Auteur Sujet: Aujourd'hui j'ai vu...  (Lu 307929 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne HamsterNihiliste

  • Tokay bizarre
  • *
  • Messages: 1891
  • Pouet pouet
    • royrhoam
    • Voir le profil
    • Tumblr
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #330 le: dimanche 30 octobre 2011, 02:07:20 »
Je compte aller voir The Artist et Tintin quand je rentrerai. Je me demande quand même ce que j'en penserai sachant que je n'ai jamais lu un album de Tintin, je connais l'univers mais pas de là à connaître les détails des albums ou même leur scénario. Vous pensez que je vais perdre en compréhension ou intérêt en le regardant

Quoi qu'il en soit, d'après ce que j'ai vu je suis assez mitigé, je voyais pas du tout comme ça, j'ai l'impression que le style graphique en fait involontairement un film qu'on considérera pour enfants. Mais mes bonnes raisons sont quand même Spielberg - malgré c'qu'on peut en critiquer maintenant -, Andy Serkis, et John Williams que t'as oublié de citer D_Y quand même.

Hors ligne D_Y

  • Âme sombre
  • Stratège de Din
  • Sage Goron
  • *****
  • Messages: 10407
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #331 le: dimanche 30 octobre 2011, 02:13:06 »
La fin semble indiquer que l'histoire se poursuivra pourtant. Mais bon, ce sera p'tet l'intro, puis hop 7 boules de cristal et Temple du Soleil.

Ce genre de fin est assez classique au cinéma. En plus si tu réfléchi bien l'histoire de la licorne et bien terminée dans le film vu qu'elle correspond à la fin dans la BD. Et puis bon, c'est pas tellement possible de parler du bateau et ensuite parler d'une histoire qui n'a absolument rien à voir, au mieux on entendra juste parler de ça en anecdote pour expliquer comment Haddock est devenu riche.

Dup moi aussi je me demande bien comment ils vont se débrouiller pour retranscrire l'ambiance des 7 boules de cristal, surtout s'ils gardent l'esprit bon enfant dont souffre le premier Tintin. Et puis bon la momie de Rascar Capac m'a fait faire de sacrés cauchemars (pour plusieurs raisons, son esthétique mais aussi la manière dont elle rentrait la nuit sans que personne puisse la retrouver), c'est le seul épisode de la série que je zappais alors que je dévorais les autres.

Hamster le problème du film c'est pas tellement qu'il soit pour les enfants, puisque toutes les tranches d'âge peuvent le regarde sans problème (un peu comme les Pixar). En fait ce qui fâche c'est qu'on retrouve pas mal de scènes vraiment ridicules et inutiles (Haddock qui fait repartir un moteur d'avion en rotant dedans...) couplé à des scènes d'action certes impressionnantes mais beaucoup trop tirées par les cheveux (un peu à la Pirates des Caraïbes, on est à la limite du miraculeux par moment), surtout quand il s'agit de Tintin. Le must étant la destruction quasi complète d'une ville alors qu'il ne s'agit que d'une course poursuite en moto, ou encore la scène de la grue qui deviendra surement culte avec le temps tellement elle est ringarde, à l'instar de la scène de la bombe atomique dans Indiana Jones 4.
Mais bon attention le film reste quand même bon, il est techniquement impressionnant, le casting est assez convaincant, surtout Haddock (il ressemble pas au Haddock de la BD mais c'est pas grave il a de putains de lignes de dialogue), la mise en scène est excellente. On voit quand même que le film a un problème de rythme mais globalement on s'ennuie pas.
Pour te répondre le fait que tu ne connaisse pas grand chose à Tintin t'évitera de t'arracher les yeux face à de grosses aberrations scenaristiques, donc un bon point pour toi quoi.
« Modifié: dimanche 30 octobre 2011, 02:16:13 par D_Y »
O proud Death ! What feast is toward in thine eternal cell ?

