Auteur Sujet: Fable et jeu de l'Oie  (Lu 15793 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Suijirest

  • Skull Kid
  • *
  • Messages: 5756
  • Ci-gît Suijirest
    • Voir le profil
New Fic - Au delà de la Grande Mer (2) [court]
« Réponse #45 le: jeudi 13 janvier 2011, 21:27:20 »
Ce n'est pas la première fois que je viens sur ce topic, mais bon, je laisse un p'tit commentaire !

Pour commencer par le début, j'ai lu quelques chapitres des Flammes Bleues pendant l'été (ne me demande plus combien, par contre). Dans l'ensemble j'avais bien aimé.

Pour ton chapitre sur TWW, c'est vrai qu'il est court et qu'il sert surtout à remettre dans le contexte, avec tes petites inventions (tout ce qui concerne les parents de Tetra, je suis sûr de ne l'avoir jamais vu dans le jeu, peut-être ai-je raté les PNJ qui en parlent ?). Pour l'instant, je ne vois pas trop où tu veux nous emmener, à quand le prochain départ capitaine ? On n'a guère le choix à part attendre la suite.

P.S. : Si je peux me permettre une toute, toute petite remarque : tu parles de "mile", c'est une légère incohérence car c'est un terme anglais. En français, on parlera plutôt de "nœuds" pour désigner une distance en mer. Encore que, avec Terry qui crie "Thank you !" à chaque achat, ce n'est pas si déplacé que ça !

Mille mercis à Yorick26 pour la signature !

Hors ligne Yorick26

  • Priant de Nayru
  • Sage Goron
  • *****
  • Messages: 11316
  • Homme à tout faire
    • Code ami 3DS 1951-0832-7742

    • yorick.oudin
    • yorick26100
    • SW-6264-4058-0328
    • Voir le profil
New Fic - Au delà de la Grande Mer (2) [court]
« Réponse #46 le: jeudi 13 janvier 2011, 22:25:57 »
Raphi ~ J'ai mis un moment avant de me souvenir pourquoi tu me devais un commentaire. Du coup je suis bien content d'avoir fait cette carte car ça m'a fait très plaisir de recevoir un aussi bon commentaire. J'ai beaucoup aimé le passage parlant de piège à fan. Ce n'est pas spécialement volontaire, et je pense que c'est du fait que j'ai beaucoup aimé le jeu. En tout cas je suis content de mettre améliorer d'un point de vue orthographique. C'est sûrement du aussi à l'aspect court des chapitres. Comme dirait ma prof (génialissime) de Lettres, écrivez moins, vous ferez moins de fautes.

Sakuranbo ~ Merci pour ton commentaire. Et oui encore une fiction Zelda, mais ça il faut s'en prendre à Prince du Crépuscule qui nous fait travailler et stimule notre imagination.

Wolf ~ Ah non ! Je dirai bien que tu as tout faux Wolf (voilà mon troisième commentaire avant de poster la suite (et oui je suis exigent)). Un noeud est une unité de vitesse et correspond à un mile par heure. Donc un noeud est une unité anglaise, même si le terme a été francisé (knot à la base).

Enfin je crois que vous vous tromper un peu tous sur mes intentions. Je souhaite faire de chaque chapitre un chapitre court. Donc il faudra s'attendre à des chapitres courts (le second est préparé, manque plus qu'une relecture). Pour ce qui est du scénario, je ne vais pas vraiment quelque part (pour l'instant je vous rassure). Donc pour l'instant ça peut vous paraître fade niveau action. Faut que je trouve une idée compatible avec mon désir de raconter le départ des héros.

Allez, nouveau chapitre. Je me suis mal relu, je pense que je le relirai demain.

