle avait un plant pour eux deux. Elle ne connaissait pas trop l’état du monde à ce point dans le temps, mais elle avait entendu parler d’une guerre civile. Peut-être cela avait un lien ? En tout cas, elle se devait de le pointer, car c’est sûrement l’une des clefs pour résoudre ce problème, car l’impératrice n’aurait sûrement jamais fait s’échapper un prisonnier pour qu’on le capture, cela n’aurait aucun sens, sachant que d’après les dires de Deerae, il avait protesté.

"Peut-être qu’il y a méprise, et que cette Mirada ne souhaitait que vous amener tous deux vers un autre but, quel qu’il soit. Enfin, je ne m’y connais pas assez dans les politiques de ce monde pour le dire, ce n’est que mon point de vue.
- C’est peut-être vrai, mais je n’y crois pas trop." répondit Squibbo "Je commence à connaître Elmon avec le temps, et ce ne serait pas dur pour lui de me faire passer pour quelqu’un d’ignoble rien que pour justifier sa cause.
- En effet, je n’avais pas vu les choses sous cet angle.
- Je crois avoir compris la manœuvre de Mirada." dit soudainement Deerae "Squibbo, je t’accompagnes pour rejoindre la Princesse Zelda IV, tu peux m’enchaîner et m’emprisonner de toutes les façons possibles, je les comprendrais, mais saches que je comprends maintenant que je n’ai aucune raison de te trahir."



 Premier extrait de combat, ma foi, j'en suis bien content ! J'ai essayé de bien décrire l'action, ce n'est pas facile pour moi qui ne connait pas très bien les arts de l'épée et qui n'a pas fait de résumés des pouvoirs de Swarda..., et je trouve que je me suis bien débrouillé. Pour le nom de Swarda, honnêtement, au début c'était Eswarda mais j'ai enlevé le E comme ça ressemblait beaucoup trop à Eddwalda ^^
 D'ailleurs, je vois les premiers signes qui indiquent que la fic est trop vielle, j'ai honte de ce que j'ai écrit dans les premiers chapitres (réellement les 5 et 6, qui étaient véritablement mauvais). Ce qui est écrit est véritablement irréaliste, et trop court, mais quand on voit que ça a bientôt un an (déjà), ça en explique beaucoup ^^
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le mercredi 30 mai 2018, 10:05:15
Chapitre 13 : Taillé dans la Pierre

 Les hautes murailles de la cité de Gor’Dinn ont été construites il y a des temps immémoriaux, mais n’ont jamais montré signe de faiblesse. Largement construite à-même la montagne, certaines de ses portions ont du être créées à base de rien. C’est dans ces recoins qu’on trouve les trois portes de la cité, où passait un trafic incessant. La cité de Gor’Dinn connaissait depuis quelques décennies une augmentation astronomique de la population, et très vite la cité intérieure n’est plus suffisante pour la population en croissance inexorable. En à peine trente ans, la population avait doublée, celle-ci étant déjà élevée avant ce point, et bientôt triplera, et de nombreux faubourgs commencent à se développer, comme la demande de nourriture, qui a causé des famines uniques dans le pays. Cela a poussé au commerce, qui a rendu encore plus encombrée la ville, dans laquelle il était déjà dur de naviguer.
 Zelda et ses compagnons se dirigèrent vers la porte la plus proche d’eux, nommée comme prévisible "Porte de Gor’Aduerbon". Un petit faubourg s’était récemment construit devant les portes, par manque de place du côté des autres portes, et malgré le fait que ses premiers habitants devaient y vivre depuis seulement cinq ans, sa taille était déjà supérieure à la ville que la compagnie venait de quitter et à beaucoup de villages et petites villes dans le monde connu. Ils traversèrent donc le faubourg, puis ensuite la monumentale porte.
 La cité de Gor'Dinn était impressionnante. La cité était toute constituée d'une pierre de couleur ocre, mais de nombreuses autres couleurs s'y mêlaient, avec les nombreuses échoppes de marchands. Elles étaient généralement constituées de deux poteaux et d'un drap brodé tendu avec une maison voisine, souvent taillée dans la pierre même au niveau des rues. Ces maisons avaient toutes d'autres empilées au-dessus, ce qui permettait d'augmenter la densité de population dans la ville. Aucun bâtiment dans la ville n'avait pas d'étages, et il y en avait souvent au moins deux, dépendant de la surface au sol. D'étroits escaliers se trouvaient un peu partout et permettaient d'accéder aux étages, et parfois même on trouvait plusieurs escaliers, trahissant le manque cruel d'organisation dans cette ville développée organiquement. Les rues étaient bondées à toutes heures, même durant la nuit. Il était dur de voyager à l'intérieur de la ville déjà cosmopolite. Si les gorons, majoritaires dans leur cité, savaient que d'autres races n'étaient pas aussi résistants qu'eux, souvent des accidents se produisaient, causés par un hylien, souvent, écrasé entre deux gorons. Le chef, face à ces cas toujours plus nombreux a créé un groupe de personnes qui devaient juger et exiler les malfaiteurs, ou selon la gravité les expulser de la ville. Chaque jours ils recevaient plusieurs dossiers.
 Au centre de la ville se trouvait un bâtiment singulier tout comme il était imposant. C'était une petite caverne, qui s'élevait seule dans la cité, sans même avoir quelque bâtiment à l'étage, mais au-dessus se trouvait une monumentale statue traditionnelle de goron. C'était la caverne du chef, dernier vestige dans la cité de la vie goronne traditionnelle. La caverne devait autrefois être inscrite dans une falaise mais désormais son revêtement avait totalement disparu. Il était facile d'imaginer l'ancienne position de la falaise grâce aux composants des bâtiments dans la ville : en face de l'entrée tout était constitué de briques de pierre, derrière l'entrée tout était taillé dans la roche, avec même des maisons avec des styles mixés. C'était dans ce bâtiment que Zelda pénétra, accompagnée par ses compagnons de route.
 L'intérieur de la caverne du chef était chaleureux et joliment décoré. Rien qu'en entrant dans le bâtiment, Zelda n'entendait plus le bruit incessant de l'extérieur, seulement le crépitement du feu sur les torches de bois et de pierre qui ne semblaient jamais pouvoir s'éteindre, comme s'ils étaient supportés par quelque magie, sûrement celle du sage du feu, traditionnellement le chef goron ou l'un de ses proches. Rapidement, les trois compagnons devaient s'engager sur un long escalier qui s'enfonçait dans les profondeurs de la terre. Plus ils avançaient, plus la chaleur étouffante de l'extérieur se transformait en quelque chose de doux et agréable comme la chaleur produite par les torches remplaçait la chaleur produite par le volcan en constante activité.
 Lorsque enfin l'escalier était terminé, ils atteignirent une longue salle décoré de figures mythologiques. On y voyait de nombreuses représentations de Din comme, avec ses deux sœurs elle créait le monde, elle descendait sur terre pour la Dek'bala An'jota, mais aussi des épisodes appartenant plus à l'histoire générale, comme la légende d'Hylia, la Grande Guerre d'Hyrule, ainsi que des épisodes purement mythologiques, comme l'éveil du Sage Darunia, duquel tous les chefs gorons seraient descendus, ou alors le mythe de Biggoron. La grande salle montrait toute les capacités des gorons en sculpture, une pratique millénaire toujours d'actualité, et était colorée de multiples couleurs, ce qui montrait la richesse des gorons. La salle se finit sur un mur où des signes avaient été peints pratique goronne courante afin de chasser les mauvais esprits. Sur led deux côtés il y avait des ouvertures étroites. Zelda traversa celle de droite, comme le veut la bonne mesure, et cela déboucha sur un court couloir qui menait à une porte.
 Cette porte ne ressemblait à ce qu'on avait l'habitude de voir chez les hyliens. C'était une lourde pierre taillée de façon circulaire avec des signes peints en rouge encore une fois. Pour ouvrir, il fallait avoir bien de la force, et c'était déjà une façon d'empêcher des espions d'arriver. Gb8, bénéficiant de sa force naturelle, s'occupa d'ouvrir la porte. Il y avait derrière deux gardes, qui leur demandèrent de s'identifier, ce que les trois compagnons firent sans attendre. Les deux gardes, convaincus, les laissèrent passer. La salle dans laquelle ils venaient d'entrer comportait trois portes, dont deux du côté où ils étaient entrés. D'après la configuration de la salle, il était facile de deviner que les portes marchaient par deux. On voyait la pierre qu'ils venaient de pousser bloquant une autre porte, et à côté de la troisième porte se trouvait un trou vide, devant sûrement accueillir la pierre de la porte lorsqu'elle est ouverte. Un des gardes referma la porte qu'ils avaient ouvert, découvrant un autre passage, mais celui-ci les interdit de l'emprunter. Il ne restait plus que la troisième porte, que Gb8 ouvrit.
 Ils arrivèrent dans la salle du chef. Il était assis sur un petit siège et discutait avec deux autres personnes agenouillées devant lui. Zelda prit l'initiative de faire de même, et les deux autres la suivirent. Il fallait être habile, comme le chef, Gar'Galunda, avait une politique très pacifique en ce temps d'instabilité. Il voulait à tout prix éviter de se mêler aux événements de son voisin, de peur que cela déstabilise son pays. À la différence des Zoras qui adoptent la même position pacifique, ils entâment aussi une politique de réarmement et ont des possessions sur des terres menacées par les parties du combat. Si les gérudos attaquent le Royaume de la Vallée Gérudo, ils mertent en danger leurs nombreuses mines qui y sont installées. C'est probablement pour ça que Gar'Galunda se créé une armée capable, comme il flaire l'attaque prochaine des gérudos.
 Zelda était tendue. Elle n'avait pas encore rencontré le goron, et ne savait pas comment s'y prendre afin de convaincre quelqu'un avec des idées opposées aux siennes. Elle n'avait encore jamais parlé avec quelqu'un qui n'était pas d'accord avec elle, tous soit compatissaient et essayaient de l'aider sans trop se mettre en froid avec son adversaire, comme le Roi Zora, soit voulaient l'aider à sa tâche, comme Xanto01 par exemple. Mais personne ne l'avait contredit dans son combat. Des idées ont oui été remises en question, voire totalement contredites, mais jamais son idéologie. Les deux gorons se levèrent soudainement, et sortirent de la salle, puis le chef parla :


"Dame Zelda. Je suis bien heureux de vous accueillir ici dans mon pays. Je suis navré de vous avoir fait attendre, mais le cas que je devais traîter était urgent, j'espère que vous comprenez."

 Du coin de l'œil, Zelda vit Gb8 désapprouver les dires du chef goron. La rencontre politique commençait bien. Elle prit donc la parole, feignant ne pas avoir vu son ami goron.

"Je sais très bien à quel point les affaires intérieures sont importantes lors de la gestion d'un pays. Ainsi, je comprends pourquoi vous avez fait de la politique intérieure une priorité par rapport à ma personne. Si vous étiez venus me rencontrer, peut-être que j'aurais fait de même."

Le chef goron semblait satisfait après cette réponse. Si Zelda s'était mal débrouillée et s'était mit en conflit avec Gar'Galunda, jamais elle n'aurait réussi sa manœuvre.

"Je vous remercie sincèrement pour cette attention dont vous avez fait preuve à mon égard. Je vois déjà quelle est la raison de votre visite, et sachez que en aucun cas je souhaite prende part dans une guerre, à vos côtés ou non.
- Très bien, je connaissais déjà votre point de vue sur la situation. L'empire de Pzia est en une situation de terreur et d'instabilité. D'après mes sources, des villages sont attaqués chaque semaine afin, notamment, de me retrouver. Les minorité ethniques connaissent aussi une persécution importante. Les Tergellen sont par exemple forcés d'abandonner leur culte en faveur de celui d'Hylia, de nombreux temples en Alcarie ont été pillés et le peuple Ordolien connait des exécutions en masse, dis-je sans parler d'autres minorités."

Zelda avait stratégiquement décidé de parler des peuples adorant Din. En vérité, beaucoup de cultes ont pour obligation d'être abandonnés un peu partout dans le royaume, mais comme Gar'Galunda se présente comme défenseur de Din, des peuples frères réprimés pour leur culte pourrait le convaincre pour rejoindre sa cause. Seul le culte de Nayru, pourtant l'un des moins puissants en Pzia, n'est pas réprimé. C'était étrange.

"Tout cela est bien malheureux. Des peuples frères n'ont donc plus la possibilité d'adorer la grande Din... Je souhaiterais de tout mon cœur les défendre mais la vie de mon.peuple pourrait être en jeu. Si Gor'Dinn est autant peuplée, c'est avec aucun doute parce que nous avons mené une politique pacifique ! Si on envoyait notre peuple au combat, qui sera au mines ? Qui empêchera la famine, ombre qui plane déjà sur nous ?
- Vous ne pouvez pas non plus oublier l'état de la vallée gérudo. Ils sont constamment menacés par les gérudos, et pensez-vous alors que de ne pas les protéger empêchera la famine ? Moi, je ne pense pas.
- Ce fait, comme je l'ai déjà dit à votre ami goron ici présent, est un problème majeur. Je ne peux pas.me permettre d'envoyer des soldats là-bas sur place, ce sera prit comme une déclaration de guerre de la part de l'Empire de Pzia, mais ce problème de sécurité me turlupine depuis assez longtemps, je dois l'avouer. En tout cas, s'il y a une attaque, nous attaquerons de même. Avez-vous quoi que ce soit d'autre à me demander ?
- Non, rien.
- Je vous remercie pour votre déplacement. J'espère vous voir en pleine santé la prochaine fois. Au revoir."