En ligne Rodrigo

  • Prince Zora
  • *
  • Messages: 14229
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #332 le: dimanche 30 octobre 2011, 11:35:47 »
Citer
En fait ce qui fâche c'est qu'on retrouve pas mal de scènes vraiment ridicules et inutiles (Haddock qui fait repartir un moteur d'avion en rotant dedans...) couplé à des scènes d'action certes impressionnantes mais beaucoup trop tirées par les cheveux (un peu à la Pirates des Caraïbes, on est à la limite du miraculeux par moment), surtout quand il s'agit de Tintin. Le must étant la destruction quasi complète d'une ville alors qu'il ne s'agit que d'une course poursuite en moto, ou encore la scène de la grue qui deviendra surement culte avec le temps tellement elle est ringarde, à l'instar de la scène de la bombe atomique dans Indiana Jones 4.

Voilà, c'est ça ! Haddock passe vraiment pour clown débile, alors que dans la BD, s'il a l'air parfois un peu con, j'sais pas, il a une sorte de classe quand même, il fait pas des trucs débiles de ce genre. Et tout pareil pour les scènes d'action. v.v Enfin, j'ai apprécié celle sur le Karaboudjan, un peu tirée en longeur, mais plus fidèle dans l'esprit à la BD (Haddock qui vole la bouteille que Tintin comptait utiliser pour assommer un mec, ou qui lâche la braque faisant tomber le bandit, etc). Et j'espère aussi que l'ambiance des 7 boules de cristal sera bien retranscrite, cette flippe la nuit chez le professeur Bergamotte. =O

Hors ligne HamsterNihiliste

  • Tokay bizarre
  • *
  • Messages: 1891
  • Pouet pouet
    • royrhoam
    • Voir le profil
    • Tumblr
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #333 le: mercredi 02 novembre 2011, 11:06:38 »
Ça y est, j'ai vu Tintin. C'est pas décevant, même si je connais pas grand-chose à la BD - surtout peut-être -, l'idée que j'en avais d'après les critiques qui le rendait film pour enfants était fausse. Même si certains aspects sont effectivement pas fins, Haddock qui rote à tout va, c'est sympa une fois, après, faire repartir l'avion en mode Shrek, c'est lourd au bout d'un moment. Mais j'ai pas accroché à Haddock, effectivement, même si dans la BD il est aussi attaché à son whisky que moi à ma Vodka, là il fait complètement débile et dégueulasse. C'est assez dommage. Mais c'est le seul personnage à qui je peux reprocher quelque chose, même si j'ai eu un peu de mal à me faire à Tintin, mais au final ça passe bien tant l'action est fluide.

Maintenant je suis dég' j'ai perdu la suite suite à un joli fail, pour la peine je résume avec mes mentions spéciales que j'aime bien rajouter.

Mentions spéciales + : - Le motion capture, c'est quand même aussi bien animé que réalisé, au point qu'on a l'impression parfois de voir des décors réels.
- L'OST. C'est quand même du John Williams, même si décontextualisé ça vaut pas autant que Jurassic Park du même auteur, mais ça rythme bien l'action, ça pète pas les oreilles, du bon John Williams quoi.

Mentions spéciales - :
- Haddock qui passe pour un débile, même si il se lie facilement avec Tintin, le personnage est limite tué par le film. Puis c'est sympa d'avoir voulu montrer leur première rencontre, mais ça fait vraiment : " - Oh, ça alors, mais vous êtes le Capitaine Haddock ?
 - Ben oui, pourquoi ?
 - Parce que je cherche un bateau alors vous devez être mon ami !
 - OK ! "
- Les scènes d'action à la Pirate des Caraïbes, même si c'est rythmé, bien réalisé et pas déplaisant, des fois c'est too much comme la course poursuite qui détruit la ville entière, d'ailleurs j'ai pas compris le coup de l'hôtel qui dévale tout seul :|. On s'attend pas vraiment à voir ça dans un Tintin, même s'il faut poursuivre le méchant pour retrouver son but, là c'est limite si un des deux héros va pas se sacrifier pour sauver la vie de l'autre.

Ça reste un bon film, c'est pas n'importe quel Spielberg, c'est à voir et c'en est d'autant plus intéressant quand on ne connaît que peu l'univers.
« Modifié: mercredi 02 novembre 2011, 12:00:31 par un modérateur »

Hors ligne Nehëmah

  • Piaf postier
  • *
  • Messages: 6064
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #334 le: lundi 07 novembre 2011, 15:29:56 »
Moi j'ai pas vu Tintin mais j'ai vu Two Lovers de James Gray.