AU DELÀ DE LA GRANDE MER
Chapitre 2 : Facetia

[idt]Le bateau arriva à bon port. Les hommes jetèrent l’ancre pour amarrer près du petit plateau herbeux qui sortait de l’eau. L’île n’était pas une île comme les autres si bien qu’il n’y avait ni plages ni récifs. L’île était des arbres dont le plus gros avait été depuis longtemps envahi par d’étranges créatures. L’explication de cet étrange phénomène devait dater de l’inondation d’Hyrule et elle échappait totalement à Link. [/idt][idt]Link saisit l’échelle en corde et la lança par-dessus bord. Elle ne descendait pas jusqu’à la surface de la mer, mais cela suffirait pour que Link et Tetra mettent pied à terre certains de ne pas se blesser. La pirate laissa ses dernières instructions à l’équipage : « Nous y allons que tous les deux, alors profitez de ce moment de liberté pour vous détendre. Nous n’en auront pas pour le temps je pense. C’est ça, Link ? » Une voix qui semblait provenir de la coque répondit d’un simple « Oui. ». Le héros n’avait pas attendu Tetra pour commencer à descendre. La jeune fille comprit qu’elle devait se dépêcher et elle sourit à ses hommes en leur répétant qu’elle ne craignait rien. Lorsqu’elle passa la tête par-dessus le garde-corps pour trouver l’échelle, elle vit que Link était déjà au dernier barreau. [/idt][idt]Dès que celui-ci arriva sur la terre ferme, il ne put s’empêcher de quitter ses bottes et de marcher pieds nus sur l’herbe fraiche. C’était un véritable régale pour les sens. Après plusieurs semaines en mer, il n’avait plus rien sentit d’aussi doux. Le bois du bateau était rêche et constamment humide. Ce tapis vert était lui aussi humide, mais les feuilles picotaient la plante des pieds si bien qu’après quelques pas Link en eut des frissons de plaisir. [/idt][idt]Quand Tetra arriva sur cette petite parcelle de terre, elle piétina nonchalamment l’herbe qui se trouvait sous ses pieds. Elle ne remarqua même pas que Link marchait pieds nus, ses bottes à la main. Le jeune homme remit ses chaussures pour la rattraper et s’élança à sa poursuite. Les mojobabas avaient disparu. Depuis que Ganondorf avait été vaincu, on n’en voyait beaucoup moins. De même, sur la Grande Mer, les voyages étaient plus sûrs. Les matelots en venaient presque à regretter toutes ces créatures marines qui faisaient de leur territoire un monde de dangers et de risques. 
Quand ils arrivèrent en haut du bout de terre, Link expliqua qu’en face d’eux se trouvait une grotte que la cascade cachait :
    « C’est là que Dumoria répétait ses morceaux. Il y était seul et tranquille. Mais maintenant il a une salle de répétition un peu plus grande. dit Link en souriant.
    -   Comment fait-il pour y entrer ? Il y a un passage à l’intérieur ? demanda Tetra intéressée.
    -   Non. Il vole, comme tous les Korogus d’ailleurs. Le Vénérable Arbre Mojo a des feuilles si légère et si résistante qu’elle peut nous maintenir en l’air et nous faire voler. J’arrivais à voler sur plusieurs mètres avec, alors avec un Korogu, je ne t’en parle même pas. Je pensais que tu le savais.
    -   Non, tu m’apprends quelque chose. Je connais un peu mieux les Piafs. Tu savais qu’ils volent aussi ? dit-elle en riant.
    -   Tout ça pour dire que j’ai mis un moment à le trouver lorsque je le cherchais pour aller au temple du vent. Il jouait dans cette grotte borgne et le bruit de la chute d’eau masquait le son de sa musique. J’ai du demander au Vénérable Arbre Mojo où est-ce qu’il se cachait pour le trouver.
    -   Et il joue vraiment si bien que ça ?
    -   C’est un pur délice. Lorsque tu entends le « Réveil de Dumoria », c’est tout simplement magique. Les sons qui s’échappent de son instrument suffiraient à eux seuls pour éloigner les ténèbres. Je te jure, sa musique doit avoir des vertus purificatrices ou quelque chose comme ça. C’est un rythme entrainant, dynamique, joyeux. Il faudrait vraiment que tu l’écoutes un de ces jours. Lorsque nous irons le voir, je lui demanderai de te jouer un petit air. Tu ne peux pas être autrement que sous son charme. C’est clairement impossible.
    -   Je veux bien te croire. En attendant, on fait comment, nous, pour traverser, je te signale que nous ne savons pas voler nous. Et ce n’est pas avec ta feuille magique que l’on va y arriver. Je te signale que l’un de nous deux a pris du poids ces derniers temps. dit-elle en lançant des accusations du regard.
    -   Moi qui te croyais encore athlétique… Tant pis, je vais devoir utiliser l’un de mes tours pour passer de l’autre côté. »
[/idt][idt]Link avait pris le minimum sur lui en descendant du bateau et il savait qu’il aurait besoin de son Grappin-Griffe pour aller jusqu’à l’entrée. Sans dire un mot,  il sortit son outil de sa sacoche et le montra à la jeune fille. Aussitôt celle-ci sourit et dit : « J’en connais qui aurait été tout content de pouvoir faire le singe au bout d’une corde. ». Cela fit rire Link à son tour. Nico avait développé un certain intérêt pour les balançoires ou les jeux d’acrobaties. Des fois, il lui arrivait même de raconter à tout l’équipage qu’une fois dans le nouveau monde, il mettrait en place sa propre société de jeux et qu’il ferait fortune. Cette idée assez saugrenue avait pour effet de rendre l’équipage hilare. [/idt][idt]Sans demander l’avis de Tetra, Link installa la corde et attrapa la jeune fille par la taille. Elle n’eut pas le temps de se débattre qu’ils étaient déjà de l’autre côté du précipice.  Quand elle eut les deux pieds bien posés sur le sol, elle se libéra vivement de l’étreinte du garçon. Dans un regard dans lequel on pouvait lire de la colère et de la surprise, elle témoigna au héros du vent son mécontentement. Elle ne s’arrêta pas là et lui dit :
    « Tu sais que je pouvais le faire tout seul. Nous aurions pu utiliser la corde chacun notre tour. Ca t’aurait  évité de me tenir on ne sait comment au dessus du vide.
    -   Oui, mais je ne t’aurai pas eu tout près de moi, ton corps contre mon corps.
    -   Ah oui. Tu es donc un profiteur. Puisque c’est comme ça, la prochaine fois qu’on doit utiliser ton grappin-griffe, je passe d’abord et ensuite tu passeras tout seul.
    -   Non, je passe d’abord. Si tu passes en première, tu ne me renverras pas la corde. »
[/idt][idt]La jeune fille fit semblant d’être surprise, puis s’avoua vaincue de bon cœur. C’était exactement ce qu’elle avait prévu. [/idt][idt]Tetra et Link sautèrent de tapis verts en tapis verts avant d’arriver devant l’entrée de l’île aux Forêts. Le jeune homme eut beau tendre les bras afin d’attraper la pirate, celle-ci s’amusa à les éviter et à sauter sans son aide. Elle poussa le vice jusqu’à bousculer Link – par accident évidemment – qui entrainé par le courant, du recommencer le parcours depuis le début. Les hommes qui regardaient les deux adolescents faire, raillèrent ce jeune héros tourmenté par leur capitaine. Link eu du rouge aux joues, mais il appréciait en vérité cette ambiance bonne enfant qu’il y avait entre lui et les pirates et tout particulièrement entre lui et Tetra.
Le jeune homme s’empressa de rejoindre la pirate qui montrait des signes d’impatience très théâtraux voire comiques. C’est mouillé de la tête au pied qu’il entra dans l’antre du Vénérable Arbre Mojo.[/idt]
« Modifié: lundi 29 août 2011, 13:05:50 par Yorick26 »