Mais la porte s'ouvre tout d'un coup, laissant paraître un goron essoufflé. Gar'Galunda se lève subitement, et lui demande ce qu'il se passe. Voir arriver ainsi un goron essoufflé est quand même très étrange, il a dû faire un exercice de la plus grand intensité, connaissant l'habituelle résistance physique de cette race. Les gorons lorsqu'ils sont essoufflés n'agissent pas comme les Hyliens, Zelda en avait entendu parler mais ne l'avait jamais vu tant cet état était rare. En général, ils ont tendance à rentrer en hyperventilation et leur carapace qui leur sert parfois de peau se dilate, grandissant légèrement la personne. Ces symptômes se déclaraient sur le goron devant elle. Il soufflait très bruyamment et fortement comme elle sentait un petit courant d'air caresser sa peau, et la carapace du goron était étrangement foncée, résultat du mélange créé par l'œil entre l'orange de la carapace et ne rouge foncé plus... profond. Zelda était légèrement mal à l'aise rien que d'y penser. Cela permettait de mieux refroidir le corps, mais aussi l'exposait à certains dangers. Mais les dangers seraient plus grands en cas de surchauffe.

"J'ai roulé du plus vite que j'ai pû... C'était un voyage d'environ une heure depuis la Vallée Gérudo... Nous sommes attaqués par Narudorf... Il faut absolument que vous envoyez rapidement l'armée... Puis-je me reposer... ?
- Oui, bien sûr, allez-y, je vous remercie pour votre dévouement. Dame Zelda. Je présume que par la force des choses, nous allons devoir faire front commun. Certains de mes agents ont révélé que l'armée de Elmon se trouve au nord près des Zoras, sûrement car ils ont découvert votre Quartier Général. Comme j'ai entendu dire que vous êtes venus par le Chemin des Processions, je présume que vous étiez vraiment là, et connaissant la gentillesse du Roi Eromea Le Bon, tout devient clair. Je ne sais par contre pas comment faire pour ne pas me mettre en froid avec Elmon.
- La question est difficile. Hum... Puis-je vous demander si vous avez une carte ici ? Je trouverais cela plus simple de travailler avec une.
- Bien sûr ! Attendez juste un peu."

Gar'Galunda appela ses gardes pour qu'ils puissent aller chercher une carte. La situation avait finalement tourné en la faveur de Zelda. Le Goron acceptait de prendre les armes. Mais elle n'avait pas de combattants, tous étaient au Domaine Zora et il était impossible de les prévenir à temps. Il fallait qu'elle vienne au Royaume de la Vallée Gérudo afin de convaincre Aleph Ud Loyahl, son roi, que Elmon était un mauvais empereur. L'armée de l'empereur était situé devant le Domaine. C'était étonnant que Elmon ait découvert aussi tôt, mais, en y repensant, le Domaine Zora est une destination idéale pour les rois d'Hyrule, comme ils ont de loin les plus solides relations. Mais le fait qu'il y ait posté son armée est beaucoup plus inquiétant. S'apprête-t-il à attaquer les Zoras ? Même si cela permetterait d'ajouter un allié actif dans son combat, elle ne pouvait s'empêcher de penser aux dégâts que pourrait faire l'attaque surprise, aussi bien dans ses rangs que chez les civils. Un garde ouvrit la porte.

"Ah, voilà tout. Vous avez même pensé aux pions, je vous remercie ! Bref, mettons ça en place."

Xanto01 et Zelda tendirent la grande carte, et Gar'Galunda mit les pions selon les armées en jeu. Au Domaine Zora il y en avait trois. Deux représentant l'armée de Zelda et celle des Zoras, et un représentant l'armée de Elmon. Chez les Gorons il y en avait une, représentant l'armée goronne, et à la vallée Gérudo, il y en avait deux, représentant l'armée de Narudorf et l'armée du petit royaume.

"Je ne connais pas le positions d'autres armées, nous avons un facteur de chance, comme toute l'armée de Pzia n'était pas chez les Zoras, et Narudorf n'a certainement pas placé toute son armée sur la Vallée. De plus, je ne connais pas les positions de vos soldats autre part ni des Zoras.
- Pour les Zoras, je ne sais pas, mais pour moi, le gros de mes homme se situe au domaine." Zelda prit un autre pion "Mais j'ai tout de même une petite force en Firone. Non qu'elle soit importante comme je ne peux pas communiquer.
- Bien. D'autres informations ?
- Non, je ne sais rien d'autre.
- Je connais certaines positions de part mes missions d'espionnage." déclara soudainement Xanto01 "L'empire a créé une base militaire au pied des Pics Blancs." Elle prit un pion et le plaça vers l'endroit où elle avait vue la base.
- C'est tout ?" demanda Gar'Galunda
- En effet.
- Bien, réfléchissons. "

 La chose semblait facile, mais l'opération devait être la plus rapide possible, tout en empêchant à tout prix à Elmon d'intervenir. La raison en était simple, Zelda souhaitait gagner le respect de Aleph Ud Loyahl et le faire se rebeller et donc rejoindre ses rangs. Mais aussi il fallait éviter que Gar'Galunda semble être aux commandes de la situation, car sinon l'opération n'aura servit à rien au niveau politique. Zelda n'avait pas d'armée avec elle, et si elle décidait de convoquer la sienne, elle ferait une défaveur au Roi Zora comme elle le mettrait dans une situation délicate, attaqué par Elmon. Même si lui aussi dans sa politique pacifiste il s'est réarmé, il n'empêche que l'aide de ses soldats serait bienvenue. 

"À mon avis, le plus simple serait d’emprunter ce chemin" dit Xanto01 en traçant une route de son doigt.
- Mademoiselle, non, cette route est impossible !" répondit immédiatement Gar’Galunda "Voyez, nous passerions devant la citadelle d’Hyrule, ils croiront à une attaque ! Réfléchissez avant de parler comme cela.
- En fait, l'idée de Xanto01 n'est pas totalement stupide." intervint Gb8 "Nous pouvons utiliser les collines afin d'accélérer notre avancée. Il suffit juste de changer légèrement son chemin comme ceci afin de ne pas passer à proximité de Yohlval et nous aurons ce chemin, à mon avis très profitable sur tous les plans.
- Hmm... Je vais y réfléchir. Il doit être déjà le soir, je pense que vous souhaitez dîner. Souhaitez-vous m'accompagner ?
- Pour sur, nous sommes honorés par cette invitation." répondit formellement Zelda.

 Gar'Galunda les emmena vers une salle où était dressée une table basse, entourée de coussins. La table était grande, constituée de pierre brute, sûrement taillée à même la roche, comme le reste du bâtiment. La salle était entourée de quatre statues de goron, et des torches étaient placées aux quatre coins de la pièce, ouverte sur deux entailles qui donnaient sur un couloir périphérique. Installés, les invités, comme le veut la tradition, furent quittés par leur hôte afin qu'il serve lui-même le premier repas. Xanto01 se pencha vers Zelda et dit :


"Pourquoi n'avez-vous pas parlé de votre force au Sud de Yohlval ?
- Afin d'éviter que, s'il nous trahit, il révèle les positions de cette force.
- Je vois.
- C'est elle que tu as voulu récupérer ?
- En effet.
- On ne peut se permettre de la faire quitter son poste. C'était une mauvaise idée.
- Très bien. Vous pensez qu'on arrivera à temps ?
- Tu sais, les gorons vont vite en roulant." répondit Gb8 "Ma seule inquiétude est pour vous deux, comment vous allez faire pour y aller aussi vite que nous ? Je ne vois que le cheval, mais est-ce qu'il y en a a ici ?
- Il y a des commerçants, on va bien en trouver !" répondit tranquillement Zelda.
- J'espère juste qu'on ne va pas arriver trop tard." repris Xanto01 "Que l'attaque ne sera pas terminée d'ici-là.
- Oh, tu t'inquiètes pour une fois aux citoyens ?" la taquina Zelda
- Non, je veux juste me battre, ça fait longtemps que je ne me suis pas entraînée.
- Ah, tu me faisais peur !"
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le dimanche 03 juin 2018, 09:22:15
Chapitre 14 : Hommes du Crépuscule

 La plaine de Pzia était grande, infinie. Un vent froid du Nord caressait constamment les nombreux passants, leur donnant une sensation de fraîcheur d'autant plus importante que s'il n'était pas là. La plaine de Pzia était toujours fraîche, en toute période. Les rayons de soleil n'étaient pas aussi importants que dans d'autres régions du sud et ainsi ne réchauffaient que peu cette vallée. Même en été, la chaleur n'était que peu présente.
 Les murs de la cité de Yohlval étaient hauts et épais. Ils tenaient du chef-d'œuvre architectural plus que des simples murailles trouvées dans d'autres villes. De longs drapeaux verts flottaient des hauts des murailles, comme si le vent souhaitait les faire s'échapper de la ville. Au loin, un large brasier. Les agents de l'empereur Elmon doivent avoir éliminé une ville qui avait déclaré rébellion... Encore une... Deerae se demandait si ce n'était pas trop faire, si Elmon n'était pas en train de se transformer en un tyran, s'il ne perd pas de vue l'objectif qui l'avait tant charmé, et qui l'avait fait rejoindre ses rangs... Il espérait que non.
Mais Deerae était désormais en position forte, malgré sa défaite. Il venait de faire un coup de maître. En s'offrant comme esclave, il pourrait rejoindre Zelda sans difficulté. Mais là où il s'est bien débrouillé, c'est qu'il savait que Squibbo le connaissait bien. Il savait que s'il refuserait, Deerae le suivrait. En mettant le doute et l'indécision dans la tête de l'épéiste, il s'assurait de se faire emporter vers la Princesse Zelda IV, comme il se rendra compte que emporter Deerae avec lui sera la solution la plus sûre. Il avait gagné le jeu.


"Tu ne viendras pas avec nous." dit Squibbo "Tu crois que je vais te remettre Dame Zelda comme ça. Non ?"

Deerae n'avait pas prévu ça. Squibbo serait stupide ? Il n'a pas compris sa position d'infériorité par rapport au problème ? Qu'il ne voulait pas tourner la situation à son avantage ? Deerae ne comprenait rien. Son plan était pourtant parfait ! Il était trop complexe pour que son adversaire le comprenne ? Ou alors comprenait-il que Deerae serait pas en véritable avantage s'il refusait...

"M'enfin. Suis-nous si tu veux, ça je ne peux pas t'en empêcher. Saches que tu n'es pas le bienvenu."

 Il fit signe à sa compagne et se dirigea vers me Sud. Zelda était au Sud ? Il avait bien dit qu'elle n'était pas chez les Zoras ! Deerae avait donc raison ! Il les suivit donc. Swarda regarda derrière son épaule et, en soupirant, dit quelque chose à Squibbo. Il répondit en haussant les épaules. Elle devait sûrement l'informer qu'ils étaient suivis.
 Ils allèrent loin. Souvent, Swarda se retournait pour s'assurer que Deerae les suivaient toujours. Il se demandait qui elle était réellement, et de quelle race elle était. Cette grande forme sombre tâchée de blanc avec des yeux d'un rouge perçant s'accordant avec sa chevelure ressemblait à s'y méprendre à un Twili. Est-ce qu'elle en était une ? La rumeur disant que Squibbo était un ressortissant Twili était-elle vraie ? Deerae n'était pas sûr. Si la forme hybride qu'avait Squibbo servait à convaincre tous, il n'en restait pas certain. Il n'avait pas changé de taille mais de couleur de peau, si. Ses yeux étaient devenus rouges et la moitié de sa face était devenue noire et blanche. En vérité, c'est toute sa partie gauche qui s'était changée, dévoilant le point duquel il était le plus exposé. Ses cheveux avaient pris une tendance rousse, mais sa couleur châtain naturelle restait prédominante. Mais Deerae avait eu la chance un jour de rencontrer un semi-twili, et il ne ressemblait absolument pas à ça.
 C'était pendant l'une de ses premières missions sous Elmon, il était allé dans les Terres du Nord. Situées plus au nord que le Domaine Zora, il avait décidé d'annexer l'énorme état vassal présent dans la zone. C'étaient de grandes plaines, dont on ne connaissait pas toutes les montagnes, où vivaient de nombreux peuples, sédentaires comme nomades. Il devait aller voir le peuple de Ürmanda, un peuple nomade proche du sud de la contrée, reliée à Pzia par une étroite vallée, afin de leur donner les nouvelles de ce qui c'est passé à la capitale, mais aussi de procurer une liste des peuples se trouvant dans leur zone, et finalement kidnapper un enfant, tout en faisant passer cela pour une mort, afin de le rapporter au trône afin d'assurer au royaume qu'il avait une descendance. Cela a marché afin de le légitimer, mais l'enfant mourût quelques années après, sûrement alors que Elmon était cible d'un assassinat. Celui-ci avait été dévasté par la mort de son fils mais a utilisé le drame afin de monter le peuple contre Zelda IV, qui, selon Deerae, n'était pas étrangère à cette histoire.
 Mais, en revenant à l'histoire, lorsqu'il y était allé, il avait rencontré dans la tribu quelqu'un d'étrange. Une sorte de demi-twili. C'était quelqu'un qui restait souvent au camp, qui s'occupait des chevaux. On lui avait dit que c'était quelqu'un qu'ils avaient rencontré abandonné, seul, donc ils l'avaient recueilli. Il était très différent de ce qu'était Squibbo, il n'avait pas de si nette démarcation entre ses deux... trois races. Il avait de longs cheveux roux, de petits yeux bleus, une peau claire et une très grande taille. Son nez était presque inexistant et sa bouche très fine, des traits en aucun cas hyliens. Il ne se souvenait plus de son nom, mais il se souvient d'avoir un moment considéré l'emporter, mais il s'était résolu de ne pas le faire, la manœuvre aurait été trop voyante.
 Les deux personnes que Deerae suivait s'arrêtèrent tout d'un coup, sur le bord de la route. Que faisaient-ils ? Étaient-ils en train de faire une pause ? Ou montaient-ils le camp ? Le soleil commençait déjà à se coucher. Le ciel prenait des teintes orangées et le soleil rasait déjà les lointaines montagnes du Pic Blanc. Bientôt, il serait coupé par ces monts, et se cachera sous l'horizon pour son repos journalier. Deerae ne savait pas où reposer. Il fallait qu'il soit au courant du moment où les deux routards se réveilleraient afin de les suivre, mais comment ? En ne dormant pas ? En faisant des micro-siestes ? Ces solutions ne le satisfaisait pas. Il préférait de loin avoir un véritable temps de repos, il n'aimait pas désacraliser le sommeil.


