Messages récents

Pages: 1 2 [3] 4 5 ... 10
21
Littérature, Fictions / Père du40 raconte nous une histoire
« Dernier message par thelinkdu40 le vendredi 21 janvier 2022, 18:13:09 »
The legend of Zelda: the last hylian


CHAPITRE I: l'éveil du héros

-Link tu est notre dernier espoir, tu est l'espoir, tu est le seul hylien qui est resté vivant après 120 années d'évolution tu est le seul à pouvoir nous sauvez, tu dois le faire, l'enjeu est de taille, peu importe si tu te souviens ou pas, mais si tu ne fais rien dans les mois à venir une menace inarrêtable, s'abattra sur la patrie d'où tu provient qui étais autrefois la contrée de firone, ta patrie....A besoin de toi Link.

Soudain la voix s'estompa, les paupières commencèrent à s'ouvrir et le jeune homme sortit de sa sieste, il réalisa qu'il avait encore rêver de cette voix douce et belle et ça le chagrinait car cette voix étais sa seule amie, personne au lycée ne lui parlais , tout le monde de par le fait qu'il jouait à des jeux comme "the legend of Zelda" le traitait de gamin, et il se sentait souvent seul, par chance aujourd'hui c'étais samedi, et il décida d'allez faire un tour de vélo, il prit son mp3  et décida d'écoutez sa playlist de "the legend of zelda" après avoir mis le thème du temple du temps il enfourcha son vélo et laissa vagabondez son esprit au grès de la musique quand soudain, sur la piste cyclable il vit une lueur, une sorte de fantôme se tenait devant lui, dans un excès de panique il freina brusquement, la silhouette commença à parlez, un dialecte étrange, on aurait dit qu'elle priait, puis l'apparition disparu.

Niamor se demanda ce qu'il avait vu et surtout que c'étais t-il passé, mais il n'eut pas le temps de se questionnez plus longtemps, car une étrange lueur émanait de sa main, il regarda et ce qu'il vit le choqua, dans sa main gauche une marque apparaissait comme gravé au fer rouge, lentement dans sa peau, formant un symbole, un triangle précisément... Niamor se dit qu'il devait hallucinez mais non, il ressentait la douleur de la marque et se demanda ce qu'il se passait, la forêt, lui sombrait elle aussi bizarre, Niamor ne la reconnaissait plus, on aurait dit qu'il étais ailleurs, mais étais ce vraiment le cas où étais ce son esprit contaminé par les jeux vidéos qui imaginait tout ça....

FIN DU CHAPITRE I
22
Jeux Vidéo / Bilan vidéoludique 2021
« Dernier message par Linkonod le vendredi 21 janvier 2022, 18:02:45 »
Bon, mieux vaut tard que jamais, j'ai fait mon bilan. :hap: Et comme j'avais la flemme oublié de faire mon bilan de 2020, je l'ai fait en même temps. :hap:

0) Résumez votre année en une phrase : Beaucoup, BEAUCOUP d'indés avec des concepts très originaux (Rez, Manifold Garden, Overcooked), et une trilogie de RPG dark-fantasy ma foi pas mal du tout. :^^:


1) Votre GOTY :
Il est arrivé un peu tard dans l'année, à deux jours près j'allais pas avoir de véritable GOTY. Metroid Dread était vraiment un gros kiff à jouer, et ça fait du bien de revenir à un peu de Metroid. Malgré tous les nouveaux metroidvania qui sortent, la série sait rester au niveau. :oui: Le jeu a pris le parti de faire un monde dans lequel on se perd très peu, avec une tonne d'astuces de level design qui nous font toujours aller dans la bonne direction. J'ai été soufflé quand après l'obtention d'un power-up, j'ai voulu récupérer quelques collectibles avant de continuer, et qu'avec quelques réserves de missiles en guise de miettes de pain le jeu m'a fait traverser toute la zone pour me faire atteindre la suite. On passe 10-15 heures à se faire transporter implicitement dans le labyrinthe. Alors certes, ça limite l'exploration et le sentiment d'être perdu qu'on pouvait avoir dans Super Metroid ou MP1 et 2, mais c'est compensé par l'excellent pacing du jeu, on alterne fluidement entre les découvertes de zones, la traversée des zones E.M.M.I. (très réussi, ça aussi!), les combats de boss et les quelques bouts de narration. Le système de combat est très agréable, d'ailleurs, je n'avais pas fait le remake du 2 sur 3DS donc j'ai pu découvrir les coups au corps à corps et ça dynamise vachement les interactions, on passe moins les combats à simplement fuir en tirant. C'est un poil dommage que le jeu soit aussi généreux sur les checkpoint, cependant, j'étais bien content d'en avoir pour les zones E.M.M.I. Mais ça fait un peu trop baisser la tension de l'exploration et des combats le reste du temps. Oh, et grosse déception pour la musique, qui n'est pas au niveau de grosso modo tous les autres jeux.