Little bit of Love

Hors ligne raphael14

  • Soldat d'Ikana
  • *
  • Messages: 671
  • Amateur de pavé
    • Voir le profil
New Fic - Au delà de la Grande Mer (2) [court]
« Réponse #47 le: vendredi 14 janvier 2011, 22:05:18 »
Allez courage Raph', tu peux le faire, tu peux le faire, tu peux faire un pavé.
Certes quand tu fais plus court tu as moins de chance de faire de fautes. L’inconvénient, c'est que tu me donne moins à commenter, disséquer, décortiquer. Du coup j'ai moins de bonnes choses qui font plaisir à dire et à lire.
Bon j'attaque.
Que c'est bon. C'est succulent même. Revisiter l'île aux forêt avec ton regard est un pur délice. Si j'ai pu remarquer une chose à force de commenter les textes de ce sous-forum, c'est que le style d'un auteur influe non seulement la syntaxe, le point de vue, les figures de style et le vocabulaire employé mais aussi les choses raconté. Par exemple on ne compare par du GMS bien sanguinolent (et on l'aime comme ça) et du PdC, ça ne joue pas du tout dans la même catégorie. Ce que je veux dire c'est que la simplicité des plaisirs de Link, la candeur mélancolique avec laquelle il évoque ses souvenirs sur l'île aux forêt, cette poésie informulé, c'est ça la marque Yorick, c'est ça qui fait que lorsque l'on lit un de tes textes on se dit : "y'a pas de doute c'est signé Yo'".
Autre chose, j'adore les petites piques que se lancent Link et Tétra, c'est pas à se rouler par terre de rire mais elles ont également quelque chose qui fait qu'on les adore.
Tu fais de la qualité Yorick, c'est indéniable surtout depuis les progrès que tu as fait en orthographe. Néanmoins il reste encore quelques fautes mais d'un tout autre genre. Ton ennemi s'appelle syntaxe. Et ouais, il reste quelques structures par-ci par-là qui ternissent un peu l'ensemble.
En tout cas n'abandonne pas tes efforts, tu as presque réussi à mâter ces cochonneries.
En tout cas c'est du bon, du très bon, presque aussi bon que du chocolat (hummmm). Donc j'espère vite une suite.
En tout cas à très bientôt je n'en doute pas.