Y en a qui l'ont vu ce film ou pas ? J'ai encore du mal à savoir quoi en penser, dois-je écouter mon âme d'être humain et laisser parler le flot d'émotions que véhicule le film ? Ou bien dois-je laisse parler mon âme d'élitiste arrogant ? Bah de toute façon je les fais toujours parler toutes les deux.

Du coup, Two Lovers c'est un film qui commence mal, là où un homme est au plus bas et comment il remonte la pente. Pour le reste, ce n'est qu'une histoire d'amour, la plus banale, et la plus tragique à la fois, car c'est l'histoire qui nous concerne tous. Les clichés s'accumulent afin de nous faire vivre l'histoire d'amour : le mariage arrangé d'un côté et l'aventure passionnée de l'autre, mais ce qui est fort, c'est l'ensemble des transferts qui se fait de l'un à l'autre. Tout est nuancé, poignant et douloureux.

Même si généralement je m'en fiche pas mal, je salue la performance de Joaquin Phoenix, tout simplement très fort. Même Gwyneth Paltrow et Vinessa Shaw offrent une interprétation tout à fait correcte. Elias Koteas, habitué aux petits rôles, éblouit toujours. On ne le vvoit que deux scènes, mais ce sont peut-être deux des scènes les plus fortes du film.

Au niveau des points négatifs, j'ai rien à en dire de très insultant. Mais voilà, il y a des idées de mise en scène, et une réalisation irréprochable, mais c'est probablement cela qui me gêne. Le côté trop lissé, un poil classique. Mais c'est pas vraiment propre à ce film et c'est pas vraiment un reproche.

Hors ligne Plastik

  • Messager Éolien
  • *
  • Messages: 2279
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #335 le: mercredi 09 novembre 2011, 12:07:27 »


De Lars Von Trier, je n'ai encore vu que l'étrange et malsain Antichrist, un film misogyne, lent, éprouvant et sérieusement monstrueux sur de nombreux points.
(Cliquez pour afficher/cacher)
Mais c'était aussi un film fort, très symbolique avec une ambiance particulièrement prenante. Du coup avant de m'attaquer à ses classiques plus connus tel que Dogville, j'ai préféré m'attaquer à Melancholia, dernier film en date du réalisateur danois.

L'histoire raconte donc le mariage de Justine (Kirsten Dunst) et de Michael (Alexander Skarsgård) qui est donnée dans la magnifique résidence de Claire (Charlotte Gainsbourg) et de son mari, John (Kiefer Sutherland). Mais le mariage va vite mal tourner : ouvert par des parents divorcés qui se chamaillent lors du discours, une mariée dépressive (sans qu'on ne sache pourquoi), et tout ça pendant que Melancholia, une planète tellurique se rapproche inévitablement de la terre (sans que les protagonistes sachent qu'elle va la heurter.)

Non, je ne vous fait pas de spoils en vous disant cela, vu que la séquence d'intro du film nous montre plusieurs tableaux symboliques (Kirsten Dunst dont les doigts partent en flammes, Charlotte Gainsbourg qui s'enfonce dans le sol tenant un enfant dans les bras, alors qu'une pluie d'oiseaux s'abat dans son dos,...) sous fond d'une belle musique classique... La fin de cette introduction montre l'immense Melancholia qui percute la terre...

Un film séparé en deux parties, la première le mariage, la deuxième, l'attente de l'inévitable avec toutes les phases de l'acception : panique, espoir, panique, tristesse acceptation... Deux soeurs magnifiquement jouées, Kirsten Dunst vraiment très bonne en dépressive, tellement qu'on en vient parfois à la haïr pendant le long métrage, tellement elle est faible, désespérée, et Charlotte Gainsbourg, qui a vachement amélioré son anglais depuis Antichrist, est aussi très bonne dans son rôle, très humaine.

Il est certain que ce film ne va pas plaire à grand monde : on n'apprend jamais pourquoi Kirsten Dunst est dans cet état, on a toujours un doute sur où Von Trier veut en venir, le rythme est lent, écrasant par moment... Mais ce film m'a plu, l'atmosphère est magnifique, l'ambiance pesante et dramatique... Un film de fin du monde antispectaculaire et personnel qui m'a vraiment touché, bien plus que le flou Antichrist.

