Auteur Sujet: Aujourd'hui j'ai vu...  (Lu 194041 fois)

0 Membres et 3 Invités sur ce sujet

Hors ligne GKN

  • Piaf postier
  • *
  • Messages: 6811
    • Code ami 3DS 3136-6906-6088

    • Code ami Wii U GranKorNichon

    • SW-7822-0270-0436
    • Voir le profil
    • facebook
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #255 le: mardi 30 août 2011, 14:30:24 »
C'est pour ça que je suis allé le voir avec un à priori incroyable, d'autant que je n'aime pas l'amérique... Et pourtant !!!

Hors ligne John Craft

  • Sorcier Sheikah
  • ****
  • Messages: 8156
  • Monsieur Condescendance.
    • Voir le profil
    • Feuilles en vie
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #256 le: mardi 30 août 2011, 14:44:31 »
... quel rapport avec l'affection portée aux USA ?
(euh je dis pas ça agressivement hein :o je préfère le signaler... ^^")
Feuilles en vie
Je joue, je hurle et je ris sur ma chaîne Twitch, on m'a dit que je suis drôle. Passe donc !

"A writer is a person for whom writing is more difficult than it is for other people" Thomas Mann

Hors ligne GKN

  • Piaf postier
  • *
  • Messages: 6811
    • Code ami 3DS 3136-6906-6088

    • Code ami Wii U GranKorNichon

    • SW-7822-0270-0436
    • Voir le profil
    • facebook
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #257 le: mardi 30 août 2011, 14:47:32 »
Cela a un rapport avec les à priori que j'avais; amérique = film nul.


Bon, pour toi c'est le cas du coup  >.<

Hors ligne John Craft

  • Sorcier Sheikah
  • ****
  • Messages: 8156
  • Monsieur Condescendance.
    • Voir le profil
    • Feuilles en vie
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #258 le: mardi 30 août 2011, 14:56:07 »
... bah non, justement =_=
... déjà c'est stupide de se dire "film américain = blockbuster bien daubesque" (surtout que le simple cliché de "blockbuster = daube" a été prouvé erroné mille fois), mais surtout je n'ai jamais même commencé à supposer ça dans un seul de mes messages...
Feuilles en vie
Je joue, je hurle et je ris sur ma chaîne Twitch, on m'a dit que je suis drôle. Passe donc !

"A writer is a person for whom writing is more difficult than it is for other people" Thomas Mann

Hors ligne D_Y

  • Âme sombre
  • Stratège de Din
  • Sage Goron
  • *****
  • Messages: 9982
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #259 le: jeudi 01 septembre 2011, 04:11:30 »
Cela a un rapport avec les à priori que j'avais; amérique = film nul.


Bon, pour toi c'est le cas du coup  >.<

Un gros pourcentage de chefs d'oeuvre du cinema viennent des USA, donc ton à priori est bien étrange. Ce qui me fait le plus mal au cul c'est de penser que c'est Les Schtroumpfs qui t'a prouvé le contraire.
Moi j'ai pas vu le film mais le seul souvenir que j'ai de cette série est une BD assez excellente dans son genre donc voir ça en 3D puante, en plus à New York, désolé mais je marche pas. En conclusion : troll spotted B)

Mais en fait c'est même pas pour ça que j'étais venu poster à la base, c'est que j'ai appris que Lucas avait encore retouché Star Wars pour sa rééddition en Blu Ray, et bordel, de ce que j'ai vu, c'est un massacre sans nom. C'était déjà le cas pour la dernière édition DVD pour ceux qui se souviennent, notamment la scène de la cantina entre Greedo et Han Solo, et le Hayden Christensen en esprit Jedi qui est lui un viol pur et simple envers tous les fans de cette saga. Enfin moi je m'en fiche qu'il dépoussière la dernière trilogie, d'une parce que je m'en fous, de deux parce qu'elle en a bien besoin, mais il est inutile de toucher à la vraie saga qui est déjà bien comme elle est. Le pire c'est que j'étais interessé par l'édition Blu Ray avant de voir qu'il avait niqué une des meilleure scène de l'Episode 6 :

http://youtu.be/eGaSxSuB2vY

Et ça, ça fait chier, surtout que la mode de retouche des films est juste ridicule, encore la remasteriser, je veux bien, mais rajouter des petits détails sans importance, ça n'apporte absolument rien si ce n'est des coûts inutile et la colère des fans. Ce qui serait pas de trop dans ce genre de situation, c'est de proposer la version cinéma et la version Director's Cut, c'est déjà le cas avec le DVD d'Alien et c'est un truc élementaire à faire, et avec cette méthode, fini la colère des fans, et les pyj qui veulent regarder les versions retouchés peuvent le faire. :|


