Auteur Sujet: Le cinéma d'horreur-épouvante  (Lu 708 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Nilezor

  • Piaf postier
  • *
  • Messages: 6317
  • Auguste de l'Empire romain d'Orient
    • chevrier.raphael
    • raphou56340
    • RaphaelChevrier
    • Voir le profil
Le cinéma d'horreur-épouvante
« le: samedi 25 février 2017, 11:21:39 »

Tremblez de peur, mortels ! Ici, c'est le topic des démons, sorcières, zombies, vampires et autres tueurs en série... En effet, nous allons parler des films qui relèvent de l'épouvante, horreur, thriller horrifique, etc., c'est-à-dire tout ce qui cherche à susciter la peur, le dégoût et le malaise chez le spectateur. En ce qui me concerne, c'est un genre du cinéma qui m'a longtemps repoussé. Jusqu'à l'année dernière, je n'avais regardé que très peu de films de ce genre et je les gardais à distance. Regarder un film pour se faire peur ? Quelle drôle d'idée ! Puis, finalement, j'ai trouvé dommage de me priver d'un pan entier du cinéma qui comporte son lot de films cultes. J'ai commencé à m'y intéresser et il se trouve que je suis particulièrement friand de ce genre. Par les thèmes qu'il aborde, le cinéma d'horreur est souvent mélangé à d'autres genres : thriller, comédie, science-fiction, fantastique...
Malheureusement, il faut bien l'avouer, c'est un genre particulièrement pourri par les bouses. Les navets et les nanars sont légions, notamment dans la vague de slashers qui a suivi les succès des films comme Halloween, Massacre à la tronçonneuse, Vendredi 13 et Les Griffes de la nuit. Ces mêmes films ont d'ailleurs eu droit à des suites et des remakes parfois sympathiques, d'autres fois plutôt dispensables, ou, souvent, franchement mauvais. Et je ne parle même pas des torture porn post-Saw 1.

En ce qui me concerne, je suis encore un néophyte. J'ai eu l'occasion de regarder quelques films cultes, des films nuls à chier et des films plus confidentiels. Récemment, j'ai regardé La Mouche de David Cronenberg. Je crois que rarement un film m'a autant marqué : il est profondément dégueulasse. Certaines scènes m'ont franchement dégouté. Mais de la "bonne" manière, telle qu'un film de ce genre est censé le faire, pas gratuitement avec des scènes de torture qui éclaboussent la pièce d'hémoglobine.
En ce moment je me fais les films de John Carpenter (j'ai toujours pas vu The Thing :oups: ) et après je m'intéresserai au giallo, notamment les films de Dario Argento pour commencer.
« Modifié: samedi 25 février 2017, 11:23:25 par Nilezor »
“My philosophy is basically this. And this is something that I live by. And I always have. And I always will. Don't ever, for any reason, do anything to anyone, for any reason, ever, no matter what. No matter ... where. Or who, or who you are with, or where you are going, or ... or where you've been ... ever. For any reason, whatsoever.” Michael Scott.

Hors ligne asuffel

  • Bébé Tikwi
  • *
  • Messages: 25
  • La pluie lave les larmes
    • Voir le profil
Le cinéma d'horreur-épouvante
« Réponse #1 le: samedi 25 février 2017, 23:06:27 »
Je suit parfaitement d'accord avec toi. Il est vrai que le cinéma d'épouvante-horreur est aujourd'hui considéré comme un genre qui as fait son temps. Ces dernières années n'ont pas créer de réelle exception (mis à part peut être le premier volet des "The Conjuring" de James Wan, qui n'est pas si mauvais), les navets qui sont sorti sont juste une honte. Pour en citer qu'un qui m'a révoltée, le remake de Evil Dead. Le premier volet était beaucoup mieux travailler. Le réalisateur ne ce base pas uniquement sur le côté trash, et le film n'est pas dopé au screamer et autres clichés qui ont fait leurs temps.
John Carpenter est vraiment un réalisateur qui as réussi à doser ces films. Il a réussi à créer un film qui se détache de cette masse que ce genre est devenu.
Un film que j'apprécie particulièrement, pour avoir réussi à me faire frissonner sans les clichés. C'est sans nul doute l'excellent Shining de Stanley Kubrick. Ayant lue le livre avant de voir le film, (les deux sont très différents) je ne m'attendais pas à cela. Kubrick à réussi à retranscrire la peur invisible que l'on retrouve dans le livre à l'écran. C'est vraiment un très bon film et si tu ne l'as pas vu, fonce.