"Deerae ?" appela soudain Squibbo. "Puisque tu nous a suivi jusqu'ici, viens !"

Deerae le rejoint donc. Il commençait à se poser des questions. Et si Squibbo n'allait pas voir la princesse Zelda ? Si il l'entraînait dans un piège ? Cela expliquerait à coup sûr son étrange comportement envers lui. Mais alors... Il ne la reverrait pas ? Il devra la chercher jusqu'au bout du monde ? Deerae restait pensif. Il saurait tout en temps voulu.

"Aureyd, pourquoi faites-vous cela ?" dit Swarda, Deerae fronçant les sourcils "Vous voulez donc que la Princesse que vous protégez se fasse enlever ?
- Non, elle ne courra aucun risque avec quelqu'un comme Deerae contre elle !"

 Celui-ci ravala sa salive. Il n'était pas temps de s'énerver. Ils discutèrent pendant longtemps de toutes choses, mais dès que Swarda commençait à parler de Zelda ou de quoi que ce soit concernant la mission de Squibbo, ou celle de Deerae, l'ambiance devenait tendue, jusqu'à que ce dernier lançait un nouveau sujet de discussion.
 Le soleil terminait déjà sa lente descente, peu de rayons filtraient à travers les montagnes à l'ouest. Le bassin de Pzia, aussi nommé à tort bassin d'Hyrule, était une étonnante formation géologique. Entouré de montagnes à l'est, au Nord jusqu'à l'ouest, celles-ci ont toujours été le point de départ des croyances Pziennes. Le culte d'Hylia s'est sûrement, lors de son arrivée, mélangée avec les croyances locales. Il est toujours dit que un monde était un cratère, un bassin entouré de montagnes. D'après le culte des trois déesses local, Din aurait trouvé le monde dans le chaos à son arrivée, l'univers n'avait pas de forme. Elle a donc tout arrangé en un immense bassin, afin que l'eau puisse couler de manière ordonnée, ne pas partir sur les côtés ni rester stagnante. C'est sûrement un lien avec une ancienne entité, ancienne légende. Mais les montagnes au-delà de la forêt de Firone n'ont jamais été découvertes, alors la légende dit que c'est dans les montagnes du Sud où les déesses sont allées après leur création. Mais comme les connaissances de l'environnement s'amélioraient et que le culte des Trois Déesses de de Hylia venait du Désert à l'ouest, il fut dit qu'il existait d'autres bassins, d'autres mondes que les déesses avaient créées, et les petites Vallées en étaient les portes, et la croyance qu'il y avait des montagnes au Sud a été remise en question par la découverte de la mer, il fut dit que les barrières du Sud se sont effondrées, forçant les déesses à créer de nouveaux mondes afin d'éviter que les habitants du Bassin de Pzia rencontrent le chaos qui attendait inévitablement tout curieux qui s'aventuraient au-delà des montagnes, et elles se seraient installées dans l'un de ces bassins, celui de l'ouest avec le désert dans la plupart des versions.
 Le matin et le soir, la présence des montagnes offre un spectacle éblouissant pour quiconque qui n'y est jamais allé, mais même les personnes qui ont vécu dans la région peuvent en reconnaître la beauté, de la même façon que n'importe quel coucher de Soleil ou simple étendue d'eau, calme comme furieuse. On ne voit combien ces paysages sont magnifiques, grandioses, superbes, emplis d'une beauté extrême que lorsque l'on cherche la beauté du monde. La plaine, à ces moments-là semble divisée, ciselée, l'ombre des montagnes s'agrandissant ou se rétractant comme le temps poursuit son inexorable progression, que nul ne peut stopper afin d'admirer la beauté de la scène offerte par Farore pour l'éternité.


"En fait, Swarda, d'où viens-tu ?" demanda Deerae
- Du monde du crépuscule, évidemment !
- C'est une bonne question, Deerae, je souhaiterais bien savoir plus précisément d'où tu viens, Swarda. De ce qu'on en connait, le monde du Crépuscule c'est juste une petite île flottante avec le palais prenant une grande partie de la superficie, mais j'ai entendu dire qu'il est de loin beaucoup plus grand. Tu peux nous donner plus de précisions ?
- Ah, je vois. Je viens de Galangdfern, une petite île en périphérie de la masse principale du monde. On était soumis à une sorte de roi vassal, comme vous diriez, qui régnait depuis ladite masse plus grande. Chez nous, c'était assez pauvre, comme la plupart des villes-îles, et nous devions importer notre nourriture, on n'en produisait pas, on n'avait pas les équipements nécessaires. Mais par contre on faisait beaucoup de vêtements, on avait la chance d'avoir des plantes à tissu qui poussaient chez nous, elles ont tendance à être rares, c'est pourquoi nous Twilis sommes souvent nus. Bref, beaucoup d'entre nous essayaient de faire fortune en vendant des habits aux autorités, des habits de luxe, réellement magnifiques, mais personne ne les achetaient. Les plus riches étaient ceux qui vendaient des habits à des prix bas. Lorsque je pouvais faire des habits, c'est cette technique que j'ai essayé, et ça a marché. Mais, alors que je faisais des habits peu cher, j'ai rencontré quelqu'un qui a changé ma vie.
« Les personnes liées d'une façon ou d'une autre à la famille royale sont toujours respectées, et forment une sorte de noblesse. Ils étaient souvent riches, et celle que j'avais rencontré l'était énormément. Elle se nommait Gwaydd, tu dois en avoir entendu parler. Elle était en effet venue un jour dans notre village, comme elle cherchait de l'habillement de luxe, ce qu'on savait faire. Alors il y avait des personnes qui la harcelait dans tous les sens afin de vendre leurs habits, et après un temps pendant lequel elle s'énervait de plus en plus, tout en contenant sa colère, elle éclata de fureur et, après avoir repoussé toutes les personnes autour d'elle, elle déboula furieusement chez moi, en me demandant de l'héberger contre ce que je voulais. En me voyant tisser un habit, elle dit 'Oh non ! Encore une qui va vouloir me vendre ses habits !', mais, comprenant que les tailleurs l'avait harcelée, je lui répondit 'Vous savez, madame, ici les plus pauvres font et portent des habits pour les riches, et les plus riches, dont je fais partie, font des habits à bas prix.' Elle me demanda confirmation, puis quand je la donna, elle fut plus détendue. Je lui parla donc afin de la calmer,ce qu'elle fit, puis m'annonça avec résolution 'Je vais faire un concours de tissage, et l'habit que je préfère gagne.' Je lui répondit que c'était une bonne idée, et comme mon mari Nexwadd revenait de l'île continentale, je lui demanda immédiatement de répandre la nouvelle.
« Le lendemain matin, tous les tailleurs sans exception étaient rassemblés sur la place publique, attendant l'arrivée de Gwaydd. Elle avait pris beaucoup de temps pour se préparer et elle ne fut pas là avant l'heure de manger le premier repas. Elle était véritablement magnifique, comme la journée précédente. Ses cheveux roux étaient arrangés de façon volumineuse vers l'arrière, assez haute et surtout large avec un chignon à l'extrémité de la coiffure. Le tout était tenu avec deux sortes de bâtons noir fins et courts, et accompagné par de multiples bijoux d'un bleu turquoise très rare. Sa peau était maquillée avec du noir autour des yeux, style commun dans le palais apparemment, et ses habits étaient juste d'un luxe incomparé. Ils étaient verts, accompagnés de motifs rouges et or finement ciselés, des couleurs rares dans nos contrées, et les habits étaient larges, avec plusieurs couches, le tout encore orné de nombreux bijoux de Turquoise, Or et Jade. Elle demanda donc aux tailleurs de commencer à filer leurs habits, après avoir donné ses mesures. Je me souviens que ce fut dur pour moi qui ne travaillais que rarement les habits à ce point, mais j'arrivais à faire quelque chose de beau. Lorsque finalement ce fut l'heure du jugement, elle choisit mon habit comme le meilleur, mais les acheta tous, en disant bien que les capacités de mon village étaient hors normes en matière d'habillement.
« À partir de ce moment-là, de plus en plus de riches venaient chez nous et d'un coin pauvre où on sait tisser des habits, mon village est devenu extrêmement riche, si bien que des nobles s'y établirent. Vous auriez vu comme des personnes toutes habillées de manière plus que faste défilaient à longueur de journée, si bien que beaucoup de personnes allèrent voir le palais, chose rare pour nous, pauvres qu'on était, et on vit que les personnes au palais étaient bien plus sobres que nous. Les habitants attribuèrent ça à la pauvreté, entamant pour la première fois depuis la période du Roi Usurpateur la cohésion du royaume. Moi, à cette époque, j'étais devenue assez pauvre, et les riches commençaient à loucher sur ma maison, comme la place est limitée là-bas. Heureusement, Gwaydd arriva à temps. Elle avait entendu parler dans son cercle de nobles qu'une grande propriété tenue par quelqu'un de peu riche allait être envahie, jusqu'à que la propriétaire, moi, s'en aille ou se fasse tuer. Elle vint donc rapidement me voir et me demanda de préparer mes affaires, car elle m'accueillait dans sa cour. Après m'avoir révélé qu'est-ce qui se passait autour de moi, j'accepta et je m'en alla. Elle vivait dans une des plus grandes maisons que j'ai jamais vue, qui avait la taille de l'île d'où je venais. Après m'avoir rassurée en disant qu'elle n'y vivait absolument pas seule, elle me fit visiter les lieux, puis à la fin me nomma sa couturière personnelle. Elle était juste, mais dure. Je me souviens qu'elle traitait aucune des personnes sous son toît mal, mais qu'elle était extrêmement exigeante. Lorsque je créais mes premiers habits pour elle, il arrivait parfois que je fasse des erreurs, ou que je créais des motifs trop simples. À ces moments-là, après m'avoir rappelé qu'on n'était pas dans le palais, et qu'elle était riche, elle me forçait à tout défaire puis refaire.
« Un jour, elle n'était pas là. Elle ne nous avait pas prévenu et on ne la trouvait nulle part. L'intendant s'est énormément inquiété mais heureusement, le soir, elle revint. Elle n'a jamais dit où elle était allée, mais je crois savoir. Elle commença à le faire assez régulièrement, l'intendant voulait absolument savoir quand elle partait, mais jamais elle le prévenait, mais un jour, elle resta une semaine complète. À partir du deuxième jour, ce fut la panique, et l'intendant se donna le droit temporaire de commander la maison afin d'éviter anarchie. Au cinquième jour, il déclara qu'il fallait trouver un nouveau maître pour la maison, à ce moment-là on suspectait de plus en plus la mort. L'aîné de ses deux bâtards, qu'elle avait eu sans son consentement alors qu'elle était encore jeune avec ses parents, lorsqu'ils étaient encore vivants avec son intendant personnel qui fut exécuté peu après la naissance du bâtard, fut mis en avant mais bien heureusement Gwaydd revint au septième jour. Sa peau avait été blanchie, ses habits étaient étranges, de couleur inhabituelle, ses cheveux avaient été défaits et elle n'avait plus de bijoux. Dès qu'on annonça son arrivée, il y eut comme une inondation, tout le personnel avait couru vers elle et s'agglutinnèrent dans la cour. Je n'avais jamais vu de mes propres yeux une telle chose. On l'emmena immédiatement vers les bain, portée par des serviteurs, tandis que d'autres couraient pour les préparer. Elle ne nous fit plus de telle surprise... Car quelques jours après elle annonça son départ définitif, et laissait son bâtard, Twano, aux commandes de la maisonnée.
« Par rapport à Gwaydd, Twano était bien plus sympathique, mais aussi beaucoup trop laxiste. Il n'effectuait aucun contrôle pendant les travaux, et des imperfections le rendait indifférent, il se fichait de ses habits, le jour du Kameadd, fête où on doit faire des blagues aux autres, je crois que vous avez une tradition similaire, nous avons décidé de l'habiller en femme, et il n'a même pas bronché. Ni même ri. Je ne suis pas sûre qu'il s'est rendu compte de ce qui s'était passé. Il faisait par contre les mêmes surprise que sa mère à l'intendant, parfois disparaissant pendant une semaine. Il était aussi un libertain. Le nombre de bâtards qu'il a eu... Jusqu'à qu'il se prenne une femme. Et même après, la liste s'allongeait. Mais il était très studieux. Il ramenait souvent des livres après ses escapades et ouvrit une bibliothèque, payante évidemment. Il avait une soif inexorable de savoir, et parfois il organisait des sorties afin d'aller étudier des faits dans notre monde. Je ne l'accompagnait pas, je ne m'intéresse pas à cela, mais je pense que les personnes qui l'accompagnait ont beaucoup apprécié ces sorties. Je restais à son service comme je n'avais nulle part d'autre où aller, mais je ne l'appréciait pas. Lorsque, il y a peu, l'esprit d'Ukyedd est venu dans la demeure, je me suis portée volontaire pour aller te chercher. Bref, voilà tout !"