Soit dit en passant j'aurais bien aimé avoir le choix dans le Blu Ray Blade Runner, j'adore la voix off moi.
« Modifié: jeudi 01 septembre 2011, 04:14:49 par D_Y »
O proud Death ! What feast is toward in thine eternal cell ?

Hors ligne Plastik

  • Messager Éolien
  • *
  • Messages: 2279
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #260 le: lundi 05 septembre 2011, 09:54:52 »


Vous les Français, quand vous vous mettez à faire des films d'horreur, vous ne le faites pas à moitié. Prenez Martyrs, summum de l'horreur : pesant, sanglant, une atmosphère des plus dérangeantes... (et aussi une fin décevante...), ou même Frontières (qui est très mauvais tout de même...).

A l'Intérieur est une pure crapulerie : Sarah, qui a perdu son mari dans un accident de voiture, doit accoucher le jour de Noël. Fatiguée, un peu déprimée, elle décide de passer noël seule à se reposer, mais bien vite, elle sera dérangée par une étrange femme, qui connait son nom, son histoire, et qui veut ce qui se trouve dans son ventre...

Le gore est réaliste (malgré les centaines de litres de sang...), et vous n'avez sûrement jamais imaginé qu'il était possible de faire autant de trucs immondes avec des ciseaux et des aiguilles à tricoter. C'en est parfois sérieusement pénible...

C'est un bon film dans l'ensemble , bonne gestion d'effets sonores pesants, la "méchante" est très bien jouée. Mais il y a des scènes parfaitement inutile, dont une complètement stupide et sortie de nulle part, ainsi que plusieurs choses qui restent inexpliquées...



Pixar réussit là ou les véritables studios échouent depuis une décennie : mettre de la magie, faire un film beau avec un message qui ne prend personne pour un con, qui peut plaire aux grands, aux enfants, aux adolescents darks et même à ton papy communiste.

Wall-E c'est l'histoire d'un petit robot qui a pour but de nettoyer la terre, recouverte de déchets et abandonnée par les humains. Il collectionne des objets dans son hangar, et est ami avec une blatte. Un jour, sa paisible routine et sa solitude vont être bousculées par Eve, un robot venu d'un vaisseau qui semble chercher désespérément quelque chose et qui s'énerve assez vite. Wall-E avec ses grands yeux la suit partout en espérant pouvoir lui tenir la main, et oui, Wall-E ce coquin, est amoureux!

Une belle histoire avec des personnages presque muets (les deux robots savent à deux dire une dizaine de mots tout au plus), une animation à couper le souffle,  et un message moderne...

Disney a de la chance d'avoir Pixar dans ses cartes à jouer, maintenant qu'ils ne sont plus capables que de sortir des Shia Lebeauf et autre High School Musicmerde...

Hors ligne Nehëmah

  • Piaf postier
  • *
  • Messages: 6064
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #261 le: mercredi 07 septembre 2011, 23:10:29 »
Toujours pas vu Wall-E. Et A l'intérieur j'en avais pas entendu parler ça m'interroge.

En attendant j'ai vu une bonne petite tuerie (c'est le mot).



Lee Byung-hun et Kim Jee-won. Le bon, la brute et le cinglé, j'avais déjà énormément apprécié ce film, et j'ai retrouvé quantité de bonnes choses dans ce film de yakuzas dans un style à la fois très proche de Kitano (scènes ultra-violentes parfois coupéles à du trivial pur et dure, mais misant aussi sur une esthétique très mélancolique, très lente et belle) mais aussi du cinéma de Park Chan-wook (hémoglobine, vengeances exagérées comme dans Old Boy...). L'efficacité des plans, tout ça, c'est vraiment bon, la caméra qui effleure et reconnaît des parties de corps inattendues, on est parfois détaché des symboles et on s'accroche plus à des détails, à des formes.
Le film manque peut-être un poil d'originalité et d'identité dans le héros et le scénar, mais il n'empêche que l'interprétation et le développement de l'intrigue sont carrément là. C'est ptêtre ce qui importe le plus... Bref, à voir à mon sens.