2) Votre top 3 des sorties de 2021 : Pour une fois j'ai joué à au moins 3 jeux sortis cette année, incroyable.
1.
Metroid Dread, ofc.


2.
Ça faisait un petit moment qu'Under-Night in-Birth me tentait, et vu que je voulais me mettre à de nouveaux jeux de baston avec quelques amis, on s'est lancés dans Melty Blood : Type Lumina (le nouveau jeu de la série qui a inspiré UNIB). Et autant SF5 et Skullgirls m'avaient vite refroidis (en même temps, c'était un idée moisie de se lancer dans ce genre avec Skullgirls), autant celui-là est très plaisant à manier, et beaucoup plus accueillant pour les nouveaux joueurs ! Le jeu dispose d'un système d'auto-combo en mashant les boutons, ce qui est très pratique pour s'habituer à toutes les mécaniques et affronter des joueurs plus avancés avant de se mettre à apprendre des combos. Grosso-modo tous les coups sont des débuts de combos, et les mécaniques de parades sont très dynamiques, ce qui rend le jeu bien plus axé sur le yomi que sur la maîtrise des combos, et ça c'est un gros plus pour moi.:oui:


3.
It Takes Two était assez fun à jouer, et se renouvelle très bien avec sa fournée d'idées de gameplay et de passages scriptés. Les mini-jeux et interactions avec le décor sont de très bonnes idées pour garder l'implication après une redescente d'intensité quand on joue à deux (en même temps, tout seul le jeu perd en grande partie son intérêt). J'aurais bien aimé plus de profondeur dans le gameplay, même si je sais que c'est pas trop ce qu'on attend dans ce genre de jeu, mais à part ça le jeu est hyper bien polished, que ce soit sur les décors, le level design ou la maniabilité.


3) Déceptions de l'année :
Blasphemous, qui m'a pas mal refroidi avec son rythme et son gamefeel. J'imagine qu'il y a une partie de ces reproches qui sont intentionnels et reliés à l'univers horrifique inspiré de l'Eglise catholique espagnole, qui est d'ailleurs très réussi, mais manette en main, ça ne passe pas super bien. Les déplacements sont lourds, le double saut est à moitié inutile et vraiment contre-intuitif, et pour un metroidvania il met très très peu l'accent sur l'obtention de power-ups qui donnent accès à de nouvelles zones. Ça rend l'exploration très peu agréable, ce qui est dommage vu comment les zones et les boss ont des designs très inspirés et originaux. Et comme j'ai touché à Metroid Dread au milieu de ma run de Blasphemous, c'était difficile d'y retourner ensuite, le jeu souffrait bien trop de la comparaison dans ma tête.
Je dirais Transistor aussi, vu comment je ne colle pas du tout à son système de combat et de progression, mais là j'ai plus l'impression que ce n'est juste pas mon genre de jeu. Un peu comme ma « déception » de l'année dernière en fait.


4) La palme d'or ès graphismes :
La direction artistique de Sayonara Wild Hearts est très, TRÈS marquée, avec des textures style aplat numérique et des couleurs qui sentent bon l’électro-pop des années 80 (et qui sont ainsi très cohérentes avec la bande-son, ce qui est quand même important pour un jeu de rythme). Chaque niveau possède des nouveautés dans le gameplay, mais aussi dans le style de l'environnement, qui s'adapte à l'humeur de la musique, ce qui leur donne à chacun beaucoup de personnalités (y aurait moyen de faire une petite tier list, tiens). C'est courant dans un jeu de rythme d'avoir l'environnement et les effets visuels qui collent au rythme de la musique, mais là je parle bien du ton, de l'émotion qui se dégage de chaque phrase musicale. Il y a une cohérence entre le visuel et le son qui est assez bluffante, et qui sent l'influence de Rez ; ce n'est clairement pas un hasard qu'il soit un des nombreux jeux auquel Sayonara Wild Hearts fait référence dans ses niveaux.