 La discussion continua, mais la nuit était déjà tombée. L'astre blanc avait remplacé celui d'or, dans le cycle naturel qui anime les choses. Tout d'un coup, les trois personnes entendirent un gros roulement. Ils se levèrent, s'attendant à un danger. Ils virent passer devant eux une longue colonne de gorons en boule, qui agissaient comme l'océan comme ils montaient une colline. Un homme à cheval les accompagnaient, et quand celui-ci arriva à leur niveau, il arrêta son cheval et alla les voir. Squibbo tomba à genoux, désespéré. Ses deux compagnons ne comprirent pas pourquoi. La personne souleva sa capuche. Zelda.
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le dimanche 10 juin 2018, 22:51:29
Chapitre 15 : Dernière Frontière

La longue procession des Gorons avançait inexorablement à travers la journée déclinante vers un canyon lointain. Gb8 roulait avec la grosse armée levée par Gar'Galunda. Les soldats semblaient avoir des niveaux bien variés, et cela se voyait à leur façon de rouler. Les vétérans, habitués du conflit, développent au cours de leur service différentes manières de rouler selon le contexte, entre une manière puissante, bruyante et imposante destinée à causer des dégâts bruts, pour se fracasser sur des ennemis ou des bâtiments, et une manière plus discrète et rapide pour les simples déplacements. Les vétérans étaient stratégiquement dispersés à travers la longue file afin d'éviter qu'ils prenbent de l'avance.
 La princesse et Xanto01 montaient un cheval qu'ils avaient acheté d'un marchand ruiné. La belle bête était d'une couleur blanche maculée de saletés uniquement. Sa crinière, de la même couleur que sa robe, était voluptueuse et douce, même avec ses crins emmêlés. Ses deux cavaliers étaient habillés d'une cape sombre, afin d'éviter d'être repérés, et se trouvaient au flanc avant de la file, comme s'ils la conduisaient. Confiant, Gb8 avait décidé d'accompagner l'armée, laissant la princesse aux bons soins de Xanto01, même s'il, par simple inquiétude, restait à proximité de ses deux compagnons. Il entendait le clapement régulier des sabots sur le sol terreux, comme un rythme effréné que le cœur ferait lorsqu'on courrait. Soudain, le rythme ralentit et sembla s'éloigner. Instinctivement, Gb8 s'écarta de la file et se remit debout afin de comprendre ce qui se passait. La princesse s'éloignait pour aller vers un feu de camp. Il la suivit promptement.
 Le feu était installé sous un arbres aux branches lourdes et tombantes. Autour de celui-ci se trouvaient trois personnes assez étranges. L'un d'entre eux, avec des cheveux roux longs et beaux mais surtout une couleur de peau des plus inusuelles, un mélange de blanc et de noir, et avait des yeux d'un rouge plein, sans pupille aucune, et était habillée d'étranges er légers habits qui laissaient transparaître une partie de la peau. Ses cheveux pendaient en arrière, coiffés par contre afin que aucun nœud ne se forme, étaient décorés de bijoux couleur de jade ainsi que de quelques broches et se finissaient en une pointe serrée par un accessoire décoré d'émeraude. Il y avait un hylien qui présentait certains traits de cette étrange femme, mais mixés de façon étrange. Une moitié de sa personne avait une peau alternant entre le noir et le blanc, et l'autre était coloré du beige habituel des hyliens, malgré le fait qu'il y avait une teinte bleue au niveau de ses yeux notamment, ainsi que sur certaines autres parties de son corps. Sa tête s'étendait par contre étrangement vers l'arrière, comme s'il était apparenté aux zoras. Ses cheveux finalement étaient d'une couleur châtain clair, malgré le fait qu'ils semblaient tourner roux sur la partie non hylienne, qui formaient de larges boucles. Il était habillé d'une tenue zora assez sombre, il devait sûrement avoir un lien assez important avec eux. Le troisième homme était lui parfaitement hylien. Il ressemblait beaucoup au dernier homme, mais il n'avait pas cette étrange influence zora ni de cet étrange race blanche et noire.
 L'homme étrange, à l'arrivée de Zelda, s'était levé et était tombé à genoux. Il semblait désespéré. Les deux autres personnes s'étaient levées mais restaient immobiles, tant ils semblaient étonnés par le comportement de leur compagnon. Zelda retira sa capuche, et l'autre homme poussa un cri d'étonnement, en reconnaissant sûrement la personne à qui ils avaient affaire. Elle prit la parole :


"Oh, je vois qu'on se retrouve, Squibbo !"

 Gb8 fut étonné. La dernière fois qu'il avait vu Squibbo, au domaine Zora, il n'était pas aussi étrange. C'était un épéiste sans pareil. Ses talents au combat lui a fait rapidement grimper les échelons dans l'armée de Zelda. Gb8 se souvient de s'être combattu avec lui, et malgré son marteau d'une puissance effroyable, il n'avait pas réussi à arracher la victoire contre le combattant. Il se battait souvent avec une épée bien légère, mais très tranchante, et tout de même résistante.  Il fallait maîtriser l'art de l'escrime avant d'espérer manier une telle arme efficacement. Squibbo était souvent celui à qui on donnait les missions les plus dangereuses, comme par exemple celle d'infiltrer le château de Yohlval. Son grand-père était un zora, il avait de nombreuses facilités dans le domaine aquatique, son favori.

"V... Vôtre majesté. Je suis désolé.
- Comment ça ? Tu n'as pas réussi ? Et pourquoi tu es aussi étrange ? Que s'est-il passé ?
- Je suis désolé. Je vous ai amené l'ennemi."

Il regarda l'homme qui était resté près du feu. Il faisait partie du camp ennemi ? Si c'est cela, pourquoi il campait avec Squibbo ? A-t-il trahi la princesse ? Gb8 comprendrait s'il les avait suivi, mais là il était avec eux. Squibbo est-il tombé dans dans le côté obscur ? Dans le côté d'Elmon ? Il allait prévenir Zelda lorsqu'elle parla :

"Deerae, c'est toi ?
- Zelda ? C'est bien toi ?
- Viens vite ! Je veux voir ton visage.
- J'arrive !
- Oh, tu es devenu tellement beau ! L'âge a été une bénédiction !
- Toi aussi, tu es désormais la plus belle femme que je connais, même si tu l'étais déjà !
- Ça fait du bien de te revoir !"

Zelda descendit de son destrier et se mit au niveau de ce parfait inconnu. Qui était-il ? La personne dont Zelda parlait dans don sommeil ? Gb8 était confus. Elle aimait quelqu'un qui travaillait pour l'ennemi ? Il ne pouvait que regarder les évènements se dérouler, tant c'était perturbant.

"Bon, je n'ai pas de temps à perdre. Venez avec nous, on va à la Vallée Gérudo, Narudorf a enfin lancé l'attaque. J'amène l'armée Goronne que j'ai enfin réussi à convaincre d'agir.
- Mais, Zelda, vous avez un cheval, mais nous, comment on va de déplacer ?" demanda Squibbo
- J'ai un moyen."

L'étrange femme venait de parler. Elle ne devait pas avoir de lien direct avec Elmond, son ethnie étant totalement étrange, mais plutôt avec Squibbo au vu de ses récentes... modifications. Elle se mit à quatre pattes, puis tout d'un coup une magie ténébreuse émana d'elle. Tous reculèrent d'un pas afin de se défendre en cas de problème. Un nuage noir se leva sur elle, la cachant. Lorsqu'il eut disparu, une sorte de cheval était apparu, blanc et noir. Que s'était-il passé ? Elle s'était... transformée ?

"Swarda, t'es toujours là ?" demanda Squibbo
- N'aie crainte, Aureyd." Pourquoi elle l'appelle Aureyd ? "Chaque personne a une forme animale qui le représente. J'ai un cheval, et le Héros du Crépuscule avait un loup. La puissance du crépuscule a le pouvoir de révéler cette forme, mais il faut avoir une assez importante force, et maîtrisée. Heureusement, j'ai appris comment faire avec Gwaydd, qui m'a tout appris. Vous allez pouvoir me chevaucher.
- Eh bien, le problème est résolu. Nous n'avons plus de temps à perdre, allons-y !" conclua Zelda

 Gb8 roulait encore. Il ne voyait ni n'entendait rien d'autre que le noir et leur roulement. Soudain l'armée s'arrêta. Tous se mirent debout et Gb8 alla le plus rapidement possible vers Zelda. Elle était à la tête de l'armée. Au loin, il y avait de la lumière et de la couleur rouge. C'étaient les gérudos. Zelda tout d'un coup cria :


"Habitants de la Vallée Gérudo. Moi, Princesse Zelda IV du Nouveau Royaume de Pzia, accompagné de mon allié Gar'Galunda, chef des Gorons et son armée, venons vous sauver. Nous allons vaincre les Gérudos qui vous ont envahi et ramener la paix. Engagez le combat, mes alliés, et ne faiblissez pas ! La victoire est à portée de main !"

La déclaration fut accompagnée par un cri collectif des soldats. Zelda avait du charisme. Elle savait commebt encourager les troupes, et comment envoyer de même un double message. Gb8 aimait énormément cela de Zelda, et à chaque fois qu'il y en avait besoin, elle trouvait des mots pour donner une sensation précise, Gb8 était galvanisé par cette déclaration. Gar'Galunda s’approcha d'elle et lui dit :

"Je vais lâcher les chevaux. Allez trouver une façon d'accéder en haut adin de défendre les habitants. Trouvez une façon.
- Bien." répondit promptement Zelda, emmenant ses alliés proche des murs
- Mes frères ! Vous avez entendu la Princesse ? Suivez votre commandant et anéantissez l'ennemi ! Charge !"

S'ensuivit un grand roulement. Les gorons se jetaient en boule sur leurs ennemis dans l'espoir de faire le plus de dégâts possible. Quand la large colonne percutera enfin les ennemis, cela provoquera un véritable massacre qui anéantira soit les forces ennemies, soit le moral ennemi. Ça a toujours été la stratégie des Gorons et jamais personne n'avait trouvé de moyen efficace de neutralier l'attaque autrement que de fuir. Certains avaient essayé de placer des lances, assimilant les forces goronnes avec de la cavalerie, sans succès. Certains avaient essayé de créer un mur de solides boucliers, peu efficace. Si les gorons ont subi de nombreuses défaites, jamais elles n'étaient causées par leur stratégie ancienne et efficace.
 Il fallait désormais trouver une façon de monter au-dessus de la falaise. Si la magie est la solution évidente, Gb8 en connaissait assez pour savoir que dans leur état actuel, l'utiliser ne reviendra à rien d'intéressant. Il réfléchissait. Il devait bien il y avoir une façon d'aller propulser les alliés vers le haut. Il pouvait le faire, se mettre en boule afin de donner la propulsion siffisante pour permettre à ses alliés de monter bien haut, et de, si le besoin se faisait sentir, escalader le reste de la falaise. Il exposa donc son idée :


"J'ai une idée ! Je peux me mettre en boule et vous propulser bien haut. Ça risque d'être dangereux mais ça vaut le coup d'essayer.
- J'essaye !" dit subitement Swarda. "Avec ma magie je peux si il y a un problème planer ou le rattraper, et lorsque vous serez envoyés en haut, je vous aiderai à vous rattraper.
- Bien, allons-y !"

Il se mit en boule, et elle se mit debout sur lui, après qu'elle ait repris sa forme habituelle. Quand elle demanda le départ, Gb8 envoya toute la force qu'il pouvait vers le haut afin de la propulser. Il regarda le résultat, elle était trop haut et se rattrapait en planant. Lorsqu'une trace de magie s'afficha, Gb8 se remit en boule et les envoya tous un par un, sans aucun dommage apparent. Quand ce fut finalement le tour de Zelda, elle dit :

"Maintenant, comment vas-tu faire pour y aller ?
- Je vais rester en bas pour aider mes frères dans leur combat. Assurez-vous juste qu'ils sont sains et sauf et souhaitez-leur bonne chance de ma part.
- J'y veillerai.
- Bien, au revoir et bonne chance !
- Merci, au revoir."

Gb8 propulsa Zelda, et la regarda monter en hurlant. Il voulait leur souhaiter bonne chance. Il voulait les aider. Désormais, ceux qu'il aidera seront ses frères. Il se mit en boule une dernière fois et chargea sur les femmes aux cheveux de feu. Puisse Din le guider.



 Alors là, j'entre dans une période de blocage créatif sur cette fic, comme je peux enfin avoir le temps d'écrire... Mais heureusement, j'ai d'autres idées, sûrement que dans le courant de cette semaine, vous allez entendre parler de moi ^^
 Sinon, niveau histoire, on entre dans le véritable pivot, qui va mettre en route la grande action de la fic (ça se met enfin en route, je dois avouer avoir attendu bien longtemps... pour peut-être ne rien montrer d'intéressant au niveau de l'action ? C'est possible, me connaissant ^^
 Bref, j'espère que vous avez aimé !
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le mardi 12 juin 2018, 17:43:29
 Je vous ai promis que vous alliez encore entendre parler de moi cette semaine, so here I am ! J'ai travaillé sur quelque chose de l'ordre du Mythe, une première Saga d'une suite de quatre, qui raconte l'histoire dans un monde de l'entraide entre les dragons et les humains. Dans ce monde, ces histoires sont généralement accompagnées de musique, ou même chantées, donc il faut voir les phrases comme des paroles (d'une musique très irrégulière, comme je suis véritablement nul en poésie ^^). Cela a fait bizarre d'écrire sans détours, de faire quelque chose de simple, moi qui m'amuse à ne jamais dire les choses de manière directe ^^. Bref, j'espère que vous aimerez !