Hors ligne D_Y

  • Âme sombre
  • Stratège de Din
  • Sage Goron
  • *****
  • Messages: 9982
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #262 le: jeudi 08 septembre 2011, 00:36:08 »
Moi j'ai trouvé Martyrs super naze, je sais pas ce qu'on lui trouve. J'ai jamais entendu parler d'A l'Interieur mais l'horreur française fait un peu pitié j'ai l'impression, enfin l'horreur tout court d'ailleurs, il est loin le temps des Halloween et autres Vendredi 13.

Je viens de finir ma séance du soir, avec un film que j'ai depuis bien longtemps sur mon étagère mais que j'avais jamais pris le temps de regarder, la faute à mon intérêt assez limité pour cette saga, dont un certain Burton n'est pas étranger. Je veux bien sur parler de la Planète des Singes :



Premier épisode fondateur, sorti en 1968 avec le très connu Charlton Heston (Ben-Hur etc...). La Planète des Singes raconte l'histoire de trois astronautes envoyés dans le futur, qui échouent sur une planète inconnue très similaire à la Terre. D'abord pensant qu'elle est sans vie, ils vont vite découvrir qu'elle est habitée par... des singes, qui bien evidemment commencent à s'interesser à eux.
La première chose que l'on remarque, c'est que le film a une identité qui lui est propre, malgré que ce soit une adaptation d'un roman français de Pierre Boulle. Identitée tellement réussie que la licence va être exploitée jusqu'à nos jours puisque comme tout le monde sait, la Planètes des Singes : les Origines est encore au cinéma (il faudrait que je le voie d'ailleurs).
La narration est extrêment soignée, de même que la mise en scène qui est absolument formidable, j'ai en tête notamment la première apparition des singes qui est mémorable. Les singes qui d'ailleurs sont vraiment bien faits, tout en maquillage et en costume, il a d'ailleurs reçu un Oscar pour ce point. D'ailleurs mis à part le dernier, il est à noter quand même que dans toute la saga, les singes ont été joués de cette manière, ce qui est un grand tour de force surtout quand on pense que ce film a quand même plus de 40 ans, et qu'il est encore crédible aujourd'hui.
Bon par contre on peut noter que les décors sont pas très variés, et que le village des singes sent le carton-pâte à plein nez, mais vu son âge, on peut lui pardonner.

Seul petit regret finalement, c'est qu'ils nous spoilent la fin avec la Statue de la Liberté un petit peu partout (cf ci dessus), ce qui est vraiment dommage, j'imagine seulement ce que ça devait être pendant les premières projections, quand personne savait ce (gros) détail.

http://youtu.be/VjcpRHuPjOI

Bien evidemment j'ai adoré ce film et je le considère désormais comme un de mes film culte, je suis vraiment con d'être passé à côté de cette saga mais faut dire que l'épisode de Burton m'avait l'air super naze. Bon maintenant je file acheter les autres (et il y en a beaucoup), en plus j'ai vu que la série TV avait été rééditée par je ne sais qui, mais est facilement trouvable, je me laisserai peut être tenter du coup.
« Modifié: jeudi 08 septembre 2011, 00:38:59 par D_Y »
O proud Death ! What feast is toward in thine eternal cell ?

Hors ligne Plastik

  • Messager Éolien
  • *
  • Messages: 2279
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #263 le: vendredi 09 septembre 2011, 08:49:26 »


Mais dites-moi, qu'est-ce que j'ai bien rigolé avec ce film ! Mais le problème c'est que c'est censé faire peur, ou du moins installé une atmosphère déplaisante, mais ce truc c'est... c'est ridicule. Amassant des clichés par dizaine, proposant un casting ridicule, avec une héroïne aussi charismatique qu'un cheval de trait, et des fantômes merdiques qui sont en gros une femme et un gosse qui font des gargarismes et qui poussent des cris de chats.

Non sérieusement, je ne sais pas ce que vaut le film original, mais en tout celui-ci est un pur navet des îles.

