Auteur Sujet: Aujourd'hui j'ai vu...  (Lu 146811 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Suijirest

  • Skull Kid
  • *
  • Messages: 5711
  • Ci-gît Suijirest
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #1350 le: dimanche 21 octobre 2018, 00:44:47 »
Pour des raisons qui m'échappent, j'ai eu une furieuse envie de regarder un tokusatsu. Et mon choix s'est porté, de lien en lien, sur Kamen Rider ZO, un film de 45 minutes produit par la Toei en 1993.

Histoire qu'on parle tous la même langue ici, un "tokusatsu" est, comme Google vous l'apprendrait sûrement mieux que moi, un genre essentiellement télévisuel japonais qui se distingue par son usage abusif d'effets spéciaux : explosions en tout genre, gerbes d'étincelles, rayons lasers et parfois transformation gigantesque sont pour ainsi dire l'ADN de leur réalisation. Kamen Rider est l'égérie du sous-genre du "henshin hero", né dans les années 70, dont la popularité a atteint son apogée à la fin des années 80. Il consiste à prendre un (panel de) héros capable(s) de se transformer en prenant des poses dramatiques en super-héros sanglé dans une combi flashy, bardés de super-pouvoirs. Cette force fait face à de redoutables créatures inhumaines, le plus souvent des aliens, qui veulent asservir le monde. .

Les pères fondateurs du genre sont Bioman et Super Sentai, et la licence la plus populaire au monde reste sans conteste les Power Rangers grâce à leurs adaptations à la scie circulaire réalisées par la Saiban pour le marché américain. Les scènes "transformées" étaient gardées telles quelles, mais les scènes "humaines" étaient refaites avec des acteurs américains.

Avec 29 séries sorties en 36 ans d'exploitation depuis sa sortie en 1971, le cyborg à tête de sauterelle Kamen Rider est l'un des vétérans du genre ; sa marque de fabrique est, bien entendu, sa moto, car son nom signifie "le motard masqué". A l'est du Pacifique, les vieillards édentés n'ont eu qu'une seule chance de connaître ses aventures : la série Masked Rider sortie en 1995, introduite comme un spin-off des Power Rangers mais qui était en réalité une adaptation made in Saiban de la série Kamen Rider Black RX sortie en 1988.


Kamen Rider ZO, le film qui m'est tombé sous les yeux, est un film stand-alone qui n'a pas de lien avec les séries télé. L'histoire est celle d'un homme anonyme qui se réveille à poil en pleine montagne, et qui entend une voix dans sa tête lui ordonnant de protéger Hiroshi Mochizuki. On apprendra par la suite que ledit Hiroshi est un garçon de huit ans menacé par un Néo-Organisme, une entité dénuée d'émotions mais dotée d'une puissance inégalable, et probablement échappée d'un film de Cronenberg. Heureusement, son protecteur anonyme n'est autre que Kamen Rider, un cobaye prototype du Néo-Organisme, doté de quelques pouvoirs surhumains, mais bien inférieurs à ceux du Néo-Organisme...

... Inutile de vendre la salade verte au prix de la césar : le film était déjà pourrave à sa sortie, destiné avant tout aux enfants fans de la série, et il l'est bien davantage aujourd'hui tant il a mal vieilli.

La réalisation est erratique au possible, bourrée de faux raccords et d'ellipses mal foutues. Pire encore, elle ne donne guère de sentiment de puissance à Rider, sans parler des CGI qui montrent que Terminator 2 n'a pas trouvé ses millions de budget sous le cul d'un clodo. Deux moments sacrément ambitieux au vu du projet font lever un sourcil : un plan de 80 secondes en stop-motion avec un monstre arachnide, qui a probablement pompé 33% du budget, et un plan-séquence de 25 secondes où s'affrontent Rider et le Néo-Organisme (mettons 33% du budget ici aussi). Les acteurs ne font aucun effort pour jouer juste, entre un Hiroshi qui crie à tout va un "Papa !" toujours sur le même ton et un Rider qui surjoue physiquement le cyborg tout en le sous-jouant sur le plan humain. Bien entendu, l'histoire est moisie de base, mal racontée au surcroît, mais elle juge aussi plus important de balancer des dialogues pompeux et abscons sur l'amour parental, que de donner une ligne de backstory à ses protagonistes. Quant à la musique, elle martèle ses trois thèmes et demi à tout va à grands renforts de fondu entre deux découpes à la tronçonneuse.