4bis) La palme d'or ès musiques :
Dans l'absolu, je dirais NieR Replicant 1.22, mais outre le fait que je suis loin de l'avoir fini, la B.O. date de 2011, et sa version remastered est bien mais pas incroyable. Donc on va dire Hadès, le petit dernier de Supergiant Games, et probablement celui où Darren Korb s'est le plus lâché pour la musique. Le mélange de musiques rock et d'harmonies orientales marche très bien pour moi, et j'ai un petit coup de cœur pour les musiques de boss et mini-boss (The Unseen Ones <3). Et c'est toujours un plaisir de tomber sur les chansons avec Ashley Barrett ! Mention spéciale à Katamari Damacy Reroll, aussi, avec sa bande-son inclassable mais unique qui donne tellement la pêche. Et à Fez, où la musique apporte tellement à l'univers qu'elle construit une très grosse partie de l'ambiance. Dur de trancher, des fois.


5) La meilleure narration/écriture :
Le genre de jeu qui ne correspond généralement pas à mon profil de joueur, mais il faut reconnaître que niveau histoire et narration, Kentucky Route Zero a des leçons à donner. Il s'agit d'un jeu d'aventure narratif, même si en réalité c'est assez compliqué de le classifier, vu comment il mélange des éléments de visual novels, de point&click et de théâtre. Oui, de théâtre. Le jeu nous donne plus le rôle de metteur en scène que de joueur ou de spectateur. On suit les rails d'une histoire selon le point de vue de Conway, le pseudo-personnage principal, ou d'une des personnes qui l'accompagne, ou bien d'une caméra de surveillance et du gardien qui regarde les écrans, ou même d'un groupe d'amis, etc. Et les décisions que l'on prend ne relèvent absolument pas de choix décisifs de l'histoire, mais plutôt de petits détails qui façonnent l'univers sans impacter le cheminement : le nom d'un chien, la situation de la boîte de Conway, les pensées intérieures d'un personnage... Je ne spoilerai pas plus toutes ces idées, et j'ai gardé les meilleures pour la découverte, mais le jeu nous permet de choisir le sens que l'on donne à ces scènes via ces choix, l'interprétation que l'on en fait ; il nous y engage d'une façon et d'un point de vue que je n'imaginais pas être aussi fascinants. Et dans un jeu qui parle de sujets à la foi aussi sérieux et peu courants que l'Amérique rurale, la dette et la solitude, ne pas avoir tenté une approche plus sensationnaliste ou dénonciatrice rend les propos beaucoup plus réels et personnels. Je ne suis pas le mieux placé pour parler de ce jeu, mais je vous recommande chaudement d'aller vous renseigner si vous ne l'avez pas déjà fait. Nostalgeek en a fait une très bonne vidéo, d'ailleurs.