Saga de Ivxennil

À l’époque où le royaume n’existait pas, à l’époque où les dragons étaient maîtres.
Ils plongeaient dans une terreur éternelle les habitants du pays, détruisant leurs villages et leurs maisons.
Les dragons vivaient de leur chasse quotidienne de nourriture, prenant un éternel plaisir à tuer ces frêles constructeurs.
Un dragon se souleva contre cette injustice, de sa montagne que Tszakraln a créé au bout de la longue chaîne, haute comme n’importe quel autre mont de la grande rangée.
Ivxennil était son nom, ce grand dragon aux écailles noires et aux yeux bleus vouait un éternel respect pour la vie, protégeant un petit village au contrebas de son territoire.
Le maître de la montagne noire était le seul dragon à avoir invité certains de ses semblables à vivre sur son domaine.
Sa femelle était naturellement la première à l’avoir rejoint, comme le souhaite la tradition dragonne.
Elle se nommait Prakndra et était d’une couleur orange avec des yeux de la même couleur.
Intelligente, elle fut la seule dragonne à adhérer à la philosophie de Ivxennil, la comprenant et la prêchant.
Lors de leur accouplement, Ivxennil avait été en compétition avec un autre mâle, Lnugraj.
Le dragon vert était devenu le vassal du maître de la Montagne Noire et celui-ci lui somma de s’installer sur son domaine et de défendre les alentours du mont de tout danger, d’origine dragonne ou non, et de perpétuer à ses vassaux la même directive.
S’il n’adhérait pas à cette pensée, il la respecta et vécut sur les territoires de la Montagne Noire, protégeant le petit village nommé Pravxrennil.
Un jour, Lnugraj partit du domaine afin de trouver une femelle.
Ivxennil, n’ayant pas été averti de ses plans, plaignit l’infidélité de son vassal et pria Tszakraln de le punir.
Il n’en fut rien comme il revint le soir même, accompagné d’une femelle, Khidnanj, et de trois nouveaux résidents pour la commune de Ivxennil, Llnangr, Ulkdnatsz et Vshknda.
Il fut ainsi décidé que, périodiquement, les vassaux s’en aillent chercher une femelle pour peupler la Montagne Noire.
Les deux couples eurent de nombreux enfants, qui devinrent amis en se côtoyant, chose qui n’avait jamais été possible auparavant.
La ville de Pravxrennil augmenta pendant ce temps de taille comme des réfugiés de villes attaquées par les dragons venaient en cet endroit où ils en sont protégés.
Le roi, Lafltamn, pensant que les dragons de la montagne noire étaient juste plus malins que d’autres, envoyèrent des armées pour les détruire, et pour sauver les habitants en les évacuant.
Ivxennil, ayant entendu cette nouvelle, tua tous les soldats.
Mais un jour, il entendu parler d’une grande menace.
Jebrunjakha, grand guerrier reconnu dans toutes les contrées, partait en croisade contre tous les dragons afin qu’il n’en existe plus.
Il avait déjà tué une dizaine de leurs congénères et d’ici peu la Montagne Noire risquerait de devenir l’un des derniers bastions de la vie dragonne.
Les habitants du village, heureusement, avaient montré leur soutien à leurs protecteurs en leur promettant de résister au chasseur de dragons.
Mais ils n’étaient pas assez forts contre lui, Ivxennil le savait.
Il ne voulait pas que les habitants se fassent tuer, il fallait donc créer une résistance dragonne.
Ivxennil poussa un long cri impressionnant, d’une beauté auditive sans équivalent, qui ne peut être entendu que dans de très rares occasions.
Il appelait les dragons du domaine à la réunion afin de se préparer pour le combat.
Des jours, ils ont débattu, sans pouvoir trouver quelconque accord, mais le danger se faisait de plus en plus proche.
Ils n’avaient toujours pas trouvé de solution à leur problème que déjà les conséquences du génocide des dragons se faisait ressentir.
Un jour, une dragonne et cinq dragonnaux arrivèrent du sud.
Comme Lnugraj s’apprêtait à la chasser, elle dit :
« Frère Dragon, clémence je te prie !
Je viens de la montagne Qir’Tamshk, un chasseur de dragon humain nous a attaqué il y a peu et moi et cinq de mes enfants sont les seuls survivants.
Mon mâle a une fois chassé dans vos terres et, comme l’un d’entre vous l’a chassé, il a remarqué comment vous vous aidiez mutuellement.
Quand l’humain est venu nous défier, il était sûr de pouvoir le vaincre.
Il n’en fut rien.
Comme le chasseur massacrait mes enfants, mon mâle, mourant, s’est souvenu de cet endroit et m’a supplié de fuir avec les enfants qui restaient, jusqu’à qu’il pousse son dernier soupir.
J’ai du laisser quelques enfants afin de pouvoir partir.
Je vous en supplie, laissez-moi vivre ici jusqu’à que la menace se dissipe !
– Vous n’avez pas annoncé vôtre nom, je prends ça pour un gage de fidélité.
Je ne suis pas le maître de cet endroit, je fus son vassal, moi, Lnugraj, suzerain de Llnangr et de Ulkdnatsz, ancien suzerain de Vshknda.
Je conçois votre peine et vous porte clémence, mais n’en abusez pas, sinon feu et colère s’abattront sur vous et votre race.
Je vous emmène voir Ivxennil, fier chef de la Montagne Noire, mais portez-lui le plus grand respect. »
La femelle s’en alla voir le maître de la Montagne Noire, et le supplia de la laisser et ses enfants vivre dans ce domaine, mais quelle fut sa surprise en entendant son interlocuteur accepter rapidement.
« Je ne vois aucun déplaisir à vous accueillir dans mon territoire, j’en suis même heureux.
Vous m’avez même donné une idée quand à comment régler un problème qui nous tourmente depuis quelques jours, par rapport justement au barbare que vous avez fui.
Mais d’abord, je vous prie de révéler votre nom, ainsi que ceux de vos enfants.
– Non, je ne vous ferais pas telle offense !
Mes enfants se nomment Polvt, Kjamtszan, Ikhatnm, Trankr et Shnakm par contre.
– Nulle offense, révélez-moi votre nom, si je vous le demande, c’est que j’en ai pas peur.
Sinon, mon fils Nékhekian et les autres enfants de ma montagne seront sûrement heureux d’avoir de nouveaux compagnons.
– Bien, je me nomme Lkadn.
– Bienvenue alors, Lkadn, mais je vous prie de rester ici, après avoir libéré vos enfants, votre vécu nous sera d’une grande aide pour notre tâche qui est de nous préparer à l’arrivée de l’ennemi.
Bien, je pense qu’il faudrait, plutôt que de lancer une offensive ou de fuir comme on avait pensé, prendre une posture défensive et de rassembler tous les dragons ici, les humains nous le font comprendre, unis, on est plus puissants. »
Après maintes discussions, ils s’accordèrent finalement sur cette idée.
Llnangr et Ulkdnatsz furent chargés de répandre la nouvelle du désastre approchant et de convaincre les dragons de les rejoindre pour former un front commun.
Seul un couple accepta cette proposition, trop peu pour pouvoir avoir un quelconque effet.
Mais comme la Montagne Noire se protégeait, Jebrunjakha faisait de plus en plus de dégâts, et quelques rares réfugiés venaient voir Ivxennil.
Quand enfin le chasseur envoya une attaque sur les terres du nord proches de la Montagne Noire, les dragons des environs reconsidérèrent la proposition de l’ami des humains.
Des couples venaient, jusqu’à que la population adulte du domaine atteigne une quarantaine de dragons.
Ce fut quand Jebrunjakha attaqua le dernier bastion des dragons.
Un émissaire vint en Pravxrennil annoncer la nouvelle de l’arrivée proche du chasseur de dragons.
Immédiatement, l’un des habitants s’en alla dans la montagne noire pour prévenir leurs gardiens du danger approchant, et de leur confirmer leur support.
L’émissaire fut capturé et brûlé vif par les habitants, pour montrer leur colère.
Lorsque Jebrunjakha arriva avec son groupe de chasseurs devant la ville, les habitants avaient pris les armes et les attaquaient.
Mais une rébellion paysanne ne pouvait rien faire contre des escadrons bien défendus, et ce fut un massacre.
Dès que les dragons apprirent la nouvelle de l’arrivée de leur ennemi et de la rébellion paysanne, tout de suite ils s’envolèrent pour attaquer leurs ennemis.
Du sol, le décollage de tous ces grand dragon devait être un spectacle magnifique comme effrayant.
Les dragons, unis, pouvaient se débarrasser de Jebrunjakha.
Celui-ci, voyant la défaite sonner à cause de l’attaque combiner des humains et des dragons, ordonna la retraite des armées.
Croyant à la victoire, les habitants poussèrent un cri de joie, mais les dragons n’étaient pas dupes, le groupe de chasseur reviendra toujours tant que Jebrunjakha sera vivant, et s’il meurt, combien de temps faudra-t-il attendre avant qu’un autre prenne sa place ?
Ce fut place à la joie et à la festivité dans le village, et Ivxennil lui-même resta pour festoyer avec les habitants, mais il fut bien clair en disant que le répit serait de courte durée.
Il exposa certaines de ses craintes aux habitants, qui lui promirent de protéger les dragons quoi qu’il en coûte.
« Mes amis, ne vous inquiétez pas pour nous.
Je ne souhaite pas vous voir tués par cet abomination de chasseur de dragon et ses acolytes.
Nous sommes un grand nombre de dragons dans la Montagne Noire, vous l’avez remarqué, alors nous pouvons nous défendre contre les armées de Jebrunjakha.
Mais j’ai peur que, maintenant qu’il a évalué nos forces, il prépare un plan malicieux. »
Les craintes de Ivxennil étaient fondées, le lendemain, le village brûlait.
L’un des émissaires de Jebrunjakha vint dans le village aider à éteindre les flammes, tout en annonçant qu’il avait vu un dragon passer et démarrer l’incendie.
En voyant le spectacle du haut de la montagne, Ivxennil dit tout haut qu’ils avaient affaire à un ennemi déloyal, et vicieux.
Il s’approcha de son fils, Nékhekian, et lui dit :
« Mon fils, peut-être que d’ici peu je ne serais plus ici pour te parler.
Les dragons sont en danger d’extinction, nous avons affaire à un fanatique qui ne voit que les erreurs de nos congénères.
Mais prends garde à ne pas devenir comme lui, ne mets pas tous les humains dans le même sac, il y en a des bons et des mauvais, comme nous dragons.
Si nous perdons la bataille, je veux que tu fuie vers le nord.
Je ne connais aucun dragon dans le nord, les humains ne les connaissent pas non plus, alors ils ne te chasseront pas jusque là-bas.
Je veux que tu vives pour pouvoir perpétuer ce qui est juste, le respect de la vie. »
Ivxennil appela au rassemblement des dragons, et leur dit que la bataille finale approchait, que bientôt Jebrunjakha arriverait dans la Montagne Noire.
« Nous combattons pour un futur pour notre race !
Je rêve d’un monde où humains et dragons pourront cohabiter sans s’entretuer, et je sais que nous y arriverons.
Prakndra l’a vue, et je porte une foi totale en ce qu’elle dit.
Mais quoi qui se passe, nous devons donner toutes nos forces pour la bataille à venir, peut-être la dernière que nous devrons combattre.
Lorsque Tszakraln nous accueillera, elle saura qu’on aura fait quelque chose de juste.
Allez, mes compagnons, défendons notre peuple ! »
La déclaration fut accueillie avec joie par les différents dragons, et ils se mirent tous en place pour le dernière bataille.
S’ils gagnaient, les dragons prouvaient que eux aussi savaient vaincre en s’unissant.
S’ils perdaient, Tszakraln les accueillera sous le signe du triomphe.
Rapidement, les hostilités vinrent, comme l’armée de Jebrunjakha avait profité de l’agitation pour passer au-delà de Prakndra.
La bataille fit rage, et chacun des dragons faisait de son mieux pour survivre, et donner un futur à leurs enfants.
Mais rapidement, les dragons perdaient des éléments.
Jebrunjakha le traître avait attaqué les enfants pendant l’agitation, et les égorgeaient, comme leur peau molle ne pouvait pas encore les défendre contre les armes blanches.
Les femelle, horrifiées, accoururent pour sauver leur portée, mais à ce moment-là, des balistes placées en arrière les tuaient facilement.
Ainsi, le nombre de dragons diminua fortement, jusqu’à qu’il ne reste plus que Ivxennil et Lnugraj.
Afin de se protéger, ils s’envolèrent haut dans les airs, et repensèrent leur plan.
Ils avaient perdus, mais les enfants s’enfuyaient, pour se faire massacrer.
Comme le dernier groupe tentait de s’enfuir, les deux dragons plongèrent pour les sauver.
Lnugraj fut le premier à tomber sous une catapulte, et Ivxennil, dans un acte héroïque, étendit ses ailes afin de couvrir les derniers enfants qui s’enfuyaient.
Une pluie de projectiles s’abattit sur lui.
Nul ne sait ce qu’il a tué, mais il a tenu bon plusieurs attaque, jusqu’à qu’il tombe, ne laissant que trois pauvres dragonnaux derrière, trop loin pour être tués.
« Nékhekian…
Je t’ai prédit notre mort à tous, j’espère que tu fait partie des trois derniers survivants.
Plus aucun dragon ne vit dans nos montagnes, c’est une victoire pour les humains, une défaite pour notre race.
Je t’en prie, ne cède pas à la colère, rappelle-toi mes enseignements, si tu fais la paix avec les hommes, ils t’aideront.
Ta nouvelle génération de dragons va sûrement faire de grandes choses, j’en suis sûr, si tu ne cède pas au mal.
Tszakraln va m’accueillir dans son royaume, mais le vrai travail est ici, dans le monde des morts, mais je regarderais ce que tu feras de ma montagne.
Adieu, mon fils, si tu n’es pas déjà mort. »
Le fier dragon poussa son dernier soupir, comme les humains festoyèrent.
Ivxennil est mort, emportant avec lui la fière lignée des dragons.
Ô, Ivxennil, ton sacrifice ne fut point vain.
Aujourd’hui, nous vivons dans un monde en paix, et cela grâce à toi.
Jamais assez nous pourrons te rendre assez de gratitude pour ton service qui t’as coûté ton futur.
Nous ne pouvons que nous souvenir de ton action, et nous le ferons pour l’éternité.
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le jeudi 05 juillet 2018, 22:14:33
Bon, j'ai pas posté depuis longtemps, mais ça veut pas dire que je me la suis coulée douce ! J'ai (légèrement) travaillé, et donc je vous présente mes deux petits textes que j'ai fait. Ils ont été créés dans le contexte d'un plan de JDR se passant dans un multivers, alors ainsi j'en profite pour faire deux petites intros à des parties de l'histoire que j'ai imaginé ^^ Enjoy !



Rencontre du Troisième Type

(Cliquez pour afficher/cacher)



Noyade

(Cliquez pour afficher/cacher)
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le mardi 26 février 2019, 21:59:48
 I'm back ! Bref, en ce début de printemps, il est temps pour moi de reprendre du travail, et comme l'inspiration revient, je... attendez. "Oui allô ? ... Oui. ... Comment ça ? ... Oh, on ne peut plus leur faire confiance... ... Bon bah merci beaucoup. ... Au revoir." On vient juste de me prévenir qu'on est en Février, et que donc forcément c'est pas le printemps. Maudit soit le changement climatique !