Le temps me permet de réfléchir à cet avenir qui cherche à m'étreindre.

Hors ligne D_Y

  • Gardien de Farore
  • Commandant Yiga
  • *****
  • Messages: 9069
    • Voir le profil
Le cinéma d'horreur-épouvante
« Réponse #2 le: dimanche 26 février 2017, 01:13:05 »
@asuffel @Nilezor Evil Dead est une série un peu bâtarde justement, puisque le premier semble être de l'avis général le moins marquant, alors qu'à contrario le deuxième, qui mise bien plus sur le trash, est le plus apprécié.
Ironiquement Army of Darkness, qui ne mise ni sur le trash ni sur l'horreur pure, ne démérite absolument pas alors qu'il tranche avec tout le reste.

Lorsqu'on dit que le cinéma d'horreur n'est plus qu'un divertissement de masse, artificiel et sans âme, c'est un peu vrai mais pas aussi simple, car ça a toujours été un peu le cas.
Même dans les années 70/80, les navets et les bouses étaient légions, y compris dans les sagas "cultes" comme Freddy ou Halloween qui globalement ne valent pas un clou, excepté leur épisode fondateur (sauf Vendredi 13, le seul épisode qui ne soit pas une grosse daube est celui qui ne se prend pas au sérieux).
L'horreur viscérale est très rare, par essence elle ne doit pas attirer la masse, elle doit choquer, c'est une vérité qui dérange, qu'instinctivement chacun voudrait éviter. Comme l'inévitable domination de la Mort sur les hommes, pour laquelle on aimerait trouver des parades.
Ou c'est tout simplement le monstre sous le lit, i.e la peur de l'inconnu, le symbole de ce qu'il y a au dehors et qu'on ne peut identifier. Sauf si ce monstre c'est l'homme, et que la plus grande terreur, ce sont les fruits de son imagination poisseuse ?

Autant dire qu'un "vrai" film d'horreur et parfaitement rare, et que son potentiel succès public est tout relatif. Les facteurs sont trop nombreux, ne serait-ce que pour que l'oeuvre soit réussie.
Si Stoker avait été un écrivain raté, les vampires seraient restés à l'état de mythe et légendes orales dans des campagnes reculées, et c'est un pan important de l'horreur contemporaine que l'on aurait jamais connu.
Si Shelley n'avait pas trouvé l'inspiration en rêvant de sa créature, alors que jusque là elle avait le syndrome de la page blanche...
Et il y a la réception critique. Massacre à la Tronçonneuse à été interdit de nombreuses années en France et la lutte a été rude contre la censure.
Un film d'horreur de ce genre doit marquer une génération. C'est aussi un cinéma de liberté, puisqu'il va toujours à l'encontre d'une masse conservatrice (ou bien pensante ?) qui veut l'interdire, préserver le confort du monde, le lisser, l'enfermer dans une bulle, fermer les yeux et se boucher les oreilles en somme.
Si, de base, une masse adhère à un film d'horreur, on peut être sûr qu'il y a un problème quelque part, et qu'on est en train de regarder une coquille.

Tout ça pour dire que le commerce c'est l'anti-thèse du genre. Freddy 5 ça vaut Saw 4 sans soucis.
Argento est effectivement une bonne idée, même si ses films sont de prime abord assez déconcertants, Suspiria en tête. Ténèbres et Phenomena sont aussi de beaux morceaux. En parallèle, Lucio Fulci est également un monument, voir par exemple "Au Delà".
Pour ce qui est vampiresque, Frankenstein et autres classiques, les vieux Universal et les Hammer sont des valeurs sûres. Au delà de ce que ces films ont alimentés dans l'inconscient collectif, ils comptent quelques chef d'oeuvre comme la "Fiancée de Frankenstein". La liste est plutôt longue et les nombreuses dérives (Le Fils de..., etc) ne sont pas toutes mauvaises, mais il faut y consacrer du temps. Nosferatu est un immanquable, en plus d'être un incontournable du cinéma en général.
Concernant les morts vivants, le plus évident est l'excellente trilogie de Romero (Night/Dawn/Day of the Living Dead). Contre toute attente, les italiens ne sont pas en reste, toujours avec Lucio Fulci.
En fantômes il y a de tout, mais à voir, la "Maison du Diable" de Robert Wise.
Pour ce qui est de la tuerie psychopathe, tu as déjà du voir les Lecter (Manhunter est à mon sens mieux que le Silence des Agneaux), mais tu peux regarder par curiosité le "Cabinet du Dr Caligari" et bien sûr les Hitchcock comme "Psycho".
Ne pas oublier pour finir les monstres et autres aliens. Ça va du plus évident (le Huitième Passager ?) au plus oublié (Body Snatchers), en passant par "Creature of the Black Lagoon", "They Live", "The Thing".
Puis les adaptations littéraires, celles de Lovecraft ("Cthulhu", "Re-animator"), Edgar Poe (avec Vincent Price).
Sans compter les premiers Peter Jackson, Cronenberg, le Loup Garou de Londres, l'Homme Invisible, les esprits japonais, etc...