Vous voyez, ce qui est profondément dommage, c'est pas que le film soit pourri, sinon je lui aurais pas consacré un pavé pareil, j'aurais dormi dessus et basta. Ce qui est dommage, ce sont ces deux envolées de style dans la réalisation, mais aussi le petit potentiel du synopsis, qui lui laissaient le droit d'être mieux que ça. De ne pas être juste un petit film d'exploitation fauché et mal foutu qui n'existe que par la renommée de sa licence. Ce genre de frustration, c'est ça le pire. A défaut d'avoir envie de vivre dans un monde où Kamen Rider ZO soit une référence du 7ème art, j'aimerais au moins en connaître un où ce n'est pas un gâchis pareil.
« Modifié: dimanche 21 octobre 2018, 00:54:04 par Suijirest »

Mille mercis à Yorick26 pour la signature !

Hors ligne Duplucky

  • Prince Zora
  • *
  • Messages: 12478
  • Dragon Gardien d'Hyrule
    • Voir le profil
    • http://soignies.miniville.fr/ind
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #1351 le: vendredi 02 novembre 2018, 14:26:02 »
@D_Y Trois ans plus tard, je sais.  :oups:

Citer
Sinon j'ai vu ce film au ciné mais j'en ai littéralement aucun souvenir, soit j'étais trop bourré soit c'était bien de la purge. Après Emmerich c'est quand même un beau tâcheron faut pas déconner, ses films ils passent bien quand on est petit mais au delà, à part en plaisir coupable (ce qui est le cas pour moi avec ID1 en quelque sorte) toute sa filmo est quand même de la belle chiasse de perroquet ; remember son Godzilla honteux...

J'ai revu le premier Independance Day quelques jours après pour conjurer le même sort et non quand même, clairement, on joue pas du tout dans la même catégorie. Alors oui, c'est certainement pas un chef d'oeuvre mais ses scènes cultes sont toujours aussi cultissimes.

Bon après, c'est la version longue que j'ai regardé et heu, le soucis, c'est que les scènes rajoutées n'ont pas de musiques et on se retrouve souvent avec une musique qui démarre, est brusquement interrompue et reprend une fois la scène terminée.

Bon après, tu me diras que c'est probablement un plaisir coupable aussi mais pour moi, le premier ID4 n'a pas prit une ride et reste toujours sympa à regarder. (Dans un autre registre, j'avoue avoir bien aimé son Godzilla aussi, même s'il ne rend absolument pas justice au monstre japonais.  :oups: )

Hors ligne Chompir

  • Grand guerrier Piaf
  • Stratège de Din
  • Skull Kid
  • *****
  • Messages: 5348
  • Piaf dans l'âme
    • Code ami 3DS 4914-4674-5458

    • Code ami Wii U chompir

    • ChompirPZ
    • SW-4357-7164-4611
    • Voir le profil
    • Forums de Puissance Zelda
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #1352 le: lundi 12 novembre 2018, 20:16:18 »
Ce n'était pas aujourd'hui mais hier, mais j'ai vu La saveur des ramen, un film dramatique franco-japo-singapourien d'Eric Khoo.

Le film nous conte l'aventure de Masato, jeune chef de ramen qui entreprend d'aller à Singapour après la mort de son père, pour revenir sur les traces de sa mère morte pendant sa jeunesse et re/découvrir son passé, tout cela à travers la création/dégustation de ramen et Bak kut teh (spécialité singapourienne pour cette dernière si vous ne connaissez pas).
Le fil de l'histoire nous permet d'en découvrir au fur et a mesure sur la vie de sa mère (qui était d'origine singapourienne), sur ses soucis et ses rêves, notamment sur le côté familiale ou sa mère l'avait déshéritée pour se marier à un Japonais, (la raison étant l'horreur de la guerre et de l'occupation Japonais à Singapour et que son mari avait été tué par des japonais).
Masato réalisera le rêve de sa mère de se réconcilier à sa place avec elle et cela à l'aide de la création d'un Bak kut teh créé spécialement pour sa grand mère.