Hors ligne Plagueis

  • Sorcier Sheikah
  • ****
  • Messages: 7321
  • Legendary Taunter
    • Code ami 3DS 1993-7815-1252

    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #264 le: vendredi 09 septembre 2011, 12:11:17 »
C'est celui là le film original il me semble. Sinon les deux suites sont encore plus moisies. Ils ont voulu surfer sur le succès de Ring en américanisant le truc, mais au final, c'est décevant.

Hors ligne Nehëmah

  • Piaf postier
  • *
  • Messages: 6064
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #265 le: vendredi 09 septembre 2011, 14:04:09 »
Non ça c'est le remake américain. C'est celui-là l'original, et il date de 2000.



Ceci dit je n'ai vu que le remake américain et jerry. Je me tenterais bien l'original en tout cas et tant que j'y suis l'original de The ring vu que je l'ai toujours pas vu. J'aime bien ces films d'horreur japonais qui m'évoquent vraiment la saga Project Zero que j'affectionne particulièrement.




Dernier film vu pour ma part :


Et autant dire que c'est loin d'être un navet. L'histoire est crue et violente, servie par une narration efficace au découpage surprenant. Dans les défauts du film je dirais l'aspect parfois documentaire qui veut à tout prix nous arracher des larmes et cette stylisation des scènes de bagarre qui manquent soit de fantaisie soit de réalisme à cause notamment du montage. On est loin des fresques ultra-épiques de Zhang Yimou dans Hero ou Le secret de poignards volants, on est loin des scènes délirantes de Jackie Chan et on est loin du professionalisme des chorégraphies de Bruce Lee. Mais bon, c'est du chipotage, dans l'ensemble le film tient vraiment la route. Paraît que le 2 est beaucoup moins bon en revanche.

Hors ligne Nehëmah

  • Piaf postier
  • *
  • Messages: 6064
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #266 le: jeudi 15 septembre 2011, 19:33:34 »


Electric Dragon 80.000 V et contrairement à ce qu'on pourrait croire c'est pas tout à fait un nanard...

Difficile de noter Electric Dragon 80.000 V, surtout juste après son visionnage. Je le vois vraiment comme un héritier du cinéma de Tsukamoto en tout cas, sauf que c'est un poil moins bien rythmé et ptêtre un poil mieux filmé. En tout cas j'ai pas pu m'empêcher de penser à Tetsuo, que ce soit dans le trauma qui explique la "mutation" et le pouvoir, puis la tentative de contention du pouvoir et enfin le duel final. Bien sûr, ce n'est pas simplement un Tetsuo bis, il y a ne capacité à opposer le dragon et le bouddha, deux symboles bien différents et aux symboliques multiples ; il y a aussi l'opposition d'un créateur et d'un autodestructeur. Le personnage d'Asano refoule sa violence dans la création musicale, donnant lieu à des scènes survoltées, où toutes les machines prennent vie, guider par la musique bruitiste et électrique ; son challenger (puisqu'il est appelé ainsi dans le film) ne contient pas sa violence, il l'exprime et la refoule à la fois, ce qui crée une division au sein de lui-même, division mortifère : la partie gauche de son corps souhaite frapper, violenter, tuer, la partie droite, celle du Bouddha.

Le travail sur la lumière et l'éclairage est probablement le coeur du film. L'électricité urbaine est en mouvement perpétuel au gré des pouvoirs des deux combattants, ils agissent vraiment dessus, et certaines scènes sont d'une efficacité virtuose, notamment celle où Electric dragon se rue vers le Bouddha après qu'il l'a vicieusement provoqué en duel. Dans la rue, tout explose, tout brille et éclaire suivant l'avancée du personnage, créant un effet de mouvement et de dynamisme très réussi.

Toutefois, ce que je reproche au film c'est d'être assez vite ennuyeux, le rythme est étrange, parfois trop rapide et parfois trop lent, un deuxième visionnage pourrait être assez bien venu pour comprendre un peu mieux la pensée du cinéaste.





Bon et allez, personne pour faire vivre le topic là ? v.v j'en suis contraint à faire des doubles posts.

Hors ligne HamsterNihiliste

  • Tokay bizarre
  • *
  • Messages: 1891
  • Pouet pouet
    • royrhoam
    • Voir le profil
    • Tumblr
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #267 le: jeudi 22 septembre 2011, 21:41:56 »
C'est pas souvent que j'poste ici mais comme j'ai effectué hier ma première sorite cinéma juste en face de mon appart, depuis des temps immémoriaux, j'ai pensé pendant tout le film à ma critique.