Hors ligne Suijirest

  • Skull Kid
  • *
  • Messages: 5918
  • Ci-gît Suijirest
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #336 le: mercredi 09 novembre 2011, 14:54:22 »
Hier soir, j'ai vu Robin Hood - Men in Tights (aka Sacré Robin des Bois en français) de Mel Brooks. Une parodie des deux adaptations les plus connues de la célèbre histoire, le film Prince des Voleurs avec Kevin Costner et le dessin animé de Disney.

J'me suis marré plus d'une fois, notamment la scène du rideau ou Mirette qui se mange un arbre...  ;D J'connaissais pas ce réalisateur, mais un collègue m'avait parlé de Sacré Graal, ça doit sortir de ses studios. Faudra que je me renseigne. :niak:

edit : Doutch' m'a renseigné, c'est pas du Mel Brooks, c'est les Monty Pythons qui ont fait Sacré Graal. Autant pour moi. :niak:
« Modifié: mercredi 09 novembre 2011, 15:18:27 par un modérateur »

Mille mercis à Yorick26 pour la signature !

Hors ligne Jay d'ail

  • Minish citadin
  • *
  • Messages: 2912
  • Bonjour
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #337 le: jeudi 10 novembre 2011, 11:22:31 »
Moi j'ai pas vu Tintin mais j'ai vu Two Lovers de James Gray.
Y en a qui l'ont vu ce film ou pas ? J'ai encore du mal à savoir quoi en penser, dois-je écouter mon âme d'être humain et laisser parler le flot d'émotions que véhicule le film ? Ou bien dois-je laisse parler mon âme d'élitiste arrogant ? Bah de toute façon je les fais toujours parler toutes les deux.

Du coup, Two Lovers c'est un film qui commence mal, là où un homme est au plus bas et comment il remonte la pente. Pour le reste, ce n'est qu'une histoire d'amour, la plus banale, et la plus tragique à la fois, car c'est l'histoire qui nous concerne tous. Les clichés s'accumulent afin de nous faire vivre l'histoire d'amour : le mariage arrangé d'un côté et l'aventure passionnée de l'autre, mais ce qui est fort, c'est l'ensemble des transferts qui se fait de l'un à l'autre. Tout est nuancé, poignant et douloureux.

Même si généralement je m'en fiche pas mal, je salue la performance de Joaquin Phoenix, tout simplement très fort. Même Gwyneth Paltrow et Vinessa Shaw offrent une interprétation tout à fait correcte. Elias Koteas, habitué aux petits rôles, éblouit toujours. On ne le vvoit que deux scènes, mais ce sont peut-être deux des scènes les plus fortes du film.

Au niveau des points négatifs, j'ai rien à en dire de très insultant. Mais voilà, il y a des idées de mise en scène, et une réalisation irréprochable, mais c'est probablement cela qui me gêne. Le côté trop lissé, un poil classique. Mais c'est pas vraiment propre à ce film et c'est pas vraiment un reproche.
Je l'ai vu y a un moment et j'en ai pensé plus ou moins la même chose que toi, sauf que je l'ai pas trouvé aussi fort je pense, j'ai peut être été un peu plus gêné par le côté lisse de la chose (c'est le monde à l'envers non ? ;D )

Citation de: Plastik
Il est certain que ce film ne va pas plaire à grand monde : on n'apprend jamais pourquoi Kirsten Dunst est dans cet état, on a toujours un doute sur où Von Trier veut en venir, le rythme est lent, écrasant par moment... Mais ce film m'a plu, l'atmosphère est magnifique, l'ambiance pesante et dramatique... Un film de fin du monde antispectaculaire et personnel qui m'a vraiment touché, bien plus que le flou Antichrist.
(Cliquez pour afficher/cacher)
Après concernant mon avis, j'ai beaucoup aimé au bout du compte, mais j'ai trouvé la première heure/partie éprouvante, et ennuyeuse même à vrai dire, pourtant j'ai pas forcément de problème avec les films lents (Cette année par exemple Tree of Life est peut être le film que j'ai le plus aimé au ciné, même si l'ambiance n'a rien à voir évidemment) mais là j'ai trouvé ça trop long à se lancer, même si heureusement après par la suite ça prend une ampleur marquante.