Le film nous montera du coup beaucoup de scène de dégustation de remen, bak kut teh et autres spécialités Japonaise et Singapourienne, leurs conceptions dans des magnifiques scènes qui donnent l'eau à la bouche, le tout pour un incroyable voyage culinaire.

Le film est en version sous titré pour le plus grand plaisir, et permet de voir parfois les soucis de compréhension entre le japonais et le mandarin à Singapour ou le passage à l'anglais devient parfois obligatoire. Le film reflète aussi à la perfection ce qui pourrait être une vie réelle, rien n'est ajouté, on a vraiment l'impression de voir la vie de là bas. On y rajoute les quelques passages de lieux magnifiques, les points historiques et de culture générale, tout pour être séduit.

Je ne spoilerai rien de plus de l'histoire mais elle est vraiment très belle et le film est un vrai petit bijou qui mérite d'être vu. Bref, filez en salle le voir.
Merci à Haine et Jielash pour le kit. <3

Hors ligne Yorick26

  • Priant de Nayru
  • Sage Goron
  • *****
  • Messages: 10930
  • Homme à tout faire
    • Code ami 3DS 1951-0832-7742

    • yorick.oudin
    • yorick26100
    • SW-6264-4058-0328
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #1353 le: lundi 12 novembre 2018, 20:49:38 »
Je comptais le regarder, je te dirai sûrement mon avis. As-tu vu les Délices de Tokyo qui ressemble beaucoup ? C'est encore une histoire de dégustations, cette fois de dorayaki. On a une histoire passionnante entre un tenancier un peu perdu, une petite mamie ayant souffrant de la lèpre qui ne demande qu'à cuisiner et que tout le monde refuse d'approcher, la petite étudiante qui découvre leur cuisine. C'est que de la douceur et de la gourmandise, je te recommande.

Little bit of Love

Hors ligne Chompir

  • Grand guerrier Piaf
  • Stratège de Din
  • Skull Kid
  • *****
  • Messages: 5348
  • Piaf dans l'âme
    • Code ami 3DS 4914-4674-5458

    • Code ami Wii U chompir

    • ChompirPZ
    • SW-4357-7164-4611
    • Voir le profil
    • Forums de Puissance Zelda
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #1354 le: lundi 12 novembre 2018, 21:21:04 »
Je n'en avais même pas entendu parler, mais oui, tu me donnes grandement envie de le voir et je te donnerai mon avis. Merci du partage.
Merci à Haine et Jielash pour le kit. <3

Hors ligne Guiiil

  • Commandant Yiga
  • *
  • Messages: 8839
  • Tagazok !
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #1355 le: vendredi 30 novembre 2018, 08:43:04 »
Hier soir, on m'a invité à aller voir Les animaux fantastiques 2, et ciel que j'ai trouvé ça mauvais (et je suis de fait très heureux de ne pas avoir perdu d'argent là dedans).

Jouant auparavant au quidditch, ayant lu plusieurs fois les livres, vu les films, trainé sur Pottermore, je pense que je suis en quelques sortes un potterhead, et je précise ça parce que j'ai pu voir certaines personnes dire "Y a qu'un Potterhead qui peut voir les subtilités du film".

Attention, le commentaire qui suit est perso, et plein de sels :
Un scénario qui vire sérieusement au feuilleton de maman sur la fin (machin qui sort avec machin et qui a eu un soucis bébé avec machin) et qui n'est en rien complexe, juste très fouillis (c'est pas pareil), qui traine en longueur sur l'essentiel du film (au début, je me demandais si c'était juste moi, mais y a quelqu'un qui a littéralement ronflé derrière moi à partir de la moitié du film, donc on va dire que ce n'est pas juste moi), des allégories enfoncées au forceps dans le film (coucou le "château d'Hitler"), des personnages mono-émotifs, un montage fait au scalpel, surtout vers la fin, un Paris pas du tout magique et franchement terne (surtout comparé au chemin de Traverse et aux tenues des sorciers dans les deux premiers films HP)...