Ça me tentait depuis un certain temps. Ayant apprécié le premier fil avec Charlton Heston, j'ai pas vu les suivants qui me semblaient trop commerciaux, surfant sur la vague parce que c'était cool mais un peu nuls en fait (C'est incompréhensible :niak:), j'ai vu celui de Tim Burton, et alors, et alors le film de Tim Burton, ben * Part se pendre. *

Je m'attendais donc à voir un peu une préquelle de La Planète des Singes, celui de 1968 de préférence. On a pas vraiment besoin d'être un fan inconditionné pour aller voir ce film, puisqu'il retrace les origines d'une société ou la relation maître/esclave entre l'Homme et l'animal s'est peu à peu inversée, on pouvait s'en douter.
Le problème, c'est que le film ne nous apprend rien d'autre. Le seul rapport qu'il a avec La Planète des Singes, c'est les singes. Ça aurait pu être des lions ou des hamsters, je me serais pas dit Tiens, ça ressemble à ce film dont j'ai déjà dit le nom trois fois.

C'est dommage parce que c'est des trucs qui semblent évidents ; c'est la faute à l'homme, qui à cause de la recherche scientifique a développé des produits testés sur les animaux alors ils ont développé une intelligence supérieure. Ouais, mais ça, on le sait déjà. Petite mention cependant pour le lien avec le père du héros, qui semble digne d'un téléfilm de M6, mais qui apporte quand même une autre petite intrigue au film. Surtout que je sais pas ceux qui l'ont vu, mais moi ça ma pas semblé évident qu'il y aurait ce lien là, du coup fort sympathique.

Y'a des points positifs, c'est pas un film raté, mais en réalité il commence près d'une heure après le début. Surtout que les évènements du début s'enchaînent vite, ça fait vraiment bâclé. On énumère les éléments principaux, et après on passe, comme ça le décor est posé, hoplà on s'embête pas. En général, ça fait assez cliché, ce pourquoi ça ne nous apprend rien d'autre sur les premiers films. Les hommes ils sont méchants et les animaux ils sont gentils alors ben les animaux ils se rebellent. Mouaif'. Déjà vu.

Les mentions spéciales + à rajouter :
- La qualité de la représentation du pouvoir des masses. C'est ça qui fait la force du film, qui fait comprendre la puissance pour cette révolution. Comparer à Spartacus serait un peu risqué, mais c'est un thème que j'aime. Vous avez des films du genre à me conseiller ?
- La vengeance des singes. Dans la deuxième partie, la brutalité des singes qui se révoltent contre les hommes est particulièrement bien filmée. C'est là qu'on voit l'intelligence " sociale " des animaux, c'est bien mené.
- La réalisation. Même si les singes font vraiment images de synthèse incrustée alors que ce n'est pas ça - coucou à Andy Serkis en passant -, les décors sont supers à regarder, et la plupart des animaux bien animés. Pas de jeu de mot Wolfesque :niak:
- L'OST. Purée. Mais purée. Dire le compositeur serait spoiler le film. Non, c'est pas John Williams, non, c'est pas Hans Zimmer, mais ça aurait pu. En fait, c'est le genre Hans Zimmer, mais un peu en premier prix parce qu'on a pas pu l'embaucher. Du coup, décontextualisée, la musique vaut pas grand-chose, mais dans l'ambiance elle accompagne vraiment très bien. J'ai envie de dire qu'elle sauve le film.

Les mentions spéciales - à rajouter :
- LA FUCKING SCÈNE AVEC LES SOUS-TITRES. NAN MAIS. Je spoile pas, d'ailleurs y'a pas à spoiler parce que c'est un détail, mais c'est les quelques secondes / minutes où j'ai fait un énorme facepalm dans la salle. Le film a perdu toute sa crédibilité avec ses sous-titres. Sous-titres de quoi ? Mouaif', on s'en doute.
- L'absence d'éléments des premiers films. Mais. Je viens voir un film qui a pour nom La Planète des Singes. Même si demander à voir le Docteur Zaïus serait incohérent puisque c'est pas la même époque, au moins la présence de la poupée humaine. Ou de la statue de la Liberté. LA STATUE DE LA LIBERTÉ QUOI. Le film se passe dans une ville super grande sûrement connue des USA, on a des énormes plans sur la ville, mais pas une fois on voit LA STATUE DE LA LIBERTÉ QUOI.

