Communauté > Débat

Pourquoi les jeunes vont-ils si mal de nos jours ?

(1/8) > >>

Chompir:
Je me suis posé la question plusieurs fois par le passé, en me demandant pourquoi les jeunes allaient mal aujourd'hui ? J'y ai réfléchi plusieurs fois sans jamais vraiment trouver de réponse. Est-ce une tendance actuelle ? Le monde qui fait que ? Les médias avec la vision qu'ils donnent des jeunes ou de l'avenir avec leurs reportages du dimanche ? Le système scolaire ?
Certains répondront même un tout mais il est intéressant de soulever cette question qui est surement l'une des problématiques actuelle les plus présente.
Je ne vous cacherai pas que, moi même, je suis dans ce cas. J'ai arrêté le lycée suite à une phobie scolaire même si malgré une tentative de reprendre le lycée en septembre dernier, je n'aurai pas tenu plus d'un mois, le système ne me convenant plus, me sentant délaissé par ce système scolaire qui n'offrait rien dans mon cas... (on les vends bien les options qui font que l'on peut suivre les cours à domicile ou reprendre les cours petits à petits mais faut-il encore que ce soit mis en place. Les autres solution de te faire suivre par un système spécialisé de pédopsychiatre qui vont jusqu'à te placer dans une structure d'école/hôpital ou tu es suivis médicalement avec plein de médicaments tous plus mauvais les uns que les autres et qu'on appelle camisole chimique. :hap:) cela m'a mené en grande partie à une dépression qui est présente depuis la mi-octobre et je sais que je ne suis pas le seul jeune dans le même cas, je constate que bon nombre de jeunes vivent des cas similaires ou ne se sentent pas à leurs place dans cette société, qu'elle n'a rien à leur offrir ou qu'elle ne sert à rien. Qu'ils n'ont pas d'avenir, qu'ils se sentent jugés, parfois ils se sentent délaissés par leur famille, leur amis. Aller au collège/lycée devient un enfer. Pourquoi cela ? Y-a-t'il une raison pour qu'autant de jeunes ressentent cela ? Depuis combien de temps ça dur ? J'imagine bien que ça n'a pas commencé aujourd'hui Bien sur je m'avance seulement sur un ressenti et une tendance que je constate mais nullement sur des statistiques et je ne fais d'ailleurs ici aucune généralisation. Il y a surement des jeunes sur le forum qui auront un avis tout autre sur la question ou bien d'autres qui vivent au contraire une situation similaire.

La question est ouverte à tous et je vous proposes de réfléchir à cette problématique et de vous poser cette question mais aussi aux jeunes de partager ce qu'ils ressentent et de donner leurs avis, ça ne sera que des plus intéressant.

Moon:
Déjà merci pour partager ton experience, c'est toujours très délicat de faire part de ses problèmes et "faiblesses".

D'après moi, si on ne doit pas faire de généralités, c'est un fait, beaucoup de jeunes (et moins jeunes) vont très mal.
La pression de la société est toujours grandissante, les incertitudes sur l'emploi, l'avenir en général sont toujours très important, la France globalement est plus dépressive que nos voisin (j'ai plus les chiffres en tête mais je crois qu'on consomme genre 3 fois plus anxiolytiques qu'en Allemagne ce qui est énorme et évidemment abusif).

Les problèmes de harcèlement, qui étaient déjà très présent "de mon temps" (ouh le vieux con :p) sont à mon avis largement plus présent par les effets pervers d'internet et des téléphones
C'est un excellent outil je dis pas mais entre snapchat, facebook, titter, instagram et tout, on est plus que jamais dans le paraitre, la société te dicte tout ce que tu dois faire et être jusqu'aux moments intimes (là où "de mon temps", tout ce qui était chez toi restait chez toi), je juge et te harcèle.

On peut peut être rajouter des familles déstructurées (bon là ça sera soumis à débat mais plus que les familles monoparentales ou divorcés, j'entends surtout les familles sans repères et instables), des parents qui sont eux même pris à la gorge (et bon avoir des parents dépressifs t'aident pas souvent à te sentir bien, souvent c'est les enfants qui doivent épauler leurs parents), ...

On peut peut être rajouter les problèmes sociaux plus globaux auxquels personnellement je n'avais pas eu affaire tant jeune et mes parents non plus : le terrorisme, la guerre, scandales à répétition, décès peut être plus médiatisés qu'auparavant (et les maladies du coups comme les cancers), ....

Bref, il y aurait plein de facteurs, il y a eu une enquête récemment qu'il faudrait que je retrouve où une majorité de parents disaient que c'était plus dur dans la vie pour leurs enfants que pour eux même, alors vrai ou pas, il y a une forte inquiétude qui se reporte forcément aussi sur les enfants et ne fait que leur rajouter cette pression.