Et pourtant j'aime Harry Potter, et je ne suis vraiment pas difficile en terme de regard cinématographique, mais là, je ne pense pas que ce soit un film qui n'était pas fait pour moi. C'est un film qui a d'énormes problèmes.

Même s'il y a des trucs qui m'ont bien plu :
(Cliquez pour afficher/cacher)

M'enfin, curieusement, je n'ai pas particulièrement d'enthousiasme pour la suite. Plusieurs disent "Nan, mais il faudra voir le film dans son contexte total, là ce sera bien !". Non, Star Wars 2 reste mauvais même dans son contexte total !
« Modifié: vendredi 30 novembre 2018, 08:47:01 par Guiiil »

(Cliquez pour afficher/cacher)

Hors ligne Yorick26

  • Priant de Nayru
  • Sage Goron
  • *****
  • Messages: 10930
  • Homme à tout faire
    • Code ami 3DS 1951-0832-7742

    • yorick.oudin
    • yorick26100
    • SW-6264-4058-0328
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #1356 le: vendredi 30 novembre 2018, 11:43:38 »
Je pense également être un Potterhead aussi, mais je n'ai pas du tout le même ressenti avec le film. Je l'ai bien aimé dans son ensemble. J'étais certes préparé à un avis très partagé sur le film du coup mon enthousiasme avait baissé et je m'attendais presque à être déçu. Du coup je ne l'ai pas été. J'ai aimé retrouvé tous les personnages que l'on croise dans le film. On a une belle équipe. Une belle armée de Dumbledore qui se construit pour les trois prochains films. Il y a des jolis effets spéciaux, même si j'ai trouvé le dragon bleu (sans spoil) particulièrement mal foutu. Je me plains surtout des incohérences qui, je l'espère, seront réglées ou expliquer dans un prochain film même si pour certains détails il faut vraiment connaître en profondeur la saga et même aller au-delà (je passe souvent sur le wiki et je suis surpris d'apprendre touts ces choses) :

(Cliquez pour afficher/cacher)

Little bit of Love

Hors ligne Guiiil

  • Commandant Yiga
  • *
  • Messages: 8839
  • Tagazok !
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #1357 le: vendredi 30 novembre 2018, 12:01:30 »
Pour tes remarques en spoil :
(Cliquez pour afficher/cacher)

(Cliquez pour afficher/cacher)

Hors ligne Yorick26

  • Priant de Nayru
  • Sage Goron
  • *****
  • Messages: 10930
  • Homme à tout faire
    • Code ami 3DS 1951-0832-7742

    • yorick.oudin
    • yorick26100
    • SW-6264-4058-0328
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #1358 le: mardi 01 janvier 2019, 16:53:23 »
Aujourd'hui j'ai vu... 3 Billboards, les panneaux de la vengeance (2018).

J'ai trouvé que c'était un très bon film. Esthétiquement, il n'y a vraiment rien à y redire. Les plans et les couleurs sont magnifiques. On a beau être dans une petite ville américaine comme on le voit dans d'autres films, les couleurs sont vives. Le scénario est simple en surface, les détails du scénario sont vraiment sympa. Il y a juste une chose. Cette fin... A un moment, tu te retrouves devant un écran noir, qui se prolonge un petit peu trop longtemps et là tu te dis "C'est quand même pas le générique ?". Ah ben si, c'est le générique. C'est une fin frustrante. Une queue de poisson. Les personnages sont également très bien joués. Il n'y a que Dixon que j'ai trouvé un peu trop poussé dans la bêtise et dans la crétinerie surtout qu'au bout d'un moment, ça y est, il se réveille. On lit une lettre qui nous apprend le pouvoir de l'amour et on se rend compte qu'on n'est pas qu'un gamin décérébré. Faut pas pousser.

Little bit of Love

Hors ligne Linky439

  • Jeune Mogma
  • *
  • Messages: 141
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #1359 le: vendredi 04 janvier 2019, 15:39:07 »
C'était pas aujourd'hui mais y a 2 semaines, mais tant pis ;D

J'ai vu Spider-man New Generation ! Grosse grosse claque. Niveau visuel, c'est de la folie pure pendant tout le film, à la fin ya un passage c'est juste une explosion de couleurs dans tous les sens !