Hors ligne Yorick26

  • Priant de Nayru
  • Sage Goron
  • *****
  • Messages: 11316
  • Homme à tout faire
    • Code ami 3DS 1951-0832-7742

    • yorick.oudin
    • yorick26100
    • SW-6264-4058-0328
    • Voir le profil
New Fic - Au delà de la Grande Mer (2) [court]
« Réponse #48 le: lundi 27 juin 2011, 21:40:18 »
Raph :: J'ai déjà du te commenter car je le fais fréquemment par MP. Mais je vais quand même dire ce que je pense sur ce topic car je dois bien ça à mon lecteur le plus assidu de toute PZ (et par conséquent et même en toute logique le plus assidu du monde).
Alors euh que dire que j'adore ton commentaire. Il me fait très plaisir. Je ne comprends pas vraiment pourquoi il y a un style Prince du Crépuscule, mais je comprends que j'approche les choses d'une certaine manière qui m'est peut-être propre. And I'm proud of that. (Je sais pas pourquoi mais dès que j'écoute de l'anglais j'ai des mots qui arrivent comme ça. Peut-être qu'un jour j'aurai des automatismes de cette langue que je hais tant. Mais sinon, oui. Normalement je ne compte pas changer ma manière d'écrire. Au feeling en essayant de faire simple (et c'est pas facile car ma tête est compliquée et parfois je m'y perd). C'est marrant parce qu'avant je pense que je faisais compliqué. J'essaye de ressortir un peu ma science je dirais. Et ça c'est pas bon pas bon. Du coup je remercie Nastu qui m'a fait participé à toutes ses fictions collectives (sauf la dernière mais promis j'arrive) qui m'ont servi de terrain d'essai (sans compter le fait que l'ambiance est tout à fait unique).

Valà !



AU DELÀ DE LA GRANDE MER
Chapitre 3 : Venera

Link saisit Tetra par le bras. La jeune fille qui fonçait tête baissée avec son éternelle allure garçonne ne s’y attendait pas et fut surpris par le geste du jeune héros. Lorsque Link vit qu’elle lui faisait les gros yeux, il ne put s’empêcher de sourire. Si la jeune fille s’était comportée comme une princesse les premiers temps après avoir battu Ganondrof, dès que ses pieds eurent touché le bois rêche et lessivé de son bateau, elle était redevenue elle-même. C’était Tetra, capitaine des pirates. C’était bien plus que Zelda, la princesse d’Hyrule. C’était Tetra, la reine de la Grande Mer. Le contraste entre ces deux femmes était sidérant et pourtant elles n’étaient qu’une même personne. Link continua de contempler le visage fin de Tetra. Sa chevelure dorée tenue en un chignon relevé, ses traits si agréables à regarder, même ses sourcils froncés et ses yeux qui commençaient à se teinter de colère dans cet océan de surprise étaient délectables. Elle était si belle en colère, même si la plupart du temps il ne savait pas trop pourquoi elle se mettait dans tous ces états. Comme hypnotisé, Link ne put défaire son étreinte. Tetra, elle, ne chercha pas plus longtemps une explication à cet étrange comportement dans les yeux bovins du jeune garçon. Il fallait avancer et ce n’était pas cinq malheureux doigts qui allaient l’arrêter. Elle tira d’un coup sec sur son bras pour le libérer.
«  Qu’est ce que tu faisais ? grogna la princesse.
-   Je regardais la beauté des lieux, ne les trouves-tu pas magnifiques ?
-   C’est ça… »
Link n’avait pas totalement mentit : l’île aux forêts étaient l’une des plus belles de toute la Grande Mer. Même s’il l’avait déjà visité plusieurs fois, à chaque fois il était émerveillé par l’endroit. C’était un véritable écrin de verdure. On ne trouvait nulle part ailleurs autant de végétations, à part peut-être l’île Géminée. Toutes les deux étaient protégées de l’air marin qui rendait la croissance des plantes difficiles. Cependant, l’île Géminée n’avait rien avoir avec l’île aux forêts. L’île aux forêts, c’était l’île verte, une véritable cathédrale où chaque rayon de lumière traversait les feuilles et formait une mosaïque colorée sur le sol ou sur les parois. Des lucioles voletaient près de l’eau pure.
C’était, à bien y penser, une des plus belles îles.
Link sortit encore une fois de sa béatitude. Il fallait qu’il perde cette habitude de fixer les choses comme ça sans arrêt, sinon… sinon il n’en savait rien, mais il était sûr que ce n’était pas une bonne idée de rester planté immobile devant un ennemi pas très enclin à partager sa passion pour les paysages. Surtout qu’en plus ça ne plaisait pas à Tétra. Il venait de lui faire deux fois le coup en moins de cinq minutes, autant dire qu’il était bon pour passer la serpillère sur le pont pendant au moins une semaine. Ah les femmes …