 Bref, après ces plus-que-six-mois d'attente, vous allez enfin pouvoir connaître la suite ! Et je suis quasiment sûr que vous avez oublié tout se qui s'est passé jusque là ! Ne vous inquiétez pas, dès que j'aurai le temps, je réanalyserai toute mon histoire



Chapitre 16 : Dernier Serment

Siov semblait plongé dans ses pensées depuis ce qu'a dit Stefbad. Il ne comprenait pas pourquoi mais apparemment son histoire a du réveiller une partie du génie inné qu'est le Zora. Stefbad était heureux, il avait enfin réussi à l'empêcher de s'apitoyer sur son sort. Depuis la première fois qu'il l'a rencontré jusqu'à ce moment, jamais il ne l'a vu omnibulé par autre chose que sa haine par rapport à sa création. De toute façon, il arrivera sûrement bientôt à revenir chez lui. Stefbad souhaitait le faire se réconcilier avec le monde extérieur en l'embarquant dans cette aventure, il savait qu'il aurait besoin de voir l'extérieur pour découvrir la solution à son problème.
Il a révélé qu'il fallait un ongle de dragon pour obtenir la puissance nécessaire pour passer, ainsi qu'un cadre en obsidienne et pierre nox où il fallait faire passer ce qu'il nommait un "courant électrique". Sûrement rien de plus que de l'énergie de la foudre. Cela devait être facile à trouver, sauf peut-être l'ongle du dragon. L'idée de Stefbad était d'ouvrir la fissure magique afin de créer un portail dans lequel on pouvait passer, mais il fallait non seulement avoir une grande puissance magique, et de plus trouver un cadre stable. Pour ce dernier, la solution avait été donnée, il fallait simplement de l'obsidienne et de la pierre nox. Mais il avait besoin de se concerter avec Zelink et Spectra afin de trouver le moyen précis, car ainsi, Stefbad ne savait pas comment s'y prendre.
Un village parut enfin au loin. C'était le village de Deekahrajhal, si Stefbad et ses compagnons y étaient déjà depuis longtemps, ils étaient dans des territoires périphériques. Ici, un village sous la neige s'offrait à eux, entouré de petites murailles. Les maisons étaient construite en pierre mais étaient enneigées, chose très perturbante lorsqu'on a l'habitude de voir ce type de maisons dans le désert, et donnaient de la couleur au territoire totalement blanc, une teinte rougeâtre. Il y avait des pins qui poussaient dans la région, ainsi on voyait quelques unes des maisons construites avec du bois, mais celui-ci était souvent utilisé pour faire des échafaudages à Loyahl. Les murs par contre étaient constitués de ce matériau uniquement. Comme ils les traversaient, des gardes apparurent et se mirent en garde, prenant le groupe pour des gérudos déjà en train d'attaquer, mais ils baissèrent leur garde lorsqu'ils virent qui arrivaient, de hommes majoritairement, au teint trop pâle pour venir du désert. Ils les laissèrent donc entrer, mais juste après fermèrent les portes, l'armée ennemie arrivant déjà près des murs de la ville.


"Vous faites bien d'arriver, vous !" dit un des gardes "Elles arrivent déjà. Mais ne pensez pas qu'on va vous abriter comme ça ! Prenez des armes et défendez. À part vous, vieil homme.
- Oh, si mon ami y va, je peux aussi." répondit-il en montrant Stefbad "Ça me fera de l'entraînement !
- Ne vous ménagez pas, monsieur. Allez plutôt rester en sécurité.
- Non, moi, j'y vais."

Il se colla derrière les murs et prépara un sort. Cela embêtait Stefbad de devoir agir dans la guerre, mais il semblait qu'il devait le faire. Il prit l'arc que le garde tendait, ainsi que le carquois - qui était lourd - et se mit sur une colline pour pouvoir tirer. Ahretna n'avait pas besoin de prendre d'arme comme elle en était déjà équipée, mais elle ne se mit pas en position d'attaque. Elle voulait sûrement voir de quoi Zelink était capable en pleine puissance. Tout d'un coup, la voix de ce dernier surgit dans la tête de Stefbad :


"Stefbad ? Je ne vais pas y arriver seul.
- Moi je n'arriverai de toute façon jamais à bander cet arc beaucoup trop lourd. Je peux donc t'aider.
- Bien. Je pensais que tu pourrais envoyer quelque chose pendant que j'envoie mon sort, je te couvre donc.
- Je vais essayer."

Il fallait un sort de grande ampleur, qui pouvait attaquer plein de personnes à la fois. Cela faisait déjà longtemps depuis qu'il n'avait pas effectué un sort agressif afin de combattre de vrais ennemis. Pas de simples élèves ou de simples monstres. Mais, de même, il ne devait pas faire quelque chose de trop puissant. S’il avait déjà menti à sa promesse de neutralité, et qu’il la violait une fois de plus, mieux valait aller dans la demi-mesure. Il ne fallait pas trop influencer le cours des choses, sinon il pourrait il y avoir des conséquences désastreuses.
Stefbad faisait semblant de bander son arc, tant bien que mal, alors qu’il préparait son sort. Ses mains commençaient à briller d’une lueur orangée, comme celles de Zelink brillaient d’une lueur blanche. Ce dernier allait sûrement créer un flash de lumière, afin d’aveugler tout le monde, et permettre de cacher le sort qu’allait envoyer son maître. Comme l’action allait commencer, Stefbad lâcha soudainement l’arc, trop dur à porter, et tomba. Zelink envoya son sort mais celui de son allié vint évidemment pas.Tout de suite, il en parla avec Stefbad :


"Pourquoi tu n’as pas envoyé ton sort ? Qu’est-ce qui s’est passé ?
- L’arc est devenu trop lourd à porter. J’ai lâché."

 Zelink se retourna afin de s’assurer des dires de son allié, et se rendit compte que c’était vrai. Il décida visiblement donc d’improviser, et envoya un rapide sort. Créé en hâte, il n’était pas puissant, mais il était assez pour infliger des dommages à un bataillon, causant la panique chez les femmes qui recouvraient la vision du terrain. La formation était totalement brisée, et certaines fuyaient, ayant peur de voir leur fin. Personne n’était là pour les réordonner, indiquant sûrement que leur commandante avait été touchée. Il avait eu de la chance, et ainsi Stefbad n’aurait pas à trahir son vœu de neutralité.

"Eh, mon gars, ça va ?" demande le soldat qui les a accueilli comme il s'avance vers Stefbad.
- Rien de cassé, c'est bon.
- L'art de l'archerie est difficile, je dois l'avouer, mais un jeune homme comme toi doit bien pouvoir le brandir ! Ton père a négligé ton éducation ?
- Non, je me suis versé dans les arts du savoir, j'étais ici en étude de terrain, envoyé par la Cour, quand j'ai été attaqué par ces Gérudos.
- Alors qui sont tes compagnons ? À moins que tu me racontes un mensonge afin de sauver l'honneur de ton père ?
- Eh, je ne mens pas ! Le vieil homme là-bas est mon maître, l'autre jeune homme, l'un de mes camarades, et la Gérudo, merci de ne pas l'avoir considérée comme un ennemi, est une des Néo-Gérudos qui nous accompagne dans notre étude."

Comme il parlait, Stefbad mentalement donnait à tous ses compagnons leurs rôles dans cette expédition, afin que le mensonge ne paraisse pas. Zelink devait trouver étrange d'inverser les rôles avec son maître, surtout que eux deux connaissent, chacun de leur époque, toutes les clauses nécessaires pour ce genre d'expéditions.

"Hm... Cela semble plausible, petit gars, mais n'oublie jamais de ménager tes muscles, vous les gens de la cour avez souvent tendance à oublier cela."

Soudain prend l'envie à Stefbad de démentir ce qu'avait dit le garde. À l'époque pendant laquelle il était archiviste, le Roi d'Hyrule avait pour idéologie qu'il fallait toujours être prêt à défendre la cité contre les attaques, et donc les entrainaient à manier les armes. Mais si ce n'est plus le cas avec le Roi régnant, il fallait qu'il démontre combien ça pouvait être utile. Et qu'il démente cette mauvaise vision des chercheurs comme des paresseux.
 Il fait soudain apparaître un arc grâce à sa magie, le bande avec une flèche lumineuse, et lâche la corde, propulsant le projectile sur les lignes ennemies. Il regarde le soldat, et avant de se téléporter vers les lignes ennemies, dit :


"Au moins, nous les gens de la cour, on est capable de ménager des capacités auxquelles vous n'avez pas accès."

Arrivé en face des Gérudos qui commençaient à retrouver un ordre, sûrement grâce à une commandante improvisée, Stefbad s'envole et fait gronder le tonnerre autour de lui, pendant cette belle journée au ciel bien bleu. Après cette démonstration de puissance, il annonce en une fusion entre le Gérudo Ancien qu'il connait bien et les nouveaux mots en Gérudo qu'il a appris aux côtés de Ahretna :

"Femmes, bienvenue à Deekahrajhal. Cette belle ville au sommet des Hauteurs Gérudos est un endroit idéal pour apprécier la culture Hylio-Gérudo sous une flaveur totalement différente. Mais vous n'êtes pas ici pour faire du tourisme, je crois. Alors, je serai votre adversaire.
- Nous n'avons pas peur de quelqu'un qui n'arrive même pas à parler notre langue correctement !" réplique une femme, sûrement celle improvisée commandante.
- Bon point, alors finissons-en." puis Stefbad dit, moins fort : "Je casse mon vœu de neutralité."

 Il déchaîne soudain le vent sur ses ennemis, en emportant certaines, et comme l'ordre arrive d'utiliser les mages afin de le ramener sur terre, il fait apparaître des ombres afin de les engloutir dans les profondeurs de la terre. Il redescend sur Terre et use de sa magie des ténèbres pour toutes les enlacer. Cela ne marche que pour une partie d'entre elles, et en profite pour parler :

"Je vois que vous êtes revenus à vos anciennes habitudes... Tellement dommage, je me souviens comme si c'était hier du moment où vous aviez dit que vous renonciez aux techniques de Ganondorf. Et pourtant, encore la même chose : vous attaquez Hyrule quand il est en guerre avec d'autres pays, déployez de vastes armées grâce à la conscription, et les colonisez. Et pourtant, autrefois, vous étiez le centre de la culture. Touchant à la fois Hyrule et les Terres Outre-Désert, votre culture florissait de la diversité. Je me souviens comment avoir une toile Gérudo était plus une marque de richesse que des toiles Labryniennes. Je me souviens comment un Roi d'Hyrule avait, par amour pour cette culture, appelé sa fille Saaran. Je me souviens comment aussi après que Ganondorf ait été vaincu, Lairo l'Écrivain a réécrit tous les classiques Gérudos avec des noms d'auteurs Hyliens afin de les préserver. Et c'est ça que vous en faites, de votre héritage ? L'oublier dans la sauvagerie en réitérant ce pourquoi vous avez tant haï Ganondorf ? Vous êtes pathétiques."

Après ces mots, Stefbad génère une onde de choc ténébreuse assez puissante pour en pousser certaines au-delà de la falaise. Il leur hurle de faire honneur à leurs ancêtres avant d'espérer quoi que ce soit d'autre, et de ne jamais revenir avant cela, et revient à Deekahrajhal. Il traverse les portes, et est salué ar les habitants, ainsi que le soldat qui lui avait donné une arme, s'excusant pour tout. Il rejoint ses compagnons de route, auquels, avant de s'évanouir, il dit :

"J'ai changé d'avis. On va trouver leur chef. Et lui faire un cours d'histoire."
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: Xanto01 le mardi 05 mars 2019, 10:26:01
Yo ! J’ai lu ton dernier chapitre et j’ai en profité pour faire une rapide relecture des précédents, afin de bien me replonger dans ton univers. Comme d’hab, ce chapitre est très détaillé, et c’est un fait que j’apprécie dans ton style d’ecriture. Je trouve ton dernier chapitre très intéressant, comme les précédents. Je ne sais pas pourquoi mais je sens que la décision de Stefbad va nous conduire à un futur grand moment. La façon dont tu as ajouté la dernière phrase nous promet un cliffhanger des plus intéressants (combien de fois je vais dire intéressant ? XD)

Bref, que dire de plus, si ce n’est que j’ai hâte de lire la suite ?
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le mercredi 06 mars 2019, 07:50:59
@Xanto01 c'est dommage car on ne voit pas le suite de ce point de vue un moment ^^

 Bref, à l'occasion de ma longue absence, j'ai fait ce que j'ai surnommé un Interlude, qui permet de résumer ce qui s'est passé auparavant. Mais cela ne veut pas dire que c'est inutile pour l'histoire, car comme j'ai expérimenté avec un style totalement oral d'écriture, j'en ai profité pour rajouter des secrets... Bonne lecture !



