Auteur Sujet: À la bonne recette - Projet  (Lu 11248 fois)

0 Membres et 2 Invités sur ce sujet

Hors ligne Yorick26

  • Priant de Nayru
  • Commandant Yiga
  • *****
  • Messages: 9061
  • Homme à tout faire
    • Code ami 3DS 1951-0832-7742

    • yorick.oudin
    • yorick26100
    • SW-6264-4058-0328
    • Voir le profil
À la bonne recette - Projet
« Réponse #30 le: mercredi 26 avril 2017, 22:37:51 »
Malgré la prophétie cataclysmique entendue plus tôt, le temps était idéal pour une promenade. Le soleil se couchait lentement teintant le ciel d'un dégradé allant d'un orange vif à l'horizon jusqu'à un bleu nuit. Mais passé les premières minutes à contempler ce miracle de la nature, devoir attendre encore une fois le bon retour de Krystal commençait à taper sur le système de Yorick. Encore une fois on l'avait laissé de côté pour aller discuter avec les gens dans le relais. Lui aussi voulait parler avec des gens normaux. Pourquoi ce serait toujours Krystal ? Elle avait prétexté qu'elle avait un meilleur sens de la négociation avec un tel aplomb qu'on n'avait pas pu lui faire changer d'avis. En réalité, son sens de la négociation consistait surtout à chiper au passage un article supplémentaire sans que le vendeur s’aperçoive de rien. Un jour tout cela se retournerait contre elle, et sûrement contre lui aussi alors qu'il n'avait rien demandé dans l'histoire. Du coup, il était encore là à attendre entre mecs sur ce pont à moitié détruit. Une fois les conversations ordinaires terminées, Chompir et Linkondo s'amusaient à essayer de lancer un caillou dans un étrange cercle de pierres formés dans la rivière qui coulait sous le pont. Malheureusement, chacun de leur lancé s'était avéré infructueux : le cercle était beaucoup trop loin pour eux.

Yorick jeta un autre coup d'oeil à leurs tentatives. Cette fois ils avaient décidé de travailler en équipe plutôt que de savoir arriverait à le lancer assez loin. Bien sûr, ils avaient envisagé que ce soit Chompir qui en volant le lance dans le trou, mais ils s'étaient mis d'accord que ce serait de la triche et qu'il n'y aurait plus aucun challenge s'ils utilisaient cette méthode. Comme quoi, un piaf et un bokoblin étaient peut-être faits pour bien s'entendre. Alors que Linkondo était descendu sur les rochers en contre-bas armé de son wok, Chompir était quant à lui resté en haut du pont près d'une grande source de cailloux en tout genre. Alors que l'un était chargé d'envoyer une pierre à son camarade, le deuxième la réceptionnait à l'aide de son wok et la lançait dans le cercle. Après quelques tentatives infructueuses mais prometteuses, ils arrivèrent à leur fin. Alors qu'ils se congratulaient mutuellement, un nuage jaunâtre fit son apparition. Le bruit surpris Yorick qui, comme ses camarades, se retourna juste à temps pour voir les dernières volutes disparaître. Les contours d'une forme étrange se dessinaient au fur et à mesure que la fumée se dispersait. Il s'agissait d'un petit être fait d'écorce suspendu à une sorte d'hélice végétal. Petit être qui, de toute évidence, parlait d'une voix fluette :


— Korogu : Nom d'une feuille ! Tu m'as trouvé !
— Linkondo : Une plante qui parle !
— Korogu : Un Bokoblin qui parle. Ouillouille j'ai les ch'touilles. Pourquoi le vilain Bokolin s'amuserait à trouver le gentil Korogu. Tu veux lui voler sa noix korogu ? Moi, pas bon à manger du tout du tout.
— Linkondo : Qu'est-ce qu'il dit ?
— Chompir : Désolé de vous avoir dérangé Monsieur Korogu. On ne pensait pas que cela vous réveillerait de lancer ce caillou dans ce cercle de pierre. On trouvait ça juste rigolo. Nous sommes désolé.
— Korogu : Oh ! Non ! Les Korogus sont faits pour avoir des cailloux sur la tête. Nous donnons même une noix korogu en échange, mais normalement au Héros. Il n'y a pas le héros parmi vous ?
— Linkondo : Je ne crois pas.
— Chompir : Non.
— Yorick : Sûrement pas.
— Korogu : Pourtant vous arrivez à m'entendre et à me voir ?
— Linkondo : On vous répond, Monsieur Korogu, donc oui on vous voit et on vous entend.
— Korogu : Nom d'une branche ! Vous êtes comme des Héros alors ! Vous avez des âmes pures. Tous les trois. Dans ce cas, j'ai le droit de vous donner une noix korogu chacun. Tenez c'est pour vous.

Aussi tôt dit, aussi tôt fait. Les trois compagnons délaissés par la gente féminine se retrouvèrent avec trois exemplaires d'une noix à la forme suggestive et à l'odeur toute aussi évocatrice. Ils essayèrent d'en savoir plus sur ces étranges graines, mais le petit être semblait indifférent à leurs questions et se contentait de voleter au-dessus de la rivière. Rien qu'à l'odeur, Yorick sentait un mal de tête lui monter. Et puis il allait falloir savoir ce qu'ils allaient en faire. Les garder ? Hors de question. Les planter ? Pas sûr que l'idée de germer d'autres petits êtres aussi étranges soit une bonne idée. D'autant que savoir que c'était potentiellement des organes reproducteurs qu'ils tenaient dans leurs mains le mettait mal à l'aise.


— Yorick : Bon. Je ne sais pas ce qu'on en fait ou quoi. Mais si jamais il y en a un de vous qui dit à Krystal que l'on a des âmes pures, on n'est pas prêt d'avoir la paix avec elle. Elle ne va JA-MAIS nous lâcher.
Little bit of love

En ligne Chompir

  • Grand guerrier Piaf
  • Stratège de Din
  • Minish citadin
  • *****
  • Messages: 2611
  • Piaf dans l'âme
    • Code ami 3DS 4914-4674-5458

    • Code ami Wii U chompir

    • SW-4357-7164-4611
    • Voir le profil
    • Forums de Puissance Zelda
À la bonne recette - Projet
« Réponse #31 le: vendredi 28 avril 2017, 01:37:02 »
Après cette rencontre fort étrange avec cette branche vivante et après qu'ils aient appris qu'ils étaient des âmes purs. Nos 3 comparse furent rejoins par Krystal et Jielash. On décida donc de reprendre la route avec les chevaux.
Sur le chemin, Yorick eu l'air de remarquer quelque chose. Il décida de se rapprocher du jeune Piaf, Linkondo étant enchaîné.


- Yorick : Tu as vu cette étrange arbre un peu gros ?

- Chompir : Oui pourquoi ?

- Yorick : Il a l'air de bouger. Tu as vu ?

Soudain l'arbre se mit à bouger et à marcher vers eux. Il s'agissait d'un Korogu. Les deux compères se regardèrent. Ils essayaient d'observer si Krystal et Jielsah le voyait. Soudain Linkondo commença à allez vers l'étrange Korogu mais Krystal le ramena fermement de pied ferme avec un bon coup sur la corde.
Pauvre Linkondo se dirent Chompir et Yorick.


- Yorick : Krystal est vraiment diabolique. C'est un monstre sans cœur qui ne pense qu'à elle. Tu as de la chance de ne pas la supporter depuis aussi longtemps que moi. Je ne sais pas ce qui me retient de la tuer des fois. D'ailleurs toi qui manie bien l'arc tu voudrais pas m'apprendre à bien m'en servir ?

- Chompir : Pourquoi pas. Mais sache que je ne serais pas clément sur l'entraînement.

- Gros Korogu : Partons en direction du relais de la rivière. Le gentil héro m'a enfin ramené mes maracas et je vais pouvoir danser, danser danser !!!
Oh tiens ça sent les graines Korogus. Tiens ça a l'air de venir de ce groupe.


- Chompir : Zut le gros machin a l'air de venir vers nous. Faisant comme si on ne le remarquait pas. On va s'attirer des ennuies sinon.

- Noïa : Bonjour amis pas Korogus, je suis Noïa, le danseur Korogu. Moi ce que j'aime dans la vie c'est danser, danser , danser jour et nuit. Mais vu que vous sentez les noix korogus, vous pouvez me voir ?

- Yorick : Hélas je crois que oui. On a croisé un des vôtres tout à l'heure et il nous a dit qu'on avait des âmes purs.

- Chompir : Après nous avoir dit ça il nous a refilés des noix très odorantes.

Noïa fini par demander si on pouvait lui donner les noix en échange d'une danse. Comme on ne savait pas quoi en faire on fini donc par les donner. On eu donc le droit à une magnifique danse pour très étrange.

- Krystal : Vous faîtes quoi vous deux à traîner comme ça ! On va finir par arriver en plein nuit si ça continue. Dépêchez vous ou vous aurez pas mon délicieux Chutney de fruit. Moi qui ai mis tout mon amour à le faire. Avec deux belles pommes, une banane lame et une baie.

- Yorick : Je crois qu'on va devoir vous laissez Noïa au revoir et bonne route.

- Chompir : J'ai cru comprendre que vous allez au relais de la rivière ? J'aimerais vous poser des questions si je passe par là bas un jour.

- Noïa : Au revoir ami Hylien et ami à plumes. Je serais heureux, très heureux de vous revoir.

Yorick et Chompir se dépêchèrent de rattraper la distance qui les séparaient de leurs compagnons. Ils arrivaient enfin au portail de Cocorico.
« Modifié: samedi 17 juin 2017, 13:07:17 par Chompir »
Merci à Haine et Jielash pour le kit. <3

Hors ligne Neyrin.

  • 𝑪𝒐𝒕𝒖𝒓𝒏𝒊𝒙 𝒄𝒐𝒕𝒖𝒓𝒏𝒊𝒙
  • Peste Mojo
  • *
  • Messages: 281
  • Morveuse.
    • Voir le profil
À la bonne recette - Projet
« Réponse #32 le: dimanche 30 avril 2017, 01:20:28 »
« Vous inquiétez pas ! Y a un relais de l'autre côté des monts Géminés, dit-il. De ce relais jusqu'au village d'Elimith, y a pas beaucoup de chemin, vous savez. Enfin, peut-être que le trajet vous paraîtra interminable.

- Qu'en est-il des monstres ? »

Il me regarda d'un air éberlué.

« Quoi les monstres ? Vous êtes équipée, non ? Me dites pas que vous êtes partie sans rien pour vous défendre !

- Bien sûr que je suis équipée, répondis-je.

- Bon beh, pas la peine de vous inquiéter dans ce cas. J'vous emprunte votre carte, attendez... »

Je lui donnai. Il mit la sienne sous son genou par la maintenir, puis griffonna sur la mienne pour y indiquer des relais ainsi que des chemins tracés. Il m'indiqua que ces chemins étaient les plus sûrs. Les monstres, aussi curieux que cela puisse paraître, préféraient s'isoler dans les hauteurs des montagnes ou bien dans des coins reculés. Quelques fois, l'on pouvait croiser des bokoblins qui chassaient à proximité des chemins, des zones habitées et ils s'en prenaient aux voyageurs. Mieux valait être bien équipé dans ces circonstances, car nombreux étaient les voyageurs qui se retrouvaient impuissants face à ces ennemis.
Lorsque l'Hylien me fit part de cela, il se mit à rire. A son sens, les bokoblins étaient de piètres adversaires et en venir à bout était chose aisée. J'ignorai quoi lui répondre, jamais encore je ne m'étais retrouvée confrontée à des bokoblins. Il enroula ma carte, me la redonna. Cette fois, il semblait en avoir fini avec.

« S-Saksak.

- Bon, allons-y, hasarda-t-il en se redressant. J'vous récupérerai un cheval au relais, prenez le mien.

- Ce n'est pas nécessaire. »

Il n'insista pas. En vérité, cela l'arrangeait. Sans s'attarder davantage, l'Hylien grimpa sur sa monture après m'avoir proposé de porter mes bagages. Je refusai puis nous prîmes la route. Il voulait que l'on contourne une partie du Plateau du Prélude et profita de ce trajet pour me raconter ce qu'il savait à propos de cet endroit. C'était une personne loquace, voire un peu trop. Je restai silencieuse. Le vent, les chants des oiseaux, les cris d'ennemis lointains, les sabots de la monture qui claquaient contre la pierre couvraient sa voix.
 