Tétra ne l’avait pas attendu : ils avaient déjà assez perdus de temps à rester accrocher bêtement l’un à l’autre à soi-disant regarder le paysage. Elle se tenait devant un grand arbre massif lorsque Link la rejoignit. C’était le vénérable arbre mojo, sans aucun doute, mais il restait aussi immobile que cet imbécile de Link tout à l’heure. Ce dernier s’assis sur une feuille de nénuphar assez grande pour tenir tout le stock de marchandise de Naglagla et il invita  la princesse à le rejoindre :
«  Viens, tu verras, ce sera mieux vu d’ici.
-   Vu d’ici ? Tu rigoles ?
-   Ne te pose pas de question…  Tu vas voir.
-   Je vais voir quoi ?
-   Tu vas voir ce que tu vas voir. répondit-il le sourire aux lèvres. »
Lorsque Tétra fut assise à ses côtés, Link prononça quelques mots qu’il avait appris avec le Lion Rouge en ancien Hylien :
« Cher  vénérable arbre mojo, pardonne-nous de perturber ton sommeil. Je te présente Tétra, l’héritière de la famille royale d’Hyrule. »
L’arbre auparavant immobile ouvrit lentement les yeux et se mit à bailler. Le gardien du joyau de farore était réveillé. Link crut voir un sourire se dessiner sur la bouche de l’arbre lorsque celui-ci les reconnut, mais ce n’était sûrement qu’un produit de son imagination.
« Enchanté Princesse Zelda, dit alors l’arbre mojo dans sa langue natale. Je suis absolument ravi de te voir enfin après toutes ces aventures. Link m’a déjà compté tes nombreux exploits. Tu as l’air d’être très importante pour lui.
-   Qu’est ce qu’il dit ? demanda Tétra qui n’avait pas compris un seul mot.
-   Il dit qu’il est content de te rencontrer, mais avec les formes. répondit Link qui en profita pour éclipser le passage sur l’importance de la pirate aux yeux du jeune homme.
-   C’est tout à fait cela, acquiesça l’arbre mojo en nouvel Hylien. Même si j’espérais vous voir un de ces jours, je suis quand même surpris de votre visite. Que me vaut une telle attention ?
-   Nous souhaitons découvrir un nouveau monde et nous avons besoin de votre aide et des Korogorus. Ce nouveau monde vers lequel nous allons mener une expédition nous est totalement inconnu et nous aurons sûrement besoin des connaissances que vous et d’autres possèdent. C’est pourquoi nous proposons à chaque habitant de participer à cette aventure. Pour l’instant nous sommes peu nombreux, mais peut-être que les habitants de la forêt souhaitent nous rejoindre.
-   Je vois. Appelons les Korogorus… »
« Modifié: lundi 29 août 2011, 13:39:43 par Yorick26 »