Hors ligne Gaillom

  • Peste Mojo
  • *
  • Messages: 383
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #338 le: jeudi 10 novembre 2011, 12:01:29 »
Hum concernant kirsten dunst
(Cliquez pour afficher/cacher)

Hors ligne Plastik

  • Messager Éolien
  • *
  • Messages: 2279
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #339 le: jeudi 10 novembre 2011, 12:12:38 »
(Cliquez pour afficher/cacher)

Hors ligne Nehëmah

  • Piaf postier
  • *
  • Messages: 6064
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #340 le: jeudi 10 novembre 2011, 18:00:46 »
Jay : nan mais t'as pas tort, le côté lisse du truc me gêne aussi... Mais tant que lisse est bien différent d'aseptisé, en théorie ça me gêne pas :niak: Mais je je pense que nos avis se rejoignent fatalement :niak:

En ligne Rodrigo

  • Prince Zora
  • *
  • Messages: 14229
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #341 le: dimanche 13 novembre 2011, 23:29:55 »
Aujourd'hui j'ai vu Tree of Life, et je ne pense pas avoir tout compris.  Par contre c'est très joli, y'a des beaux plans, et tout, mais j'ai vraiment l'impression d'être passé à côté du film. Sinon, bah c'était un peu trop naïf à mon gout.

Hors ligne Nehëmah

  • Piaf postier
  • *
  • Messages: 6064
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #342 le: lundi 14 novembre 2011, 11:30:23 »
Je pense pas que c'était naïf, Mallick assume totalement ce point de vue "tout est beau" et il suffit de voir ses autres films pour s'en rendre compte (je n'ai vu que La ligne rouge, mais c'est bien cette manière de peindre la guerre comme une tragédie inhérente au milieu des hommes dans un environnement magnifique qui dégage la portée émotionnelle et sensitive du film). Et on retrouve ce côté-là, d'ailleurs dans Tree of life, à savoir que malgré une tragédie au sein de cette famille, qui est la tragédie de la vie et de la mort, cela reste raconté sur le ton de la "beauté" comme il l'évoque. Contrairement à beaucoup de films qui nous racontent une histoire d'amour dans un monde de violence, c'est un peu l'inverse que fait Mallick, une histoire de violence dans un monde d'amour. Je pense qu'il y a une réelle philosophie derrière tout ça, alors on a peut-être l'impression que ça dégage une certaine naïveté, mais je crois que Mallick l'assume énormément et propose un point de vue vraiment personnel sur la vie (et le cinéma). Ah et par ailleurs je crois que personne n'a compris entièrement le film. Qui est réellement mort ? Il y a une réponse a priori évidente, mais il y a d'autres interprétations également.





Sinon pour faire plaisir à Emy je vais parler des deux derniers films que j'ai vus.



Mais oui, vous l'avez reconnu, c'est Ryan Gosling. Et derrière la caméra c'est Refn, l'ivrogne qui a réalisé Le guerrier silencieux et la trilogie des Pusher. Et là, ce film ben c'est Drive.


L'histoire, c'est celle d'un chauffeur qui ne peut réellement s'exprimer que par la violence. Pilote d'élite, il est capable d'absolument tout, et la séquence d'ouverture met vraiment le doigt dessus. Une telle alternance entre action pure et tension dans l'attente, c'était purement jouissif, surtout cette espèce de parallèle entre le match et la course-poursuite, c'est franchement puissant.

Ce qui est surpuissant c'est la qualité de la réalisation, avec une mise en scène réellement solide et qui justifie bien le prix du festival de Cannes qui n'a pas du tout été volé (je n'ai pas vraiment vu tous les films de la compéte, mais y avait des monstres en course). Les plans sont somptueux, la composition de l'image est toujours pensée et nous évoque sans peine son film précédent, avec une certaine proximité des corps et des visages perdus pourtant dans de grands ensembles. Contrairement à Valhalla rising, ce ne sont pas de gigantesques et isolées terres désolées, mais des décors urbains comme par exemple un simple garage, un pallier, un parking.