Il disait beaucoup apprécier la région d'Elimith, et que si jamais l'envie me prenait, il pouvait m'amener jusqu'au petit village de Cocorico ou m'emmener arpenter la montagne de Lanelle. Je lui répondis que le village d'Elimith me paraissait être un bon début.
Bientôt, nous pûmes apercevoir le mont Géminés. A proximité se dressait une grande tour bleue qui surplombait le fleuve. Il semblait y avoir quelque chose au sommet, mais je n'osai pas proposer à l'Hylien de l'escalader. Je me contentai de lui poser une question à propos de cette curieuse tour, mais il me répondit que lui-même ignorait d'où est-ce qu'elle provenait. Plusieurs seraient éparpillées à travers la contrée. Elles étaient apparues du jour au lendemain, jaillissant des entrailles de la terre. Certains pensaient que ceci était l'oeuvre de la Déesse Hylia, d'autres du Fléau et une minorité, du retour du Héros. Des gens espéraient encore le retour du Héros.

Nous traversâmes le pont de Prokis où nous rencontrâmes un voï qui faisait les cent pas, une lance dans les mains. Les Hyliens avaient une petite taille, ce qui me fit sourire. Je me demandai où les vaïs de mon village trouvaient leur âme sœur parmi tant de petits hommes.
Apparemment, mon compagnon de voyage connaissait cette personne. Elle s'appelait Garadon. Ils discutèrent comme de vieux amis, puis cet inconnu se tourna vers moi. Il fut intrigué.

« C'est rare de croiser des Gerudos dans les environs, fit-il remarquer. Enfin... Ce voyage à du vous creuser l'estomac, nous pouvons partager un repas. Qu'en dites-vous ? »

Nous acceptâmes, moi avec plus d'enthousiasme. Mon estomac commençait à crier famine : le petit-déjeuner avait été maigre. Cet homme qui m'était inconnu prépara un repas composé de boisseaux de riz, d'un cristal de sel et d'une venaison divine. Sa préparation avait une odeur délicieuse. C'était du riz à la venaison divine. Je le remerciai lorsqu'il me tendit le bol et les baguettes. C'était un endroit agréable pour déjeuner. Le cheval s'ébroua, se mit à arracher l'herbe aux alentours. Au loin, je pouvais apercevoir des silhouettes qui se mouvaient entre les deux monts. Des monstres, peut-être ? Le chemin avait l'air risqué.

« Prenez la rive droite, dit Garadon en suivant mon regard. Les monstres ne vous attaqueront pas, si c'est ce qui vous préoccupe. La dernière fois, un jeune homme les a tous éliminés. Je me demande s'il va revenir. La route était sûre pour les voyageurs pendant quelques semaines grâce à lui. Depuis, d'autres ennemis se sont installés... Malheureusement.

- Qui est-il ?

- Je n'en sais rien. Un petit blondinet qui m'avait l'air perdu. Il était pas très bavard lorsque j'ai essayé de lui parler. Peut-être que vous le croiserez en chemin, il m'arrive de le revoir quelques fois. Il va souvent à Elimith.

- Vraiment ? se manifesta l'Hylien, sa curiosité piquée. J'ai jamais vu une personne comme lui dans les environs. »

Garadon haussa les épaules, ne sachant quoi rajouter rien de plus. J'entamai mon repas tout en contemplant le paysage. Une vaste plaine verdoyante parsemée de petits arbres qui s'étendait, traversée par le fleuve d'Hylia. Des poissons s'agitaient sous l'eau brillante, des grenouilles demeuraient immobiles sur le rivage et coassaient. A plusieurs mètres de nous, une biche s'abreuvait. Elle était à l'affût et guettait le moindre de nos mouvements du regard. Ses oreilles s'agitaient afin de percevoir les bruits environnants.
Mon arc et mes flèches se trouvaient dans mes bagages, mais je ne pouvais prendre le risque de bouger. La biche pouvait prendre peur. Je décidai de la laisser tranquille, j'aurai sûrement d'autres occasions de chasser.
« Modifié: dimanche 30 avril 2017, 22:00:29 par un modérateur »
The Queer Querulous Quail, who smoked a Pipe on Tobacco on the top of a Tin Tea-kettle.


[Award – Meilleur noob][Award – Miss PZ]  <3

Hors ligne Krystal

  • Chieuse à temps partiel
  • Skull Kid
  • *
  • Messages: 5461
  • Gingembre, Dragon de l'Amûûr
    • Voir le profil
    • Fanfiction.Net
À la bonne recette - Projet
« Réponse #33 le: dimanche 30 avril 2017, 07:45:21 »
— Krystal : C'est quoi qui pue comme ça ?

Yorick, Chompir et Linkondo s'échangèrent un long regard lourd de sens avant de chacun prétendre qu'ils ne sentaient absolument rien. Yorick éprouva par ailleurs un besoin irrépressible d'aller se laver les mains, ce qu'il fit dans une petite mare à l'eau claire non loin de là. Au final, ce fut un petit parterre de fleurs orangée qui fut accusé de l'odeur infecte et lynché bien comme il se doit par une certaine personne. Suite à cette violence gratuite, qui vaudra sans doute une paire de séances chez le psy à d'innocentes petites fleurs, le groupe reprit sa route. Après une quinzaine de minutes, le portail de Cocorico fut en vue.

Les réactions suite à la découverte de ce portail fut différentes pour chaque personnes : Linkondo laissa échapper un "wooaaah" tout en regardant la structure de bois la bouche grande ouverte, Jielash et Chompir discutèrent de ce que pouvaient bien représenter les banderoles et les dessins gravés dans le bois, Yorick le regarda avec attention, semblant graver cette image dans sa mémoire et Krystal s'en désintéressa au bout de quelques secondes, préférant aller faire des tresses à l'un des chevaux. Le temps que le jeune Piaf et l'ancienne cliente du Café finissent leur conversation des plus intéressantes, la barman avait coiffé les deux animaux, qui n'appréciaient guère que leur crinière ne flotte plus au vent. Après, cela arriva.

Le moment tant attendu était enfin arrivé, le moment qu'ils attendaient tous depuis le début de la journée, celui qui occupaient leurs pensées, qui les faisait angoisser. Et le verdict tomba : ce fut Chompir qui tira l'épi le plus court. Il était donc celui qui allait rester avec Linkondo. Cela ne plut pas au Piaf qui espérait vraiment découvrir le village et goûter aux spécialités locales. Jielash lui promit de revenir plus tard pour qu'il puisse y aller.


— Linkondo : Mais vous savez, je peux très bien me garder tout seul, je l'ai très bien fait ces dernières années. Et puis, je peux garder les chevaux et quelques affaires, comme un wok par exemple...
— Krystal : Bien tenté, Mina, mais tu auras ta nounou.
— Chompir : Mina ?
— Jielash : Le nom d'une petite voleuse dans un conte pour enfant.
— Yorick : Aaaah, Mercantîle. Ma préférée reste "L'amour Impossible". Tu sais, entre le Moblin et...
— Krystal : On a compris.

Ils finirent par se séparer : Chompir et Linkondo firent demi-tour, remontant les gorges, tandis que Yorick, Jielash et Krystal dépassèrent le portail, en direction du village. La fine équipe, enfin de retour. Cocorico n'avait qu'à bien se tenir.



Award #1 Award #2
Citation de: Rictus McNatret
Krystal, tu es la plus adorable pedobear du monde.

Hors ligne Yorick26

  • Priant de Nayru
  • Commandant Yiga
  • *****
  • Messages: 9061
  • Homme à tout faire
    • Code ami 3DS 1951-0832-7742

    • yorick.oudin
    • yorick26100
    • SW-6264-4058-0328
    • Voir le profil
À la bonne recette - Projet
« Réponse #34 le: lundi 01 mai 2017, 15:47:38 »
Yorick n’osait pas montrer sa joie. Il était bien sûr plus que ravi de faire partie à nouveau de l’équipe qui visiterait le village, mais il ne pouvait pas s’empêcher d’être triste pour le sort de Linkondo et de Chompir chargé de le garder. Vraiment, le surveiller comme ça était superflu. En tout cas, tel était l’avis de Yorick, mais Krystal était méfiante et à plusieurs reprises ce trait de caractère leur avait bien souvent sauvé la mise. Le jeune hylien était souvent bien trop confiant et se laissait attendrir par n’importe qui, si bien que cela leur jouait des tours bien souvent. Krystal était un garde-fou nécessaire à sa survie en ce monde cruel, et ce malgré son caractère parfois… difficile. A bien y réfléchir, il se demandait si cet attachement contre toute logique et toute attente n’avait pas un nom en psychiatrie. Au pire il faudrait l’inventer et l’appeler le syndrome de Krystal. Néanmoins, ses appréhensions à laisser derrière eux deux compagnons de route et devoir supporter les remarques de Krystal disparurent à l’approche du Village Cocorico. Au fur et à mesure de leur pas, l’ambiance changeait perceptiblement. Les morceaux de bois accrochés en hauteur sur des cordes créaient quelques notes de musiques de percussion à la moindre brise de vent qui s’engouffrait dans le canyon menant à Cocorico. Cette base rythmique se complétait par une douce mélodie produite par le vent qui soufflait dans les bambous et dans les arbres autour du village. Le repos spirituel inspiré par le cadre sonore de cette entrée était parfait. C’était décidé, s’ils pouvaient s’installer dans ce village, ce serait le meilleur endroit où ils pourraient alors ouvrir leur futur restaurant.

— Yorick : C’est parfait vous ne trouvez pas. Je ne vois pas quel meilleur endroit où on pourrait monter notre petit restaurant. Les clients y seront détendus et ils seront tellement contents. Je suis tout extasié.
— Krystal : Tout doux mon pote. Personnellement, tout ce vent me donne mal à la tête. Et puis c’est calme. J’aime pas trop beaucoup ça. Je préfère quand c’est un peu plus moins calme.
— Yorick : Rabat-joie.
— Krystal : Raclure de bidet.
— Yorick : Raton-laveur !
— Krystal : Ramequin !
— Yorick : RABDOMANCIE !!
— Krystal : RADIOLA LINOÏDE !!
— Jielash : Bon, on y va ?

Par sa seule et courte intervention, Jielash avait réussi à faire taire ses deux camarades en pleine dans leur joute verbale. Sans les attendre, elle reprit la marche et rentra dans le village. Krystal la suivit presque instantanément, alors que Yorick mis un peu plus longtemps à retrouver ces esprits. Comment avaient-ils pu se disputer alors que la musique était si reposante ? Que fallait-il pour qu’elle soit tranquille ? Et pourquoi fallait-il qu’il rentre toujours dans le jeu de Krystal ? Il allait falloir qu’il prenne soin de Jielash, car cette dernière semblait immunisée aux piques de Krystal. Il fallait vraiment qu’il lui parle pour en savoir plus sur elle. Peut-être qu'il devait faire comme Krystal et se méfier d'elle avant de lui accorder toute sa confiance. Et pourtant, comme ne pas lui faire confiance ?

— Yorick : Aaaaah. Que faire ? Nom d'un OctoRok, que c'est difficile.