Little bit of Love

Hors ligne raphael14

  • Soldat d'Ikana
  • *
  • Messages: 671
  • Amateur de pavé
    • Voir le profil
New Fic - Au delà de la Grande Mer (2) [court]
« Réponse #49 le: mardi 28 juin 2011, 10:14:24 »
Ah, l'été : la chaleur, les examens et....le retour des fictions de Yorick (j'imagine que tu profite de l'été et du temps libre que ça t'accorde pour te remettre à l'écriture).
Tu sais quoi, ton défaut sur l'orthographe a disparu, ou en tout cas je ne le vois plus, en tout cas, c'est une merveilleuse nouvelle car on peut déguster tes chapitres sans accrochage désormais. Mais ce n'est pas là le plus important.
Ce qui importe le plus, c'est que ce cour chapitre est juste excellent (comme dirait un vieux radin directeur d'une centrale nucléaire). Le côté essentiellement descriptif que ce texte nous permet de nous rendre pleinement compte d'à quel point tu maîtrise la description. Ça aurait pu être fouilli, brouillon et cætera, mais c'est bien organisé. De plus, les descriptions ne sont pas surchargée, tu décrit Tetra et l'île aux forêt avec une justesse admirable en faisant l'économie des procédés bien lourdingues et bien pédants. J'avoue que j'ai adoré la description de l'île aux forêt, surtout le passage avec la cathédrale de verdure, c'était poétique et très bien trouvé et surtout ça rendait très bien avec l'ambiance du lieu.
Voilà, c'est simple, c'est poétique, c'est bien écrit, que demander de plus.
J'ai donc hâte de voir ce que tu nous réserve pour la suite, à la prochaine.

Hors ligne Yorick26

  • Priant de Nayru
  • Sage Goron
  • *****
  • Messages: 11316
  • Homme à tout faire
    • Code ami 3DS 1951-0832-7742

    • yorick.oudin
    • yorick26100
    • SW-6264-4058-0328
    • Voir le profil
Fable et jeu de l'Oie [Chapitre 1]
« Réponse #50 le: samedi 22 décembre 2018, 18:32:21 »
Citer
Attention, il n'y a pas eu de réponse à ce sujet depuis au moins 120 jours.

Oh vraiment ?



Me revoilà après 7 ans d'abandon de ce topic. J'ai écrit ailleurs, mais sans vraiment prendre soin de ce topic. Ainsi, si vous passez ici de nos jours, vous rencontrerez des noms obsolètes et qui pourtant réchauffent mon vieux cœur. J'avais repris un petit peu l'écrire d'une fan fiction lors du NaNoWriMo. Je devais le relire, mais j'ai jusque là eu la flemme, du coup je partage quand même un petit peu. L'histoire se passe dans un univers se passant plus ou moins dans celui de Fable, un jeu sorti sur XBOX dans lequel on avait le choix de devenir gentil ou méchant. Assez sympathique.



Chapitre 1 : Chers enfants

   « Chers enfants. Je me doute que vous êtes impatients d'être demain. Cependant je vais vous demander de m'écouter attentivement. Nous vous avons déjà répété tout ça, mais il est important que tout se passe bien lors de la cérémonie.
   Vous avez été sélectionné, non pas parce que vos parents ont de l'influence ou que vous êtes des héritiers d'une immense fortune. Vous avez été repérés par un de nos Sélectionneurs. Peut-être en deviendrez-vous un jour à votre tour. Tout du moins, ce sont vos capacités et une affinité particulière dans un des trois domaines qui composent la Guilde des Héros qui font qu'un jour quelqu'un vous a amené ici. Une formation d'une année nous a permis de mieux comprendre vos aptitudes et de vous préparer à entrer dans l'une des trois guildes les plus prestigieuses du royaume. »

   Nous étions tous assis autour de la table en train de finir notre repas que nous avions interrompu lorsque la Madonne est entrée dans la pièce. Nous n'avions d'ailleurs pas attendu qu'on l'aperçoive pour se lever, et ainsi lui témoigner le respect et la gratitude qu'on lui devait d'être ici. Ses chaussures aux bouts pointus et ferrés trahissaient sa présence bien avant. Elle s'appelait Eglantine, mais on l'appelait tous la Madonne car c'était elle qui s'était occupée de nous depuis notre arrivée dans l'enceinte des Apprentis. Elle savait se montrer ferme quand il le fallait, mais on percevait derrière ses remontrances surtout un désir de nous protéger et de nous préparer.