Les persos sont relativement classiques mais bien écrits, c'est drôle, touchant quand il le faut et ultra dynamique. Ya bien un ou deux points un peu plus faibles que le reste (surtout au niveau des antagonistes je dirai, vu qu'un seul compte réellement dans tout ça) mais le reste est vraiment nickel. A voir sur un grand écran pour profiter du visuel dingue et de la très bonne OST !

(petit apparté sur la VF : de très bonne facture sauf à 2-3 moments où on sent que le 1er role féminin est pas doubleuse à la base, et les 2 minutes où on entends des joueurs de l'équipe de France sont catastrophique... Sérieux même moi je ferai mieux j'ai l'impression x) Mais aucune raison de boycotter le film pour ça !)

Hors ligne Yorick26

  • Priant de Nayru
  • Sage Goron
  • *****
  • Messages: 10930
  • Homme à tout faire
    • Code ami 3DS 1951-0832-7742

    • yorick.oudin
    • yorick26100
    • SW-6264-4058-0328
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #1360 le: samedi 05 janvier 2019, 18:00:57 »
Aujourd'hui j'ai vu...

Le Petit Paysan, un petit film français qui m'intéressait au plus au point puisqu'on prend le point de vue d'un éleveur qui voit son petit cheptel sous la menace d'un abattage total à cause d'une maladie appelée FHD (Fever hemorrhagic disease). Rassurez-vous, la maladie n'existe pas. En tout cas je ne crois pas. Mais cela pourrait très bien être le cas et il y a des maladies qui auraient pu très bien faire l'affaire si ce n'est qu'elles auraient été moins "spectaculaires" (parce que des hémorragies cutanées sur le dos, c'est quand même impressionnant). Le cinéaste le dit lui-même : "Il nous fallait un symptôme identifiable. On n’allait pas reproduire le tremblement d’une vache folle mais il fallait rendre l’épidémie visible, visuelle" La fièvre aphteuse aurait très bien fait l'affaire d'autant qu'en plus il y avait le problème zoonotique qui aurait été intéressant. C'est toujours une grosse crainte d'avoir un cas de fièvre aphteuse dans son élevage. Et par extrapolation, cela me renvoie à une peur que j'ai de ramener une maladie à la maison. Je vous dis pas ce que je peux suer dès que je me retrouver à devoir soigner un cas de parvovirose. J'ai beau me dire que mes chiens sont vaccinés, je suis jamais serein. Mais un autre aspect que j'ai pas mal apprécié dans ce film, c'est le côté "Regardez, il n'y a pas un élevage, il y a des élevages". Dans un monde où on remet en cause notre système de vie pour améliorer le bien être animal. On a un joli panel d'éleveur avec celui représenté par le héros principal qui connait toutes ses vaches par leur nom plus que par leur numéro, qui y tient et qui ne veut pas les perdre non pas parce que ça va les mener à la ruine mais parce que son élevage c'est toute sa vie ; il y a l'éleveur aussi qui fait la course à la technologie avec ses applications qui ne "montrent pas qu'elles sont heureuses" ; il y a l'éleveur aussi affligé par la perte de son élevage mais qui veut surtout en vivre et toucher ces indemnités ; il y a l'éleveur à l'ancienne qui a ses vaches qu'on pourrait dire "domestiques" dans le sens où les vaches et son voisin éleveur sont les dernières interactions sociales. Le scénario ne permet pas de grands écarts. C'est Shakespearien, tu sais que ça va mal finir. Tu vois juste ce pauvre petit bonhomme à l'apparence déjà vieillie qui essaye d'échapper à la fatalité en s'enfonçant dans le mensonge, emportant avec lui ses voisins, ses amis et sa sœur vétérinaire. C'est une représentation assez fidèle de ce qu'on peut trouver mis à part quelques soucis inhérents au fait que ce soit un acteur et pas un éleveur (genre vu la vitesse à laquelle il installe sa griffe de traite, il n'est pas rendu). Je suis par contre surpris que le suicide ne soit si peu évoqué. On en parle dans les vidéos de Jamy, mais c'était l'occasion idéale d'en faire un cas réel. Parce que faut pas se leurrer, c'est une réalité. Je suis assez surpris qu'il n'y en ait pas un qui se suicide. On s'attendait même à ce que ce soit le personnage principal, mais même pas. Pas que je demande un peu plus de sang, je trouve qu'on a assez de suggestions comme ça. Mais je ne peux pas m'empêcher de penser que c'est une version adoucie qu'on nous propose sans ça.