Avant de repartir, le jeune Hylien leva les yeux aux ciels. Tiens, comme c'était étrange. La lune semblait bizarre comme si elle était teintée de rouge. Cela lui rappelait vaguement une histoire de carnaval et de masque. Il fallait espérer que la lune ne leur tombe pas sur la tête, bien que cette idée paraisse ridicule. Qu'importe, il allait enfin pouvoir visiter un nouveau village. Cela ne lui était pas arrivé depuis des jours et il comptait bien en profiter.
Little bit of love

Hors ligne Jielash

  • Skull Kid
  • *
  • Messages: 5049
  • PZ: You can (not) escape
    • Jielash
    • Voir le profil
    • Mon arc-en-ciel
À la bonne recette - Projet
« Réponse #35 le: lundi 01 mai 2017, 19:21:23 »
Comme Yorick aimait l'idée de pouvoir ouvrir son restaurant ici, il nous fallait rencontrer les hautes autorités du village. Une vieille dame Sheikah nous indiqua la demeure de leur cheffe, Impa, placée au dessus de l'étang au bout du village, face à plusieurs cascades.
Sur le chemin menant au centre du village, on pouvait observer les maisons aux grand toits de pierre des habitants, ainsi que quelques champs. Plusieurs Sheikahs terminaient leurs activités de la journée ou se rendaient à leur domicile pour se reposer. Des lucioles sortaient en même temps que la nuit tombait pour se rassembler autour d'un point d'eau.
Un peintre peignait sur la place, sur sa toile était esquissée la grande demeure gardée par deux Sheikahs à l'air sévère. Yorick et Krystal se présentèrent à eux et expliquèrent qu'ils désiraient recevoir une entretien avec dame Impa. L'heure tardive n'était pas propice à ce genre d'entrevue mais la doyenne du village fut assez généreuse pour nous accorder quelques instants.
Une atmosphère à part régnait dans la salle principale de cette demeure, reflétant l'apparente sagesse et expérience de la propriétaire des lieux. Assise sur d'épais coussins, dame Impa salua notre entrée d'un mouvement de tête poli, qui fit tinter les décorations métalliques de son couvre-chef.
Yorick et Krystal exprimèrent leur requête, lui avec un rien de maladresse probablement causée par le stress, elle avec un peu moins d'entrain. Au cours de leur petit plaidoyer, Impa resta parfaitement silencieuse et très attentive, comme à l'écoute de leur moindre mot. Elle fut intransigeante dans sa réponse cependant, qu'elle leur fit parvenir d'une voix calme et contrôlée.
Malheureusement, elle ne pouvait pas les laisser construire un restaurant au village, qui se voulait un lieu reculé et un havre de protection pour les Sheikahs dont l'histoire en Hyrule avait en divers époques été pavée de difficultés. De plus, avec les Yigas qui causaient bien des troubles pour leurs confrères, la prudence était de mise et ils désiraient éviter tout risque qu'un espion s'introduisit au village.
La mention des Yigas me fit réagir et j'osais alors poser une question, demandant à en apprendre plus à leur sujet. Le visage d'Impa devint soudain sévère, les sourcils froncés, elle répéta ce que je savais déjà sur leur alliance à Ganon et leurs méfaits, avant de me conseiller de ne pas chercher à en apprendre davantage sur eux, car ils supprimaient ceux qui en savaient trop, s'ils ne pouvaient pas les manipuler à la place.
Sur cette note sombre, notre entrevue se termina. Yorick et Krystal me regardèrent d'un air incertain et je leur rendais probablement la pareille, perdue dans l'impasse que semblait à présent être notre situation.
Ils se rendirent à l'auberge pour dormir, tandis que je m'arrêtais à une table sur une petite terrasse en bois à côté de l'épicerie pour pouvoir réfléchir tranquillement et noter ces mots avant de devoir rejoindre Chompir et Linkondo.
Devant moi, une petite fille Sheikah préparait son diner dans une marmite, dans lequel elle mettait une bouteille de lait frais, un cristal de sel et une carotte tempo pour donner un velouté de légumes tempo. La bonne odeur me donnait envie de manger et d'aller faire un bon somme juste après mais j'avais promis d'aller m'occuper de Linkondo pour que Chompir puisse visiter... Seulement, la lune rouge qui brille actuellement dans le ciel nocturne a une aura pour le moins dérangeante.
Franchement, parfois je ferais mieux de me taire.
« Modifié: lundi 01 mai 2017, 19:36:25 par Jielash »

En ligne Chompir

  • Grand guerrier Piaf
  • Stratège de Din
  • Minish citadin
  • *****
  • Messages: 2611
  • Piaf dans l'âme
    • Code ami 3DS 4914-4674-5458

    • Code ami Wii U chompir

    • SW-4357-7164-4611
    • Voir le profil
    • Forums de Puissance Zelda
À la bonne recette - Projet
« Réponse #36 le: lundi 01 mai 2017, 21:24:24 »
Après le départ de groupe, notre jeune Chompir du garder le Bokoblin. C'étatait déjà la deuxième fois en une semaine. Lui qui avait si envie de visiter Cocorico. Se retrouver si près devant sans pouvoir y entrer. C'était injuste.

- Linkondo : Tu peux y aller si tu veux je peux très bien me garder tout seul.

Le jeune Piaf ne l'écoutait pas du tout, il était trop en colère envers Krystal. Heureusement Jielash lui avait promis de garder le boko pour qu'il puisse faire une petite visite.

- Linkondo : Woh tu m'écoutes !!
(Aucune réponse.)
- Linkondo : ]ET !! Je te parles ! C'est pas très polie de ne pas répondre tu sais.
(Toujours rien.)
- Linkondo : Rho je m'en fiche de toute façon... Tiens la lune... Elle est... Étrange ? Elle est rouge comme le sang.

Soudain Linkondo devint agressif et se détacha de ses chaînes. Il commença à attaquer Chompir.

- Chompir : Mais t'es cinglé !! Tu m'attaque juste parce que je t'ignore ?!

Linkondo n'écoutant rien, poussait des cris monstrueux. Il ramassa une épée rouillée qui trainais dans l'herbe et tenta de tuer notre ami. Chompir se lança alors dans un combat acharné. Il ne voulait pas le tuer mais plus le combat s’éternisait, plus Chompir désespérait de lui faire entendre raison. La lune qui était de plus en plus grosse et rouge n'arrangeait rien. Le jeune Piaf du donc prendre une décision.... Le tuer.
......


Chompir était très triste et imaginais déjà le retour des autres et leurs réactions face à cette acte. Il se préparait à fuir quand des étranges particules commencèrent à flotter dans l'air. Soudain il vit le corps de Linkondo se reformer et il commença à se lever. Chompir constata que le Bokoblin était devenue blanc avec des touches de violet.

- Chompir : Mais qu'est-ce que c'est que ça !!!!

Il s’apprêta à s'enfuir.
Merci à Haine et Jielash pour le kit. <3

Hors ligne Linkondo

  • Pied-tendre
  • Chercheur en Korogus
  • *
  • Messages: 1194
  • Surement un type bien. Surement.
    • Code ami 3DS 2638-2745-6537

    • Code ami Wii U geek411

    • SW-7390-1572-8523
    • Voir le profil
À la bonne recette - Projet
« Réponse #37 le: mardi 02 mai 2017, 00:19:25 »
Alors que Krystal, Yorick et Jielash partaient dans le Canyon, Linkondo se retrouvait une énième fois exclu avec Chompir. Ça commençais vraiment à être énervant, de toujours rester à l'écart ! À quand un monde où bokoblins et Hyliens vivraient en amis ? Enfin, pour l'instant les bokoblins n'aident pas trop... De son côté, Chompir était resté figé devant l'entrée, un regard de haine se dessinait sur son visage. Linkondo le comprenait, c'est énervant de passer à côté de tant de choses !
- Linkondo : Tu peux y aller si tu veux, je peux très bien me garder tout seul.

Pas de réponse. C'était bien la première fois qu'il ne lui répondait pas ! Qu'est-ce que c'est agaçant !


- Linkondo : Wow, tu m'écoutes !?

Toujours aucun signe... Bordel ! Il ne va pas lui faire la gueule, tout de même ? Linkondo savait bien que c'était de sa faute si le piaf ne pouvais pas aller visiter le village, mais tout de même ! Le moindre petit signe, c'était trop demander ?


- Linkondo :
EH !! Je te parles ! C'est pas très poli de ne pas répondre, tu sais ?

Le piaf commençait vraiment à lui taper sur le système ! Il fallait vite se calmer. Si au bout de deux jours il commençait déjà à y avoir des tensions dans l'équipe, ça ne va pas le faire ! Au moins, Yorick et Krystal, ils se réconciliaient, quoique leurs disputes sont bien plus violentes !


- Linkondo : Rho, je m'en fiche de toute façon...

Il remarqua une lumière rouge dans le ciel, et leva la tête.


- Linkondo : Tiens la lune... Elle est... Étrange ? Elle est rouge comme le sang...

Tout d'un coup il comprit. La lune de sang ! Pas ce soir, non ! À chaque fois qu'elle portait cette couleur, la lune lui donnait d'horrible maux de tête, après quoi il se passait toute une nuit où... Il ne savait pas trop. Il se réveillait toujours le lendemain avec sa douleur dans la tête. La lune devait sans doute l' "assommer"... Mais il souvenait qu'une fois, alors qu'il s'était fait blessé gravement par un voyageur, le sommeil de la lune de sang l'avait soigné. Pourtant, cette douleur... Ça ne pouvait pas être une bonne chose. La lune se dressait lentement dans le ciel, pourtant en une fraction de seconde, ce mal de crâne arriva. Il n'avait même pas la force de crier, la douleur était trop forte. Il regardait Chompir, ne pouvais même pas l'interpeller, et sa mémoire flancha.







Linkondo ne se rappelait pas d'avoir eu la tête aussi lourde. Il avait l'impression qu'une centaine de Krystal était en train de lui donner des coups de wok. Après que la douleur soit suffisamment descendu, il se força à ouvrir les yeux. Tiens ? Un toit. Ça le changeait ! Deux nuits de suite dans une maison, ça faisait combien de temps que ça ne lui était pas arrivé ?

Il entendit une voix familière. Deux voix familières. Il se tourna et vit Krystal asse à un bureau. Près d'elle, Yorick était en train de l'engueuler comme à leur habitude.

- Yorick : C'est pas une raison ! Laisse-moi au moins une place, tu n'a pas besoin de deux chaises !
- Krystal : Roh, laisse-moi tranquille ! Tu me force déjà à rester ici, alors tu peux au moins me concéder ça !
- Yorick : Mais enfin, c'est normal ! Jielash et Chompir n'ont pas pu visiter Cocorico parce qu'ils l'ont surveillé. On peut bien leur accorder le droit de se balader !
- Krystal : Alors tu peux bien le surveiller tout seul, non ? Je vais me balader.
- Yorick : Restes-là ! Si jamais il est devenu violent, comme a dit Chompir, il faut mieux être plusieurs à le garder. Et puis tu as bien vu ! Il est devenu argenté !
- Krystal : Franchement, tu a peur de ce monstre ? Cette femmelette ! Tu te souviens du cri qu'il a poussé hier ?

Elle lâcha un fou rire


- Krystal : Et puis, on n'en serait pas là si la volaille l'avait pas blessé !
- Yorick : Tué, u veux dire.
- Krystal : Tu vois bien qu'il est en vie ! Tu ne crois tout de même pas que les monstres ressuscitent ?
- Yorick : Et pourquoi pas ? Tu sais, c'est pas impossible !
- Krystal : Tu délire ! Et pourquoi pas Ganon qui revient maintenant sous forme d'un porc qui montre ses points faibles à tout le monde, et que n'importe qui pourrait tuer ? Et puis, honnêtement, on a son wok, pourquoi se casser la tête à s'occuper de lui ? La seule chose qu'il sait faire c'est des champignons en brochette...
- Linkondo : Et toi, tu sais faire quoi à part critiquer tout le monde ?
- Krystal : (elle se tourne vers lui)Tiens, le tire-au-flanc, tu te lève enfin ?
- Linkondo : Traîne-rapière !
- Krystal : Tête de lard !
- Linkondo : Troglodyte !
- Yorick : Hé ! Ho ! Hé ! Ho ! On se calme. Les duels de mots, c'est entre moi et Krystal ! Explique-nous plutôt ça, là !(il désigne Linkondo)

Le bokoblin regarda derrière lui, mais il n'y avais rien.


- Yorick : Mais non, ta peau !

Il observa son bras, qui était devenu blanc avec des tâches violettes ! Le bokoblin, frappé de surprise, s'observa un peu mieux. Il était recouvert de blanc ! Que s'était-il passé ?


- Yorick : Bon, je vais chercher les autres.

Et il sortit, laissant le bokoblin avec Krystal.

...


- Linkondo : Patate.
- Krystal : Pignouf.
- Linkondo : Paltoquet !
- Krystal : Phlébotome !










" - C'est une bonne situation, ça, bokoblin ?
  - Vous savez, moi, je ne crois pas qu'il y ait de bonne ou de mauvaise situation."