On pourra également noter les 10.000 références à tel ou tel film que peut contenir Drive, allant de la police kitschounette et de la musique bien electro / new wave, qui nous figent dans une certaine époque et emprisonnent le personnage de Gosling dans un moule, dans une société qui fait déjà partie du passé, jusqu'à cette sensation de retourner dans la faune urbaine de Taxi Driver. Drive pourrait presque être une réécriture du film culte de Scorsese (je précise pour ceux qui seraient sceptiques à la lecture de mes lignes, qu'effectivement je n'apprécie que peu ce film et ce réal mais je sais en reconnaître les valeurs cinématographiques évidentes... heureusement me dira-t-on :niak: ). Entre le personnage silencieux et blasé (quoique De Niro n'est pas franchement silencieux), l'incapacité à dormir la qualité de chauffeur, et surtout la relation qui naît entre un garçon et une femme a priori plus jeune (une blonde bien sûr), dans les grandes lignes on a vraiment l'impression que Refn cite constamment un grand maître. Mais voilà, Refn s'en sert pour appuyer son propos, il place son historie, son personnage dans un contexte particulier et il regarde comment ça évolue.



Proximité du corps, perdu dans le paysage urbain et nocturne de Drive...


Certaines scènes se révèlent d'une puissance incroyable due à leur violence primale. Si je parle d'un casse qui tourne mal, je pense que chacun aura à l'image la scène la plus douloureuse du film, à la fois surprenante lors de l'évènement tragique, et haletante au niveau de la course-poursuite qui s'ensuit, où les personnages sont vraiment prisonniers de cette caisse de fortune dans laquelle ils roulent, prisonniers d'une mécanique dont le chauffeur n'est pas véritablement le chauffeur. Perso, en plein cinéma, j'ai dû sursauter à chaque coup de feu, le son devait être fort, mais la surprise que ça a provoqué a, je pense, énormément joué aussi.



Non, ce film n'est pas franchement bling bling contrairement aux apparences.


Au final, on regrette un peu que le scénario soit aussi prévisible dans son déroulement, après la scène du casse on sait plus ou moins comment le film va se développer, seule la scène finale ajoute un peu de surprise, et encore, la scène de l'ascenseur avait véritablement annoncé ce genre de fin. Pour ma part c'est le seul reproche que je puisse lui faire. Pour le reste ce n'est que de l'admiration et un respect profond.


Une scène marquante... Parmi tant d'autres.







Je parle enfin d'un bide film que personne a vu et dont personne ne lira la critique puisque c'est un film totalement inconnu. Pourtant c'est un film vraiment correct (voire bon).


Ongaku, aka The music, raconte l'histoire de Reiko, une jeune femme qui n'entend plus la musique, ou plutôt qui ne ressent plus la musique tout comme elle ne ressent plus aucune sensation lorsqu'elle couche avec son copain, un mec beau, fort et largement au fait de ces choses-là. Reiko entreprend donc une cure chez un psychologue afin de découvrir la vérité autour d'elle.


Le film est une immense cure psychologique, le scénario est donc particulièrement bien ficelé et cohérent tout en profitant des thèmes propre à la cure psycho-thérapeutique : l'inconscient mais aussi et surtout le sexe. Le film ne lésine pas de ce côté-là et nous offre des scènes de pure sensualité totalement olé olé qui nous rappelle que le cinéma expérimental de l'époque était en étroite relation avec les pinku eiga, et cette comparaison se reflète à juste titre dans bien d'autres films comme par exemple Heroic Purgatory ou encore Mujo, qui partage d'étranges liens avec Ongaku. Par ailleurs si ce ne sont pas des liens authentiques, cela relève d'une pure mode de l'époque de traiter du tabou par le tabou, à savoir traiter de l'inceste dans un film a priori sérieux par des images éminemment érotiques.

Concernant l'image, dans Ongaku, elle est sale. Non pas qu'elle soit dégueulasse à tout prix, mais la couleur de l'époque lui confère un peu une connotation de film dépassé visuellement (je ne parle qu'en terme de qualité technique) alors que le noir et blanc aurait peut-être moins permis cette dégradation. Toutefois, les compositions des images sont très bonnes, et les scènes de cure psychologique se déroulent dans un noir total, à la faible lueur d'une lampe, où se profile alors l'inconscient, libéré dans toute sa grandeur, vagabondant dans un vacarme assourdissant de mensonges et d'associations étranges (ce taureau avec des phallus à la place des cornes).

Malgré un thème sur la psychanalyse qui peut paraître assez désuet de nos jours (tout a rapport avec la sexualité, Freud inside), Masumura met en avance des problématiques de son temps. Comme toujours avec ces films de l'ATG, il y a un regard sur un monde, un témoignage d'une sorte de société très polie mais qui n'est qu'une sorte de devanture derrière lesquelles se déroulent les passions les plus animales, à l'image de la tante de Reiko.