J'ai vu également, mais j'attendais que quelqu'un poste...

Retour vers le futur 3. J'avais vu le premier, je n'avais pas vu le second, mais j'avais par contre vu quelques passages du troisième. J'ai vu pour mon Watching Challenge le second opus et vu comment il finissait, je me suis mis dans la suite l'épisode 3. Je ne vous surprendrai pas en vous disant que j'ai apprécié. J'aime beaucoup le fait que ce soit conçu comme un tout. En tout cas ça en donne l'air. On n'a pas l'impression d'avoir une suite parce que le premier épisode a été un succès. J'apprécie également tous les gags, les références à la culture populaire et la réutilisation des personnages. C'est complètement con, mais le comique de répétition dans cette série de film est particulièrement marquant. C'est toujours plus ou moins le scénario, et c'en est drôle. Voilà, content d'avoir comblé cette lacune.

Little bit of Love

Hors ligne Suijirest

  • Skull Kid
  • *
  • Messages: 5711
  • Ci-gît Suijirest
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #1361 le: jeudi 10 janvier 2019, 12:23:32 »
Hier, j'ai vu The Toxic Avenger sorti en 1984. Il s'agit bien évidemment, vous l'avez deviné, du tout premier film pas super assumé du Marvel Cinematic Universe, à l'époque où ils n'avaient pas peur de faire du politiquement incorrect ; un film confié à dessein à la société bien-nommée Troma dont la réputation n'était plus à faire.

Sauf que tout ce que je viens d'écrire, c'est des conneries. v.v A quoi vous attendiez-vous de la part d'un philatéliste. Il y a cependant deux détails avérés.

Il existe bel et bien un film The Toxic Avenger, mais il s'agit de la première production de la Troma et il n'a rien à voir avec Marvel. Le film est aussi hautement graphique, c'est même l'un des films les plus trashs qu'il m'ait été donné de voir, et pour cette raison, il ne doit pas tomber sous tous les yeux, surtout pas ceux qui ont la choquance facile.

L'histoire se déroule à Tromaville, "la capitale toxique du monde" où échouent tous les déchets nucléaires des Etats-Unis. Marvin, concierge faible d'esprit d'une salle de sport, se fait victimiser par tous les habitués de toutes les façons. Un jour, au sortir d'une humiliation publique, il saute par la fenêtre et atterrit dans un fût de déchets nucléaires. Cette exposition le transforme en monstre doté d'une force surhumaine. Marvin va alors devenir la "bonne conscience" d'une ville gangrénée par le mal et la violence en procédant à une purge de ses plus mauvais éléments, dans un rôle qui mélange la vengeance personnelle à la justice débonnaire.

J'en dirai pas plus et j'en montrerai rien. Je ne voudrais pas vous gâcher ce plaisir. ;D

(et tu fais bien de me rappeler à l'ordre, éditeur habituel, j'avais oublié le plus important, c'est rectifié)
« Modifié: lundi 14 janvier 2019, 20:03:26 par un modérateur »

Mille mercis à Yorick26 pour la signature !

Hors ligne Yorick26

  • Priant de Nayru
  • Sage Goron
  • *****
  • Messages: 10930
  • Homme à tout faire
    • Code ami 3DS 1951-0832-7742

    • yorick.oudin
    • yorick26100
    • SW-6264-4058-0328
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #1362 le: lundi 14 janvier 2019, 20:39:59 »
Tu avais oublié quoi ?