6) Le meilleur gameplay :
J'aurais pu mettre Metroid Dread, mais bon, faut varier un peu. Après avoir fait la trilogie Dark Souls, je pense que je préfère le 3, mais tous les jeux ont clairement de grosses qualités et de gros défauts par rapport aux autres. Pour le meilleur gameplay, je dirais Dark Souls 2 ; il est nettement plus maniable que le 1 (bon sang, enfin un saut ergonomique) et a un buffer bien plus correct, je me suis beaucoup moins pris de bouclier → roulades in-intentionnels qui ruinaient plein de combats du 1. J'avais peur que l'histoire des frames d'invincibilité de la roulade qu'il faut monter avec ses âmes gâche le début de jeu, mais en fin de compte ça s'oublie très vite. Le 3 est très cool, mais il est à l'inverse pas assez punitif, je trouve (sauf sur quelques boss, Iudex Gundyr <3), les roulades vont tellement vite et consomment tellement peu d’endurance dès le milieu de jeu que ça en fait une option extrêmement safe. Le 2 a un meilleur équilibre dans ses options. Et surtout, quelques idées qui rendent l'exploration bien plus intéressante : les mobs qui arrêtent de respawn une fois qu'on les a tué un certain nombre de fois, les portes de pharros, les branches de dépétrification qui poussent à revenir dans les zones. Et j'avoue que la mécanique des torches était un énorme kiff, ça ajoutait beaucoup de tension à l'exploration des souterrains. J'ai eu du mal à ne pas porter mon bouclier en permanence au début, mais on s'y accroche, à cette petite flamme qui protège de certains monstres et permet de s'y retrouver dans ce @#$&% de dépotoir. Sans compter toutes les interactions qu'il peut y avoir avec ! C'est bien dommage d'avoir autant réduit son intérêt dans DS3.


7) Votre jeu multi de l'année :
Après avoir autant apprécié Furi, j'ai voulu tenter Haven, le nouveau jeu du même studio. Je ne l'ai pas encore fini, mais c'est un excellent jeu d'action-aventure en coop. Assez simple à prendre en main mais avec un gameplay de combat qui prend du temps à maîtriser, ça demande pas mal de synchronisation et à deux joueurs c'est pas évident. On joue un couple qui arrive sur une île assez étrange qui ressemble plus à une archipel d'îles volantes, et on explore chaque île en les nettoyant d'une étrange rouille... Y a une grosse composante metroidvania, des raccourcis à débloquer et des power-ups qui enrichissent le jeu au fur et à mesure que l'on explore, et c'est clairement pas pour me déplaire. Et en plus des combats et de l'exploration, on a la gestion du vaisseau, le « Nid », dans lequel on suit la vie de couple des deux protagonistes, avec plein de scènes qui se débloquent en fonction de notre progression et de leur niveau de « complicité ». Le jeu est pas très long et beaucoup de mécaniques sont faites pour le jeu à deux, donc même si le jeu peut se faire seul je recommande vivement de le faire avec quelqu'un, outre la convivialité il doit perdre un peu d'intérêt tout seul.


8) Votre plus belle découverte "retro" de l'année :
J'ai enfin lancé Katamari Damacy avec la version Reroll, je sais pas si 2004 c'est considéré comme retro aujourd'hui, mais tant pis.:oups: J'adore le concept du jeu, c'est extrêmement satisfaisant de rouler son katamari sur absolument tout et n'importe quoi. Encore plus  si ce n'importe quoi faisait 5 fois ta taille au début du niveau et n'en fait même plus la moitié ensuite. La maniabilité est pas simple, mais on sent bien l'inertie de la boule, et le poids des obstacles ; la physique est bien foutue, et c'est particulièrement important dans ce jeu. Et autant l'histoire et les dialogues ressemblent plus à une grosse blague, autant c'est toujours fascinant d'écouter le roi parler, on sait jamais sur quelle ligne de texte improbable on va tomber. La musique donne une pêche infinie, même quand elle est elle-même déconnante, j'imagine que c'est pas le style de tout le monde mais perso c'est ce qui m'a fait prendre le jeu à la base.  :^^: Allez écouter Lonely Rolling Star, peut-être que ça vous fera craquer aussi.


9) Votre meilleure surprise :
Je m'attendais à un puzzle-platformer sympa avec de jolies musiques pour Fez, même si je n'étais pas spécialement fan de la B.O. avant d'y jouer. Mais l'ambiance, OMG, je m'attendais pas à être tellement absorbé par ce petit univers onirique et énigmatique. Les anti-cubes, les langages secrets, les puzzles uniques, il y a toujours un truc en plus à découvrir, on se croirait dans un The Witness (en moins chiant :oups:). Et le monde est très attirant ! C'est pas du pixel art très très détaillé, mais chacun de ses mondes a une personnalité très forte, accentué par les effets visuels et sonores (en chiptune), et la musique. Celle-ci apporte une grosse plus-value à l'expérience, comme pour Hyper Light Drifter, Disasterpeace fait un excellent job d'implémentation de la musique. J'aime pas les 100%, mais c'est un des rares jeux où je l'ai atteint (bon, en même temps c'est pas le plus long dans ce domaine).