Merci à Haine pour l'avatar (^-^)

Hors ligne Krystal

  • Chieuse à temps partiel
  • Skull Kid
  • *
  • Messages: 5461
  • Gingembre, Dragon de l'Amûûr
    • Voir le profil
    • Fanfiction.Net
À la bonne recette - Projet
« Réponse #38 le: mercredi 03 mai 2017, 06:18:15 »
PAVÉÉÉÉÉ EN APPROOOCHE !



La nuit était tombée sur le paisible village de Cocorico, dont les allées étaient illuminées par la lueur des lanternes dispersées, créant ainsi une ambiance cosy. Une atmosphère parfaite pour une balade au clair de lune, un petit dîner aux chandelles ou tout simplement pour regarder les étoiles, scintillantes dans la nuit. Même si ces activités étaient des plus alléchantes, le groupe, composé de Yorick, Jielash et Krystal, devait quitter les lieux, afin de rejoindre leurs deux amis, les attendant à l'extérieur. Ils étaient arrivés trop tard dans la journée pour pouvoir visiter le village comme il se devait, aussi s'étaient-ils mis d'accord pour rester plusieurs jours, et ainsi permettre à Chompir de rencontrer les autochtones. Cela devrait sûrement lui remonter le moral, lui qui n'était pas ravi d'être de garde avec Linkondo.

Malgré les protestations de quelques villageois, qui les incitaient à rester, les trois compagnons passèrent le portail du village. Si cela attrista quelques habitants, qui les virent partir, ce fut pire de l'autre côté.


— Krystal : Non mais franchement, y a une auberge géniale dans ce village et on est obligés d'aller se pieuter à la belle étoile parce qu'on a la malchance d'avoir un Bokoblin comme compagnon ? Va falloir prendre des mesures radicales pour le bonhomme, parce que ça va pas continuer ainsi, c'est moi qui vous le dit. Un tronc, une corde, le tour est joué.
— Yorick : Oh mon dieu, t'es consciente que t'as pas arrêté de te plaindre depuis qu'on est sorti de chez Impa ?
— Krystal : On change pas les bonnes vieilles habitudes.
— Jielash : J'ai été assez déçue de notre entretien avec la doyenne. Elle n'a pas mâché ses mots sur les Yigas, et n'a pas voulu nous en apprendre plus...
— Krystal : Elle cherche juste à nous protéger, c'est tout. Les Yigas, c'est un groupe d'attardés mentaux bouffeurs de bananes qui se trimbalent avec des arcs à double encoche et des serpes pour tailler les haies. De mauvaises fréquentations, en outre. Mieux vaut pas les chercher, ou c'est eux qui vont te trouver.
— Jielash : Je te trouve étonnamment bien informée.
— Krystal : On est dans le même groupe de soutien pour psychopathes.
— Yorick : Tu devrais songer à changer de groupe, ça ne te fait aucun bien.

Ils remontèrent la gorge jusqu'à redescendre vers la plaine, là où attendaient leurs deux amis. Mais bien avant de les apercevoir, un éclat rouge attira leur attention. Arrêtant leur route, les trois compères levèrent le regard vers le ciel, où se découpait nettement une lune de couleur sang, au milieu de nuages grenats.


— Yorick : C'est quoi ça !?
— Jielash : Une lune de sang. Ca arrive de temps à autre.
— Krystal : Ca porte bonheur à ce qu'il paraît.
— Yorick : Pourquoi je n'en ai encore jamais vu ?
— Krystal : C'est ça de tout le temps se coucher à l'heure des poules. Hey, regardez, c'est Chompi' !

Le groupe trottina jusqu'au Piaf qui se tenait non loin, dos à eux, droit comme un i. Il ne semblait pas bouger, fixant quelque chose dans l'herbe haute, leurs affaires et les chevaux attendant sagement à quelques dizaines de mètres de là. Arrivés au niveau de l'homme oiseau, Jielash l'interpella, et il finit par se retourner au bout de longues secondes. Rien durant leur voyage ne les avait préparé à une telle vue : les plumes de Chompir étaient teintés d'un rouge sombre qui dégoulinait au sol. Ses vêtements clairs montraient des éclaboussures de la même couleur, qui s'étendaient à son visage qui affichait une expression confuse et terrorisée. Quelque chose ne tournait vraiment pas rond. Cette vision d'horreur réussit même à choquer Krystal, qui resta sans voix devant le spectacle qui s'offrait devant elle.


— Krystal : Woh.

Oui, ce fut tout ce qu'elle put articuler. A côté d'elle, Yorick était devenu aussi blanc qu'une craie. Seule Jielash sut réagir.


— Jielash : Par les déesses, Chompir ! Que t'est-il arrivé, tu es blessé ?
— Chompir : Ce... ce n'est pas mon sang.
— Krystal : Wat, t'as tabassé quelqu'un ?
— Chompir : C'est... c'est Linkondo. Il est devenu fou, il... il m'a attaqué ! Je suis désolé, je me suis défendu et... et...

Sa phrase resta en suspens. Il était sous le choc, c'était indéniable. Les trois autres étaient pendus à ses lèvres. Le suspens était insoutenable, ils devaient savoir ce qu'il s'était passé.


— Yorick : Et ?
— Chompir : Je l'ai tué.

Le silence qui suivit fut lourd. Tellement lourd que l'on pouvait presque entendre un Moblin péter à l'autre bout du pays. Personne n'osait parler, accusant la nouvelle. Comment ça Linkondo l'avait attaqué ? Était-il vraiment mort ? Après quelques minutes de total mutisme, les esprits se rassemblèrent, certains plus vite que d'autres.

— Krystal : ... Non mais les gars, quand je disais qu'il fallait quelque chose de radical par rapport à Linkondo, je pensais pas à ce radical là !
— Yorick : Putain Krystal... Un peu de compassion !
— Krystal : Ouais, ouais. Linkondo, tu es - enfin, étais quoi - un ami fidèle, et un compagnon de route acceptable. Tu vas nous manquer...
— Jielash : C'est... touchant de ta part. Trop même. Je me demande si y a pas...
— Krystal : Preum's pour le wok !
— Jielash : Bah tiens...
— Yorick : Mais t'es horrible !
— Krystal : J'veux bien admettre qu'il va me manquer, ce bokoblin, mais on vit dans une époque sombre et si on s'arrête de vivre à chaque fois que quelqu'un meurt, on est pas sorti de l'auberge. Donc oui, c'est triste qu'il soit mort, mais il faut aller de l'avant.
— Chompir : Il n'est pas mort !

Les trois se tournèrent vers le Piaf, qui avait crié ça de manière hystérique. Ils s'échangèrent un regard confus.


— Jielash : Mais tu viens de nous dire que tu l'avais tué !
— Chompir : Oui, je l'ai tué !
— Krystal : J'suis pas sûre qu'on ait la même définition du verbe "tuer"...
— Chompir : Je sais ce que veut dire tuer ! J'ai bien tué Linkondo, mais il a ressuscité ! Regardez !

Jielash, Yorick et Krystal firent quelques pas vers l'endroit qu'indiquait Chompir. Et si la soirée avait été pleine de surprises, celle-ci surpassait de loin celles qu'ils avaient vécu jusque là. Car sous leurs yeux ébahis se tenait un bokoblin blanc tacheté, inconscient. Mais contrairement à ce qu'attendait Chompir, ses trois amis furent dubitatifs.


— Krystal : En fait, t'as juste assommé un autre bokoblin.
— Chompir : Mais c'est Linkondo ! Je vous le jure !
— Yorick : Chompir, tu es sous le choc. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé, mais ce n'est pas Linko...
— Chompir : Mais c'est lui ! Il est devenu enragé quand il a vu la lune rouge et il m'a attaqué ! C'était lui ou moi !
— Krystal : Et du coup, ça a été lui.
— Chompir : Je l'ai tué. Il s'est décomposé mais, je sais pas, il s'est reformé sous mes yeux, et il était d'une différente couleur !
— Jielash : Est-ce que ce serait... la lune rouge qui a fait ça ?
— Yorick : C'est pas tout ça, mais il faut trouver un abri. Le temps se dégrade, et notre tente fera pas l'affaire. Il faut également que Chompir et, euh, Linkondo, se reposent...
— Krystal : Y a une auberge entre Cocorico et le relais, je l'ai aperçue en venant ici. On pourrait aller là-bas.
— Yorick : Avec un bokoblin ? Il nous laissera jamais rentrer.
— Krystal : Au pire, on s'installe dans l'écurie, on sera à l'abri. Allez, traînons pas.

Tous acquiescèrent et se mirent au boulot. Jielash alla chercher les chevaux sur lesquels elle chargea les affaires. Yorick et Chompir, encore un peu fébrile, s'entraidèrent pour monter Linkondo sur l'une des montures, tandis que Krystal courut chercher de l'eau dans une rivière non loin de là. Elle en imbiba quelques serviettes piquées dans les affaires de Yorick et alla les donner à Chompir pour qu'il puisse essuyer le sang qui le maculait. Elle maquilla cette preuve d'attention par un "Fais-toi présentable pour l'aubergiste" avant d'installer le Piaf sur le cheval, et de partir en direction de l'auberge citée.

L'aubergiste de "L'Étang Apprivoisé", quarantenaire bedonnant et somnolant derrière son comptoir, a rarement été aussi surpris par l'entrée de clients : trois jeunes Hyliens, dont deux filles, un Piaf aux plumes à la couleur bizarre et... un bokoblin. La vue du monstre, pourtant inconscient, l'électrisa, et il sauta de sa chaise pour mieux regarder par dessus son comptoir, au cas où il aurait mal vu. Mais ses yeux ne lui jouaient aucun tour, encore moins quand il vit le petit groupe hétéroclite s'avancer vers lui et s'arrêter juste devant SON comptoir.


— Jielash : Bonsoir, on voudrait une chambre avec cinq lits, s'il vous plaît.

Long silence. Et pas des plus engageants. Il y avait beaucoup de silence en ce moment.


— Aubergiste : C'est quoi ce foutoir ? Virez-moi ce monstre de mon établissement !
— Chompir : Ce monstre, c'est notre ami, et on ne compte pas l'abandonner !
— Yorick : Doucement, ne nous énervons pas. Nous souhaitons juste une chambre.
— Aubergiste : Vous plaisantez ? Sortez tout de suite ! De toute manière, nous sommes complets !
— Jielash : Mais y a pas un chat par ici.
— Aubergiste : Je refuse de vous héberger, avec ou sans ce monstre. Sortez d'ici !
— Krystal : Ok, ça me les brise. Poussez-vous.

La jeune fille se fraya un chemin vers le comptoir sur lequel elle s'accouda, soudain sérieuse. Elle plongea son regard dans celui de l'aubergiste, qui fronça les sourcils. Les autres ne dirent mot, se contentant de regarder la scène.


— Krystal : Mon bon monsieur. Mes camarades, ainsi que moi-même, souhaitont louer une de vos chambres. Une chambre de cinq, si possible, ou bien deux chambres de trois et de deux lits. Nous resterons ici trois jours, pas un de plus, pas un de moins.
— Aubergiste : Le monstre !
— Krystal : Le monstre ici présent est un bokoblin répondant au nom de Linkondo, et c'est notre ami. Une amitié que les pauvres d'esprits ne peuvent comprendre, j'imagine.
— Aubergiste : Je ne permettrai jamais une telle chose !
— Krystal : Vous connaissez le petit Nobert de l'auberge "Moblin Bourré" et le scandale qu'à fait son client mystère ?
— Aubergiste : Je vois pas le...

Krystal afficha alors un sourire éclatant, lourd de sens, tandis que l'aubergiste devint blême.


— Krystal : Alors voilà ce qu'on va faire, papy. Tu vas nous filer une chambre de cinq, la meilleure que tu aies, et étant donné que tu n'as pas voulu coopérer, tu vas nous la faire gratis. Repas compris. Et on va emmener le bokoblin avec nous, que ça te plaise ou non. J'en ai plus que marre de dormir par terre et dehors avec les moustiques, alors tu vas faire ce que je vais te dire de faire ou ça va mal se terminer. On va rester trois jours, tu n'iras pas chercher des chasseurs de monstres, tu n'en parleras pas autour de toi et tu ne viendras pas nous déranger. Si jamais tu ne respectes pas ce que je viens d'énoncer, ce que je te ferais sera mille fois pire que ce qu'a pu voir Norbert. Me suis-je bien fait comprendre ?

