Auteur Sujet: Le topic BD [de Tintin à Blacksad]  (Lu 41189 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Suijirest

  • Skull Kid
  • *
  • Messages: 5901
  • Ci-gît Suijirest
    • Voir le profil
Le topic BD [de Tintin à Blacksad]
« Réponse #135 le: samedi 20 mars 2021, 23:00:56 »
J'ai acheté sur un coup de tête comme d'hab diront certains Et l'Homme créa les Dieux, adaptation en roman graphique par Joseph Béhé de l'essai éponyme de Pascal Boyer.

L'histoire brodée est celle d'un très long dîner pendant lequel l'auteur va expliquer ses positions, ses références et ses réserves sur le grand sujet : les divinités n'existent pas comme entités réelles, tangibles, mais comme émanation de la psychologie humaine, de sa nature, de son évolution, de ses nécessités et j'en passe.

Le bouquin a l'intelligence de commencer par décortiquer les idées reçues, les raisonnements basiques et autres jugements arrêtés par lesquels les gens croient pondérer, justifier -ou condamner- la place de la religion dans la société.
Il enchaîne sur nombre d'exemples, de raisonnements étayés, de recherches dans des domaines très variés (anthropologie, psychologie, mathématiques, biologie et histoire) pour mener, non pas à une éclatante vérité, mais à un faisceau de faits qu'on peut prendre comme on veut.

Bien entendu, comme tout chercheur qui se respecte, Boyer partait convaincu de sa position, et forcément, il la défend solidement. C'est un essai écrit par un athéiste convaincu, ce qui ouvre bien entendu à un certain nombre de partis pris ou de biais. Par son assise, son charisme et ses connaissances (il est quand même maître de conférences) Boyer leur ferme tellement leur gueule à chaque objection qu'ils finissent par s'aligner sur ses opinions.
Je suis personnellement en accord avec ses propos, mais je ne néglige pas que cela peut grandement desservir le tout pour ceux qui ne sont pas d'accord de base, sans parler du biais de conformité.

Le plus gros reproche formel à l'ouvrage : les différents personnages ne sont pas tous développés à égale mesure, et sont parfois un peu trop "fonctionnels". Le cynique athée qui fait un peu Richard de Trondheim prend bien plus de place que la catholique réactionnaire constamment sur la défensive, elle-même plus présente que la femme de l'hôte, et ainsi de suite. Sachant qu'à côté de ça, le graphisme de l'ouvrage est assez spécial, parfois très chargé. Les 350 pages, faut parfois se les farcir, j'ai dû y aller petit à petit et une lecture ne va clairement pas me suffire à tout retenir.

Ce fut une lecture fort enrichissante, je ne regrette pas l'argent que j'y ai mis, mais est-ce que je dirais à n'importe qui de l'acheter ? Non, il faut être intéressé par le sujet, et aussi, être en accord avec le postulat. Ca me semble une vraie nécessité. Si c'est votre cas, je vous invite à le feuilleter, et à voir si elle vaut ses 35 ou 40€. :niak:

Mille mercis à Yorick26 pour la signature !

Hors ligne Jielash

  • Skull Kid
  • *
  • Messages: 5659
  • PZ: You can (not) escape
    • BoiteDeCrayons
    • Voir le profil
    • Blog BD
Le topic BD [de Tintin à Blacksad]
« Réponse #136 le: jeudi 25 mars 2021, 21:05:02 »
J'ai lu récemment le dernier tome des Ogres-Dieux, Première Née, qui nous ramène aux origines de la famille de géants anthropophages. Dernier tome de manière forcée puisque Hubert, le scénariste, est malheureusement mort l'année dernière.

Il avait entre-autre travaillé sur plusieurs bande-dessinées en coopération avec Kerascoët (Miss Pas Touche, Beauté). Une de ses dernières œuvres est Peau d'Homme, qui a fait pas mal parler d'elle je crois, avec Zanzim au dessin (avec qui il avait aussi travaillé pour une de ses premières bd)

Comme tome final, Première Née n'est clairement pas décevant, montrant en détail les tout débuts du règne des géants, qui jusque là étaient mentionnés brièvement. Le livre est très lié au premier tome évidemment, vu que c'est dans celui-ci que sont évoqués l'origine, mais aussi aux autres, avec notamment la référence au peuple des Oloks, qu'on découvrait dans le troisième tome.

L'histoire reste très sombre, glauque et déprimante, comme pour les tomes précédents, ce n'est vraiment pas un univers joyeux. J'ai fait quelques pauses dans ma lecture afin de souffler un peu. Le thème autour de l'érudition et du savoir en contraste avec la brutalité des géants marche bien, notamment dans la manière dont cela amène à la conclusion avec Émione. La boucle est bien bouclée, même si malheureusement, on ne saura pas où le scénario devait se diriger après la chute de la famille, avec les événements du troisième tome.

Le dessin est à la hauteur des précédents tomes, j'aime toujours beaucoup ce style gothique en noir et blanc et niveaux de gris avec ces ombres très marquées. J'ai remarqué avec une rapide relecture de ceux-ci que les proportions entre les géants avaient quand même tendance à varier pas mal selon les scènes, mais je vais mettre ça sur le compte d'une liberté artistique choisie pour renforcer les émotions/l'ambiance/les rapports de force à ces moments là.