Liam:
Un peu de doc pour creuser.

https://www.insee.fr/fr/statistiques/1288281
https://www.insee.fr/fr/statistiques/1288286
https://www.insee.fr/fr/statistiques/1288903
https://www.insee.fr/fr/statistiques/1288234
https://www.insee.fr/fr/statistiques/1376732

Ptitecocotte : Tu pourrais peut-être nous faire part de ton propre avis sur la question plutôt que de balancer des liens.

J'ai pas d'avis éclairé sur la question, je pense que Chompir trouvera beaucoup de réflexions à nourrir dans cette docu.
À chaud, je dirais que le mal être des jeunes est intiment lié aux difficultés familiales, scolaires et plus généralement systémiques. On grandit dans un environnement méritocrate, discriminatoire et notamment psychophobe à l'égard des neuroatypiques. Ça a toujours été comme ça. Ça pourrait en être autrement si on s'engageait sur des réformes sociales de fond.

Guiiil:
Il y a beaucoup à dire sur le sujet, je vais donner mon opinion perso sur le sujet.

Comme vous le savez peut-être, j'ai été insulté et frappé à l'école et au collège pour différentes raisons, entre autre parce que je ne portais pas de marques, que j'étais trop pauvre, etc.. (une raison de la détresse des jeunes : Les jeunes peuvent être très très cruels). Ce qui m'a emmené à avoir un recul sur ce que peut entrainer le vécu sur le psyché de quelqu'un... J'ai revu quelqu'un qui vivait un peu la même chose que moi à l'époque il y a peu... Disons que j'ai eu de la "chance" ! :hap: Enfin, il se laisse bien aller quoi et n'ose pas trop affronter quoique ce soit...

Et en grandissant, je me suis rendu compte qu'on glorifiait toujours les mêmes : "Ceux qui savent faire des trucs cools". Le sport, la musique, la culture... J'ai eu envie de m'y mettre un peu, mais n'ayant pas été poussé à ça dès l'enfance, je n'avais aucune passion pour rien, ce qui n'aidait pas. Et après, tu vois les réseaux sociaux arriver, et au lieu de se contenter d'encenser les gens d'un cercle proche, on se met à encenser des inconnus, qui savent mieux, qui savent faire. Et on voit les années avancer, on voit des Zuckerberg, des  pour les plus connus ou des Usul pour les plus moins, des gens qui réussissent, qui ont un impact sur la société, qui, à notre âge, étaient, selon les normes de la société, bien plus que nous ne le serons jamais.

Je pense que ça vient aussi d'un des problème de la "jeunesse" (les vieux sont aussi atteints) d'aujourd'hui : Ça devient de plus en plus dur d'accepter qu'on ne peut pas tout maîtriser, et l'on est presque toujours comparé si on montre quelque chose que l'on a fait !

Du coup, les objectifs simples ne sont plus considéré comme des accomplissements... Avoir aidé un voisin, faire parti d'une assoc', avoir un enfant... A propos de ce dernier point, y a pas longtemps, j'ai vu une page sur Harry Potter qui disait que si les fans avaient pas aimé la fin, c'est parce que ça faisait rêver aucun de ceux qui avaient grandi avec HP d'avoir des enfants, et que ce n'était en aucun cas un accomplissement digne d'une vraie fin quand on voit tout ce qu'il a accompli avant. Euh... Depuis quand ? Depuis quand ce n'est plus un accomplissement ? Pourquoi ça n'en serait plus un ? Perso, je le vis comme un accomplissement, deux fois ! :oui: Et c'est un accomplissement parmi d'autres, je vis des choses que d'autres ne vivront jamais, je ne vivrai jamais des choses que d'autres vivent... Et alors ? En quoi ce que je vis est moindre ? En quoi mon vécu est-il faux ou moins important ?

Je reviens souvent sur cette histoire de vécu, mais pour moi, c'est aussi au cœur du problème. Quand on parle avec des gens d'aujourd'hui, on se rend souvent compte, de gauche comme de droite, qu'on a plus le droit de ne pas avoir une autre vision. Si on a une autre vision, c'est juste qu'on a pas compris, qu'on a pas réussi à comprendre, et que des fois, c'est même pas grave, ils nous pardonnent, dans leur bienveillance, et nous disent qu'ils comprennent qu'on ne puisse pas comprendre. Non, c'est juste qu'on a une vision différente des choses, basées sur de nombreux aspects que notre interlocuteur pourra ne jamais expérimenter, et vice-versa. L'Islande a beau me faire envie sur bien des aspects, comme d'autres pays nordiques, je n'en oublie pas qu'ils font également parti des pays qui consomment le plus d'anti-dépresseur.