Interlude

"Silence dans la salle... Je vous remercie. Bienvenue au 189ème rassemblement des sages, j'en suis la cheffe, Kaldin, hylienne, descendante de Zelda la Grande." elle glisse : "J'en ai marre des formalités..." et reprend : "Nous sommes ici pour éloigner les ténèbres dans Pzia, ainsi qu'assurer un lien constant entre notre Pays et les Déesses. Donnez votre nom, votre race et votre qualité je vous prie.
- Akapae, hylio-kokiri de naissance, Sage de la Forêt.
- Gar'Rudinar, goron de naissance, Sage du Feu.
- Oareta, zora de naissance, Sage de l'Eau.
- Phetariu, hylien de naissance, Sage de la Lumière.
- Tenriah, sheikah de naissance, Sage de l'Ombre.
- Saaran, néo-gérudo de naissance, Sage de l'Esprit.
- Désormais que les présentations sont faites, laissez-moi adresser mes prières aux trois déesses." elle se retourne et salue une sculpture très ancienne de Nayru, Din et Farore "Bénies soient les déesses, et bénie soit notre réunion. Comme le veut l'usage, les sages devront proposer le premier sujet d'études. Sages, je vous laisse la parole.
- Laissez-moi commencer, je vous prie.
- Allez-y, sage de la forêt.
- Je souhaiterais proposer mes nouvelles recherches par rapport aux Sages du Vent et de la Terre, prophétisés. Je crois en effet avoir des informations sur que seront l'identité de ces sages.
- Sage de la Forêt, vous connaissez bien la nature des prophéties des Oracles." répond le Sage du Feu "Il ne faut pas chercher trop à les comprendre, sinon elles se réalisent de façon mauvaise. N'avez-vous pas appris qu'est-ce qui s'est passé aux sages quand ils ont découvert Ganondorf ?
- Oui, leur ordre a été détruit, et nous savons ce qu'il était réellement. Mais, je le dis maintenant, je n'ai pas assez d'informations pour connaître leur identité. Cheffe, je m'en remets à vous. Dois-je le dire ?
- Je propose un vote." déclare le Sage de la Lumière
- Très bonne idée, Phetariu. À main levée, qui souhaite entendre les informations de Akapae, Sage de la Forêt, concernant les Sages du Vent et de la Terre ?" cinq mains se lèvent devant Kaldin, ayant comme absents le Sage du Feu et le Sage de l'Esprit "Cinq sages sur Sept ont voté pour entendre les informations. Akapae, divulguez-nous les résultats de vos recherches.
- Très bien. Mes recherches n'ont pour le moment abouti que pour trouver la race de ces sages. Mais c'est amplement suffisant. Le sage du vent sera un Kokiri et le sage de la terre sera un Zora.
- Ce n'est pas dans la règle des sages qu'ils doivent tous être de races différentes ?" demande le Sage de l'Eau
- Si, normalement, mais je crois comprendre ce que cette prophétie veut vraiment dire." déclare le Sage de l'Ombre
- Quoi donc ?
- Que l'ordre actuel des sages va encore une fois être dissous." la déclaration du Sage de l'Ombre fait du bruit dans la salle, y compris les esprits des anciens sages assistant à la session.
- Silence dans la salle !" hausse la voix de la cheffe "Si c'est la vérité, nous ne pouvons que l'accepter, et espérer que cela se passera en des bonnes conditions. Nous en avons l'expérience avec Ganondorf, nous ne chercherons pas plus loin. Ainsi, Sage de la Forêt, merci de stopper vos recherches. Et les autres sages ici présents, merci de ne pas en conduire. Le verdict est fait, le débat est clos. Vous pourrez en parler en marge de la réunion, tant que vous n'effectuez pas de recherches.
« Maintenant que les sages ont entamé la discussion, parlons des choses importantes qui secouent Pzia d'aujourd'hui. Nous avions parlé la dernière fois que nous nous sommes rencontrés de la guerre civile que connaît Pzia, et nous avions, après maints débats, décidé de ne pas agir. Or, pendant les dix ans depuis cette dernière rencontre, la guerre a continué à faire rage. Souhaitez-vous rester sur notre position, ou bien la reconsidérer ? Le débat est ouvert. Mais avant, laissez-moi, pour ceux qui n'avaient pas comme préoccupation observer les actions qui se déroulaient, convoquer Zeh-Tohjeru, Maître-Espion, Chef de la Première Division des Forces d'Intelligence de la Confrérie des Sages." l'intéressé apparaît au centre des huit sages formant un cercle
- Votre honneur Kaldin, mesdames messieurs les Sages.
- Zeh-Tohjeru, donnez-nous un descriptif complet des agissements dans le cadre de la Guerre Civile Pzienne depuis notre dernière réunion il y a de cela dix ans.
- Je m’y attelle évidemment, votre grandeur. Donc il y a dix ans Elmon a consolidé son pouvoir, et est même désormais bien vu de la populace Yohlvalienne. Mais prenons les choses dans l’ordre. Il a réussi à consolider son emprise dans tout le Royaume, et la Princesse Zelda, son frère et sa gouvernante ont dû s’exiler. La princesse s’est écartée de la procession une nuit et elle a dû voyager seule jusqu’au temple de l’Oracle de Din Denghai Watemushi à Gor’Aduerbon en prendant le Chemin des Processions, où la princesse a été désignée sous Protection Divine de Din, et un adepte nommé Gb8 a été nommé comme son tuteur. Il était à peine plus vieux qu’elle, mais quand même. La gouvernante la rejoignit quelques jours après comme elle se dirigeait vers le Royaume Goron et elle a entendu les rumeurs quant à la princesse
- Excusez-moi de vous interrompre dans votre récit, mais malgré le fait que Zelda ait eu la chance infinie d’être bénie par Din, qu’en est-il de son frère ?" demande le Sage du Feu
- Je suis désolé, mais nous n’en avons strictement aucune idée. Nous expérimentions à ce moment-là des pénuries de personnel et nous avons tout bonnement perdu sa trace sur le chemin vers le Royaume Goron. Nous ne savons même pas s’il est mort ou s’il est vivant, pour vous dire. Nous en sommes profondément confus.
- Silence dans la salle, Zeh-Tohjeru continuez." demande Kaldin
- Très bien, merci. Zelda et sa gouvernante passeront un an à Gor Aduerbon avant que cette dernière meurt de vieillesse, et que Zelda décide d’aller au Royaume Zora. Mais pendant ce temps, laissez-moi introduire une nouvelle faction dans la guerre : les Gérudos, dirigés par leur roi Narudorf, qui ont déclaré la guerre à Pzia, je ne précise pas le régime politique, afin de reconquérir leurs terres ancestrales.
- Vous n’êtes pas là pour vous amuser, Maître-Espion. Reprenez votre rapport.
- Excusez mes libertés, votre Honneur. Donc les Gérudos ont envahi tout le désert du même nom, incorporant notamment les Néo-Gérudos locaux qui n’ont pas fui vers la Vallée Gérudo. D’ailleurs, au même moment quasiment, Elmon a annexé les Etats des Terres du Nord et des Terres d’Akkala. Ensuite, la cour en exil de Pzia s’installe durablement dans les terres du Royaume Zora, et il faut noter le recrutement de certains agents très bons, Squibbo, maître épéiste, et Xanto01, très bonne espionne, ainsi que d’autres bons éléments à avoir dans son camp. Les Gorons ont commencé à se réarmer, ayant peur d’une attaque sur leurs mines dans le Royaume de la Vallée Gérudo, mais ont refuser plusieurs fois les tentatives d’alliances de la part de Zelda, qui commence à devenir puissante. C’est justement cette puissance qui lui permet de convaincre Squibbo d’aller espionner le Château de Pzia, et qui échoue en étant capturé par Deerae, selon mes informations un vieux rival. On arrive au temps présent comme je suis informé qu’une personne nommée Stefbad, mage très puissant, a commencé à voyager dans les terres Gérudos avec un hylien nommé Siov, et plus tard une gérudo nommée Ahretna. Cette gérudo d’ailleurs est la petite-fille du fameux Zelink qu’ils rejoignent alors qu’ils montent la Vallée Gérudo. C’est au même moment que Narudorf déclare son attaque sur le Royaume de la Vallée Gérudo, ce qui alerte Zelda IV qui, alors en voyage diplomatique avec Xanto01 et Gb8, réussit à convaincre Gar’Galunda, Chef Goron, d’agir. Elle va donc chevaucher vers le site de la bataille, et ils rencontrent Squibbo et Deerae en chemin. Laissez-moi vous expliquer pourquoi ils se croisent : Squibbo, après avoir subi les radiations du Miroir des Ombres d’après la sentence nommée MO7 qui l’a à moitié corrompu en Twili, a réussi à s’enfuir de sa prison et est rejoint par une Twili nommée Swarda et Deerae, envoyé patrouiller aux alentours du château par l’Impératrice Néralda. Après s’être combattu contre la Twili et le semi-twili, il est vaincu et les suit en direction de la Vallée Gérudo, Squibbo y allant afin d’empêcher Deerae de localiser Zelda, or celle-ci les rencontrent. Ils la rejoignent donc et avec l’armée goronne font face aux gérudos, et sont envoyés par Gb8 dans les hauteurs de la Vallée. Voici tout ce que je sais.
- Merci beaucoup pour votre bien utile exposé des récents évènements. Vous pouvez disposer, le conseil va délibérer. Nous vous invoquerons en cas de besoin.
- À vos ordres." et Zeh-Tohjeru disparait
- Très bien, Sages, vous pouvez parler.
- À mon avis, rien de bien grave ne peut arriver, que des malheureux morts, mais aucun danger véritable pour Pzia. La seule chose sur laquelle je garderais un œil, ce sont les Gérudos, ils n’y sont pas arrivés à l’époque de nos fondateurs, mais ils peuvent très bien envahir tout notre monde." déclare le Sage de la Lumière
- Phetaru, je ne suis pas totalement d’accord avec toi." dit la Sage de l’Eau "Il ne faut pas oublier que ce Stefbad semble se mêler à cette affaire, et c’est un mage tout de même très puissant.
- Souvenez-vous qu’il a fait ce vœu de neutralité, il ne souhaitera pas se mêler à la politique." déclare le Sage de la Forêt
- Vœu de quoi ?" demande avec un haussement de sourcils le Sage de l’Ombre "Vous savez très bien que ce genre de personnes n’a aucun honneur, il est au service de cette ordure de Spectra, jamais il ne le tiendra.
- Les rapports disent qu’il le tient depuis qu’il l’a énoncé." déclare Kaldin
- Je suis sceptique quand même.
- A mon avis, comme ce Spectra doit être purifié comme on n’entend plus parler de lui, son laquet ne doit plus faire grand-chose." dit le Sage du Feu
- Je suis d’accord, à mon avis s’il intervient, c’est sous les ordres de Spectra." appuye le Sage de la Lumière "Il n’a historiquement rien fait d’important sans son consentement.
- Il ne faut pas oublier qu’il a enseigné sa magie." riposte la Sage de l’Ombre "Et ce sans le consentement de Spectra.
- Ce n’est pas comme si c’était quelque chose des plus importants, Tenriah." tempère le Sage de la Forêt "Et en plus on connait toutes les bonnes actions dont Zelink a été capable.
- Je pense qu’on devrait garder un œil sur Stefbad, afin d’éviter qu’il mette en danger la vie de Zelda IV ou d’Elmon… ou quelque autre grand acteur de Pzia." déclare le Sage de la Lumière "J’appelle au droit de vote.
- Très bien, les Sages doivent désormais voter." Kaldin annonce "Ceux qui souhaitent que le Conseil des Sages garde un œil sur Stefbad lèvent la main." quatre Sages lèvent la main "Quatre Sages sur Sept ont voté pour surveiller le Mage Stefbad. Le conseil a voté, la décision sera appliquée imm...
- Opposition !
- Sage de l'Esprit, j'espère que vous savez ce que vous faisez en faisant appel au droit d'opposition, surtout sachant que vous êtes restée silencieuse le long du débat. Procédez.
- Voyez-vous, j'ai une information d'importance capitale qui démontrerait qu'un vote d'une autre nature serait à effectuer. En tant que Sage de l'Esprit, je suis la plus sensible à ce genre de choses, mais c'est réellement Kaldin qui serait au courant. Ainsi, j'invoque de plus mon droit d'appel au Président au débat.
- Vous devez être sure de vous, Saaran.
- Oh que je le suis, Présidente. Ou devrais-je dire désormais, Sage du Temps."
Titre: Stefbad, les fics de l'histoire
Posté par: stefbad le jeudi 14 mars 2019, 20:45:18
 Me revoici ! Je reprends l'avancée de l'histoire comme je peux désormais vous annoncer qu'on approche dangereusement de la fin, mais n'ayez crainte, je vous réserve encore quelques surprises... et quelques questions... Bref, découvrez ce nouvel épisode, pour lequel j'ai pris une approche plus poétique (même si j'aime pas la poésie). Bonne lecture !



Chapitre 17 : Etoiles de la nouvelle nuit

 Pourquoi... Pourquoi était la seule question qui hantait Squibbo comme il était projeté par Gb8 vers le sommet de la Vallée. Pourquoi Zelda était là, était ce qu'il se demandait alors que Swarda le rattrapait. Pourquoi elle aimait Deerae et ne l'avait jamais dit, alors qu'il se redressait pour aider la Twili à rattraper ceux qui sont propulsés. Pourquoi Squibbo avait été tellement incapable dans sa mission comme dans son retour, alors que Zelda, dernière, arrivait au-dessus de la falaise. Squibbo n'arrivait plus à se concentrer, plus à ingorer ses doutes intérieurs, plus à penser à autre chose que ce choc. Jamais il ne retrouverait sa dignité, mais pourtant, c'était pas ce qui l'attristait le plus. Il ne sait pas pourquoi il le sait, mais la dignité n'est pas ce qui le détruit intérieurement. Alors qu'est-ce ? Quel est ce sentiment de profonde blessure ?

"Bon, très bien, il faut agir vite." prend la parole Zelda "Il nous faut aider les victimes mais aussi prendre contact avec le Roi Aleph ud Loyahl. Je propose qu'on se divise afin de couvrir plus de terrain. Squibbo et Deerae, allez ensemble et protégez les environs du château, ainsi que le bord de la falaise. Xanto01, tu ira avec cette personne vers l'intérieur des montagnes, au cas où les Gérudos y soient déjà allés. Quand à moi, j'irai converser avec le Roi.
- Ce ne serait pas dangereux pour vous d'y aller seul, votre majesté ?" s'écrie Xanto01
- Oui, mais c'est la meilleure solution.
- Mais...
- Et t'as quelqu'un avec toi.
- Oui, je sais, mais...
- Théoriquement, il y a déjà des Gérudos sur l'intérieur de la montagne.
- J'abandonne... J'y vais."