10) Votre plus grosse fierté vidéoludique de l'année :
Avoir repris Furi en hard mode, ce qui n'était clairement pas une croisière. J'ai encore des traumas du combat contre The Line et de comment j'ai gâché ma run en tentant la fin secrète (Je pensais pas que ça sauvegardais T.T), ce qui m'a fait recommencer et affronter à nouveau The Line. Mais surtout, ma run du mode speedrun en 39 minutes et 34 secondes. On est loin des runs optis, mais c'était une bonne expérience et mon premier essai de speedrun !


11) Votre plus grosse attente pour 2022 : Y en a pas mal. Dans les attentes raisonnables, Elden Ring et la version Switch de 13 Sentinels: Aegis Rim. Dans les moins raisonnables, BotW2 (j'y crois pas trop) et Bayonetta 3. Dans les déraisonnées, Hollow Knight Silksong et Metroid Prime 4.


12) Votre plus gros regret de l'année : J'ai dû mettre en pause NieR Replicant pour mes concours, et je n'ai pas eu le courage de le reprendre ensuite, alors que j'en meure d'envie. Je tangue entre l'envie de reprendre le jeu depuis le début pour être frais sur l'histoire, et la flemme de recommencer qui me pousse à juste reprendre là où j'en étais. Et j'ai toujours pas pris ma décision.  :'(
Il y a aussi le fait de ne toujours pas avoir fini Umineko, aussi, alors qu'il me reste une moitié de chapitre, mais je me console en me disant que comme ça je n'aurai pas à trancher entre lui et Kentucky Route Zero pour la palme de la meilleure histoire. Je me console comme je peux.  :'(
23
Jeux Vidéo / 2020 : Le bilan des joueurs
« Dernier message par Linkonod le vendredi 21 janvier 2022, 17:52:06 »
J'avais oublié de faire le bilan en 2020, donc cette année j'ai décidé de faire le bilan de 2020 et de 2021.  :hap:

0) Résumez votre année en une phrase : Pas mal de jeux sur lesquels je n'ai pas passé beaucoup (comprenez assez) de temps, vu que j'en manquais avec mes études. Même si à côté LoL m'en a pris beaucoup trop. :oups:


1) Votre GOTY :
Ça faisait un bout de temps que je voulais faire Final Fantasy X, à vrai dire depuis que j'ai suivi un let's play dessus il y a quelques années.:oups: Donc malheureusement, je n'ai pas eu le plaisir de la découverte, mais j'ai quand même attendu assez pour avoir oublié une bonne partie du jeu. Et qu'est-ce qu'il est kiffant à jouer ! C'est certainement le jeu avec le système de combat tour à tour sur lequel j'ai pris le plus de plaisir à jouer, même s'il est loin d'être très original. Pas vraiment d'ATB, un système d'attaques élémentaires très basique, mais à part ça les combats sont très fluides et chaque perso trouve rapidement son rôle dans les combats ! Le sphérier, en plus d'être très classe et grisant à parcourir, permet une progression quasiment constante et de construire explicitement ses builds. À part ça je suis plus friand des RPG bien linéaires donc l'aspect ligne droite des zones ne m'a pas du tout dérangé. L'univers est magnifique autant visuellement que sur le lore et ses symboliques, le pèlerinage mettant des tatanes à  I Am Setsuna en terme de représentation de la mise à l'épreuve de la foi. Et la musique, mon Dieu. <3


2) La meilleure surprise :
Je cherchais un petit jeu Switch sympa à jouer en portable pendant que je partais en vacances, et je suis tombé sur une pure pépite. CrossCode est un A-RPG inspiré de ceux de la SNES, où on alterne les combats entre des coups càc et du twin-stick shooter, un peu comme dans Hyper Light Drifter, et avec des donjons à la Zelda. Donc sur le papier, ça s'annonçait très bien. Mais en plus de ça, il possède un concept vraiment sympa qui est que tout le jeu se passe dans un MMORPG en VR. On se retrouve avec des joueurs-PNJ, d'un côté en suivant une histoire fantastique un peu cliché et en vivant notre petite vie de joueuse MMO (se taper des délires avec sa team, râler sur les quêtes un peu simplistes, discuter vie IRL pendant les sessions de farm), et de l'autre à suivre une vraie, solide trame. Les donjons sont hyper quali (je dirais même meilleurs que la majorité de ceux des Zelda) et l'exploration de la map a des formes de puzzle-parkour très agréables. Que du fun, ce jeu.