   Je dois avouer que j'étais assez sensible à ses élans d'affections masqués. Pas que mes parents n'aient pas été pas aimants, loin de là, mais c'est que j'étais issu d'une famille nombreuse. J'avais trois frères et trois sœurs ; c'était sans compter ceux qui étaient morts peu de temps après leur naissance. J'étais l'aîné et donc, pour mes parents, le plus capable. Celui à qui on laissait le plus de liberté car on était trop occupé à s'occuper de ses frères et mes sœurs. C'est d'ailleurs lors d'une de mes escapades avec mes amis que je me suis fait repérer par un des Sélectionneurs. Il s'appelait Maze. Alors que nous jouions aux rôles de gardes et de brigands, je me senti observé et je m'arrêtais de courir pour essayer de comprendre ce qu'il se passait… ce qui me valut de me faire capturer par mon ami Moineau. Ce retour dans le jeu me permis de reprendre mes esprits et d'observer ce que faisaient mes camarades. Tous autour de moi s'étaient également figés dans la contemplation d'un homme qui se dirigeait vers nous depuis l'autre bout de la place. Il était grand bien que je sois assez mal placé, à mon âge, pour pouvoir dire s'il était plutôt grand ou tout simplement grand. Tous les adultes étaient grands pour moi. Sa barbe était grisonnante ce qui m'avait donné l'impression qu'il était âgé, mais il n'était pas tout ridé. En plus, il se tenait bien droit alors que tous les vieux qu'il connaissait avaient du mal à se déplacer. J'étais alors incapable de lui donner un âge tiraillé par des informations contradictoires. C'était comme si certaines parties de lui avaient cessé de vieillir, à moins que ce soit les autres qui avaient perdu leur jeunesse prématurément.

   Voyant que personne ne réagissait, j'essayais de me dégager de Moineau qui me tenait toujours le bras. Je n'eu aucun mal à m'en déloger d'un coup sec. Quant à lui, il restait le bras suspendu en l'air, avec un air bête sur le visage. Si je ne l'avais pas vu respirer quelques temps avant, j'aurais presque cru qu'il s'était transformé en pierre. Mais non, il était juste captivé par la venue de ce nouvel arrivant.
Je dois l'avouer, j'ai eu envie de m'enfuir, mais je n'ai pas pu. Au départ, je me disais que je ne voulais pas abandonner mes compagnons me faisant croire  que j'étais une sorte de héros ou quelque chose dans le genre. Puis, avec un peu plus de sincérité, je pensais que c'était l'envie de savoir ce qu'il se passait. Une étrange curiosité que je ne pouvais pas freiner. Enfin, avec encore un peu plus d'humilité et une connaissance un peu plus approfondie des arcanes, je reste maintenant persuadé que j'étais sous l'effet d'un sort que le Sélectionneur avait lancé.

   Je finis en définitive par m'approcher de lui sentant au fond de moi que je n'avais pas le choix. C'était presque comme dans un rêve ou ça s'en rapprochait. Une fois que nous fûmes assez près l'un de l'autre, je m'arrêtai et il fit de même. Avant de dire quoi que ce soit, il sorti sa main de l'une de ses grandes manches. Je fus surpris par son apparence, elles étaient toutes sèches ce qui m'apporta encore un peu plus de confusion sur la question de son âge. Et pire encore, elles étaient comme peintes, sauf que la peinture utilisée semblait émettre de la lumière. Ce n'est qu'à ce moment que je me suis douté de sa nature. Cela devait être un magicien. Ma mère m'en avait parlé une fois, mais sans en dire plus. Je croyais alors qu'il s'agissait d'une invention comme pouvait l'être les balverines et les banshees des histoires que nous racontent les parents pour nous faire peur. De ce fait, à l'époque, je n'en avais jamais vu et je pense qu'en définitive que même aujourd'hui, mes parents n'en ont jamais vu.
   Lorsque sa main me toucha le front, les peintures de sa main qui se prolongeaient en tours et détours le long du bras se mirent à briller plus fort. Il frôla d'abord ma peau du bout de ses doigts, puis ce fut le tour une à une des phalanges et enfin ce fut toute sa main. C'était progressif. Plus sa paume était en contact avec moi, plus la lumière était forte. Elle n'en demeurait pas insoutenable, si bien que je ne la quittais pas du regard. Ce n'est alors que lorsqu'il retira sa main que je revins à moi et que je portai mon regard vers l'homme. Lui-même me regardait avec attention. Après un moment de silence où il semblait m'analyser, il sourit et me dit d'une voix assez douce :