Aujourd'hui j'ai vu :

Les invisibles ce qui fera que c'est mon premier film de 2019 que je vois. Attiré à la base plus par le casting que par le sujet, je me suis laissé tenté par une petite séance dans une salle noire. Du coup, je vais vous parler du casting. Audrey Lamy que l'on connait comme la petite sœur d'Alexandra Lamy apparue à plusieurs reprises et ce qu'on retiendra malheureusement le plus d'elle ce sont ses apparitions dans Scènes de Ménage. Corinne Masiero que l'on connait comme incarnation du Capitain Marleau, une flic ch'ti rousse qui baragouine plus qu'elle cause. C'est le théâtre qui la sortira de la zone et de l'errance sociale ce qui fera écho au sujet du film. Noémie Llovsky était pour moi une inconnue au bataillon et c'est pourtant le personnage qui m'a semblé un des plus intéressants à suivre car il incarne ce qui peut se rapprocher de moi. C'est une femme malheureuse qui va troquer sa belle vie et ses sales gosses pour se plonger dans le social et avoir une vraie raison de vivre. Et enfin l'inoubliable Déborah Lukumuena que j'avais trouvé géniallissime dans Divines. J'étais très content de la retrouver surtout vu comment elle avait fini dans le film cité précédemment. Rien que d'y penser, je me sens nauséeux. Ce casting se complète par une quinzaine de femmes qui ne sont pas des actrices professionnelles. Ce sont des femmes qui campent leur propre rôle puisqu'elles ont aussi connu la rue. Je ne sais si c'était encore le cas lors du tournage, mais on a quand même des femmes qui ont connu au moins la violence. C'est le cas de la magnifique Adolpha Van Meerhaeghe, une sans-dent qui dans le film se révèle avoir un talent pour bricoler et réparer ce qui passe entre ces doigts ; tout ça grâce à une formation qu'elle a eu lors de son incarnation pour le meurtre de son mari qui la battait. C'était donc un casting que j'ai trouvé intéressant tant par sa valeur et par son hétérogénéité. C'était le premier atout du film.

Le second atout est le sujet. C'est l'histoire d'un centre de jour pour femmes SDF. Il faut donc comprendre que ce n'est pas un centre qui accueillent pour offrir un lit. Cela les accueille pour leur proposer une douche, de quoi manger un peu. Tout ça avec les moyens du bord et les maigres financement de la mairie qui fait ce qu'elle peut. Cependant, d'un point de vue technocrate, ce genre de centre c'est un gouffre financier dans lequel les femmes sont soit trop assistées pour qu'elles se réinsèrent dans la vie active, soit pas assez motivées par le centre. Il faudrait donc les laisser donc se débrouiller presque et c'est pourquoi la décision de fermer le centre a été prise. C'est une décision qui a été prise de "là-haut". Les deux gérantes du centre ont pourtant bien essayé de défendre leur cause, mais ça ne suffit pas. Elles ne sont pas assez efficaces. A partir de là, tous les coups sont permis. Bidouillage de C.V., formation accélérée, appels à des amis. Elles vont même jusqu'à devenir un centre de nuit (illégal) pour fournir une chance à toutes ces femmes dans le besoin. C'est donc un film social. Un film humanitaire. Un film qui te met un coup derrière la tête qui te rappelle à quel point tu peux être égoïste.

Dernier atout, c'est la manière. Même si à plusieurs reprises j'ai déploré une caméra à l'épaule qui me donnait envie de vomir, c'est plutôt bien filmé. Il n'y a pas d'imagerie exceptionnelle. Le tout est amené comme il se doit, presque comme un documentaire en définitive. Il y a ce qu'il faut d'humour pour qu'on ne sombre pas au fond du gouffre et qu'on se rende compte que malgré leurs malheurs, si on leur laisse le choix, il y a du bonheur dans ces femmes qui ne demande qu'à sortir.

Voilà. Sinon, j'ai vu également Terminator et dieu merci, ce n'était pas son fils.  :oups:

Ah et j'ai vu Top Gun, parce que ma mère un soir où on savait pas quoi regarder, lorsque je lui ai proposé, m'a répondu "Quoi tu n'as pas vu Top gun ?!". Du coup, je l'ai vu, et je l'ai trouvé chouette.
« Modifié: mardi 15 janvier 2019, 10:12:11 par Yorick26 »

Little bit of Love

Hors ligne Guiiil

  • Commandant Yiga
  • *
  • Messages: 8839
  • Tagazok !
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #1363 le: dimanche 10 février 2019, 17:57:49 »
Je ne suis pas tout à fait d'accord pour Audrey Lamy, elle fait tellement de films aujourd'hui, qu'elle finira, je pense, par dépasser cette image (comme sa sœur a dépassé celle de Un gars une fille). Mais merci de ton retour pour ce film, je me posais la question d'aller voir un film pour le 14 février, et s'il est encore à l'affiche, je vais peut-être motiver ma femme (qui veut voir un film susceptible de plaire à nous deux).