Le jeune se sent pas bien, selon moi, parce qu'on lui vend quelque chose (dans tous les milieux, y compris familiaux) inatteignable. L'époque passé de nos parents, le futur incertain de nos idoles idéologiques... Une fois, j'ai eu des mots très dur envers mes parents, qui me demandaient d'arrêter de vouloir vivre de mes lubies, et je leur ai répondu que je ne voulais pas vivre leur vie de m***. Et cette parole, je la regrette énormément... Je ne dis pas qu'ils ont une vie qui me fait envie, au contraire, mais ils ont une vie qui les rend heureux. C'est juste qu'on a pas eu le même vécu.

C'est très décousu, mais ça fait une semaine que je voulais dire un truc comme ça et j'ai pris un peu de temps sur mon temps de travail ! :hap: Vous comprenez bien à quoi sont occupées (entre autres) mes soirées... v.v

D_Y:

--- Citer ---Perso, je le vis comme un accomplissement, deux fois !
--- Fin de citation ---

@Guiiil Tu dis ça mais je pense que pas mal de personnes voient la chose de manière cynique, pas un accomplissement mais un simple instinct, une "prolifération" de notre espèce insignifiante perdue sur notre globule au milieu du vide glacial, mettant au monde des êtres tout autant insignifiants. On nait dans la nuit et on meurt dans la nuit. Non seulement ces questions (plus philosophiques que pratiques je te l'accorde) se posent, mais il est sain de se demander si donner naissance à des êtres qui vivront dans un monde en crise, abruti, servile, menacé par le changement climatique, sans repères, &c, sert vraiment à quelque chose. Les dits enfants vont êtres éduqués dans un poulailler où plus aucun jeune ne lit, où l'enfant est roi, où il risque de devenir roi lui-même.
A mon avis (je suis pas psychologue ni sociologue donc c'est peut être de l'opinion bar PMU), marteler dans la tête des gens que faire des enfants est un accomplissement, un but en soi, c'est une source de mal-être ultime. Le fait qu'une naissance soit reconnue comme un accomplissement dans la société est la source d'une contradiction terrible, puisque les parents ont conscience qu'ils vont donner naissance dans un monde qui ne convient guère à beaucoup de gens, sans parler du fait que faire un enfant est un acte égoïste en soi (source de bonheur pour les parents + façon la plus directe et la plus facile de garder un héritage sur Terre).

Alors certes notre instinct fait qu'une naissance est une source de bonheur, peut être la source ultime de confiance en soi, qui nous donne conscience d'avoir apporté notre pierre à l'espèce au lieu d'être une larve, en atteste par exemple le fait que tu parles de tes mômes dans quasi l'intégralité de tes posts (c'est pas une critique, n'importe qui ferait pareil j'imagine). A contrario ça renforce énormément le mal-être de personnes qui soit n'ont pas d'enfants, ou sont en situation de misère sociale. Dans ces derniers cas le constant manque d'amour d'autrui, ajouté au fait que la finalité (avoir un enfant) est aussi inimaginable que de voir une licorne, y'a quand même certaines bonnes raisons pour considérer la procréation comme quelque chose d'au mieux secondaire, au pire de discutable. En tout cas c'est une pression que personne ne devrait avoir, ça ne devrait pas être un levier au bonheur, comme le fait de n'avoir jamais eu de relations sexuelles très jeune (ou même à 40 ans pour ceux que ça regarde) ne devrait pas être honteux. Comme si la bestialité primaire (en gros niquer -et seulement avec l'autre sexe sinon c'est tout aussi honteux- et procréer) était le seul but de l'existence humaine.

Y'a de quoi péter une durite si par malchance tu rentres pas dans ce moule de bonheur préconçu par l'Homme comme un meuble Ikea !

Bref j'ai déjà fait un mini-pavé sur une mini-phrase de ton post v.v

Pour revenir à la question soulevée par @Chompir, déjà le premier truc qui me choque (plus qu'il ne me chagrine), c'est le fait de littéralement abandonner les études à cause de son mal-être. Dans mon cas perso j'ai détesté l'intégralité de ma scolarité (vraiment) de la maternelle jusqu'à la fac. C'était pas simplement la flemme de me lever mais une réelle haine d'aller en cours et de côtoyer des mecs de cités avec tous les inconvénients qu'on s'imagine. D'ailleurs j'ai été pas mal en échec scolaire et mon obtention du bac tient pour ainsi dire du miracle.