(et le cinéma français en général)

Liste non exhaustive bien sûr, et à plusieurs égards assez évidente même pour le néophyte, mais puisqu'on fait de l'horreur depuis qu'on dessine dans des grottes, il arrive souvent que tout le monde, même ceux qui n'aiment pas ça (voire pire, ceux qui veulent l'interdire), finissent par appréhender l'horreur d'une façon ou d'une autre, parfois sans s'en rendre compte.
En effet, même Evil Dead n'est rien comparé à l'horreur d'un conte de fée dans les yeux d'un enfant.
« Modifié: dimanche 26 février 2017, 01:17:20 par D_Y »
O proud Death ! What feast is toward in thine eternal cell ?
He who fights with monsters should look to it that he himself does not become a monster ; when you gaze long into the abyss the abyss also gazes into you.

Hors ligne Nilezor

  • Piaf postier
  • *
  • Messages: 6317
  • Auguste de l'Empire romain d'Orient
    • chevrier.raphael
    • raphou56340
    • RaphaelChevrier
    • Voir le profil
Le cinéma d'horreur-épouvante
« Réponse #3 le: dimanche 26 février 2017, 01:32:48 »
@asuffel : euh perso j'ai pas dit que le genre avait fait son temps :(8: juste que le genre était gangréné par des trucs mauvais (comme l'a dit D_Y les suites des sagas cultes sont bien gratinées), mais c'est pas forcément un trait qui est réservé à l'horreur. Quand on regarde la comédie, par exemple, c'est pas mal non plus dans le genre :niak: Après en films récents j'ai pas vu grand chose, à part les Conjuring que j'ai trouvé sympa mais pas flippant pour un sous ou les Insidious (idem). En plus confidentiels, j'ai vu Sinister et Pas un bruit que j'ai trouvé assez bien branlé. C'est pas parfait mais ce sont des films qui arrivent à poser une ambiance intéressante et stressante, je trouve (je crois que les puristes ne seront pas trop d'accord mais jmef :niak: ). Concernant Shining, ça fait partie des films que je n'ai vu que récemment et je dois dire que j'ai été assez déçu. J'ai pas lu le bouquin pourtant. Mais j'ai pas été transporté. Bon Jack Nicholson est magistral, je lui reconnais ça. Mais chez moi c'est récurrent avec les films de Kubrick en général. Je reconnais le talent du gars mais ça me parle pas plus que ça.

@D_Y pas mal de recommandations, c'est ce qu'il me fallait :niak: la saga de Romero est déjà inscrite dans ma liste des films à voir. D'ailleurs j'ai d'abord vu le remake de Zack Snyder Dawn of the dead et je l'ai trouvé assez sympa (mais je suis pas objectif concernant Snyder). Alien bon ça c'est fait depuis un bail, Ringu/The Ring aussi, mais j'ai pas encore vu Ju-on/The Grudge. Les Lecter également, sauf justement Manhunter que tu cites. Peter Jackson, j'ai vu Braindead mais pas Bad taste. Pour le reste, je connais pas donc je vais me pencher dessus.
« Modifié: dimanche 26 février 2017, 01:45:35 par Nilezor »
“My philosophy is basically this. And this is something that I live by. And I always have. And I always will. Don't ever, for any reason, do anything to anyone, for any reason, ever, no matter what. No matter ... where. Or who, or who you are with, or where you are going, or ... or where you've been ... ever. For any reason, whatsoever.” Michael Scott.

Hors ligne asuffel

  • Bébé Tikwi
  • *
  • Messages: 25
  • La pluie lave les larmes
    • Voir le profil
Le cinéma d'horreur-épouvante
« Réponse #4 le: dimanche 26 février 2017, 13:16:48 »
@Nilezor : excuse moi  :^^': je n'avais pas bien compris ton message.
Le temps me permet de réfléchir à cet avenir qui cherche à m'étreindre.