En ligne Rodrigo

  • Prince Zora
  • *
  • Messages: 14229
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #343 le: lundi 14 novembre 2011, 11:37:33 »
Citer
Ah et par ailleurs je crois que personne n'a compris entièrement le film. Qui est réellement mort ? Il y a une réponse a priori évidente, mais il y a d'autres interprétations également.

Ouf ça va alors.  Après c'est intéressant comme point de vue, j'avais pas vu les choses sous cet angle, mais y'a pas mal de choses dans ce film que je n'ai pas compris, comme le passage avec les dinosaures (bon, on part du Big Bang, mais pourquoi s'arrêter aux dinosaures, et pourquoi parler de tout ça ? Pour faire une transition sur la mort vers le rien vers la vie ? ) Et même si j'ai trouvé la morale la plus mise en évidence assez naïve, je dois dire que le message est beau, pur, et est dans la continuité du film. Mais effectivement, je ne suis même pas sûr de qui est mort, et toute la scène dans la désert avec la porte, ou celle dans la mer, je n'en comprends vraiment pas le sens.

Hors ligne JeK

  • Chef Skimos
  • ***
  • Messages: 3785
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #344 le: vendredi 18 novembre 2011, 18:00:45 »

Bon, je le dis tout de suite, je suis un fan incondi de Daft Punk. J'ai grandi avec et pourtant je ne suis pas spécialement calé point de vue electro. J'ai absolument tous leurs albums chez moi, y compris les Alive 1997 et 2007, la bande originale de Tron: Legacy et aussi quelques albums de remixes. Pour moi, Daft Punk est ce qui est arrivé de mieux en ce qui concerne la musique en France. Et qu'on aime ou qu'on déteste, on ne peut malgré tout qu'être fier d'avoir un groupe comme ça dans nos contrées. Car outre un son précurseur dans le domaine de la musique éléctronique, c'est surtout le mythe qu'ils ont construit autour d'eux au biais d'une image ultra soignée qui fait que ce groupe est reconnu internationalement parlant. Et si vous demandez à n'importe qui dans le monde s'il connait Daft Punk, dans le meilleur des cas il vous répondra très certainement par l'affirmative.

Néanmoins, on peut parfaitement être accro à quelque chose/quelqu'un et en parallèle être complètement passé à côté d'un truc en rapport avec ce dont on est fan... C'est précisément mon cas. :niak:
Je savais que Daft Punk avait fait une incursion dans le cinéma (notamment en tant que contribution musicale sur Interstella 5555 en 2003, et Tron dernièrement) mais je n'avais encore jamais prêté attention au fait qu'ils s'étaient également mis à la réalisation... jusqu'à aujourd'hui. v.v

Écrite et réalisée en 2006, cette toute première oeuvre signée du célèbre duo frenchy est un véritable OVNI dans le paysage cinématographique.
Son nom : Daft Punk's Electroma.



Dans un monde terrestre qui ressemble au désert californien de nos jours,
deux robots aux vestes "Daft Punk" sont en quête d'un rêve : devenir humains.


Avant toute chose, il est bon de préciser que ce film n'a absolument rien de commun avec ce que l'on peut voir habituellement au cinéma. Le traitement est lent, le film est court (1h10), il n'y aucune parole, et il y a pas mal de plans-séquences (certains durent même presque 10 minutes). C'est en ce sens qu'il convient d'avertir qu'il faut posséder une grande ouverture d'esprit pour apprécier pleinement la chose. Car en realité il s'agit ni plus ni moins que d'un film purement expérimental et à volonté philosophique. Pour cela, je crois qu'il ne serait pas prétentieux de ma part de le comparer avec un certain 2001, l'Odyssée de l'Espace qui possède à peu de choses près les même notions v.v


Human After All

Il ne faudra pas non plus compter sur un scénario très important car celui-ci n'existe tout simplement pas. Le postulat de départ est en effet ultra simple, presque ridicule : c'est l'histoire de deux robots qui n'ont qu'un seul et unique but, celui de devenir humains. Commence alors une longue traversée du désert afin d'entamer cette recherche d'identité qui est, en réalité, la véritable thématique de ce film.
C’est dans une voiture noire immatriculée en Californie et qui porte le nom prédestiné de "Human" que les deux robots débutent leur quête d’humanité. L’histoire commence comme un road-movie, avec le magnifique désert californien en toile de fond. La caméra suit, précède, survole le véhicule lancé à toute vitesse, s’attardant parfois sur ses occupants ou encore sa carrosserie...