D'ailleurs, en parlant d'Audrey Lamy, elle joue aussi dans le film dont je vais parler (et elle y est drôle comme toujours) :

Profitant enfin d'un moment pour nous, on a pu aller voir un film hier, et on a choisi d'aller voir : Nicky Larson.

Concrètement, si vous regardez un épisode du dessin animé aujourd'hui, et que vous aimez, vous aimerez le film. Philippe L. ne joue pas toujours très bien, mais donne assez bien le change pour un Nicky. J'avais peur que Bourdon joue mal pendant tout le film, mais en fait non, il n'est mauvais qu'au début du film (les extraits qu'on voit dans la bande annonce, quoi), et idem pour les deux potes, dont j'avais peur du temps de présence, mais qui en fait ne sont pas présents dans beaucoup plus de scènes que celles qu'on voit dans la bande annonce ! Par contre, celle qui joue Laura est, pour moi, parfaite dans le rôle (et Mammouth donne bien le change) !

Pour le scénar, je comprends pourquoi Hōjō a dit qu'il aurait bien aimé avoir eu l'idée lui-même, c'est totalement un scénar qu'on aurait pu voir dans le manga.

Et pour l'aspect homophobe, je laisse le spectateur/spectatrice seule juge, mais dans ce cas, je peux affirmer que le film est aussi cathophobe, ce que les médias parlant de l'homophobie du film se sont bien gardés de souligner.

En gros, un bon film (pas un chef d’œuvre), fait par un fan qui a trouvé comment faire plaisir aux fans (y compris aux fans du club Dorothée), qui a plu également à ma femme qui n'avait quasiment jamais vu la série (elle a maté deux épisodes y a deux trois mois, et c'est tout). Du coup, j'attends pas mal la suite / crossover (avec Cat's Eyes), ainsi que la réaction des japonais sur ce film, parce que c'était meilleur que la majorité des adaptations lives japonaises que j'ai vu !

(Cliquez pour afficher/cacher)

Hors ligne Yorick26

  • Priant de Nayru
  • Sage Goron
  • *****
  • Messages: 10930
  • Homme à tout faire
    • Code ami 3DS 1951-0832-7742

    • yorick.oudin
    • yorick26100
    • SW-6264-4058-0328
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #1364 le: dimanche 10 février 2019, 19:09:30 »
Peut-être, mais sa soeur reste toujours pour moi la femme d'Un gars une fille qui a souvent des rôles rigolos.

Aujourd'hui j'ai vu Au poste!. Bon j'avoue, j'avais très peur. Non pas pour le casting car j'aime beaucoup Grégoire Ludig (j'ai d'ailleurs hâte d'être Vendredi) et que j'ai enfin pu mettre une tête sur une voix que j'ai souvent entendu en la personne de Vincent Grass (la voix de Gimli) (c'est celui qui fait Cornelius @Guiiil). Non, j'avais peur car cela s'annonçait typiquement comme du burlesque et ma confrontation avec le burlesque s'était pas faite sans dégâts de mon côté (Rhinocéros de Ionesco a été une terrible épreuve pour moi). Là, c'était farfelue, mais pas trop. On reste dans le cohérent un tout petit peu. Enfin pas tout le temps. Le début est surprenant quand on voit un chef d'orchestre en slip rouge qui mène son orchestre au milieu d'un champ. La fin m'a laissé sur le cul. Même la fiche wikipédia m'a rendu confus en montrant des anachronismes voulus. C'est typiquement le genre de film qu'à la fin, je me dis qu'il vaut mieux ne pas essayer de comprendre. Il n'y a peut-être pas d'explication ou de logique.

Néanmoins, c'était un très bon divertissement avec une humour farfelue ce qui change de l'humour que l'on voit dans les films le plus souvent en ce moment qui tourne souvent autour du potache. Cela me rabiboche avec le burlesque car c'était assez soft.

Little bit of Love