3) Déception de l'année :
Metal Gear Solid V avait vraiment l'air ouf pour moi, sur le papier, et le chapitre d'introduction était assez ouf, donc j'étais très emballé de le lancer, mais la maniabilité un poil lourde m'a vite refroidi, et je me suis aussi rappelé en le lançant que je n'aimais pas les TPS, celui-ci ne faisant pas exception. Je ne suis pas allé bien loin, je l'avoue, et il faudrait que je lui redonne une chance un jour. À vrai dire c'est pas vraiment une déception parce que le jeu est mauvais, je ne le pense pas, mais c'est surtout pas mon type de jeu en fait, et c'est un peu triste.


4) La palme d'or ès graphismes :
Octopath Traveller. Pas trop surprenant de le retrouver là, la 2D-HD ça pèse bien, et j'avoue être un peu hypé pour Triangle Strategy (team Sel). J'ai pas encore fini le jeu parce que je n'accroche pas du tout à la narration coupé en 4x8 parties un peu au pif, mais j'y reviens de temps en temps, et c'est toujours un plaisir de voir ces paysages dingues.


4bis) La palme d'or ès musiques :
Une de mes bandes-sons favorites de tous les temps, en fait. Final Fantasy X enchaîne banger sur banger, et connaissant la bande-son depuis longtemps, je me hypais à chaque nouvelle musique arrivant en jeu, comme on retrouve un vieux pote à un coin de rue. Ça m'arrive pas souvent, mais peu de temps après l'avoir fait je voulais déjà le recommencer, et c'était un peu à cause de tout ce bon son. :oui:


5) La plus belle plume, la plus belle histoire :
FFX mériterait probablement la place, mais comme j'en ai parlé déjà deux fois, et que le deuxième est pas loin derrière, je la lui ai laissé. Va-11 Hall-A, c'est un visual novel et un simulateur de barman qui nous place dans un futur dystopique cyberpunk, pas aussi apocalyptique qu'un Ghost in the Shell, mais pas beaucoup plus convivial. Mais dans ce jeu, on mène juste une petite vie normale, avec des soucis de ce nouveau quotidien, et à faire connaissance avec des clients plus ou moins réguliers. Bien entendu, il y a une trame qui se construit durant ces dialogues, mais l'intérêt du jeu se place surtout dans les relations qui se créent avec les clients, en échangeant, en choisissant les cocktails à servir, en apprenant leurs habitudes. Y a une proximité qui se crée avec chacun d'eux, et même si le jeu est assez court, on finit par avoir un cercle social assez riche et avec lequel on aimerait rester un peu plus longtemps.


6) Le meilleur gameplay :
Après avoir abandonné Dark Souls (mais ce n'était que partie remise  :_i _i:), je n'ai pas lâché From Soft, et j'ai craqué pour ce fameux jeu dont tout le monde parlait en 2019. Après avoir fini Furi, de toutes façons, j'étais chaud bouillant pour continuer les perfect parry. Mais autant Furi appelle à voir toujours plus de patterns et à apprendre à réagir à des tonnes de séquences, autant le gameplay de Sekiro est beaucoup plus axé sur la rapidité d'action et l'improvisation. Comme tout le monde l'a déjà dt, on danse avec son ennemi, on improvise chaque mouvement à chaque instant, et le jeu sait récompenser la prise de risque et l'intensité des affrontements.


7) Votre jeu multi de l'année :
Je me suis remis à League of Legends pendant le confinement, et je ne l'ai toujours pas lâché, donc le choix est vite fait. Bon, en même temps, c'est dommage de vendre son âme pour un F2P, mais c'est quand même très fun à jouer avec des amis.