Quand ils débarquent en ville, le spectateur note tout de suite un contraste avec les autres robots qui, s’ils portent eux aussi tous des casques, sont par contre habillés normalement alors que les deux héros sont tout de noir vêtus. Peut-être faut-il être un peu marginal pour souhaiter devenir humain ? De plus, ces autres robots ont une attitude quasi léthargique.



Une fois arrivés dans une espèce de laboratoire scientifico-futuriste, changement de décor : le monde devient noir et blanc et saturé, les deux robots reçoivent leur visage et après une courte euphorie, leur existence humaine va prendre un tournent tragique. Il ne reste plus aux deux qu’à aller panser leurs plaies dans le désert...


Le film multiplie les références au cinéma sf. Ici, l'esthétique rappelle clairement THX-1138 de George Lucas...


Thèmes et Influences

Le film est ponctué d'idées intéressantes qui ne doivent finalement rien aux autres, surgies d'on ne sait où, à la fois de partout et de nulle part. Déjà, un parti-pris, celui de diviser le film en autant de chapitre en mettant des inserts de fragments de flammes. Ensuite, de peupler tous les êtres quasiment de masques à leur effigie afin de créer une population entièrement mécanique. Le contraste avec leurs masques à têtes d'humains qu'on jurerait issus des Guignols de l'info ne fait que prolonger la stupeur et le sourire bienvenus (je soupçonne ces têtes d'être celles, à peine caricaturées, des véritables Daft : Bangalter et Homem-Christo xD).


Et puis, plus le film avance, plus il débouche sur une sorte d'errance touchante des personnages. Pas de paroles, que des non-dits, des plans étirés, des jeux d'angles et de flou... À ce stade, le manque affectif se fait confondre avec le désert qui devient, à travers de nombreux plans contemplatifs, un personnage à part entière.




Le désert, symbole d'une autre thématique : l'errance. Filmé avec une sensualité incroyable sur fond de Linda Perhacs.


Si le film n'est clairement pas destiné à être un pur objet commercial et est même carrément inaccessible de part son traitement philosophique, il est par contre traversé à la fois par le respect des road-movies pré-existants (scène d'explosion revue 3 fois sous différents angles qui évoque un peu le Zabriskie Point d'Antonioni), des références cinéphiliques en vrac (principalement le Gerry de Gus van Sant -- plans dans la voiture sur lesquels on pourrait mettre du Arvo Pärt, plans-séquences sur la marche des personnages dans le désert étirés à mort afin de faire ressentir la temporalité au spectateur -- ainsi que le 2001 de Kubrick et le THX-1138 de George Lucas -- contraste noir et blanc clinique et extrême à faire pâlir d'envie un Roberto Rodriguez sur fond de symétrie quasi-parfaite dans la scène du laboratoire...), mais également par une vraie touche personnelle sensible, n'appartenant au fond qu'à lui.


Au final, il en ressort une sorte d'étrange trip visuel et sonore (sans la psychédélie d'un 2001 cependant). Un film que l'on ne peut pas expliquer et qui, une fois visionné, reste autant détestable que fascinant, car pas du tout accessible. Comme je le disais plus haut, il faut avoir un esprit très ouvert pour ne pas décrocher au bout de deux minutes...
Si vous acceptez de faire le voyage dans un film au rythme lent, que vous aimez la musique 70's (pas de morceaux des Daft) et être surpris par une certaine esthétique, ou encore que vous préférez les robots et la science-fiction utopiste à la musique électronique qui fait trembler le plancher et l'animation japonaise (Interstella 5555), vous ne le regretterez pas.

Mais si vous aimez tout simplement ce que j'ai cité auparavant, alors matez-le aussi !
Le film est visible facilement sur Internet ;)



Enjoy ! /o/

(ou pas)
« Modifié: dimanche 26 mai 2013, 03:18:07 par JeK »