   « Comment t'appelles-tu, mon enfant ?
─ Je m'appelle Barry, mais tout le monde m'appelle l'Oie. Surtout Moineau au début, et puis tout le monde a fini par copier. répondis-je sans que l'idée de mentir me traverse l'esprit. Cela vient de mon nom de famille. C'est Loye. Ma mère dit que c'est parce qu'on est une famille loyale.
─ Je vois... Si tu préfères qu'on t'appelle l'Oie, on t'appellera ainsi. »

   Je l'avais alors suivi sans opposer aucune résistance. Je crois que mes camarades se sont un peu inquiétés de me voir partir tout seul avec un inconnu, mais ils n'ont rien dit ou fait pour me retenir. Nous n'étions que des enfants et nous ne voyons pas alors le danger que cela aurait pu être. Mais maintenant je ne regrette pas du tout ma décision de l'avoir suivi. Je l'ai conduit chez moi où il s'est présenté devant mes parents. Je ne me souviens pas de ce qu'il leur a dit. Il m'avait conseillé de préparer mes affaires et de toutes les emballer dans un baluchon, et je m'étais alors exécuté m'éloignant alors assez pour ne plus entendre distinctement la conversation. Et j'avais d'autres préoccupations. Et puis...

   « L'Oie, auriez-vous l'amabilité de revenir un petit peu parmi nous et d'écouter ce qu'on dit ? »

   J'étais encore parti dans mes pensées et j'avais raté tout un morceau de ce que la Madonne avait à nous dire. Sous le regard sévère qu'elle me portait, je rougissais sur place et baissait les yeux pour faire preuve de pénitence. Cela suffisait généralement à arrêter là les remarques. Même si j'avais grandi de quelques années depuis, chaque remontrance me faisait sentir terriblement coupable, mais mes camarades me disaient souvent que je prenais ça trop à cœur.

   « Est-ce que quelqu'un peut lui répéter ce qu'il ne faut surtout pas oublier demain ? »

   Sur ma gauche, Thérésa lève la main et s'empresse de m'expliquer que demain, lors de la cérémonie nous serions attribués à l'une de trois guildes des Héros. Il y avait la guilde des Lames faisant preuve de Force, la guilde des Âmes chez qui on pratiquait la magie grâce à la Volonté et la guilde des Mains dans laquelle il fallait avoir de l'Adresse. En vérité nous savions tous dans quelle faction nous irions le lendemain. La cérémonie n'était qu'une formalité nous permettant de poursuivre notre apprentissage un peu plus longtemps en se spécialisant selon nos capacités. Par exemple, Thérésa et moi ferions partie de la guilde des Âmes. Jeeves et Whisper devaient rejoindre les Lames. Quant à Cassandra et Bold, ils allaient évidemment dans la guilde des Mains. Comme chaque année, nous étions six à participer à la cérémonie. Si le quota ne pouvait pas être rempli, personne ne rejoignait de guilde. S'il y en avait trop, seuls les plus prêts pouvaient espérer y participer. Cependant, contrairement aux autres fois, la répartition se fait de manière parfaitement équitable. Une fille et un garçon dans chaque guilde. Rien n'avait été forcé, mais il était plaisant de constater ce genre de caprice du destin.

   J'acquiesçais machinalement. En vérité, chacun de nous savait exactement ce qu'il allait se passer. Cela faisait des mois qu'on se préparait à cet évènement. J'aurais pu également réciter tout cela par cœur sans me tromper. Le fait que la Madonne nous le répète encore une fois témoignait de l'importance de la cérémonie de demain. Dans un sourire fatigué, elle nous invita à nous coucher. Il n'était pas spécialement tard, mais nous étions libérés de toutes nos corvées habituelles pour l'occasion. Bientôt tout cela serait fini.

   Si j'affichais une apparente nonchalance, je m'inquiétais un petit peu au fond de moi. J'appartiendrai à une guilde, mais je ne savais pas en quoi cela consisterait vraiment. Entre ce qu'on nous dit et ce qu'il sera, il y avait un gouffre. Tout ce que je connaissais jusque-là était ma famille et mes amis que je n'avais pas vus depuis très longtemps, puis mon apprentissage, Madonne et mes camarades. Demain c'était une nouvelle étape de ma vie qui commençait et qui me promettait des missions et la gloire. Heureusement, Thérésa serait encore avec moi. Je m'entendais bien avec elle et je savais que je pouvais compter sur elle.

« Modifié: samedi 22 décembre 2018, 21:44:02 par Yorick26 »

Little bit of Love