En conclusion. C'est un film à voir. Ce n'est pas du tout un navet. C'est même un bon film. Mais il ne faut pas vraiment s'attendre à voir une préquelle de La Planète des Singes. Mais c'est ça, les films à licence :niak:

Hors ligne Peter

  • Piaf postier
  • *
  • Messages: 6435
  • Puissance et gloire
    • Voir le profil
    • http://www.wearefiveo.com/
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #268 le: jeudi 22 septembre 2011, 22:14:42 »
Et A l'intérieur j'en avais pas entendu parler ça m'interroge.

C'est sympa.
C'est pas le film du siècle mais on passe un bon moment je trouve.
Résu powa!!

vainqueur du Zelda Master saison 3
co-organisateur de Battle Royal Zeldaique

Hors ligne Nehëmah

  • Piaf postier
  • *
  • Messages: 6064
    • Voir le profil
Aujourd'hui j'ai vu...
« Réponse #269 le: jeudi 22 septembre 2011, 22:20:59 »
Pouah que je l'ai trouvé soporifique ce film. C'est pas qu'il soit mauvais, mais il manque cruellement d'intérêt. Je le trouve déjà un poil incohérent dans la réalisation, dans le sens où l'intrigue ne nous apprend rien qui soit utile à la compréhension de l'univers de la série. Et puis surtout, à part la prouesse technique et quelques beaux plans, le film est creux, du Hollywood bien salé. Enfin je l'ai vu sans a priori, mais j'ai vraiment facepalmé pendant tout le film, y a trop de plans qui veulent trop en dire et qui au final n'en disent pas assez. Le film passe à côté de son sujet, et ce malgré un Andy Serkis au mieux de sa forme et une campagne de promotion bien puissante.





Dernier film que j'ai vu. Japonais, Sion Sono (Suicide Club), 4h et expérimental. Si, si.

L'histoire se déroule en 5 chapitres. Le premier dure quasiment une heure et présente le personnage principal, Yu.


Celui-ci perd sa mère jeune, puis son père décide de devenir prêtre. Une nympho corrompt le père avant de le plaquer, suite à ce choc, le père change et devient presque mauvais, obligeant son fils à reconnaître ses pêchés là où il n'y en a aucun. Petit à petit, Yu dérape dans un comportement pervers, où il commet des pêchés de toute sorte pour se faire pardonner par son père. Ca va jusqu'au crime obscène, celui de... photographier les petites culottes des étudiantes. Une sorte de prophétie gouverne Yu : il doit trouver Maria, celle qui lui provoquera une érection, puisque actuellement, rien ne l'intéresse ni même la moindre petite culotte de la plus sexy de toutes les étudiantes. S'ensuivent des scènes totalement wtf où il devient littéralement un hentai ninja, aux poses farfelues.


Le deuxième chapitre présente Aya Koike, une jeune psychopathe qui déteste l'obscénité, enfin pas trop quand même. Une sorte de timbrée très typée (de toute manière le film est très typé même s'il part très très loin par moments). Le chapitre est assez court, puisque le personnage est développé tout en filigrane du film et devient un personnage hautement haïssable.

Koike au milieu de ses deux acolytes.

Le troisième chapitre présente le dernier personnage du trio de héros de Love Exposure, Yoko. Et s'il y a bien une image qui rsume tout le film c'est celle-ci :


Un gros doigt à tous les canons du cinéma : du wtf à toutes les sauces, un univers très manga mais au final très cruel et réaliste. Yoko, je ne dirais pas qui est ce personnage même si on peut facilement le deviner. C'est en tout cas une perle rare, une actrice d'un grand talent, et surtout d'une grande beauté qui n'hésite pas à se faire embarquer dans des scènes d'une débilité sans nom, et parfois d'une grande virtuosité.


Bref, ce film est difficile à trouver (en tout cas à l'époque), il est long, je sais même pas s'il existe une vf ou des sous-titres VF, mais il est juste incroyable, il parle de la vie et pose de nombreuses questions au spectateur sur des thèmes vastes ; amour, religion, société, cinéma...

John Craft, ce film te plairait très certainement v.v