Mais bref on s'en fout, tout ça pour dire que ça me paraît chaud de carrément abandonner sa scolarité. Au pire on se rabat sur un CAP ou je sais pas quoi mais ça me parait dingue que des professionnels de la santé préconisent cela et laissent des mineurs à l'abandon. Je ne veux parler au nom de personne (parce que je suis dans la tête de personne évidemment), mais j'ai tout de même l'impression que la plupart des jeunes ont un "mal-être" non pas imaginaire mais pas mal biaisé. Dans cette ère de l'enfant roi, où chacun est convaincu d'être un génie ou un surdoué, dans laquelle les parents vouent un culte à l'intelligence (alors que c'est pas grave du tout de ne pas être intelligent), où les enfants sont habitués à vivre dans l'abondance matérielle, le retour à la réalité doit être excessivement difficile. C'est pas tant la faute des parents, ni celle des enfants, mais de l'évolution de notre société. Là comme ça je vois pas réellement de solution, si ce n'est "faut arrêter de se prendre la tête et de pleurnicher comme ça comme un bébé" mais bon c'est un peu con comme conseil...

Je pense en réalité que le mal-être des jeunes n'est pas spécifique aux jeunes mais commun à toutes les générations. En gros les jeunes n'ont pas de raisons qui leur sont propres.
Déjà faut tout de suite mettre sur le tapis que le bonheur est un but inaccessible comme la carotte au bout du bâton qui fait avancer un poney. Même quelqu'un de super riche et ne manquant de rien sera insatisfait pour la simple raison que la peur de la perte (et l'effort de maintenir) est plus grande que la satisfaction des choses accomplies. A ce titre Chompir je te conseille de lire un peu de philo (ou au moins t'intéresser aux concepts basiques) car c'est pas là que tu trouveras quelques réponses à tes nombreuses questions existentielles.
Ceci dit, une des raisons principale expliquant le mal-être général est (à mon sens) l'explosion de la famille et l’avènement de l'individualisme. La plupart des humains ont toujours vécu en clans, tribus, familles, &c. Le fait d'être poussé à quitter le foyer rapidement et de vivre sa vie tout seul est un non-sens. Ce phénomène est un peu exacerbé par le revers de la médaille ; basiquement tout le monde pense à son propre cul et dans le monde qui est le nôtre, gouverné par l'argent et le marché et voué à la croissance non-stop, on nous apprend à écraser pour arriver à nos fins. Le soucis donc c'est que sans l'éducation qui permette de résister à tout cela, la soumission de l'individu peut avoir des conséquences dramatiques, invisibles à l'échelle sociétale (du moins balancé à la hâte sous la commode comme s'il ne se passait rien).

On ne peut pas ne pas évoquer la technologie. Je dis technologie mais c'est pas la technologie en elle-même qui est en cause mais ce qu'on en fait. Le fait d'avoir littéralement toute l'info dans notre poche et de voir de plus en plus d'anti-vaccins me parait assez symbolique du phénomène. Pour le coup cette prise de conscience que l'espèce humaine est peut être surestimée en sa qualité d'être pensant et curieux - je veux dire le contraste de faire partie d'une espèce qui a réussi à envoyer des hommes dans l'espace mais qui s'excite jusqu'au sang sur des textes religieux, entre bien d'autres choses - me semble être une bonne raison de péter un plomb tout seul dans son coin (ou alors de regarder tout ça en tant que spectateur passif).
Ensuite je sais que c'est pas une opinion populaire dans notre génération mais les technologies (et les jeux vidéo) sédentarisent de manière négative (en contradiction avec d'autres activités sédentaires saines comme la lecture). C'est pas du crack hein mais ça peut contribuer à la solitude chez beaucoup de gens, souvent pour des résultats concrètement nuls (genre passer sa journée sur Twitch, YouTube ou PZ :hap:).

Voilà après il y a les choses évidentes comme le contexte économique qui rend le futur incertain, la pression sociale ou que sais-je. Après c'est un fait que l'on vit mieux, peut être trop. Dans un monde où on risque plus de mourir d'obésité que de sous-nutrition, on voit bien que la tendance qu'a connu l'humanité depuis son origine est en train de s'inverser à toute vitesse. Entre l'automatisation du monde du travail, la recherche de la croissance économique non-stop qui déshumanise et donne une quasi religiosité aux objets, la problématique des IA, les grandes migrations à moyen-terme, &c, j'ai vraiment l'impression que l'humanité en tant qu'espèce est en train de fondamentalement changer de nature, ou au minimum notre modèle économique qui fait marcher le monde sur la tête (ce qui risque de changer la dite nature humaine donc au final ça revient au même). Encore qu'un tel changement d'importance était impossible avant l'ère industrielle (on naissait paysan et on mourrait paysan, point), là je pense que personne n'est capable de prévoir ce que sera le monde dans ne serait-ce que 10 ans. L'imprévu c'est cool mais je pense que le mal-être général est une sorte de symptôme fiévreux devant notre incompréhension à ce qu'il se passe, et qui pourrait même bien aboutir à la mort.

Navigation

[0] Index des messages

[#] Page suivante

Sortir du mode mobile