Pour toute réponse, l'aubergiste s'empressa de farfouiller en dessous du comptoir et d'en sortir un trousseau de clé. Il leur indiqua leur chambre en bafouillant avant de disparaître à l'arrière, la porte claquant bruyamment après lui. Le petit groupe empoigna leurs affaires et Linkondo et monta à l'étage, dans leur nouvelle chambre.

— Yorick : Le petit Norbert...
— Krystal : Disons que je sais comment faire couler un établissement juste en étant moi-même.
— Yorick : Pourquoi ça m'étonne pas...
— Krystal : Je t'apprendrais un jour.
— Yorick : Sans façon, et évite de faire couler notre futur restaurant, ça serait très aimable de ta part...

Leur chambre était spacieuse, et les lits confortables. Ils installèrent Linkondo dans l'un d'eux et le bordèrent, puis ils aidèrent Chompir à débarbouiller ses plumes avant de tous aller se coucher. Ils l'avaient bien mérité.




Krystal observait avec dédain Linkondo, et ce dernier lui renvoyait le même regard. Depuis que l'albinos s'était réveillé, il n'avait eu que des mots méchants à lui dire. Ok, elle n'était pas tendre, mais c'était quand même grâce à elle s'il avait dormi dans un lit cette nuit. Un peu de reconnaissance, ça tue personne.

— Krystal : ... Mauviette.
— Linkondo : Mongole.
— Krystal : Merdeux.
— Linkondo : Moins que rien.
— Yorick : Oh mon dieu, vous avez pas fini tous les deux ?

Yorick venait de revenir avec Jielash et Chompir, qui avaient pu faire un petit tour à Cocorico le temps que Linkondo reprenne ses esprits, ce qui avait pris la matinée entière. Bien entendu, avec ces deux là en escapade, il avait fallu que quelqu'un garde le bokoblin décoloré, et ce furent Yorick et Krystal qui s'y collèrent, ce qui ne plut pas à cette dernière. Et elle l'avait bien fait sentir à Yorick tout le long de la journée.

A peine rentré dans la pièce, Chompir se précipita au chevet de son ami, les larmes aux yeux.


— Chompir : Je suis désolé ! Je suis désolé de t'avoir tué ! Tellement désolé !
— Linkondo : D'après ce que j'ai compris, c'est moi qui ait voulu te tuer, c'est donc à moi de m'excuser. Pardon de t'avoir causé autant de soucis.
— Krystal : Oooh, qu'ils sont mignons, un joli petit couple. C'est bien beau tout ça, mais on peut m'expliquer pourquoi Linkondo a changé de couleur ? Je savais pas que les bokoblins pouvaient changer de couleur de peau à tout va.
— Linkondo : On peut pas, c'est ça qui est étrange.
— Jielash : Si vous voulez mon avis, ça a un rapport avec la lune rouge.
— Yorick : Ca serait la lune qui l'aurait ressuscité ? Un peu tiré par les cheveux.
— Jielash : Ca tient la route. On pourrait retourner à Cocorico chercher des infos, ou bien au relais.
— Krystal : Okay, faisons ça : Yorick et Linkondo, si t'es d'attaque, au relais. Jielash, Chompir et moi, à Cocorico.
— Yorick : De quoi ?
— Linkondo : Depuis quand c'est toi qui commande ?
— Chompir : Ca me va.
— Jielash : Pourquoi pas.

Mais ce ne fut pas au goût de tout le monde. Si Linkondo finit par accepter son sort, c'était déjà mieux que de rester enfermé dans la chambre, Yorick, lui, avait quelques réserves.

— Yorick : C'est pas contre toi, Linkondo, mais si jamais il re-pète une durite, je fais quoi moi ?
— Linkondo : Y a pas de mal.
— Jielash : Si vous voulez, je vous accompagne au relais. J'ai déjà été plusieurs fois à Cocorico, ça ne me dérange pas.
— Krystal : Deal. On fait comme ça.
— Chompir : Attendez, vous allez pas me laisser avec cette... cette femme !
— Krystal : Oooh, allez, Chompi' ! Ca sera marrant !

Peu enchanté de passer la journée avec Krystal, Chompir dut se résoudre à son sort et soupira. Ils se préparèrent et se donnèrent rendez-vous devant l'auberge au crépuscule.

— Krystal : Juste, Linkondo, quand tu descendras, évite de croiser l'aubergiste. Il est, comment dire, un peu traumatisé...

Award #1 Award #2
Citation de: Rictus McNatret
Krystal, tu es la plus adorable pedobear du monde.

Hors ligne Linkondo

  • Pied-tendre
  • Chercheur en Korogus
  • *
  • Messages: 1194
  • Surement un type bien. Surement.
    • Code ami 3DS 2638-2745-6537

    • Code ami Wii U geek411

    • SW-7390-1572-8523
    • Voir le profil
À la bonne recette - Projet
« Réponse #39 le: jeudi 04 mai 2017, 00:20:13 »
Linkondo, tout content, trottinait à côté de ses compagnons. Tout était au mieux aujourd'hui : il n'était pas dans le groupe de Krystal, qui l'aurait énervé à longueur de journée, il avait réussi à emporter avec lui son wok et de plus il était devenu blanc. Car tout le monde savait que chez les bokoblins, les différentes espèces possédaient un physique différent, ainsi qu'une couleur particulière. Et il ne sait pas comment, mais grâce à Chompir il était passé du faible boko rouge au meilleur des monstres : le bokoblin blanc ! Il sentait dans tout son corps que ses capacités étaient boostées : il marchaient plus vite, avait une meilleur vue et une meilleur ouïe, avait une force décuplée... C'était très amusant de se sentir plus vif que jamais ! Il s'amusait sur la route vers le relais à shooter dans des grosses pierres et à gober des mouches en plein vol. Avec cette concentration hors norme, cette intelligence supérieure et ces muscles boostés aux hormones, il était sûrement devenu un combattant surpuissant ! Il allait pouvoir devenir le chef de la troupe, et manipuler ses sous-fifres ! Il pourrait même être directeur du restaurant en sous-traitant les employés, et devenir riche et célèbre ! Peut-être même qu'il pourrait rallier les bokoblins à sa cause grâce à sa toute puissance ! Une intelligence hors-norme dans un corps taillé pour le combat, il avait tout ce qu'il faut pour mener une armée de monstre ! Il serait un grand chef pouvant rallier les moblins, les lézalfos et même les lynels et les Hinox ! Il se vengera de tous ces Hyliens qui les ont humiliés, chassés, rejetés ! Puis il instaureras un royaume légendaire, où il sera le seigneur tout-puissant ! Et là, Krystal verra bien ce qu'elle verra ! Il l'enfermera dans un cachot, où il la forcera à écrire des livres faisant l'éloge de Linkondo le Grand pour le restant de sa vie !!! Pour l'instant, il allait devoir se forger une arme qui deviendra légendaire, avec un nom qui claque du style Chunchunmaru ! Ensuite, il irait...

- Jielash : Bon, tu viens ? Et arrête de pousser un cri diabolique, tu n'est pas du tout crédible !

Il observa ses amis. Ils était postés en contrebas d'un rocher sur lequel il était monté sans s'en rendre compte, elle regardait fixement, l'air énervé.


- Linkondo : Euh... Oui, désolé...
- Yorick : Allez, dépêche ! On part sans toi, sinon, et avec ton wok.

Yorick agitait le wok devant lui.


- Linkondo : Eh ! Rends-le-moi ! Et arrête de le secouer comme ça, tu va l'abîmer !
- Yorick : Oui, oui grouilles-toi...

Et ses compagnons repartîmes, laissant le boko en plan.


- Linkondo : (En descendant du rocher) Eh, attendez-moi ! Me laissez-pas comme ça, enfin !
- Jielash : Alors marches plus vite ! On n'as pas toute la vie.
- Yorick : On doit arriver au relais avant midi, si on veut être efficace et manger. Krystal a encore pris toute les provisions dans son sac, on va devoir acheter sur place...





CRAC ! Son poignet avait fait un drôle de bruit. Linkondo se retenait de crier et de pleurer, et le tout à la fois lui fit lacher un hurlement bouche fermée, les yeux plissés, le bras à moitié le long du corps et l'autre qui hésitait à le tenir, de peur de montrer qu'il s'était blessé.

- Jielash : Tout va bien ? Tu t'es fait mal ? Ton bras a l'air de...
- Linkondo : Moui, oui...

Il allait lâcher une larme. Alors, dans un geste complètement pas naturel, il détourna sa tête de Jielash, afin de cacher sa douleur. Il regardait le pommier qu'il avait cogné. Aucune pomme n'était tombée, malgré son coup. Ce pommier devait être sacrément résistant pour que les pommes résistent à un choc de cette ampleur.

- Jielash : Tu sais, c'est pas avec tes petits coups de poings que les pommes vont chuter. (elle se posta face à Linkondo) Tu es sur que ça va ? Ton poignet fait un drôle d'angle...

Linkondo remit son poignet en place d'un coup un peu brutal, et cette fois-ci roula au sol, se mit en position fœtale et poussant un hurlement rauque.


- Yorick : (il les rejoignit près de l'arbre) Bon, Linkondo, je sais que t'a faim, mais les pommes sont trop hautes pour nous. (il se tourna vers Jielash) Bonne nouvelle : le relais est en vue, on arrivera dans moins de 5 minutes.
- Jielash : Parfait ! On devrait choisir qui reste ici avec Linkondo.

Après avoir tiré une nouvelle fois le tour de garde à la courte paille, il s'avéra que Yorick irait au relais.


- Yorick : Vous inquiétez pas, je reviendrais vite avec de quoi manger !




Au bout d'une bonne heure, Jielash et Linkondo, toujours en fœtus, attendaient encore et toujours Yorick. Leurs ventres lançaient des mélodies dramatiques dignes des meilleurs opéras. Jielash se décida enfin à briser le silence :

- Jielash : Bon, il en mets, du temps, Yoyo...

Silence.


- Jielash : Tu ne penses pas que l'on devrait préparer nous-même à manger ?

Silence, encore. Exaspérée, elle se tourna vers Linkondo, et entendit des "Pas assez de force gnanagna... C'est pas avec tes petits cous de poings gnagnagna... Tu t'es fais mal..."


- Jielash : Roooh, allez ! Viens m'aider, on va chercher de quoi manger !

Linkondo chuchota un faible "De toute façon j'ai pas assez de force...Je suis nul..."
Énervée, elle laissa le bokoblin blessé dans son orgueil et partit vers une forêt en contrebas. Quand elle revint, Linkondo s'était rassis normalement, en tenant son poignet cassé. Quand il la vit, il se tourna dos à elle et lâcha un petit "Hum !" signifiant qu'il lui faisait toujours la gueule. Elle secoua deux bouts de viande en annonçant :


- Jielash : J'ai trouvé plein de bêtes dans les bois, et j'ai eu une biche ! Allez, aides-moi à préparer la mangeaille, sors ton wok !
- Linkondo : 'Toutes façons, c'est Yorick qui l'a...

!!!

Elle cria un juron en se frappant la tête. Yorick était parti avec le wok ! Ils se trouvaient dans la nature avec ni nourriture, ni de quoi en préparer ! Génial ! Après une minute de réflexion, elle posa la main sur l'épaule du monstre et lui dit :


- Jielash : Bon, je te fais la courte échelle, et tu attrapes des pommes, ok ?

Linkondo, bien que toujours fâché, accepta. C'était une bonne idée ! Il se plaça face au pommier et Jielash lui saisit les pieds. Avec un petit effort, elle souleva Linkondo et son poids plume, qui commença à tendre sa main valide vers la pomme la plus proche. Avec un petit coup sec, il la récupéra et la fit tomber pas terre. Il fit de même avec une demi-douzaine de fruits.

- Jielash : Bon, t'as bientôt fini ? Je vais pas pouvoir tenir très longtemps...

Jielash fit l'erreur de lever la tête vers Linkondo. En effet, les bokoblins n'ont pour seul vêtement qu'un bout de tissu à l'avant et à l'arrière des hanches, afin de cacher les parties intimes... Elle, se trouvant en dessous, vit ce qu'elle n'aurait jamais dû voir...