8) Votre jeu "indé" de l'année :
Furi est un jeu assez court, qui sait très bien qu'il ne peut pas briller partout comme une grosse production et qui a décidé de concentrer ses ambitions dans un seul domaine : d'excellents combats de boss. C'est un boss rush qui alterne entre des phases de twin-stick shooter et du combat à l'épée, avec des phases inspirées du bullet hell. Rien que ça. Et le tout demande une exécution au poil tout en cherchant toujours la tension maximale dans les combats. Ça passe déjà par la musique, avec une belle brochette de musiciens synthwave à la B.O., mais aussi par un nombre très important de phases par boss (jusqu'à 11) à maîtriser et par un système de barre de vie très dynamique. Chaque fois qu'on bat une phase d'un boss, on regagne une barre de vie, et à chaque fois qu'on en perd une, le boss recharge la sienne. Sachant qu'on peut regagner un peu de vie à chaque parade et en trouvant quelques orbes de soin au milieu des tirs ennemis, les barres de vie n'arrêtent pas de zigzager et il n'est pas rare de voir plusieurs retournements de situations par combat (surtout sur le 8e boss  :_i _i:). C'est vraiment kiffant, et le rythme de combat devient très vite naturel dans les doigts.
Et en 2021, après avoir converti Cap (je sais pas si elle vous a déjà parlé de ce jeu?), je l'ai relancé en hard mode, puis tenté un peu de speedrun dessus. Il a un bon goût de reviens-y. En un mot :


9) Votre plus belle découverte "retro" de l'année :
Y a pas à dire, Super Metroid a super bien vieilli. Le gameplay est toujours aussi bon, les combats intéressants, et la maniabilité est pas dégueue ! À part les sauts muraux. Je déteste les sauts muraux. Une abomination. (On pourra pas en dire autant de Donkey Kong Country, il a salement pris un coup de vieux le pauvre) Je préfère toujours Hollow Knight ou MP2, mais je vois qu'encore aujourd'hui le jeu se défend très bien !


10) Votre plus grosse attente pour 2021 : Ehhh Je sais plus ce que j'attendais. Pas grand-chose, sans doute, vu le peu d'annonces à l'époque. On va dire Metroid Prime 4, c'est une valeur sure. :hap:


11) Votre plus gros regret de l'année : Ne pas avoir continué Yakuza 0. Mais je le relancerai, un jour, j'y crois!
24
Coin Artistique / Creations Meissan (Fanarts)
« Dernier message par meissan le vendredi 21 janvier 2022, 15:26:06 »
25
Coin Artistique / Creations Meissan (Fanarts)
« Dernier message par meissan le vendredi 21 janvier 2022, 15:25:37 »
26
Jeux Vidéo / [Discussions libres] Parlons Jeux Vidéo !
« Dernier message par Duplucky le jeudi 20 janvier 2022, 19:03:43 »
Mdr, c'était juste un taunt à l'égard de JVC parce qu'ils l'ont justement descendu parce qu'il ne convenait pas aux standards actuels.  :hihi:

Sinon, j'avance petit à petit dans le jeu, la difficulté vient de monter d'un cran avec le blizzard. Voir toutes tes stats de survie diminuer à vitesse grand V dans ce merdier est assez angoissant et on se retrouve vite à cours de stock. Là, la survie prend vraiment tout son sens. D'ailleurs j'apprécie le fait qu'on puisse se repérer à nos empreintes de pas pour vérifier qu'on n'est pas en train de tourner en rond là-dedans.

Et j'ai donc éclaté deux colosses supplémentaires. Ils étaient certes moins inventifs que le deuxième mais avaient des mécaniques sympas à exploiter, quoique le dernier m'a bien cassé les burnes. :coffee:

Et toujours plus d'explorations qui me font découvrir de nouveaux totems, de nouvelles énigmes et j'en passe (y a du lore aussi, j'ai oublié de le mentionné, tout comme j'ai oublié de mentionner le fait qu'on a une paravoile aussi dans ce jeu, mais contrairement à BotW, on peut se faire emporter par le vent si on le sort au mauvais moment, ça m'est arrivé de partir exactement à l'opposée de ma destination sans pouvoir lutter contre le vent.  :hihi: )
27
Jeux Vidéo / [Discussions libres] Parlons Jeux Vidéo !
« Dernier message par D_Y le jeudi 20 janvier 2022, 15:50:35 »
Peut être pour cet exemple en particulier, mais l'industrie jv indépendante n'est pas définie par la grandeur des équipes, c'est pas des PME. C'est plus un terme-valise qu'autre chose, t'as de l'indé qui est fait par 3 péquenauds dans leurs garages comme t'en as qui sont fait avec de vraies équipes pro (et souvent dev de métier qui ont migré vers d'autres studios ou créer leur propre boite). A l'inverse, t'as des jeux non-indé plus que fades et réalisés avec trois bouts de ficelle par des studio à moitié clodo.

BotW ou SotC sont eux-mêmes hors standard. Le vrai standard des studios c'est pas les claques graphiques ou les révolutions. Ce sont de bêtes couloirs vus et revus, avec les mêmes codes et les mêmes cahiers des charges, et hop on vend ça sur le marché comme un poisson dont on connait déjà le goût. C'est vraiment pas compliqué de casser ces standards, et on commence à avoir pas mal de jeux indé qui font totalement illusion, jusqu'à se demander si ce sont vraiment des indé ou pas. Ce qui compte c'est surtout qui investit et distribue. Que ce soit Sony ou la communauté des joueurs (comme pour Star Citizen qui va bien au delà d'hypothétiques standards des studio) ne change pas grand chose à la nature des projets.

Mais bon je connais pas le jeu dont parle Dup v.v
28
Jeux Vidéo / [Discussions libres] Parlons Jeux Vidéo !
« Dernier message par Cap le jeudi 20 janvier 2022, 15:35:32 »
Ca me parait un peu trop en demander à un jeu indé par 3 personnes avec un petit budget de sortir un monde ouvert aussi riche et fourni qu'un BotW, avec une composante survie bien poussée et des colosses à affronter qui se renouvellent.

Oui, il y a des indés qui cassent complétement ce qu'on attendre d'eux. On peut citer Hollow Knight, qui sort de nulle part et qui pose assez haut le standing des metroidvania, ou Hadès pour les rogue lite (mais le studio n'était pas à son coup d'essai). Mais mis à part ces quelques exceptions, les indés exploitent un mécanique, une idée, un concept, la poussent et la travaillent (sous un angle qui peut même sortir du classicisme des grosses productions), mais ne sortent pas un truc aussi global et complet que des grosses productions (gros budget, grosse équipe).
Dis d'une autre manière, ça me parait assez exigeant d'attendre d'un indé avec un petit budget et une équipe plus que réduite de sortir un truc qui puisse se comparer sur tous ces aspects à un BotW ou SotC qui sont quand même de belles références dans le paysage vidéoludique
29
Jeux Vidéo / [Discussions libres] Parlons Jeux Vidéo !
« Dernier message par D_Y le jeudi 20 janvier 2022, 15:22:57 »
Je comprends pas trop votre histoire de standards v.v T'as des fois des jeux non-indé qui ne remplissent pas ce qui devrait être des standards, et parfois des jeux indé qui les respectent voire vont au delà. La différence entre les deux est moins une différence concrète dans leur nature, mais une différence de moyens mis dans le marketing.
30
Discussions Générales / Restons dans le Hors-Sujet ! [Discussions libres]
« Dernier message par thelinkdu40 le jeudi 20 janvier 2022, 15:10:44 »
J ai enfin décidé de ne plus me laissez marcher sur les  pieds par le colloc il m a encore embêter avec le ménage qu alors là je peut vraiment pas faire grand chose vu que je dois me reposer ,je dois pas trop en faire je boite un peu et donc je peut presque pas faire grand chose déjà pour le tatoueur d y allez ça va être dure, (du coup vu la colère qu il a eu j ai décide de reporter le tatoueur car sinon il m aurait dit que pour allez au tatoueur je suis capable mais pas pour faire le ménage et pourrais me virer de l appartement) ...bref tout est sorti et ça a envenimer la situation et le colloc qui est devenu encore plus nocif et qui vient me voir en mode " fais pas la gueule t a plus 15 ans.
Pages: 1 2 [3] 4 5 ... 10