Visiblement frustrée, Xanto01 et Swarda s'en vont vers l'est, au-delà du beau château que Squibbo aura pour mission de protéger. Après avoir dit bonne chance à Zelda, lui et Deerae se dirigent vers la falaise pour appréhender l'ennemi. La vallée Gérudo d'en haut est un endroit véritablement magnifique, et un spectacle d'autant plus beau que des lumières commencent à illuminer les parois du canyon. Sa couleur ocre était une teinte très rare dans Pzia, tellement rare même que souvent dans les légendes, on parle du Désert en disant "Au-delà des Murs Ocres", et ces murs en question ont été le décor pour de nombreux actes fantastiques. Et cette fascination pour le différent prenait aussi Squibbo, comme elle avait pris beaucoup de personnes avant et prendra beaucoup de personnes après.
 Deerae sort son rival de sa contemplation comme il lui indique qu'il faut s'occuper de la mission donnée par Zelda. Squibbo reprends ses esprits et se dirige vers le Sud, épée en main. Il n'avait jamais combattu avec l'autre, il n'avait jamais même tenté, persuadé que celui-ci ne ferait que de le gêner. Deerae est légèrement plus jeune que son rival, et n'a jamais été aussi bon que lui dans leurs jours à la Garde d'Hyrule. La preuve en est qu'il a rejoint Elmon et pas Zelda, alors même qu'il est amoureux de cette dernière. Ce choix est le plus stupide qu'il n'ait jamais entendu, et pourtant Deerae se prétend être au même niveau que Squibbo. Il a beau s'être bien battu avec Swarda, puis lui, il n'empêche que même sans aide Squibbo aurait gagné. Alors pourquoi Zelda a trouvé intelligent de les mettre ensemble ? A-t-elle perdu la raison ?


"Squibbo, reprends-toi, on est dans une bataille. Ne relâche jamais ton attention."

 Ne pas relâcher son attention... Que voilà quelque chose de facile à dire, pour un débutant comme lui. Évidemment que Squibbo fais attention, il faut toujours quand on est la nuit et qu'on ne peut pas voir l'adversaire. Il est à l'avantage comme nous ne pouvons pas voir, et comme nous sommes à la recherche d'un groupe armé, pas une seule Gérudo. Tout le monde fait attention quand il ne peut pas voir l'adversaire, c'est une question stupide. Et ce sera quand les deux épéistes seront capables eux aussi prendre avantage de cette pénombre qu'ils seront maîtres du champ de bataille.
 Mais aucun bruit. Seul à les accompagner est le bruit de leurs pas. Aucun Gérudo, ni signe de vie. N'y a-t-il donc personne ? Un bruit. Les deux rivaux, presque dos à dos, se tiennent en position de défense, prêts à tuer le moindre ennemi qui arrive par surprise. Le bruit des ailes. Ce n'était qu'un oiseau. Les épéites baissent leur garde. Ils reprennent leur marche. La falaise côté désert. Il n'y avait personne. Deerae leva les yeux vers Squibbo, qui acquiesça. Ils continueraient vers l'Ouest, pour rejoindre Xanto01 et Swarda.
 Les deux adeptes de l'épée progressent en une marche lente au travers du voile de pénombre que faisait se recouvrir sur la terre l'orée de la nuit. Qu'ils regardent à leurs pieds, en face d'eux, derrière leur dos, à leur droite ou à leur gauche, seul du noir apparaissait aux yeux des deux rivaux, qui n'étaient même plus capables de différencier leur pair du décor. Mais lorsqu'ils osaient détacher leur regard de la route invisible pour regarder le toit du monde, autour de l'unique et majestueux, pourtant si petit, astre rond qu'est la Lune, qui partage son habitat avec une multitude de de petits points brillants, ils ne peuvent qu'admirer. On disait souvent que ces étoiles étaient les fils des trois déesses qui n'attendent que d'atterrir sur Pzia pour apporter leur pierre dans la grande construction que leurs mères ont laissé. D'autres disent que ce sont les grains de sables que la Déesse des Sables a fait s'envoler pour créer l'eau. Et encore d'autres disent que ce sont des mondes lointains dont seule une petite lueur nous parvient. Peu importe le peuple, peu importe la religion, peu importe les défauts, tous ont un jour admiré ce magnifique spectacle dont seule la nuit bénéfique sait nous gratifier.
 Et au travers de ce long et profond silence, même pas interrompu par les cigales, par les oiseaux ou par les mangeurs de viande, s'élève une voix. Une voix qui serait presque étherale si un musicien avait décidé de capturer le moment. Une voix qui viendrait de la nature retrouvant sa paix si un poète avait décidé d'inscrire le moment. Une voix qui serait la seule nuance dans un monde uniforme si un peintre avait décidé de graver le moment. Or elle n'était rien de cela, juste la voix de quelqu'un qui ne pratique le chant qu'à ses heures perdues, que trop rares à cause de son travail. C'était la voix de Deerae qui entonnait une très ancienne mélodie hylienne que toutes les mères chantent à leur enfant pour les faire s'endormir. Lente, son rythme langoureux évoque aux auditeurs un comparable sentiment de douceur et de paix à la sérénité de la nuit, et il n'importe ô combien la personne est expérimentée en l'art d'entonner, l'épéiste y investit tous ses sentiments et le résultat n'en est que plus émotionnel.


"Mais qu'est-ce que tu fais, Deerae !" crie sourdement son coéquipier "T'as perdu la tête ?
- Non... Je pleure simplement ma réunion avec Zelda qui n'a même pas duré autant de temps que cette discussion, alors qu'on ne s'est pas vus depuis des année...
- Tu sais, si tu voulais ne pas la quitter, il ne fallait pas te mettre du côté d'Elmon !
- Tu sais, si tu savais combien la vie est complexe, tu comprendrais pourquoi je me suis mis du côté d'Elmon.
- Arrête de te moquer de moi.
- C'était sérieux, tu sais. Attention, il y a des personnes devant.
- Comment ça ? Comment le sais-tu ? Et est-ce que je peux te faire confiance ?
- Parce que j'ai utilisé de la magie, et parce que c'est objectivement plus profitable d'être de ton côté dans cette situation."

Pas totalement convaincu, Squibbo tire quand même son épée, et avance en position de garde. Quand enfin l'ennemi arrive en vue, Squibbo ne fait confiance qu'à son instinct, et bouge son bras à une vitesse inouïe, plus rapide que ce à quoi il s'attendait comme après avoir asséné ce coup de bas en haut sur la Gérudo la plus proche, il reste le temps d'une seconde comme gelé sur place. Il reprend ses esprits et continue son enchaînement de coups comme Deerae arrive en renfort. Les Gérudos se préparent désormais à l'attaque, et l'effet de surprise se dissipe.
 Le combat est dur, et rapidement Squibbo est encerclé par ses ennemis qui ne se privent pas d'asséner des coups. C'est à ce genre de moment qu'il bénit son ascendance Zora comme, avec le peu de magie qu'il maîtrise, il produit un mélange d'eau et de glace qu'il projette sur ses adversaires, lui permettant de les éloigner pour gagner du temps et surtout aller faire une percée sans être ennuyé par d'autres personnes. Il s'active donc et se jette sur des gérudos qui avaient prédit le coup, mais qui ne s'attendaient pas à une telle férocité de la part de l'épéiste qui assène des coups toujours plus puissants et toujours plus rapide. Plus rapide même que toute capacité hylienne naturelle.
 Squibbo le sentait bien, il allait pouvoir faire sa percée... quand une traître lance traverse son dos. Il ne l'avait pas vu, mais le cercle gérudo s'était refermé sur lui plus rapidement qu'il ne l'imaginait. Le sang coulait à flots sur son bassin. La lame se retire. Les femmes du désert n'ont pas usurpé leur titre. On ne peut pas les vaincre seul. C'est de la pure folie, même le meilleur des épéistes ne peut vaincre à lui seul armée, aussi inexpérimentée qu'elle soit. Squibbo a été stupide de penser ça. Il s'agenouille. Elles vont pouvoir le prendre prisonnier. Elles vont pouvoir l'emporter loin dans le désert, à un endroit perdu et lointain. Et même si Squibbo serait capable de se relever grâce à sa magie de l'eau, à quoi ça sert quand on sait qu'on a aucune chance de réussite contre l'ennemi ?


Car Squibbo se pensait seul, et perdu.

Mais il n'était pas le seul à combattre ces Gérudos.

Cela, il l'avait oublié, ou du moins il ne voulait pas s'en souvenir.

Squibbo vit soudain quelques Gérudos à sa droite tomber. Ques se passait-il donc ? Puis, il vit quelqu'un. C'était Deerae. Deerae venait le sauver de son sort. Comment était-ce possible ? N'avait-il pas dit qu'il le haïssait ? Alors pourquoi il ne l'a pas laissé disparaitre ? Ça n'a aucun sens ! Et pourtant, c'était ce qui s'était passé. Deerae tailladait les Gérudos en se dirigeant vers son allié. Squibbo n'hésita pas une seconde, ses mains s'illuminèrent d'une lumière bleuâtre qu'il appliqua sur sa plaie, et de la glace boucha rapidement la profonde blessure. Il était à nouveau capable de se battre, et ne s'en priva pas.
 Il se releva soudain, portant son épée verticalement pour pouvoir infliger une blessure à la Gérudo en face. Puis, profitant encore de l'effet de surprise, il taillade quelques gérudos sur le chemin de son sauveur. Quand celui-ci arrive enfin près de lui, ils se mettent tous deux dos contre dos, afin que chacun surveille les arrières de l'autre, et que Squibbo puisse se reposer sur son rival. Ensemble ils se défendent, et les coups sont comme interminables, à la fois de la part des épéistes que des Gérudos. Quand elles prennent avantange de la longueur de leur lance de la différence de portée, Squibbo taillade leurs lances, ou bien leur envoie des projectiles de glace, ce qui force les féroces guerrières à se rapprocher, et à ce moment, l'épéiste difforme peut leur donner un coup fatal.
 Ce manège continua jusqu'à que une bonne partie des forces en présence soit anéantie et que la capitaine ordonne la retraite. Quand ils reviendront en leur camp, s'ils reviennent, le déshonneur les comblera comme ce bataillon n'a pas pu vaincre deux épéistes. Mais la capitaine avait reconnu la défaite, ce que certains novices ne feraient jamais. Une capitaine expérimentée en charge de bleues, sûrement. Squibbo s'assit. La glace avait beau diminuer la douleur, elle ne l'anéantissait pas, et surtout ne la guérirait pas. Deerae s'assit à côté de lui.


"Tu sais, Squibbo, c'était stupide de se jeter comme ça dans l'armée ennemie. Un peu plus et tu y passais. Qu'est-ce qui t'as pris ?
- Rien.
- Oh... Je vois donc que je n'obtiendrai rien de toi. Dommage, car je pensais que tu étais intéressé par pourquoi je suis allé du côté d'Elmon. Mais puisque...
- Dis-le moi. S'il te plait. J'ai besoin de réponses.
- Je vois que tu t'es réveillé. Bien. Mais après tu me raconteras comment s'est portée Zelda... Non, je vais vouloir le découvrir par ses mots. Promets-moi plutôt de me dire ça plus tard, pour que je puisse voir ton point de vue plus tard.
« Bref, je crois que je vais commencer par le début, quand moi et Zelda nous voyions régulièrement. Or, on n'avait pas le droit de le faire. Seuls les monarques ont le droit de décider quelles relations auront les membres de la famille. C'était une façon d'empêcher que du sang d'incapable rentre dans la famille royale afin qu'elle reste bonne pour reigner. Mais il se trouve que les princesses et les princes d'Hyrule ne sont pas des hommes différents de nous, et ainsi les déesses leur ont aussi donné la capacité d'être amoureux. Il y a eu énormément de cas d'amour interdit, j'en suis sûr et c'était mon cas, avec Zelda, ainsi que le cas d'Elmon avec Mirada.
« Mais, il se trouve que la relation entre Elmon et Mirada, la plus fusionnelle des deux, fut découverte. Et les deux amants furent jugés, mais dans le plus grand secret. Il fut décidé que Elmon serait exécuté, et Mirada, déshéritée et exilée en Horon. Ce jugement révolta Elmon, qui plaida pour la clémence contre même une sentence plus horrible pour lui, mais ils n'écoutaient plus les condoléances. Et comme il savait que moi et Zelda avions une relation, il décida d'agir et tua le Roi pour prendre sa place, celui-ci, fier jusqu'au bout, ne voulait pas comprendre que Justice n'était pas ce qu'il faisait.
« Et moi, j'ai cru en le rêve d'Elmon, celui de créer un monde libre, où l'on peut aimer comme on le veut, et où nul ne nous empêche d'être ce qu'on est. C'est pour ça que je l'ai suivi. Je souhaitais l'aider à construire ce monde auquel il rêvait tant. Et je l'ai dis à Zelda, je lui ai dis que j'allais la retrouver. Et je me disais qu'elle allait fuir en dehors des combats pour revenir après. Mais elle n'est jamais revenue. Alors je me suis dis qu'il fallait la chercher, et qu'il fallait que je sois assez fort. Ainsi je me suis beaucoup entraîné, j'ai essayé de prendre avantage de ma magie, et tout cela afin de pouvoir la sauver. Mais, je ne sais pas ce qui s'est passé en Elmon, il a changé du tout au tout, tout d'un coup. Il n'arrêtait pas de parler d'un monde où Hyrule était grand - quelque soit cet Hyrule - et disait que ce monde devait absolument être de même. Il s'est alors mit à détruire les villages qu'il disait ne pas exister, des peuples qu'il disait ne s'être jamais rassemblé, des religions qu'il disait ne jamais avoir été fondées, et je crois qu'il a oublié sa promesse. Qu'il a oublié ce qu'il voulait.
- Et donc ?" demande Squibbo, esquissant un sourire
- Tu as deviné. J'étais enfant encore quand j'avais pris ma décision de poursuivre ce rêve, et alors je ne mesurais pas totalement tous ses pendants. Et finalement, quand tu m'as dis combien c'était stupide de me mettre avec Elmon pour sauver Zelda, j'ai réfléchi. Et j'en suis arrivé à une conclusion. Je rejoins Zelda dans son combat."