- Jielash : AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !!!

Elle lâcha le bokoblin qui tomba en arrière, se cogna la tête au sol et tomba dans les pommes, au sens propre comme au figuré. C'est à ce moment-là que Yorick revint en compagnie d'un inconnu à la peau grise.


- Yorick : C'est moi ! Je ramène à manger et un amateur de monstres ! Et vous ne devinerez jamais ! J'ai oublié de rendre son wok à L...

Il vit alors le bokoblin étendu par terre derechef ainsi que Jielash au pied de l'arbre avec la peau blanche et qui visiblement était elle aussi évanouie. Tandis que Yorick commença à lui donner des petites tapes pour la réveiller, l'inconnu s'approcha de Linkondo et l'observa attentivement.


- Kilton : Alors c'est lui, le bokoblin blanc ? GYAH !!!
« Modifié: jeudi 04 mai 2017, 00:30:31 par Linkondo »
" - C'est une bonne situation, ça, bokoblin ?
  - Vous savez, moi, je ne crois pas qu'il y ait de bonne ou de mauvaise situation."



Merci à Haine pour l'avatar (^-^)

Hors ligne Jielash

  • Skull Kid
  • *
  • Messages: 5049
  • PZ: You can (not) escape
    • Jielash
    • Voir le profil
    • Mon arc-en-ciel
À la bonne recette - Projet
« Réponse #40 le: jeudi 04 mai 2017, 01:29:16 »
Rien ne va plus dernièrement. Je ne sais pas si c'est ce bokoblin qui porte la poisse ou quoi mais voilà que je me suis évanouie, probablement d'inanition si j'en crois le bruit que faisait mon estomac avant que tout ne devienne noir. Je ne sais même plus ce que je faisais avant de tomber dans les pommes, juste que j'ai rêvé de deux lunes blanches Ine vision pour le moins dérangeante et avec un je ne sais quoi d'horriblement déplaisant mais sinon, nada, c'est le néant total.

En me réveillant (merci Yorick pour les tapes), je suis tombée nez à nez avec un type vraiment louche qui tâtait Linkondo avec un air... brrr, impossible à décrire. Je crois que même pour Krystal, ce serait trop glauque.
Ce petit monsieur s'est introduit comme étant Kilton, un amateur de monstre en voyage pour parfaire ses connaissance et qui tiendrait une boutique spéciale qu'il n'ouvre que de nuit. Yorick l'a rencontré au relais alors qu'il parlait avec un homme de la capacité de la lune de sang à ressusciter les monstres. Soit disant que le pouvoir de Ganon les ramènerait à la vie ou une autre rumeur légendaire du même style. En tout cas, le mot monstre a comme qui dirait attiré Kilton.
 
Après avoir attentivement examiné Linkondo et l'avoir terrorisé quand celui-ci s'est réveillé (ce qui n'est pas une chose bien difficile) il nous a montré un flacon violet duquel s'échappait une odeur pour le moins inhabituelle, malgré le bouchon fermé.
Il s'agissait d’élixir de monstre, un mystérieux breuvage qu'on pourrait ajouter à des recettes de cuisine pour tenter d'en décupler les effets (erm, non merci) et qui aurait soi disant une influence sur les monstres. En buvant de ce flacon les soirs où la lune serait teintée de rouge, Linkondo serait capable de garder ses esprits. Kilton nous en a offert un exemplaire, pour nous remercier de lui avoir montré un bokoblin argenté, parlant qui plus est. Cependant, il nous faudrait suivre les règles la prochaine fois, nous présenter à sa boutique de nuit et le payer en streums*.
Il nous a ensuite salué et s'est éclipsé rapidement pour disparaitre derrière un arbuste, presque comme par magie.

En attendant, j'avais toujours le ventre qui grognait. Puisque nous avions des pommes et de la venaison fine récupérée sur une biche (tué à grand mal avec une épée rouillée trouvée sur la route, je croyais qu'elle allait m'échapper après l'avoir frappée une fois mais avec de la chance, j'ai jeté l'arme et touché juste) Linkondo a essayé de les mélanger et nous a fait des brochettes de viande. Les pommes ne sont probablement pas nécessaires dans la recette à vrai dire et leur cuisson à un peu raté si bien qu'elles sont tombées en bouillie dans le wok au lieu de rester accrochées aux brochettes mais ça a au moins ajouté un petit goût sucré à la viande, de quoi se sentir plus en forme.

Du coup, le problème lune rouge est plus ou moins réglé. Nous allons probablement retourner vers Cocorico faire notre rapport à Krystal et la question qui se pose maintenant est... est-ce que j'essaie de faire parler Yorick en profitant du fait que celui-ci est maintenant seul ? Non parce qu'il est quand même un peu pigeon sur les bords, quand Krystal n'est pas là pour le surveiller, alors s'il sait quelque chose...
Seulement, est-ce que j'ai envie de savoir, maintenant ? Impa m'a fortement déconseillé de m'approcher des Yigas et si cela a un rapport avec eux, je suis certainement cuite. D'un autre côté, tant que je reste dans le flou, je ne peux être sûre de rien ! Et je n'ai pas envie d'aider Yorick et Krystal a faire leur resto s'ils se révèlent être de gros psychopathes en puissance ! Enfin, plus que d'habitude j'entends.

Tant pis pour la prudence, je n'aurais peut-être pas d'autre chance par la suite : opération tirer les vers du nez de Yorick !




*Les streums sont apparemment une monnaie fictive inventée par Kilton lui-même, qu'on peut obtenir en lui vendant des parties de monstres.
Ouais ben s'il en veut davantage le Linkondo, il aura qu'a donner de ses parties lui-même !
... Pourquoi j'ai l'impression que le mot "parties" vient de me faire trembler de la tête aux pieds tout d'un coup ?

En ligne Chompir

  • Grand guerrier Piaf
  • Stratège de Din
  • Minish citadin
  • *****
  • Messages: 2611
  • Piaf dans l'âme
    • Code ami 3DS 4914-4674-5458

    • Code ami Wii U chompir

    • SW-4357-7164-4611
    • Voir le profil
    • Forums de Puissance Zelda
À la bonne recette - Projet
« Réponse #41 le: jeudi 04 mai 2017, 02:49:09 »
Les autres venaient juste de partir. Je me retrouvais seul avec le psychopathe et j'en avais des frissons rien que d'y penser. Au moins il y avait un point positif, j'allais visiter Cocorico.
Nous partîmes donc de l'auberge et nous dirigeâmes vers Cocorico. Krystal marchait devant comme une petite folle. Comme si elle était pressée d'y retourner. Je n'osais pas trop parler mais elle fini par briser le silence. 


- Krystal : Donc.... Comme ça... Tu voulais visiter Cocorico. Pourquoi ?

- Chompir : Je m’intéresse à chaque peuple d'Hyrule. C'est pour ça que je me suis lancé dans ce voyage et que j'ai pu vous rencontrer. 

- Krystal : C'est pour le moins étrange de s'intéresser aux différent peuples d'Hyrule. D'où te viens cette idée farfelu.

Je n'osais pas trop lui dire mais je fini par me lancer. Me disant qu'au pire elle se moquerais et me rirais au nez.

- Chompir : Et bien... quand j'étais encore un petit Piaf, vers mes sept ans, mon père est mort en revenant de de la chasse. C'était le meilleur chasseur du village mais un jour un Wizzrobe a invoqué la foudre et mon père à été tué sur le coup. Ma mère était morte de chagrin et moi aussi.  Mon grand père maternelle du coup c'est occupé de moi et me racontait tout plein d'histoire des voyages qu'il a fait durant sa jeunesse, pour me remonter le morale. Çà à bien marcher au final. Ses histoires me passionnait et je les écoutait avec grand plaisir. Au fur et à mesure que je grandissait, j'allais toujours le voir pour qu'il m'en raconte. Quand grand mère est morte, je suis allez le voir et je lui ai raconté les histoires qu'il m'avait raconté par le passé pour me remonter le moral. Je me souviens qu'il était content de ce geste. À ce moment là, je lui ai promis que je visiterais tout Hyrule et que je lui raconterais mes aventures à mon retour.   

Il y eu un blanc. Moi qui m'attendais à une quelconque remarque de Krystal, rien. Au contraire elle avait même l'air de pleurer. Enfin elle pris la parole.

- Krystal : Et ben... Si je m'attendais à une telle raison. Tu es quelqu'un d'incroyable Chompir. Tu tiens ta promesse faite à ton grand père. Et puis tu n'as pas eu une vie facile. Tu as perdu ton père jeune et très durement. Ton grand père est une personne incroyable. Tu as de la chance.

- Chompir : Oui j'adore mon grand père. Je n'ai pas connu ce du côté de mon père, mais lui c'est un Piaf juste qui fait tout pour son peuple. Ah oui je ne l'ai dit à personne mais mon grand père est le chef du village Piaf. Quand je suis parti il a du s'occuper de ma mère pour la réconforter. Elle s'inquiète toujours pour tout.

En racontant toute mon enfance nous n'avions même pas vu que nous étions entré à Cocorico. Je restais émerveillé devant tant de beauté.
 
- Krystal : C'est beau hein ?

Elle avait l'air plus douce que d'habitude et plus gentille. Me serais-je trompé sur elle. Mon histoire l'aurait tant ému.

- Chompir : Oui c'est magnifique. Où allons nous ?

- Krystal : Je te laisse décider. C'est toi qui voulait venir ici. Mais j'ai entendu qu'il y avait une grande fée ici. On pourrait allé la voir. Elle se trouve dans la forêt au dessus du village

Les deux compagnons s'ouvrait de plus en plus et commençait à bien s'apprécier. Ils allèrent voir Impa mais ils ne furent pas accepté à entrer. Du coup ils en profitèrent pour aller faire les magasins et voir les cocottes. Ils passèrent devant un champ de prunier qu'une vieille Sheikah gardait. 

- Krystal : Ça te dirais des prunes ? Tu distrait la vieille et je vais les ramasser. 

- Chompir : Hein mais...
- Krystal : Il n'y a pas de "mais". Çà me fait plaisir. Et puis tu pourras la questionner sur les Sheikahs.

Son petit sourire en coin était différent et plus doux. Chompir alla donc poser des questions a la vieille Sheikah sur leurs coutumes et leurs histoire. Il pu en apprendre beaucoup. Pendant ce temps Krystal récupéra les prunes. Quand elle eu fini. Chompir remercia la gentille dame pour toutes ces infos.

- Krystal Bravo!! Tu as été super. Tiens. (Elle lui tendit une prune.) Elles sont très bonnes.

- Chompir : Hum oui c'est vrai quelles sont bonnes.

Ils commencèrent à se diriger vers la colline qui menait à la forêt et à la grande fée. Sur le chemin Krystal hésitât à se livrer sur son passé et fini par le faire. 

- Krystal : Tu sais par rapport à ton histoire. Moi aussi ça a été dur. Mon père était un ivrogne invétéré et il était violent envers ma mère. Il arrivait même que se soit envers moi... (Elle commençait à pleurer.) Ma mère m'a toujours protégé de cette brute. Pour m’échapper de cet enfer, j'écrivais beaucoup. C'est de là que je tiens mon talent et mon envie d'écrire. (Elle repris ses émotions.) Un jour ma mère réussi à foutre dehors cette ordure. Depuis ce jour on a plus eu de problème. Il a cherché à entrer en forçant la porte mais un garde qui passait par là, l'a emmené. Du coup j'ai pu profiter de ma mère et c'est elle qui m'a appris à faire la cuisine. Elle a toujours rêvée d'ouvrir un restaurant mais elle n'en a jamais eu l'occasion. Du coup je lui en ai fait la promesse sur son lit de mort.
Enfin c'est la passé tout ça. Nous voilà devant une étrange fleure. Ça doit être la fontaine.
Et puis c'est surement à cause de ça que je suis comme ça maintenant.


Je ne pensais pas qu'elle aurait eu un passé sur douloureux. Je commençais à la comprendre et à l’apprécier.  Au final elle était pas si méchante. Il suffisait de la connaître.

- Chompir : Tu as réussi à tenir ta promesse et même si tu n'as plus de restaurant, je vais tout faire pour t'aider à en reconstruire un. Tiens regarde là bas... des fleurs silencio. Avec ça on peu faire une poêlée de fleurs Silencio. Il paraît que sa permet de nous rendre plus silencieux quand on marche.

Les deux nouveaux amis firent donc face à la fontaine. Soudain l'eau commença à s'éclairer.

Merci à Haine et Jielash pour le kit. <3

Hors ligne Krystal

  • Chieuse à temps partiel
  • Skull Kid
  • *
  • Messages: 5461
  • Gingembre, Dragon de l'Amûûr
    • Voir le profil
    • Fanfiction.Net
À la bonne recette - Projet
« Réponse #42 le: jeudi 04 mai 2017, 07:22:03 »
Cela faisait une demi-heure qu'ils étaient partis de l'auberge, et le silence faisait loi entre Chompir et Krystal. Si le Piaf semblait s'y complaire, ce n'était pas le cas de la jeune fille qui détestait cela. Aussi forçait-elle l'allure afin d'atteindre Cocorico au plus tôt, mais le chemin était encore long. Pour passer le temps, elle allait initier un semblant de conversation avec son compagnon de route. Innocemment, elle lui demanda pourquoi il voulait tellement visiter le village. Si elle avait su...

Si elle avait su que sa petite question le ferait déballer sa vie entière, elle se serait certainement tue. Tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler, elle allait appliquer ce sage conseil à l'avenir. Ennuyée par le flot incessant de paroles que déblatérait Chompir, elle se mit à planifier ses prochains coups, sans pour autant cesser d'écouter le piaf de qui elle s'était entièrement désintéressée. Elle écouta son histoire banale d'une oreille distraite. Au détour d'un chemin, un coup de vent brusque lui envoya du pollen dans les yeux. Jurant contre ça, elle eut la larme à l'oeil, et fit l'erreur de se retourner vers Chompir, qui crut à tort qu'elle s'était mise à pleurer en entendant son histoire. Prise au dépourvu, elle lui baragouina quelques paroles réconfortantes (enfin, elle le pensait, elle était pas vraiment douée pour ça), qui l'achevèrent. A son regard, elle vit qu'il commençait à changer d'avis sur elle et, PIRE, il semblait croire qu'elle avait un coeur. Les méninges de la jeune fille se mirent à tourner à plein régime. Il voulait croire ça ? Elle allait jouer le jeu.

Depuis leur arrivée à Cocorico, jusqu'à atteindre la fontaine de la grande fée, elle joua la jeune fille la plus gentille qui soit, portant un masque qu'elle était sensée faire tomber devant Chompir, qui y croyait à fond. Elle le convainquit même de distraire une vieille tandis qu'elle allait lui voler des prunes. Si c'est pas le début qu'une grande amitié dans le banditisme ça. Pour fignoler le tout, elle lui raconta même un bobard inimaginable sur sa vie. Pff, qui aurait cru qu'elle avait un père qui buvait et qui s'était fait mettre dehors ? C'était elle qui était trop portée sur la boisson et qui avait été mise dehors par ses propres parents, qui lui avait crié de ne revenir qu'une fois sobre et calmée. Et elle avait été emmenée par un garde quand elle avait essayé de rentrer par effraction. Un garde qu'elle avait réussi à embobiner. C'est là qu'elle s'était découvert un don pour la manipulation. Bien entendu, elle n'était jamais retournée chez elle étant donné qu'elle ne s'était jamais réellement calmée, et ce n'était pas maintenant qu'elle irait remettre les pieds. Surtout que c'était à l'autre bout du pays. Parfait. Et pour exagérer le tout, elle avait fait semblant de pleurer. Mon dieu, comme Chompir était à fond dedans. Elle était au bord du fou rire. C'est à ce moment que choisi la Grande Fée pour apparaître devant eux.

Krystal n'avait qu'une seule chose à dire par rapport à la femme disproportionnée qui avait surgit de l'eau : il fallait vraiment qu'elle refasse sa garde robe. Parce que son haut était franchement horrible, tout comme sa coupe de cheveux. Et elle avait bien trop de maquillage. Bien entendu, elle se garda bien de dire tout cela à voix haute, surtout que la divinité se mit à parler devant eux.


— Grande Fée : Voyageurs, bienvenue. Je suis la Grande Fée Cotura. Que puis-je faire pour vous ?
— Chompir : Ô grande fée, nous ne voulions pas vous déranger. Nous sommes juste venus admirer votre fontaine qui, au passage, est magnifique. Je m'appelle Chompir, et voici Krystal. Nous sommes enchantés de faire votre connaissance.
— Cotura : Vos pas vous a emmené jusqu'à moi, profitez-en et faites un voeu. Souhaitez-vous quelque chose en particulier ?
— Chompir : Eh bien, c'est un peu inhabituel mais... Nous avons un amis bokoblin que j'ai malheureusement, euh...
— Krystal : Tué. Le mot que tu cherches, c'est "tué".
— Chompir : Bref... Il est devenu fou durant la lune rouge et nous cherchons un moyen de remédier à cela.
— Cotura : N'aies aucune crainte, jeune Piaf, le problème a déjà été résolu, vous verrez.
— Krystal : Première nouvelle. Les autres ont été plus efficaces que nous sur ce coup.
— Chompir : C'est une excellente nouvelle ! Du coup, je ne vois pas quoi demander.
— Krystal : Si tu permets.

Krystal écarta délicatement Chompir et se planta devant la Grande Fée en se frottant les mains. Cela n'impressionna nullement la divinité qui la fixa avec ses grands yeux. Non franchement, ses yeux avaient la taille d'une tête, c'était dérangeant.


— Krystal : Voilà, mon ami qui n'est pas présent et moi-même souhaitons...
— Cotura : Désolée, je n'accorde mes voeux qu'à des âmes pures, à des personnes droites et courageuses, et non à celles qui mentent à longueur de journée et qui s'amusent du malheur d'autrui.
— Chompir et Krystal : Quoi ?!

Chompir se retourna vivement vers Krystal. Cette dernière était des plus déçue de la réponse de la Grande Fée.

— Chompir : Attends, tout ce que tu m'as dit aujourd'hui, c'était des mensonges ?!
— Krystal : Non. Oui. Peut-être, qui sait.
— Chompir : Tu es incroyable ! Un jour, une minute, même une seconde dans ta vie, ne peux-tu pas être honnête ?
— Cotura : Ca peut s'arranger.

Une lumière scintillante éblouit les deux compagnons, avant que n'apparaisse dans les mains de Cotura un pendentif magnifique, d'une couleur éclatante, qui allait de paire avec la couleur des plumes du jeune Piaf. L'objet lévita jusqu'à ce dernier, qui le prit avec délicatesse.


— Cotura : C'est un collier de Vérité. La personne choisie, une heure durant, devra être totalement honnête avec quiconque lui parlera. Attention néanmoins, tu ne peux l'utiliser que trois fois.

Chompir regarda le collier, comme s'il n'y croyait pas. Puis, brusquement, il se tourna vers Krystal, levant sa nouvelle acquisition vers elle.

— Krystal : Mais qu'est-ce que tu f...  NON ATTENDS, JE T'INTERDIS !
— Chompir : Krystal, dis-moi la vérité ! Ce que tu m'as raconté aujourd'hui, tout ce que tu as fait, était-ce vrai ?
— Krystal : Non, j'ai tout inventé et j'ai fait semblant de pleurer parce que ta réaction était drôle à voir.

Krystal se couvra la bouche, les yeux écarquillés. Venait-elle de... ? Oh non !

— Krystal : Bordeeel ! Chompir, tu vas amèrement le regretter !
— Chompir : Et de quelle façon ?
— Krystal : En glissant une souris dans ton lit, y en a pleins à l'auberge. J'ai de la teinture, je pourrais te teindre les plumes. Ou couper tes vêtements en morceaux. Ou empoisonner ta nourriture. Ou te pousser dans l'eau et te noyer à moitié. Ou faire en sorte que Linkondo rate pas son coup la prochaine fois. Ou faire croire que l'oiseau que tu es a fait caca partout dans la chambre. Ou convaincre tout le monde que t'es un boulet, les autres sont si manipulables, ça sera facile... AH MERDE.
— Chompir : Comme ça, je suis prévenu... Il est génial ce collier, merci Grande Fée !
— Cotura : Fais-en bon usage, et utilise-le que lorsque c'est nécessaire. Quant à toi, jeune fille...

Krystal, qui avait croisé les bras et qui semblait bouder, leva la tête vers Cotura,un air des plus ennuyés peint sur son visage.


— Cotura : Ta méchanceté et tes plans tordus finiront par te nuire, mais tu as aussi un bon fond. Pourquoi préfères-tu être mauvaise plutôt qu'aider ton prochain ?
— Krystal : Oh, s'il vous plaît, c'est bien plus drôle de tromper les gens plutôt que de les aider. Une préférence appris à la dure, et tout.
— Cotura : Je vois. Un jour, si ton âme redevient pure, et que tu en auras fini avec tes mauvais tours, reviens me voir. Là seulement je t'accorderais un voeu. Il est temps pour moi de vous quitter. Une dernière chose, jeune homme. Une fois que je serais partie, baigne-toi dans mes eaux. Tes plumes seront lavées du sang qui les souilles, et ton plumage redeviendra aussi beau que le jour de ton départ.
— Chompir : Merci pour tout, Grande Fée Cotura !
— Krystal : Tsss.

La divinité envoya un baiser dans la direction de Chompir, qui devint aussi rouge d'une fleur lame, avant de disparaître dans les eaux de la fontaine, ne laissant que les deux jeunes gens, seuls.

— Chompir : Si je vais me baigner, tu vas me guetter ?
— Krystal : Bien sûr, j'ai toujours voulu savoir à quoi ressemblait votre service trois pièces.
— Chompir : Je vais garder mon bas alors... Après on passera aux choses sérieuses.
— Krystal : Profites-en bien, parce que ça sera la dernière erreur que tu feras. Et puis, l'effet du collier sera fini quand on rejoindra les autres. Et son pouvoir est trop précieux pour être gâché pour moi. Donc tu devrais garder les deux autres utilisations pour, tu sais, quelqu'un d'autre.
— Chompir : On verra bien ! Je me réserve le droit de l'utiliser quand je le souhaite.
— Krystal : Oiseau de malheur...

Krystal attendit que Chompir finisse de faire trempette dans l'eau de la fontaine avant qu'ils ne puissent repartir en direction du village. Le plumage du Piaf était devenu resplendissant, si bien qu'il ne pouvait s'empêcher d'admirer ses ailes. Ils croisèrent un villageois sur le chemin, qui ne put s'empêcher de venir emmerder les deux voyageurs.

— Villageois : Alors, comment trouvez-vous notre village ?
— Krystal : Pittoresque, mais ennuyant. Les gens s'habillent comme des patates, votre doyenne est antipathique, et, franchement, mettre une bavette à la statue de la déesse ? Je suis assez déçue.

Chompir s'épancha en excuses avant de tirer Krystal vers le village. Le Piaf ne put s'empêcher de se mettre à rire, et de penser à ce qu'il lui demanderait.


— Krystal : Bordel, cette heure va être longue...

Award #1 Award #2
Citation de: Rictus McNatret
Krystal, tu es la plus adorable pedobear du monde.

En ligne Chompir

  • Grand guerrier Piaf
  • Stratège de Din
  • Minish citadin
  • *****
  • Messages: 2611
  • Piaf dans l'âme
    • Code ami 3DS 4914-4674-5458

    • Code ami Wii U chompir

    • SW-4357-7164-4611
    • Voir le profil
    • Forums de Puissance Zelda
À la bonne recette - Projet
« Réponse #43 le: dimanche 07 mai 2017, 23:52:43 »
Après avoir appris que Krystal se payait sa tête depuis le début et après avoir récupéré un collier fort utile. Chompir décida qu'il serait plus sage de le garder pour plus tard et du l'utiliser qu'en cas de grande nécessité. Il décida aussi de ne pas en révéler l'existence à ses camarades. En attendant il pouvait encore profiter de son effet sur Krystal. Mais qu'allait-il pouvoir lui demander.

- Chompir : Quel vœux voulais-tu faire à la Grande Fée ?

- Krystal : Je voulais lui demander de nous débarrasser du Boko mais qu'on garde son wok. C'est vrai qu'il est chiant celui-là. Il nous gène plus qu'autre chose. Combien de fois on a du changer nos projet à cause de lui. En plus il est moche et c'est pire depuis qu'il est devenu blanc. Et je parle même pas de ses ronflement pendant la nuit. Si j'avais su je ne lui aurait jamais piqué son wok.

Chompir ne pu s’empêcher d'éclater de rire.

- Krystal : Je déteste ce collier. Cette grande fée va le regretter. Quand on sera riche à notre resto, je retournerais à sa fontaine et je vais laisser pourrir les restes du resto dans l'eau.

Chompir n'en pouvait plus. Il croyait qu'il allait y rester tellement la situation était hilarante.

- Krystal : Toi tu as intérêt de garder ça pour toi sinon tu vas le regretter amèrement, attend que je ne sois plus sous l'emprise de ce maudit collier. 

- Chompir : (Essayant de se ressaisir.) Ne tant fait pas je vais tout garder pour moi. Tout ce qui se sera passé à Cocorico restera entre nous deux.

- Krystal : Y'a intérêt, tu sais pas ce que je pourrais te faire derrière. Tu couper tes plumes. Mettre de la sève de sapin dedans. Faire croire aux autres que tu pisses encore au lit en mettant de l'eau dessus. 

Le jeune Piaf ne pu s'empêcher de s'esclaffer de rire. Il connaissait les plans de Krystal. Il saurait comment les déjouer. 

- Chompir : Quel est ta plus grande peur ?

- Krystal : (Mettant les mains devant sa bouche pour s'empêcher de le dire.) J'ai une phobie des insectes.

- Chompir : Intéressant à savoir. Si tu essaye de me faire quelque chose je te fous des insectes sur toi.

- Krystal : Hey c'est de la triche ! Tu devrais avoir honte. (Elle marmonna quelque chose.) Je propose un traité de paix. Ça ne m'enchante guère mais je crois que je n'ai pas le choix.

- Chompir : Je l’accepte mais sache que ça ne m'enchante guère non plus. Mais attention une seul faute de ta part et je te balance des insectes sur toi. Sache que je transporte toujours des sauterelles enduro sur moi. Je les gardent pour en faire un remède enduro en rajoutant n'importe quel morceau de monstre.

Les deux compagnons arrivèrent au point de rendez vous ou ils retrouvèrent les autres. Ils avaient l'air d'avoir trouvé un moyen d'empêcher la manifestation des pouvoirs de Linkondo pendant la lune de sang. Il avait rencontré un homme étrange qui leur avait donné une fiole d'extrait de monstre. Il s'appelait Kilton et il était le gérant d'une boutique qui s'appelait l'antre des monstres. Malheureusement ils n'en avaient reçus qu'un seul.

- Chompir : Je vais allé en chercher !

- Yorick ; Krystal ; Jielash ; Linkondo : (Tous en cœur.) HEIN !!!! 

- Chompir : Mon grand père m'a raconté l'existence de ce Kilton. Il l'aurait déjà rencontré à Akkala. Je pourrais allé y voir et lui en acheter. J'aurais vite fait en volant.

- Krystal : Et ben tant mieux ! Nous voilà débarrassé du Piaf pour quelques jours.

Tiens il doit encore rester des résidus du pouvoir du collier. Se dit Chompir.

- Jielash : Ça va allez tout seul ? C'est dangereux et la route est longue.

- Yorick : Akkala est une région inhospitalière. Je te souhaite bonne chance.

- Chompir : Je propose que nous nous retrouvons au relais des Géminée. Je ne sais pas pour combien de temps j'en aurai. Sinon je vous retrouverais. Ne vous inquiétez pas.

- Linkondo : Moi je suis d'accord.

- Krystal : Toi on se fiche de ton avis.

- Jielash : Ça me va aussi.

- Chompir : Très bien ! Alors je sui parti.

Chompir s'envola et dit au revoir à ses compagnons. Ils espèrent que ça ira pour eux. Ils n'auront plus de protection sans lui. Il était triste de les quitter, même si c'était pour la bonne cause.

- Jielash ; Linkondo ; Yorick : BYE !!! AU REVOIR !!! À BIENTÔT !!!

- Krystal : Ouais ouais à Bientôt.

Chompir commença à s'éloigner. Par contre la nuit risquais de le prendre sur la route. Il décida donc de s'arrêter en chemin. Peut être dans la région de Lanelle. Il y avait le domaine Zora là bas.

« Modifié: dimanche 07 mai 2017, 23:55:42 par Chompir »
Merci à Haine et Jielash pour le kit. <3

Hors ligne Yorick26

  • Priant de Nayru
  • Commandant Yiga
  • *****
  • Messages: 9061
  • Homme à tout faire
    • Code ami 3DS 1951-0832-7742

    • yorick.oudin
    • yorick26100
    • SW-6264-4058-0328
    • Voir le profil
À la bonne recette - Projet
« Réponse #44 le: mardi 09 mai 2017, 23:17:12 »
Chompir n’était plus qu’un point lointain dans le ciel. Tous remarquèrent à quel point le jeune piaf se montrait courageux et imprudent. Il était prêt à voler, seul, jusque dans des contrées lointaines inhospitalières pour trouver une solution durable afin que Linkondo puisse rester avec eux sans créer des mouvements de foules et la panique dans leur futur restaurant. Parce que c’était qu’en plus, le bougre savait manier son wok à la perfection et quoi qu’il en coûte, c’était notre meilleure chance d’obtenir des repas de qualité pour rameuter une clientèle. Il allait falloir lutter contre Krystal qui voulait s’en débarrasser. Donc, dans un premier temps, ces extraits de monstre feraient parfaitement l’affaire pour éviter qu’il tente de tuer qui que ce soit pendant une lune rouge. Seulement un simple échantillon ne ferait pas l’affaire. Ils ne savaient pas quand la prochaine nuit de sang aurait lieu. Si ça se trouve, deux nuits pouvaient se succéder et dans ce cas-là, ils seraient dans une pagaille. Sans qu’il se rende vraiment compte, Yorick se mit à parler à haute voix :

ꟷ Yorick : J’espère qu’on lui a dit qu’il fallait battre un bon nombre d’ennemis pour pouvoir acheter des extraits…
ꟷ Krystal : Non, et c’est bien fait pour lui. J’espère qu’il fera un voyage pour rien et qu’on pourra tuer le bokoblin à la prochaine lune de sang pour que je puisse essayer de récupérer son wok.

Yorick leva un sourcil, alors que ses compagnons ne pouvaient s’empêcher d’être interloqués, Linkondo tentant vainement de proférer des menaces en bégayant. Il était celui qui était le plus habitué à la cruauté des paroles de Krystal. Même si c’était un peu plus virulent que d’habitude, cela ne le surprenait guère. Dans son coin, Krystal souriait. Elle tirait un double avantage du départ précipité de Chompir. En plus de ne pas avoir pris le temps d’écouter les informations précises concernant la boutique de Kilton, ses compagnons de route n’avaient pas pu remarquer le tout nouveau collier qui se balançait sur son cou. Ainsi, elle pourrait attendre tranquillement la fin de l’heure de vérité et reprendre ses manipulations habituelles.

ꟷ Jielash : Je vous propose qu’on se mette en route vers le relais. De toute façon, nous ne pouvons rien faire pour lui. Il est parti et nous attend là-bas. Ce sera l’occasion de refaire le plein de munitions pour ceux qui ont une arme afin d’accumuler des streums, mais aussi récupérer quelques vivres.
ꟷ Yorick : D’autant que tu nous avais parlé d’un homme étrange qui avait prédit cette drôle de lune. On pourra mettre à profit ce temps à attendre Chompir pour essayer de renseigner. Si on prévoir quand ces nuits arrivent, on pourra peut-être calmer les accès de rage de Linkondo en avance et le garder dans son état normal.
ꟷ Krystal : Normal. Normal. Autant que faire se peut.
ꟷ Linkondo : Hey !

Les compagnons de route ne mirent pas longtemps à redescendre vers le relais des monts géminés. Ils connaissaient tous la route et avaient déjà exploré vaguement les environs lors de leur arrivé au village cocorico. Après être sorti du canyon, ils continuèrent leur chemin en pente, mais ne firent que quelques pas avant que Krystal s’arrête sur le chemin.

ꟷ Yorick : Qu’est-ce qu’il t’arrive ? Ça ne va pas ?   

Krystal le maudit intérieurement. Bien que Chompir soit loin d’ici, le sort qu’il lui avait lancé avec ce maudit collier était toujours en état de marche. Il avait posé deux questions, et elle serait bien obligé d’y répondre et de leur dire la vérité.

ꟷ Krystal : Si, si. Ça va.

La jeune fille ne mentait pas et ses compagnons reprirent leur route, mais elle ne les suivit pas. Luttant contre elle-même, elle sentait l’envie de répondre à la question monter en elle comme une crise d’éternuement qu’elle ne pourrait pas retenir. Elle eut beau retenir sa respiration et sceller le plus fermement possible ses lèvres, elle ne put pas plus longtemps garder le silence.

ꟷ Krystal : Il m’est venu une idée que je trouve drôle et que vous n’allez pas apprécier. Je me demandais alors de quelle façon je pourrais bien la mettre en œuvre ce qui fut la cause de mon arrêt soudain.
ꟷ Yorick : Une idée qu’on n’allait pas apprécier ?
ꟷ Linkondo : Cela ne concerne pas voler mon wok j’espère.
ꟷ Krystal : Malheureusement si. Je voulais essayer de te le voler discrètement pendant que tu avais le dos tourner et de descendre la pente en m’en servant comme luge. J’aurais pu ainsi tous vous doubler et garder le wok pour moi maintenant que Chompir n’est plus là pour me récupérer.
ꟷ Yorick : Et nous abandonner, nous et notre projet ?
ꟷ Krystal : Sans le moindre remord.
ꟷ Linkondo : Mais cela abimerait le wok !
ꟷ Krystal : Avec un peu de remord, mais la descente en luge-wok me paraissait si palpitante. Vous voulez quoi ? Que je m’excuse ? Je n’en ai pas envie. Je suis comme ça. 

Krystal préféra n’en dire pas plus. Toute conversation était un risque au cours de laquelle elle risquait de leur avouer à quel point elle était vulnérable. Il ne lui restait qu’une quinzaine de minutes et elle en aurait fini avec tout ça. Elle pourrait à nouveau les entourlouper à chaque instant et se distraire en les manipulant. Préférant couper court à la réflexion de ses camarades, elle reprit la route en passant devant eux en lançant un « Allons-y » à qui voulait bien l’entendre. Si les deux garçons… enfin plutôt les deux mâles marchaient derrière elle en silence, Jielash, elle qui n’avait jusque-là rien dit, lui asséna le coup de grâce avec une question aux allures anodines mais terribles pour Krystal :

ꟷ Jielash : Mais pourquoi tu nous as avoué ton plan, alors ?

Krystal tenta de marmonner dans sa barbe pour conjurer le sort qui l’empêchait de mentir afin que personne ne l’entende, mais la jeune hylienne se montra persévérante et lui demanda de répéter car elle n’avait pas très bien compris.

ꟷ Krystal :
Parce que Chompir m’a jeté un sort qui m’oblige à ne dire que la vérité pendant une heure. Voilà, vous êtes contents ? Mais il ne me reste que quelques minutes à tenir avant de retrouver ma liberté.

Si dans les yeux de Krystal brûlait des flammes remplis de colère, dans le regard de son interlocutrice se lisait un espoir et la joie d’avoir enfin la chance qu’on lui réponde à ses questions. Avant même que Linkondo ou Yorick ait le temps de réagir à cette annonce pour le moins surprenante, mais qui expliquait le comportement un poil plus étrange que Krystal, Jielash posa alors la question qui lui brulait les lèvres depuis le début :

ꟷ Jielash :
Parfait. Comme ça je saurais enfin sans crainte que l’on me cache quoi que ce soit. Krystal, je te demande ce qu’il s’est passé au Café des Artistes. Qui l’a détruit ? Pourquoi ?
« Modifié: mardi 09 mai 2017, 23:18:59 par Yorick26 »
Little bit of love